Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Paul Stewart, Jean-Pierre Durand et Maria-Magdalena Richea (ed.), The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe, Basingstoke (UK), Palgrave, 2019, 440 p.

Arne L. Kalleberg
Cet article est une traduction de :
Paul Stewart, Jean-Pierre Durand and Maria-Magdalena Richea (ed.), The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe, Basingstoke (UK), Palgrave, 2019, 440 p. [en]

Texte intégral

1La sociologie du travail a toujours été éclectique, en raison de sa mobilisation de connaissances, de théories et de méthodes appartenant à d'autres domaines de la sociologie (tels que la sociologie des organisations, des professions et des métiers, la sociologie économique, la stratification sociale, la psychologie sociale, la sociologie de l’ethnicité et du genre, entre autres) ou à d’autres disciplines (comme l'économie, les sciences du management, les relations professionnelles, l’histoire, les sciences politiques). Cette situation est révélatrice du caractère central du travail pour toutes les sociétés et les individus et souligne la nécessité d'étudier le travail pour comprendre un large éventail de thématiques, de l'inégalité des revenus aux dynamiques familiales, en passant par les sources de stress et de reconnaissance. Il n'est donc pas surprenant que les sujets abordés par la sociologie du travail, à un moment et à un endroit particulier, soient intimement liés à des questions sociales, économiques et politiques plus vastes et que, à mesure que ces dynamiques changent, les objets privilégiés des recherches évoluent également.

2Les liens entre le travail et les questions sociétales plus larges rendent essentielles les études transnationales. De telles recherches comparatives sont en effet nécessaires pour éclairer la manière dont les institutions et les cultures façonnent la nature et les effets du travail. L'utilité d'une approche transnationale du travail a été illustrée par l’ouvrage exemplaire de Cornfield et Hodson, qui rassemble un large éventail d’analyses sur les Amériques (Brésil, Canada, Mexique, États-Unis), l'Asie, l'Afrique, le Pacifique (Australie, Inde, Corée, Afrique du Sud) et l'Europe (France, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, Portugal, Suède). Dans le dernier chapitre de cet ouvrage, Juan José Castillo souligne l'importance d’appréhender le contexte social des différents pays pour saisir les objets étudiés et les méthodes ou les théories utilisées par la sociologie du travail. Faisant remarquer l’existence d’une certaine convergence académique, il fait valoir que celle-ci demeure entravée par l’existence d’une « tour de Babel » résultant des différences persistantes au sein des pays et des communautés scientifiques nationales.

3The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe est l'une des rares tentatives, depuis Cornfield et Hodson, qui propose une analyse comparative des caractéristiques et de l'évolution de la sociologie du travail dans un large éventail de pays. Cet ouvrage se concentre sur onze pays européens (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne, Suède, Finlande, Pologne, Hongrie, Bulgarie, Roumanie). Bien que circonscrit à la seule Europe, il y a assez de spécificités entre ces pays pour mettre en évidence des contrastes importants, comme par exemple la façon dont les facteurs institutionnels et culturels produisent des différences entre les pays sociaux-démocrates, les pays libéraux, les pays à marchés encadrés et les ex-pays socialistes. L’introduction et la conclusion rédigées par les coordinateurs de l’ouvrage résument de manière très pertinente les thèmes principaux des chapitres et les caractéristiques essentielles de chacun des pays.

4Les chapitres de ce manuel mettent en évidence les différentes périodes de l'évolution de la discipline depuis la seconde guerre mondiale dans chaque pays et donnent un aperçu des principaux objets étudiés, des traditions intellectuelles et des recherches effectuées par des chercheurs reconnus. Chaque chapitre documente comment les changements macro-économiques et politiques nationaux ont influencé les objets étudiés, démontrant ainsi « la manière dont les sociologies du travail sont socialement congruentes avec certains grands événements socio-économiques, historiques et politiques bien déterminés » (p. xv).

