Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions et notes de lecturePierre-Yves Gomez, L’esprit malin...

Recensions et notes de lecture

Pierre-Yves Gomez, L’esprit malin du capitalisme. Comprendre la crise qui vient, Desclée de Brouwer, 2019, 295 p.

Damien Collard

Texte intégral

  • 1 Il s’agit, selon Gomez, d’un capitalisme basé sur le principe d’accumulation et imprégné de l’idée (...)

1Dans cet ouvrage revigorant, Pierre-Yves Gomez s’attèle à déconstruire, pas à pas, ce qu’il appelle le « capitalisme spéculatif » et « l’esprit malin » qui l’anime. Au cœur de ce type de capitalisme, la spéculation est érigée en système, les choix économiques étant avant tout guidés par les promesses de performances futures. Celles-ci consistent à affirmer qu’un avenir radieux en rupture nette avec le passé est sur le point d’éclore, avec l’émergence de nouveaux produits et services, de nouvelles manières de produire, de nouvelles façons d’entrer en relation, etc. Cette dynamique économique doit conduire à une prospérité – future – qui va permettre d’absorber – sans effort – les dettes contractées pour la réaliser. Cette dialectique de la dette actuelle et de sa liquidation prochaine, grâce à un accroissement spectaculaire de la valeur créée, constitue le ressort principal du capitalisme spéculatif. Cette forme particulière du capitalisme qui, selon l’auteur, a succédé au « capitalisme accumulatif »1, a vu le jour au tournant des années 1970 avec le mouvement de financiarisation de l’économie, avant de poursuivre son développement à travers le processus de digitalisation des entreprises et de la société tout entière. L’auteur montre, de manière très convaincante, comment la financiarisation, puis la digitalisation, ont été des étapes successives du même capitalisme spéculatif, et comment elles ont progressivement offert des « relais de croyance » pour que se déploie la spéculation. Revenons sur ces deux étapes.

2L’auteur prend comme point de départ de son enquête sur la financiarisation, la réforme des fonds de pension aux États-Unis opérée par le président Ford en 1974, qui a eu pour effet de drainer une part considérable de l’épargne des retraités et futurs retraités américains vers le marché boursier, faisant d’eux des « micro-capitalistes ». D’autres pays développés – qui avaient, eux aussi, opté pour un système de retraite par capitalisation – imitèrent les Etats-Unis, ce qui provoqua un développement sans précédent des places boursières et, au bout du compte, une intégration mondiale de la finance, mais aussi et surtout une concurrence effrénée entre entreprises pour capter les ressources financières. D’où les promesses de rendement faites par les entreprises aux investisseurs pour attirer des fonds… en vue justement de tenir les promesses, ce qui provoqua un mouvement inédit de concentration des entreprises et la formation d’oligopoles. D’où, aussi, des vagues d’« innovations » successives, techniques mais aussi organisationnelles, dans un mouvement qui ne connait pas de fin, la « disruption » permanente étant la règle. D’où, enfin, l’émergence d’experts qui ont eu pour mission la transformation du travail concret en données chiffrées, en vue de rassurer les investisseurs, et le développement de la « quantophrénie », une tendance qui a très rapidement dépassé la seule sphère des entreprises cotées pour toucher quasiment toutes les organisations, privées comme publiques.

  • 2 Gomez reprend la définition du politologue James Burnham en l’élargissant. Notons que, pour Burnham (...)

3Ce mouvement n’aurait cependant pas pu voir le jour sans le travail d’une « technocratie spéculative », la « technocratie » étant « un système d’acteurs utilisant des outils techniques et qui exercent le monopole de la rationalisation légitime de la valeur des choses » (Gomez, p. 57)2. Cette technocratie spéculative constitue, selon l’auteur, un ordre qui se décompose en trois niveaux : au sommet, « l’élite spéculative », comprenant les financiers qui élaborent les stratégies de placement, les dirigeants et les directeurs financiers dans les grandes entreprises, les analystes stars, etc. ; au niveau intermédiaire, les « agents du paramétrage » qui façonnent l’économie du chiffre en déployant des classements, des normes, des dispositifs d’évaluation, etc. ; en bas, les « bureaucrates du chiffre », tels que les comptables, auditeurs, consultants en organisation, etc., qui transforment le travail concret en données chiffrées. Le mouvement de financiarisation de l’économie est donc avant tout le résultat d’un travail – celui des « travailleurs » du chiffre – et ne résulte nullement de la « main invisible » du marché.

4Mais au-delà du rôle clé joué par la technocratie dans le développement du capitalisme spéculatif, pour que celui-ci puisse se déployer plus en avant, il a fallu, selon Gomez (p. 99), que « la société entière se transforme en un humus favorable à cette forme de capitalisme ». Comment ce tour de force a-t-il été possible ? C’est la diffusion des indicateurs de performance dans la société tout entière – et de la vision qu’ils charrient – qui est en grande partie responsable de cette situation car, selon l’auteur, ces indicateurs ont procuré des normes communes pour exprimer la valeur des choses, qu’il s’agisse d’immobilier, de compétences, de santé, ou encore de relations. Le capitalisme spéculatif a ainsi engendré, dans les années 1980, un individu micro-capitaliste parfaitement adapté à l’esprit qui l’anime.

5Le principal problème, selon Gomez, est que ce type de capitalisme est instable, ne serait-ce que parce que les spéculateurs peuvent être saisis par le doute : et si les promesses des entreprises n’étaient finalement pas tenues ? C’est alors le début d’un engrenage infernal, puisque chacun vend les titres qu’ils possèdent, ce qui entraîne inexorablement une chute des cours et, in fine, des phénomènes de panique qui aboutissent au krach. Les crises peuvent être locales, ou globales, à l’instar de la crise des Subprimes qui a vu le jour aux États-Unis en septembre 2007 et qui a bien failli emporter avec elle tout le système économique et social. C’est ce qui se serait passé sans une forte intervention publique et sans le retour des promesses qui permirent d’ouvrir un nouveau cycle économique. Trois éléments majeurs permirent d’assurer le redémarrage de l’économie : la profitabilité des entreprises tout d’abord, qui ont sous-traité toutes les activités qui ne rentraient pas dans leur cœur de métier ; les perspectives ouvertes en Asie ensuite, plus précisément en Chine, qui est devenue un nouvel espace de spéculation ; un nouveau « relais de croyance » enfin, grâce à la digitalisation. De ces trois éléments, le dernier est le plus important pour l’auteur, dans la mesure où il inaugure le retour des promesses et où il véhicule une nouvelle utopie. Il faut donc s’y arrêter.

6Pierre-Yves Gomez prend soin de souligner que la digitalisation ne se résume pas à la technologie digitale. Il s’agit en fait « d’une nouvelle façon de se représenter cette technologie, non comme un moyen, mais comme un objectif économique » (Gomez, p. 135). Par ailleurs, le processus de digitalisation est spéculatif au sens où l’entend l’auteur : il est disruptif et, ce faisant, il annonce une situation économique à venir si florissante que les dettes souscrites pour soutenir les investissements dans le numérique ne compteront plus. Il s’agit donc bel et bien d’une croyance, mais cette croyance produit des effets concrets, comme la réorientation des investissements des grandes entreprises vers le numérique, sur les conseils des grands cabinets de conseil américain, ou l’émergence d’une industrie numérique proprement dite, avec le commerce électronique, les plateformes internet, les outils et les contenus numériques, les infrastructures qui les supportent, etc.

7Cette émergence s’est accompagnée d’une percée spectaculaire des entreprises du numérique – les start-ups et autres GAFA – qui sont devenues, en quelques années seulement, les vedettes du capitalisme spéculatif. Une telle digitalisation produit également des effets tangibles sur le travail individuel qui devient paradoxalement à la fois plus autonome et plus contraint : les forces de rappel permises par les outils et autres dispositifs techniques issus du numérique étant extrêmement puissantes. Elle transforme aussi la coopération au travail qui tend à devenir administrée et digitalisée. Néanmoins, pour que les promesses du numérique soient tenues, la société tout entière se devait d’entrer dans la danse, d’où l’extension du capitalisme spéculatif et du processus de numérisation à la vie quotidienne, via la participation active des clients, usagers et autres citoyens. Il s’en est suivi « l’émergence d’un espace de création de valeur marchande et de travail rémunéré au sein de la vie quotidienne jusque-là domaine du gratuit » (Gomez, p. 175). Ainsi, nous dit l’auteur, quand nous passons par le biais d’une plateforme de location entre particuliers pour proposer une chambre – l’ancienne chambre d’amis qu’il est désormais possible de valoriser –, nous effectuons un « micro-travail d’hôtelier », ce travail étant rétribué par le prix de la chambre. Mais, dans le même temps, nous sommes évalués et notés selon des standards et des normes définis par la plateforme, et donc pris dans une toile aux mailles très serrées. Cette « ubérisation » de la société n’annonce cependant pas la fin du salariat proprement dit, pour Gomez, qui rappelle à ce sujet que le travail indépendant a peu progressé dans les pays développés depuis 40 ans. Elle préfigure plutôt la fin d’une certaine économie de la gratuité. Là est l’esprit malin du capitalisme spéculatif, qui tend à se propager à l’ensemble des sphères de l’existence humaine.

8Néanmoins, des doutes persistent quant à la viabilité de ce type de capitalisme, souligne Gomez. Il en cite plusieurs : l’augmentation des inégalités et la fragilisation du tissu social qu’il génère ; la nécessité de stimuler constamment le désir du consommateur et donc de capter son attention ; la vulnérabilité des technologies numériques et des réseaux, qui peuvent être l’objet de cyberattaques, par exemple ; la prolifération des fausses informations et des rumeurs qui pourraient bien, à terme, fragiliser la démocratie ; la montée des tensions et des conflits sur la planète. Mais à tous ces doutes, « l’esprit malin du capitalisme répond méthodiquement par un mélange de réalisme, d’enthousiasme [pour le numérique], de recours à l’optimisme et à la science-fiction [via le discours sur l’homme « augmenté » et le transhumanisme], pour fonder la confiance souveraine en l’Avenir comme l’unique voie de salut » (Gomez, p. 257 et 258). Bien évidemment, le récit produit par le capitalisme spéculatif n’est qu’une fiction collective, et, pour l’auteur, même si elle influence en partie nos comportements et nos attentes, elle ne les détermine pas entièrement. Il subsiste donc du jeu, et c’est justement parce qu’il existe du jeu – c’est-à-dire un écart irréductible entre le récit mystificateur porté par ce type de capitalisme et la vie vécue par les gens ordinaires – que la résistance est possible. C’est pourquoi l’auteur en appelle à un sursaut et à la prise de parole des gens ordinaires pour battre en brèche les prétentions mystificatrices de ce récit, qui entend dire ce qu’est la vie. Raconter ce que l’on vit et se raconter pour ne plus être raconté par l’esprit malin du capitalisme spéculatif, de manière à faire émerger une myriade de récits alternatifs, telle est la voie que nous propose finalement Pierre-Yves Gomez pour sortir du tunnel, à l’issue de ce voyage passionnant dans les méandres du capitalisme contemporain.

9On peut, certes, douter que cela soit suffisant pour inverser le cours des choses, d’autant plus que Gomez lui-même décrit bien la capacité de récupération extraordinaire de tout discours alternatif par le capitalisme contemporain. Il va même jusqu’à poser l’hypothèse que le mouvement révolutionnaire a été absorbé dans l’esprit du capitalisme. Mais cette forme de résistance est sans doute un premier pas nécessaire pour ouvrir le champ des possibles. Il reste à savoir comment faire émerger ces récits alternatifs, comment permettre aux gens de s’exprimer sur leur situation, comment lever les inhibitions à la prise de parole, mais aussi quel(s) espace(s) il convient d’ouvrir au sein de la société pour favoriser l’expression des citoyens, et selon quelles modalités pratiques… Autant de questions décisives auxquelles il convient de trouver des réponses, si l’on veut vraiment ne plus être raconté par l’esprit malin du capitalisme. Cela vaut bien un autre « grand débat »…

Haut de page

Notes

1 Il s’agit, selon Gomez, d’un capitalisme basé sur le principe d’accumulation et imprégné de l’idée selon laquelle le progrès des sociétés constitue une amélioration nécessaire et continue du passé.

2 Gomez reprend la définition du politologue James Burnham en l’élargissant. Notons que, pour Burnham comme pour Gomez, la question clé n’est pas celle de la propriété des moyens de production (comme chez Marx), mais celle de la valeur de cette propriété et de la gestion des investissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Collard, « Pierre-Yves Gomez, L’esprit malin du capitalisme. Comprendre la crise qui vient, Desclée de Brouwer, 2019, 295 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7768

Haut de page

Auteur

Damien Collard

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search