Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions et notes de lectureBernard Friot, Le travail, enjeu ...

Recensions et notes de lecture

Bernard Friot, Le travail, enjeu des retraites, La Dispute - Snédit, 2019, 224 p.

Jean-Luc Metzger

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détail sur ces 5 chapitres, le lecteur pourra se référer à la recension de Sébastien P (...)

1Dans son dernier ouvrage, Bernard Friot reprend, à l’identique, les cinq chapitres de L’enjeu des retraites, publié en 2010, auxquels il apporte plusieurs précisions et adaptations dans une introduction de soixante pages, au titre d’inspiration baudelairienne « Invitation à un déplacement ». C’est de cette introduction dont nous allons ici essentiellement rendre compte1.

2L’auteur y défend sa conception communiste – le terme est assumé, revendiqué à de nombreuses reprises – d’une société où le travail et les travailleurs seraient libérés du pouvoir des employeurs. Ce projet de société, cet idéal vers lequel tendre, repose sur la généralisation d’un ensemble d’institutions déjà à l’œuvre mais mal comprises, mal interprétées, notamment parce qu’encore traversées d’ambiguïtés. De cet ensemble d’institutions, l’auteur en infère un principe générique commun : le salaire attaché à la personne – et non à l’emploi. Dans la société que l’auteur esquisse, ce salaire serait payé pendant toute la vie d’adulte, à partir de 18 ans, que l’on soit en emploi, au chômage, en formation ou à la retraite. Dans ce cadre, la pension de retraite serait, non un salaire différé, mais un salaire continué. C’est d’ailleurs actuellement le cas pour la plupart des régimes de retraite : le schéma page 64 illustre de façon claire la répartition – salaire continué/revenu différé –, des pensions de retraites versées en 2016 en France. Par ce rappel empiriquement fondé, l’auteur montre qu’il défend moins un projet utopique, irréalisable, que la généralisation d’un ensemble d’institutions, systématiquement remises en cause par les réformes qui, depuis les années 1970, se sont succédées pour vider de leur sens ces « conquis » de la classe ouvrière.

3En défendant une interprétation originale de l’enjeu – perpétuellement actuel – des retraites, Bernard Friot met en exergue l’importance des rapports de domination à l’œuvre, plus généralement, dans les réalités gravitant autour du travail. Et c’est toute la force de son argumentation que de proposer des perspectives englobant ce qui, le plus souvent, est présenté de façon parcellaire : le chômage des jeunes, celui des seniors, l’organisation du travail, les retraites, le marché de l’emploi, etc. Dit autrement, dans tous les thèmes qu’il aborde, l’auteur se place simultanément sur deux plans : scientifique en promouvant une perspective théorique transcendant les clivages disciplinaires et les objets de recherche ; et politique en proposant une société communiste, dans laquelle l’alternative au capitalisme est fondée sur le contrôle du travail – finalités, organisation, etc. – par les salariés.

4C’est ainsi, me semble-t-il, qu’il faut lire les passages où B. Friot dénonce les représentations dominantes – de droite comme de « gauche » – sur le « vieillissement », le rôle économique des retraités et la signification effective de la pension. Ces représentations ne caractérisent pas les effets inévitables de processus biologiques, mais le résultat aliéné et aliénant « de la désastreuse pratique capitaliste du travail, qui fait de celui-ci une réalité extérieure aux personnes, lesquelles n’y ont accès que selon l’arbitraire des détenteurs du capital » (p. 10). Autrement dit, vieillir – donc, être retraité, c’est-à-dire formellement inactif – c’est essentiellement être victime « de l’amputation d’une part essentielle de la vie : la responsabilité économique » (p. 10). C’est aussi subir le cynisme des mesures d’accompagnement supposées contribuer à compenser cette « amputation anthropologique » de la responsabilité économique, mesures assimilables à l’octroi de « lots de consolation » : il en va ainsi des incitations, apparemment bien intentionnées, à pratiquer des « activités pour lutter contre le vieillissement » (p. 10) ; ou encore de l’éloge du rôle que jouent les seniors dans les associations et les municipalités, voire dans la « transmission des compétences » (p. 11).

5Contre l’hétéronomie du travail – le travailleur ne contrôle ni les finalités de son travail, ni la manière de le réaliser, pas plus que l’échange de son produit –, contre cette forme particulière de violence faite aux salariés qui partent à la retraite en les considérant comme économiquement mineurs, les combats politiques et syndicaux ont défendu « le droit au salaire des retraités. Un salaire enfin attaché à leur personne et non pas à leur emploi » (p. 11). C’est le propre des régimes actuels de retraite par répartition. Mais, insiste l’auteur, il faut interpréter correctement la signification de cette répartition : contrairement à ce que soutiennent, par exemple, les promoteurs de la retraite universelle par points, elle ne représente pas « le revenu différé d’un stock de cotisations passées » – ce qui correspond à la pratique capitaliste du travail, auquel cas, le retraité est un improductif, un rentier – ; elle doit être envisagée comme « le salaire continué d’une pension qui remplace un salaire de référence » (p. 12). Car, le plus important n’est pas de sortir du travail – conception dominante de la retraite – mais de sortir, toute sa vie d’adulte, du marché du travail, marché sur lequel les travailleurs n’ont guère prise.

6Mais cet objectif a-t-il quelque chance d’être jamais atteint ? Quelle force, en France, pourrait porter un projet de société alternative au capitalisme, un projet qui prendrait ses racines « entre autres dans un salaire à la personne supprimant le marché du travail » (p. 15) ? Pour B. Friot, l’histoire récente des conquêtes sociales montre que les travailleurs ont su poser les bases du « remplacement du mode de production capitaliste par un mode de production où les personnes sont souveraines sur le travail » (p. 16).

7Une de ses incarnations emblématiques est l’institution, en 1946, du régime général de la Sécurité sociale, grâce à « la présence significative de ministres communistes au gouvernement et à la mobilisation des communistes de la CGT » (p. 16). En effet, jusqu’en 1945, la Sécurité sociale correspondait à une myriade de caisses assurantielles d’initiative patronale, construites à différentes échelles (branches, territoires, entreprises). Ce qui en a fait une conquête révolutionnaire, c’est « la construction du régime général, (…) régime unique, au taux de cotisation interprofessionnel unique, géré par des travailleurs » (p. 17). En cela, « le salariat » a montré sa capacité à s’instituer en « classe pour soi, consciente de ses intérêts, de sa responsabilité et de sa capacité à changer les institutions du travail » (p. 17). Cette marche émancipatrice a toutefois été entravée par une succession de réformes : la gestion du régime général par les travailleurs a été supprimée par les Ordonnances du 22 août 1967 ; le taux de cotisation a été gelé depuis la fin des années 1970 ; l’étatisation du dispositif a été engagée en 1997 par Alain Juppé.

8Un des avantages de l’instauration de ce salaire attaché à la personne, c’est qu’il permettrait d’envisager les conséquences d’une réorientation générale de l’économie – production et consommation – sans que les travailleurs des secteurs concernés – par exemple, les industries les plus polluantes ou les techniques favorisant l’obsolescence et le gaspillage – ne soient lésés et donc, ne s’opposent aux reconversions massives à envisager : le salaire attaché à leur personne leur permettrait de tenir le temps de retrouver un emploi rémunérateur dans les futurs secteurs éco-responsables. Autre avantage : le salaire attaché à la personne se traduit, pendant la retraite, par le fait que la pension est un salaire continué. Dès lors, sa revalorisation sera indexée sur l’évolution des salaires. Tandis que si l’on considère la pension comme un revenu différé, son indexation se fera sur l’évolution des prix, choix perdant pour les retraités (dû à Philippe Seguin en 1987).

9L’opposition entre les conceptions capitaliste et communiste du travail, se retrouve dans les définitions antagonistes du salaire. D’un côté, comme l’incarnent, par exemple, le SMIC, ou la rémunération à la tâche (CDD de chantier), le salaire correspond « aux besoins liés à l’exercice d’un travail concret » (p. 40), puisqu’il est basé sur le prix d’un panier de consommation. Le travailleur est d’abord envisagé comme un être de besoins. D’un autre côté, le salaire est défini en référence à une qualification, entité abstraite permettant « de dénouer le lien entre travail concret et rémunération » (p. 40), qualification portée par la personne – non cantonnée au poste – et ayant fait l’objet de négociations matérialisées par des conventions collectives. Le travailleur est alors reconnu « comme producteur de valeur, production de valeur qui n’est pas mesurée par le travail concret, par la tâche » (p. 40). C’est à la généralisation du salaire à la qualification qu’en appelle Bernard Friot, y voyant le moyen de reconnaître la contribution de chacun à la production de valeur, y compris quand nous ne travaillons pas, au sens de l’activité productive rémunérée sur le marché.

10À titre d’étape intermédiaire dans la réalisation de son projet de société, Bernard Friot suggère de prendre le contre-pied de la réforme défendue par le gouvernement d’Edouard Philippe et voulue par les forces représentées par Emmanuel Macron, réforme qui s’inscrit, nous rappelle l’auteur, dans le prolongement des recommandations du livre blanc sur les retraites de Michel Rocard, publié à la Documentation française en 1991. L’auteur soumet ainsi au débat la proposition suivante : « faire de la retraite un nouveau temps de la carrière » (p. 60), pour ceux qui le souhaitent, sans doute. Et l’auteur de préciser que le nouvel âge de l’entrée en retraite serait 50 ans. « À 50 ans, chacun, quels que soient sa durée de cotisation et son statut, (…) accède au salaire à la qualification personnelle, soit 100 % de son salaire (ou revenu) net » (p. 57). Ce salaire à la qualification, qui serait améliorable en cours de retraite, serait compris entre deux bornes : le salaire moyen (2300 € en 2015) et le double de ce montant. Des pages 57 à 61, puis dans la conclusion, B. Friot défend les avantages de sa proposition et précise les conditions de sa mise en œuvre : « alimenté par une cotisation à taux interprofessionnel unique dont l’assiette est la valeur ajoutée » (p. 57).

11Ces thèses ont fait l’objet de critiques de la part d’économistes et d’intellectuels se situant plutôt à gauche, questionnant, notamment, le mode de financement des propositions de Bernard Friot. Ce à quoi l’on peut ajouter que l’auteur ne précise pas vraiment comment seraient définies les qualifications individuelles à vie, élément central de son argument. Certes, « la qualification est l’attestation (…) de capacités transversales à plusieurs métiers » (p. 114) qui pourraient être regroupées dans un nombre limité (« six ou sept ») de conventions collectives, « pour dépasser l’émiettement conventionnel actuel » (p. 115). Le modèle de convention collective serait celui de la fonction publique, notamment parce qu’il est indépendant de la définition du poste. Mais si cette qualification personnelle vise à rendre les salariés indépendants des décisions des employeurs détenteurs de capital, ne risque-t-elle pas d’introduire une nouvelle forme de dépendance : d’une part, vis-à-vis des négociateurs qui définiront les systèmes de qualification, lesquels établiront la hiérarchie des salaires ; et d’autre part, vis-à-vis de ceux qui – les futurs employeurs –, une fois ces systèmes définis, attribueront, au cas par cas, les qualifications aux personnes ?

12En remplaçant le marché du travail – de l’emploi – capitaliste par ce qui s’apparente à un immense marché du travail interne d’extension nationale, résoudra-t-on pour autant l’apparition des dégâts liés à la recherche perpétuelle de gains de productivité ? Dit autrement, comment faire l’économie de la « disqualification permanente » (p. 123), dans une économie qui, soumise aux effets de la concurrence et des innovations technologiques, engendrera nécessairement l’obsolescence de certaines qualifications ? L’auteur ne défend-il pas une sorte de one best way dont le moteur ne serait plus la référence à une hypothétique science du management, mais la confiance, tout aussi discutable, dans la capacité d’une nouvelle élite – définissant et attribuant les qualifications personnelles – à œuvrer pour l’émancipation de tous ?

13Mais ces questions sont moins des critiques que des points à préciser, pour redonner aux individus la force de s’engager sur la réalisation de projets de société alternative.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détail sur ces 5 chapitres, le lecteur pourra se référer à la recension de Sébastien Petit dans le numéro 2 de la Nouvelle Revue du Travail : https://journals.openedition.org/nrt/684.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Bernard Friot, Le travail, enjeu des retraites, La Dispute - Snédit, 2019, 224 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7762

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search