5Bien que la périodisation exacte de l'évolution de la sociologie du travail diffère quelque peu entre les onze pays européens, les chapitres divisent généralement sa progression depuis la Seconde Guerre mondiale en trois grandes périodes : (1) 1945-1975 (l' « âge d'or » du capitalisme social, du fordisme et de la montée de la social-démocratie dans certains pays) ; (2) 1975-1990 (le déclin du consensus social-démocrate et du fordisme d’après-guerre, la montée de la mondialisation et l'éclipse du socialisme) ; et (3) depuis 1990 (l'essor du néolibéralisme, la mondialisation et la financiarisation, accompagné par l’expansion du travail précaire). Il y a quelques exceptions à cette règle : la sociologie du travail en Finlande est résumée en deux périodes tandis que le chapitre sur l'Italie examine également la période précédant la Seconde Guerre mondiale. Cette périodisation générale fournit un cadre utile pour montrer comment les études du travail sont façonnées par les préoccupations majeures des groupes sociaux dominants à des moments particuliers.

6Chacun peut tirer de ces chapitres de nombreux enseignements probants. Par exemple, ils confirment comment les relations de pouvoir et les besoins des acteurs les plus influents de la société influent sur les choix des thèmes étudiés, qu'il s'agisse de la productivité, du rôle de l'État-providence, des inégalités de genre ou entre groupes ethnoculturels, de l'immigration, de la crise du capitalisme ou de la précarisation des conditions de travail et d’emploi. De plus, les chapitres sur l'Espagne, la Pologne, la Hongrie et la Bulgarie montrent comment les contraintes politiques (produites par les régimes de droite ou « socialistes ») ont entravé le développement de la sociologie du travail (en Roumanie, la sociologie du travail n'est jamais devenue un domaine de la sociologie). Les discussions détaillées sur la manière dont les facteurs politiques, économiques et sociaux affectent le développement et les centres d'intérêt de la sociologie du travail dans ces différents pays européens, fournissent des éléments de première importance pour le développement d'une véritable sociologie transnationale du travail, dans laquelle les facteurs macro et méso sont liés à l'étude du travail et des travailleurs.

7Si l'accent mis sur les pays en tant qu'unités d'analyse fournit les données essentielles à la compréhension des divergences nationales et à l'identification des lieux possibles de convergence, celui-ci tend aussi à masquer la manière dont la dynamique d'un pays affecte celle d'un autre. Certains des chapitres, comme celui sur la Pologne, soulignent l'influence de la sociologie américaine sur le développement de la sociologie du travail dans ce pays, sans toutefois développer une analyse transnationale ou globale susceptible d’expliquer ce phénomène et plus globalement la diffusion des idées et des connaissances entre les différents pays. Au fur et à mesure que la mondialisation et les transformations technologiques se propagent, que les interdépendances entre les nations s'accentuent, les questions et les approches adoptées par la sociologie du travail pourraient devenir plus cohérentes et intégrées, malgré la dimension « babelesque » des communautés universitaires, fragmentées en langues différentes avec des modèles distincts d'évolution conceptuelle et des cadrages institutionnels particuliers.

8The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe, avec ses résumés et ses analyses convaincantes sur ces pays européens, est une contribution bienvenue aux efforts en cours pour promouvoir le dialogue transnational sur la nature et les conséquences du travail dans les sociétés contemporaines.

9Il sert en même temps l’objectif central qui est de créer des institutions économiques et politiques offrant aux employeurs et aux gouvernements matière à réflexion afin que ces derniers, bien que poursuivant leurs objectifs de flexibilité, assurent aux travailleurs et à leur famille une sécurité d'emploi et un bien-être économique.

Haut de page

Bibliographie

Cornfield Daniel B. and Randy Hodson (2002) Worlds of Work: Building an International Sociology of Work. New York: Kluwer Academic/Plenum Publishers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arne L. Kalleberg, « Paul Stewart, Jean-Pierre Durand et Maria-Magdalena Richea (ed.), The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe, Basingstoke (UK), Palgrave, 2019, 440 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6427

Haut de page

Auteur

Arne L. Kalleberg

Department of Sociology, University of North Carolina at Chapel Hill

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals