Skip to navigation – Site map

Éditorial

La Nouvelle Revue du Travail
Translation(s):
Editorial (English) [en]
Editorial (Español) [es]

Full text

1Ce numéro 16 de la Nouvelle Revue du Travail est un numéro spécial, fruit des décisions prises dans le collectif « Revues en lutte » qui regroupe plus de 150 revues de Sciences de l’Homme et de la Société (SHS). Il sort avec un mois de retard en raison du changement de programmation né de la participation de la NRT au mouvement social des revues, puis de l’impossibilité de se réunir physiquement durant la pandémie. Il rassemble six articles étroitement liés aux luttes récentes et à leur ancrage historique : ce sont des articles mis à disposition par d’autres revues traitant d’autres champs scientifiques ou d’autres disciplines. Tous abordent les changements socio-économiques d’un point de vue critique pour éclairer les luttes sociales contemporaines ou les réactions des populations. La fin de cet éditorial revient sur cette démarche sans précédent de la création d’une sorte de commun rassemblant des dizaines d’articles scientifiques, pour montrer la volonté politique de s’opposer à un projet de loi qui va à l’encontre de la production et de la diffusion des connaissances scientifiques.

2Pour faire le point et pour nos lecteurs à l’étranger, nous résumons ici en plusieurs actes le fondement des luttes sociales des travailleurs en général et des universitaires en particulier à la fin de 2019 et au début de 2020.

Premier acte : les retraites

  • 1 L’argument de la multiplicité et de la complexité des régimes de retraites existants a été central (...)

3Le gouvernement français a entamé une réforme profonde du système de retraites dont le mobile premier déclaré était celui de rendre plus égalitaire le montant des pensions versées aux retraités ; l’âge du départ à la retraite et le mode de calcul des pensions diffèrent selon les secteurs et s’organisent dans de nombreux régimes spéciaux1. Dans la fonction et les secteurs publics où les salaires sont en moyenne inférieurs de 20 à 40 % par rapport à ceux du privé, le calcul du montant des pensions se fait sur les six derniers mois d’activité, ce qui est plus avantageux que dans le secteur privé où le calcul se fait sur les 25 meilleures années d’activité.

  • 2 Pour comprendre comment ce mouvement a pu durer si longtemps, voir les conditions sociales et de tr (...)
  • 3 La première fois où cette notion a été utilisée fut durant le mouvement social de l’hiver 1995, com (...)

4La volonté du Président de la République, suivant en cela son programme électoral, était de créer un système unique, présenté comme plus juste et plus égalitaire. C’était devenu une affaire de bon sens ! Sauf que ceux et celles qui savaient ce qu’ils allaient perdre sans garantie de retrouver quelques avantages dans le nouveau système se sont rebellés : ainsi les salariés de la SNCF et la RATP ont bloqué l’activité économique et sociale pendant deux mois2, largement soutenus par les fonctionnaires et par d’autres secteurs très engagés contre le projet mais numériquement plus faibles : les avocats, les enseignants, les chercheurs, etc. Ce mouvement social, dont le rejet du nouveau système était partagé, a bénéficié de la sympathie de la population (voir l’article « Cinq femmes à distance de la lutte contre la réforme des retraites ») et des salariés du secteur privé qui ne pouvaient guère s’engager dans une grève longue : on a parlé, une nouvelle fois3, de « grève par procuration ».

  • 4 Le programme électoral d’Emmanuel Macron affirmait d’ailleurs que le volet financier n’était pas en (...)

5Devant l’impopularité de sa proposition de réforme, le gouvernement a tenté d’en justifier le fondement autrement : il a demandé aux experts de nouvelles projections sur le financement des retraites. Alors que les perspectives annoncées au début de 2019 envisageaient un relatif équilibre4, les nouveaux calculs annonçaient des déficits abyssaux de plusieurs dizaines de milliards d’euros par an... Au lieu de calmer le jeu en conduisant les travailleurs à se montrer plus raisonnables, cette nouvelle donnée fut interprétée comme l’aveu du véritable mobile de la réforme : allonger la durée de la vie active tout en réduisant le montant des pensions à verser, avec pour corollaire le développement du système de retraites par capitalisation tel qu’il fonctionne dans quelques pays anglo-saxons (voir l’article sur BlackRock, conseil auprès du gouvernement français). Par exemple, les pensions des fonctionnaires devraient baisser de 20 à 35 % selon les situations et les secteurs ; pour compenser cette réduction, le gouvernement a promis une augmentation des salaires de 20 % des enseignants, sans détailler ni les délais ni les modalités. Lesquels enseignants n’ont pas été dupes et ont continué d’exprimer leur mécontentement. Les analystes, syndicalistes, économistes, sociologues ont montré aussi combien ce nouveau régime était profondément défavorable à tous ceux qui ne peuvent faire état d’une continuité de cotisations : il s’agit des femmes qui s’arrêtent de travailler quelques années pour élever leurs enfants (on est loin ici de l’égalité de genre !), qui occupent 80 % des emplois à temps partiel et de tous les salariés précaires dont le nombre explose aujourd’hui dans la sous-traitance, l’intérim, le tâcheronnat sur les plateformes numériques ou plus généralement dans l’auto-entrepreneuriat.

  • 5 Cet article de la constitution de la Ve République permet, au Premier Ministre d'engager la respons (...)

6Le monde universitaire et de la recherche – chevilles ouvrières des revues – était doublement touché : d’une part chez les titulaires de la fonction publique dont le montant de la pension allait diminuer alors que l’âge de départ à la retraite pour bénéficier d’une retraite à taux plein, reculait ; d’autre part parmi les très nombreux précaires, représentant entre 35 et 45 % du temps travaillé dans le monde académique pour lesquels le montant de la retraite, déjà maigre, devait encore baisser. Quoique jamais exprimé clairement, après le mouvement des gilets jaunes (2018-2020), la réforme des retraites qui se revendiquait comme une exigence d’égalité au bénéfice des salariés du bas de l’échelle sociale, a été ressentie comme une profonde hypocrisie du Président de la République et de son gouvernement : entre un salarié payé au SMIC et certains patrons, ou hauts cadres de la finance et des entreprises les écarts vont de 1 à 100 voire à 150 (voir l’article « Quand les “premiers de cordée” coupent la corde derrière eux... et créent leur régime spécial »). Que sont devenus les experts et certains dirigeants éclairés d’entreprise qui revenaient du Japon durant les années 1980 en s’extasiant de l’échelle des revenus allant de 1 à 7 ? C’est en effet une belle imposture de s’attaquer au système français des retraites au nom de l’égalité sociale quand on tait – où que l’on développe – les véritables déséquilibres des revenus des actifs qui atteignent les sommets déjà énoncés. On comprend alors que la seule voie restant à un gouvernement contesté fut le recours à l’article 49.3 – une spécificité française en Europe parmi les démocraties occidentales – acte autoritaire s’il en est5, pour faire adopter le projet de réforme des retraites par l’Assemblée nationale en mars 2020 (voir l’article « Sciences en danger »).

Deuxième acte : la réforme de la recherche scientifique

7Parallèlement à cette réforme des retraites, le même gouvernement entendait suivre les recommandations d’un rapport – en réalité de trois rapports qui s’emboîtent – pour préparer la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui devait être adoptée au Printemps 2020. Pour en situer l’esprit, il suffit de se rapporter à une déclaration tonitruante plutôt pour le moins étonnante du PDG du CNRS : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale » (Les Échos, 26 novembre 2019). Voici donc l’inégalité de moyens de recherche entre laboratoires, hissée au rang d’émulateur : privilégier certains laboratoires (et certaines disciplines) et en faire disparaître d’autres pour faire gagner la France dans la course au savoir mesurée à l’aune du trop fameux classement de Shanghai.

8La programmation pluriannuelle de la recherche ne prévoit pas de combler le retard de la France dans le financement de la R&D (2,3 % du PIB alors que des pays comme la Corée du Sud investissent plus du double), mais de réorienter les moyens vers les disciplines et les laboratoires dont les résultats sont directement utiles au secteur privé. Cela passe par le pilotage centralisé de la recherche à travers le renforcement du rôle des agences d’évaluation et d’allocation des ressources. Ainsi le rapport préfigurant la loi s’alarme, dans sa comparaison internationale, de la faible proportion des financements sur projets en France, sans à aucun moment interroger l’efficacité de cette procédure de financement. Les auteurs constatent le découragement des chercheurs face à l’incessante diminution des chances de succès de leurs dépôts de projet, tombées à 11 % en 2015 et proposent donc une hausse de ce taux de réussite à 25 % voire à 40 %, ce qui nécessiterait une augmentation du budget de l’ANR de 0,5 à 2 milliards d’euros par an (il est de 680 millions d’euros aujourd’hui) ; ce que rejette le ministère des Finances. La solution passera par la baisse des subventions de fonctionnement des laboratoires, la coopération obligatoire entre ceux-ci et l’association étroite des entreprises aux projets.

