Navigation – Plan du site
Sommaire - La recherche veut vivre !

« On nous déclare la guerre, c’est clair »

Retour sur la grève de 1995 avec Bernard Thibault
« They’re back. Another attack » Revisiting the 1995 strike with Bernard Thibault
“Se nos declara la guerra, es evidente” Retorno a la huelga de 1995 con Bernard Thibault
Camille Noûs

Résumés

À l’occasion d’une recherche sur la construction du mouvement social européen par Pierre Bourdieu, l’une des figures du mouvement social de 1995, a accepté de répondre à mes questions. Dans cet entretien, Bernard Thibault, ancien secrétaire confédéral de la CGT, revient sur la genèse de cette grève historique qui a bloqué la France pendant trois semaines et fait reculer le gouvernement de l’époque, dirigé par Alain Juppé. Loin d’être un mouvement d’humeur corporatiste, Thibault souligne ici les soubassements qui conduisent à ce mouvement social : entre pressions de la base et projets de restructurations des gouvernements, l’ancien secrétaire fédéral des cheminots met en lumière les dynamiques au long cours qui ont conduit la principale organisation syndicale à transformer ses pratiques syndicales, aboutissant aux grèves de 1995. Il rappelle ce faisant à quel point le conflit social s’appuie sur tout un long travail de préparation, d’ajustements et d’équilibres entre groupes professionnels et forces syndicales qui, selon les conjonctures, peut conduire à des luttes victorieuses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je tiens à remercier Sophie Béroud et Baptiste Giraud pour leurs remarques très éclairantes sur la (...)

1À l’hiver 2019, la France connait le mouvement social le plus long depuis la seconde guerre mondiale1. Face au projet du gouvernement d’une retraite universelle par points, de nombreux syndicats appellent à une grève interprofessionnelle reconductible à partir du 5 décembre. Pendant près de trois mois, des salariés de la RATP, de la SNCF, des écoles publiques, d’Air-France, des aiguilleurs du ciel, des électriciens et gaziers, des raffineries, de la justice et de la police mais aussi des travailleurs du privé et des professions libérales (avocats) se mobilisent fortement : 90 % des trains sont annulés en France, 11 lignes du métro parisien fermées sur 14, 70 % du personnel de l’école sont en grève (sur des journées ponctuelles dans ce dernier cas). Les manifestations réunissent le plus souvent plusieurs centaines de milliers de personnes (jusqu’à 1,8 million le 17 décembre selon les organisateurs). En dépit des oppositions multiples, de la démission du haut-commissaire chargé du projet et de l’incapacité du gouvernement à justifier le progrès social d’une telle réforme, celui-ci fait montre d’une fermeté inébranlable, refusant même de négocier avec le seul syndicat – la CFDT – enclin à accepter la plupart de ses conditions et modalités. Le 29 février 2020, lors d’un conseil des ministres exceptionnel destiné à la crise du COVID-19, le premier ministre choisit finalement ce moment pour décider le recours à l’article 49-3 de la constitution, afin de mettre fin aux débats parlementaires. Unique par sa longévité, ce mouvement social se différencie toutefois peu des mobilisations précédentes. Il intervient en effet à la suite d’autres tentatives de rejet de réformes portant sur le régime des retraites. Depuis 2003, les syndicats ont cherché à plusieurs reprises à faire échouer les plans successifs visant à allonger la durée de cotisation pour les salariés du Public (réforme Fillon, 2003) ou report de l’âge de départ à la retraite (Réforme Woerth, 2010), en vain. Ces défaites, associées à d’autres sur le code du travail (2016, 2018), ont pu avoir un effet paradoxal chez les salariés : renforcer les obstacles à la mobilisation d’une grande partie d’entre eux tout en renforçant la détermination d’une autre.

2Compte tenu de son objet – la réforme des retraites –, de ses protagonistes – les cheminots –, de sa méthode – la grève reconductible – ainsi que du soutien de l’opinion publique, de nombreux parallèles ont été dressés avec le mouvement social de novembre-décembre 1995 (Azemar, 2019). Cette année-là, quelques mois après l’élection de Jacques Chirac à la présidence de la République sur le thème de la fracture sociale, son premier ministre Alain Juppé décide de mener une réforme portant à la fois sur la sécurité sociale, les allocations familiales et les régimes de retraite de la fonction publique. Son plan entend réduire les déficits publics en établissant un contrôle du parlement sur les dépenses de santé, par l’établissement d’une loi de financement annuel, et le transfert vers les usagers des coûts de santé. Par ailleurs, les allocations familiales seraient désormais bloquées, soumises à l’impôt sur le revenu et les cotisations maladie des chômeurs et des retraités réhaussées. Enfin, deux ans après la réforme Balladur fixant la durée de cotisation à 40 annuités dans le privé au lieu de 37,5, le gouvernement vise à aligner le régime public sur le privé où les salaires sont un peu supérieurs. Comme le montre la chronologie réalisée par Sophie Béroud (1997) ou l’analyse de la littérature de Françoise Piotet (1997), l’annonce le 15 novembre 1995 du projet par le gouvernement s’inscrit dans un contexte social général dans lequel se multiplient les initiatives protestataires : si certains auteurs remontent aux années 1980 et à l’échec de certaines grèves, le plan Juppé s’inscrit surtout dans une temporalité plus spécifique de conflits sociaux mêlant syndicats de la fonction publique et mobilisations dans les universités (un appel à la grève le 10 octobre avait été largement suivi et rassemblé 400 000 manifestants dans toute la France). Le 23 novembre, lorsque la grève générale reconductible est lancée par la CGT, elle est précédée d’occupations et de manifestations étudiantes qui conduisent déjà à des négociations avec François Bayrou, alors ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur. La première journée de manifestation le 24 novembre, puis celle qui suivront les 28 novembre, les 5, 7 et les 12 décembre – cette dernière réunissant plus de 2 millions de personnes selon la CGT – constitueront des jalons d’un élargissement progressif du mouvement à différents secteurs professionnels : initiée par les cheminots, elle réunit progressivement des personnels de la RATP, d’EDF-GDF de la Poste, du livre, des mines de France Télécom ainsi que des étudiants et du personnel universitaire. Elles conduisent également à des rapprochements syndicaux inédits. Car si le soutien de la direction de la CFDT au plan Juppé a marqué durablement les esprits, ce mouvement social dessine les contours d’un « syndicalisme rassemblé », notamment par le rapprochement historique entre la CGT et FO qui, pour la première fois depuis leur scission en 1947, défilent côte-à-côte. Il convient enfin de souligner le soutien de l’opinion publique à ce mouvement (62 % d’opinions favorables dans un sondage du 2 décembre par exemple) soutien qui, malgré les tentatives de nombreux médias et d’intellectuels de défendre le projet du gouvernement, appuiera irrémédiablement la mobilisation. Le concept de « grève par procuration » – notion fortement réaffirmée en 2019, notamment par l’intermédiaire des caisses de grève en ligne – naît à cette occasion. Face au rejet majoritaire du plan, Juppé annonce son retrait le 15 décembre, du moins sur les retraites, le volet portant sur la sécurité sociale étant maintenu. La grève et les manifestations marquent aussitôt un reflux et le mouvement prend fin.

3Large mouvement interprofessionnel, celui-ci demeure néanmoins dominé par les cheminots et les conducteurs de la RATP (Ribeill, 1997). La mobilisation n’est en effet pas homogène parmi les salariés des entreprises publiques impliquées et concernent, pour certains analystes, essentiellement une nouvelle forme « d’aristocratie ouvrière » caractérisée à la fois par une forte intégration salariale – niveaux de salaires convenables et emploi à vie – et des propriétés sociales communes – population masculine, « uninationale » et mode de vie. Comme le rappelle Françoise Piotet, l’action collective s’appuie sur un « noyau dur » de grévistes plus syndiqués qu’ailleurs et qui font de la défense de leur métier le cœur de leur lutte. Olivier Schwartz s’interroge d’ailleurs sur les dimensions corporatives du mouvement, cible d’un nombre substantiel de commentaires médiatiques à l’époque. Il nuance alors les propos précédents, en montrant que « si les salariés de la RATP ont âprement défendu "leurs" acquis, c'est que depuis leur expérience du monde social, l'alternative n'était pas corporatisme ou solidarité, mais corporatisme ou écrasement » (1997 : 458). Suivant l’appel de Balazs et Pialoux à « rompre avec la vision managériale et technicienne des rapports sociaux dans l’entreprise » pour une approche soucieuse « de la morphologie des groupes sociaux » (1996 : 4), Olivier Schwartz rappelle ainsi que, bien que protégés, ces salariés n’en demeurent pas moins membres des fractions subalternes du salariat : leur expérience quotidienne, professionnelle et extra-professionnelle, reste largement dominée par la pénibilité et les difficultés matérielles. Françoise Piotet et Olivier Schwartz, ainsi que le minutieux journal de grève tenu par Paul Barets paru dans les Actes de la Recherche en Sciences sociales (1996), soulignent alors la centralité dans la mobilisation d’une économie morale bafouée, entre des salariés soucieux du respect d’un engagement, cristallisé dans leur statut, et un employeur cherchant désormais à transformer la nature de cet engagement. L’injonction à la « modernisation », perçue comme un mépris du travail cheminot, n’a fait qu’alimenter la colère des salariés. Ce dédain du haut vers le bas de l’entreprise enchâsse alors un sentiment plus général de rejet croissant des élites parmi la population française. Si des auteurs comme Michel Wieviorka, Jacques le Goff ou Alain Touraine appellent (déjà) à la vigilance à l’endroit du populisme de droite comme de gauche – leur soutien à la CFDT et à la réforme avait provoqué de fortes oppositions dans le champ intellectuel, en particulier des marxistes et des bourdieusiens –, les mêmes sont contraints d’admettre toutefois que le mouvement social de 1995 témoigne de la défaillance grandissante des élites à l’égard du reste de la société. Le rappel, très utile aujourd’hui, de ces débats par Françoise Piotet – malgré une curieuse focalisation sur les analyses tourainiennes – la conduit alors à constater que « cette réflexion sur la défaillance des élites est abondamment illustrée par des exemples qui montrent une volonté de « passer en force » (François Dubet), par le refus de négocier car rien n'était alors jugé négociable, par une série de formules maladroites traduisant une distance infranchissable entre les « sachants » et les « ignorants » (Piotet, 1997 : 532).

4Dans le cadre d’une recherche sur la tentative de construction d’un mouvement social européen par Pierre Bourdieu, j’ai rencontré Bernard Thibault, l’une des principales figures du « souffle de décembre » pour paraphraser le livre dirigé par Sophie Béroud et René Mouriaux (1997). Ancien secrétaire confédéral de la CGT de 1999 à 2013, élu actuellement au conseil d’administration du Bureau International du Travail, il est en décembre 1995 le secrétaire fédéral des cheminots depuis deux ans. Dans cet entretien réalisé en janvier 2019, il revient sur la genèse de cette mobilisation et livre, 25 ans après, un éclairage sur la manière dont les cheminots ont mené cette lutte. Ce témoignage semble révéler deux transformations majeures du syndicalisme. Pour le dire vite, le mouvement social de 1995 montre que les pratiques syndicales sont bousculées à la fois par « le bas » et par « le haut ». Dans cet échange, Bernard Thibault soutient tout d’abord l’idée que ce mouvement social s’enracine en effet dans une dynamique au long cours que l’on pourrait qualifier de « décorporation » du syndicalisme cheminot. Il rappelle ici la volonté d’ouverture progressive du groupe des « roulants » à l’égard d’autres professions internes et externes à la SNCF, en particulier à la suite d’un conflit datant de 1986. Comme le mentionne ici Bernard Thibault, les syndicats cheminots, CGT en tête, sont bousculés par des mouvements de « coordinations » – le plus souvent impulsés par des militants CFDT aguerris dans les années 1970 (Leschi, 1996) –, qui transforment les modalités d’organisations de lutte, en particulier par la mise en place d’assemblées générales (Leschi, 1997). Mais plus que l’influence de nouveaux modes de lutte – les AG sont très inégalement ouvertes et investies –, c’est bien un mouvement historique d’ensemble qui semble générateur de cette « décorporation », comme l’expose ici Bernard Thibault et qu’il incarne d’ailleurs directement, en devenant en 1985 le premier secrétaire non roulant d’un syndicat de cheminot. En une dizaine d’années – la chute du Mur de Berlin est passée par là –, Bernard Thibault retrace un mouvement d’ouverture interprofessionnelle à l’entreprise SNCF qui en 1995 atteint son paroxysme avec le soutien du mouvement social par les cadres. Si le mouvement est avant tout celui des conducteurs, il parvient désormais à rallier toutes les strates de la société ferroviaire. À cet égard, les syndicalistes réussissent à jouer habilement les intermédiaires en trouvant un juste équilibre entre respect d’entre-soi professionnels lors des AG et liens inter-catégoriels (Leschi, 1997). Cette volonté de s’appuyer sur la diversité salariale de l’entreprise semble alors enchâsser une politique d’ouverture syndicale plus générale de la part de la CGT, dans l’optique notamment de rejoindre la Confédération Européenne des Syndicats (CES). En dépit de l’isolement de la direction de la CFDT, Bernard Thibault tient en effet à rappeler le souci constant d’une construction unitaire du mouvement : l’ensemble des stratégies est pensé de sorte à maintenir en priorité l’accord le plus large des fédérations professionnelles, annonçant l’avènement d’une nouvelle stratégie confédérale, celle du « syndicalisme rassemblé » qui structurera l’action syndicale de la CGT jusqu’au début des années 2010.

  • 2 Dans un article retraçant le conflit chez les cheminots, Georges Ribeill évoque une suppression inf (...)

5Ce changement de pratiques syndicales s’explique aussi par des changements venus « d’en haut », par les menaces croissantes de libéralisation du rail qui pèsent alors sur la société nationale des chemins de fer. S’il est de coutume désormais de faire remonter la genèse du « néolibéralisme » à la fin des années 1970, Bernard Thibault rapporte ici factuellement l’émergence de ce nouveau paradigme politique par l’exemple de l’entreprise public du rail. Il rappelle en effet que si l’élection de François Mitterrand en 1981 écarte des premières velléités de dépeçage du rail français, la SNCF n’en demeure pas moins menacée par les projets de réduction des lignes et de ses missions de service public. En ce sens, si le mouvement social de 1995 porte sur la réforme des retraites de la fonction publique, il est fortement alimenté par une problématique sous-jacente propre au démantèlement du rail. Comme le mentionne Bernard Thibault, le mouvement social de 1995 est porté par les inquiétudes liées au renouvellement du contrat de Plan entre l’État et la SNCF qui arrive à son terme au même moment. Or, depuis l’instauration de cette planification en 1986 par la droite, cet instrument n’a servi qu’à mettre en place des politiques de rigueur visant à réduire les effectifs et les moyens du service public ferroviaire. L’annonce informelle de la fermeture de près « 12 000 kilomètres »2 des voies du pays provoque un émoi profond non seulement chez les conducteurs, mais dans toute la famille cheminote. Cette menace sans précédent de restructuration conduit alors la CGT à reformuler ses mots d’ordre, suivant une fois de plus une « décorporation » de leurs pratiques syndicales. Non seulement ces menaces élargissent leurs bases sectorielles – en faisant la jonction avec l’encadrement – mais elles redéfinissent l’objet du combat syndical. Il s’agit désormais de nationaliser la cause du rail, d’en faire un enjeu d’intérêt général en défendant sa fonction essentielle de service public. Intérêts corporatifs et intérêts publics se confondent. Mieux : les premiers sont subordonnés aux seconds. Le syndicalisme n’apparaît plus alors comme le porte-parole d’un groupe de travailleurs, mais comme les garants d’une « civilisation » pour reprendre les termes désormais emblématiques de Pierre Bourdieu. Bernard Thibault s’en souvient encore.

6Dès lors, si comme l’affirme Olivier Schwartz, « l’action de décembre 1995 ne mérite ni les excès d’honneurs, ni l’indignité » (p. 470), elle constitue rétrospectivement le premier mouvement d’une nouvelle ère. Dans un monde post-guerre froide, la lutte des classes n’a pas été « battue » par la moyennisation de la société française, selon une thèse dominante des années 1990, mais a plutôt cédé la place à la formulation d’un nouvel antagonisme entre le « peuple » et les « élites » (Capdevielle, 2001). Depuis 25 ans, tout se passe comme si les tendances surgies – ou révélées – pendant le mouvement de 1995 s’étaient progressivement exacerbées. La fermeté juppéiste apparait moindre désormais en comparaison de l’opiniâtreté d’Edouard Philippe. De leur côté, face aux propos et postures « jupitériennes » d’Emmanuel Macron, les aspirations horizontalistes ont largement débordé les dépôts de train et de bus pour envahir les ronds-points. Néanmoins, si cette « grande transformation » idéologique semble toujours bousculer le syndicalisme – comme l’a suggéré l’ambivalence des organisations à l’égard des gilets jaunes (Gourgues, Quijoux, 2018) –, le mouvement de l’hiver 2019 a montré qu’il était toujours en mesure de mener des grèves non seulement combatives mais largement plébiscitées par l’opinion publique (comme en attestent les sondages mais surtout les millions d’euros collectés par les caisses de grève). À cet égard, le mouvement de 1995 a su aussi réactiver des lectures marxistes (Béroud, Mouriaux, 1997 ; Leneveu, Vakaloulis, 1998) qui, dans l’ombre du « populisme », connaissent également un retour significatif (Bouffartigue, 2003 ; Benquet, 2009 ; Simonet, 2018 ; Hugrée et al., 2017 ; Rosa Bonheur ; 2019). Le conflit social 2019 a montré toutefois les limites d’un mouvement réduit, de fait, à la seule fonction publique et à des mots d’ordre uniquement défensifs (Béroud, Pernot, 2020). Dans un contexte d’inclinations autoritaires du néolibéralisme, le syndicalisme ne devra pas seulement renouveler les moyens de l’action collective, comme on a tendance à le penser. À l’image de la gauche tout entière, il devra reconstruire un nouveau projet politique d’émancipation. Fort de 25 ans de pratiques démocratiques croissantes, d’une expertise économique grandissante et de luttes pour l’emploi, il possède sans aucun doute les moyens d’une telle ambition.

Entretien

7L’entretien a été réalisé en janvier 2019 dans un café près d’Arts et Métiers. Pour faciliter la lecture, il a été partiellement remanié en prenant garde de ne pas transformer les propos de Bernard Thibault.

Camille Noûs : Est-ce que tu peux te présenter en quelques minutes ?

Bernard Thibault : Me présenter ? C’est assez simple. Bernard Thibault donc, j’étais secrétaire général de la Fédération des cheminots à partir de 1993 jusqu’en1999 où j’ai pris la direction de la CGT pour 14 années jusqu’en 2013. Auparavant j’étais secrétaire de syndicat de secteur sur la gare de l’Est. Je suis monté à la « Fédé », comme on dit, à partir des années 1988-1989. Et puis maintenant je suis élu au conseil d’administration du Bureau International du Travail. Je travaille sur le droit social au plan international, au plan mondial, et non plus exclusivement au plan national.

C. N. : Comment se déroule, à l’époque, la progression d’un militant au sein du syndicat ?

B. T. : Ben moi je me suis engagé très jeune, dès que je suis rentré aux ateliers de la SNCF. Je travaillais aux ateliers de la Villette, qui ont disparu maintenant, comme ouvrier qualifié, après un CAP obtenu sous la forme d’apprentissage. C’est une période où l’apprentissage était encore répandu, singulièrement dans le secteur public. La SNCF, comme d’autres, recrutait beaucoup de jeunes, les formait elle-même, avec un cursus qui était le même que l’Education Nationale pour la partie forcément générale : français, maths, etc. Et pour la partie technique, naturellement, on travaillait déjà sur du matériel ferroviaire, ce qui fait que le CAP était très professionnel, avec des structures assez efficaces puisqu’il y avait un taux de réussite au CAP de l’ordre de 95-96 %. Et donc quand on rentrait comme apprenti, en règle générale, sauf s’il y avait une grosse… une grosse bavure je dirais, on avait la quasi-certitude d’être embauché à l’issue de la formation. Donc moi j’ai commencé très jeune…

C. N. : Tu avais quoi ? 17 ans, 18 ans ?

B. T. : Non non, j’avais 15 ans. On était… Ça faisait partie d’un cursus de formation où… Je suis rentré à 17 dans l’atelier. Et j’ai adhéré au syndicat en entrant.

C. N. : C’était mécanique un peu à l’époque ?

B. T. : Du tout, non. Dans cet atelier, qui était assez fortement syndiqué à l’époque, comme beaucoup de services à la SNCF, – le taux de syndicalisation était bien supérieur qu’à la moyenne –, il y avait un fort syndicat CGT et il y avait un militant, un très vieux militant syndical et politique – aujourd’hui on dirait un « vieux stal » pour essayer de faire simple – qui était pourchassé par la hiérarchie. Il en était même malade, il avait eu plusieurs accidents au boulot, et contrairement à un usage qui fait que plus on avance dans les années dans l’entreprise – surtout dans les ateliers où les travaux étaient parfois pénibles surtout salissants, on travaillait sur les locomotives, il fallait rentrer dans les vapeurs, enfin bon, c’est assez sale… Donc l’usage voulait que, plus on avançait dans l’âge, moins on faisait de travaux pénibles… Et lui, contrairement à l’usage, puisqu’il était militant, on le confinait justement aux travaux les plus pénibles. Il avait le dos cassé, il était dans un état… à quelques années de la retraite, donc c’était vraiment… c’était dégueulasse. Et je voyais ça, alors il jouait son rôle, il était délégué du personnel, il avait une grande gueule, mais quelque part il s’efforçait à sa manière de défendre la cause, de défendre les conditions… Et bon j’ai trouvé ça scandaleux, infâme, et c’est par solidarité quelque part que j’ai adhéré au syndicat.

C. N. : Parce que les conditions de son traitement en tant que représentant du personnel…

B. T. : Oh la la j’ai trouvé ça indigne quoi, et c’est ça qui m’a motivé pour adhérer au syndicat. Et puis moi, quand j’ai adhéré au syndicat, l’idée c’était que, adhérant à une organisation de ce type-là, c’était pour y faire quelque chose. Donc je me suis porté volontaire très tôt pour dire : comment je peux être utile ? Dans ce cas, les sollicitations ne manquent pas, et j’ai commencé par m’occuper des revendications des jeunes, on avait une Commission Jeunes dans le syndicat. Parce qu’une des caractéristiques, surtout en région parisienne, c’est que la SNCF recrutait beaucoup en province et faisait monter des jeunes à Paris, là où elle avait le plus de besoins. Et c’étaient, « les célibataires » puisque très souvent c’étaient des jeunes hommes qui comme moi avaient passé un CAP mais en province, alors que les postes étaient beaucoup plus nombreux sur la région parisienne. Et ces gosses-là montaient à Paris pour la semaine – puisque pour l’essentiel, aux ateliers, on travaillait les cinq jours de la semaine, il y avait une astreinte le week-end. Mais eux en général étaient exonérés, les provinciaux, et ils repartaient dans leurs familles le week-end. Donc la semaine ils étaient hébergés dans ce qu’on appelle les foyers de célibataires, propriété de la SNCF… Il y avait un règlement très strict dans ces foyers, car on est dans les années 1980… Et il y avait notamment… je sais que ça fait sourire en en reparlant mais c’est pourtant la réalité, et dans ce règlement il était interdit aux jeunes hommes, c’étaient quasiment-exclusivement des hommes, de recevoir des femmes après 22 heures.

C. N. : C’est quand même presque 20 ans après mai 68, c’est marrant.

B. T. : Je sais que ça surprend mais… Et donc nous voilà avec la section syndicale à engager une action sur toute la région parisienne, on s’était coordonné puisqu’il y avait des Commissions Jeunes sur toutes les grandes gares parisiennes, et on s’est coordonné pour créer un mouvement, avec pétitions, manifestations, pour faire bouger ce règlement. On a fini par obtenir gain de cause. Voilà ma première bataille, ma première bataille syndicale ! [Rires]

C. N. : Et du coup tu as commencé à te faire connaître un peu comme ça au sein de…

B. T. : Oui, et puis alors, bon ben, petit à petit naturellement dès lors qu’on participe à des actions, qu’on commence à organiser… bon ben petit à petit…

C. N. : Tu intègres le…

B. T. : La direction du syndicat, et puis peu de temps après, puisqu’on a une… on est encore dans cette période-là, avec un régime de retraite où les gens partent à 50 ans pour les conducteurs et 55 ans pour les gens des ateliers. Et moi je travaillais dans un dépôt, donc c’est une partie atelier, et une partie de conducteurs de trains. Il y avait même plus de conducteurs de trains que de gens à l’atelier. Et historiquement, le syndicat a toujours été dirigé par des conducteurs. Mais alors cet âge précoce de départ en retraite fait que, de fait, le syndicat est obligé de penser au renouvellement de ses cadres assez tôt parce que les gens partent à 50 et 55 ans. Surtout dans un dépôt. Et donc le secrétaire du syndicat partait, et puis – donc ça c’était en 1985, par-là, 1984-1985, je dirais. Et là, en regardant la composition du syndicat, les différents militants, plusieurs ont dit : voilà, Bernard il pourrait prendre la direction du syndicat.

C. N. : Toi, tu avais quel âge, toi, à ce moment-là ?

B. T. : Moi j’avais donc 25 ans, 26 ans.

C. N. : Ah oui, très jeune. Ça ne te faisait pas peur ? Parce que c’était un gros syndicat, je pense, non ?

B. T. : Ah ben oui on était 800, et on avait 230 adhérents. On faisait 70 % aux élections. C’était un gros truc, oui, ce n’était pas de la plaisanterie. Et surtout que là… la révolution entre guillemets, c’est que c’était la première fois dans l’histoire du syndicat qu’on envisageait que quelqu’un de l’atelier prenne la direction d’un syndicat qui était d’abord composé de conducteurs de trains. Les « barons du rail », ce n’est pas qu’une légende ! Et même dans le syndicat, même si c’est tout à fait différent, parce que dans le syndicat les rapports sont naturellement, essayent de…

C. N. : D’être plus fraternels on va dire.

B. T. : Y compris ceux qui considéraient que…en travaillant aux ateliers ils n’avaient pas une connaissance – ce qui était vrai – exacte du métier de conducteur. Et donc que ça pouvait être un handicap si tu veux représenter l’ensemble. Ça a discuté, ça… et puis on a avancé sur l’idée que c’est surtout le collectif qui compte, ce n’est pas simplement un individu. Ce qu’on demande à un individu, en premier, c’est d’être un animateur, quelque part, mais on ne lui demande pas forcément d’être un expert dans tous les domaines, il peut s’appuyer sur les copains qui ont les compétences… tu vois. Et c’est comme ça que, bon voilà, je me suis retrouvé secrétaire du syndicat. Et j’étais secrétaire du syndicat au moment de la grève de 1986 : Chirac est Premier ministre, Mitterrand est Président de la République, c’est la période de cohabitation. On nous balance une réforme de la grille de rémunération des conducteurs, une grille au mérite. Et là, le truc part en sucette. La première organisation à la SNCF chez les conducteurs, ça s’appelait la FGAC à l’époque, la Fédération Générale des Agents de Conduite Autonome. Un syndicat donc « hyper corpo’ » et présent uniquement pour les conducteurs. C’est parti… un peu de la base, on va dire. Et puis comme il n’y avait que les conducteurs, la CGT n’était pas tout à fait d’accord pour que ça soit une mobilisation exclusivement des conducteurs. Mais eux ont arrêté le boulot, et en deux trois jours… donc la CGT s’est ralliée au mouvement mais tardivement. On a été plutôt en résistance dans un premier temps. C’est de là qu’il y a eu, de la part des conducteurs, une forme de suspicion à l’égard des syndicats en général. C’est là que sont apparues les coordinations. Alors des coordinations qui n’étaient parfois pas que spontanées, il y avait aussi des militants qui portaient l’étiquette CFDT et qui ne pouvaient pas officiellement apparaitre comme mobilisés. Donc là, la CGT a été bousculée parce que, premier syndicat de l’entreprise, voilà un mouvement qui part. Et alors là c’est grève pendant Noël et Jour de l’an, avec les braseros et les réveillons dans les gares et sur les piquets… Ça a été très chaud parce que le public… c’était une grève corpo’, et on n’avait pas le public avec nous, c’était con... Sauf que les gares, ça occupait, il n’y avait pas de train qui roulait. Mais c’était chaud. Et en plus dans un rapport politique, quelque part Mitterrand va voir les grévistes sur un piquet de grève en tant que Président de la République, le truc… alors que Chirac est Premier Ministre… C’est assez merdique. Bon on obtient à la fin un retrait, la grille est retirée. Mais du coup ça ouvre tout un débat dans la CGT sur la manière de fonctionner. Et… surtout la part de démocratie dans les revendications, les formes d’actions, et que la Fédération Nationale doit être plus un réceptacle plutôt que la structure qui donne les consignes. Une verticalité à l’envers, quoi. Bon moi j’avais sur la gare de l’Est essayé de nouer des contacts, parce qu’entre-temps j’étais passé du dépôt de la Villette à l’ensemble du secteur gare de l’Est. On m’avait aspiré à l’échelon régional. Mais une région SNCF, qui n’est pas une région administrative, car la SNCF est un État dans l’État, elle a son propre découpage.

