Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17VariaEntre « Utopie » et « Dystopie »

Varia

Entre « Utopie » et « Dystopie »

Romans industriels américains du XXe siècle et sociologie du travail
Between “Utopia” and “Dystopia”. American 20th century industrial novels and industrial sociology
Entre “Utopía” y “Distopía”. Novelas industriales americanas del siglo XX y sociología del trabajo
Erik de Gier
Traduction de Jennifer Raynal
Cet article est une traduction de :
Between “Utopia” and “Dystopia” [en]

Résumés

Cet article s’intéresse aux relations entre le roman industriel et la sociologie du travail. S’il est admis que le roman industriel constitue une source précieuse, il est encore trop souvent négligé alors qu’il pourrait constituer d’excellentes sources secondaires pour la sociologie. C'est particulièrement le cas lorsque les romans industriels sont eux-mêmes basés sur un travail de terrain. Cet article se concentre sur quelques romans industriels américains modernistes emblématiques, publiés dans les premières décennies du XXe siècle. Il s'agit des romans d'Upton Sinclair qui traitent des conditions de travail et de vie dans les abattoirs de Chicago (1906), dans les mines de charbon américaines (1917 et 1976) et dans l’usine automobile d’Henry Ford (1937), mais également d’un roman industriel majeur, U.S.A. (1938), écrit au début de la Grande Dépression par John Dos Passos. Les sociologues peuvent ainsi non seulement se référer au roman industriel, mais également aux méthodes appliquées par les auteurs de ces romans qui se révèlent tout à fait pertinentes. Le modernisme expérimental radical de Dos Passos pourrait parfaitement enrichir les outils de recherche sociologiques existants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet ouvrage rapproche la sociologie du travail avec des romans industriels « modernistes » dans deu (...)
  • 2 Dans la bibliographie, la Nouvelle Revue du Travail a choisi de conserver les titres des ouvrages d (...)
  • 3 Calvino a quitté le parti quelques années plus tard.

1Cet article s’intéresse au roman industriel et à sa pertinence trop généralement sous-estimée par la sociologie du travail. Le roman industriel, sous-genre du roman social, a joué un rôle important dans le développement des politiques sociales et du travail dans de nombreux pays. Il a contribué à l'émancipation des travailleurs et de leurs familles et a également permis de faire entendre la voix des travailleurs dans la littérature. Ce fut par exemple le cas de manière explicite dans l'Italie de l'après-guerre où des auteurs faisant autorité comme Italo Calvino, Elio Vittorini et Paolo Volponi, ont intentionnellement donné pour la première fois la parole aux travailleurs, une parole quasi-absente dans la littérature italienne jusqu'au boom économique de l'après-guerre (De Gier, 20181)2. En arrière-plan, le Parti communiste italien (PCI), dont Calvino et Volponi ont tous deux été membres actifs, joue alors un rôle influent. Volponi en est d’ailleurs devenu sénateur3.

2Le roman industriel se fonde rarement sur des méthodes de recherches sociologiques telles que l'interview, l'observation participante, l'utilisation de statistiques et l'étude approfondie de documents. Au-delà de la dimension narrative, une grande partie de ces romans combine recherche pseudo-sociologique et journalisme scientifique. Par exemple, Volponi, surnommé il romanziere-sociologo, occupait le poste de directeur des services sociaux chez Olivetti, la célèbre société de machines à écrire basée à Milan et à Ivrée. Ami proche du directeur et de l’entrepreneur éclairé qu’était Adriano Olivetti, Volponi dispose alors dans l’entreprise d’un véritable espace de création. Ainsi, son célèbre roman industriel Memoriale (1962) se présente comme un compte-rendu critique mais fidèle des conditions de travail à l'intérieur de l’entreprise Olivetti dans les années 1950. On compte de nombreux autres exemples comparables où des auteurs et des écrivains de roman industriel, en Italie comme ailleurs, ont fondé leurs écrits sur leurs recherches : Ottiero Ottieri en Italie également sur Olivetti, Emile Zola en France sur l'exploitation minière dans le Nord de la France, Ilja Ehrenburg en Union soviétique sur l'industrie automobile française et américaine, Emil Reger sur Krupp et Siegfried Kracauer sur la nouvelle culture des cols blancs à Berlin (De Gier, 2018).

  • 4 Bien sûr, Sinclair et Dos Passos n'étaient pas les seuls auteurs de roman industriel aux États-Unis (...)

3Dans le cadre de cet article, je me concentrerai sur les romans de genre industriel écrits aux États-Unis du début du XXe siècle aux années 1930. D'un point de vue sociologique, deux auteurs présentent un intérêt particulier pour cette période : Upton Sinclair (1878-1968) et John Dos Passos (1896-1970)4. À l’instar de nombreux auteurs de romans industriels à travers le monde, Sinclair et Dos Passos étaient tous deux des écrivains de gauche. Sinclair utilisait intentionnellement son écriture pour influencer les élites politiques et les dirigeants des entreprises. Dos Passos, bien qu’il se soit finalement détourné de la gauche après la publication de son opus U.S.A. (1936), était membre du parti communiste américain. Leurs livres décrivent de manière « réaliste » et fiable les relations et les conditions de travail dans l'industrie américaine à l'époque.

4Après s’être attardé sur les dimensions théoriques et méthodologiques, cet article appréhendera le contexte global du roman industriel américain et s’intéressera à la tension permanente entre « utopie » et « dystopie ». Il s’agira ensuite de contextualiser les romans industriels de Sinclair et de Dos Passos, auteurs illustrant parfaitement cette période progressiste unique et durable aux États-Unis, pour enfin en réaliser l’analyse sociologique.

Roman et sciences sociales : deux siècles d’histoire croisée

5Le roman industriel, qui doit son origine à la première révolution industrielle anglaise, a vu sa nature évoluer au fil du temps. On distingue désormais le roman industriel « traditionnel » écrit aux XVIIIe et XIXe siècles de celui écrit du XXe siècle à nos jours. Alors que le premier se fonde sur des impressions, le second est plus souvent basé sur des faits ou des recherches effectuées sur le terrain par l'auteur. Ainsi, d'un point de vue strictement sociologique, le roman industriel du XXe siècle se montre bien plus pertinent et les romans industriels de Sinclair et Dos Passos appartiennent sans aucun doute à cette catégorie.

  • 5 Voir par exemple Park, Thomas, Burgess, Wirth, Zianecki et Veblen (Abbott, 1999 ; Fine, 1995).

6Dès le début du XXe siècle, les sociologues ont reconnu la pertinence de la littérature. Par exemple, le récit jouait déjà un rôle important chez les sociologues de Chicago5. Aujourd'hui, c’est tout un nouveau courant de narration et de sociologie qui se manifeste à travers l’œuvre de Packer (2013) ; Arlie Russell Hochschild (2016) ; Vance (2016) et Desmond (2016). Il convient également de noter que cette nouvelle discipline « mixte » à laquelle se consacre les American Studies constitue une sorte de « terrain d'entente entre la critique littéraire et la sociologie » selon l'un de ses cofondateurs, Henry Nash Smith, en 1957 (Bradbury, 1969, 111).

7Jackson distingue quatre domaines dans lesquels la sociologie et la littérature se croisent. (Jackson, 1969). Tout d'abord, la littérature pourrait remplir la fonction de source de documentation générale pour le sociologue. Deuxièmement, le sociologue, en puisant des exemples dans la littérature, pourrait développer certaines dimensions historiques dans ses analyses. Troisièmement, en analysant intrinsèquement une œuvre littéraire, le sociologue pourrait la considérer comme un sujet propre de recherche. Enfin, l'interprétation de l'action sociale exige du sociologue une certaine compréhension de la Weltanschauung (vision du monde) de l'écrivain : « Si les hommes définissent les situations comme réelles, elles sont aussi réelles dans leurs conséquences » (F. Zianecki, 1940).

8Plus récemment, Penadés a soutenu que la littérature en général pouvait contribuer aux sciences sociales en offrant des observations sur des terrains méconnus, en proposant des interprétations sur la façon dont fonctionnent plus spécifiquement certains mécanismes sociaux et enfin en explorant des alternatives à la réalité actuelle. Dans sa vision, la littérature englobe non seulement la littérature au sens strict, mais aussi la science-fiction et le genre policier. Les livres de Sherlock Holmes, qui combinent l'imagination, la démarche rationnelle et les contradictions de la vie quotidienne, contiennent une douzaine d’enseignements utiles pour les spécialistes des sciences sociales, comme la capacité de raisonner à l'envers (ou « rétro-induction ») en plus de l'induction et de la déduction (Penadés, 2019). Ainsi, la littérature peut constituer une source essentielle pour la recherche sociale.

  • 6 En 1925, la majorité des Américains pouvaient disposer d'eau courante chaude et froide, de toilette (...)

9De plus, je suis convaincu que les romans de genre industriel écrits à une période précise correspondent à des contextes socio-économiques, culturels et politiques particuliers qui peuvent présenter un intérêt sociologique majeur. C’est notamment le cas des romans industriels américains écrits dans la première partie du XXe siècle qui ont pour contexte d’abord l’Ère progressiste de 1900 à 1923, puis le New Deal de 1930 à 1940. En plus d’avoir été une période de réformes et de changements sociaux et culturels majeurs aux États-Unis, la longue période qui se situe de 1900 à 1940 a été marquée par un accroissement de la richesse et de la consommation sans précédent dans l'histoire américaine, avec pour conséquence la vie culturelle des petites villes, fondée sur les valeurs familiales traditionnelles, presque entièrement balayée par une culture plus matérialiste, individualiste et cosmopolite6 (Lynd & Lynd, 1925 ; Lynd & Lynd, 1937).

Entre utopie et dystopie

10Avant de se concentrer sur les romans industriels d'Upton Sinclair et de John Dos Passos, il est logique de s’attarder sur deux autres remarquables romans du même genre qui marquent le début et la fin de l'ère du roman industriel « moderne » en Amérique. Le premier, Looking Backward (traduit sous le titre Cent ans après ou l'An 2000) d'Edward Bellamy, publié en 1888, affiche un optimisme utopique et jette les préliminaires de l’utopie socialiste du bien être au XXe siècle. En revanche, The Circle (Le Cercle) de Dave Eggers, publié en 2013, esquisse un sombre avenir dystopique pour la future société américaine (industrielle). Un monde du savoir, dystopique et totalitaire, dominé par les grandes firmes internationales de technologie.

11Looking Backward (Bellamy, 1888) raconte l'histoire de Julian West, un jeune Bostonien qui tombe dans un profond sommeil hypnotique en 1888 avant de se réveiller en l'an 2000, dans une société « utopique » totalement métamorphosée. En 2000, la société victorienne de la fin du XIXe siècle a laissé place à une société dans laquelle les femmes, et plus particulièrement celles de la classe moyenne, jouissent de nouveaux droits et de nouvelles possibilités grâce à la mise en place de services publics et de dispositifs permettant de réduire leur charge de travail. Contrairement à la société américaine de la fin du XIXe siècle, les femmes ont pour la première fois, dans cette année 2000 fictive, le droit d'exercer un travail rémunéré, le droit de propriété et le droit de vote. Largement lu à l'époque, le livre de Bellamy a eu un réel impact sociétal et les idées réformistes de Bellamy se sont développées dans toute l'Amérique. Le livre a fortement inspiré le nouveau mouvement de réforme de la classe moyenne de la fin de l'époque victorienne dans le pays (McGerr, 2003, 48-52).

12Plus récent, le livre d'Eggers (2013) est très différent. Si l’on y retrouve une forme de science-fiction et d’anticipation, l'utopisme est entièrement remplacé par un pessimisme postmoderne. La protagoniste, Mae Holland, 24 ans, est embauchée dans une grande entreprise américaine du web appelée Le Cercle. Par le biais de techniques de management en ligne aussi subtiles que puissantes, elle est indirectement obligée d'augmenter en permanence sa vitesse de travail, alors que dans un même temps, sa marge de manœuvre et sa liberté d'expression sont limitées. Cependant, en cas de bon comportement dans l'entreprise, Le Cercle donne accès à Mae et à sa famille à toutes sortes de droits sociaux, comme une assurance maladie complète. L'ancien petit ami de Mae, qui ne travaille pas pour la firme mais qui saisit clairement la situation, avertit en vain Mae de sa dépendance croissante à l'égard du Cercle et de sa perte de liberté. L'image qui en résulte est assez sombre, une société future américaine dominée par les géants du web qui contrôlent la vie professionnelle et les conditions de vie de ses employés.

13Une période de plus d’un siècle sépare les deux romans, au cours de laquelle la nature de la vie professionnelle s’est radicalement transformée. À la fin du XIXe siècle, il y avait parmi les réformateurs et les syndicalistes encore beaucoup d'espoir et de confiance quant à la possibilité d'améliorer et de relever de manière substantielle les conditions de la nouvelle armée de travailleurs industriels de l'époque. Au début du XXIe siècle, cet espoir s'est presque entièrement évanoui. Le futur immédiat du monde du travail est dominé par les technologies modernes de l'information et les travailleurs de demain voient leurs libertés restreintes, tant sur le plan professionnel que privé, par de grandes entreprises sous la tutelle d'un Big Brother tel que Le Cercle.

14Ces deux romans illustrent la tension sous-jacente qui s’empare des romans industriels au XXe siècle dont il est question ici. Ils sont significatifs de leur puissance évocatrice influençant quelque peu la pensée populaire.

Contextualiser le roman industriel américain du début du XXe siècle

  • 7 En 1900, les deux tiers de la population américaine vivaient dans des zones rurales et dans des pet (...)

15Afin d’interpréter correctement le roman industriel, il est essentiel de tenir compte du contexte socio-économique et politique de la période au cours de laquelle ces œuvres ont été écrites. En ce qui concerne les romans industriels américains du début du XXe siècle, on distingue deux périodes successives connues sous le nom d’Ère progressiste de 1900 à 1929, puis du New Deal couvrant les années 1930-1940. Parce que l'ère progressiste peut être considérée comme une réaction directe à la période conservatrice précédente, je m’attarderai également sur la période précédente qualifiée d’âge d'or (1870-1890). L’Âge d’or, qui débute après la fin de la guerre civile américaine, est une période au cours de laquelle le pays s'est rapidement industrialisé et urbanisé, enregistrant de manière continue une forte croissance économique7. Les chemins de fer, l'acier et les mines constituaient alors les industries les plus importantes. Cette croissance a attiré une quantité massive d'immigrants (environ vingt millions), pour la plupart Européens (Pastorello, 2014, 50). Bien que la richesse du pays ait fortement augmenté, sa répartition est restée très inégale. Aux côtés de ceux qu’on appelait les « barons voleurs », c’est-à-dire les industriels extrêmement riches Jay Gold, Henry Clay Frick, Cornelius Vanderbilt, John D. Rockefeller et Andrew Carnegie, émergea une grande masse de travailleurs industriels généralement pauvres et pour la plupart venus d’Europe. Il en résulta, à l’échelle nationale, des difficultés sociales aggravées par deux récessions économiques en 1873 et en 1893. Un des indicateurs majeurs de cette situation de crise se manifeste par l’impact croissant des lock-out des travailleurs et des grèves souvent violentes, à l’image de celle des chemins de fer de 1877, de l'affaire du Haymarket Square en 1886, de la bataille du Homestead en 1892 et de la grève Pullman de 1894. La bataille du Homestead marque plus particulièrement un tournant dans les relations industrielles américaines. Ce conflit portait sur le contrôle de l'aciérie Homestead Steel Works, propriété d'Andrew Carnegie. Après une grève « dramatique et amère », Carnegie et son directeur général Henry Flick réussirent à casser l’Amalgamated Association of Iron Steel Workers, syndicat du fer et de l'acier, et obtinrent le contrôle total de l’entreprise sidérurgique. Avec la défaite de l'Amalgamated, un nouvel ordre économique et politique naissait en Amérique. Ce nouvel ordre, fondé sur une alliance entre l'industrie et le gouvernement national, « a apporté des innovations technologiques spectaculaires et une plus grande production nationale, visible partout, des grands gratte-ciels urbains au déferlement des biens de consommation de masse. Il a également entraîné de nouveaux bouleversements sociaux et de nouvelles souffrances pour les travailleurs de l'industrie qui avaient perdu tout pouvoir sur leur lieu de travail » (Wilentz, 1992 ; Krause, 1992). Pour résumer, l’âge d’or a provoqué une réaction réformiste destinée à résoudre dans une certaine mesure ces nouveaux problèmes rencontrés par la classe ouvrière, donnant ainsi naissance à l'ère progressiste.

16L'historienne Karin Pastorello définit l'ère progressiste comme « un effort à multiples facettes des réformateurs pour identifier et résoudre les problèmes de l'industrialisation et de l'urbanisation » (Pastorello, 2014, 7 ; voir également Hofstadter, 1955). Son principal objectif était de créer un nouveau paradis de la classe moyenne aux États-Unis au moyen d'une « grande œuvre de reconstruction » (McGerr, 2003, 80, 317, 319). Les réformateurs sociaux ont tenté d’atteindre cet objectif à travers une double approche destinée à neutraliser les contours de l’âge d’or, d’abord en contenant les riches, y compris les « barons voleurs » et les grandes entreprises, mais également en élevant et en éduquant la masse des travailleurs américains et en forgeant une nouvelle classe moyenne américaine. D'un point de vue pratique, cela s'est traduit par des réformes éducatives à l'échelle nationale, par la redistribution des richesses et des revenus et par l'introduction d'une législation antitrust et de lois sociales sur la sécurité alimentaire et sur la santé.

17Pendant l’âge d’or, l'Amérique était devenue un pays clivé qui faisait coexister « deux nations ». D'une part, on trouvait la riche classe des loisirs individualistes vivant dans un luxe extrême, décrite en détail par Thorstein Veblen dans son livre fondateur The Theory of the Leisure Class (1899), de l’autre, la classe ouvrière socialiste, dont le nombre augmentait rapidement.

  • 8 Selon les Social Gospelers, les employeurs devraient traiter leurs travailleurs principalement comm (...)

18En 1900, la nouvelle classe moyenne émergente comptait de 12 à 16 millions de personnes, soit environ 20 % de la population américaine de l'époque (McGerr, 2003, 43). Le mouvement progressiste et ses dirigeants formulèrent un programme de réforme très ambitieux ciblant les mœurs des Américains en interdisant l'alcool, éradiquant la prostitution et limitant le divorce, tandis qu’ils soutenaient la promotion des droits des femmes. De plus, ce mouvement visait à améliorer les conditions de travail et de vie des salariés en favorisant le bien-être au travail et son efficacité (le management scientifique de F.W. Taylor), en contrôlant le pouvoir des entreprises et des grandes firmes, en assurant une réforme rurale et, enfin et surtout, en exigeant un rôle plus actif du gouvernement fédéral dans le domaine sociopolitique et économique (McGerr, 2003, 79-81). En soi, le mouvement progressiste était constitué d'une variété d'organisations, d'institutions et de réformateurs de la classe moyenne. Jane Addams et Ellen Gates Starr figurent, entre autres, parmi les réformateurs-clés. Ces deux femmes ont créé Hull House, le premier centre d’œuvres sociales a avoir vu le jour dans un quartier ouvrier de Chicago. Les Social Gospelers, un mouvement protestant de réformateurs sociaux8, les réformateurs de l'éducation (John Dewey), les syndicats, un groupe de journalistes d'investigation progressistes (Upton Sinclair) ainsi que les trois présidents successifs de l'ère progressiste (Theodore Roosevelt, William Howard Taft et Woodrow Wilson) jouèrent également un rôle important. L'objectif du mouvement progressiste était non seulement de mettre fin au conflit de classes, mais également de « reconstruire l'Amérique » (McGerr, 2003, 94, 118).

19En somme, l'ère progressiste s’est constituée autour de trois phénomènes particuliers : l'industrialisation, l'immigration et l'urbanisation (Pastorello, 2014, 10). C’est également une période pendant laquelle les loisirs et les divertissements deviennent accessibles aux travailleurs. Pour la première fois dans l'histoire, les travailleurs américains peuvent accéder aux salles de danse et aux cinémas et profiter d'autres formes de divertissement tel que le sport (Pastorello, 2014, 51). Selon l'historien Daniel T. Rodgers, l'ère progressiste était avant tout « une ère de coalitions changeantes, idéologiquement fluides et axées sur des questions précises, toutes en concurrence pour le remodelage de l'Amérique » (Rodgers, 1982, 114). Dans ce contexte, les progressistes ont concentré leur mécontentement sur trois thématiques : les lois antitrust, l’importance des liens sociaux pour comprendre l’humanité et, enfin, la dimension socialement performative du langage économique (Rodgers, 1982, 123).

20Dans le sillage du grand krach boursier du jeudi 24 octobre 1929 et de la Grande Dépression des années 1930 qui a suivi, le New Deal, façonné par le président F.D. Roosevelt et son groupe de New Dealers (Francis Perkins, Harry Hopkins et autres) s’annonce comme une deuxième période de réforme sociale aux États-Unis. Au cœur du New Deal, se trouvait un vaste ensemble de lois, de programmes collectifs et d’investissements dans les travaux publics, visant à surmonter et à réparer les vastes dégâts économiques et sociaux (chômage de masse, pauvreté et misère) causés par la crise économique. Il est courant de faire une distinction entre le First New Deal et le Second New Deal. Le Premier New Deal, à partir de 1933, englobe les cent premiers jours de la présidence de F.D. Roosevelt pendant lesquels Roosevelt réorganise le système bancaire américain et met en place diverses administrations axées sur le redressement, telles que la National Recovery Administration (NRA), la Federal Emergency Relief Administration (FERA) et le Civilian Conservation Corps (CCC). À partir de 1935, le deuxième New Deal voit s’amplifier le rôle du gouvernement fédéral avec l'introduction de nouveaux programmes de travail plus étendus (Works progress Administration ou WPA) et la signature de la Social Security Act, qui comprend l'assurance vieillesse, l'assurance chômage et invalidité, ainsi que l'aide aux familles pauvres. C’est à ce moment qu’est également votée une nouvelle loi sur le travail sous l’égide du sénateur Wagner. Organisme créé pour faire appliquer la loi Wagner et réglementer les conventions collectives, le Conseil national des relations du travail (National Labor Relations Board ou NLRB) a permis de favoriser le développement et la reconnaissance des syndicats par les employeurs. Le résultat le plus visible de tous ces efforts n'aura pas été la reprise de l'économie américaine et l'éradication du chômage de masse dans les années 1930, mais bien la création du premier État-providence américain pour la protection des travailleurs.

21En résumé, le New Deal a été une ère marquée par d’ambitieuses expérimentations réalisées avec un grand pragmatisme et visant à établir de nouvelles règles en matière de justice sociale. Comme l'ère progressiste, le New Deal a été largement soutenu par la classe moyenne américaine (Rauchway, 2008 ; Kennedy, 1999). Cependant, contrairement à la période précédente, le principal acteur de cette réforme n’a pas été la classe moyenne elle-même, mais le gouvernement fédéral. Pour la première fois, le gouvernement fédéral a agi comme un allié actif des syndicats et des autres groupes réformistes.

Le roman industriel réaliste d'Upton Sinclair

  • 9 Après sa publication, le livre La Jungle a été adapté au théâtre, puis en 1913 au cinéma (Sinclair, (...)

22Upton Sinclair (1878-1968) était certes écrivain, mais également journaliste et militant politique de gauche (Arthur, 2006 ; Mattson, 2008). On lui doit quelque 90 romans, dont plusieurs s’inscrivent dans le genre du roman industriel. Sinclair y décrit l'Amérique industrialisée de manière critique, non seulement du point de vue des travailleurs mais également de celui de patrons capitalistes tels que Henry Ford et John D. Rockefeller. Néanmoins, son cœur est sans aucun doute du côté des ouvriers dont il fait entendre la voix de façon très juste dans ses romans. Selon l'historien Mattson, plus qu’un romancier, Sinclair a su rapporter très fidèlement les événements historiques tels qu'ils se sont produits. C'est pourquoi, selon lui, Sinclair s'est avéré être plus un personnage politique qu'un personnage littéraire (Mattson, 2008, 8). The Jungle (La Jungle), publié en 1906 alors qu'il avait 27 ans, est largement considéré comme son plus important roman du genre industriel9. Suivront King Coal (Le Roi Charbon) en 1917, The Flivver King (Le Roi de l'auto : Henry Ford) en 1937 puis The Coal War (La Guerre du charbon) en 1967, suite tardive de King Coal. Auteur de roman industriel, Upton Sinclair appartenait à l'époque à un groupe de journalistes d'investigation et de photographes connu pour ses orientations réformistes et qui tentait de dénoncer les politiques des entreprises et du gouvernement. Nommés muckrakers, terme inventé par le président Theodore Roosevelt, ces journalistes devenus actifs à la fin du XIXe siècle, ont abordé une multitude de questions liées à l'industrialisation, telles que la vie dans les zones urbaines, la corruption en politique, le travail des enfants, les conditions de vie inhumaines des prisonniers, l'inégalité entre hommes et femmes, le commerce de la drogue, le système fiscal, l'industrie de l'assurance, le pétrole, l'exploitation des ressources naturelles, les trusts du tabac, l’industrie bovine, etc.. Jacob Riis, Ida Tarbell, Lincoln Steffens et bien sûr Upton Sinclair, devenus les muckrakers les plus emblématiques, étaient alors très suivis par les classes moyennes et supérieures qui constituaient leur principal lectorat (Pastorello, 2014, 57-64 ; voir également Filler, 1976).

  • 10 Chicago était la ville où convergeaient tous les problèmes et progrès de l'Amérique de l’époque, y (...)

23Lorsque Upton Sinclair publia La Jungle en 1906, l'influence publique et politique des muckrakers était à son apogée. Leurs publications contribuèrent à l'introduction de règles antitrust, au contrôle des tarifs ferroviaires, à la création du ministère de l'Agriculture, à l'introduction de la Pure Food and Drug Act, ainsi qu'à l'élection directe de sénateurs (Pastorello, 2014, 63-64). La Jungle de Sinclair, qui traite des conditions de vie et de travail des travailleurs immigrés dans les abattoirs de Chicago ainsi que des conditions insalubres de la transformation des aliments, a incité le gouvernement à intervenir dans l'industrie de la viande avec l’adoption du Pure Food and Drug Act et du Meat Inspection Act en 190610. En réponse à La Jungle, le président Theodore Roosevelt invita même Sinclair à un déjeuner à la Maison-Blanche.

24Avant d'écrire La Jungle, Sinclair a effectué plusieurs mois de recherches préparatoires, notamment en travaillant clandestinement pendant environ sept semaines dans les abattoirs de Chicago, assistant ainsi à une grève dans les parcs à bestiaux : « Donc, en octobre 1904, je suis parti pour Chicago, et pendant sept semaines j'ai vécu parmi les esclaves salariés du Beef Trust, comme nous l'appelions à l'époque » (Sinclair, 1962). « Je me suis assis le soir chez les travailleurs, nés à l'étranger et autochtones, et ils m'ont raconté leurs histoires, une après l'autre, et j'ai pris des notes sur tout. Le jour, je me promenais dans les chantiers, et mes amis risquaient leur emploi pour me montrer ce que je voulais voir. Je n'étais pas tellement mieux habillé que les ouvriers, et j'ai découvert que par le simple fait de porter une gamelle, je pouvais aller n'importe où ». Et ailleurs : « Je me suis promené dans le district, parlant avec des avocats, des médecins, des dentistes, des infirmières, des policiers, des politiciens, des agents immobiliers, toutes sortes de personnes » (Sinclair 1962 ; Mattson, 2008, 54). Ses recherches et son travail documentaire ont abouti, par exemple, aux observations frappantes suivantes (Sinclair, 1906, les chiffres ci-dessous entre parenthèses indiquent les pages de l’ouvrage) :

« Le processus était si méthodique qu’il en était fascinant. On assistait à la fabrication mécanique, mathématique de la viande de porc » (27).

« A la fin de cette procession, il ne restait pas un centimètre de l’animal qui n’eut été traité plusieurs fois. Enfin, la carcasse était acheminée vers une chambre froide où elle était conservée pendant vingt-quatre heures. Un étranger aurait pu se perdre dans cette forêt de porc gelés » (28).

« Certaines étapes de la chaîne déterminaient le rythme de l’ensemble ; ces points stratégiques étaient confiés à des hommes bien payés qui ne restaient jamais bien longtemps à leur poste. On les remarquait aisément, car ils travaillaient sous la surveillance des contremaîtres et se démenaient comme des possédés. Leur rôle était selon l’expression consacrée, “d’accélérer l’allure de l’équipe” » (42). 

« Les cadences semblaient chaque jour un peu plus inhumaines. On inventait sans cesse de nouvelles méthodes » (81).

« les employés de l’usine haïssaient leur métier. Ils haïssaient les petits chefs et les patrons ; ils haïssaient l’usine toute entière, le quartier tout entier, la ville toute entière même, d’une haine universelle, amère, farouche » (42-43).

« Elle (Marija) était enfermée dans une salle où pénétrait rarement la lumière du jour. Les chambres froides étant situées à l’étage au-dessous et les cuisines au-dessus, elle avait les pieds gelés, mais si chaud à la tête qu’il lui arrivait de suffoquer. Elle découpait chaque jour des centaines de kilos de viande, debout de l’aube jusque tard dans la nuit, chaussée de lourdes bottes, pataugeant dans les flaques d’un sol toujours humide » (77).

« Un médecin s’aperçut un beau jour que les carcasses des bœufs déclarés tuberculeux par les inspecteurs fédéraux et qui, par conséquent, contenaient des substances mortelles, étaient laissées à l’air libre sur un quai, avant d’être expédiées en ville pour y être vendues » (71).

  • 11 La Jungle attira aussi l’attention en dehors des États-Unis, notamment au Royaume-Uni où le futur p (...)

25Le livre parait d'abord en 1905 sous forme de feuilleton dans le journal socialiste Appeal to Reason avec un tirage d'environ 300 000 exemplaires, puis dans le One-Hoss Philosophy. Sinclair s'est directement inspiré d’articles publiés en 1899 dans le Journal of American Sociology traitant des conditions de travail dans l'industrie de la viande que l’on doit à un autre muckraker, le journaliste Algie Martin Simons (Pastorello, 2014, 62-63). La Jungle a immédiatement fait sensation dans le pays et suscité un débat public passionné. Jack London, écrivain socialiste engagé et admirateur de Bellamy, fait remarquer que « les belles théories de Looking Backward de Bellamy sont toutes très bonnes. Elles ont servi leur but, et l'ont bien servi. Looking Backward était un grand livre, mais j'ose dire que La Jungle, qui n'expose pas de grandes théories, est un livre encore plus grand. » (Brewster Folsom, 1979, 251)11.

  • 12 Selon Mattson, la célèbre chaîne de montage de Henry Ford a été préfigurée dans les abattoirs (Matt (...)

26Le thème principal du roman est l'arrivée à Chicago, au tournant du XIXe siècle, d'une famille d'immigrants lituaniens. Plusieurs membres de la famille trouvent du travail dans les abattoirs et dans l'industrie de la viande, mais les conditions de travail et de vie qu'ils rencontrent dans ce que l’auteur appelle le Beef Trust, l'une des plus grandes industries de l'époque aux États-Unis, sont très dures. En fait, ils sont littéralement exploités. Les protagonistes du livre sont le jeune couple Jurgis Rudkus et Ona Lukoszalte. Après avoir été licencié au bout d'un certain temps par l’entreprise Durham, Jurgis effectue plusieurs autres petits boulots, d’abord comme travailleur saisonnier puis dans une aciérie et se transforme au fil du temps en militant syndical. La première partie du livre est une méticuleuse reconstitution documentaire de la division du travail dans l'industrie de la viande et de ses mauvaises conditions de travail (Mattson, 2008, 62)12. Sinclair donne également une « description détaillée des méthodes appliquées pour expédier le bétail et des façons dont les carcasses sont transformées en une multitude de produits » (Brewster Folsom, 1979, 242-234). Le livre se termine dans les cinquante dernières pages par un plaidoyer pour le socialisme, « cessant d'être une histoire et devenant une harangue » (Becker, 1959, 133). Pour Sinclair, La Jungle n'était pas seulement un livre de muckraking ou un roman naturaliste à la Zola, mais bien « un livre qui montre les forces économiques qui poussent la classe ouvrière vers le socialisme » (Brewster Folsom, 1979, 251). Il est remarquable que Sinclair n'ait pas commencé son livre comme un roman mais, comme il le soutient dans son Autobiographie, comme une contribution à la recherche sociale. La dimension narrative de l’ouvrage a été ajoutée après que Sinclair ait observé une fête de mariage lituanienne lors de ses recherches sur le terrain (Sinclair, 1962).

  • 13 Avant d'écrire King Coal et The Coal War, Sinclair avait effectué plusieurs voyages dans les mines (...)

27Au cours de sa vie, Sinclair publiera d'autres romans appartenant au genre industriel. Dans ce contexte, je dois me référer en particulier aux romans qui abordent le violent conflit du travail qui toucha l'industrie du charbon du Colorado en 1913 et 1914 et à un roman centré sur Henry Ford et les relations professionnelles problématiques dans son entreprise. Romans consacrés aux conditions de travail dans l'industrie minière du charbon, King Coal (Le Roi Charbon) parait en 1917, tandis que The Coal War (La Guerre du charbon) sera publié à titre posthume (Sinclair, 1917 ; Sinclair, 1976). Du point de vue de la sociologie du travail, ce dernier est certainement le plus intéressant, car il s'agit principalement d'un récit documentaire traitant de la grève des mineurs de charbon du Colorado13. La Guerre du charbon sera pourtant refusé en 1917 par la maison d’édition Macmillan, Sinclair excluant d'adapter le roman dans une forme moins documentaire et plus narrative. Cette suite du Roi Charbon est ainsi restée inédite jusqu'en 1976, alors que John Graham, professeur agrégé d'anglais à l'Université du Colorado, publie finalement le manuscrit (Barnes Jensen, 1978, 111-112 ; Owen, 1975, 325). Le conflit traité dans les deux romans concerne la longue grève qui se déroula de la fin de l’année 1913 jusqu'au printemps 1914 dans les mines de charbon du Colorado, propriétés de la Colorado Fuel and Iron Company détenue en partie par John D. Rockefeller. Cette dernière, souhaitant mettre fin au système de « closed-shop » selon lequel il fallait être syndiqué pour être embauché, provoqua la grève de 10 000 travailleurs. Les grévistes furent expulsés de leurs logements, fournis par la compagnie, et la police d'État fut appelée pour intervenir. Le jour de Pâques 1914, la milice patronale attaqua un camp de tentes de grévistes et tua seize personnes dont douze enfants. Le massacre de Ludlow provoqua une guerre de dix jours entre les grévistes et la police pour se terminer par le désarmement des grévistes par les troupes fédérales (Rosenzweig et al.,2008, 253). Le protagoniste du Roi Charbon et de La Guerre du charbon est Hal Warner, un fils d'une riche famille, qui va travailler comme « établi » dans les mines de charbon. Warner s'identifie fortement à la situation et au destin des mineurs et des syndicats et devient leur défenseur. Cependant, après la grève, il semble ne pas pouvoir s'engager plus loin au côté de la classe ouvrière.

28Dans le roman The Flivver King (Le Roi de l'auto : Henry Ford), publié en 1937, Sinclair entremêle l'histoire de l'industriel Henry Ford avec celle d'un employé fictif de l’usine Ford, Abner Shutt, et de sa famille pendant les premières décennies du XXe siècle. Sinclair juxtapose ainsi deux mondes sociaux opposés. Du point de vue de la famille Shutt, il s'agit d'un roman de fiction sur les conditions de travail déshumanisantes chez Ford, l'espionnage et la répression des travailleurs, puis sur l’ascension dans la classe moyenne et la chute successives de la famille d'Abner Shutt pendant qu'il travaillait pour Ford. Le roman se termine par le passage à tabac de Tom, le plus jeune fils d'Abe, par des voyous de la compagnie Ford, parce qu’il soutenait activement le nouveau syndicat United Auto Workers (UAW) au sein de l'entreprise. Sinclair déclare dans son Autobiographie :

« Henry Ford était aveuglément et obstinément opposé à la syndicalisation et il déclara qu'il fermerait ses usines plutôt que de laisser entrer les syndicats. Il y a eu une grève. Frank Murphy, maire de Détroit, m'a dit lors d’un dîner à la table de Rob Wagner à Beverly Hills : « Henry Ford emploie certains des pires gangsters de Détroit, et je peux les nommer ». Et, un peu plus loin : « Parce que j'avais connu Ford, je m'intéressais beaucoup à ce qui se passait ; comme d'habitude, j'ai décidé d'en faire un roman. J'ai appelé le livre Flivver King, et quand il a été terminé, j'ai envoyé une copie du manuscrit à l'un des leaders de la grève à Détroit... Ils voulaient l'histoire, et ils la voulaient rapidement. Je leur ai offert 200 000 exemplaires à vendre au détail à 50 cents l'exemplaire... et le résultat a été que dans les usines Ford du monde entier, on pouvait voir les travailleurs avec un petit livre vert relié en papier ». Par conséquent, selon Sinclair, Ford « a soudainement cédé et a permis à ses usines d'être syndiquées » (Sinclair, 1962 ; Mattson, 2008, 200).

29En mai 1962, le célèbre président de l'UAW de l'époque, Walter Reuther, décerne à Sinclair, au nom de l'Union des Travailleurs de l'Automobile (UAW), le « Social Justice Award », une plaque en ébène portant la citation suivante « Avec admiration et affection, et en reconnaissance du grand courage moral et de la conscience sociale qui ont motivé vos écrits alors que vous révéliez l'exploitation inhumaine du travail dans les jungles industrielles américaines. Votre vie et votre travail ont contribué de manière incommensurable à l'extension des frontières de la justice sociale » (Sinclair, 1962, loc. 5714).

La trilogie expérimentale de John Dos Passos

  • 14 Après avoir terminé U.S.A, Dos Passos a radicalement changé d’opinion politique pour se tourner ver (...)
  • 15 Dos Passos s'est très bien retrouvé dans le mouvement de la Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité (...)

30Comparé à Upton Sinclair, John Dos Passos (1896-1970), bien qu’également écrivain naturaliste, apparaît comme un moderniste radicalement différent. Si tous deux avaient en commun leur activisme politique progressiste de gauche, ainsi que leur intérêt pour les faits documentaires et le reportage, Dos Passos a développé un style moderniste expérimental avant-gardiste radicalement nouveau14. La méthode qu'il appliqua fut fortement influencée par la peinture cubiste de Fernand Léger, Georges Braque et Pablo Picasso et le cinéma expérimental de D.W. Griffith, Sergueï Eisenstein, Vsevolod Pudovkin (Foster, 1986, 186-194)15. Dos Passos était également membre du Front Culturel, une sorte de club prolétarien avant-gardiste rassemblant des intellectuels, des peintres, des musiciens et des cinéastes animés par la volonté de remodeler la culture américaine. U.S.A., son œuvre la plus importante, ne se limite pas au genre du roman industriel au sens strict, elle se révèle d’une portée plus large (Dos Passos, 1938). Aux États-Unis, Dos Passos a essayé de « chroniquer » de manière kaléidoscopique la société américaine dans les premières décennies du XXe siècle. C'était à ce moment que débutait le « siècle américain », c’est-à-dire une période marquée par une industrialisation, une urbanisation et une immigration intenses ainsi que par une plus grande implication politique des États-Unis dans les affaires internationales. C’est aussi la période qui suit la Grande Guerre, le krach de Wall Street en 1929 et le début de la Grande Dépression. Un contexte dans lequel, selon Dos Passos, ce n'est pas moins que la survie du rêve américain qui était en jeu.

  • 16 Dos Passos termine son introduction à la trilogie (ajoutée en 1938) par cette phrase qui peut paraî (...)
  • 17 Dos Passos a publié le premier volume de U.S.A « Le 42e Parallèle » en 1930, le second « 1919 » en (...)
  • 18 Une analyse détaillée du contenu est donnée par Denning, 1997, 163-199. Voir aussi Pizer, 1988.
  • 19 Gretchen Foster résume ainsi la signification des différents dispositifs : « Alors que les montages (...)

31Au cours de sa vie, Dos Passos a écrit plus de quarante livres, dont des romans, des biographies, des essais, des mémoires et de la poésie. Ses romans les plus importants sont Three Soldiers (1920), Manhattan Transfer (1925), et son chef-d'œuvre ultime U.S.A. (1938). Three Soldiers (Trois soldats) – écrit en France – raconte l'histoire de trois soldats américains « détruits par un système militaire très proche des valeurs et aux méthodes fondamentales d'une société industrielle moderne » (Pizer, 2012, 53). Manhattan Transfer traite de la complexité de la vie à New York entre 1890 et le milieu des années 1920 (Pizer, 2012, 56)16. Les deux romans peuvent être considérés comme un prélude à la trilogie américaine U.S.A.17, dans laquelle Dos Passos fait définitivement progresser son écriture au style avant-gardiste. Un style littéraire qui reprend la technique visuelle du « montage » (combinaison et juxtaposition) de différents fragments du cubisme et du futurisme, de technique cinématographique, de reportage et de narration. Selon Donald Pizer, critique littéraire américain et expert renommé des œuvres de Dos Passos, les idées clés de Dos Passos sont la simultanéité et la fragmentation : « une réalité est dépouillée de ses composantes fragmentaires de base telles qu'elles existent dans l'espace et le temps et ces parties sont ensuite réarrangées sur la toile pour représenter l'ensemble comme une simultanéité ». Ainsi, « le monde éphémère est enregistré de la même façon que le film cinématographique est enregistré » (Pizer, 2012, 54-55). En effet, Dos Passos a utilisé quatre dispositifs ou quatre formes descriptives différentes, en alternance mais liées entre elles. Il s'agit respectivement des « actualités », de « l’œil-caméra », du « récit subjectif » et de la « biographie ». Chaque dispositif fait la chronique de scènes réelles sous différents angles, tels que des faits objectifs, des impressions, des images et des pensées subjectives personnelles de l'auteur. Au total, le livre se compose de 68 films d'actualité, 51 œil-caméra, 27 portraits biographiques et un certain nombre de narrations fictionnelles organisés autour de douze personnages principaux1819.

32L'expert en American Studies Michael Denning considère les essais biographiques comme la meilleure partie de la trilogie : « Plus que toute autre partie du livre, les portraits incarnent l'histoire que Dos Passos voulait raconter en chroniquant de l’histoire du pays de l'année de l'élection de Buchanan (année marquée par la naissance de Woodrow Wilson et de Frederick Winslow Taylor) à 1929, l'année symbolique où Thorstein Veblen et Paxton Hibben meurent tous les deux. » (Denning, 1997, 171). Ces essais biographiques portent sur un certain nombre d'Américains alors en pleine gloire aux États-Unis, comme le baron de l'acier Andrew Carnegie, le constructeur automobile Henry Ford, l'inventeur de la gestion scientifique Frederick W. Taylor et le dirigeant syndical Eugene W. Debs. Les fragments du texte suivant illustrent le style expérimental succinct de Dos Passos (la présentation typographique et le vocabulaire sont fidèles au texte américain) :

« Debs était cheminot, né dans une cabane en bardage, battue par les vents, à Terre Haute. [...]
À l’âge de quinze ans Gene Debs travaillait déjà comme mécanicien au chemin de fer d'Indianapolis et de Terre Haute.
Il travailla comme chauffeur de locomotive,
fut employé aux écritures
adhéra à la section locale de la Fraternité des Chauffeurs de locomotive, fut élu secrétaire et voyagea dans tout le pays comme organisateur.
C’était un homme de haute taille, il traînait les pieds en marchant et son éloquence orageuse enflammait les cheminots dans leurs salles de réunion aux murs de pin
faisant naître en eux le désir d’avoir le monde que lui voulait » (Dos Passos, 1966, 37-38)

  • 20 Admirateurs et admiratrices du poète Robert Browning, poète britannique de l’ère victorienne, qui s (...)

« Frederick Winslow Taylor (on l'appelait La Flèche [Speedy Taylor] dans l’usine) naquit à Germantown, Pennsylvanie, l'année de l'élection de Buchanan. Son père était avocat, sa mère venait d'une famille de baleiniers de New Bedford ; lectrice assidue d'Emerson, elle faisait partie de l'Église unitarienne et de la Browning Society20. […] Elle avait établi des règles de conduite strictes :
respect de soi, confiance en soi, contrôle de soi
et une tête bien faite pour les chiffres.
[…] Mais une fois devenu contremaître il passa de l’autre côté de la barrière, rassemblant pour le compte des patrons toute la masse de savoirs traditionnels qui jadis se trouvaient dans la cervelle des ouvriers, l’adresse physique et le coup de main du travailleur. Il ne supportait pas de voir un tour inoccupé ou un homme paresseux.
[…] Il subdivisa le poste de chef d’équipe en différentes fonctions : “chef de la vitesse”, chef de groupe, chronométreur, organisateur.
Il jugeait les ouvriers qualifiés trop récalcitrants et leur préférait le simple manœuvre prêt à faire tout ce qu’on lui disait. » (Dos Passos, 1966, 745-749)

« [Henry Ford] avait la quarantaine quand la Ford Motor Company fut créée et que la production commença à bien aller.
[…] En 1913 Ford introduisit le travail à la chaîne. Cette année-là, les bénéfices furent de l’ordre de 25 millions de dollars, mais on eut du mal à garder les hommes à l’ouvrage, les ouvriers ne semblaient pas se plaire chez Ford.
[…] Le Plan Américain ; la prospérité de l’industrie automobile touchait toutes les couches sociales ; on s’aperçut qu’elle devait remplir certaines conditions.
Mais ces 5 dollars par jour
payés aux bons ouvriers américains propres sur eux
qui ne boivent pas, ne fument pas de cigarettes, ne lisent pas et ne pensent pas,
et qui ne commettent pas d'adultère et dont les femmes n'accueillent pas de pensionnaires,
firent une fois de plus de l'Amérique le Yukon des exploités du monde entier ;
firent toutes les boites à sardines de l’ère de l’automobile, et incidemment
firent d’Henry Ford l’automobilier, grand admirateur d’Edison passionné d’oiseaux, le grand Américain de son époque. » (Dos Passos, 1966, 769-776).

33Pour les sociologues du travail, il est non seulement utile d'analyser les portraits biographiques, mais aussi les autres « séquences » appliquées par Dos Passos dans U.S.A. Par exemple, le Newsreel 59, présente succinctement la ville de Détroit à cette époque :

34(Dos Passos, 1966, 961-962).

35Dos Passos lui-même conclut dans Statement of Belief en 1928 : « Je pense que tout romancier digne de ce nom est une sorte de chien truffier déterrant la matière première qu'un scientifique, un anthropologue ou un historien peut plus tard utiliser à son avantage ». On comprend ainsi que le futur lecteur de U.S.A. soit celui qui ramasse les truffes, tandis que l'auteur « se contente d'enterrer les objets de son temps en attendant que de futurs historiens découvrent ce qu'il a stocké » (Trombold, 1998, 241).

Conclusion

36Revenons à la question principale de cet article, le roman industriel peut-il contribuer de manière judicieuse à la sociologie du travail ?

  • 21 Merton entend par serendipity « la découverte, par hasard ou par sagacité, de résultats valables qu (...)

37La réponse à cette question est certainement affirmative si les sociologues utilisent le contenu des romans industriels comme une source secondaire, voire dans certains cas, comme une source principale complétée par leurs propres recherches (Jackson, 1969 ; Penadés, 2019). En d'autres termes, en combinant littérature et sociologie, la recherche en sciences sociales sera ainsi capable d’atteindre ce qu’on appelle la serendipity21, une qualité qui, selon Robert Merton, devrait être inhérente à la recherche en sciences sociales (Penadés, 2019 ; Merton, 1968).

38De même, les romans industriels sont d’autant plus pertinents sociologiquement que ces romans sont fondés sur des recherches de terrain et/ou documentaires effectuées par les auteurs, avec des données statistiques. Par ailleurs, le chercheur doit garder à l'esprit que les romans industriels ont presque tous été écrits de façon subjective et souvent à partir du point de vue de la gauche progressiste. Ils ne sont pas pour autant dénués de valeur et sont liés à la situation et au destin des travailleurs. Il est important de considérer le roman industriel dans le contexte socio-économique plus large dans lequel il a été ou est écrit. Dans le cas des États-Unis du début du XXe siècle, il s'agit d'un contexte de forte urbanisation, d'immigration et d'industrialisation avec des réformes sociales quasi permanentes. À propos de celles-ci, il faut faire une distinction entre une période de réforme optimiste et utopique qui se situe entre 1890 et le début de la Première Guerre mondiale, et une période de réformes marquée par une vision plus dystopique et pessimiste à partir des années 1930. Upton Sinclair, en tant que représentant de la réforme utopique optimiste, croyait fermement aux possibilités d'un monde « socialiste » ou progressiste meilleur. Selon lui, l'Amérique pouvait et devait être transformée en un paradis pour la classe moyenne. John Dos Passos, en revanche, partisan de la réforme dystopique, a prédit la fin du rêve américain avant de renoncer à ses positions progressistes. Il a préféré la vision pastorale définitivement perdue de l’Amérique (« Retour à la terre qui m'a donné naissance. Le lieu le plus grandiose sur la terre verte de Dieu, la Californie à laquelle j'appartiens », 1960, 962) au capitalisme industriel, matérialiste et consumériste des premières décennies du XXe siècle américain.

39Au-delà du contenu, ce sont également les méthodes utilisées par les auteurs de roman industriel qui se révèlent pertinentes pour les sociologues. Leurs recherches de terrain et la collecte de faits et de chiffres renforcent la légitimité de ces romans d'un point de vue scientifique. À cet égard, Sinclair et Dos Passos ne sont pas seuls. Par sa technique de montage qui présente de nombreuses similitudes avec celle appliquée par Siegfried Kracauer dans son roman industriel fondateur Die Angestellten (1930), Dos Passos s'inscrit par exemple très bien dans le style de la « Nouvelle Objectivité » qui a vu le jour à Weimar, en Allemagne. C'est précisément cette technique de montage révolutionnaire à l'époque qui pourrait être d'une grande importance pour la recherche sociologique de terrain aujourd'hui.

Haut de page

Bibliographie

Abbott Andrew (1999), Department & Discipline. Chicago Sociology at One Hundred, Chicago & London, The Chicago University Press.

Arthur Anthony (2007), Radical Innocent: Upton Sinclair, New York, Random House.

Barnes Jensen Billie (1978), « The Coal War: A Sequel to King Coal », Industrial and Labor Relations Review, vol. 32, n° 1, 112-113 (book review).

Bassett Charles W. (2014), « Free and Hope: Writing from the Great Depression of the 1930s », A Let’s talk About It Book Discussion Series, Maine Humanities Council. Retrieved from the Internet on 17 October 2018.

Becker George T. (1959), « Upton Sinclair: Quixote in a Flivver », College English. vol. 21, n° 3, 133-140.

Bellamy Edward (1888), Looking Backward, Amazon Kindle e-book.

Bradbury Malcolm (1969), « Romance and Reality in Maggie », Sociology and Literary Studies II, vol. 3, n° 1, 111-121.

Brewster Folsom Michael (1979), « Upton Sinclair’s Escape from The Jungle: The Narrative Strategy and Suppressed Conclusion of America’s First Proletarian Novel », Prospects, vol. 4, October, 237-266.

Dawson Hugh T. (1991), « Winston Churchill and Upton Sinclair: An Early Review of “The Jungle” », American Literary Realism, 1870-1910, vol. 24, n° 1, 72-78.

Denning Michael (2010), The Cultural Front. The Laboring of American Culture in the Twentieth Century, London, Verso.

Desmond Matthew (2016), Evicted. Poverty and Profit in The American City, London, Penguin Books.

Dos Passos John ([1938] 1960), U.S.A., London/New York, Penguin Books.

Eggers Dave (2013), The Circle, New York, Vintage Books.

Filler Louis (1976), The Muckrakers, Stanford, Stanford University Press.

Fine Gary Alan (dir.) (1995, A Second Chicago School. The Development of a Postwar American Sociology, Chicago & London, The University of Chicago Press.

Foster Gretchen (1986), « John Dos Passos’ Use of Film Technique in Manhattan Transfer & The 42nd Parallel », Literature/Film Quarterly, vol. 14, n° 3: 186-194.

Gier Erik de (2018), « Modernist Industrial Novels & Industrial Sociology. A Comparison Between Weimar Germany And Post-WWII Italy », Przeglad Socjologiczny (PS), vol. 67, n° 3, 179-196.

Hochschild Arlie Russel (2016), Strangers in Their Own Land. Anger and Mourning on the American Right, New York & London, The New Press.

Hofstadter Richard (1955), The Age of Reform. From Bryan to F.D. R., New York, Vintage Books.

Jackson John A. (1969), « The Map of Society: America in the 1890s », Journal of American Studies I, vol. 3. 1, n° 103-110.

Kennedy David M. (2009), Freedom from Fear. The American People in Depression and War, 1929-1945, New York/Oxford, Oxford University Press.

Koziol Kenneth G. (1992), Novels and Short-stories about Work: An annotated Bibliography, Berkeley, University of California. National Center for Research in Vocational Education.

Kracauer Siegfried ([1930] 2013), Die Angestellten. Aus dem neuesten Deutschland, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Krause Paul (1992), « Rethinking the Homestead Lockout on the Fourth of July », Western Pennsylvania History: 1918-2016. Journals.psu.edu.

Lynd Robert S. & Helen Merell Lynd (1929), Middletown. A Study in Modern American Culture, New York, Harcourt, Brace and Company.

Lynd Robert S. & Helen Merell Lynd (1937), Middletown In Transition.: A Study in Cultural Conflicts, New York, Harcourt, Brace and Company.

Mattson Kevin (2008), Upton Sinclair and the Other American Century, Hoboken NJ, John Wiley & Sons.

McGerr Michael (2003), A Fierce Discontent. The Rise and Fall of the Progressive Movement in America, New York, Oxford University Press.

Merton Robert K. (1968), Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press.

Owen John E. (1978), « The Coal War by Upton Sinclair », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 435, January, 325 (book review).

Packer George (2013), The Unwinding. Thirty Years of American Decline, London, Faber & Faber.

Pastorello Karin (2014), The Progressives. Activism and Reform in American Society, 1893-1917, Chichester, Wiley Blackwell (The American History Series).

Penadés Alberto (2019), « Sociologia y literatura : invitaçion a una amistad », Letras Libres, Junio.

Pizer Donald (1988), Dos Passos’s U.S.A.: A Critical Study, Charlotsville, University Press of Virginia.

Pizer Donald (2012), « John Dos Passos in the 1920s: The Development of a Modernist Style », Mosaic: a journal for the interdisciplinary study of literature, vol. 45, n° 4, 51-67.

Rauchway Eric (2008), The Great Depression & The New Deal. A Very Short Introduction, New York, Oxford University Press.

Rodgers Daniel T. (1982), « In Search of Progressivism », Reviews in American History, vol. 10, n° 4, “The Promise of American History: Progress and Prospects”, 113-132.

Rosenzweig Roy, Nelson Lichtenstein, Joshua Brown & David Jaffee (2008), Who built America? Working people and the Nation’s History, vol. Two, Since 1877, Boston/ New York, Bedford/ St. Martin’s.

Sinclair Upton (1906), The Jungle, Kindle eBooks Amazon.

Sinclair Upton (1917), King Coal, Kindle eBooks Amazon.

Sinclair Upton ([1937] 2010), The Flivver King. A Story of Ford America, Charles Kerr Publishing Company, Kindle eBooks Amazon.

Sinclair Upton ([1976] 2015), The Coal War, Open Road Media, Kindle eBooks Amazon.

Sinclair Upton ([1962] 2016), The Autobiography of Upton Sinclair, Pickle Partners Publishing S.

Trombold John (1998), « From the Future to the Past: The Disillusionment of John Dos Passos », Studies in American Fiction, vol. 26, n° 2, 237-256.

Vance J.D. (2016), Hillbilly Elegy. A Memoir of a Family and Culture in Crisis, London, William Collins.

Veblen Thorstein ([1925]1970), The Theory of the Leisure Class, London, Unwin Books.

Wilentz Sean (1992), « A Triumph of the Gilded Age », New York Review of Books, October 22 Issue.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage rapproche la sociologie du travail avec des romans industriels « modernistes » dans deux pays sur deux périodes différentes : La République de Weimar en Allemagne et l'Italie de l’après Seconde Guerre mondiale.

2 Dans la bibliographie, la Nouvelle Revue du Travail a choisi de conserver les titres des ouvrages dans leur langue d’origine en indiquant successivement la date de première parution et celle utilisée par l’auteur. Le lecteur ou la lectrice trouvera facilement sur Internet le titre des ouvrages dans la langue de son choix.

3 Calvino a quitté le parti quelques années plus tard.

4 Bien sûr, Sinclair et Dos Passos n'étaient pas les seuls auteurs de roman industriel aux États-Unis à cette époque, mais ils sont, à mon avis, de loin les plus importants et les plus influents parce qu’ils sont représentatifs d’un contexte plus large de développement industriel aux États-Unis (voir pour un aperçu assez complet des romans américains sur le travail : Koziol, 1992). Par ailleurs, à l'époque de la Grande Dépression, un courant de littérature dite « prolétarienne » s'est développé dont l’un des romans les plus emblématiques est The Disinherited (1931) de Jack Conroy, qui traite des conditions de travail dans une mine de charbon du Missouri et dans l'industrie automobile de Détroit dans les années 1930 (Denning, 2010, 200-229 ; Bassett, 2014).

5 Voir par exemple Park, Thomas, Burgess, Wirth, Zianecki et Veblen (Abbott, 1999 ; Fine, 1995).

6 En 1925, la majorité des Américains pouvaient disposer d'eau courante chaude et froide, de toilettes à chasse d'eau, de gazinières, d'aspirateurs, de réfrigérateurs, de machines à laver, de téléphones, de voitures, etc. (Pastorello, 2014, 193).

7 En 1900, les deux tiers de la population américaine vivaient dans des zones rurales et dans des petites villes. En 1920, plus de la moitié des Américains vivaient dans des villes (Pastorello, 2014, 194).

8 Selon les Social Gospelers, les employeurs devraient traiter leurs travailleurs principalement comme des membres d'une communauté chrétienne au sens large et non comme une partie d'une machine industrielle (Pastorello, 2014, 66).

9 Après sa publication, le livre La Jungle a été adapté au théâtre, puis en 1913 au cinéma (Sinclair, 1962).

10 Chicago était la ville où convergeaient tous les problèmes et progrès de l'Amérique de l’époque, y compris de nombreuses grèves et conflits sociaux. Pour Sinclair, c'était donc le lieu idéal pour situer son roman (Mattson, 2008, 61).

11 La Jungle attira aussi l’attention en dehors des États-Unis, notamment au Royaume-Uni où le futur premier ministre Winston Churchill, qui était à l'époque jeune député, publia une critique favorable en deux parties dans « T.P.'s weekly » : « Son livre est un tract dans une agitation politique croissante, et il prend la forme d'une mise en accusation de l'énorme activité de l’entreprise de la viande sur les rives du lac Michigan, populairement appelée le grand Beef Trust » (Dawson 1991, 74). Aux États-Unis, outre Jack London, Jane Addams, également réformatrice de Hull House, a soutenu le livre (Sinclair, 1962). Le roman a également soulevé une controverse. En particulier au nom du lobby des abattoirs, J. Ogden Armour, dont l'usine a servi de décor à La Jungle, a débattu dans un certain nombre d'articles du Saturday Evening Post, des « attaques sans scrupules contre sa firme » (Sinclair 1962). Dans l'ensemble, le livre est devenu un best-seller tant aux États-Unis qu'à l'étranger. Il a été traduit en 17 langues (Sinclair 1962).

12 Selon Mattson, la célèbre chaîne de montage de Henry Ford a été préfigurée dans les abattoirs (Mattson, 2008, 62).

13 Avant d'écrire King Coal et The Coal War, Sinclair avait effectué plusieurs voyages dans les mines de charbon du Colorado pendant la grève.

14 Après avoir terminé U.S.A, Dos Passos a radicalement changé d’opinion politique pour se tourner vers la droite conservatrice. Il quitte le Parti communiste en 1934.

15 Dos Passos s'est très bien retrouvé dans le mouvement de la Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité) qui émergeait à Weimar, en Allemagne et en Europe, dans les années 1920-1930, et appliquait dans ses romans la technique du documentaire et du montage. Les auteurs européens les plus importants à cet égard ont été, entre autres, Sigfried Kracauer, Walter Benjamin et Ilja Ehrenburg (De Gier, 2018).

16 Dos Passos termine son introduction à la trilogie (ajoutée en 1938) par cette phrase qui peut paraître étrange : « Les USA, ce sont la parole des gens » (Dos Passos, 1966, 7).

17 Dos Passos a publié le premier volume de U.S.A « Le 42e Parallèle » en 1930, le second « 1919 » en 1932 et enfin le troisième « La Grosse Galette » (titre original : « The Big Money ») en 1936.

18 Une analyse détaillée du contenu est donnée par Denning, 1997, 163-199. Voir aussi Pizer, 1988.

19 Gretchen Foster résume ainsi la signification des différents dispositifs : « Alors que les montages des actualités documentent des voix et des scènes publiques, l'œil-caméra présente des images privées et subjectives. Si les actualités, les biographies et les récits de fiction posent un regard extérieur sur les personnages et les événements afin de révéler ce qu’il se passe à l’intérieur, l'œil-caméra fait l'inverse. Dans ses courtes biographies, Dos Passos réalise habilement ce qu'Eisenstein envisageait dans ses écrits sur la façon de filmer d'une nouvelle manière la vie de personnes réelles grâce à l’utilisation du montage et sa juxtaposition dynamique d'images pour dépeindre les personnalités. Les biographies de Dos Passos, plutôt que de montrer la personne dans de « longues scènes dramatiques non coupées », juxtaposent des fragments de sa vie de telle sorte qu'en trois ou quatre pages, nous voyons l'homme dans son ensemble. Les biographies sont des portraits graphiques qui symbolisent certaines parties des États-Unis et leur population » (Foster, 1986, 186-194).

20 Admirateurs et admiratrices du poète Robert Browning, poète britannique de l’ère victorienne, qui se réunissaient pour débattre de ses textes.

21 Merton entend par serendipity « la découverte, par hasard ou par sagacité, de résultats valables qui n'ont pas été recherchés ». Le fonctionnement du modèle de la découverte fortuite « peut conduire à une découverte inattendue et anormale suscitée par la curiosité de l'enquêteur, qui le mène sur un chemin détourné non prémédité aboutissant à une nouvelle hypothèse » (Merton, 1968, 157, 162).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/7601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erik de Gier, « Entre « Utopie » et « Dystopie » »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7601 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7601

Haut de page

Auteur

Erik de Gier

Professeur émérite à l’Institut pour la recherche en gestion (IMR), Université de Radboud, Pays-Bas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search