Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions et notes de lecturePhilippe Eynaud et Genauto Carval...

Recensions et notes de lecture

Philippe Eynaud et Genauto Carvalho de França Filhau, Solidarité et organisation : penser une autre gestion, Érès, 2019, 248 p.

Daniel Bachet

Texte intégral

1L’ouvrage, rédigé par deux professeurs de gestion, l’un français, l’autre brésilien, part du constat selon lequel notre modèle de société est devenu de plus en plus insoutenable. À l’heure où de très graves problèmes écologiques et économiques se traduisent par la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes et une hausse des inégalités sociales, une autre manière de produire, de consommer et de répartir les richesses devrait nécessairement s’imposer. Or, cette nouvelle manière de produire, plus sobre et plus équitable, se révèle incompatible avec les outils de gestion qui se sont installés progressivement dans l’entreprise standard, mais également dans le secteur public, en particulier à travers le New Public Management. Les auteurs sont donc conduits à rechercher un autre mode de gestion des organisations, fondé sur la solidarité entre les humains et entre ceux-ci et la nature. Ils plaident pour une nouvelle gestion solidaire, soutenable et démocratique qui associerait l’ensemble des parties prenantes aux décisions qui sont prises dans les organisations.

2Dans le premier chapitre, l’attention se porte sur des auteurs classiques du management et de l’entreprise (Elton Mayo, Frederick W. Taylor, James Burnham, Ronald Coase, Olivier Williamson, etc.), afin de montrer que la « solidarité » est un impensé de la théorie des organisations. Or, la prise en compte de cette valeur, qui se traduit par des pratiques de coopération et d’entraide, aurait permis de mieux répondre aux demandes de transformation sociale au cours du XXe siècle et au début du XXIe. Encore aurait-il fallu que les grands auteurs du management prêtent plus d’attention aux travaux des sociologues, des économistes et des politiques qui avaient intégré l’idée de solidarité au cœur même de la pensée organisationnelle (Max Weber, Charles Gide, Léon Bourgeois ou Émile Durkheim).

3Les deuxième et troisième chapitres, intitulés « Réorganiser la solidarité » et « Resolidariser les organisations », font références aux travaux de Karl Polanyi et d’Alberto Guerreiro Ramos. Ces analyses pionnières redonnent, en effet, toute son importance à la notion de « vie bonne » et rappellent la primauté du politique sur l’économique, en montrant la nécessité de réduire la place accordée aux relations marchandes et aux valeurs utilitaristes.

4La pratique d’une gouvernance démocratique et multi-parties prenantes est la seule à être véritablement inclusive dans le monde associatif et dans le cadre de l’économie sociale et solidaire (ESS). Il s’agit de penser l’économie autrement pour concevoir une gestion solidaire du développement territorial. Les auteurs ébauchent les orientations d’une politique de gestion solidaire des territoires et rappellent qu’elle suppose de réconcilier l’économique et le social. Ils insistent sur l’importance de la monnaie comme instrument et médiation, capable d’unifier la vie sociale, dès lors que cette médiation institutionnelle peut se décliner sous diverses formes – monnaies parallèles, complémentaires, locales, sociales – et que la définition et l’utilisation de ces monnaies sont contrôlées démocratiquement.

À la recherche d’une autre gestion

5Un premier exemple de gestion plus sociale et solidaire est donné par l’école brésilienne de gestão social dont l’objectif est de construire des espaces de délibération, afin de reconnecter les citoyens avec l’action publique. La gestão social développe des pratiques qui permettent à chacun de prendre part aux décisions qui le concernent. Selon ses promoteurs, il s’agit d’offrir aux individus de nouvelles formes d’autonomie en favorisant l’enrichissement de la démocratie locale. Contrairement à la logique du new public management, la gestão social instaure un cercle vertueux entre coproduction de biens et services publics, d’une part, et innovation sociale d’autre part. Elle se présente comme un médiateur des relations entre acteurs sur le plan local, dans une perspective d’enrichissement de l’espace public.

6De manière complémentaire, l’approche par « la gestion collective des biens communs », développée par Elinor Ostrom, permet de comprendre comment des collectifs auto-organisés autour de ressources naturelles ou numériques – l’auteur évoque successivement un lac et ses ressources halieutiques, des ressources forestières ou aquifères, mais également une base de données et les informations qu’elle contient – peuvent mettre en place des mécanismes de gestion pérennes.

7Elinor Ostrom insiste sur l’importance des institutions que les agents se donnent, afin de résoudre leurs problèmes d’action collective dans un cadre auto-organisé et auto-gouverné. Certaines coopératives – les Sociétés Coopératives et Participatives ou Scop – répondent déjà à cette logique, dès lors que les collectifs de travail deviennent des producteurs associés disposant des outils de gestion, c’est-à-dire des technologies politiques leur permettant d’organiser collectivement le travail et de prendre les décisions sur un mode réellement démocratique.

8C’est le cadre institutionnel et réglementaire, dont les collectifs se dotent qui, à son tour, institue les biens communs, permet « l’agir commun » et offre la possibilité de matérialiser les normes de réciprocité, de gestion démocratique et de participation active à la production des ressources.

9Les deux approches – gestão social et gouvernance des biens communs – peuvent ainsi être conjuguées, car elles offrent la possibilité de sortir de la recherche exclusive de la rentabilité et du profit, pour s’engager vers d’autres mesures de l’utilité sociale.

10Les auteurs proposent alors dix définitions, non exclusives, de cette autre gestion, définitions qui constituent autant de programmes de recherches pour élaborer des outils opérationnels destinés : d’une part, à l’évaluation des politiques publiques ; et d’autre part, à la gestion des entreprises de l’économie sociale et solidaire, plus particulièrement des associations. Ces définitions sont évoquées en dix points : la gestion substantive, la gestion démocratique, la gestion du territoire, la gestion des « marchandises fictives » – ici, le travail, la terre et la monnaie, en référence à Karl Polanyi –, la gestion de la réconciliation, la gestion de l’innovation sociale, la gestion des communs, la gestion de l’autre, la gestion expérimentale, la gestion du bien vivre.

Les conditions de possibilité de l’autre gestion

11La recherche d’une autre gestion est plus que jamais indispensable pour résoudre les problèmes économiques, sociaux et écologiques qui s’aggravent de jour en jour. Les auteurs ont bien compris que les instruments de gestion qui sont utilisés pour évaluer la performance des organisations sont des éléments décisifs de la structuration du réel. Ils ont pour objectifs de coordonner des activités et de choisir des investissements. Ils régissent également les rapports entre les humains et les groupes sociaux. Ils matérialisent les modalités d’exercice du pouvoir, ainsi que les formes de domination et de coopération dans le travail. Dans la perspective d’une gestion alternative, la délibération démocratique ne peut pas s’arrêter à la porte de l’économie et des organisations. Au-delà des domaines de l’économie sociale et solidaire et des divers secteurs du monde associatif, il s’agira, en priorité, de se débarrasser du modèle économique classique, incapable de prendre en compte les ressources naturelles et le travail vivant producteur de richesses. C’est pourquoi un cadre de pensée renouvelé, associé à une autre gestion, devraient être en mesure de valoriser le travail – les êtres humains – et la nature, tout en assurant les équilibres économiques.

12Cependant, Philippe Eynaud et Genato Carvalho de França Filho ne définissent pas précisément les langages comptables alternatifs qui seraient susceptibles d’orienter une nouvelle façon de voir et de prendre les décisions dans les organisations. Ils proposent, certes, la mise en place d’une autre gestion, mais sans indiquer les contenus opératoires que pourraient prendre les outils comptables susceptibles de refonder le compte de résultat et le bilan.

13Les outils comptables alternatifs sont des technologies politiques qui ont pour finalité, non seulement d’empêcher les atteintes aux fonctions environnementales essentielles à la survie de la biosphère, mais également de prévenir les dégâts collatéraux du développement économique sur les humains. Comment le travail peut-il devenir une source de valeur et de développement, alors qu’il n’est appréhendé que comme un coût à réduire dans les outils comptables traditionnels orientés profit et rentabilité financière ?

14Pourtant, adopter un langage comptable, c’est adopter une représentation de l’organisation, de sa finalité, de son efficacité et des rapports de pouvoir. Il est donc possible de compter différemment en vue de proposer des alternatives cohérentes et opératoires aux organisations capitalistes. Mais cela suppose d’agir au cœur du système et non pas seulement « à côté » – économie sociale et solidaire – comme semblent le penser les deux auteurs.

15Les alternatives à la manière de produire en régime néo-libéral se construisent, comme dans le cas des Scop et des associations de l’ESS, dans la mise en place de formes institutionnelles solidaires, qui impliquent le partage du pouvoir et l’impossibilité pour les uns de s’enrichir au détriment des autres. Mais elles sont potentiellement présentes aussi et surtout dans la remise en cause des finalités de la grande entreprise, instrument privilégié du capitalisme. C’est en effet la grande société anonyme, avec les énormes capacités financières qu’elle concentre en faveur des détenteurs de capitaux, qui structure les rapports sociaux et économiques dominants la vie quotidienne, c’est-à-dire les déterminants du travail et de l’emploi. La finalité de la grande société étant orientée par la recherche exclusive de la rentabilité financière, il convient de sortir de cette logique institutionnelle, afin de lui substituer d’autres indicateurs qui assureront un meilleur compromis social, une protection des ressources naturelles et des pouvoirs partagés, tout en respectant les nécessaires équilibres économiques.

16Certains de ces indicateurs alternatifs existent déjà aujourd’hui et sont opératoires. C’est le cas, par exemple, des comptes orientés « valeur ajoutée » et valeur ajoutée directe (VAD), proposés par Paul-Louis Brodier, ou de la méthode CARE (Comptabilité Adaptée au Renouvellement de l’Environnement), conçue par Jacques Richard. Il est regrettable que les auteurs de l’ouvrage n’en aient pas fait mention.

17Ainsi, c’est d’abord au cœur de ce système et non dans ses marges seulement, qu’il faut, selon moi, construire une gestion alternative et une autre organisation des pouvoirs. À défaut de toucher en priorité ce centre névralgique, les rapports sociaux et économiques propres au capitalisme se reconstitueront en permanence dans tous les autres espaces de la vie économique et politique et parasiteront toute tentative de « bien vivre », de produire et de consommer autrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bachet, « Philippe Eynaud et Genauto Carvalho de França Filhau, Solidarité et organisation : penser une autre gestion, Érès, 2019, 248 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7756

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search