C. N. : Ça suit les lignes ferroviaires, j’imagine ?

B. T. : Oui c’est ça. Donc si tu veux le secteur de Paris-Est, il allait presque jusqu’à Troyes, tu vois ? De la gare de l’Est jusqu’à Troyes. On avait 12 000 bonhommes à peu près, mais éparpillés carrément tout au long des voies. Et donc moi je m’étais forcé pendant ce conflit, alors que les consignes étaient un peu différentes, de discuter, de nouer des contacts avec ceux qui se revendiquaient de la coordination. Ce qui fait que ça ne s’était pas trop trop mal passé. On avait discuté de la forme que prenait le mouvement chaque jour pour éviter un éparpillement qui aurait été catastrophique. Et donc, à partir de là, et de la réflexion interne qui se nouait à la CGT, quelques années après, deux trois ans après, il y a eu un congrès à la Fédération, et là certains ont avancé : ce serait bien que tu intègres le bureau fédéral. Donc étage supplémentaire, là j’arrivais au niveau national. Le congrès d’après, je suis passé, secrétaire général adjoint de la Fédération, donc numéro 2 si on veut faire simple, et puis le congrès d’après, numéro 1. Voilà, ça a été… Et donc moi je suis élu en 1993, en mars ou quelque chose comme ça, et 1995 est arrivé en novembre, un an et demi après que je sois secrétaire général.

C. N. : Comment toi tu le sens venir le truc à ce moment-là ?

B. T. : On ne sait pas que ça va se passer comme ça mais il va se passer quelque chose de gros chez nous parce que… ça fait 10 ans qu’on y travaille, 1986-1995. Les conclusions du mouvement de 1986 dans la démarche syndicale amènent la CGT à travailler totalement différemment. D’un point de vue de la démocratie interne, j’entends. Et puis nous on a un enjeu qui est considérable qui touche au statut de l’entreprise. Déjà on est passé par 1981, si on n’avait pas eu l’élection de Mitterrand en 1981, la SNCF était privatisée.

C. N. : Ah déjà ?

B. T. : C’était le projet de la droite à l’époque. Nous, l’élection de Mitterrand nous sauve, si on fait abstraction de tout le reste. Un gouvernement d’union de la gauche avec des ministres communistes au gouvernement dont Fiterman aux transports qui fait adopter – il y est pour beaucoup, hein, clairement – la Loi d’orientation des transports intérieurs. Parce que la nationalisation de la SNCF avait une échéance [émise par le gouvernement de Raymond Barre] : c’était 1980. Et donc la question était de savoir ce que l’État allait faire après 1980. Et c’est là que la droite disait : nous [on va privatiser]. Et la gauche disait : non, nous, pas question. Et Mitterrand, donc, charge Fiterman de présenter un plan mais sur les transports intérieurs. Bon il y a aussi plusieurs évènements qui, dans les transports… des accidents graves d’autocars, ou de transports routiers, etc. Bref la SNCF est replacée au centre d’une politique dite sociale des transports, des transports de groupes, des scolaires, les vacances, enfin il y a toute une approche politique avec des recrutements, la réouverture de lignes. À partir de 1986 : retour de la droite. Là, elle instaure le principe du « contrat de plan ». Le contrat de plan c’est-à-dire un contrat pour cinq années qui définit les moyens que l’État alloue à la SNCF et qui fixe à la SNCF son programme d’activités. Et là, les choses commencent à se compliquer avec la droite qui montait. Il n’est pas question de privatiser la SNCF comme c’était le projet initial, mais on va contracter les moyens. C’est le début de la concentration de tous les moyens sur le TGV, les programmes, c’est là que ça commence vraiment, en sachant qu’au départ la CGT milite pour le train à grande vitesse. On est le seul syndicat au conseil d’administration à voter pour les recherches sur le train à grande vitesse. D’aucuns considéraient que le train n’avait plus d’avenir, il y avait l’avion, pour eux, il n’y avait plus de pertinence… Et nous, on considérait que non. Après, ça s’est compliqué dans la mesure où les moyens n’ont pas suivi, et donc une des conséquences, ça a commencé dans ces années-là, ça a été d’absorber l’essentiel des moyens sur la seule grande vitesse au détriment du reste du réseau. Avant la fin du second contrat de plan (1991-1995), on prépare le troisième...

C. N. : Et puis, progressivement, de plan en plan, ça se…

B. T. : Et de plan en plan, le réseau se contracte, les effectifs diminuent… On cherche tous les moyens pour pressurer l’entreprise, on l’éloigne de sa mission de service public. Il n’y a pas de licenciement. Mais avec la pyramide des âges, voire des externalisations, c’est-à-dire le transfert des activités à la sous-traitance, ça commence. Tu filialises, c’est-à-dire tu coupes des branches tout en gardant le statut de cheminot. Le Sernam par exemple, le transport de colis au départ des gares repris par des camions, dans un premier temps on coupe ça de l’activité, du cœur de métier. On filialise, on crée une structure juridique, financière ad hoc. Les personnels qui sont cheminots là-dedans restent cheminots dans un premier temps mais au fil des ans et au fil de leurs départs, tu reprends des contractuels qui n’ont plus le statut de cheminot, déjà à l’époque. Donc on se prépare pour le contrat de plan qui va commencer au 1er janvier 1996. Alors durant ces 10 ans, on a travaillé syndicalement. Mais les choses se sont détériorées, du point de vue du service public. On a fait plein de manifestations nationales, on a fait campagne auprès des élus locaux, parce qu’on a déjà des départements, des localités qui souffrent. Où des lignes se ferment, enfin, le processus de désertification est déjà là. Et là, la CGT remporte les élections au fur et à mesure. Il y a sept fédérations de cheminots, et la CGT à elle seule fait 48 %. La CGT devient en fait première organisation chez les conducteurs. Bon le paysage change et du coup la responsabilité, le poids de la CGT sont encore plus forts par rapport aux échéances. 1995 : Chirac est élu sur le thème de la « fracture sociale ». Au mois de mai-juin, fin mai je crois, on a une grande manifestation des cheminots à Paris, indépendamment de l’échéance présidentielle, c’est pas le sujet. On veut aller voir le nouveau Ministre des transports par rapport au contrat de plan. Et le message qu’on diffuse depuis des mois et des mois dans le pays, c’est : la SNCF appartient à la nation, et le devenir de la SNCF ne peut pas se décider seulement par un gouvernement ou par une négociation simplement entre la direction de la SNCF et le gouvernement. Le service public SNCF appartient à la nation, il faut que l’ensemble des français d’une manière ou d’une autre… On mène campagne sur ce thème-là. Alors on mène campagne auprès des élus locaux, on mène campagne avec les associations d’usagers, enfin bon bref, on multiplie pour sensibiliser sur cet enjeu, faire connaitre l’échéance de fin 1995, échéance du nouveau contrat de plan, et on crée tout un environnement. On monte à Paris le 23 mai peut-être bien, ou le 24 mai 1995, peu de temps après l’élection de Chirac et on réunit à Paris 60 000 cheminots. On est à l’époque 240 000 dans la boite. À l’appel de tous les syndicats. Parce qu’en plus, depuis des années on avait fait le choix stratégique de dire que l’on peut avoir des divergences entre nous sur ceci sur cela, mais que sur l’avenir de l’entreprise il y avait une convergence d’analyse, de vision, de la place que devait occuper… Donc on fait abstraction de ce qui nous différencie et on mène une bataille commune. Et ça marche, tout le monde est d’accord. Et donc la plupart des initiatives se font à l’appel des sept syndicats en permanence pendant des mois, dont cette manifestation nationale à Paris. 60 000 personnes, dont une partie importante de l’encadrement qui a complètement bougé au fil du temps parce qu’on voit bien que le cœur de métier est en train d’être galvaudé, laminé.

C. N. : Ce sont des logiques financières qui commencent déjà à prendre le dessus et eux s’en rendent compte.

B. T. : C’est ça. Bien sûr. Ils ont compris qu’ils sont entre le marteau et l’enclume, on voit bien, on leur demande de sacrifier le réseau. Et donc d’ailleurs ça comptera énormément pour la suite : bascule, une grosse partie, pas la totalité, mais une grosse partie de l’encadrement non seulement qui comprend le mouvement, mais y participe. Y compris avec des paroles et une expertise qui renforcent l’argumentation syndicale. Si c’est les ouvriers qui disent un certain nombre de choses…

C. N. : Ça légitime entre guillemets.

B. T. : Voilà, ça crédibilise encore un peu plus. Et puis en plus ça nous permet d’améliorer notre argumentation avec des expertises, l’accès à des infos qu’on n’avait pas forcément. Il y a une partie de l’état-major qui nous glisse des informations aussi. Voilà, nos points d’appui s’élargissent. Donc on fait cette manifestation en mai, on est reçu – le gouvernement est fraîchement installé, on est reçu par le gardien du Ministère des Transports. Il y a 60 000 mecs dans la rue, et on est reçu par le pantin de service. Et on amène des cartons, il y avait 140 000 ou 150 000 signatures sur une pétition, uniquement des cheminots de la boite. Plus de la moitié des cheminots avait signé une pétition. En gros, on veut la transparence sur les discussions sur le prochain contrat de plan. On ne savait rien. On ne savait rien du tout. On savait qu’il y avait des discussions entre les pouvoirs publics et la direction de la boite, mais dans le secret total. Les administrateurs de la SNCF, puisqu’il y a des administrateurs salariés, travailleurs, six qui siégeaient, impossible d’avoir de l’information des mêmes membres du conseil d’administration.

C. N. : Logique technocratique à fond.

B. T. : Complètement. Et bon, l’été se passe. On remet le couvert en octobre.

C. N. : Donc vous n’avez pas été reçus ce jour-là ?

B. T. : Rien du tout. Durant l’été il ne se passe rien si ce n’est que nous on continue nos campagnes, puis on se dit : bon maintenant il faut se préparer à la rentrée et bon voilà, il va falloir y retourner. On remet ça en octobre, et en octobre il y a une grande manifestation de l’encadrement de la SNCF.

C. N. : Sur quel sujet ?

B. T. : À la fois leur situation et le devenir de la SNCF. Les encadrants : une première. Là aussi à l’appel de tous les syndicats. Dans la boite il n’y a pas la CGC, historiquement elle n’existe pas, elle fait 2 %, voire 1,5 % mais il y a la FMC, la Fédération de la Maîtrise des Cadres, qui a toujours été, bon avec des périodes, mais très souvent le syndicat sur lequel la direction s’appuyait pour faire passer ses messages. Le syndicat de l’encadrement. Sauf que celui-là, il a aussi basculé au fil des années où les contrats de plan ont montré leur nocivité. Il a complètement évolué et il y a maintenant une majorité qui travaille à ce qui était une petite révolution. Avec la CGT, la CFDT, avec les autres quoi. Et ça la direction ne l’a même pas vu venir, n’a pas compris que là, il se passait quelque chose, pour elle, qui était déterminant : ses relais dans l’entreprise étaient en train de basculer dans l’autre camp. On arrive donc en octobre, manifestation devant le Parlement, il ne se passe rien. Et puis parallèlement dans les autres secteurs - puisque là c’est aussi important de l’évoquer, dans la santé, la Poste, dans d’autres secteurs professionnels, il se passe des choses. On arrive à l’automne-hiver, et nous on a une échéance : début novembre le conseil d’administration doit être convoqué pour prendre connaissance de ces discussion secrètes. Sauf qu’on apprend que c’est un tiers du réseau qu’il est prévu de fermer ! Sur 36 000 km de lignes, 12 000 doivent fermer. La suppression en emploi, je ne sais plus combien, est, massive. On continue dans cette spirale mais alors là en accélérant la cadence. Un truc irréversible. Et donc là, on sait que l’heure de vérité approche. Ça, c’est prévu pour novembre. Donc on se réunit. On réunit un Conseil national les 15 et 16 novembre, qui était programmé pour décider de ce qu’on allait faire, mais on savait que là on allait en conflit dur. Le premier jour de notre Conseil national, c’est le jour, 15 novembre, où Juppé monte à la tribune de l’Assemblée Nationale pour annoncer le plan Juppé.

C. N. : D’accord. Ouais, super timing ! [Rires]

B. T. : On avait eu aussi des fuites sur ce qu’allait dire Juppé, par la presse… On savait qu’entre autres, il y avait le plan sur la Sécurité Sociale, sur les régimes de retraite, les régimes spéciaux, etc. Et dans les régimes spéciaux, il y avait les cheminots. Donc là non seulement, on avait cette affaire de contrat de plan, mais en plus on rajoutait la couche des régimes de retraite des personnels. Donc on commence notre réunion, moi je laisse deux copains en charge de suivre l’intervention de Juppé à la télé pour savoir ce qu’il allait dire plus précisément même si on avait un peu… Bon notre réunion débute et tout le monde confirme qu’on a les moyens d’avoir une grève… importante. L’unité est là, les gars sont là, enfin bon, bref, maintenant il n’y a plus qu’à. Et donc là on est le 15, le 23 novembre, il y a déjà dans le panorama une grève dans la fonction publique. C’était un vendredi, vendredi 23 novembre. Là, ce sont les fédérations des services publics qui avancent des revendications qui leurs sont propres, c’est à la fois les effectifs, le pouvoir d’achat, les salaires, … Donc il y a cette grève dans le panorama de la fonction publique.