9Ce financement par projet est cohérent avec les transformations radicales du recrutement et des carrières des chercheurs et enseignants-chercheurs qui seront de plus en plus indexés sur leur capacité à obtenir des contrats. Ainsi, les jeunes chercheurs se verront proposer des contrats à durée indéterminée de mission scientifique qui seront alignés sur la durée des projets (autrement dit à durée déterminée...), ou des contrats de post-doctorant « jeune chercheur à durée déterminée pour améliorer les débuts de carrière dans la recherche publique » dit le rapport (p. 7-8). Le système national de recrutement par des commissions paritaires d’évaluation des candidats (dans les grandes institutions de recherche comme le CNRS ou dans le ministère de l’enseignement supérieur via le Conseil National des Universités) disparaîtra au bénéfice d’un recrutement de type tenure-track organisé par les établissements. Ces contrats d’une durée de 5 à 7 ans, dits « contrats conditionnels », ne déboucheront pas nécessairement sur une titularisation, puisque cette dernière sera conditionnée par la « capacité démontrée à obtenir des financements sur contrat ».

10En résumé, l’organisation de la précarisation des chercheurs et des enseignants-chercheurs, soit aussi leur mise en concurrence (y compris entre générations) apparaît cohérente avec le pilotage centralisé de la recherche fondé sur le financement par projet : l’instabilité statutaire des chercheurs les conduits à accepter les règles d’une recherche dont ils seront de plus en plus dépossédés. De leur côté, les titulaires verront leurs revenus – augmentés de nouvelles primes censées rattraper le décalage des salaires traitements français – indexés sur leurs résultats exigés par les commanditaires publics et privés.

11Le même rapport de plus de deux cents pages ne réserve qu’une seule page aux Sciences de l’Homme et de la Société. Tout en reconnaissant que les évaluations bibliométriques ne correspondent pas nécessairement à la nature de leurs démarches, il recommande fortement l’association des SHS aux projets interdisciplinaires avec les sciences de la nature : si dans l’absolu cette coopération est souhaitable, on en connaît aussi les risques d’instrumentalisation ou les difficultés en cas de divergences des points de vue.

12C’est le caractère systémique et brutal de la transformation de la recherche et de l’université, tant au niveau de l’autonomie des orientations choisies par les universitaires que du développement de leur précarité qui a créé un profond mouvement d’opposition à la réforme souhaitée par le gouvernement.

Épilogue : les revues SHS menacées

13En France, la plupart des revues de SHS – en particulier les plus récentes qui sont nées des possibles ouverts par la diffusion numérique – ne vivent que sur le volontariat des chercheurs qui animent les comités de rédaction et grâce à un personnel technique en général dans des statuts précaires. La plupart des secrétaires de rédaction, des relecteurs, des styleurs, des metteurs en page, des maquettistes, etc. ne sont pas titulaires ou bien sont des auto-entrepreneurs. C’est tout aussi vrai pour le personnel d’OpenEdition, la grosse structure qui accueille plusieurs centaines de revues comme la NRT où une grande partie du personnel survit dans des statuts précaires. Après les promesses qui ont été faites dans le passé quant à la stabilisation de leur emploi, la LPPR met fin à tout espoir : cette annonce les a mobilisés et les a conduits à se mettre en mouvement contre la loi en cours de discussion à l’Assemblée nationale au printemps 2020 (voir l’article qui suit cet éditorial). La réduction des financements hors contrats de recherche et la perpétuation de la précarité des personnels-supports des revues de SHS menacent leur existence. Ajoutons que les charges administratives croissantes qui pèsent sur les chercheurs et surtout sur les enseignants-chercheurs (titulaires ou non) assèchent les plages temporelles de disponibilités pour écrire des articles, pour procéder à leur évaluation ou pour animer les comités de rédaction.

14En outre, le même rapport préfigurant la loi n’accorde qu’une demi-page à la « la science ouverte », c’est-à-dire à l’open access des savoirs scientifiques qui fut l’un des grands projets des gouvernements précédents. Ce qui présage de la poursuite de la sous-dotation d’OpenEdition, l’acteur de cette politique du CNRS, en matière de diffusion des travaux des scientifiques de l’Hexagone, mais surtout de la langue française et de la culture francophone dans le monde. Non seulement OpenEdition n’a pas les moyens de financer ses plans de développement, en particulier à l’international, mais on peut pressentir le lent abandon de cette plateforme française, ce qui placerait les revues de langue française sous les fourches caudines des grands éditeurs internationaux de revues. Or leurs principes académiques ne sont pas les nôtres, puisque le profit est leur raison d’être : chacun des quatre grands groupes dominant l’édition académique affiche des résultats annuels situés entre 0,3 et 2 milliards d’euros...

15Enfin, – ici la question dépasse le seul espace français francophone – une autre menace pèse sur les revues des SHS, c’est celle qu’encouragent les jusqu’au-boutistes de l’open access. Si ce dernier permet, grâce au numérique, l’accès gratuit ou à très bas prix des revues SHS à des lecteurs dispersés sur le globe, l’aisance numérique a conduit à l’invention de l’open peer review (évaluation ouverte par les pairs). Jusqu’à présent, les évaluateurs anonymes, choisis par le comité de rédaction pour leurs compétences et en dehors de tout conflit d’intérêts, rendent leur avis motivé sur les articles, eux-mêmes anonymisés. Du côté des sciences de la nature une tendance, qui se confirme, va vers la publication des évaluations (non-anonymisées) sur les sites des revues : en effet, le processus de publication n’est pas le même que dans les SHS et les articles sont discutés publiquement avant leur édition définitive.

  • 6 La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, 1972 [1962].

16La première menace réside dans une sorte d’uniformisation de la pensée dans les SHS avec une accentuation de la domination d’un – ou de quelques-uns – des courants de pensée : en effet les avis et les évaluations des articles « hors normes » ou novateurs risquent d’être très mal accueillis, voire broyés par la bien-pensance scientifique (voir Thomas Kuhn6). En effet, les sciences de la nature travaillent différemment, avec des objets souvent plus circonscris et des méthodes plutôt partagées : les débats sur les résultats et sur les articles qui les présentent sont donc eux aussi plus cadrés. L’importation du modèle de l’open peer review dans les SHS ignore les différences et l’histoire qui ont construit chaque discipline. En d’autres termes, ce modèle et l’uniformisation probable de la pensée remettent en cause la diversité et la multiplicité des revues en SHS qui perdraient leur raison d’être.

17La seconde menace est celle de la disparition des revues elles-mêmes7, les débats scientifiques ayant lieu sur des plateformes spécialisées (une sorte de « réseaux sociaux scientifiques » avec une banalisation des discussions auxquelles participeraient des internautes pas toujours armés scientifiquement), gratuites ou détenues par les grands éditeurs internationaux d’aujourd’hui. Or, l’existence d’une diversité de revues de SHS dans le même champ, ou combinant plusieurs champs, est aujourd’hui une richesse irremplaçable, elle-même productrice de connaissances dans un contexte d’émulation entre revues. En ce sens, la fin des revues, ou leur perte de visibilité dans un océan d’informations, ne peut que conduire à la normalisation de la pensée encore plus poussée qu’aujourd’hui.

18La troisième menace porte sur la langue avec le risque que l’anglais devienne l’unique langue des échanges. Au-delà se pose la question de la culture scientifique comprise comme manière originale de poser les questions et de construire les concepts, dans chaque nation et dans chaque langue. Tous ceux qui ont travaillé sur des projets de recherche internationaux savent combien de temps il faut, en SHS, pour s’accorder, entre chercheurs de différentes cultures, sur le contenu des concepts, sur leurs usages et sur les démarches scientifiques elles-mêmes. La structure même des articles est très différente dans le monde anglo-saxon et dans le monde francophone. À nouveau, ce modèle conduit à l’uniformisation de la pensée, résultat inverse à l’essence des principes de la recherche scientifique. Une fois de plus, les différences sont sensibles avec les sciences de la nature et l’alignement de nos pratiques sur ces dernières obèrerait leurs spécificités, en particulier dans leur dimension critique.

19Enfin, au-delà de la structuration des débats scientifiques, se pose la question du devenir des emplois et des personnels attachés aux revues des SHS, voire d’OpenEdition, dans un nouveau monde où des plateformes automatisées remplaceraient la multiplicité des revues. N’est-ce pas une source d’économie pour la puissance publique que cette nouvelle forme de rationalisation du travail intellectuelle induit ?

  • 8 Voir : European Commission, Call for tenders RTD/2019/OP/006/ Open Research Europe – The European C (...)

