Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Corpus - Travailler dans le droitUne clientèle envahissante ? Les ...

Corpus - Travailler dans le droit

Une clientèle envahissante ? Les temporalités des avocat·es en droit de la famille

Overwhelmed by their clients? The temporalities of family law layers
¿Una clientela invasora? Las temporalidades de los abogados(as) en derecho familiar
Marion Flécher, Muriel Mille, Hélène Oehmichen et Gabrielle Schütz

Résumés

À partir d’une enquête collective menée dans les cabinets de plusieurs juridictions, cet article étudie le rapport au temps et au travail d’avocat·es en droit de la famille. Nuançant les travaux montrant des avocat·es qui maîtrisent l’interaction avec les client·es, il analyse comment des professionnel·les peuvent se sentir envahi·es. Les avocat·es déclarent d’autant plus être débordé·es que la norme de disponibilité permanente reste très ancrée, même si elle est mise à mal par la féminisation de la profession. La gestion de leur relation avec la clientèle correspond ainsi à différentes logiques d’articulation des temps sociaux, à l’intersection des rapports de genre, des configurations familiales dans lesquels ils et elles sont pris et de leur position dans la carrière. Enfin selon leur place dans le marché du conseil, la composition de leur clientèle ou la taille de leur cabinet, les avocat·es n’ont pas les mêmes ressources pour face à cet envahissement. Les inégalités de genre, de situation professionnelle et de territoire sont alors déterminantes.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations de service entre les professions libérales et leurs client·es ont d’abord été conçues (en particulier par la sociologie fonctionnaliste des professions) comme structurellement asymétriques, avec des professionnel·les maîtrisant l’interaction face à des client·es ou des patient·es déboussolé·es, grâce à la détention d’un savoir spécifique et à l’autorité liée à leur fonction (Parsons, 1955).

2En portant le regard sur les « petits métiers », la sociologie interactionniste a au contraire mis au jour le caractère foncièrement ambivalent des relations de service (Hughes, 1996). Non seulement les prestataires de services doivent faire avec un·e client·e qui peut porter une définition différente du « bon » service, mais leur relation peut donner lieu à un rapport serviciel, c’est-à-dire à une domination du prestataire par le client (Jeantet, 2003). L’interaction génère souvent des tensions relationnelles et nécessite d’effectuer en permanence un « réglage de la distance » (Goffman, 1968 ; Weller, 2002). Plusieurs enquêtes ont ainsi montré la centralité de la relation à la clientèle dans le travail des prestataires de service, en analysant la distance ou la proximité sociale entre usager·es et professionnel·les (Boltanski, 1971 ; Fainzang, 2009 ; Bessière et Gollac, 2017 ; Biland et Mille, 2017). Néanmoins, à de rares exceptions (Mather, Maiman et McEwen, 1995) les analyses centrées sur les avocat·es mettent le plus souvent en avant la figure d’un·e professionnel·le en position de surplomb, voire de domination, dans les interactions avec les client·es (Bourdieu, 1986) : elles insistent sur leur indépendance et sur l’asymétrie qui en découle (Karpik, 1995), sur leur travail de socialisation au droit (Benech’ Le Roux, 2006) ou d’ajustement des attentes des client·es (Schumann, 1985 ; Milburn, 1994 et 2002 ; Sarat et Felstiner, 1995).

3Notre recherche sur les avocat·es en droit de la famille (cf. encadré méthodologique) donne à voir des praticien·nes parfois en perte de contrôle face à leurs client·es (Bessière, Mille et Schütz, 2020), tâchant de préserver des plages de travail sans leur interruption (physique ou téléphonique) et, pour certain·es, peinant à maîtriser un emploi du temps où le travail empiète sur la vie privée. L’article vise alors à comprendre les différentes manières dont les avocat·es vivent cet envahissement : pourquoi certain·es se disent débordé·es tandis que d’autres, qui ne travaillent pas nécessairement moins, ne s’en plaignent pas, et pourquoi certain·es se décrivent comme particulièrement envahi·es par les client·es ?

  • 1 Depuis 2009 on compte en France plus d’avocates que d’avocats. En 2017, 55,4% des avocat·es sont de (...)

4La littérature analysant le débordement de la sphère professionnelle sur la sphère privée (Cléach et Metzger, 2004 ; Barbier et Fusulier, 2015 ; Goussard et Tiffon, 2016) insiste sur le rôle du genre et des configurations familiales dans les formes de cet empiètement et dans les ressources pour y faire face. L’inégale répartition du travail domestique et parental expose en effet particulièrement les femmes à une mise en tension des différentes temporalités de la vie sociale. Or, le droit de la famille est particulièrement féminisé1, même s’il est pratiqué par l’ensemble des avocat·es, au moins de manière ponctuelle. Ce sont ainsi essentiellement des femmes qui s’y spécialisent en France comme aux Etats-Unis (Flécher, Mille et Schütz, 2019 ; Dinovitzer, Reichman et Sterling, 2009). Comme en médecine libérale, l’ethos professionnel de disponibilité permanente pour le client·e se trouve mis à mal par l’arrivée de nouvelles générations plus féminisées, qui remettent en question les pratiques antérieures (Lapeyre et Robelet, 2007).

5Toutefois, on ne saurait faire l’économie d’une analyse centrée sur la sphère professionnelle elle-même : le débordement doit être mis en relation avec l’organisation du travail dans les cabinets et avec le moment de la carrière de l’avocat·e. Selon la taille de leur cabinet et leur statut, les avocat·es disposent ou non de collaborateur·trices, d’assistantes et de secrétaires pour les soutenir et leur permettre de faire face aux sollicitations. Leur position dans la division du travail leur donne ou non l’opportunité de déléguer une partie de leurs tâches et joue sur la maîtrise de leur emploi du temps. Ces considérations renvoient aux analyses de la segmentation du marché des avocat·es : on trouve prioritairement des jeunes femmes sur le marché du conseil aux particuliers, qui se compose de cabinets de petite taille en France comme au Québec (Karpik, 2003, Kay, 2002), tandis que les hommes sont plus présents dans des spécialités plus rémunératrices comme le droit des affaires, où l’on trouve de gros cabinets, et où ils bénéficient aussi beaucoup plus souvent que les femmes du statut privilégié d’associé (Lapeyre et Le Feuvre, 2009, mais aussi pour le Canada Hagan et Kay, 2010).

6Comment s’articulent ces différentes dimensions ? Comment s’imbriquent-elles avec les conceptions que se font les avocat·es de leur rôle face aux client·es ? Il s’agira ainsi de mettre en évidence leurs différentes façons d’organiser leur travail, d’articuler leurs temporalités et de gérer le débordement de leur clientèle, en étant attentives aussi bien à leurs configurations familiales qu’aux ressources offertes par leurs cabinets, ou encore au moment de la carrière où ils et elles se situent.

Méthodologie

  • 2 Voir justines.cnrs.fr.
  • 3 L’enquête a eu lieu avant la réforme intervenue au 1er janvier 2017, qui a introduit le divorce san (...)

Notre analyse s’appuie sur les résultats d’une enquête de terrain collective2 menée initialement dans les chambres de la famille de plusieurs tribunaux en France métropolitaine (Tribunal de Grande Instance et Cour d’appel) et qui s’est prolongée dans les cabinets d’avocats de deux de ces juridictions entre 2013 et 20163.
Le premier terrain se situe dans deux villes de l’Ouest de la France (Besson, 150 000 habitants, et Salin, 25 000 habitants) sur un territoire rural, et le second dans Paris et la région parisienne. Au total, nous avons conduit 51 entretiens approfondis avec des avocat·es pratiquant le droit de la famille à des degrés divers (38 femmes, 13 hommes). Nous en avons également suivi certain·es au tribunal. Nous avons en outre assisté à 45 rendez-vous de client·es avec 14 avocat·es (11 femmes, 3 hommes) des barreaux de Besson et de Salin.
Le nom des lieux (à l’exception de Paris), des justiciables et des professionnel·es du droit sont systématiquement modifiés afin de protéger leur anonymat.

Des avocat·es débordé·es par leur client·es ?

7À l’instar de la plupart des professions libérales, les avocat·es disposent généralement d’une grande latitude dans la gestion de leur temps. Cependant, tou·tes évoquent une charge de travail importante, et beaucoup un travail qui déborde – hors des horaires habituels de la vie sociale comme de leur cabinet. Pour les avocat·es en droit de la famille, se déclarer débordé·e relève d’une forme de présentation de soi, mais provient aussi du contenu même de leur travail, avec des dossiers parfois lourds à traiter, un emploi du temps morcelé et la place importante prise par les client·es et leur intimité.

Être débordé·e, une preuve de l’engagement dans le travail

8La majorité des avocat·es rencontré·es décrivent leur profession comme chronophage et empiétant sur leur vie privée. Parmi les 28 avocat·es qui ont évoqué cette question, 15 disent ramener des dossiers à leur domicile et 13 travailler le soir et le week-end. Par ailleurs, beaucoup déclarent répondre au téléphone ou à leurs mails en dehors de leurs heures de travail.

C’est très, très, très, très prenant. Je n’ai jamais un week-end de libre. Les dimanches, à partir de cinq heures, je suis au boulot, le samedi matin je m’accorde le marché mais le samedi après-midi, je suis au boulot aussi, le dimanche matin aussi, souvent. Pfff… c’est très astreignant. Travailler tard le soir, c’est des journées de 12, 13, 14 heures… C’est long. Le matin, j’arrive, il est 8h15, je ne repars jamais avant 21 heures, quoi.

  • 4 Entretien avec Anaïs Bonnano, Sibylle Gollac et Aurore Koechlin, février 2014.

Arnaud Thiercelin4, 60 ans, avocat indépendant à Besson, non spécialisé, divorcé, 2 enfants.

9En plus d’un grand volume de travail, les avocat·es font face au morcellement et à la dispersion du temps, facteurs de pénibilité (Datchary, 2011). Leur temps est en effet divisé entre le travail des dossiers, les audiences et les rendez-vous avec les client·es, et est soumis à de nombreux aléas. Il n’est pas rare, par exemple, que les client·es ne se présentent pas aux rendez-vous ou que des audiences soient annulées. La dématérialisation d’une partie des procédures peut amplifier l’incertitude : déposées sur un serveur en ligne (Réseau privé virtuel des avocats – RPVA) plutôt qu’envoyées par courriers, les conclusions de la partie adverse sont susceptibles d’arriver au dernier moment. Face à cette imprévisibilité, la plupart des avocat·es segmentent leur temps de travail en consacrant des plages horaires ou des journées entières aux rendez-vous ou au travail rédactionnel des dossiers :

Oui, je m’organise comme ça. C’est-à-dire que lundi, mardi, jeudi, c’est les trois journées où on a des audiences à Besson, donc c’est les journées où je vais avoir des rendez-vous, où je vais être en audience, où je vais faire du courrier, etc. Le mercredi et le vendredi, c’est des journées où on n’a en principe pas d’audience sauf exception. (…) Et le mercredi, j’aime bien le mercredi après-midi me le garder pour être vraiment dans le travail de dossier.

  • 5 Entretien avec Muriel Mille, avril 2014.

Caroline Sourice5, 38 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, mariée, 1 enfant.

10Malgré cette segmentation, les avocat·es ne sont pas préservé·es des temps morts (comme les déplacements à la cour) et donc du temps « perdu ». Beaucoup mettent à profit le moindre interstice pour optimiser leur temps, comme les moments d’attente entre les audiences où certain·es avancent sur leurs dossiers en s’improvisant des bureaux.

  • 6 Cet ethos professionnel est d’autant plus prégnant que nombre d’avocat·es rencontré·es ont un père (...)

11Si les avocat·es en droit de la famille font effectivement face à un temps de travail débordant et contraint, la mise en avant de cette situation relève aussi d’une forme de présentation de soi. Cela peut être une manière de donner à voir des conditions de travail dégradées, dans un contexte de forte croissance du nombre d’avocat·es et de renforcement de la concurrence (Haeri et. al., 2017). Mais le discours du débordement permet également de réaffirmer un ensemble de normes professionnelles : celle de la disponibilité vis-à-vis des client·es, caractéristique des professions de service (Jeantet, 2003), et celle du désintéressement, caractéristique des professions libérales et intellectuelles supérieures (Freidson, 1994 ; Favier, 2015), et plus particulièrement des avocat·es (Boigeol, 1981)6. Se montrer dépassé·e par le travail est parfois une façon de marquer son professionnalisme :

Ce métier est un métier dans lequel il faut beaucoup travailler. Sans que ce soit péjoratif, c’est un métier assez besogneux. Donc c’est des longues journées, des longs week-ends. (…) C’est un métier dans lequel on ne peut réussir qu’en travaillant… Mes horaires, c’est de 9 h à (…) 20h, 21h30, 22h. (…) Donc [hier] j’ai encore envoyé des mails jusqu’à minuit (rire). Mais à la cool ! Mais voilà, en fait c’est une journée totale de travail. Mais regardez, j’ai le temps de vous accueillir trois heures alors ça va, je ne suis pas débordé !

  • 7 Entretien avec Aurore Koechlin et Nicolas Rafin, novembre 2014.

Clément Bondu7, 35 ans, avocat associé à Paris, spécialisé en droit des affaires, célibataire, pas d’enfants.

12Si le discours sur l’important volume de travail est récurrent, le rapport au temps des avocat·es n’est donc pas uniformément vécu comme contraignant. A l’instar des autres professions libérales (Lapeyre et Le Feuvre, 2009), face à l’important volume de travail certain·es valorisent plutôt la latitude dans l’organisation de leur temps. À cet égard, le droit familial est parfois présenté par les enquêté·es comme plus enviable que d’autres (le droit pénal par exemple), du point de vue des horaires comme des déplacements (Flécher, Mille et Schütz, 2019). La matière familiale est aussi décrite comme particulièrement envahissante.

Des sources multiples d’envahissement

13Au sein de leur activité en matière familiale, les avocat·es identifient certaines tâches comme potentiellement très envahissantes : la gestion et le suivi de certains types de dossiers ainsi que la relation avec la clientèle et le travail émotionnel qu’elle implique.

14Le droit de la famille suppose tout d’abord la constitution d’un dossier plus ou moins lourd selon le type d’affaire. Le contentieux familial est principalement composé de divorces par consentement mutuel, pour lesquels les deux parties sont d’accord sur le principe du divorce, de procédures concernant la prise en charge des enfants de parents non-mariés ou déjà divorcés (modification du montant des pensions alimentaires ou des modalités du droit de visite et d’hébergement, par exemple) et de divorces contentieux, pour lesquels les parties sont en désaccord – soit sur les modalités, soit sur le principe même du divorce (Le Collectif Onze, 2013). Les consentements mutuels sont souvent les plus rapides à traiter car ils requièrent la préparation d’une simple convention – généralement ce sont ceux que les avocat·es les moins rompu·es aux affaires familiales privilégient. Les divorces contentieux sont au contraire beaucoup plus longs (plusieurs années souvent) et demandent davantage d’investissement puisqu’il faut préparer des conclusions avec une argumentation sur les points de désaccord (partage du patrimoine, prise en charge des enfants, prestation compensatoire, etc.) et collecter un ensemble de pièces justificatives. Les divorces contentieux sont en principe plus rémunérateurs mais les avocat·es leur préfèrent généralement les consentements mutuels, insistant sur le fait qu’ils sont plus apaisés et moins destructeurs pour les enfants. Ces déclarations sont en phase avec la valorisation contemporaine des séparations pacifiées (Bastard, 2002) mais aussi avec leurs intérêts professionnels : trouver des accords rapides leur garantit de rentrer dans leurs frais tout en leur évitant de perdre du temps à accumuler des preuves (Schumann, 1985).

  • 8 Un avocat à Besson nous a indiqué faire jusqu’à 15 rendez-vous pour certains divorces.
  • 9 Moyenne calculée sur la base de 45 rendez-vous client·es observés.
  • 10 Entretien avec Muriel Mille et Gabrielle Schütz, février 2014.

15Les divorces contentieux sont également moins prisés car ils supposent un long travail auprès des client·es. Les avocat·es les rencontrent plusieurs fois pour une même affaire8 avec des rendez-vous d’une moyenne de 50 minutes9, sans compter les appels téléphoniques. Ainsi 23 des 51 entretiens réalisés ont été émaillés d’appels. Les avocat·es sont aussi parfois interrompu·es par des client·es qui viennent à l’improviste dans leur cabinet. L’entretien avec Cécile Hamon (41 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famille, divorcée, un enfant) est ainsi marqué par l’irruption inopinée d’une cliente, qui fait dire à l’avocate : « C’est compliqué, mais je peux rien faire, les gens débarquent comme ça. Ça c’est dur à gérer »10.

  • 11 Entretien avec Igor Rolemberg et Hélène Steinmetz, février 2014.

16En dehors des rendez-vous, la plupart des avocat·es cherchent à limiter les contacts avec les client·es. Mathilde Chabault11 (47 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, remariée, 4 enfants) déclare ne plus vouloir donner son numéro de portable personnel après l’avoir fait avec deux d’entre eux : « Ils ne m’appellent plus que sur le portable, à toute heure du jour, pas de la nuit, et tous les jours. J’ai des SMS le dimanche (rire) ». L’usage des mails et des SMS tend ainsi à multiplier les possibilités de sollicitations.

17Outre leur nombre, c’est le poids et la longueur des rendez-vous en matière familiale que soulignent les professionnel·les rencontré·es. Les client·es se trouvent en effet dans des situations personnelles souvent douloureuses et déversent beaucoup de leur histoire :

C’est leur dossier, c’est leur vie, et ils nous la confient à nous ! (…) C’est difficile de garder une distance car ça peut tout de suite devenir très intrusif car ils vous racontent toute leur vie et les mails pleuvent ! Moi j’ai une cliente qui m’écrit 5 ou 6 fois par semaine ! Parce qu’elle a besoin de se confier et on a beau leur dire qu’on n’est pas psy, on n’est pas assistante sociale, bah … (…) Donc du coup, c’est pour ça que le droit de la famille c’est chronophage. Et puis y’a des dossiers qui vous prennent au ventre donc c’est un peu … c’est le client, on a envie de se donner à fond !

  • 12 Entretien avec Hélène Mallarmey et Gabrielle Schütz, novembre 2014.

Margaux Baranovski12, 28 ans, avocate associée à Paris, spécialisée en droit des affaires, en couple, pas d’enfant.

  • 13 Entretien avec Nicolas Rafin, février 2016.

18Certain·es avocat·es disent parfois penser la nuit à leurs dossiers, comme Caroline Justin13 (46 ans, avocate associée à Besson, pas de spécialisation, mariée, 2 enfants) : « C’est ça, parce qu’on se réveille la nuit, parce que dans tel dossier, est-ce qu’on a bien fait ça, est-ce qu’on n’a pas raté tel délai, est-ce que, est-ce que, il faut vérifier… ».

  • 14 Cet enjeu a été observé dans d’autres contextes nationaux – voir entre autres Melville, Laing et St (...)
  • 15 Propos de Nathalie Grignon, 45 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famil (...)

19Dès lors, les avocat·es cherchent à mettre à distance les client·es et réalisent un travail émotionnel pour garder la maîtrise du dossier et de leur temps (Hochschild, 2017 ; Mather, Maiman et McEwen, 1995). Lors des rendez-vous, il s’agit de « recadrer » les client·es qui les sollicitent sur des éléments non-juridiques14 (par exemple sur ce qu’il faut mettre dans le sac des enfants pour le week-end15), et de se différencier des « psys » :

Le client… Il déverse tout, hein… des fois, faut lui dire « ça, vous le gardez pour vous ». Mais... Oui, ils ont tendance à tout dire. (…) Ils ont un peu tendance à s’agripper à vous et à vous demander énormément. Et là il faut vraiment réussir à dire « oui, mais en fait c’est pas mon rôle là ». 1) Je suis pas psy, et 2) je suis là que pour donner des conseils juridiques.

  • 16 Entretien avec Aurore Koechlin et Muriel Mille, novembre 2014.

Amélie Schwartz16, 27 ans, avocate collaboratrice à Paris, spécialisée en droit de la famille, célibataire, pas d’enfants.

20Les avocat·es en droit de la famille se disent donc souvent débordé·es, en raison d’horaires extensifs de travail mais aussi en raison de la nature même des affaires traitées. Ce discours est cependant plus ou moins présent selon les professionnel·les. Pour mieux comprendre ces différences de rapport au temps et aux client·es, il est nécessaire de prendre en compte le rôle du genre, de leur configuration familiale, mais aussi la position dans la carrière.

Débordement et logiques d’articulation des temps sociaux

21Les avocat·es rencontré·es ont différentes manières d’articuler leurs temporalités professionnelles et privées, qui jouent sur leurs perceptions du temps et des client·es. L’analyse fait apparaître trois idéaux-types. Le sentiment d’être débordé·e se retrouve principalement chez les avocates mères de jeunes enfants.

Être « avocat·e tout le temps »

22Le premier idéal-type concerne des avocat·es sans enfants, parfois en couple mais le plus souvent célibataires, qui relatent travailler en permanence (le soir, mais aussi le week-end ou les vacances, lorsqu’ils et elles en prennent) et mettent en avant une disponibilité totale pour les client·es grâce à cette porosité des temporalités personnelles et professionnelles. Ces avocat·es minorent généralement le débordement. Pour les plus jeunes, tel Clément Bondu, ce rapport au travail participe d’une phase transitoire destinée à lancer la carrière :

Moi je suis encore jeune, je le considère en tout cas, et très passionné par ce que je fais donc… il n’y a pas beaucoup de frontière entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle. Je suis un peu avocat tout le temps. Je peux vous donner un exemple, c’est que je n’ai qu’un téléphone portable, personnel et professionnel, que je donne mon numéro à beaucoup de mes clients, donc il m’arrive tout le temps d’être appelé le week-end, le soir… Donc aujourd’hui, pour créer la différence, vous devez faire plus que les autres, donc ça veut dire être plus disponible, être plus réactif et répondre toujours au client. Donc vous ne pouvez pas faire plus que les autres sans travailler davantage et sans sacrifier, forcément, une partie de votre vie personnelle !

Clément Bondu, 35 ans, avocat associé à Paris, spécialisé en droit des affaires, célibataire, sans enfant.

  • 17 Entretien avec Françoise de Barros et Aurore Koechlin, novembre 2014.

