Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Recensions et notes de lectureFrançois Purseigle, Geneviève Ngu...

Recensions et notes de lecture

François Purseigle, Geneviève Nguyen, Pierre Blanc, Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme, Les presses de Sciences Po, 2017, 304 p.

Isabelle Chambost

Texte intégral

1Les auteurs de cet ouvrage collectif partent d’une analyse partagée : le développement du modèle productiviste agricole, durant la seconde partie du XXe siècle, s’est accompagné du développement d’un capitalisme agricole fondé sur des structures familiales. Ces dernières se sont, pour parties, adaptées, sur la base d’exploitations plus productives, voire productivistes, faisant ainsi preuve d’une remarquable capacité de résistance. Mais que deviennent – ou sont susceptibles de devenir – ces entreprises familiales face aux enjeux actuels liés à la globalisation et à la financiarisation, au développement des biotechnologies et aux différentes formes de transitions (écologique, démographique, alimentaire et énergétique) ? Comment se situent-elles face à l’apparition de « firmes » agricoles, apparentées aux grandes firmes industrielles, mais dont les modes d’organisation et de financement sont à ce jour très peu documentés. Se caractérisant par une multiplicité d’unités de décision, un très fort niveau d’investissement financier et technologique et un recours accru au salariat, ces firmes s’inscrivent dans une palette de profils d’entreprises allant : de « la grande firme » axée sur des objectifs financiers et spéculatifs auxquels l’activité agricole est dédiée, à la « la firme de groupes », réseau/association de producteurs à la recherche de complémentarités, en passant par « la firme commerciale de production (…) s’appuyant sur de nouveaux consortiums de sous-traitants et de gestionnaires de biens, (…) ainsi que de nouvelles formes d’intégration amont » (p. 21).

2À travers une enquête interdisciplinaire et internationale, dont chaque étude se fonde sur plusieurs dizaines de cas (entretiens, observations participantes), les auteurs interrogent « les processus de recomposition des mondes agricoles à l’œuvre » (p. 14), la multiplicité des possibles en la matière dont notamment « la coexistence de différentes formes d’organisation de la production et du travail associées » (p. 14). L’ouvrage est structuré de manière disciplinaire et, pour partie, géographique. La première partie – centrée sur la zone France/Italie du Nord/Belgique, puis sur l’Indonésie et l’Afrique du Sud –, est dédiée à l’analyse sociologique et économique des firmes. La deuxième, centrée sur l’Amérique latine et péninsule arabique, est consacrée à leurs dimensions géographiques et géopolitiques et la troisième et dernière partie propose une analyse statistique pour la France. Le poids économique de ces firmes et la recomposition des mondes agricoles varient cependant, selon les différentes régions du monde : très présentes en Amérique latine, ces évolutions semblent plus récentes et moins identifiables en France par exemple. Cette recension propose donc de suivre cette ligne directrice, en soulignant en premier lieu les caractéristiques institutionnelles expliquant le développement de ce phénomène, pour ensuite retracer la manière de l’appréhender et les voies d’analyse empruntées lorsqu’il se révèle plus difficile à tracer.

3Dans le chapitre 7 qu’il consacre à « la géopolitique des reconfigurations agraires dans le monde », Pierre Blanc inscrit les évolutions actuelles dans une perspective historique, rappelant avec profit la première génération de firmes développées dans le cadre des empires coloniaux autour de la culture du thé, de l’hévéa ou des palmiers à huile. La décolonisation, alliée au contexte de la guerre froide, entrave, pour un temps, ces figures du capitalisme agraires, conduisant à un retour aux exploitations familiales et au développement de l’agriculture collectivisée. Les firmes renaîtront avec le néo-libéralisme mis en place par les États-Unis à partir des années 80, relayés par les grandes organisations internationales et la déliquescence du modèle alternatif soviétique. S’appuyant sur la doctrine des avantages comparatifs, supposée œuvrer dans le sens d’un désendettement international, l’agriculture exportatrice est valorisée, au détriment d’une agriculture d’autosuffisance. Parallèlement les États se désengagent, supprimant les subventions publiques et participant ainsi à la concentration des exploitations. Se développe ainsi une deuxième génération de firmes, financées par de nouveaux investisseurs, sur lesquelles l’étude de différents contextes nationaux et/ou régionaux apporte des éléments de réflexion concernant leurs caractéristiques, leurs modes de fonctionnement et les conséquences induites.

