Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions et notes de lecturePascal Ughetto, Les nouvelles soc...

Recensions et notes de lecture

Pascal Ughetto, Les nouvelles sociologies du travail. Introduction à la sociologie de l’activité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2018, 152 p.

Jean-Pierre Durand

Texte intégral

1Le bref ouvrage (152 pages) de Pascal Ughetto a pour projet d’instituer la sociologie de l’activité, dans ses variantes, comme un renouvellement de la sociologie du travail (chapitre 1) : d’où le titre Les nouvelles sociologies du travail. L’auteur retrace donc l’histoire de cette sociologie de l’activité qui, selon lui, se serait construite en opposition à toute la sociologie du travail, telle qu’elle s’est constituée en France et en Grande-Bretagne depuis la Seconde Guerre mondiale. À quelques exceptions près, cependant, puisqu’elle a fini pas annexer purement et simplement le Georges Friedmann du Travail en miettes (p. 116-117 du livre).

2Pour l’auteur, il s’agit de construire cette nouvelle sociologie du travail à partir des analyses de l’activité dans la relation de service, dans le travail des cadres et celui des managers. Toujours selon l’auteur, « l’ancienne » sociologie du travail étant née de l’analyse du travail ouvrier, elle s’y cantonnerait encore trop souvent ou se contenterait de transférer les « vieux » paradigmes dans les recherches sur le travail transformé par les usages des technologies numériques. Ces paradigmes dépassés relèveraient, selon Pascal Ughetto, de points de vue macrosociologiques donnant trop d’importance – sinon l’exclusivité – au « prisme salarial » (chapitre 1). Les chapitres suivants s’appliquent à démontrer cette thèse à propos des analyses de la relation de service (chapitre 2) et de la place des techniques dans les « workplaces studies » (chapitre 3), là où la sociologie de l’activité aurait renouvelé la démarche et produit des résultats novateurs. Les chapitres suivants s’attachent à établir les rapports de cette sociologie avec les disciplines voisines – psychologie, philosophie, ergonomie, etc. – : d’où la présence de tous les auteurs ayant de près ou de loin utilisé le terme d’activité dans leurs travaux. Ces auteurs ont, pour la plupart, participé aux deux manuels de sociologie de l’activité : Sociologie et activité (en 2016, chez Octarès) et L’activité en théories (en 2016, toujours chez Octarès). Dans les chapitres 4 – « Expansion ou dilution ? » – et 6 – « Des dialogues avec la sociologie du travail classique ? » –, l'auteur s’interroge sur le devenir des rapports entre cette sociologie de l’activité et les autres sociologies, prédisant l’affaiblissement sinon la disparition de ces dernières.

3Cette problématique n’est évidemment pas la nôtre et tous les paradigmes ont le droit de vivre, pourvu qu’il y ait débat.

4Or cet ouvrage n’engage pas le débat : la bibliographie fait état de moins de 5 % de références ne relevant pas de la sociologie de l’activité ou de ses ascendants... Plus encore, les autres approches sociologiques ne sont jamais présentées, développées ou discutées. Elles sont seulement accusées de parti pris reposant sur ce fameux paradigme holiste, installé à partir du « prisme salarial », avec sa déclinaison que serait la rationalisation et la prescription dans le travail. Voici, par exemple, comment l’auteur traite 70 ans de sociologie du travail dans la diversité des paradigmes utilisés et des objets traités : « Pour A. Bidet, la sociologie du travail a longtemps été marquée par l'interprétation des phénomènes de travail à travers un prisme salarial”, une lentille qui joue comme une propension à sélectionner les objets d'analyse et les problématiques illustrant les rapports conflictuels entre, d'un côté, les employeurs et ceux qui agissent en leur nom (l'encadrement) et, de l'autre, les salariés (Bidet, 2004). De fait, la sociologie du travail s'est formée, un peu avant et après la Seconde Guerre mondiale, avec l'idée que le travail est le phénomène central des sociétés industrielles et que ces dernières se définissent par les rapports sociaux qui la caractérisent et qui opposent les industriels et les ouvriers. Dans cette perspective, faire de la sociologie du travail est en quelque sorte un moyen de faire de la sociologie générale. L’objet profond est bien là, plus que dans l’examen des actes de travail » (p. 34).

  • 1 Voir Jean-Pierre Durand & Nicolas Hatzfeld, La Chaîne et Le Réseau. Peugeot-Sochaux, ambiances d'in (...)

5Ces affirmations doivent être sérieusement mises en cause, parce qu’elles sont totalement erronées : la très grande majorité des écrits de la sociologie du travail, dite traditionnelle chez Pascal Ughetto, ont analysé le travail au moins aussi finement que la sociologie de l’activité, loin de tout déterminisme social ou économique. Tous ces travaux de terrain doivent leur reconnaissance à une approche ethnographique du travail – dont la sociologie de l’activité ne saurait revendiquer le monopole – qui montre tous les ajustements et toute l’autonomie qui permettent les jeux sociaux dans le travail. Mais surtout, cette sociologie du travail, dite traditionnelle, répond à une question que la sociologie de l’activité ne se pose pas : quels sont les fondements de l’acceptation, du consentement et de l’engagement au travail des salariés et des travailleurs qui déclarent aussi que leur travail est peu intéressant, monotone, stressant et bien souvent mal rémunéré ? Pour ne prendre qu’un ouvrage qui m’est proche, je renvoie à celui publié avec Nicolas Hatzfeld sur Peugeot-Sochaux1 qui traite de l’activité de travail, sans se référer au mot, mais qui s’intéresse aux fondements de la mobilisation au travail et de ses limites.

6Dans le chapitre 2 de son livre, Pascal Ughetto aborde la relation de service comme lieu d’épanouissement de la sociologie de l’activité : nul n’en doute. Mais depuis la décennie qui a privilégié l’étude de la relation de service (1995-2005), nombre de chercheurs n’ont pas manqué de montrer que ce monopole était une bévue, car les services ne peuvent exister – sauf exception – sans leur back office. Or, le travail peut y être plus facilement rationalisé, n’en déplaise à Pascal Ughetto, que dans la relation de service elle-même, qui n’est qu’une partie de l’activité des services. On pourra, sur ce point, se référer au Corpus du n° 13 de La NRT : « Vers un capitalisme de plateforme ? » De même, pour comprendre et analyser la relation de service, on ne peut omettre de traiter sociologiquement la relation marchande entre l’offreur et le client/usager. On ne peut, non plus, omettre de prendre en compte la relation salariale ou toute autre relation de subordination avec les impératifs de rentabilité qui sont leur raison d’exister.

7La même ignorance des sociologies qui n’ont pas fait allégeance à la sociologie de l’activité traverse le chapitre 3 sur les techniques. Parmi les courants qu’ignore Pascal Ughetto, citons ceux qui, dans les années 1980, pointent l’absence de préoccupation ergonomique chez les concepteurs de logiciels ou bien encore ceux d’Alain Gras et de Victor Scardigli sur les cabines de pilotage des avions. L’argument du manque de place dans l’ouvrage, avancé par Pascal Ughetto, ne tient pas, puisqu’il propose une bibliographie de 200 références dans laquelle certain·es sociologues de l’activité sont cité·es jusqu’à 10 fois ! La rédaction d’un manuel à destination des étudiants se doit de faire partager les débats entre courants sociologiques et non d’asséner un seul point de vue.

  • 2 Philippe Brunet, De la science à l'industrie. Cellules souches embryonnaires et biotechnologies en (...)

8Le chapitre 4, qui traite de la sociologie du travail des scientifiques, met en évidence la faiblesse du nombre de recherches sur cet objet. Tout en adoptant un point de vue très Latourien, il omet une fois de plus les travaux étrangers à la logique univoque de la sociologie de l’activité, comme par exemple ceux de Philippe Brunet2. Le chapitre 5 peut être lu comme une véritable colonisation des disciplines voisines par la sociologie de l’activité : « Grâce à la sociologie de l’activité, un champ de collaboration transdisciplinaire s’est affirmé très officiellement qui repose sur un terrain, à l’origine, quasiment vierge : il s’agit des liens avec la linguistique » (p. 91). Puis c’est au tour de l’ergonomie (p. 100), de la psychologie du travail (psychodynamique, clinique de l’activité) et de la philosophie qui se trouvent annexées par la sociologie de l’activité : qu’en pensent les acteurs de ces disciplines ? Tous les travaux sérieux des sociologues du travail citent et coopèrent avec ces auteurs, sans nécessairement les enrôler dans leurs démonstrations.

9Le dernier chapitre, portant sur les rapports avec la « sociologie classique du travail », reprend le procès en déterminisme qui parcourt l’ouvrage sans démonstration aucune. Plus encore, l’auteur part en guerre contre des moulins à vent en percevant un déterminisme social dans tous les écrits (p. 119-123) de la sociologie dite traditionnelle, comme s’il s’agissait de fonder l’originalité de la sociologie de l’activité. Pascal Ughetto fait de la microsociologie le monopole de sa sociologie à propos, par exemple, de l’invisibilisation des tâches dans le travail, y compris en vidant le travail invisible de toute signification sociale, économique ou genrée : « Le thème du travail invisible est intéressant parce qu'il permet d'illustrer la frontière entre une problématique pragmatique et une problématique des rapports inégaux, voire de la domination. Car la question de l'invisibilité est des plus fréquentes dans les approches classiques de sociologie du travail. En réalité, celles-ci sont plutôt intéressées par l'invisibilisation ou la mise en invisibilité. Dans une perspective classique, le travail invisible est d'autant plus intéressant que des autorités ont le pouvoir de le rendre tel. Les études du genre appliquées au travail offrent d'innombrables exemples de cet attrait pour l'invisibilisation résultant de l'inégalité et de la domination. On a là un domaine d'application des différences de perspective entre les diverses sociologies du travail et une illustration de ce que veut dire avoir pour problématique de comprendre le travail en train de se faire. Car, dans une perspective pragmatique, il est moins question de montrer ce qui invisibilise le travail que de suggérer qu'un fonctionnement doit beaucoup à une complexité socio-technique dont tant les éléments matériels qu'humains ne sont pas toujours apparents » (p. 121). L’auteur fait ainsi semblant d’ignorer que les sociologues du travail, depuis les années 1950, ont pratiqué ce que l’on pourrait appeler l’ethnographie située pour traiter de la solidarité, des échanges de « ficelles de métier », d’entraides, de création de normes sociales locales (de production, de comportement), etc., autant d’activités et de dimensions non rémunérées du travail qui en fondent l’efficacité.

10Par ailleurs, ne pas assumer que les ressources – avec les rémunérations symboliques et financières qui en découlent – sont inégalement réparties dans les jeux autour du travail ou dans les jeux sur les règles (p. 122-123) est un parti pris que l’on ne peut guère partager. L’auteur écrit : « Par conséquent, la sociologie de l'activité substitue à une entrée par la rationalisation, la subordination et le contrôle, une tension entre l'autorité, légitimement détenue par l'employeur, d'organiser – l'employeur étant comptable de la performance productive – et le pôle de l'individu au travail et des collectifs. Ceux-ci éprouvent leur propre besoin de s'organiser afin de se sentir à même de mener leur travail à bien » (p. 124). La sociologie du travail dite traditionnelle a toujours mis en avant la satisfaction du travail bien fait chez les salariés, tout en soulignant combien ils en étaient souvent empêchés. Mais la formulation de Pascal Ughetto ne revient-elle pas à accepter l’ordre établi, y compris en déniant tout déséquilibre entre la prescription par l’employeur et l’autonomie du travailleur ? N’est-ce pas aussi un retour aux analyses de Michel Crozier sur « l’acteur et le système » ?

11Les dernières pages de l’ouvrage ne manquent pas d’étonner le lecteur. Par exemple, Pascal Ughetto compatit avec Marie Cartier sur le fait que les nouvelles sociologies tendent « parfois à s’épuiser dans la description des interactions face-à-face en les autonomisant des autres rapports sociaux dans lesquels elles s’inscrivent et en traitant les “interactants” comme des individus interchangeables » (p. 128). Cette clairvoyance est bien tardive dans l’ouvrage et donne lieu à une autocritique pleine de lucidité : « Ce qui est vrai, [...] est que [...] la “remontée” vers les dispositifs de gestion et d’organisation vers des niveaux plus généraux est une question à part entière, et que celle-ci n’a, pour l’instant donné lieu qu’à ses premiers travaux de recherche » (Idem). Ce court aveu dénote sérieusement par rapport au reste de l’ouvrage, avec ses attaques permanentes des tenants d’un mouvement dialectique de la recherche, allant du macrosocial au microsocial en s’arrêtant, de temps à autres, au niveau méso (l’entreprise).

12Autrement dit, la sociologie de l’activité n’apporte rien de nouveau dans la démarche sociologique : la plupart des sociologues du travail font de la sociologie de l’activité (ethnographie du travail et des relations dans/au travail) sans ressentir le besoin de se réclamer d’un « nouveau » concept qui n’a de nouveau que le nom et qui s’inspire de vieux paradigmes, comme celui de l’individualisme méthodologique. Ainsi, ce qui est nouveau et mérite interrogation réside dans la revendication de l’appartenance à la mouvance de l’individualisme méthodologique par l’héritage du conventionnalisme et du pragmatisme à la française. Or, la convergence de la conception de l’individu dans les théories libérales et dans les paradigmes essentiels de l’individualisme méthodologique a été maintes fois démontrée. Alors, la coïncidence entre l’émergence de la « sociologie de l’activité » et les transformations contemporaines « du travail » – toutes deux sous-tendues par la même centration sur la micro-situation et l’individu, indépendamment de toutes les autres dimensions du travail – n’est pas fortuite. La sociologie de l’activité ne gagne-t-elle pas une certaine audience au moment où triomphe l’idéologie partagée par les élites économiques et politiques, quel que soit le nom qu’on lui donne, et quels que soient les tensions qui la traversent ?

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-Pierre Durand & Nicolas Hatzfeld, La Chaîne et Le Réseau. Peugeot-Sochaux, ambiances d'intérieur, Lausanne, Page 2, 2002.

2 Philippe Brunet, De la science à l'industrie. Cellules souches embryonnaires et biotechnologies en France, Versailles, Éditions Quæ, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Pascal Ughetto, Les nouvelles sociologies du travail. Introduction à la sociologie de l’activité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2018, 152 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/7812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.7812

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search