23C’est également le cas d’Amélie Schwartz (27 ans, collaboratrice libérale dans un grand cabinet parisien spécialisé en droit de la famille, célibataire et sans enfant), qui en plus de travailler de 9h à 20h sur les dossiers du cabinet, apporte très souvent chez elle ses dossiers personnels, qu’elle traite le soir ou le week-end. Elle cherche en effet à développer une clientèle propre dans l’optique de s’installer à son compte. Le caractère provisoire de cet investissement se lit en creux à travers l’exemple d’Elodie Dos Santos17 (30 ans, célibataire et sans enfant, spécialisée en droit de la famille), ancienne collaboratrice passée à son compte depuis six mois, qui, à l’inverse, se félicite de travailler beaucoup moins le soir et le week-end depuis son installation.

  • 18 Entretien avec Muriel Mille et Marie-André Plante, février 2014.
  • 19 Observation par Anaïs Bonnano et Muriel Mille, février 2014.

24Dans une moindre mesure, cette disponibilité extensive concerne également des avocat·es plus avancé·es dans la carrière, comme Gisèle Morival18, avocate indépendante spécialisée en droit de la famille à Besson, âgée d’une soixantaine d’années, célibataire et sans enfant. Sa disponibilité – ainsi que sa ténacité – font partie de ses arguments de vente. Lors d’un rendez-vous observé dans son cabinet19, elle raconte une anecdote à un nouveau client : une de ses clientes avait parié avec sa mère que son avocate répondrait à son appel à 23h45 et avait ainsi gagné une bouteille de champagne. Gisèle Morival conclut : « J’ai trouvé ça génial ! » Elle déclare travailler de 9h à 22h, ainsi que le samedi et le dimanche matin, sans jamais prendre de vacances : « Je travaille tout le temps, je resterais la nuit rien que pour embêter le confrère et sortir des conclusions ».

25Ce premier modèle d’articulation des temporalités est donc marqué par une primauté du temps professionnel sur le temps personnel et familial. Pour certain·es, ce mode de gestion n’est probablement que temporaire ; pour d’autres, plus âgé·es, célibataires ou en couple non-cohabitant, il se maintient dans la durée et devient une stratégie de distinction de long terme. Le positionnement « avocat·e tout le temps », qui semble vécu sans tension, n’apparaît ici possible que par l’absence de contrainte familiale.

Variations autour du « male breadwinner »

  • 20 Les avocats rencontrés, à une exception près (cf. infra), sont en couple avec des compagnes aux act (...)

26Une seconde façon d’articuler les temporalités personnelles et professionnelles, opposée à la première, se caractérise par une faible porosité des deux sphères (pas de dossier ramené à la maison, pas de communication de son numéro personnel aux client·es). Parmi les avocat·es rencontré·es, ceux qui pratiquent ce cloisonnement sont tous des hommes pères de famille. Ils travaillent souvent tard le soir, parfois aussi le week-end, mais cela reste circonscrit à leur cabinet. Leur temps personnel et familial est réduit, mais il n’est aucunement empiété par des considérations laborieuses. En entretien, ces avocats se plaignent généralement assez peu des client·es ou de leurs horaires. Cet idéal-type correspond à un modèle matrimonial où prime la carrière d’un « male breadwinner » en situation d’hyperconjugalité (Goussard et Tiffon, 2016) : l’étanchéité des sphères est permise par une prise en charge très inégale du travail domestique, l’investissement professionnel de leur conjointe s’effaçant devant le leur20. Les avocats les plus âgés sont ainsi intégralement délestés du travail parental et domestique, pris en charge par des épouses qui ont cessé de travailler pour s’y consacrer. Yves Le Floch, père de trois enfants aujourd’hui majeurs, travaille de 9h à 20h30 tous les jours dans son cabinet de Besson, le samedi dans son cabinet de Salin et consacre ses dimanches à la peinture :

Q : Si vous travaillez tous les jours jusqu'à 20h30 y compris le samedi, du coup, par rapport à votre vie de famille, pour élever vos enfants…

R : Ben on les voit pas grandir ! C'est tout !

Q : Votre épouse elle avait plus de temps que vous ?

R : Ah ben oui ! Elle a arrêté de travailler pour s'occuper des filles ! Ben oui y'a pas de secret.

  • 21 Entretien avec Camille Bertin et Gabrielle Schütz, février 2014.

Yves Le Floch21, 60 ans, avocat associé à Besson, spécialisé en droit de la famille, marié, 3 enfants.

27Pour ces avocats nés dans les années 1950, ce partage des rôles semble aller de soi. En témoignent également les propos d’Alain Bonnet, qui travaille tous les jours jusqu’à 22h ainsi que le samedi et le dimanche :

[Mon épouse] travaillait comme conseil juridique, et puis après, elle a été victime… de son état de femme mariée et de mère de famille (rire), ce qui l’a amenée à ne pas continuer son… à ne pas avoir l’occasion de continuer.

  • 22 Entretien avec Anaïs Bonnano, Elise Drutinus et Aurore Koechlin, février 2014.

Alain Bonnet22, 60 ans, avocat associé à Besson, spécialisé en droit commercial, marié, 2 enfants.

  • 23 Entretien avec Céline Bessière et Muriel Mille, février 2014.

28Chez les pères de famille de générations plus jeunes, les arrangements « male breadwinner/female homemaker » perdurent, mais quelque peu aménagés. Fabrice Lahaye23, avocat associé de Besson de 43 ans, remarié, père de trois enfants dont deux en résidence alternée, ne rentre jamais le soir avant 20h et se rend à son cabinet tous les dimanches matin. Son épouse, responsable d’équipe dans une entreprise de service, s’occupe des enfants le soir. En revanche, Fabrice Lahaye dédie ses mercredis après-midi sont dédié à ses enfants et quitte son cabinet à 16h un vendredi sur deux. Pour ces avocats, l’articulation des temporalités se fait globalement sans heurt puisque les contraintes familiales ne pèsent pas principalement sur eux. Même s’ils disent travailler beaucoup, ils ne se décrivent pas comme débordés.

Mettre un « timing dans tout »

  • 24 Parmi les 11 femmes en couple mères d’enfants de moins de 15 ans dont on connaît la profession du c (...)

29Le dernier idéal-type rassemble des avocat·es qui pratiquent une forte porosité des temporalités et sur qui pèsent de fortes contraintes familiales : afin d’y faire face, ces avocat·es autorisent l’intrusion du domestique dans le professionnel et réciproquement. Il s’agit essentiellement, mais non exclusivement, de femmes mères de famille, et, plus spécifiquement, de mères d’enfants de moins de 15 ans. Généralement en couple avec des hommes eux-mêmes profession libérale24, beaucoup de ces avocates ont fait spontanément état de l’importance de leur vie familiale dans leurs préoccupations et de ses effets sur leur gestion du temps. La plupart quittent leur cabinet aux alentours de 18/19h. Le mode d’exercice en libéral (aucun·e n’est collaborateur·trice) leur permet une certaine autonomie, propice à une articulation souple des temporalités pour gérer de front leur double engagement :

Là, je suis toute seule pour faire tourner la boutique, mais d’un autre côté, j’ai cette liberté. J’ai cette liberté de mère, si l’école m’appelle parce que Lucas est malade, j’y vais, je m’organise, je déplace mes rendez-vous, mais je m’organise, mais je vais chercher mon gamin pour l’amener au médecin.

Nathalie Grignon, 45 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famille, en couple, 2 enfants.

30Ces avocates retravaillent généralement à domicile le soir une fois les enfants couchés, le week-end ou les vacances, voire le mercredi, que quelques-unes passent chez elles avec leurs enfants, en tentant malgré tout de mettre à profit ce temps pour un travail éminemment fragmenté :

Ça passe très vite le mercredi. Comme toutes les mamans qui travaillent et qui veulent tout faire en même temps, ça passe très vite. On est un peu avec les enfants, un peu dans le travail, un peu dans les courses, faire la navette, le taxi (rire). Parfois, c’est un peu frustrant parce qu’on n’est pas pleinement avec les enfants, ou à son travail.

  • 25 Entretien avec Emilie Biland, février 2016.

Claire Robin25, 40 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, mariée, 2 enfants.

31La frustration générée par cette articulation souvent conflictuelle produit en outre de la culpabilité. Dès lors, ce sont ces avocates mères de jeunes enfants qui ont le plus longuement développé le thème du débordement dans les entretiens. L’enquête a toutefois permis de rencontrer un avocat père de famille prenant en charge les contraintes familiales en pratiquant la porosité des temps :

  • 26 Entretien avec Anna Chamfrault et Muriel Mille, novembre 2014.

Arthur N’Dongo26, 30 ans, est avocat indépendant à Paris, non spécialisé en droit de la famille. Père d’un jeune enfant, en situation d’homogamie (il est marié à une avocate), il rentre généralement chez lui à 19h, ramène avec lui des dossiers et travaille dessus le soir et même une partie de la nuit. Il déplore manquer de temps pour travailler ses dossiers – le samedi en particulier, où il souhaiterait pouvoir étendre ses horaires de travail, mais ne le fait pas en vertu d’une « considération familiale ». [notes]

32Toutefois, s’il se présente comme débordé, Arthur N’Dongo n’en consacre pas moins une partie de son week-end à une association dont il assure la vice-présidence. À l’instar de ce qui a été observé chez les médecins hommes des jeunes générations, plus enclins que leurs prédécesseurs à se préserver une vie hors-travail, le temps libéré par cet avocat n’est pas principalement réinvesti dans la gestion de la vie domestique (Lapeyre et Robelet, 2007).

33Chez les avocat·es comme dans d’autres groupes professionnels, les modalités d’articulation des temporalités sont donc fortement genrées. C’est avant tout pour les femmes que le temps devient une ressource sensible et stratégique qu’il faut optimiser, comme l’avance une des enquêtées, ce qui crée les conditions d’une perception des client·es comme envahissant·es et du travail comme débordant :

Mais comme je me dis « Je ne partirai pas après cette heure-là », je mets un timing dans tout. (…) Donc les rendez-vous c’est tant de temps, les audiences, j’y vais à 14 h, je sais que je ne peux pas passer mon dossier à 14 h, je rentre travailler au cabinet, je repars après, enfin voilà, tout est comme ça. Ce qu’on ne repère pas forcément chez les confrères masculins, qui vont peut-être plus dans la perte de temps.

  • 27 Entretien avec Hélène Oehmichen et Romain Piketty, février 2014.

Linda Morat-Voyer27, 39 ans, avocate indépendante à Besson, pas de spécialisation, en couple, un enfant.

34Les trois logiques d’articulation des sphères temporelles étudiées se construisent à partir de la part plus ou moins importante accordée à la vie privée, mais également de la plus ou moins grande porosité entre vie privée et vie professionnelle. Elles entraînent des appréhensions différentes de la relation de service et du débordement. Des logiques internes à la profession jouent également, qui distinguent les avocat·es selon leurs ressources professionnelles, elles-mêmes fortement dépendantes de leurs caractéristiques sociales.

Des ressources professionnelles inégales face à l’envahissement

35Le marché du conseil constitue un marché segmenté, à la fois selon les types de clientèles, les spécialités, mais aussi la taille des cabinets (Karpik, 1995 ; Bessy, 2015). Selon leur place dans ce marché, les avocat·es disposent de ressources inégales pour faire face au « débordement » physique, relationnel ou temporel de leur activité.

Se protéger des intrusions : le rôle de la division du travail

  • 28 À une exception près, nous n’avons rencontré que des femmes à ces postes.

36Une des ressources qui permettent aux avocat·es de ne pas se laisser déborder par leur activité ou par leurs client·es est d’avoir recours à un personnel de support. Les trois quarts des avocat·es rencontré·es pour lesquel·les nous disposons de l’information s’appuient sur des employés dans leur travail. Ce personnel est avant tout constitué de secrétaires ou d’assistantes juridiques28, parfois partagées avec d’autres avocat·es. Celles-ci prennent en charge les tâches d’accueil des client·es, ou encore la comptabilité et le travail administratif de gestion (organisation de l’emploi du temps de l’avocat·e, prise de rendez-vous, envoi du courrier, etc.).

Alain Bonnet a deux secrétaires qui ne travaillent que pour lui, l’une depuis 23 ans et l’autre depuis 4 ans. Elles évitent qu’il ne soit dérangé (car « il est concentré dans ses dossiers ») en donnant des renseignements au téléphone : elles filtrent les appels (« les gens nous racontent leur vie ») et décident des rendez-vous à fixer. La secrétaire la plus ancienne fait le travail administratif (emploi du temps, gestion du RPVA), la correspondance courante, la comptabilité, la retranscription des cassettes qu’enregistre l’avocat pour ses correspondances et écritures (celui-ci n’a ni ordinateur ni téléphone). La seconde secrétaire ne fait que de la retranscription.

  • 29 Entretien avec Anaïs Bonnano, Elise Drutinus et Aurore Koechlin, février 2014.

Alain Bonnet29, 60 ans, avocat associé à Besson, spécialisé en droit commercial, marié, 2 enfants.

37La gestion des appels et des questions de la clientèle, la prise des rendez-vous, et plus rarement le travail de facturation, apparaissent ainsi comme des tâches fastidieuses qui relèvent du « sale boulot » que l’on délègue (Hughes, 1996). Les secrétaires, à l’instar des assistantes juridiques, réalisent par ailleurs un travail émotionnel de réassurance pour les avocat·es (Pierce, 2003) :

  • 30 Observation par Aurore Koechlin, avril 2014.

Une enquêtrice du collectif attend de rencontrer Arnaud Thiercelin à Besson, un avocat associé du cabinet arrive et se plaint : « Je travaille comme une brute (…). Là je suis à bout, en vacances je me reposerai ». La secrétaire compatit et lui dit que les vacances lui feront du bien30.

  • 31 À l’inverse, les 20 avocat·es associé·es rencontré·es disposent tou·tes d’au moins une secrétaire o (...)

38Néanmoins, onze des avocat·es rencontré·es n’ont pas de secrétaire : ils et elles exercent en indépendant·e, sans associé·e31. Ces avocat·es sans secrétaire, comme Cécile Hamon (41 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famille, divorcée, un enfant), recourent parfois à un standard téléphonique pour gérer l’arrivée des appels et « éviter le surmenage professionnel ». Le travail de filtrage effectué par ces standards est alors moins efficace, et n’empêche pas l’irruption inopinée des client·es (cf. supra).

39Les ressources des avocat·es face à l’envahissement varient donc avec la taille des cabinets. Dans les cabinets de taille plus importante, les avocat·es associé·es disposent de secrétaires mais également de collaborateur·trices, à qui il est possible de déléguer d’autres types de tâches. Si les cabinets en droit de la famille sont de taille modeste par rapport à d’autres spécialités, la moitié des avocat·es rencontré·es travaillent cependant dans des cabinets comprenant des collaborateur·trices. C’est en particulier le cas dans des cabinets parisiens spécialisés en droit de la famille à la clientèle aisée, comme celui de Clotilde Reymbaut-Dawkins :

Quand vous avez un dossier, moi, je vais faire les décisions stratégiques, les rendez-vous clients, plaider, pas toujours d’ailleurs, ça dépend, selon le choix du client ou négocier pour lui, même hors d’un cadre collaboratif. Et puis, je vais avoir une collaboratrice qui va par exemple préparer un jeu de conclusions, je vais les relire, je vais dire « ça, ça me va, ça me va pas », préparer des courriers, compiler des pièces (…), faire le suivi client.

  • 32 Entretien avec Muriel Mille, décembre 2014.

Clotilde Reymbaut-Dauwkins32, 44 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, mariée, 3 enfants.

40Cette division du travail lui permet de déléguer les tâches qu’elle considère comme plus ingrates (le recueil des pièces du dossier par exemple) pour ne garder que les plus valorisantes (la rencontre avec la clientèle ou les audiences). Ainsi, le statut de collaborateur·trice est le plus susceptible de générer du débordement : ils et elles traitent les dossiers du cabinet tout en cherchant généralement à développer leur propre clientèle, sans pouvoir maitriser leur emploi du temps ni pouvoir discriminer leurs tâches.

  • 33 Parmi les 21 avocat·es indépendant·es pour lesquel·les nous disposons de l’information, 10 disposai (...)
  • 34 Selon une enquête de 2017 du Défenseur des droits, les femmes représentent 54% des effectifs de la (...)

41Le débordement renvoie ainsi à la division du travail et aux différences de statut : l’indépendance ou la collaboration ne donnent que peu d’armes pour le contenir33. Or les avocat·es spécialisé·es en droit de la famille exercent très souvent en indépendant·es. Ils et elles sont alors en charge de l’intégralité des tâches ou presque, tout en assurant, pour les femmes en particulier, le travail domestique. De plus, ces statuts d’exercice sont inégalement répartis parmi les avocat·es : la collaboration est exercée plus souvent par des femmes, en début de carrière34 tandis que l’association est plus souvent le fait des hommes, plus avancés dans leur trajectoire professionnelle (Lapeyre et Le Feuvre, 2009). A ces inégalités de genre s’ajoutent des inégalités territoriales : c’est en région parisienne qu’on trouve le plus de collaborateurs et des collaboratrices, les avocat·es associé·es ont dès lors une plus grande probabilité d’en avoir dans leur cabinet. Ces inégalités recoupent enfin des inégalités sociales : parmi les enquêté·es, les avocat·es d’origine populaire sont beaucoup moins souvent associé·es que ceux d’origine supérieure.

Agir sur sa clientèle

  • 35 Entretien avec Elise Drutinus et Hélène Steinmetz, février 2014.

42Le type de clientèle développée par les avocat·es joue également sur leur sentiment de débordement. Certain·es client·es sont présenté·es comme particulièrement difficiles à « gérer » et à tenir à distance, car ils et elles se montrent exigeant·es, à la fois dans leurs demandes et en temps. L’avocat·e qui ne réussit pas à les « canaliser » peut se retrouver dans une position dominée, « au service » du client·e (Jeantet, 2003). C’est particulièrement vrai des client·es issu·es des classes sociales supérieures ou disposant d’un capital culturel qui leur permet de remettre en question le savoir professionnel de l’avocat·e. Brigitte Lafont35 (47 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, mariée, 3 enfants) donne ainsi l’exemple d’un client chef d’entreprise contre lequel elle devait lutter car il voulait tout lui dicter. Nathalie Grignon évoque quant à elle les client·es qui « croient tout savoir » :

Ils ne sont pas habitués au monde juridique, mais ils ont de plus en plus accès aux informations juridiques, par internet. (…) Si vous voyez arriver des clients avec un classeur énorme, ah non, c’est « Ouh, celui-là il va être costaud ! » (rire) Et parce qu’on sait qu’ils vont être procéduriers, on sait qu’ils vont être, voilà, dans ce mécanisme-là, ils croient tout savoir, ils ne connaissent rien, donc voilà mais ils connaissent mieux le code civil que nous. Et ceux-là, je les fuis !

Nathalie Grignon, 45 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famille, en couple, 2 enfants.

  • 36 L'aide juridictionnelle est une aide financière ou juridique que l'État accorde aux justiciables so (...)

43D’autres types de client·es sont perçu·es comme envahissant·es, car traiter leurs affaires requiert beaucoup de travail émotionnel. Nathalie Grignon (cf. supra) déplore ainsi les demandes de sa clientèle qui la placent dans une posture d’assistante sociale : « Les gens sont aussi de plus en plus dans le désarroi, mais aussi, un petit peu, dans l’assistanat ». La clientèle issue des classes populaires, en particulier celles et ceux qui sont à l’aide juridictionnelle36, est particulièrement visée par les discours sur l’« assistanat ». Ces propos témoignent chez certain·es avocat·es du sentiment d’une dégradation de leur métier et de leur professionnalité. Trois hommes se sont particulièrement plaints de cette clientèle, dont les « exigences » leur paraissent d’autant moins acceptables qu’elle ne paye « rien » :

Les gens sont très exigeants quand ils n'ont pas à ouvrir le porte-monnaie, ce qui signifie que des fois vous avez la clientèle d'aide juridictionnelle, je le critique pas c'est un constat, des gens qui sont d’une exigence…

Yves Le Floch, 60 ans, avocat associé à Besson, spécialisé en droit de la famille, marié, 3 enfants

44Face à une clientèle « exigeante », les avocat·es peuvent déployer deux stratégies : lui faire payer ses exigences au prix fort ou pratiquer une sélection, en refusant certains dossiers.

45Certain·es avocat·es se plient entièrement aux client·es exigeant une disponibilité totale, comme Clotilde Reymbault-Dawkins, qui facture 450 euros de l’heure : « Nos clients attendent une réponse immédiate, instantanée ». Les demandes des client·es les plus aisé·es ne sont pas forcément mal vécues par les avocat·es qui facturent à l’heure, ou qui peuvent user avec succès de la menace de revenir sur leur forfait initial :

Quand on en a qui sont vraiment difficiles, exigeants, il y a toujours la possibilité de dire, « bah écoutez, on dépasse le forfait que je vous avais annoncé au départ, vous demandez beaucoup de conseils, vous demandez beaucoup d’attention, moi ça me pose pas de problème mais dans ces cas-là, on va repasser sur un honoraire au temps passé où je vais comptabiliser mon temps de travail ». Et généralement, ça les calme !

Caroline Sourice, 38 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, mariée, 1 enfant.

46La pratique du taux horaire (et d’un tarif élevé) est toutefois plus fréquente à Paris, tandis que les avocat·es de Besson et Salin s’en tiennent plutôt à une facturation au forfait, plus difficile à remettre en cause en cours de route. C’est ici la conséquence de la plus grande segmentation du barreau francilien. Parmi les avocat·es re rencontré·es en région parisienne, seul·es 3 sur 16 ont une clientèle mixte socialement, contre 17 sur 20 pour celles et ceux exerçant dans le barreau de l’Ouest. Ces avocat·es ne peuvent pas jouer sur la facturation pour compenser leur investissement, ce qui amplifie leur sensation de « débordement ». Ce sentiment s’est retrouvé également chez certain·es avocat·es d’Île de France, à la clientèle mixte :

Arthur Duval, avocat dans une ville très populaire de la région parisienne, explique ne pas prendre de vacances, travailler les soirs et les week-ends. Selon lui, c’est en raison de son lieu d’exercice et de la pauvreté de sa clientèle : « je me pose quand même des questions sur l’installation à Paris. (…) Gagner autant en faisant moins de dossiers ».

  • 37 Entretien avec Aurore Koechlin et Muriel Mille, décembre 2013.

Arthur Duval37, 33 ans, avocat indépendant à Paris, spécialisé en droit pénal, en couple, pas d’enfant.

47Refuser des dossiers qui promettent d’être compliqués et coûteux en temps est une autre façon d’éviter d’être « débordé ». En Île de France comme dans l’Ouest, la proportion de la clientèle à l’aide juridictionnelle est très variable (entre 0 et 80 % selon les avocat·es). Cela s’explique par la localisation des cabinets mais aussi par leur inégale capacité à sélectionner leur clientèle. En fonction du moment de leur carrière, de l’ancienneté ou de la réputation de leur cabinet, les avocat·es ont plus ou moins les moyens de refuser les dossiers des client·es « exigeant·es », qu’ils et elles soient ou non à l’aide juridictionnelle : « En fait nous, on fait le tri dans les dossiers qui nous intéressent pas. C'est-à-dire qu’on est à un stade de notre cabinet où on peut se permettre de faire le tri de nos clients », affirme par exemple Sylvie Lafont (47 ans, avocate associée à Besson, spécialisée en droit de la famille, mariée, 3 enfants).

  • 38 Entretien avec Camille Phé et Gabrielle Schütz, février 2014.

48Ainsi les avocat·es n’ont pas les mêmes ressources pour façonner leur clientèle et lutter contre le débordement. Cependant, malgré le caractère chronophage du travail relationnel avec les client·es, celui-ci n’est pas toujours considéré comme du « sale boulot ». Certain·es avocat·es (généralement des femmes) revalorisent ces situations en mettant en avant le côté « humain » et la dimension sociale de leur profession (Flécher, Mille et Schütz, 2019). Tout en se défendant elles aussi d’être psychologues ou assistantes sociales, elles apprécient l’activité d’écoute et de conseil. Sylvie Girard par exemple (50 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famille, en couple, pas d’enfant) explique ainsi : « Je considère qu'on a aussi un rôle social à jouer. Je trouve que l'avocat est un acteur social »38. Dès lors, l’ambivalence de la relation de service avec les client·es tient au type de clientèle des avocat·es, à leur plus ou moins grande proximité sociale avec celle-ci et à leurs ressources pour la façonner, mais aussi à la conception que les avocat·es se font de leur rôle et au type de service qu’ils et elles cherchent à fournir.

Conclusion

49Prendre au sérieux la place (temporelle, subjective) prise par la relation de service chez les avocat·es en droit de la famille permet d’analyser à quel point le rapport aux client·es est structurant pour appréhender leurs conditions de travail. Cette importance de la relation de service ne peut être comprise qu’au regard de l’ethos professionnel de cette profession libérale (Lapeyre et Robelet, 2007) : les client·es et le travail sont d’autant plus susceptibles de « déborder » que la norme de disponibilité permanente reste très ancrée, même si elle est quelque peu mise à mal par la féminisation de la profession et l’arrivée de jeunes générations.

50La gestion par les avocat·es de leur relation avec les client·es correspond d’abord à différentes logiques d’articulation des temps sociaux, à l’intersection des rapports de genre, de leurs configurations familiales et de leur position dans le cycle de vie comme dans la carrière. A cet égard, les femmes ayant de jeunes enfants sont les plus susceptibles de rencontrer des difficultés pour contenir le débordement.

51Le sentiment d’envahissement dépend également de la possibilité ou non de déléguer le « sale boulot » au sein de la sphère professionnelle. Celle-ci est très inégalement répartie selon la taille et l’implantation territoriale des cabinets, mais selon la place des avocat·es dans la division du travail et leur avancée dans la carrière – ce qui tend à redoubler les inégalités de genre présentes dans la sphère familiale. Les avocat·es n’ont ainsi pas les mêmes ressources pour faire face à leur charge de travail et façonner leur clientèle. Enfin, selon leur conception du rôle de conseil, ils et elles sont plus ou moins sensibles à ce débordement par les client·es.

Haut de page

Bibliographie

Barbier Pascal & Bernard Fusulier (2015), « L’interférence parentalité-travail chez les chercheur·es en post-doctorat : le cas des chargés de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique », Sociologie et sociétés, vol. 47, n° 1, 225-248.

Bastard Benoît (2002), Les démarieurs. Enquête sur les nouvelles pratiques du divorce, Paris, La Découverte.

Benech-le-Roux Patricia (2006), « Les rôles de l'avocat au tribunal pour enfants », Déviance et Société, vol. 30, 155-177.

Bessiere Céline & Sibylle Gollac (2017), « Un entre-soi de possédant·es. Le genre des arrangements patrimoniaux dans les études notariales et cabinets d’avocat·es », Sociétés contemporaines, n° 108, 69-95.

Bessiere Céline, Mille Muriel & Gabrielle Schütz (2020), « Les avocat·es en droit de la famille face à leur clientèle. Variations sociales dans la normalisation de la vie privée », Sociologie du travail, vol. 62, n° 3.

Bessy Christian (2015), L’organisation des activités des avocats : entre monopole et marché, Issy-les-Moulineaux, LGDJ-Lextenso éditions.

Biland Emilie & Muriel Mille (2017), « Ruptures de riches. Privilèges de classe et inégalités de genre au sein de la justice québécoise », Sociétés contemporaines, n° 108, 97-124.

Boigeol Anne (1981), « De l'idéologie du désintéressement chez les avocats », Sociologie du travail, vol. 23, n° 1, 78-85.

Boltansky Luc (1971), « Les usages sociaux du corps », Annales Economies Sociétés Civilisations, vol. 26, n° 1, 205-233.

Bourdieu Pierre (1986), « La force du droit. Eléments pour une sociologie du champ juridique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 64, 3-19.

Cleach Olivier & Jean-Luc Metzger (2004), « Le télétravail des cadres : entre suractivité et apprentissage de nouvelles temporalités », Sociologie du Travail, vol. 46, n° 4, 433-450.

Datchary Caroline (2011), La Dispersion au travail, Toulouse, Octarès.

Défenseur des Droits (2018), Conditions de travail et expériences des discriminations dans la profession d’avocat·e en France.

Dinovitzer Ronit, Reichman Nancy & Joyce Sterling (2009), “The Differential Valuation of Women’s Work: A New Look at the Gender Gap in Lawyers’ Incomes”, Social Forces, vol. 88, n° 2, 819-864.

Fainzang Sylvie (2009), « La communication d’informations dans la relation médecins-malades », Questions de communication, n° 15, 279-295.

Favier Elsa (2015), « "Pourquoi une présence au bureau de quinze heures par jour ?" Rapports au temps et genre dans la haute fonction publique », Revue française d'administration publique, vol. 153, n° 1, 75-90.

Flécher Marion, Mille Muriel & Gabrielle Schütz (2019), « Les avocat·es en droit de la famille. Morphologie du groupe et pratiques professionnelles au prisme du genre », communication au séminaire Justines, Cresppa-CSU, 17 janvier.

Freidson Eliot (1994), « Pourquoi l’art ne peut pas être une profession », dans L’art de la recherche. Essais en l’honneur de Raymonde Moulin, La documentation française, 119-135.

Goffman Erving (1968), Asiles. Etude de la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Goussard Lucie & Guillaume Tiffon (2016), « Quand le travail déborde… La pénibilité du surtravail à domicile des chercheurs de l’industrie énergétique », Travail et emploi, n° 147, 27-52.

Haeri Kami et al. (2017), L’avenir de la profession d’avocat, rapport confié par le garde des Sceaux.

Hagan John & Fiona Kay (2010), “The Masculine Mystique: Living Large from Law School to Later Life”, Canadian Journal of Law and society, vol. 25, n° 2, 185-226.

Hochschild Arlie R. (2017), Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel (trad. Salomé Fournier-Fayas et Cécile Thomé), Paris, La Découverte.

Hughes Everett C. (1996), « Le drame social du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 115, 94-99.

Jeantet Aurélie (2003), « "A votre service !" La relation de service comme rapport social », Sociologie du travail, vol. 45, n° 2, 191-209.