C. N. : Un alignement des planètes, si je puis dire…

B. T. : Voilà. Et donc une des questions c’est de dire : est-ce qu’on se joint à cette journée-là, tout en étant nous sur nos revendications, mais pourquoi ne pas les porter parallèlement à ceux… et au fil de la discussion on va plutôt dans cette direction-là. En même temps, on décide de ne prendre aucune décision tout seul mais de consulter les autres fédérations des cheminots. On a conduit le mouvement jusqu’à présent dans l’unité, ne faisons pas de bêtises de ce point de vue-là. Tout le monde est d’accord mais en même temps il faut que le deuxième jour – on est réuni deux jours – le deuxième jour il faut qu’on sache vers quoi on va. Dans l’après-midi du 15, les deux copains qui écoutaient Juppé reviennent et font le compte-rendu au conseil national, en disant voilà ce qu’a dit Juppé, le plan Juppé et puis la retraite des cheminots. Là… on nous déclare la guerre, c’est clair. Et donc moi j’ai un mandat, le premier jour au soir, de contacter les autres fédérations en disant : voilà nous on propose de se joindre à la journée programmée du 23 de la fonction publique, mais compte tenu de ce qu’il se passe chez nous, d’envisager de soumettre aux cheminots sous forme d’assemblée générale conduite par l’ensemble des syndicats sur le terrain, le principe d’une reconduction de la grève. Parce qu’on ne tient pas forcément au seul 23 novembre.

C. N. : D’accord. Donc c’est vous qui impulsez ça, l’idée de reconduire la grève.

B. T. : De grève reconductible, oui. Le soir, tous mes interlocuteurs, et pour cause, ils étaient aussi sous le coup de l’intervention de Juppé de l’après-midi. Ils savaient bien que dans la profession, l’affaire de la retraite, ça… J’obtiens un accord de principe tout en disant : notre conseil national, qui est réuni le 16, n’annoncera pas publiquement que la CGT [prend une initiative] toute seule dans son coin, mais on va convoquer rapidement une intersyndicale pour que ce soit une décision qui apparaisse comme une décision unitaire, par respect aussi pour eux. Ce qui ne pose pas de problème chez nous parce qu’on est d’accord mais on attend une [confirmation] qui intervient, je ne sais pas si c’était le lendemain ou le surlendemain mais enfin rapidement les choses se [précisent] Et donc on a un accord des sept fédérations pour la grève du 23 et la convocation de l’assemblée générale, je ne sais plus quels sont les termes, mais permettant aux cheminots de décider des suites du mouvement, mais chacun sentait bien que…

C. N. : Ça ce n’était pas une pratique qui avait… ça c’était novateur ?

B. T. : Non, en général jusqu’à présent on faisait des mouvements de 24 heures. Ce qu’on appelait la grève carrée. Comme les gens travaillent par roulements, la grève part de 20h 00 la veille jusqu’à 8h 00 le lendemain [afin que toutes les équipes puissent participer à la grève compte tenu des équipes décalées]. Ce qui permet de couvrir à peu près tous les cycles de service. Et là bon ben après, après c’était parti, la grève va durer plus de trois semaines, 23 jours.

C. N. : En fait si je comprends bien, ce qui va devenir un peu le « syndicalisme rassemblé » était déjà embryonnaire en fait ?

B. T. : Oui, complètement.

C. N. : C’est, à t’écouter, que ce soit vis-à-vis des cadres, des autres syndicats…

B. T. : Y compris c’est ce qui a amené Louis Viannet qui était secrétaire général de la CGT à l’époque, de s’inspirer, enfin, de trouver plutôt, dans ces éléments, l’idée que les syndicats pouvaient avoir des différends, des désaccords, voire certains conflits, mais pour autant devaient essayer de faire l’effort de travailler ensemble à chaque fois que c’était possible et envisageable sur un thème donné. L’idée du « syndicalisme rassemblé », c’est ça, c’est-à-dire qu’on n’est pas sur une unification syndicale. Mais n’y a-t-il pas des domaines sur lesquels les syndicats se doivent quelque part d’essayer d’avancer ensemble pour être plus efficaces, tout simplement, pour éviter la dispersion. Alors, 1995 : le « syndicalisme rassemblé » n’était pas tout à fait là puisqu’à la CFDT autour de Nicole Notat soutenait le premier ministre. Ce qui a provoqué une grosse crise à la CFDT et singulièrement chez les cheminots, puisqu’il y en a un grand nombre qui sont venus renforcer les rangs de la CGT.

C. N. : Mais comment toi tu perçois tout le mouvement social qui apparait justement après 1995, qui sont portés par des intellectuels, par des mouvements sociaux, etc. Comment toi en tant que dirigeant syndical, quels contacts vous avez ?

B. T. : Moi je n’ai pas eu, je t’avais dit, je n’ai pas eu de contact direct avec Bourdieu. Mais en même temps…

C. N. : Toi tu n’as pas des gens, que tu rencontres ?

B. T. : Bourdieu par exemple, Bourdieu, c’est dans son entourage, des gens qui le connaissent qui sont cheminots qui sont en grève à la gare de Lyon, et une conversation qui fait dire : ce serait bien que tu ailles prendre la parole devant des grévistes pour leur dire…

C. N. : Toi tu étais là ce jour-là ?

B. T. : Non moi je n’étais pas là, je n’étais même pas au courant de l’initiative. Et les copains de la gare de Lyon avaient pas du tout, comment dire…

C. N. : Mesuré ?

B. T. : Oui.

C. N. : Je pense que personne n’avait mesuré, ce qui est assez bizarre.

B. T. : Non. Dans ce mouvement qui avait duré 3 semaines, parce que l’intervention de Bourdieu a lieu en décembre. Donc 23 novembre… on doit être autour du 15ème jour de grève, tu vois que le mouvement est bien installé. Il y a eu les huit premiers jours où on en prend plein la gueule par les médias parce que forcément il n’y a plus de train, alors c’est les voyageurs « pris en otage », je t’en passe et des meilleures. Et puis au bout de 8 jours sort la première enquête d’opinion. Parce qu’aujourd’hui des enquêtes d’opinions il y en a toutes les 2 heures, donc… Bon 8 jours après, au bout de 8 jours il y a le premier sondage d’opinion : la grande majorité de Français soutient la grève.

C. N. : Oui, même vous vous êtes surpris ?

B. T. : Non parce qu’on a des témoignages sur le terrain, il y a des soutiens, on sent qu’il n’y a pas d’initiatives particulières à organiser. Et alors là, à la fois les médias commencent à changer de discours, de ton. Parce que forcément tu ne peux pas te couper d’une population qui majoritairement dit : « ben ils ont raison, donc quelque part moi je les comprends. Ils nous emmerdent, mais je les comprends ! » – « Oh ! Bizarre. Ah oui alors donc… » – « Mais est-ce que le gouvernement a fait assez de concertation, la méthode est-elle la bonne… ? »

C. N. : La pédagogie…

B. T. : « Il n’y a pas de pédagogie et blablabla » Et puis deuxième couche, des personnalités, dont Bourdieu et d’autres, disent : mais là… Je me souviens d’un mot de Bourdieu qui dit en gros : « en fait vous soulevez un problème de civilisation ». Nous on disait « un enjeu de société ». La place du service public, la SNCF appartient à la nation, on s’efforçait de montrer qu’on défendait, on essayait de défendre l’intérêt général. À la fois en matière de transport, le ferroviaire a toute sa pertinence, on n’était pas encore avec les problèmes récurrents d’écologie mais quand même ! La route était déjà un problème à l’époque, le transport routier, enfin bon bref. Et puis la sécurité, l’aménagement du territoire, tout ça était déjà… bon. Donc : enjeu de société. Et lui il dit : enjeu de civilisation.

