Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Recensions et notes de lectureNathalie Lapeyre, Le nouvel âge d...

Recensions et notes de lecture

Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2019, 224 p.

Julie Landour

Texte intégral

1Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des recherches, Nathalie Lapeyre propose une réflexion stimulante sur l’égalité professionnelle dans la France contemporaine. Cette question a fait l’objet de travaux récents, principalement portés par le réseau de recherche Marché du Travail et Genre (MAGE), auquel collabore la professeure de sociologie à l’Université de Toulouse. Les travaux inauguraux du MAGE ont principalement étudié l’égalité professionnelle « par le haut », c’est-à-dire en analysant les processus de production des lois et accords en matière d’égalité professionnelle. Un constat s’en dégage : malgré la démultiplication des dispositifs, les inégalités entre les femmes et les hommes ne se réduisent que très faiblement. Plus rares sont les travaux qui donnent à voir l’égalité professionnelle « par le bas », soit depuis les expériences de ceux, et surtout de celles, qui éprouvent les inégalités sexuelles et qui, parfois, agissent pour les réduire. Le travail de Nathalie Lapeyre fait le pari de conjuguer ces deux pôles d’analyse de l’égalité professionnelle : tout en donnant à voir le cadrage de l’égalité professionnelle et sa mise en place concrète dans une entreprise aéronautique, elle livre les expériences de femmes qui y ont trouvé des opportunités pour accéder à des positions de responsabilités et ainsi agir en faveur de l’égalité au sein de l’entreprise. Si l’agency dont ces femmes font preuve n’est pas sans limite, elle permet d’envisager sous un jour plus optimiste l’égalité professionnelle, en rendant compte des conditions institutionnelles, organisationnelles, et biographiques qui la rendent parfois possible.

2Nathalie Lapeyre articule son propos en trois grands chapitres, assortis d’une introduction et d’une conclusion. L’autrice présente son ouvrage en situant d’emblée son objectif et sa démarche : donner à voir, à l’appui des récits de femmes ingénieures, cadres et techniciennes, issues de jeunes générations, comment les politiques d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes peuvent constituer de réelles opportunités pour les femmes. Ces opportunités prennent place dans une entreprise bien spécifique, Airbus : ce groupe international implanté à Toulouse constitue non seulement l’un des fleurons de l’industrie française, mais se présente également comme une pointe avancée de la technologie hexagonale. Il cumule ainsi des propriétés qui le place sous les feux des attentions, notamment politiques. Portée en symbole, tout en cherchant une main d’œuvre très qualifiée, l’entreprise Airbus a récemment mis en place une politique d’égalité active. Lapeyre y a enquêté en plusieurs phases sur cinq ans, cumulant un matériel qualitatif important : des observations ethnographiques au siège social et dans différents sites industriels toulousains, une cinquantaine d’entretiens biographiques (45 femmes et 11 hommes) et trois focus-group (voir détails p. 12).

3Le premier chapitre, intitulé « Dynamiques de féminisation dans l’industrie aéronautique », vise à présenter le contexte organisationnel dans lequel s’inscrit l’enquête. Lapeyre décrit d’abord, chiffres à l’appui, les grandes tendances de l’entreprise : elle regroupe ainsi des métiers techniques et très qualifiés, requérant des recrutements très spécialisés au sein des grandes écoles, notamment d’ingénieurs. Les personnes recrutées évoluent ensuite dans une culture d’entreprise valorisant excellence et réussite, dans des déclinaisons masculines qui structurent la gestion des carrières. Tous ces ingrédients déploient un « ordre genré inégalitaire » lisible dans les parcours des femmes rencontrées par Lapeyre tout au long de son enquête. Airbus déploie une « ségrégation sexuée, dans ses dimensions verticales et horizontales, pour l’ensemble des indicateurs qui renseignent sur les processus de différenciation sexuée au travail » (p. 33). La féminisation chez Airbus existe mais suit sept dynamiques concomitantes qui atténuent les inégalités entre les femmes et les hommes sans vraiment les subvertir : elle est centrée sur des métiers déjà féminisés ; elle met progressivement à distance la technologie, qui reste ainsi l’apanage des hommes ; elle suit des voies singulières ; elle est réversible ; elle passe par des stratégies de régulation de la mobilité interne ; elle peut engendrer un recours « désenchanté » au temp partiel long ; elle est freinée par la construction organisationnelle genrée des compétences subalternes (pp. 45-46). Cette loi de féminisation que dégage Lapeyre dans son analyse est toutefois retravaillée par les nouvelles générations de femmes ingénieures (que Lapeyre classe un peu rapidement dans le terme galvaudé de « génération Y »). Ces dernières font valoir de nouveaux atouts dans les organisations, comme des réseaux de femmes bien organisées et densément connectées. Elles revendiquent par ailleurs de nouvelles attentes, rejetant les sacrifices jusque-là exigés des femmes pour faire carrière : elles réclament ainsi la possibilité de s’accomplir professionnellement à haut niveau sans renoncer à la maternité ou à une vie de couple égalitaire. C’est ainsi un nouvel ethos professionnel que ces femmes, comme les hommes jeunes rencontrés, déclinent, mettant à distance la centralité du travail et réclamant la possibilité de pouvoir articuler le travail, la famille et les loisirs.