Karpik Lucien (1995), Les avocats, entre l’État, le public et le marché, XIXème-XXème siècle, Paris, Gallimard.

Karpik Lucien (2003), « Les avocats : entre le renouveau et le déclin », Hermès, n° 35, 203-211.

Kay Fiona M. (2002), « Crossroads to Innovation and Diversity: The Careers of Women Lawyers in Quebec », McGill Law Journal, 47, 699-746.

Lapeyre Nathalie & Magali Robelet (2007), « Les mutations des modes d'organisation du travail au regard de la féminisation. L'expérience des jeunes médecins généralistes », Sociologies pratiques, n° 14, 19-30.

Lapeyre Nathalie & Nicky Le Feuvre (2009). « Avocats et médecins : féminisation et différenciation sexuée des carrières », in Demazière Didier & Charles Gadéa (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, 424-434, Paris, La Découverte.

Le Collectif Onze (2013), Au tribunal des couples. Enquête sur les affaires familiales, Paris, Odile Jacob.

Mathier Lynn, Maiman Richard J. & Craig A. McEwen (1995), « ”The passenger decide on the destination and I decide on the route”: are divorce lawyers “expensive cab drivers”? », International Journal of Law and the Family, 9, 286-310.

Melville Angea, Laing Karen & Frank Stephen (2015), “Family Lawyers and Multi-Agency Approaches. Why Don’t Lawyers Work with Other Service Providers”, in Maclean Mavis, Ekelaar John & Benoît Bastard, Delivering Family Justice in the 21st Century, Oxford, Hart Publishing.

Milburn Philip (1994), « L’honoraire de l’avocat au pénal : une économie de la relation professionnelle », Droit et Société, n° 26, 175-195.

Milburn Philip (2002), « La compétence relationnelle : maîtrise de l’interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs », Revue française de sociologie, vol. 43, n° 1, 47-72.

Moreau Christian (2017), Statistiques sur la profession d’avocat. Situation au 1er Janvier 2017, Ministère de la Justice.

Parsons Talcott (1955), Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon.

Pierce Jennifer L. (2003), « Les émotions au travail : le cas des assistantes juridiques », Travailler, vol. 9, n° 1, 51‑72.

Sarat Abel & William L. F. Felstiner (1995), Divorce lawyers and their clients: Power and meaning in the legal process, New York, Oxford University Press.

Schumann Carole (1985), « La gestion juridique des problèmes émotionnels : le contrôle du client par les avocats du divorce », Annales de Vaucresson, vol. 23, n° 2, 115-136.

Weller Jean-Marc (2002), « Stress relationnel et distance au public. De la relation de service à la relation d’aide », Sociologie du travail, vol. 44, n° 1, 75-97.

Haut de page

Notes

1 Depuis 2009 on compte en France plus d’avocates que d’avocats. En 2017, 55,4% des avocat·es sont des femmes (Moreau, 2017).

2 Voir justines.cnrs.fr.

3 L’enquête a eu lieu avant la réforme intervenue au 1er janvier 2017, qui a introduit le divorce sans juge, uniquement géré par les avocats. Les conséquences de cette réforme sur le travail des avocat·e·s et sur le paysage de la justice ne sont pas étudiées dans le cadre de cet article.

4 Entretien avec Anaïs Bonnano, Sibylle Gollac et Aurore Koechlin, février 2014.

5 Entretien avec Muriel Mille, avril 2014.

6 Cet ethos professionnel est d’autant plus prégnant que nombre d’avocat·es rencontré·es ont un père exerçant une profession libérale ou une profession intellectuelle supérieure, ce qui est aussi souvent le cas des conjoints des avocates rencontrées.

7 Entretien avec Aurore Koechlin et Nicolas Rafin, novembre 2014.

8 Un avocat à Besson nous a indiqué faire jusqu’à 15 rendez-vous pour certains divorces.

9 Moyenne calculée sur la base de 45 rendez-vous client·es observés.

10 Entretien avec Muriel Mille et Gabrielle Schütz, février 2014.

11 Entretien avec Igor Rolemberg et Hélène Steinmetz, février 2014.

12 Entretien avec Hélène Mallarmey et Gabrielle Schütz, novembre 2014.

13 Entretien avec Nicolas Rafin, février 2016.

14 Cet enjeu a été observé dans d’autres contextes nationaux – voir entre autres Melville, Laing et Stephen, 2015.

15 Propos de Nathalie Grignon, 45 ans, avocate indépendante à Besson, spécialisée en droit de la famille, en couple, 2 enfants ; entretien avec Céline Bessière, février 2014.

16 Entretien avec Aurore Koechlin et Muriel Mille, novembre 2014.

17 Entretien avec Françoise de Barros et Aurore Koechlin, novembre 2014.

18 Entretien avec Muriel Mille et Marie-André Plante, février 2014.

19 Observation par Anaïs Bonnano et Muriel Mille, février 2014.

20 Les avocats rencontrés, à une exception près (cf. infra), sont en couple avec des compagnes aux activités professionnelles moins prestigieuses (enseignante, agent immobilier, etc.).

21 Entretien avec Camille Bertin et Gabrielle Schütz, février 2014.

22 Entretien avec Anaïs Bonnano, Elise Drutinus et Aurore Koechlin, février 2014.

23 Entretien avec Céline Bessière et Muriel Mille, février 2014.

24 Parmi les 11 femmes en couple mères d’enfants de moins de 15 ans dont on connaît la profession du conjoint, 9 sont en couple avec des avocats, médecins ou notaires.

25 Entretien avec Emilie Biland, février 2016.

26 Entretien avec Anna Chamfrault et Muriel Mille, novembre 2014.

27 Entretien avec Hélène Oehmichen et Romain Piketty, février 2014.

28 À une exception près, nous n’avons rencontré que des femmes à ces postes.

29 Entretien avec Anaïs Bonnano, Elise Drutinus et Aurore Koechlin, février 2014.

30 Observation par Aurore Koechlin, avril 2014.

31 À l’inverse, les 20 avocat·es associé·es rencontré·es disposent tou·tes d’au moins une secrétaire ou une assistante.

32 Entretien avec Muriel Mille, décembre 2014.

33 Parmi les 21 avocat·es indépendant·es pour lesquel·les nous disposons de l’information, 10 disposaient d’une personne ne travaillant que pour eux (secrétaire ou collaborateur·trice) et 8 (dont 7 femmes) travaillaient sans secrétaire ni collaborateur·trice.

34 Selon une enquête de 2017 du Défenseur des droits, les femmes représentent 54% des effectifs de la profession, mais 66,6 % des collaborateur·trices (Défenseur des droits, 2018).

35 Entretien avec Elise Drutinus et Hélène Steinmetz, février 2014.

36 L'aide juridictionnelle est une aide financière ou juridique que l'État accorde aux justiciables sous condition de ressources. Les montants versés aux avocat·es sont bien inférieurs à ceux qu’ils pratiquent pour les client·es qui n’en bénéficient pas.

37 Entretien avec Aurore Koechlin et Muriel Mille, décembre 2013.

38 Entretien avec Camille Phé et Gabrielle Schütz, février 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Flécher, Muriel Mille, Hélène Oehmichen et Gabrielle Schütz, « Une clientèle envahissante ? Les temporalités des avocat·es en droit de la famille »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7292

Haut de page

Auteurs

Marion Flécher

Université Paris Dauphine, PSL Research University, CNRS, UMR CNRS [7170], IRISSO

Articles du même auteur

Muriel Mille

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, laboratoire Printemps

Hélène Oehmichen

École des Hautes Études en Sciences Sociales, laboratoire CESSP

Gabrielle Schütz

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, laboratoire Printemps

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search