C. N. : Ça, ça t’a marqué ?

B. T. : Ah oui, ça a été le terme. Il a dit d’autres choses fortes aussi, mais ça ! On n’aurait pas mis la barre à ce niveau-là ! On nous aurait dit : vous êtes complètement barjots les gars ! Mais non, lui il apporte une dimension sur la portée de l’évènement qui nous dépasse. Alors ça circule, et on prend même un peu le vertige quelque part, parce que là on a parlé de grève par procuration à cette époque, mais ça devient un peu vertigineux l’affaire. Parce que… alors il y a plusieurs professions qui sont dans le mouvement, notamment sous le plan Juppé, on n’est plus les seuls au fur et à mesure que les jours passent, les choses s’élargissent. Et en même temps à un moment du mouvement, et c’est la raison… c’est le calcul que fait le gouvernement Juppé, en lâchant intégralement aux cheminots, les cheminots ils vont reprendre le boulot, et ça va couper…

C. N. : Oui ça va diviser.

  • 3 L’acronyme « CPE » désigne le « Contrat Première Embauche », projet de loi porté début 2006 par le (...)

B. T. : Et nous objectivement, en dehors de la Sécu, qui reste un problème, mais sur l’avenir de la boite tout est remis à plat, on aurait pu... Le régime de retraite, on n’y touche pas, nous on a carton plein. C’est quand même pas des choses nouvelles, mais on remet tout à plat. Et à l’époque c’était… On contraint le gouvernement à reculer. D’ailleurs depuis beaucoup disent : c’est arrivé peu de fois. Il y a eu le CPE3, voilà… Donc à l’époque pour nous c’est perçu comme une grande victoire, c’est clair. La reprise du boulot en chantant, c’est pas courant ! Et le lundi ça reprend le boulot en chantant. Pas les assemblées générales. Avec des apéros de la victoire dans la semaine. Il n’y avait plus de direction d’entreprise, le PDG avait été viré. Parce que Bergougnoux – c’était Bergougnoux à l’époque qui était PDG, pendant des semaines et des semaines il dit au gouvernement, là où nous on demandait de la transparence : « les cheminots, j’en fais mon affaire ». Donc au gouvernement, le PDG est sûr de son fait, ils l’ont cru et ils ont pris pour argent comptant ce que le PDG… Et sauf que quand ils ont vu, c’était trop tard, le processus était engagé. En plus, il y avait une espèce de climat – alors, on a naturellement cherché à continuer à être solidaire du reste du mouvement qui a continué à se mobiliser, sur le plan Juppé, etc. Mais les évènements n’étaient plus tout à fait les mêmes, naturellement, dès lors que les cheminots avaient repris le boulot. Alors ça a servi de point d’appui pour entretenir le mouvement et aller plus loin contre le plan Juppé, mais là, après ça s’est heurté – alors à la fois chez certains, à cette idée de « grève par procuration » c’est-à-dire qu’on attendait des cheminots et de quelques autres qu’ils emportent le morceau pour tout le monde, et ça c’est pas possible, voilà. Et puis la limite d’un mouvement qui n’avait pas gagné dans beaucoup d’entreprises dans les mêmes formes, mais parce que les ingrédients n’étaient pas les mêmes que pour les cheminots.

C. N. : Tu l’as bien retracé, il y a plein de jalons...

Haut de page

Bibliographie

B. T. : C’est ça qui explique pourquoi les cheminots… Ce n’est pas comme ça, parce que les cheminots étaient plus combatifs, non, non ! Il y a aussi un concours de circonstances. Il y a un gouvernement qui, il faut le dire, s’est complètement pris les pieds dans le tapis, alors que parfois on pense que tout est programmé, calculé, etc., non, non !

Azémar Rémi (2019), « Se mobiliser sous le spectre de 1995. Quelles utilités ? Quelles réalités ? », Contretemps, [en ligne] : https://www.contretemps.eu/1995-2019-comparaison-mouvement-greve/

Balazs Gabrielle et Michel Pialoux (1996), « Crise du travail et crise du politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114, (1) pp. 3-4.

Barets Paul (1996), « Journal de grève », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 115, Les nouvelles formes de domination dans le travail (2), pp. 3-26.

Béroud Sophie (1997), « Chronologie du mouvement social de l’automne 1995 » In Cahiers du GEDISST (Groupe d'étude sur la division sociale et sexuelle du travail) (18), pp. 121-133.

Béroud Sophie et René Mouriaux (dir.) (1997), Le souffle de décembre, le mouvement de décembre 1995, continuités, singularités, portée, Paris, Syllepse.

Béroud Sophie et Jean-Marie Pernot (2020), « la grève, malgré tous les obstacles », Le monde diplomatique, mars 2020.

Bouffartigue Paul (dir.) (2003), le retour des classes sociales, Paris, La Dispute.

Benquet Marlène (2011), Les damnées de la caisse : enquête sur une grève dans un supermarché, Bellecombes-en-Bauges, Éditions Le Croquant.

Capdevielle Jacques (2001), Modernité du corporatisme, Paris, presses de Sciences Po.

Gourgues Guillaume et Maxime Quijoux (2018), « Syndicalisme et gilets jaunes », La Vie des idées, [en ligne] : http://www.laviedesidees.fr/Syndicalisme-et-gilets-jaunes.html

Hugrée Cédric, Pénissat Etienne et Alexis Spire (2017), Les classes sociales en Europe, Marseille, Agone.

Leneveu Claude et Michel Vakaloulis (1998), Faire mouvement, novembre et décembre 1995, Paris, PUF.

Leschi Didier (1996), « Les coordinations, filles des années 1968 », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 30 avril 2020 : http://journals.openedition.org/clio/467

Leschi Didier (1997), « La construction de la légitimité d'une grève : le rôle des assemblées générales de la gare de Lyon », Sociologie du travail, (4), pp. 499-522.

Piotet Françoise (1997), « Les événements de décembre 1995, chroniques d'un conflit », Sociologie du travail, (4), pp. 523-545.

Rosa Bonheur (collectif) (2019), la ville vue d’en bas, travail et production dans l’espace populaire, Paris, Éditions Amsterdam.

Ribeill Georges (1997), « Le conflit des cheminots de novembre-décembre 1995 : les avatars politiques d'une grève corporative », Sociologie du travail, (4), pp. 425-448.

Schwartz Olivier (1997), « Sur la question corporative dans le mouvement social de décembre 1995 », Sociologie du travail, (4), pp. 449-471.

Simonet Maud (2018), Travail gratuit, la nouvelle exploitation, Paris, Textuel.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Sophie Béroud et Baptiste Giraud pour leurs remarques très éclairantes sur la première version de ce texte.

2 Dans un article retraçant le conflit chez les cheminots, Georges Ribeill évoque une suppression inférieure de 50 % (1997).

3 L’acronyme « CPE » désigne le « Contrat Première Embauche », projet de loi porté début 2006 par le premier ministre de l’époque Dominique de Villepin. Il visait à créer des conditions d’embauches spécifiques à destination des moins de 26 ans. Il prévoyait une baisse de charges pour les employeurs mais surtout une période d’essai de deux ans au cours de laquelle les salariés pouvaient être licenciés à tout moment sans motif. Ce projet a suscité de grandes mobilisations de la jeunesse, des syndicats et des partis de gauche qui ont conduit à l’abandon de ce projet de loi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Noûs, « « On nous déclare la guerre, c’est clair » »La nouvelle revue du travail [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 12 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.6644

Haut de page

Auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Rravail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals