Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions et notes de lectureEtienne Bourel et Judith Hayem (d...

Recensions et notes de lecture

Etienne Bourel et Judith Hayem (dir.), « Subjectivations du(es)/au travail », Journal des anthropologues, 158-159, Paris, Association française des anthropologues, 2019, 363 p.

Jean Copans

Texte intégral

  • 1 Dans leur présentation, les éditeurs rappellent que cinq numéros sont parus, depuis 1991, à propos (...)

1Comme son nom l’indique, le Journal des anthropologues est une revue d’anthropologie et non de sociologie ou de science politique. Elle est, depuis 1990, la revue biannuelle – auparavant, il s’agissait d’un Bulletin – de l’Association française des anthropologues (AFA), fondée en 1978. La numérotation est toujours double et donc ce numéro-ci n’est en rien un numéro spécial ou sortant de l’ordinaire. Ce dossier thématique est dirigé par Étienne Bourel et Judith Hayem. Faut-il rappeler que cette dernière est une anthropologue du travail réputée ? Elle a consacré son doctorat aux ouvriers sud-africains, sa thèse a été publiée en 2008 : La figure ouvrière en Afrique du Sud après l’apartheid, aux éditions Karthala. Elle a, par ailleurs, été la responsable de l’AFA de 2011 à 2016. On ne trouvera pas de contribution personnelle des deux éditeurs dans ce numéro et c’est certainement regrettable au vu de la qualité de leurs publications1. Avant de rentrer plus avant dans le détail de la problématique très ouverte proposée par l’appel à contributions et la présentation du numéro, signalons les remarques de la page 21 et de sa note 3 qui portent sur l’ordre des textes. Les deux éditeurs insistent, à juste titre, sur les raisons de leur classement et sur les inconvénients des consultations ponctuelles en ligne, qui annulent très souvent l’argumentation démonstrative d’une série d’articles, volontairement disposés selon une succession cumulative et réflexive spécifique.

  • 2 Les auteurs de cet article s’interdisent de traduire assentamento en français, tout en indiquant so (...)

2Ce numéro est très paradoxal. En effet, le dernier texte est tout ce qu’il y a de plus classique dans sa thématique et sa démarche : la nature politique de la communauté d’un assentamento2 de sans-terre brésiliens, communauté vieille d’un quart de siècle, vue au travers de son mois de réunions plénières annuelles. Alors que le premier article, tant par son objet – une journée de shooting de mode à Paris –, que par sa méthodologie purement ethnographique, semble couper les cheveux en quatre pour pas grand-chose. Et pourtant, malgré mes préférences subjectives (!) pour le terrain politique des colonies-coopératives brésiliennes, je dois reconnaître que l’insertion subtile, et cependant très visible, de Giulia Mensitieri sur son terrain provoque une réflexion disciplinaire complexe et même déstabilisante. En effet, après avoir présenté les travaux sur la notion de subjectivation des attitudes dans certains métiers ou activités, l’auteur montre combien l’apparente égalité des douze membres de l’équipe – coiffeur, maquilleuse, manucure, photographe, assistant-photographe, assistant plateau, styliste, etc. –, appartenant à cinq nationalités différentes, est en fait fondée sur des distinctions subtiles, mais bien marquées, qui se mesurent en termes de rémunération, de statut, de sociabilité, de réputation professionnelle.

  • 3 Consultable en ligne, sur le site de l’Association Française des Anthropologues : http://www.afa.ms (...)
  • 4 J’invite les lecteurs à lire aussi le compte rendu d’un des éditeurs, Etienne Bourel, dans la rubri (...)

3Avant de nous lancer dans l’évaluation de ce numéro thématique, il est bon de relire le texte de l’appel à contributions qui a suscité le collationnement des textes3, tout comme il est important de rappeler que tout numéro de ce genre est le résultat d’un double processus de réception, parfois aléatoire, de textes, couplé à une sélection où interviennent des critères éditoriaux de lisibilité, d’originalité et, finalement, d’adéquation avec l’appel à communication4. Ce double processus conduit, selon moi, à un numéro composé d’un ensemble de textes plus ou moins disparates, qui semblent se contenter de répondre à un traitement thématique plutôt qu’à une discussion conceptuelle ou méthodologique. Cette impression explique peut-être ma déception quelque peu critique.

4En effet, le titre est trompeur car, de manière volontaire, les éditeurs n’ont pas voulu assigner « […] de signification définitive et préalable à la notion de subjectivation que nous savions très utilisée et polysémique […] » (p. 19). Le décalage entre le titre et le contenu du numéro est d’autant plus marqué, que leur première préoccupation est de signaler les effets couplés de la numérisation et de la mondialisation, dont nous n’entendrons plus parler dans l’ensemble du numéro. Certes, les éditeurs renvoient à un double référencement : l’un à un numéro de la revue Tumultes et l’autre aux travaux de Judith Hayem, qui manifestent habituellement un positionnement théorique très marqué. Toutefois, cela ne résout pas ce silence sur la problématique retenue pour servir de fil conducteur et qui permettrait de discuter, confronter les différents articles du numéro. Il parait donc difficile d’apprécier chacun des dix textes à la lumière d’un angle théorique ou méthodologique particulier, puisque c’est à chacun – et surtout à chacune, puisque l’on compte deux tiers de chercheuses – des auteurs de manifester son adhésion à cet horizon invisible.

  • 5 Faut-il rappeler que, dans le fameux tome deux du Traité de sociologie, dirigé par Georges Gurvitch (...)

5N’oublions pas que le terme de subjectivation peut être lu de façon contradictoire et que, depuis leurs origines, les sciences sociales ont vécu de manière très incestueuse leurs relations avec les sciences psychologiques. Sans remonter aux conceptions des ancêtres, Emile Durkheim et Marcel Mauss, on peut citer les propositions interdisciplinaires de Roger Bastide des années 1950, qui visaient à faire interagir la sociologie avec la psychologie ou la psychanalyse5. Il est vrai que l’anthropologie culturelle américaine n’a pas été en reste de son côté, que ce soit pour ses préoccupations psychanalytiques, manifestées dès les années 1920-30, ou au contraire bien plus comportementales et managériales dans la socio-anthropologie de l’organisation et de l’entreprise, à partir des années 1940. Bref, la subjectivation, indépendamment de sa définition, est une très ancienne préoccupation de l’anthropologie, mais cette dernière a préféré l’invisibiliser et l’intégrer comme l’une des dynamiques de la fabrication même du social, que ce soit au sein de l’école de la notion de personne, écartelée entre psychanalyse – Andras Zempleni, Edmond Ortigues – et « idéo-logique » – Marc Augé –, ou encore à travers la lecture dialectique des rapports entre infra et superstructures, proposée par Maurice Godelier au cours des années 1970-1990. N’oublions pas, enfin, la très grande influence des travaux de Christian Geffray (1954-2001), dont l’anthropologie analytique s’inspire très ouvertement de Jacques Lacan.

6Ce rappel ne vise pas à manifester ma culture disciplinaire ni à dénigrer le point de vue des deux éditeurs, loin de là. Il vise tout simplement à rappeler que, bien avant les mutations actuelles du post-fordisme et de la mondialisation néo-libérale du XXIe siècle, mises en avant par les éditeurs ainsi que par plusieurs des auteurs, la question de la subjectivation était bien présente au cœur des problématiques anthropologiques, depuis déjà un bon demi-siècle. Il est donc possible de traiter cette réalité comme l’un des éléments intrinsèques et incontournables, permanents et intimes de la démarche anthropologique elle-même, bien que pour certains comme moi, subjectivation, individuation ou encore personnalisation semblaient déboucher immanquablement sur des approches à première vue trop psychologisantes. En témoignent, par exemple, les débats des années 1990 en France autour de la place à accorder aux histoires et récits de vie dans les recherches sur les consciences des classes ouvrières et laborieuses, sur le recours à des perspectives plus biographiques que relationnelles. Je pense, notamment, aux analyses de Robert Cabanes sur la maturation et la transformation des consciences syndicales chez les ouvriers de Sáo Paulo, dans son ouvrage Travail, Famille, Mondialisation. Récits de vie ouvrière, Sáo Paulo, Brésil (Karthala, 2002). Malheureusement, les seize auteurs sont quelque peu abandonnés en cours de route sur ce point, puisque les éditeurs se contentent de confronter les dix textes entre eux en seulement deux ou trois pages.

7Il est pourtant facile de départager les angles d’attaque de ces articles entre ceux qui privilégient l’entretien et ceux qui le relativisent en décrivant plus le détail des interactions et des pratiques concrètes, a priori plus collectives, produites par, ou produisant, ces subjectivations. Non pas que l’ethnographie soit absente de ces enquêtes, loin de là, mais certains des textes sont le résultat de plusieurs années de terrain, de soutenances doctorales et d’engagement postdoctoraux, alors que d’autres semblent moins aboutis ou trop récents pour avoir produit des résultats aussi minutieux. Je ne critique pas a priori ce genre de recherche, comme par exemple celle d’Émile Duchène sur les Innus du Québec, inspiré de son mémoire de maîtrise de 2017, où je retrouve brute de décoffrage les problématiques de l’anthropologie économique des années 1970-1980, tout à fait passionnantes mais encore peu troublées, semble-t-il ici, par les reformulations plus contemporaines et réflexives avancées par les éditeurs.

8De quoi parle donc ce recueil ? Six textes exposent des terrains français et seulement quatre font de « l’ethnologie exotique », comme aiment à le dire trop souvent les sociologues. Ces expériences « autres » portent : sur une première nation du Québec, sur les prostituées chinoises au Cameroun, sur les futures employées de maison philippines en formation pour l’expatriation, et enfin, sur les paysans sans-terre brésiliens. De plus, ces quatre terrains sont par définition multi-ethno-nationaux, puisqu’ils abordent des groupes plus ou moins étrangers à leur propre société d’insertion : une population amérindienne au Canada, des femmes chinoises en Afrique, des femmes philippines en départ pour le Moyen-Orient ou l’Asie du Sud-Est, et enfin, des squatters fonciers illégaux au Brésil.

9Il serait possible d’ailleurs de lire les six terrains français avec ce même regard de biais et de décentrement, puisque les individus ou groupes enquêtés participent, par définition, de plusieurs milieux ou espaces sociaux : des entrepreneurs débutants qui découvrent un nouveau monde, des modèles d’atelier artistique entre service professionnel et présence purement gratuite, des cyclistes entre emplois rémunérés et motivations sportives, des paysans-boulanger à double métier ou encore des biffins parisiens (des chiffonniers) entre travail et charité ou contrainte et stigmatisation. Curieusement, cet apparent pluriculturalisme très anthropologique n’est pas relevé par les éditeurs, ni au plan empirique ni même au plan plus analytique de la reconfiguration des groupes de travailleurs en général ou de précaires permanents dans certains types d’emplois. Inattention incompréhensible, selon moi, puisque l’un des éditeurs, E. Bourel, a justement enquêté, et de manière remarquable, l’un de ces types de population, à savoir les forestiers français au Gabon (Étienne Bourel in Cahiers d’Etudes africaines, 221-222, 2016).

10J’aurais tendance à penser que l’oubli de ce caractère apparemment hétérogène, ambivalent et comme dédoublé des identités socio-professionnelles, renvoie à une dynamique plus profonde, non de la réalité sociale ou des « objets » d’étude, mais de l’anthropologie française elle-même. En effet, celle-ci abandonne de plus en plus les lieux-communs de l’anthropologie sociale traditionnelle, sans se rendre compte que ses nouveaux objets ou ses nouvelles perspectives analytiques font involontairement, ou volontairement, l’impasse sur la reconsidération du maintien de réalités anciennes encore bien présentes. L’ouvrier industriel, le paysan hyper-technologisé, les enseignants démis de leurs cadres collectifs de travail, les professions de la sécurité et du maintien de l’ordre, les opérateurs de la communication internet ou de la dactylographie électronique des data continuent de constituer, sous d’autres appellations, les masses laborieuses ordinaires, pour ne pas parler des précaires informels et migrants du/au Sud.

11Mes considérations pourraient paraître superficielles confondant subjectivation et psychologisation. Elles portent en fait sur la culture disciplinaire et sur la nature des références ou des emprunts mis en avant par certain·e·s auteur·e·s, étant entendu que cette diversité ne va pas jusqu’à une prise de position conceptuelle ou méthodologique claire et élaborée. Les exemples traités dans ce numéro ne sont pas spécifiquement anthropologiques, à l’exception des Innus québécois dont la tradition analytique et empirique est probablement purement ethnologique – et canadienne ! –. La sociologie propose en effet de nombreuses études du même genre et souvent de meilleure qualité, à cause de l’ancienneté de ses travaux sur ces différents domaines et groupes sociaux « hexagonaux ». De plus, on doit noter, pour ce qui est de la France, l’ancienneté et la qualité des recherches menées au nom de la sociologie dite ethnographique. Prenons par exemple le cas des recherches de Stéphane Beaud et de Michel Pialoux sur le monde du travail contemporain, qui mêlent efficacement macrosociologie statistique et marxiste, d’une part, et histoire de vie et observation participante, d’autre part. À la lecture de leurs derniers ouvrages (Stéphane Beaud, La France des Belhoumi, La découverte, 2018 ; Michel Pialoux, Le temps d’écouter, Raisons d’agir, 2019), l’anthropologue ne peut que s’interroger brutalement sur les raisons qui font que l’anthropologie française n’a pas été capable de produire des travaux aussi pertinents, aussi ethnographiques, mais également aussi politiques et actuels sur des travailleurs français tout ce qu’il y a de plus ‘subjectivés’, par leurs actions et leurs conceptions du monde.

12Un détour ultra-rapide outre-Atlantique nous ferait d’ailleurs voir l’actualité des travaux anthropologiques dans ce même domaine, des travaux qui vont par définition aussi loin dans la perception des interprétations, des manipulations et des mobilisations « subjectives » que l’appel à la subjectivation de ce numéro du Journal des Anthropologues. Les raisons de ce décalage sont peut-être bien plus graves : la course à la nouveauté, ne serait-elle que sémantique, finit par éclipser le nécessaire approfondissement de domaines plus anciens toujours à défricher. Un retour aux fondamentaux est toujours possible : ainsi, en 2014, déplorai-je l’abandon de l’anthropologie du travail et des travailleurs dans le champ des études africaines. Mais voici qu’en 2019, plusieurs efforts conjoints de jeunes chercheurs – journées doctorales, numéro de revue – prouvent publiquement qu’il n’en est rien.

13Le cas des terrains enquêtés en France de manière générale, au-delà des six exemples abordés dans ce numéro, est beaucoup plus complexe. Sans parler de la nécessité permanente du recours à des emprunts disciplinaires autres ou au montage de programmes interdisciplinaires inédits, je ne peux que constater que la faible connaissance des traditions disciplinaires de l’anthropologie, comme de la sociologie, produit des effets contre-productifs qui dévalorisent, pour ce qui nous concerne ici, les véritables atouts de l’anthropologie. L’anthropologie devrait être en effet capable de produire une conceptualisation spécifique, sans avoir besoin de relire Luc Boltanski, Hannah Arendt, Felix Guattari, Axel Honneth, Michel Foucault, Pierre Bourdieu et bien d’autres, qui surgissent au gré des bibliographies, tout en laissant Karl Marx bien absent !

14Il me semble que la pratique ethnographique d’inspiration anthropologique, même traditionnelle, véhicule encore, peut-être de manière invisible pour celles et ceux qui ignorent l’histoire sociale des acquis des enquêtes anciennes, des compétences dont les emprunteurs potentiels n’ont pas su mesurer toute l’efficience, ce patrimoine leur demeurant partiellement étranger ou inconnu. J’ai une grande admiration pour Flora Tristan et Simone Weil, citées par Dan Furukawa Marques et Pascale Devette, dans leur article, page 252. Mais il ne faut pas oublier qu’il existe, depuis fort longtemps, une tradition ethnologique féminine conséquente ! Peut-on remonter ne serait-ce qu’à la période de l’entre-deux guerres et rappeler les noms de Margaret Mead (1901-1978) et Ruth Benedict (1887-1948) aux États-Unis, de Germaine Tillion (1907-2008) et Denise Paulme (1909-1998) en France ou encore de Monica Hunter (1908-1982) en Afrique du Sud ?

Haut de page

Notes

1 Dans leur présentation, les éditeurs rappellent que cinq numéros sont parus, depuis 1991, à propos de domaines comme l’entreprise et la globalisation, où le thème du travail était bien présent. Les éditeurs citent aussi un numéro de L’Homme et la société d’il y a quinze ans, ainsi que plusieurs numéros de La Nouvelle Revue du Travail, mais oublient malheureusement le numéro 133 de Politique africaine de 2014 intitulé « Travail et politique » (consultable à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2014-1.htm#).

2 Les auteurs de cet article s’interdisent de traduire assentamento en français, tout en indiquant son sens anglais courant, settlement. Le terme de colonie pour ce genre d’implantation indique, pourtant, qu’il s’agit de l’occupation d’origine extérieure d’un territoire non cultivé, occupation d’ailleurs le plus souvent illégale. Il ne me semble avoir rien de choquant.

3 Consultable en ligne, sur le site de l’Association Française des Anthropologues : http://www.afa.msh-paris.fr/wp-content/uploads/2018/01/AAC-De-nouvelles-subjectivations-dues-au-travail.pdf.

4 J’invite les lecteurs à lire aussi le compte rendu d’un des éditeurs, Etienne Bourel, dans la rubrique « Echos d’ici et d’ailleurs », de la conférence ‘Work, Employment and Society’ de la British Sociological Association, tenue à Belfast en septembre 2018 (p. 313-320). On y trouvera des réflexions sur l’état pratique de la recherche sociologique aujourd’hui au Royaume-Uni, qui soulève les mêmes problèmes qu’en France, ainsi que sur les thématiques de la sociologie au travail. Cette note de lecture ne peut qu’interpeller également les anthropologues du travail au travail !

5 Faut-il rappeler que, dans le fameux tome deux du Traité de sociologie, dirigé par Georges Gurvitch (1960), l’auteur du chapitre « Sociologie et psychologie » est le sociologue marxiste Henri Lefebvre, qui aborde les consciences de classes et autres formes collectives de « subjectivation » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Copans, « Etienne Bourel et Judith Hayem (dir.), « Subjectivations du(es)/au travail », Journal des anthropologues, 158-159, Paris, Association française des anthropologues, 2019, 363 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7741

Haut de page

Auteur

Jean Copans

CEPED, Université Paris Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search