Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions et notes de lectureBernard Friot, Vaincre Macron, La...

Recensions et notes de lecture

Bernard Friot, Vaincre Macron, La Dispute - Snédit, 2017, 131 p.

Jean-Luc Metzger

Texte intégral

  • 1 Voir la recension de L’enjeu des retraites (2010) par Sébastien Petit : https://journals.openeditio (...)
  • 2 Voir la recension de L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, rédigée par Tessa (...)

1La Nouvelle Revue du Travail a déjà rendu compte des analyses et propositions de Bernard Friot1. Vaincre Macron s’inscrit, certes, dans le prolongement de ses précédentes publications, mais les 131 pages de ce livre-essai – qui pourrait s’intituler Manuel pour une nouvelle pratique communiste – sont écrites dans un style plus incisif, où les illustrations chiffrées côtoient les appels à l’engagement citoyen et où les références théoriques se font plus rares - articles et rapports de la CGT, ouvrages de l’auteur, mais aussi ceux de Robert Castel, Christian Baudelot, Roger Establet et Claude Didry2, sans oublier le cinéma de Ken Loach et de Gilles Perret.

2On peut résumer l’argument de l’auteur de la façon suivante. Pour vaincre Macron, il faut d’abord agir au niveau des représentations et convaincre le lecteur de l’existence et de la permanence de la lutte des classes. C’est ce à quoi sont consacrés : le premier chapitre qui décrit le moment révolutionnaire – de 1946 à la fin des années 1970 –, lors duquel furent créées les institutions du communisme déjà-là ; et le deuxième chapitre qui réinterprète les quatre décennies suivantes comme une contre-révolution capitaliste visant à restaurer le statu quo ante. Quant au troisième chapitre, il présente et défend les grandes lignes du projet de société opposable à celui d’E. Macron et qui consiste à engager la bataille sur terrain du contrôle de la production.

3D’abord donc, la bataille des représentations. Il faut, nous dit B. Friot, corriger une erreur commise par la plupart des intellectuels de gauche. Cette erreur consiste à considérer qu’en 1945, à la Libération : d’une part, un partage des richesses plus favorable au travail aurait été arraché à la bourgeoisie – celle-ci n’aurait donc provisoirement cédé que sur les principes de redistribution ; et d’autre part, que cette victoire aurait été essentiellement permise par une conjoncture internationale exceptionnelle. Cette présentation est un leurre, « une saga » (p. 23). En réalité, les années d’après-guerre – et non la seule année 1945 –, « sont une période révolutionnaire, c’est-à-dire un moment où le mode de production est remis en cause » (p. 9). Car c’est bien le mode de production – non les modalités du partage des richesses – qui a été partiellement reconfiguré et c’est l’action de la classe ouvrière d’alors qui a permis un tel changement, grâce aux efforts d’une fraction des fédérations de la CGT et du Parti communiste (p. 20-32).

  • 3 Pour plus de précision sur ces points, voir, dans ce même numéro, la recension du livre de Bernard (...)

4Pendant ce moment révolutionnaire, soutient l’auteur, la classe ouvrière – qu’il propose d’appeler « salariat » (p. 43-44) – a contribué à remettre en cause « les deux institutions essentielles » du mode de production capitaliste : d’une part, « le régime de propriété de l’outil de travail, (…) [c’est-à-dire] la propriété lucrative, le financement de l’investissement à crédit, la rémunération des travailleurs au prix de leur force de travail » ; et, d’autre part, « le statut du producteur » (p. 10). Dans cet effort pour contester le système capitaliste, le « salariat » a créé et progressivement étendu des institutions « communistes » : le régime général de la Sécurité Sociale – en regroupant en un seul organisme des milliers de caisses hétérogènes –, ainsi que « la copropriété d’usage de l’outil de travail, la subvention de l’investissement et le salaire à vie3 » (p. 11). Ces « outils de classe » (p. 26) sont remarquables parce qu’ils contribuent à « produire une autre valeur, un autre mode de production » (p. 18), que ceux instaurés par la bourgeoisie à partir du XIXe siècle.

5Pour en mesurer la portée, il faut analyser le sens politique des détails techniques qui structurent le régime général de la Sécurité sociale. Ainsi, le caractère unique du taux de cotisation interprofessionnel incarne des choix de société déterminants et durables : après avoir, de 1946 à 1961, permis à une majorité de représentants élus des travailleurs de gérer le budget de la Sécurité sociale, il permet encore aujourd’hui « aux administrateurs salariés d’affirmer leur autonomie et de mener leur politique selon leur agenda » (p. 26). Ce qui est d’autant plus notable que les montants ainsi gérés représentent « en 2014, trois cent treize des six cent quatre-vingt-dix milliards de prestations sociales » (p. 32). L’auteur souligne plus généralement l’importance de comprendre les enjeux politiques qui se profilent sous des débats d’apparence « technique » : c’est tout particulièrement le cas de l’évolution de ce taux unique. Permettre qu’il soit augmenté, c’est envisager de généraliser progressivement l’institution de la cotisation comme salaire ; mais empêcher son augmentation, c’est donner du temps à la classe capitaliste pour introduire et légitimer le recours à des assurances complémentaires à but lucratif, à travers lesquelles elle peut exercer son emprise.

6Lors de cette période révolutionnaire, la classe ouvrière – le salariat – a réalisé d’autres conquêtes : « la socialisation salariale de la valeur ; le salaire à vie à la qualification personnelle ; la subvention de l’investissement ; et la copropriété d’usage de l’outil de travail » (p. 45). Malgré les assauts contre-révolutionnaires qu’elles ont subis, ces conquêtes ont partiellement perduré, puisque, « rapporté au salaire brut, le taux de cotisations et d’impôts affectés à la Sécurité sociale – comme la CSG – a plus que doublé depuis 1945, pour s’établir à 65 % pour les salaires compris entre 1,6 et 10 SMIC » (p. 45). De plus, toujours selon les calculs de B. Friot, ce qu’il considère comme « le salaire à vie » concerne le tiers des Français de plus de 18 ans : fonctionnaires en poste (5,5 millions), « retraités dont la pension est proche de leur salaire (7 millions), les libéraux de santé, les salariés à statut et ceux des branches avec droit à carrière » (p. 42).

7Dans le deuxième chapitre, l’auteur analyse le train ininterrompu de réformes qui se sont succédées depuis les années 1970, innovations destructrices emblématiques de la « contre-révolution capitaliste », lancée à l’assaut des institutions du communisme déjà-là, pour restaurer les institutions capitalistes. Elles ont initié « la mise en place de deux piliers de ressources : l’un, dit "contributif", voué à une institution du travail dans des comptes personnels de droits hors de toute qualification, l’autre dit "non-contributif ", qui construit un droit de la personne hors de tout lien avec la valeur » (p. 59).

8En effet, le gouvernement de Michel Rocard a introduit, pour les travailleurs les moins bien payés : la Contribution Sociale Généralisée (CSG, créée en 1990, dont le taux est passé de 1,1 % en 1991 à plus de 9 % en 2019), le Revenu Minimum d’Insertion et le Contrat-Emploi-Solidarité. Bernard Friot y voit les fondements du premier pilier, non-contributif parce que les prestations sont indépendantes de la participation au financement. Quant au deuxième pilier – dit contributif parce que les prestations sont liées aux cotisations : niveau, durée, etc. –, il est construit sur le modèle des comptes individuels de cotisation. Philippe Seguin en a posé la première pierre, en indexant le montant des pensions de retraites, non plus en fonction de l’évolution des salaires – dans ce cas, la pension est un salaire continué – mais sur celle des prix – dans ce cas, la pension est un revenu différé, un pouvoir d’achat. Puis, Rocard, en 1991, en a dressé les plans, avant que Simone Veil (sous Balladur, en 1993) et surtout François Fillon (2003 et 2010) ne les mettent en œuvre. « Le projet Macron d’unifier le régime des retraites autour de l’ARRCO-AGIRC vient couronner ce déplacement : chacun disposera d’un compte de toutes ses cotisations de carrière et aura le droit d’en récupérer l’équivalent à sa liquidation, le régime général étant réduit à un plancher de sécurité financé par la CSG » (p. 64).

9Mais en quoi ces deux piliers sont-ils contre-révolutionnaires ? Le premier parce qu’il remplace le salaire par des allocations de solidarité, le second parce qu’il substitue au salaire continué du retraité, des revenus différés (« j’ai cotisé, j’ai droit », p. 59). Dit autrement, avec le premier pilier, « le droit au revenu de la personne n’a rien à voir avec la reconnaissance d’une production, d’un travail : il ne s’agit en aucun cas d’un droit économique de la personne » (p. 67). Le second pilier accentue la dépendance de la personne vis-à-vis du marché du travail, puisque les droits économiques des individus – chômage, retraite - sont envisagés sous la forme de revenus différés, calculés en fonction des points accumulés dans son compte d’activité, lequel reflète le parcours professionnel plus ou moins chaotique des individus.

10Dans le troisième chapitre, « Poursuivre la pratique communiste du travail », l’auteur décrit ses propositions pour « vaincre (le MEDEF et donc) Macron » (p. 95), visant à « promouvoir avec efficacité et détermination un appareil productif alternatif à celui que la mondialisation nous laisse. Cela suppose de récupérer la maîtrise de technologies que l’imposture du droit de propriété intellectuelle a permis au capital de nous voler » (p. 86).

11Cette bataille se joue elle aussi au niveau des représentations. Il faut dénaturaliser la conception capitaliste qui réduit le travail aux seules activités valorisant du capital. Il faut convaincre que « d’immenses champs d’activité peuvent trouver une validation sociale comme productrices de valeurs, comme travail » (p. 87) et que le travail n’est pas inexorablement condamné à se raréfier. Cela permettrait de réduire le succès des discours xénophobes, puisque la crainte de voir se réduire la liste des postes disponibles serait remplacée par la participation à l’extension de la place du travail. Il ne s’agit surtout pas de militer pour la fin du travail, mais pour en changer le sens et en démultiplier l’importance. Non lié à la valorisation du capital, rémunéré par un salaire déterminé par la qualification de la personne, le travail, au lieu d’alimenter une croissance destructrice de l’environnement et de la santé, peut au contraire « valoriser des activités à impact naturel positives » (p. 90). De plus, les travailleurs des secteurs actuellement les plus polluants ou les plus nocifs sur la santé n’auraient plus à craindre des licenciements massifs consécutifs à une reconfiguration de l’industrie.

12Très bien, mais comment ? Sans prétendre à l’exhaustivité, disons que l’idée centrale est d’agir simultanément sur les plans politique et économique en enrichissant « la citoyenneté par la responsabilité des personnes sur la production, exprimée et garantie par les trois droits économiques – de salaire à vie, de propriété d’usage de l’outil de travail, de participer aux instances de coordination de l’activité économique – attribuée à chacun le jour de sa majorité politique » (p. 105). Et ces institutions, fondement « de la démocratie du travail et par le travail », dont les prémices sont déjà-là, il s’agit de les « porter plus explicitement et plus loin » (p. 105).

13À ceux qui s’interrogent sur les sources de financement d’un tel projet, l’auteur explique : « l’entreprise ne paie plus les salaires, elle cotise à la caisse des salaires. Ce qui est déjà le cas de 45 % du salaire (c’est la part actuelle des cotisations dans le salaire total) passe à 100 % » (p. 107). Et c’est la caisse de salaire qui rémunère les employés en fonction de leur qualification. La valeur marchande est ainsi socialisée et la propriété est sortie de la logique patrimoniale : « l’outil de travail en tant qu’élément d’un patrimoine » est nécessairement public, les entrepreneurs étant les propriétaires d’usage de leur entreprise au même titre que les salariés. Le salaire étant garanti par la qualification, les travailleurs n’ont plus à craindre le chantage au licenciement des employeurs ou des propriétaires lucratifs : ils peuvent en toute indépendance intervenir dans la gestion de leur outil de travail, tout comme, d’ailleurs, les dirigeants n’ont plus à être obsédés par la nécessité de faire rentrer de l’argent pour payer les salaires. Dans ce cadre, la citoyenneté consistera à participer aux décisions dans les entreprises et les caisses d’investissement, à résoudre les conflits qui ne manqueront pas de surgir.

14Soulignons plusieurs apports du livre de Bernard Friot. Il montre tout d’abord que les situations contemporaines peuvent s’expliquer par la volonté têtue des représentants de la « classe capitaliste » – l’élite au pouvoir – de détruire ce qui a été créé, des années 1946 aux années 1970, par l’avant-garde du « salariat » – une contre-élite en émergence, alors convaincue d’agir pour l’intérêt des travailleurs. On peut rapprocher cette perspective de celle portée par Alain Supiot, dans L’esprit de Philadelphie (2010) à propos du lent mais efficace détricotage du Droit du travail et du Droit social4. Cette façon de rendre compte du réel fonctionne à merveille pour expliquer, par exemple : l’institutionnalisation des transports automobiles par la lente destruction des infrastructures ferroviaires et plus généralement des transports publics ; ou bien encore la disparition-privatisation du ministère des PTT qui comptait, au milieu des années 1980, plus de 450 000 fonctionnaires.

  • 5 Voir en particulier la recension d’une de ses livres dans la Nouvelle Revue du Travail https://jour (...)

15Par ailleurs, B. Friot pointe l’importance d’analyser le sens politique des dispositifs de gestion, des choix inscrits dans les indicateurs, les taux – particulièrement les modes de calcul des taux d’évolution –, des proportions au sein d’instances de décisions, etc. La lutte des classes passe au moins autant dans les arbitrages entre experts au sein de cénacles inaccessibles, que dans l’occupation des places, des ronds-points ou des rues. Ici, les travaux, notamment de Daniel Bachet, sur une autre comptabilité, fondée sur la reconnaissance de la valeur travail, pourraient être mobilisés5.

16Chaque interprétation de l’auteur, chaque critique qu’il adresse aux intellectuels de gauche – ceux qui défendent les « communs », ceux qui promeuvent un « revenu universel », etc. – ont fait l’objet de commentaires auxquels il ne manque pas de répondre, de livre en livre, de débats en colloques. C’est pourquoi, il me semble important d’encourager la lecture de ce court et dense texte, dont le contenu est autant un grand récit qu’un programme d’action, qui, faisable ou non, a le mérite de fournir aux courants fratricides de la gauche actuelle un cadre cohérent de mesures concrètes, autour desquelles unir leurs forces pour vaincre Macron.

Haut de page

Notes

1 Voir la recension de L’enjeu des retraites (2010) par Sébastien Petit : https://journals.openedition.org/nrt/684 ; de L’enjeu du salaire (2012) par Jean-Luc Metzger : https://journals.openedition.org/nrt/680 ; et d’Émanciper le travail (2014), par Salvatore Maugeri : https://journals.openedition.org/nrt/2227.

2 Voir la recension de L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, rédigée par Tessa Tcham, publiée dans le numéro 10 de La nouvelle revue du travail : http://journals.openedition.org/nrt/3151.

3 Pour plus de précision sur ces points, voir, dans ce même numéro, la recension du livre de Bernard Friot Le travail, enjeu des retraites (2019) : à compléter. Nous y revenons un peu plus loin.

4 Voir en particulier la recension de ce livre dans la Nouvelle Revue du Travail : https://journals.openedition.org/nrt/698.

5 Voir en particulier la recension d’une de ses livres dans la Nouvelle Revue du Travail https://journals.openedition.org/nrt/2964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Bernard Friot, Vaincre Macron, La Dispute - Snédit, 2017, 131 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7761 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7761

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search