  • 1 Cette analyse intervient avant l’épidémie de Covid-19 et la mise à l’arrêt des activités, notamment (...)

4Le deuxième chapitre de l’ouvrage, intitulé « Politique du genre et réseau de femmes », s’intéresse plus avant à la politique d’égalité professionnelle menée au sein de l’entreprise. Lapeyre en rappelle d’abord les grandes étapes depuis les années 2000, avant de présenter les jeux d’acteurs et d’actrices qui la nourrissent et en complexifient le déploiement. Au fil des 50 ans de son histoire, Airbus est progressivement devenue un « modèle de réussite de la coopération industrielle internationale » (p. 63), faisant toutefois face à de relatives incertitudes quant à son avenir1. Alors que l’entreprise redéfinit ses activités, elle engage une transformation culturelle dans laquelle la problématique de l’inclusion et de la diversité de genre tient une place centrale. Il s’agit toutefois moins de poursuivre la justice sociale que de s’assurer des avantages concurrentiels, selon la croyance pleinement essentialisée qu’une plus grande part de femmes favorisera le changement culturel escompté. Cette politique, réinscrite préalablement dans l’histoire politique (pp. 72 à 77) et organisationnelle (pp. 78 à 88) de l’égalité professionnelle, est mise en œuvre par quatre catégories d’acteurs et d’actrices : les professionnels de ressources humaines dans l’entreprise, le réseau de femmes interne, les membres de la commission égalité professionnelle et des syndicats, et des partenaires externes qui agissent pour la mixité des formations et des métiers. Lapeyre les qualifie de « quatuor de velours » (p. 88 et suivantes), en écho à la notion de « triangle de velours » forgée par Alison Woodward (2004) concernant l’action publique en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Cette notion constitue l’un des apports majeurs du travail de Lapeyre : en décrivant tour à tour les actions de ces différents acteurs et actrices, elles donnent à voir de façon très fine comment la poursuite de buts apparemment identiques ne favorisent pas nécessairement concertation et complémentarité. Dit autrement dans le cas d’Airbus, Lapeyre observe une « certaine dés-orchestration de l’action » (p. 114), engendrant des actions fermées sur elles-mêmes, voire contradictoires les unes avec les autres. Si elles impulsent une indéniable dynamique, elles produisent des effets limités qui jamais ne transforment les normes androcentriques de l’organisation.