4Déclinant les transformations retracées par Pierre Blanc à propos de l’Amérique latine, les chapitres 5 et 6, rédigés par Martine Guibert, Samuel Frédérico, Eve Anne Bûhler et Valter Lucio de Oliveira, étudient la manière dont ces nouveaux investisseurs se saisissent du foncier et, plus largement, comment les firmes s’affranchissent de « l’ancrage » à la terre, en reconfigurant leur relation à l’espace. Outre la marchandisation du foncier – via la formation de bulles spéculatives –, la financiarisation s’opère à travers la transformation de ce dernier en un actif à exploiter. En analysant la trajectoire, sur une vingtaine d’années, de trois grandes firmes agricoles, les auteurs analysent ainsi comment les opérateurs financiers mettent en œuvre une « organisation technico-normative de l’espace » (p. 157), permettant d’adapter les résultats de l’exploitation de la terre, par essence très incertains, aux attentes des financiers en termes de performances programmées, d’un niveau élevé. Ces firmes s’appuient ainsi sur de très grandes cultures intensives – concentration d’exploitations et transformation de la forêt – et se positionnent sur les différents segments de la chaîne de valeur, notamment l’aval avec « l’agrobusiness ».

  • 1 Comme l’autorisation de semences de soja transgénique résistantes au glyphosate (p. 241).

5Elles combinent les savoirs agronomiques1 et organisationnels, mais également informatiques et aérospatiaux : relevés par drones, constitution de bases de données sur lesquelles s’appuie le pilotage, etc. Elles ont d’abord bénéficié de « l’ouverture » des années 90 – avec, comme l’analyse Olivier Antoine dans le chapitre 9, l’arrêt de politique de soutien à la production pour les petits exploitants – et du contexte porteur des années 2000 – » mesures nationales favorables, centres d’expérimentations agronomiques, d’entreprises d’agrofournitures, marchés internationaux demandeurs » –. Dans un deuxième temps, ces firmes, attrayantes pour les investisseurs, ont néanmoins dû se restructurer durant les années 2010, en raison de circonstances moins favorables : baisse des prix internationaux, aléas climatiques, taxes sur les exportations, obligation de la rotation des assolements. Leur mode de fonctionnement diffuse cependant auprès des producteurs familiaux locaux et des coopératives, hybridant leurs pratiques.

6Par ailleurs, ces firmes s’affranchissent de leur ancrage local et de « leur dépendance envers le milieu et les rythmes naturels » (p. 188), en se multi-localisant, voire en se délocalisant, et en dissociant le patrimoine foncier, le travail et le capital, grâce à des montages juridiques limitant les risques. En même temps, elles redessinent l’espace : leurs stratégies conduisent à une désertification rurale, ainsi qu’à « des reconversions difficiles de villes désarmées face à la diminution de l’emploi agricole classique » (p 197). Elles opèrent, par ailleurs, le développement de certaines villes – dites de « l’agrobusiness » –, polarisées sur les différentes vagues de cultures développées par l’agriculture moderne. Ces villes, à l’urbanisme clivant, jouent un rôle politique croissant du fait de l’engagement de certains de leurs dirigeants.

  • 2 Car rendue possible par le pompage dans les eaux de nappes fossiles.

7Le poids politique de ces firmes et leurs relations aux États – appuis et/ou rivalités – sont analysés dans la dernière partie du livre. Pierre Blanc, Olivier Antoine et Matthieu Brun étudient, notamment, dans leur chapitre respectif (7,8 et 9), la manière dont les États ont évolué dans leur stratégie de sécurité alimentaire, d’une inscription nationale, comme ce fut le cas de l’Arabie saoudite – des années 70 aux années 2000, grâce à une agriculture dite « minière2 » – à une inscription mondiale, au sein de laquelle les États hôtes ne semblent plus totalement dépourvus de pouvoir. Les investissements des firmes saoudiennes publiques ou semi-publiques, en Éthiopie par exemple, demeurent dépendants, comme le souligne Matthieu Brun, du contrôle exercé par l’État éthiopien. Cette situation est également illustrée par les investissements réalisés par la Chine en Argentine, via le conglomérat public chinois (Cofco), pour garantir son approvisionnement en soja et les accords signés, dans ce cadre, afin que l’Argentine puisse bénéficier de contreparties en termes d’infrastructures agricoles (irrigation, stockage, transport). Cependant, ces accords rappellent étrangement, comme le souligne Olivier Antoine, les accords signés entre l’Argentine et la Grande-Bretagne au XIXe siècle. Des conflits éclatent, parfois violents, suscités par la redistribution des territoires, liée à l’extension de la culture du soja et à la relégation sur des terres moins prisées des activités d’élevage.

8Comme les auteurs des chapitres 6 et 9 le soulignent, ces transformations s’accompagnent de processus d’exclusion pour les paysans expulsés et voués à la précarité, ainsi que d’importants flux migratoires inter et intra-zones. Avec le temps, s’installent cependant des formes d’hybridation, comme l’analyse, dans le chapitre 4 – » Travail précaire, travail permanent, travail indépendant » –, Stéphanie Barral à travers la question de la place du salariat. Cette étude permet de saisir comment la combinaison de différentes forces institutionnelles conduit à rebattre les cartes entre les différents statuts. Elle montre ainsi comment, dans le cadre des plantations de palmiers en Indonésie, l’abondance foncière, le déséquilibre de main d’œuvre disponible dans certaines régions et les contraintes posées par l’absence d’une prise en charge en matière de retraite, ont conduit des ouvriers, permanents et intérimaires, à acquérir progressivement des parcelles de plantation, faciles à exploiter familialement à proximité de leur activité quotidienne, en se fondant sur l’expérience acquise en tant qu’employés. Les ressources complémentaires ainsi obtenues permettent également de financer des études à leurs enfants, opérant, en l’espace de deux générations, une réelle progression sociale. L’agriculture de firme en Indonésie repose ainsi sur une « hybridation » (p. 150), au sein des organisations, entre salariés permanents et temporaires, dont la précarité varie selon les régions, et se combine, localement, avec une agriculture familiale et un fort processus d’exclusion pour les paysans chassés de leur exploitation.

9Les effets sur le travail, et dans une moindre mesure sur l’emploi, sont également étudiés en relation avec la financiarisation. Ainsi, dans le troisième chapitre intitulé « les agriculteurs commerciaux sud-africains face à l’agriculture de firmes », Antoine Ducastel et Ward Anseeuw analysent la manière dont l’arrivée, au début des années 2000, de fonds de Private Equity – favorisée par la libéralisation du secteur à partir du milieu des années 90 et par l’accélération de la concentration des exploitations qui a suivi – s’est traduite pas l’essor de « firmes ». Ces entreprises agricoles, devenues alors des « entreprises gestionnaires », sont organisées en réseau, passant contrat avec différents prestataires de services spécialisés. Leur pilotage décline les principes de gestion très court-termistes des Private Equity, axés sur un fort contrôle à distance, et qui, notamment pour la valorisation financière des activités, se diffusent par capillarité auprès des autres grandes entreprises agricoles, accentuant par là-même la financiarisation à l’œuvre. Leurs dirigeants, couples de « managers » agricoles afrikaners, changent ainsi de métier : anciens agriculteurs indépendants, menacés de déclassement en raison des dettes grevant leur exploitation, ils deviennent des salariés, réalisant un travail purement gestionnaire et dont la rémunération dépend en grande partie de l’atteinte des performances anticipées. L’analyse de leur éventuel déclassement s’arrête un peu en chemin : il aurait été intéressant de détailler les leviers sur lesquels s’appuient les fonds de Private Equity pour assurer la réalisation de taux d’investissement : recours ou non à la dette, mise en œuvre de bulles spéculatives aptes à accentuer la valorisation financière des entreprises, etc. Cela permettrait de saisir dans quelle mesure ces dirigeants sont susceptibles, via le partage des plus-values de revente, de changer ou non de statut social en (re)devenant propriétaires.

10Qu’en est-il pour les agricultures française et européenne ? Moins marquées par ces profondes évolutions institutionnelles, quel est, en leur sein, le degré de présence de ces firmes, comment ces dernières composent-elles avec la structure familiale des exploitations ? Quels sont les processus de transformation à l’œuvre et comment les catégoriser ?

11Le chapitre 10 – » Les exploitations agricoles françaises aux allures de firmes. Lecture statistique d’une nouvelle diversité » –, développé par Bruno Legagneux et Valérie Olivier-Salvagnac, répond à un constat, plusieurs fois soulevé au cours du l’ouvrage, sur la difficulté d’obtention de données statistiques ou plus largement d’informations permettant d’appréhender ces firmes. Martine Guibert et Valter Lucio de Oliveira, dans le chapitre 5 sur l’Amérique latine, font état de l’absence de communication financière et des difficultés rencontrées pour appréhender ces entités en raison de leur « plasticité », liée à la multiplicité des délégations par exemple (p. 186 et p. 179). Les auteurs de ce chapitre soulignent, pour leur part, que les statistiques existantes (françaises en l’occurrence), construites à partir des données issues des recensements agricoles, peinent également à saisir le développement des firmes.

  • 3 Production brute standard : Production potentielle par hectare ou tête d’animal, hors de toute aide

12Les auteurs proposent de rechercher des « signaux faibles » représentatifs de l’éloignement du modèle familial de base, « l’effacement de la main d’œuvre agricole familiale » (p. 279), « la dissociation du travail et de la propriété du capital » (p. 280), « l’agrandissement de la taille associé à des structures juridiques particulières » et « le développement d’activités commerciales ou de valorisation » (p. 282 et 283). Leur analyse conduit ainsi à une nouvelle typologie au sein de laquelle ces firmes, situées, en France, essentiellement dans le nord et le nord-ouest du pays, représentent « 10 % des exploitations, 28 % de l’emploi et 30 % de l’indicateur économique de référence (PBS)3, 60 % d’entre elles présentant des caractéristiques de firmes familiales (domaines agricoles encore familiaux ou atelier de production à caractère patrimonial). Cette étude met surtout en évidence les phénomènes de recomposition à l’œuvre et la manière dont ces firmes s’inscrivent dans le prolongement des caractéristiques des entreprises familiales, leur projet et leur flexibilité tout en palliant leurs limites, en termes de main d’œuvre, de capitaux et de liens politico-économiques.

13Les travaux de François Purseigle, Geneviève Nguyen, Pierre Blanc, Loïc Mazenc et Fanny Lepage, développés dans la première partie, apportent, par leurs analyses de terrains (français, italiens, belges,), des éléments explicatifs sur cette relative invisibilité dans le chapitre « Anatomie de firmes agricoles ». L’obtention de la taille critique – économie d’échelle, de gamme, poids vis-à-vis des industriels, des circuits de distribution, des politiques – est acquise via une croissance externe financière mais également relationnelle. Plus précisément, ils y parviennent en gardant de petites unités juridiques et de gestion, via la mise en place de relations contractuelles, dissociant la propriété foncière et sa gestion, et en créant des entreprises ad hoc de gestion agricole, spécialisées dans l’apport de compétences particulières, en agronomie, par exemple, ou dans la gestion du matériel agricole. Il s’opère ainsi une segmentation du travail entre : a) les propriétaires des terres qui en délèguent la gestion ; b) des sociétés de gestion, apporteuses de conseils – en stratégie, en gestion de patrimoine, en agronomie – qui font intervenir des entreprises de travaux agricoles spécialisées dans un domaine donné ; c) et des coordinateurs qui assurent l’interface entre chacun des acteurs.