20La menace est d’autant moins une vue de l’esprit que la Commission européenne a lancé un appel d’offres en juillet 2019 pour la réalisation d’une « European Commission Open Research Publishing Platform »8. L’aboutissement du projet sera nécessairement assez long, avec des effets à moyen terme, mais il est nécessaire de participer aux débats plutôt complexes et surtout techniques afin de ne pas les laisser aux experts ou aux décideurs européens.

21****

22Dans ce numéro, seul un article traite des conditions de vie et de travail durant la pandémie (« Le covid-19, la guerre et les quartiers populaires »), l’événement étant trop récent pour qu’il soit possible d’en dire davantage à ce stade. Plusieurs recherches sont en cours, en particulier sur le télétravail pendant la crise sanitaire et après ; une floraison d’articles sur les effets sociaux de la pandémie apparaîtra dans les mois qui viennent, y compris pour interpréter « ce qui ne sera plus comme avant ». La Nouvelle Revue du Travail publiera les plus novateurs.

23Enfin, dans la présente livraison, tous les articles sont signés Camille Noûs, du Laboratoire Cogitamus. Il s’agit d’une décision collective du mouvement « Revues en lutte » auquel participe la Nouvelle Revue du Travail. Camille Noûs est une dénomination collective avec un prénom épicène (non genré) et un patronyme collectif, créé pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique. Noûs, est porteur d’un Nous collégial, faisant référence au concept de raison hérité de la philosophie grecque. Le laboratoire Cogitamus est une institution délocalisée, rassemblant des scientifiques de tous horizons disciplinaires et de toutes nationalités auquel Camille Noûs est rattaché·e.

24Signer d’un nom générique des dizaines d’articles dans des revues différentes constitue un signe fort du refus collectif de l’usage qui est fait aujourd’hui de la bibliométrie dans les évaluations des chercheurs et des laboratoires : il s’agit de limiter la place du quantitatif dans ces évaluations au bénéfice de dimensions plus qualitatives. Enfin, l’utilisation collective d’un seul nom d’auteur appartenant à un seul laboratoire participe aussi du refus de tous les rankings des laboratoires ou des universités dont on connaît les effets pervers dans l’allocation des moyens humains et financiers.

Top of page

Notes

1 L’argument de la multiplicité et de la complexité des régimes de retraites existants a été central pour justifier le passage à un « régime universel ». Mais il s’est avéré fallacieux d’une part parce que le nombre des régimes particuliers a été très exagéré et qu’ils ne concernent que 20 % des travailleurs. Cf. https://www.liberation.fr/checknews/2019/09/24/combien-y-a-t-il-en-france-de-regimes-speciaux-de-retraites-et-combien-de-beneficiaires_1753059.

2 Pour comprendre comment ce mouvement a pu durer si longtemps, voir les conditions sociales et de travail dans l’article « Invisibilisation de la pénibilité au travail, mixité et rapports de genre » et l’entretien avec Bernard Thibault ancien Secrétaire général de la CGT.

3 La première fois où cette notion a été utilisée fut durant le mouvement social de l’hiver 1995, comme le rappelle l’entretien avec Bernard Thibault.

4 Le programme électoral d’Emmanuel Macron affirmait d’ailleurs que le volet financier n’était pas en cause : « après plus de vingt ans de réformes successives, le problème des retraites n’est plus un problème financier. Les travaux du Conseil d’Orientation des Retraites, qui font référence, le montrent : pour la première fois depuis des décennies, les perspectives financières permettent d'envisager l'avenir avec "une sérénité raisonnable" » : https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/retraites.

5 Cet article de la constitution de la Ve République permet, au Premier Ministre d'engager la responsabilité du Gouvernement devant l'Assemblée nationale, pour faire adopter un projet de loi sans procéder au vote de l'Assemblée sur ladite loi, ce qui revient à faire adopter un projet de loi sans débat sur le fond.

6 La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, 1972 [1962].

7 Voir par exemple Pierre Carl Langlais (en particulier la conclusion) : https://www.eprist.fr/wp-content/uploads/2020/03/EPRIST_I-IST_Note-Synthese_Evaluation-ouverte_Mars2020.pdf.

8 Voir : European Commission, Call for tenders RTD/2019/OP/006/ Open Research Europe – The European Commission Open Research Publishing Platform. Open procedure

Top of page

References

Electronic reference

La Nouvelle Revue du Travail , « Éditorial »La nouvelle revue du travail [Online], 16 | 2020, Online since 20 May 2020, connection on 06 August 2020. URL: http://journals.openedition.org/nrt/6857

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Rravail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals