Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Recensions et notes de lectureMichel Pialoux, Le temps d’écoute...

Recensions et notes de lecture

Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Paris, Raisons d’agir, 2019, 560 p.

Juan Sebastian Carbonell

Texte intégral

  • 1 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de S (...)

1Michel Pialoux est principalement connu pour être le co-auteur, avec Stéphane Beaud, de Retour sur la condition ouvrière1, enquête aujourd’hui devenue un classique de la sociologie des classes populaires et du travail. Le temps d’écouter se présente alors comme l’occasion de faire redécouvrir l’œuvre de Pialoux, notamment les textes, peu connus du grand public, qu’il a publiés avant son enquête sur Peugeot, ainsi que d’autres écrits jamais publiés. Chaque texte est précédé d’une courte introduction par Paul Pasquali permettant de l’inscrire dans la trajectoire sociale et intellectuelle de l’auteur. Et en effet, « laissés en friche durant plusieurs décennies, tous ces écrits sont le fruit d’un long parcours de recherche qui l’a conduit à scruter patiemment, dans toutes leurs dimensions, les métamorphoses de la condition ouvrière » (p. 9).

2La grande diversité des sujets abordés par Michel Pialoux tout au long de sa carrière pose la question de la cohérence d’une anthologie. Quelle peut être l’unité entre des recherches sur l’habitat précaire, le travail intérimaire en région parisienne ou les ouvriers de l’industrie automobile ? Au-delà de leur apparente disparité, ces analyses s’organisent autour d’une double cohérence. La première repose sur l’objet investigué : les mécanismes de domination et la structure sociale des milieux populaires. La seconde concerne la méthode employée : l’usage de l’enquête de terrain sur du temps long.

3Plusieurs textes de cette anthologie sont des articles relativement connus en France, tels que « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », publié en 1979 dans Actes de la recherche en sciences sociales, « Chronique Peugeot », publié dans la même revue en 1984, ou encore « Alcool et politique dans l'atelier. Une usine de carrosserie dans la décennie 1980 », publié en 1992 dans Genèses. D’autres sont en libre accès sur Internet aux chercheurs ou étudiants. Enfin, on y trouve des extraits issus de la thèse d’État (jamais soutenue) de Michel Pialoux, ainsi que des articles publiés dans Critiques de l’économie politique, revue à mi-chemin entre le champ scientifique et le champ politique. Il s’agit de la partie de l’œuvre de l’auteur la moins connue, celle consacrée au logement social et à la précarité, rédigés à une époque où l’on ne parlait pas encore d’« exclus », mais de « sous-prolétaires ».

4L’anthologie est divisée en deux parties. On peut lire la première partie comme une contribution à l’histoire et à la sociologie de l’habitat populaire. L’auteur montre comment les politiques urbaines favorisent la relégation sociale de familles appartenant aux fractions les plus dominées des classes populaires. En effet, comme ces familles ne peuvent plus vivre dans les anciens quartiers ouvriers « réhabilités », mais ne peuvent pas non plus accéder aux nouveaux HLM, le relogement favorise leur déracinement. Elles passent ainsi d’un habitat ancien et insalubre, mais qui offrait un « rapport relativement heureux à l’environnement social » (p. 32), à un habitat moderne, mais qui détruit les formes précédentes de lien social et de solidarité populaire. À cela s’ajoute le fait que ces familles risquent en permanence de « retomber » dans l’habitat précaire, comme les cités de transit ou les cités d’urgence, dont Pialoux retrace les origines à partir d’une histoire des politiques urbaines favorisant le mal-logement. Il montre, en particulier, que les politiques d’accession à la propriété ou aux HLM ne favorisent que les fractions supérieures des classes populaires. Les autres n’y accèdent pas, ou, lorsqu’elles y accèdent, ne peuvent y rester longtemps sans s’endetter, en raison de loyers trop élevés, même « subventionnés ». Tout l’enjeu de cette recherche est de montrer qu’il n’y a pas de définition a priori des classes populaires : leur composition évolue au gré des politiques urbaines et patronales, affectant ses divisions internes et la fragmentant en une multitude de fractions de classe.

5Ces analyses sont aussi l’occasion de revenir sur les débats théoriques et politiques des années 1970 concernant les transformations des classes populaires. On remarque que ces débats ont, somme toute, assez peu changé : déclin de la « classe ouvrière » et apparition d’un groupe d’« exclus » – les laissés pour compte de la « modernité » et du « progrès » – qui n’appartiennent pas au système de classes sociales. Ce discours sur l’exclusion n’est par ailleurs pas homogène et se décline de deux manières : d’une part, une variante « moderniste » et technocratique présente dans les administrations de l’État ; et, d’autre part, une variante « critique », présente chez les auteurs en vogue dans l’après-68 – parmi lesquels Michel Foucault, Félix Guattari et Gilles Deleuze – et qui cherche à valoriser ce que les premiers dévalorisent.

6Contre cet « air du temps » – qui s’apprête à faire ses adieux au prolétariat –, Michel Pialoux développe une analyse empirique des mécanismes socio-économiques qui provoquent une « chute » de certaines fractions de la classe ouvrière dans la pauvreté et la marginalité. Le « sous-prolétariat » ne peut donc pas être considéré comme un groupe en soi, mais plutôt comme le produit de conditions économiques, culturelles et sociales spécifiques. L’auteur met alors en évidence le travail d’unification symbolique entrepris par divers acteurs de terrain : un certain nombre d’individus disparates sont ainsi rangés dans la catégorie essentialisante d’« exclus ». Un de ces acteurs est l’association Aide à toute détresse (ATD), à laquelle Pialoux a consacré sa toute première enquête de terrain en 1967-1968. Il y analyse comment cette association contribue à définir les sous-prolétaires comme un « groupe social présentant des caractéristiques bien spécifiques, qui préexistent à toute intervention extérieure » (p. 159).

7Son célèbre article, « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », fait figure de transition vers la deuxième partie de l’ouvrage et vers la deuxième partie de la carrière du sociologue. On y voit le passage d’un moment où il s’intéresse aux mécanismes qui produisent un « sous-prolétariat » urbain, à un moment où il s’intéresse aux traits constitutifs de la condition ouvrière dans la France d’après la crise des années 1970. L’enquête collective sur les ouvriers de la région amiénoise, à laquelle il participe, à partir de 1980, aux côtés de statisticiens de l’INSEE, joue un rôle analogue dans la trajectoire du chercheur. On voit apparaître des thèmes qui lui sont chers et que l’on retrouvera dans des textes ultérieurs, tels que la « modernisation » de la production et l’introduction de nouvelles méthodes de gestion du personnel (travail en équipe, polyvalence, responsabilisation des salariés, etc.).

8Toutefois, ce passage d’un objet d’étude à un autre ne constitue pas une rupture radicale. En effet, la production de la relégation urbaine ne peut pas être pensée séparément des pratiques de recrutement dans l’industrie. En témoigne son étude des « catégories de l’entendement patronal » à Renault et Citroën dans le cadre de sa thèse d’État, le titre faisant sans doute référence à l’article « classique » de Pierre Bourdieu et de Monique de Saint-Martin sur les « catégories de l’entendement professoral », 1975. Ici, Pialoux constate que les discours des recruteurs à Renault ou Citroën ne divergent pas fondamentalement de ceux des travailleurs sociaux sur les classes populaires. Seulement, appliqué aux ouvriers du secteur automobile de la région parisienne, ce discours cherche à faire la part entre « bons » ouvriers – les ouvriers français qualifiés, ainsi que les ouvriers immigrés modestes et méritants – et « mauvais » ouvriers – les jeunes non qualifiés.

  • 2 Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et (...)

9La deuxième partie est aussi l’occasion d’introduire un changement de méthode d’exposition des données recueillies par l’enquête de terrain. On voit notamment comment Michel Pialoux met en œuvre une « approche biographique » dans l'analyse des trajectoires d’ouvriers, bien avant que cette méthode se popularise et se normalise en sociologie. Dans ce type d’analyse, l’approche biographique a une triple fonction. Elle permet de mettre en évidence les mécanismes qui mettent en rapport des dispositions sociales et des positions, ici une position dans la division du travail au sein des entreprises. Elle permet également de saisir les ajustements des agents aux différentes contraintes auxquelles ils sont soumis. Enfin, elle permet de voir comment ces agents élaborent des stratégies face à ces contraintes. Pour Pialoux, l’approche biographique a pour but de combler les manques d’une approche objectiviste en sociologie et en économie, qui se soucie exclusivement de la conjoncture économique ou politique. Une telle approche est particulièrement bien exemplifiée dans les « Chroniques Peugeot », publiées entre 1984 et 1985 dans Actes, dont la première est reproduite dans l’anthologie. Ces textes sont issus de la collaboration, à partir de 1983, entre le sociologue et Christian Corouge, ouvrier chez Peugeot-Sochaux et qui donnera lieu à plusieurs publications, dont un livre2.

