Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Champs et contrechampsSans-abrisme et travail social au...

Champs et contrechamps

Sans-abrisme et travail social au féminin

Une analyse du film Les invisibles
Homelessness and social work for women. An analysis of the film Les Invisibles
Indigencia y trabajo social en el ámbito femenino. Un análisis de la película Los invisibles
Marie Loison-Leruste

Résumés

Le film Les invisibles, sorti en salle le 9 janvier 2019, est une comédie sociale qui raconte le quotidien d’une équipe d’intervenantes sociales, travaillant dans un lieu d’accueil de jour à destination de femmes sans domicile. Il fait écho aux travaux sociologiques menés par Marie Loison-Leruste, à qui la Nouvelle revue du Travail a demandé un éclairage sur le sujet traité par le réalisateur, Louis-Julien Petit. Quels sont les points de complémentarité entre le regard sociologique et celui du réalisateur ? Quelles sont au contraire les différences entre les constats empiriques que les sociologues peuvent faire et ce que le film met en évidence ? Alors qu’il est fréquent que la grande précarité soit traitée de façon misérabiliste, Marie Loison-Leruste montre que le film « sonne juste » et qu’il reflète bien les conditions de vie des femmes sans domicile et les conditions de travail difficiles des intervenantes sociales qui les accompagnent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les personnes sans domicile sont les personnes qui ont passé la nuit dans un lieu non prévu pour l’ (...)

1Les invisibles est un film de Louis-Julien Petit, sorti le 9 janvier 2019. Il met en scène Manu (Corinne Masiero), cheffe de service de l’Envol, un lieu d’accueil de jour pour femmes sans domicile1, Audrey (Audrey Lamy) qui y travaille en tant qu’assistante sociale, Hélène (Noémie Lvovky), une mère de famille qui vient réaliser quelques heures de bénévolat à l’Envol et Angélique (Déborah Lukumuena), une jeune femme anciennement sans domicile que Manu a recueillie et adoptée et qui travaille maintenant avec elle.

  • 2 La couleur politique n’est pas mentionnée dans le film et n’a pas tellement d’incidence sur le reje (...)

2Le film est inspiré du livre de Claire Lajeunie, intitulé Sur la route des Invisibles, écrit en complément de son documentaire, Femmes invisibles, survivre dans la rue, diffusé le 29 septembre 2015 sur France 5. Il décrit le quotidien d’un espace solidarité insertion (ESI) situé dans le Nord de la France et le combat mené par l’équipe de Manu pour sauver ce lieu d’accueil alors que la municipalité2 a décidé de le fermer. Le grand intérêt du film de Claire Lajeunie est de donner à voir le quotidien de ce dispositif d’aide aux sans-domicile sans se focaliser uniquement sur les femmes qui y sont accueillies mais en montrant aussi l’engagement et la souffrance au travail des travailleuses sociales qui accompagnent ces femmes (Loison-Leruste, 2015). Le tout est dénué de misérabilisme et abordé avec humour et bienveillance.

3Marie Loison-Leruste est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Sorbonne Paris Nord et chercheuse au laboratoire Printemps. Elle a publié, Habiter à côté des SDF (2014), qui présente les résultats d’une enquête à la fois qualitative et quantitative menée auprès des personnes vivant à proximité de structures d’accueil et d’hébergement d’urgence pour mieux comprendre les phénomènes de rejet (Nimby : Not in my backyard, c’est-à-dire Pas dans ma cour), d’indifférence ou de compassion que les sans-domicile suscitent dans l’espace public. Ses recherches actuelles portent sur les trajectoires et la prise en charge institutionnelle des femmes sans domicile dans une perspective de genre et elle a participé à l’évaluation du dispositif de la Garantie jeunes.

4François Sarfati a conduit l’entretien pour la Nouvelle Revue du Travail.

Entretien

La NRT : Quels sont les points de complémentarité entre le regard du sociologue et celui du réalisateur ?

  • 3 Le secteur de l’aide sociale en général, et de la prise en charge des personnes sans domicile en pa (...)

Marie Loison-Leruste : Le film souligne quatre éléments importants qui rendent compte de la réalité du quotidien des femmes sans domicile et des travailleuses sociales3 qui les accompagnent. Il décrit tout d’abord relativement bien le fonctionnement d’un lieu d’accueil de jour (cf. encadré 1) et les règles souvent contraignantes qui le caractérisent malgré l’inconditionnalité de l’accueil qui y est proposé (Bruneteaux, 2006 ; Gardella, 2014). Chaque matin, les femmes attendent, parfois plusieurs heures, qu’on vienne ouvrir les grilles de l’Envol. Elles sont ensuite fouillées avant d’entrer pour s’assurer notamment qu’elles n’y apportent pas d’alcool. « L’Urgence, c’est d’abord un tri, une sélection. Plus globalement, c’est tout un système de contraintes, d’interdits, d’offres distillés au compte-goutte » (Bruneteaux, 2006, p. 110). Les chercheur·ses évoquent souvent ce contrôle sélectif à l’entrée de ces lieux d’accueil :

« L’attente est longue. Les yeux sont rivés sur la porte d’entrée (…) L’entrée se fait selon le bon vouloir du gardien juché sur la plus haute des marches. C’est le début de l’arbitraire. La majorité des résidents y adhèrent pleinement, avec une étonnante docilité. Il s’agit d’un contrôle sélectif qui trouve son fondement dans la volonté de maintenir une opposition entre le dedans et le dehors. A 18h la porte s’ouvre. (…) C’est le début de la traque aux soûlard. “Toi, tu rentres, toi tu attends”, les recalés tentent parfois de forcer l’entrée. Ils doivent attendre de dessaouler dehors. (…) Une fois franchi le seuil de l’établissement, l’entrée se poursuit dans un étroit couloir qui mène au guichet, où il faut encore une fois attendre pour présenter sa carte au responsable des admissions. » (Zeneidi-Henry, 2002, p. 117-118).

Alors qu’elles s’impatientent pour entrer à l’Envol, les femmes n’ont ensuite plus grand chose à faire et leurs journées se caractérisent par l’attente et l’inactivité. « On s’installe autour des tables, “on tape le carton”, les discussions vont bon train même si l’apathie ou la prostration surprend toujours l’inconnu en ce lieu » (Pichon, 1996, p. 167). Dans le film, les femmes se reposent, discutent, dorment, font des solitaires, regardent la télévision. Elles peuvent aussi avoir accès à un certain nombre de services : prendre une douche, laver leurs vêtements, avoir un rendez-vous avec Audrey, l’assistante sociale, prendre un café, recharger leur téléphone, etc. En apportant des réponses à certains des besoins de première nécessité (être à l’abri notamment), l’ESI permet de trouver protection et reconnaissance (Paugam, 2008, p. 63) auprès des intervenantes sociales et des autres femmes sans domicile « habitant » ce lieu. Ceci explique sans doute cette tension, bien illustrée dans le film, entre l’empressement à entrer dans l’accueil de jour qui procure un peu de chaleur humaine et de sécurité et le relatif désœuvrement, caractéristique de la vie quotidienne des sans-domicile.

La diversité des dispositifs d’accueil et d’hébergement pour les sans-domicile

Le paysage institutionnel de la prise en charge des sans-domicile est relativement complexe car il existe de nombreux dispositifs d’accueil ou d’hébergement qui sont gérés par de nombreux·ses acteur·trices privé·es, public·ques ou associatifs.
Pour simplifier, on peut distinguer d’un côté, des dispositifs d’urgence qui fonctionnent sur le principe de mise à l’abri des personnes. C’est le cas des lieux d’accueil de jour ou Espace solidarité insertion comme l’Envol. Les personnes accueillies peuvent rester la journée, mais pas la nuit, pour y recevoir des prestations anonymes et gratuites : cafétéria, espace hygiène (douche, laverie), bagagerie, parfois des permanences médicale ou juridique, animations (sport, cours de remise à niveau en langue, atelier CV, etc.). D’un autre côté, se trouvent des dispositifs dits d’insertion. C’est le cas du centre d’hébergement et de stabilisation (CHS) Anatole France décrit dans le film. Ces dispositifs permettent aux personnes d’être hébergées sur une plus longue durée et d’avoir accès à des formes d’accompagnement plus pérennes.
De l’urgence à l’insertion, les places d’hébergement proposées sont hétérogènes et diffèrent selon de nombreux aspects comme la taille, le nombre d’individus par chambre, l’hygiène, la sécurité, les horaires d’ouverture et de fermeture, etc.
Malgré différentes réformes visant à instaurer une continuité de l’accueil, ces dispositifs se caractérisent par leur segmentation et leur hiérarchie. On peut parler de hiérarchie car le parcours institutionnel des personnes sans domicile peut être comparé à un escalier à gravir (Sahlin, 2005) : l’accès à une structure d’insertion est conditionné à un passage préalable dans l’urgence, puis dans la stabilisation. En bas de l’escalier se trouve la prise en charge inconditionnelle à bas seuil avec des places de mise à l’abri ou d’hébergement d’urgence dans des accueils de jour, des haltes de nuit, des centres collectifs ou des nuitées d’hôtel offrant des conditions moindres en termes de prestation (accompagnement social) et de confort (chambres et/ou sanitaire collectifs, peu de possibilité d’appropriation des lieux, règles collectives contraignantes, impossibilité de rester la journée dans certains centres d’hébergement ou la nuit dans les lieux d’accueil de jour, etc.). Puis viennent les centres d’hébergement de stabilisation, les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), et tout en haut de l’escalier les résidences sociales, les maisons relais, les pensions de famille et les logements aidés.
On peut également parler de segmentation, car à chacune des « marches » de l’escalier, et malgré un accueil dit inconditionnel, ces dispositifs sont en réalité souvent à destination de publics dits spécifiques, présentant des besoins pensés comme spécifiques : les centres d’hébergement ou de mise à l’abri vont ainsi se spécialiser dans l’accueil des femmes isolées, des personnes usagères de drogues, des familles, des jeunes, des personnes avec des chiens, des femmes victimes de violences, des migrant·es ou des personnes en souffrance psychique, etc., adaptant les formes d’accompagnement et de prise en charge en fonction de ces publics (présence de médecins, d’addictologues, de psychiatres, d’éducateurs et éducatrices spécialisé·es, etc.). Malgré l’intérêt de certaines de ces formes d’accompagnement, cette structuration du secteur provoque aussi un fort « effet Matthieu » (Merton, 1988) : « Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a » (Matthieu, 13 :12). En somme, les personnes les plus démunies sont souvent orientées vers les solutions d’accueil, d’hébergement et de logement les moins durables, et vers l’accompagnement social le plus sommaire.

Enfin, comme dans beaucoup de lieux d’accueil de ce type, des ateliers sont proposés aux personnes accueillies. Ils sont souvent très genrés. Alors que les lieux à destination des hommes proposent plutôt des ateliers de recherche d’emploi, ceux qui accueillent des femmes proposent souvent des ateliers cuisine ou bien-être (maquillage, massage, esthétique ou coiffure par exemple) limitant de fait leurs possibilités de réinsertion professionnelle (Amistani, 2003 ; Lanzarini, 2003). L’intérêt du film est d’évoquer certains de ces ateliers mais aussi de prendre le contrepied des habituels stéréotypes de genre pour ne pas tomber dans cette caricature. Les ateliers d’expression orale organisés par Hélène, la bénévole ou les ateliers de remise en état d’objets, sur les conseils de Chantal, sont intéressants. S’ils éloignent un peu le film de la réalité de ce que l’on observe sur le terrain, dans le même temps, ils donnent à voir une image positive de ces femmes en montrant qu’elles sont en mesure de s’exprimer et d’exercer d’autres activités que celles ordinairement dédiées aux femmes. L’atelier de récupération des objets est à ce titre un clin d’œil habile à l’Abbé Pierre et aux compagnons d’Emmaüs, réactualisant l’initiative du fondateur de cette association en le transposant aux femmes qui sont, elles aussi, touchées par la précarité et qui sont, comme les hommes, capables de telles activités.

  • 4 Destiné aux jeunes « neets vulnérables », ni en emploi, ni en études, ni en formation (« Not in Emp (...)

En ce sens, le film critique de façon utile le travail d’accompagnement social et souligne l’ambivalence du genre dans le travail social qui constitue un « angle mort » dans les pratiques et dans les réflexions menées par les professionnelles (Bessin, 2009). Gwenaëlle Perrier souligne ainsi ces contradictions entre discours et pratique en montrant que la majorité des acteurs et actrices en charge de la mise en œuvre de la politique d’insertion professionnelle n’ont pas de lectures genrées des trajectoires des publics qu’ils et elles accompagnent (Perrier, 2015). Nos précédentes recherches confirment cette perception très genrée du travail auprès de publics précaires et les formes de violence symbolique qui émergent d’une absence de réflexion approfondie sur ces stéréotypes de genre (tout comme ceux portant sur la classe et la race). C’est par exemple le cas des missions locales qui accompagnent les jeunes destinataires de la Garantie jeunes4. Convaincues que l’accès à l’emploi sera facilité par une meilleure intériorisation d’un ensemble de normes sociales relatives à la présentation de soi (à la locution, à l’apparence vestimentaire et physique, à la gestuelle), les missions locales proposent des ateliers cravates aux jeunes hommes et des ateliers maquillage aux jeunes femmes ; mais ces ateliers ne prennent pas en compte le décalage qui existent entre l’exigence vestimentaire des conseiller·es et les emplois auxquels postulent effectivement les jeunes garçons peu ou pas diplômés venant de milieux sociaux défavorisés, c’est-à-dire principalement des emplois de manutentionnaire (Loison-Leruste, Sarfati et Couronné, 2016).

Le film évoque également rapidement, mais de façon tout à fait pertinente le paysage institutionnel de la prise en charge des personnes sans domicile et le décalage entre son fonctionnement et l’image qu’il renvoie. De l’urgence à l’insertion, les solutions d’accueil et d’hébergement proposées sont parfois inadaptées et expliquent le non recours des personnes sans domicile à certains de leurs droits (Van Oorschot et Math, 1996 ; Warin et Catrice-Lorey, 2016). Il est ainsi plusieurs fois fait mention de la distance qui sépare l’Envol d’un centre d’hébergement et de stabilisation de 190 lits, Anatole France, dans lequel les femmes habituées de l’ESI ne souhaitent pas aller car il est mixte, loin (50 km) et impersonnel. Au contraire, l’Envol est pour elles un lieu de refuge accueillant, de petite taille dans lequel elles se sentent en sécurité et où elles ont tissé des relations avec l’équipe de professionnelles et les autres femmes accueillies. L’une des femmes déclare ainsi : « Moi en tout cas il n’en est pas question. Je préfère rester à la rue [qu’aller à Anatole France] ». Cette phrase, difficile à comprendre pour qui ne connaît pas le fonctionnement de ces structures d’accueil ou d’hébergement, fait écho aux idées reçues sur les SDF (« ils et elles ne veulent pas être aidés » / « il faut les aider malgré eux·elles ») et aux incompréhensions que ces dernier·es suscitent. La scène de la réunion de l’équipe de l’Envol vient appuyer un peu plus cette tension entre les représentations sociales ordinaires et normatives à l’égard de cette population et la réalité de ce qu’ils et elles vivent au quotidien, qui explique ces comportements ou ces discours apparemment paradoxaux. Il y est question de Catherine, à qui on a proposé un hébergement, situé loin de l’Envol et qui peine à l’investir. L’une des membres de l’équipe ne comprend pas ce comportement de non recours et met en doute la volonté de s’en sortir de Catherine : « Vous lui proposez des solutions et elle en veut pas. Moi j’ai besoin d’une chambre, on m’en propose une, j’y reste. Rien que par respect pour Audrey qui a mis six mois à faire passer son dossier. Des fois je me demande si elle a vraiment envie de s’en sortir ». Manu lui rétorque : « Ha tu crois que c’est une question de volonté toi ? » Une autre membre de l’équipe intervient : « Comment toi tu peux dire “Ha mais si c’était moi on me donne une chambre j’y vais” C’est trop facile de parler comme ça ». En effet, après une longue errance, de nombreuses années passées entre la rue et les structures d’accueil collectives, à être accompagnées, assistées, guidées dans chacune de leurs démarches de survie (Pichon, 2008), certaines personnes sans-abri ont des difficultés à reprendre une vie « normale » et à accepter d’être seule dans un logement, provoquant alors ces incompréhensions, y compris de la part des travailleuses sociales qui les côtoient.

À de nombreuses reprises également, les spectateur·trices découvrent la saturation des dispositifs d’hébergement quand Audrey, en tant qu’assistante sociale, tente d’appeler le 115, de façon quasi compulsive, tombant chaque fois sur le même message d’attente. Quand elle arrive enfin à joindre un écoutant, celui-ci lui indique qu’il n’y a plus de place d’hébergement pour la nuit. La femme sans-abri est mise sur liste d’attente. Le film lève ainsi le voile sur cette réalité de la saturation des dispositifs de la veille sociale qui se cache derrière les encouragements à appeler le 115 que de nombreux médias véhiculent pour interpeler les citoyen·nes, notamment (voire uniquement) l’hiver.

Deux scènes du film évoquent également de manière fugace mais habile certaines représentations sociales et attitudes répressives à l’égard de ces populations (Loison-Leruste, 2014). La scène d’expulsion du squat dans lequel vit Chantal, dans sa tente, est une belle illustration de la violence subie par les personnes sans domicile. Sa « maison » et ses affaires sont détruites tandis qu’un policier qui s’adresse à elle lui dit : « C’est pas une maison Madame, c’est une tente ». De même, un des plans du film montre l’installation de pics anti-SDF devant la devanture d’un magasin.

5

Barres anti-sdf

Enfin, la réunion entre les responsables de l’association dont dépend l’Envol, et Manu et Audrey montre bien les logiques différenciées des décideurs et des professionnelles de première ligne (Lipsky, 1980). Le responsable explique à Audrey que pour favoriser l’autonomie des femmes, elle doit les laisser partir et ne plus s’occuper de leur accompagnement social. Par ailleurs, dans une logique managériale, les responsables veulent pouvoir fournir des chiffres de sortie du dispositif5. Les femmes accueillies y restent, selon eux, trop longtemps, interrogeant finalement l’utilité du dispositif. L’Envol est donc menacé… On constate ici que le temps long nécessaire à l’accompagnement de certaines personnes en rue et la prise en compte de leurs besoins se heurtent aux impératifs gestionnaires des responsables institutionnels qui, derrière leurs volontés de faire sortir les femmes du dispositif, obéissent en réalité aux normes actuelles de l’activation (Barbier, 2011) et de l’injonction à l’autonomie (Astier et Duvoux, 2006) imposées aux pauvres. Selon ces normes, à trop aider les « assisté·es », on les maintient dans la dépendance et on les empêche de réaliser leurs « projets » individuels. Il faut donc les aider mais, en contrepartie, les encourager à rechercher un logement et un emploi. Cette vision de l’aide sociale efficace, qui a pour but de faire des économies à court terme, s’oppose à celle que défend l’équipe de Manu, et notamment Audrey, pour qui les femmes ont des besoins, que certaines expriment, et à qui on propose des solutions inadaptées.

Par ailleurs, les difficultés de l’accompagnement social, notamment auprès de femmes très désocialisées, est, me semble-t-il, au cœur de film : le cas de Catherine révèle bien les obstacles que rencontrent certaines personnes, homme ou femme, après une longue errance et une absence de toit. Catherine transporte ses papiers d’identité et ses récépissés administratifs dans une pochette plastique et se déplace avec de nombreux sacs. Elle s’endort fréquemment pendant les discussions ou son entretien avec Audrey ce qui donne lieu à des situations comiques dans le film. Elle n’est pas narcoleptique mais seulement épuisée par les voyages incessants qu’elle fait entre son lieu d’hébergement et l’Envol, où elle peut rester pendant la journée. Par ailleurs, elle a du mal à investir son nouveau lieu d’hébergement. Sans-abri, elle s’était habituée à rester dans les bus de nuit pour trouver un refuge ; maintenant qu’elle est hébergée, elle continue à trouver une sécurité dans ces trajets de nuit qu’elle connaît bien et a du mal à rester seule, isolée, dans sa chambre. Le film montre bien le paradoxe de l’accompagnement réalisé auprès de ce public et le « travail empêché » (Clot, 2010) des intervenantes sociales : très désocialisé·es, certain·es hommes et femmes sans-abri sont longuement accompagné·es par des travailleuses sociales et finissent par être hébergé·es ; c’est une victoire pour les professionnelles qui ont le sentiment d’avoir fait leur travail et d’avoir « sauvé », réinséré ces personnes. Mais parfois, souvent, le toit ne suffit pas. La rupture d’accompagnement liée au changement de structure d’accueil ou d’hébergement isole la personne qui s’est jusque-là sentie soutenue. Elle préfère parfois retourner à la rue, quitter la chambre ou le logement qu’on lui avait octroyé, provoquant l’incompréhension des travailleuses sociales qui s’étaient investies auprès d’elle.

6

Catherine s'endort

Enfin, les personnages du film, femmes sans domicile ou intervenantes sociales, sont fidèles à la réalité captée dans les enquêtes. On observe ainsi une certaine hétérogénéité des profils des femmes (racisées, jeunes et plus âgées, voilées ou non) qui ont eu des trajectoires de vie différentes. Certaines ont parfois été en prison, certaines ont fait des études ou des formations, elles ont presque toutes travaillé et exercé des métiers d’employées ou d’ouvrières variés (cuisinière, agente immobilière, employée de commerce, agente d’entretien, ouvrière de filature, etc.). Cette description des personnages, tout au long du film, permet de dépasser une partie des préjugés concernant les personnes sans domicile et notamment les femmes en montrant qu’elles ne sont pas inemployables et qu’elles ont déjà travaillé. Le film ne tombe cependant pas dans la caricature habituelle de l’avocate ou de la médecin « tombées » dans la rue : les formations suivis par les femmes et les métiers qu’elles ont exercées montrent bien que, comme leurs homologues masculins, elles sont plutôt d’origine modeste, peu diplômées, et ont plus souvent rencontré dans leur enfance et dans leur vie d’adulte d’importantes difficultés sociales et familiales. Il n’y a en effet « ni fatalité ni hasard » dans le fait d’être sans domicile (Marpsat et Firdion, 1996).

Les professions

Le film a également le mérite d’évoquer, la fragilité de ces femmes : beaucoup d’entre elles ont connu des épisodes de dépression et leurs trajectoires de vie sont marquées par les violences. Nous avons en effet pu montrer, que les femmes sans domicile sont plus exposées aux violences que leurs homologues masculins, pendant leur enfance, leur vie d’adulte et leur carrière de sans-domicile (Loison-Leruste et Perrier, 2019). Elles sont en particulier victimes de violences sexuelles, perpétrées par des hommes de leur entourage. Il s’agit donc souvent de violences fondées sur le genre. Ainsi, celui-ci constitue un facteur de vulnérabilité dans les trajectoires des femmes sans domicile, jouant un rôle déstabilisateur dans celles-ci, voire le motif (déclaré) de la perte du logement. Manu raconte ainsi à Audrey qu’Angélique consentait à des relations sexuelles non désirée pour obtenir la protection d’un toit. Le personnage de Julie vient également rappeler l’importance des violences de genre dans la rue : après avoir été violée par les hommes auprès de qui elle s’était réfugiée, la jeune femme vient chercher de l’aide auprès de l’équipe de l’Envol. Son histoire permet également de montrer la détresse des travailleuses sociales et des bénévoles qui ne savent pas toujours comment gérer cette violence et les traumas qui en découlent pour les femmes accueillies.

La description des intervenantes sociales rend compte du brouillage des frontières entre pair-aidance, salariat et bénévolat (Simonet, 2010). Certaines, comme Angélique, sont d’ancienne sans-domicile et intègrent ensuite les équipes de professionnelles. Pour Manu et Audrey, il est davantage question du brouillage des frontières entre la vie privée et la vie professionnelle. Le film révèle ainsi l’engagement militant et humain des travailleuses sociales qui, face à un événement qui leur semble injuste (l’expulsion du squat), décident de transformer l’Envol en accueil de nuit, entrant dans l’illégalité. Cette transgression et la tension qu’elle révèle au cœur de l’ethos professionnel de ces professionnelles sont aussi visibles dans la manière dont Manu explique comment et pourquoi elle a adopté Angélique pour la sortir de la violence de la rue. Quant à Audrey, elle a surinvesti son travail auprès des femmes sans domicile et regrette de ne pas avoir de vie privée. Elle vit avec son frère, Dimitri, qui va bientôt se marier et quitter le logement qu’ils partagent. Elle n’a pas de conjoint·e et elle sollicite fréquemment ses ami·es, comme Laurent, pour qu’ils et elles s’investissent auprès des femmes, leur demandant d’embaucher l’une d’entre elles comme agente immobilière ou de fournir de faux bulletins de salaire à une autre pour qu’elle puisse s’inscrire à Pôle emploi. L’incompréhension de son entourage et les difficultés qu’elle rencontre à l’Envol fragilisent ainsi ce personnage et montre sa difficulté à séparer vie professionnelle et vie personnelle. Enfin, le personnage d’Hélène représente une figure typique du ou de la bénévole qu’on rencontre parfois dans ces structures d’aide. Désœuvrée dans sa vie personnelle, délaissée par ses enfants et son mari qui la trompe, elle semble retrouver une place grâce à l’Envol, en donnant de son temps aux femmes accueillies. Cette bonne volonté se heurte à une certaine naïveté qui agace un peu les professionnelles. Hélène propose ainsi, lors d’une réunion, d’accueillir Catherine chez elle pendant quelques nuits : « En tout cas si elle a besoin moi je peux l’héberger, trois quatre nuits ». Audrey lui demande alors : « et tu fais quoi après ? Après les deux-trois nuits, tu fais quoi ? » ; Hélène ne comprend pas bien le fonctionnement du système de prise en charge : « je ne comprends pas, pourquoi elle ne dort pas ici ? » Manu lui rétorque : « parce que c’est illégal, c’est illégal on n’a pas le droit (…) on fait ce qu’on nous dit de faire tu comprends ? ». Hélène, dans un mélange de naïveté et de réalisme répond alors : « vous êtes des hamsters dans une cage », illustrant parfaitement les injonctions paradoxales du travail d’accompagnement des personnes sans-abri, coincées dans le cercle vicieux de l’urgence sociale.

La NRT : À partir de vos recherches, que pouvez-vous constater de la différence entre les constats empiriques que vous avez pu faire et ce que le film met en évidence ?

M. L.-L. : On peut établir au moins deux différences entre le travail du cinéaste et celui du sociologue dans ce film : une différence de temporalité et une différence d’échelle. Tout d’abord, au niveau des acteur·trices, le travail sociologique donne une épaisseur biographique aux individus alors que le film ne s’intéresse qu’à un moment de leur histoire. Leurs situations, leurs attitudes, leurs choix s’inscrivent dans une trajectoire qu’il convient de retracer pour comprendre les déterminismes qui orientent leurs trajectoires de vie. Le film ne peut ainsi qu’évoquer la question des violences dans la rue ou celle des difficultés administratives, d’emploi ou de logement qui enferment les femmes accueillies à l’Envol dans leurs situations. La sociologie permet au contraire de rendre compte des différentes ruptures, des apprentissages et des choix qui jalonnent les trajectoires de ces femmes pour mieux comprendre la situation actuelle dans laquelle elles se trouvent.

La sociologie présente également l’intérêt de pouvoir décrire le paysage institutionnel dans lequel s’inscrit l’Envol et de donner à voir en les comparant les fonctionnements différenciés des structures d’aide à destination des sans-domicile. Le film insiste sur le rôle des personnages dans l’action alors que la sociologie change d’échelle et montre comment ces choix individuels sont en partie contraints par l’organisation du « champ » dans lequel les individus évoluent. Cette différence d’échelle se perçoit tant du point de vue des acteur·trices que du point de vue des organisations ou des institutions. Catherine illustre la figure de la sans-abri très désocialisée qui met en échec l’accompagnement des travailleuses sociales quand les concepts de « désaffiliation » (Castel, 1995) ou de « disqualification sociale » (Paugam, 2015) permettent au sociologue de parler de toutes les Catherine qui sont typifiées par le personnage du film. De même, le combat de Manu et Audrey pour sauver l’Envol se comprend mieux si on décrit l’organisation du secteur de la prise en charge (cf. encadré 1) car le travail sociologique réinscrit leurs difficultés dans un paysage plus complexe et plus global. On perçoit alors les décalages entre la manière dont ont été pensés et mis en œuvre les dispositifs et la manière dont ils fonctionnent réellement ainsi que les effets, plus ou moins pervers qu’ils induisent sur celles et ceux qui les mettent en œuvre et sur les publics à qui ils sont destinés (Loison-Leruste, Braud et Mahut, 2020 ; Loison-Leruste, Sarfati et Couronné, 2016). Cette différence d’échelle occasionne d’ailleurs parfois des difficultés de compréhension et d’adhésion au discours sociologique (Loison-Leruste et Petiau, 2018) car les acteur·trices, qui observent leur activité à un niveau différent, trouvent parfois que les analyses sociologiques ne sont pas vraisemblables et ont des difficultés à croire le sociologue (Dubet, 2002).

Tout comme le travail cinématographique, la sociologie permet en tout cas une réflexion normative et oblige à opérer un pas de côté par rapport aux « prénotions » (Durkheim, 2007), c’est-à-dire aux idées reçues que nous rencontrons dans notre vie quotidienne. En l’opérant peut être de façon un peu plus systématique que dans le film, elle montre, elle aussi, les décalages entre les représentations sociales à l’égard des personnes sans domicile et les attitudes qu’elles adoptent, comme Catherine, qui ne refuse pas d’être aidée mais a besoin de temps pour pouvoir se réadapter à un nouveau mode de vie, plus normée.

Mais ce que la sociologie peine à exprimer, au contraire du cinéma, c’est une émotion comme l’humour, dans le récit pourtant peu risible de ce centre d’accueil. Louis-Julien Petit explique ainsi qu’il a « voulu plonger le spectateur dans le milieu de la grande précarité par le biais de situations drôles et émouvantes, sans jamais éluder la réalité dramatique dont il est question, ne serait-ce que par respect pour ces femmes qui ont beaucoup d’autodérision sur leur situation, et rejettent toute idée d’apitoiement sur leur sort » Il poursuit : « Je me devais de les montrer telles que celles j’avais connues, dans la complexité de leur vérité, sans compassion particulière ni misérabilisme ». Le pari me semble gagné.

Le réalisateur dit avoir rencontré les femmes sans domicile pendant de long mois dans différents lieux d’accueil en France et on ne peut que constater l’importance d’une telle immersion pour la justesse du propos. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un terrain d’enquête sociologique et le film, du fait même de sa nature, présente des différences avec les recherches que je mène mais il permet aussi de montrer les choses sous un angle que ne permet pas toujours la sociologie.

Les noms des femmes sans domicile par exemple font partie de la romance du film : certes les personnes sans-abri ont souvent des noms de rue (exemple Magenta pour un clochard installé boulevard Magenta à Paris) ou des noms d’emprunt ; mais dans le film, la majorité des femmes accueillies ont un tel nom : Brigitte Macron, Edith Piaf, Mimi Mathy, Dalida, Lady Di, Catherine Lara. Je n’ai pas rencontré autant de célébrités dans la rue… Cependant, le réalisateur explique lui-même que ces noms ont été choisis par les femmes qui ont participé au film et ont permis une forme d’anonymisation que nous pratiquons également en sociologie : « J’ai demandé à chaque participante de se trouver un nom d’emprunt, en choisissant celui d’une femme qu’elle admirait. Sur le tournage, nous n’avons jamais réellement su leurs vrais noms. Pour l’équipe, elles sont donc restées pendant deux mois Edith (Piaf), Brigitte (Macron), Lady Dy, Simone (Veil), Marie-Josée (Nat), Mimy (Mathy), etc. »

Le film aborde sans doute aussi un peu trop rapidement la question des violences vécues par les femmes sans domicile et la difficulté des intervenantes sociales à s’y confronter et à les accompagner pour les prendre en charge. De même, on regrettera peut-être un peu que tous les éléments concernant le fonctionnement du système de prise en charge des sans-domicile qui ont été mentionnés précédemment soient abordés un peu trop rapidement. Les personnes qui ne connaissent pas le fonctionnement de l’urgence sociale peuvent peut-être passer à côté des informations pourtant importantes qui sont véhiculées par le film, comme par exemple la saturation des dispositifs d’hébergement. C’est une différence importante avec le travail sociologique, qui permet d’objectiver le phénomène et d’expliciter les raisons de cette saturation. Mais la grande réussite de ce film est de faire passer à un bien plus large public que ne le fait habituellement la sociologie, au moins trois messages : les femmes sans domicile, tout comme les hommes, sont des personnes « ordinaires », avec des trajectoires de vie plus heurtées que les autres et des difficultés particulières qui nécessitent souvent un long travail de soutien et d’accompagnement qui peut toutefois porter ses fruits si on lui en laisse le temps ; l’organisation du système de prise en charge et plus largement les politiques publiques à destination des plus pauvres mettent parfois en difficulté aussi bien les travailleuses sociales qui sont placées dans des injonctions contradictoires et des conflits éthiques que les destinataires de ces aides qui préfèrent ne pas recourir à leurs droits ; les professionnelles du travail social font un métier d’une très grande utilité sociale, et sont pourtant trop peu reconnues dans la société, tant du point de vue de leurs rémunérations que de leurs conditions de travail et des moyens dont elles disposent.

Haut de page

Bibliographie

Amistani Carole (2003), « Les femmes sans domicile : domination sociale et ambiguïté de la prise en charge », dans Gaboriau Patrick & Daniel Terrolle (dirs.), Ethnologie des sans-logis : étude d’une forme de domination sociale, Paris, Harmattan (Collection Logiques sociales), p. 111‑145.

Astier Isabelle & Nicolas Duvoux (dirs.) (2006), La société biographique, une injonction à vivre dignement, Paris, Harmattan (Logiques sociales), 212 p.

Barbier Jean-Claude (2011), « Activer les pauvres et les chômeurs par l’emploi ? Leçons d’une stratégie de réforme », Politiques sociales et familiales, 104, p. 47‑58.

Benquet Marlène (2013), Encaisser ! : enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte, 336 p.

Bessin Marc (2009), « Focus - La division sexuée du travail social », Informations sociales, 152, 2, p. 70‑73.

Bruneteaux Patrick (2006), « L’hébergement d’urgence à Paris ou l’accueil en souffrance », Sociétés contemporaines, 63, 3, p. 105‑125.

Castel Robert (1995), Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard (L’espace du politique), 490 p.

Clot Yves (2010), Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découverte, 192 p.

Dubet François (2002), « Pourquoi ne croit-on pas les sociologues ? », Education et sociétés, 9, 1, p. 13‑25.

Durkheim Émile (2007), Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 154 p.

Gardella Édouard (2014), « Secourir les sans-abri en détresse. La norme d’inconditionnalité dans l’urgence sociale », dans Vulnérabilités sanitaires et sociales : de l’histoire à la sociologie, p. 233-258.

Lanzarini Corinne (2003), « Survivre à la rue. Violences faites aux femmes et relations aux institutions d’aide sociale », Cahiers du Genre, 35, 2, p. 95.

Lipsky Michael (1980), Street-level bureaucracy: dilemmas of the individual in public services, New York, Russell Sage Foundation, 254 p.

Loison-Leruste Marie (2014), Habiter à côté des SDF, L’Harmattan (Habitat et sociétés), 273 p.

Loison-Leruste Marie (2015), « Au cœur de l’exclusion Enquête auprès des salariés d’Emmaüs », Sociologie, 6, 4, p. 359‑376.

Loison-Leruste Marie, Braud Rosane & David Mahut (2020), « Étude sur la mise en œuvre de la Cité des dames », Rapport de recherche, Université Paris 13, Sorbonne Paris Nord, Université Paris Diderot, Laboratoire Printemps, Unité de recherches Migrations et société (URMIS).

Loison-Leruste Marie & Gwenaëlle Perrier (2019), « Les trajectoires des femmes sans domicile à travers le prisme du genre : entre vulnérabilité et protection », Déviance et Société, 43, 1, p. 77‑110.

Loison-Leruste Marie & Anne Petiau (2018), « Commande sociologique et recherche-action : un dispositif en tension. Le cas d’une réponse à une association de lutte contre les exclusions », Sociologie pratique, 37, p. 81‑90.

Loison-Leruste Marie, Sarfati François & Julie Couronné (2016), « La Garantie jeunes en action - Usages du dispositif et parcours de jeunes - Rapports publics - La Documentation française », Centre d’études de l’emploi.

Marpsat Maryse & Jean-Marie Firdion (1996), « Devenir sans-domicile : ni fatalité ni hasard », Population et Sociétés, 313.

Marpsat Maryse & Jean-Marie Firdion (2000), La rue et le foyer : une recherche sur les sans-domicile et les mal-logés dans les années 1990, Travaux et documents de l’Ined, Paris, Institut national d’études démographiques ; Presses universitaires de France, 416 p.

Merton Robert K. (1988), « The Matthew Effect in Science, II: Cumulative Advantage and the Symbolism of Intellectual Property », Isis, 79, 4, p. 606623.

Paugam Serge (2008), Le lien social, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?), 127 p.

Paugam Serge (2015), La disqualification sociale : essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses Universitaires de France (Quadrige), 256 p.

Perrier Gwenaëlle (2015), « L’objectif d’égalité des sexes dans la mise en œuvre des politiques d’emploi à Berlin. De la diffusion professionnelle aux difficiles réappropriations profanes », Politix, 109, 1, p. 111‑133.

Pichon Pascale (1996), « Survivre la nuit et le jour. La préservation de soi face au circuit d’assistance », Politix. Revue des sciences sociales du politique, p. 164‑179.

Pichon Pascale (2008), Vivre dans la rue : sociologie des sans domicile fixe, La Courneuve, Aux lieux d’être, 304 p.

Sahlin Ingrid (2005), « The Staircase of Transition: Survival through Failure », Innovation, European Journal of Social Research, 18, 2, p. 115135.

Sarfati François (2017), Construire l’emploi. Une sociologie des dispositifs en action, Mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Paris, EHESS.

Simonet Maud (2010), Le travail bénévole : engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute (Travail et salariat), 219 p.

Van Oorschot Wim & Antoine Math (1996), « La question du non-recours aux prestations sociales », Revue des politiques sociales et familiales, p. 5‑17.

Warin Philippe & Antoinette Catrice-Lorey (2016), Le non-recours aux politiques sociales, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble (Libres cours Politique), 242 p.

Zeneidi-Henry Djemila (2002), Les SDF et la ville : géographie du savoir-survivre, Rosny-sous-Bois, Bréal (Collection D’autre part), 288 p.

Haut de page

Notes

1 Les personnes sans domicile sont les personnes qui ont passé la nuit dans un lieu non prévu pour l’habitation (sans-abri), y compris les haltes de nuit qui ne sont pas équipées pour y dormir, ou dans un service d’hébergement (hôtel ou logement payé par une association, chambre ou dortoir dans un hébergement collectif, lieu ouvert de façon exceptionnelle en cas de grand froid). Une personne sans-abri est donc sans domicile mais une personne sans domicile n’est pas obligatoirement sans-abri (Marpsat et Firdion, 2000). L’acronyme « SDF », est la catégorisation ordinaire des personnes sans domicile (Loison-Leruste, 2014). Le terme de sans-abrisme, directement traduit du terme anglais homelessness, désigne l’ensemble des situations des personnes sans domicile.

2 La couleur politique n’est pas mentionnée dans le film et n’a pas tellement d’incidence sur le rejet ou l’acceptation des personnes en situation d’exclusion (Loison-Leruste, 2014).

3 Le secteur de l’aide sociale en général, et de la prise en charge des personnes sans domicile en particulier, étant en majorité composé de femmes, nous utilisons le féminin pour désigner ces professionnel.les, à l’instar, par exemple, des travaux sur les caissières (Benquet, 2013).

4 Destiné aux jeunes « neets vulnérables », ni en emploi, ni en études, ni en formation (« Not in Employement, Education or Training ») la Garantie jeunes propose un parcours intensif d’accès à l’emploi et à la formation accompagné d’une allocation forfaitaire d’un montant mensuel d’environ 500 euros. Nous faisons le choix ici, à la suite d’autres réflexions, de mobiliser l’expression « destinataire » pour rompre avec l’usage du terme bénéficiaire, trop connoté moralement (Sarfati, 2017).

5 Cf. le dossier-débat Moi, Daniel Blake, https://journals.openedition.org/nrt/3099.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Loison-Leruste, « Sans-abrisme et travail social au féminin »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7608

Haut de page

Auteur

Marie Loison-Leruste

Université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire Printemps

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search