5Ce qui n’exclut pas toutefois, pour quelques femmes, de nouvelles opportunités d’ascension professionnelle. C’est ce dont Lapeyre témoigne dans le dernier chapitre, intitulé « L’empowerment au travail », en examinant une expérience de formation et de développement professionnel dédié aux femmes cadres. Ce dispositif, nommé GROW, visait la constitution d’un vivier de femmes à potentiel au sein de l’entreprise. Dans la continuité, les participantes ont alors forgé leurs propres réseaux et ainsi agir collectivement en faveur de l’ascension des unes et des autres. Après une description du fonctionnement de la formation, et de sa fonction « empowerante », Lapeyre nous livre trois cas permettant de comprendre la dimension transformatrice de l’expérience et la manière dont elle a doté les femmes participantes des quatre dimensions du pouvoir (pouvoir intérieur / pouvoir de / pouvoir sur / pouvoir avec p. 127). Le cas de Sandra est révélateur d’une véritable prise de conscience des règles formelles et informelles de l’organisation, la poussant à agir de manière « spectaculaire » (p. 133) en faveur de sa carrière. Mais les logiques transformatrices de l’empowerment ne sont pas qu’individualistes, comme le montre le cas de l’équipe formée par Aurélie et Lina : leur carrière ascendante repose sur « une double stratégie, en s’épaulant quotidiennement et en mettant en commun l’ensemble de leurs informations » (p. 138). Cette dimension collective est encore plus forte dans le cas de Cynthia, qui met en place à la suite de la formation de nombreuses actions visant à étayer les femmes de l’entreprise : mentorat, réunions de partage d’informations constituent autant de manière de se soutenir entre femmes, rompant ainsi avec les tactiques plus individualistes des femmes cadres des générations antérieures. La dynamique égalitaire qui infuse l’entreprise ne va toutefois pas sans difficultés et tensions : les hommes en particulier (et quelques femmes) se montrent hostiles envers les femmes qui réussissent, les obligeant à une vigilance et des ripostes permanentes, dans lesquelles l’humour joue une place majeure. Lapeyre livre des pages stimulantes sur cette compétence sociale, nécessitant une réflexivité et un travail émotionnel dont on aurait aimé savoir un peu plus, d’autant qu’il se décline également au sein des couples. Les partenaires vivent en effet régulièrement mal d’être en couple avec une « femme qui gagne » et qui voit ses revenus décoller. Les femmes apprennent alors à se censurer et à dissimuler les signes extérieurs de leur réussite. À l’issue de son analyse, Lapeyre décline trois profils idéal-typiques de femmes ingénieures, appuyés sur des cas ensuite finement analysés : les briseuses de plafond de verre, les lauréates de la politique de la diversité et les bénéficiaires de la politique du genre. Si Lapeyre se montre globalement très positives sur les opportunités individuelles qu’offre l’empowerment insufflé par Grow et sa mise en collectif des femmes, elle n’est en revanche jamais dupe de ses limites : les normes de genre restent en effet inchangées et c’est aux femmes de continuer à s’adapter à un système conçu par les hommes et pour les hommes. Elle conclut d’ailleurs sur cette note d’inachèvement et d’incertitude, tout en ouvrant une piste de recherche sur l’enjeu des corps et de la sexualité au travail, lisible par exemple autour de l’enjeu des vêtements de travail, proposant de faire de l’érotisation des corps une pénibilité genrée du travail.

6On ne peut que se réjouir de cette ouverture proposée en fin d’ouvrage, qui donne à penser sous un jour nouveau les résistances à la féminisation des professions et plus largement à la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes. Lapeyre fait partie de ses chercheur∙se∙s qui renouvellent des champs de recherche qui paraissent aporétiques, en en révélant la complexité (comme dans ses travaux sur la féminisation des médecins ou des architectes) ou en montrant, comme c’est le cas ici, les points de progression émergeants sous l’immobilisme des rapports sociaux. Si Lapeyre ne nie jamais que ces avancées concernent des femmes parmi les plus favorisées, son analyse se serait sans doute encore enrichie à l’appui des travaux les plus récents soulignant leur dimension élitiste, et le creusement des inégalités économiques et sociales qu’elles tendent parallèlement à accentuer entre les femmes. Enfin, les plus curieux∙se∙s seront sans doute un peu frustré∙e∙s concernant l’apprentissage de compétences sociales comme l’humour, le sang-froid ou l’organisation en collectifs féminins, qui paraissant décisives dans les parcours de ces femmes vers les plus hautes positions. Ce sont là de stimulantes pistes à creuser pour les travaux à venir sur la quête de l’égalité entre les femmes et les hommes, au travail comme ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Woodward Alison (2004), « Building Velvet Triangles: Gender and Informal Governance », in S. Piattoni & T. Christiansen (dir.), Informal Governance and the European Union, Cheltenham, Edward Elgar, pp. 76-93.

Haut de page

Notes

1 Cette analyse intervient avant l’épidémie de Covid-19 et la mise à l’arrêt des activités, notamment aéronautiques, qu’elle a entraînée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Landour, « Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2019, 224 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/8043 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.8043

Haut de page

Auteur

Julie Landour

Université Paris Dauphine, IRISSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search