10Un des principaux apports de Pialoux est d’avoir refusé une vision trop unilatérale du travail ouvrier, ainsi que le misérabilisme qui l’accompagne souvent dans divers travaux sur la condition ouvrière. L’étude des aspects quotidiens du travail ouvrier et d’objets en apparence insignifiants donnent à voir les « petits compromis permanents » (p. 384) de la vie secrète de l’atelier et qui rendent la vie à l’usine supportable. C’est le cas de l’alcool, pratique clandestine par excellence qui échappe aux discours officiels. En cela, cet objet révèle le rapport de forces, non pas entre les classes, mais le rapport de forces quotidien entre salariés, syndicats et direction. L’auteur nous montre que l’alcool est une réalité ambiguë, que l’on risque de mettre à tort du côté d’une résistance mythique, celle de la transgression de l’ordre social de l'usine. L’alcool peut certes correspondre à un geste transgressif et militant, qui peut être mis en parallèle avec le fait de tendre un tract à son contremaître, mais il peut aussi être une pratique qui, loin d’être un symbole de résistance collective, devient individuelle, soit pour tenir le rythme de l’usine, soit parce qu’elle est devenue dépendance, comme dans l’alcoolisme pathologique. Enfin, ce que nous montre cet exemple, c’est que la situation de travail ne se définit pas seulement dans le rapport technique à des dispositifs techniques médiatisés par l’encadrement. Il faut prendre en compte tout autant les conditions sociales dans lesquelles s’accomplit le travail. L’alcool est donc révélateur de ces conditions, puisqu’il met en lumière les solidarités « infrapolitiques » entre ouvriers et nous instruit sur la condition ouvrière dans et en dehors de l’usine.

11On peut lire une démarche analogue dans « L’ouvrière et le chef d’équipe, ou comment parler du travail ? » (p. 423-483), où il analyse un long entretien. En s’appuyant sur les échanges entre un chef d’équipe et une ouvrière travaillant dans une même usine de la filière automobile, Michel Pialoux montre, d'une part, les rapports différenciés au travail à partir de la position qu’occupent les agents dans la division du travail à l’usine et, d’autre part, les conditions de possibilité de l'expression de tels rapports. Comme l'explique l’introduction de Paul Pasquali à l’article, celui-ci peut être lu tout autant comme une contribution à l’étude des transformations du monde ouvrier que comme une contribution à la méthode d’enquête en sciences sociales. On y voit tout particulièrement comment l’ethnographe se saisit des opportunités, souvent imprévues, offertes par la relation d’enquête pour mieux saisir son objet. De même, on y voit les avantages d’une méthode de recueil des données qui s’apparente parfois à de l'« écoute », d’autant plus pertinente pour des individus qui ont très rarement accès à la parole dans l'espace public.

12L’intérêt de cette anthologie de textes de Michel Pialoux tient également à la mise en valeur de la trajectoire du sociologue et de la méthode d’enquête qu’il a employée tout au long de sa carrière. Cette méthode consiste, on l’a vu, d’une part, à laisser longuement la parole aux enquêtés et à dresser des sortes de « portraits ethnographiques ». Cette attention au détail ne sacrifie en rien la compréhension des grandes métamorphoses en cours de la classe ouvrière. Au contraire, prendre « le temps d’écouter » permet d’échapper aux propos réifiants sur les classes, et en premier lieu sur la classe ouvrière. Elle consiste, d’autre part, à accorder de l’attention aux conditions de l’enquête, c’est-à-dire aux conditions de prise de contact, à la relation avec les enquêtés, aux effets de la présence de l’ethnographe sur le terrain, etc.

13L’entretien à la fin de l’ouvrage est l’occasion de revenir sur la trajectoire sociale et intellectuelle de Michel Pialoux et constitue un des principaux apports de l’anthologie. Comme pour beaucoup d’autres chercheurs de sa génération, la sociologie était une discipline nouvelle, un « à-côté », avant de devenir, au fil des rencontres, une pratique scientifique et une profession. Son intégration à l’équipe de Pierre Bourdieu au Centre de Sociologie Européenne n’a rien d’évident, dans la mesure où il est un des rares chercheurs du Centre à travailler sur la condition ouvrière, dans un cadre où l’aspect symbolique de la domination est privilégié : comme il le rappelle, il a fallu attendre 1996 pour qu’un numéro d’Actes soit consacré au travail.

14Cette anthologie peut aussi être lue comme une contribution à l’histoire intellectuelle de la sociologie française à travers l’une de ses figures. Ses collaborations avec d’autres chercheurs donnent à voir une discipline en train de se faire, que ce soit : sous la forme d’articles, comme avec l’économiste Bruno Théret ou le statisticien Alain Desrosières ; en participant à des institutions, comme avec Pierre Bourdieu ou Abdelmalek Sayad au Centre de Sociologie Européen ; ou en s’engageant dans des recherches collectives, comme celles menées, notamment, avec Michel Gollac, Madeleine Lemaire, Armelle Gorgeu ou René Mathieu.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Fayard, 1999.

2 Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Sebastian Carbonell, « Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Paris, Raisons d’agir, 2019, 560 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/8048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.8048

Haut de page

Auteur

Juan Sebastian Carbonell

Gerpisa ENS Paris-Saclay, IDHES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search