14Ces prémices de formes particulières de valorisation annoncent les évolutions développées dans le deuxième chapitre sur « l’entrée de capitaux externes dans les exploitations agricoles ». Si l’achat de foncier agricole attire de nouvelles catégories d’investisseurs, issus ou non du monde agricole, des prises de participation s’opèrent également dans le capital d’entreprises agricoles, notamment lors de phases-clés que sont la transmission-installation et les différents stades de croissance. Les auteurs s’interrogent alors sur les dispositifs mis en place par les investisseurs pour réduire les risques, tout en augmentant les retours sur investissements, dans un secteur où ces derniers se révèlent traditionnellement faibles. Les mécanismes informels (confiance, pressions familiales) laissent alors la place à une structuration juridique et financière, formalisant, non seulement la gouvernance des entreprises – du fait de la dissociation entre la propriété du capital et sa gestion –, mais également l’alignement des dirigeants, non actionnaires, sur les objectifs de performance des actionnaires. Ce qui suppose, bien évidemment, un changement de perception de l’exploitation agricole : « initialement perçue comme un bien patrimonial entier, elle devient un ensemble d’actifs (…) dont la valeur patrimoniale se dilue progressivement au profit de valeurs d’usage et d’option » (p. 91 et 92). Compte tenu des changements culturels impliqués, cette évolution ne peut être, selon les auteurs, que progressive, susceptible de s’opérer selon trois idéaux-types : a) lors de l’installation d’un nouvel agriculteur ; b) lors de l’absence de reprise d’une exploitation ; c) ou sur une dizaine d’années comme résultat de différents stades de croissance.

15Ces « Belles machines » (p. 61), en forte proximité avec les évolutions des politiques publiques (p. 37), parfois pionnières en termes de politiques environnementales (p. 61), et surtout très flexibles, ne manquent pas, comme le soulignent les auteurs, de soulever des questions en termes de travail et d’emploi, d’horizons temporels pour les stratégies et le pilotage, de contrôle sur les espaces locaux, mais également de pouvoirs sur les transitions à l’œuvre, voire sur les stratégies nationales de sécurité alimentaire ou du moins de leur intérêt national. Si les chapitres précédents donnent des pistes de réflexion, renseignant sur les similitudes existantes entre les pays, mais également sur leurs particularités, l’analyse de la déclinaison européenne, voire française, de ce phénomène ouvre un véritable champ de recherche.

  • 4 Stéphanie Barral et Samuel Pinaud, « Accès à la terre et reproduction de la profession agricole. In (...)

16Cet ouvrage interdisciplinaire, particulièrement dense, offre ainsi une très belle perspective d’ensemble sur les mutations portées par le déploiement de ces firmes au niveau mondial, tout en mettant l’accent sur les particularités des contextes institutionnels. L’étude des transformations en cours entre un modèle familial et un modèle entrepreneurial et les diverses modalités d’« hybridations », soulignées plusieurs fois dans cet ouvrage, rendent en effet le phénomène aussi intéressant que difficile à saisir. Les recherches réunies dans ce recueil publié en 2017, s’articulent et complètent celles publiées, dans le présent numéro, ainsi que celles publiées dans un numéro spécial de la Revue française de Socio-économie (2017) sur « la grande transformation des logiques agricoles ». On lira, en particulier, l’article de Samuel Pinaud et de Stéphanie Barral sur les dispositifs juridico-financiers d’accès à la terre ou sur les dispositifs de financiarisation, mettant en évidence des activités quotidiennes de trading4.

17Analysant l’évolution des modèles productifs agricoles, cet ouvrage ouvre ainsi, aux plans français et européen, de riches perspectives de recherches, concernant les mutations induites par ces firmes sur l’emploi et le travail et celles qui seraient éventuellement à venir : évolution des statuts (précaires, exploitant, salariés, actionnaires de société), rémunérations, positions sociales des agriculteurs et inégalités en leur sein, changements de métiers via la montée de la tertiarisation, conséquences de la financiarisation conjuguant augmentation des performances et transfert sur le travail des risques associés.

Haut de page

Notes

1 Comme l’autorisation de semences de soja transgénique résistantes au glyphosate (p. 241).

2 Car rendue possible par le pompage dans les eaux de nappes fossiles.

3 Production brute standard : Production potentielle par hectare ou tête d’animal, hors de toute aide.

4 Stéphanie Barral et Samuel Pinaud, « Accès à la terre et reproduction de la profession agricole. Influence des circuits d’échange sur la transformation des modes de production » Revue Française de Socio-Économie, 2017/1 n° 18 | p. 77 à 99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Chambost, « François Purseigle, Geneviève Nguyen, Pierre Blanc, Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme, Les presses de Sciences Po, 2017, 304 p. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/8053 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.8053

Haut de page

Auteur

Isabelle Chambost

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search