Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Corpus - Travailler dans l'agricu...« Travailler pour soi ? » Les pet...

Corpus - Travailler dans l'agriculture

« Travailler pour soi ? » Les petits exploitants en Ukraine post-socialiste

“Working for yourself?” Small farmers in post-socialist Ukraine
¿“Trabajar para sí mismo”? Los pequeños propietarios en la Ucrania postsocialista
Pierre Deffontaines

Résumés

À partir d’une étude de cas en Ukraine, cet article explore les conditions économiques et sociales qui rendent possibles une conversion vers un travail indépendant agricole les jeunes hommes de classes populaires. De fait, la valorisation du « travail pour soi » découle non pas d’un esprit d’entreprise libéré par les réformes foncières postsocialistes, mais plutôt au regard de la détérioration des conditions de travail des salariés après la crise financière de 2008. Elle cache de nouvelles dépendances aux prix des marchés et aux petites ressources non agricoles qui rendent cette autonomie ressentie fragile. Elle suppose également l’invisibilisation du travail des femmes sur les exploitations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La majorité des personnes se revendiquant d’une activité agricole comme activité principale étant d (...)
  • 2 Voir notamment les discours d’Ivan Tomič, longtemps président de l’association : 2010, Les chemins (...)

1Dans les espaces ruraux ukrainiens, « travailler pour soi » (pracûvati dlâ sebe, en ukrainien) est une expression récurrente pour évoquer le travail à son compte en agriculture, notamment de la part de petits agriculteurs. Cette expression témoigne d’une valorisation de l’autonomie au travail, d’un certain rapport aux gains monétaires tirés de l’activité agricole et d’une défiance vis-à-vis des prélèvements fiscaux. Elle est aussi récurrente sur d’autres terrains, dans d’autres contextes légaux et administratifs d’encadrement de l’activité agricole, où l’indépendance est un véritable statut juridique. Elle est familière à qui côtoie par exemple en France les milieux agricoles ou plus généralement les travailleurs indépendants(Bessière et Gollac, 2014b ; Gros, 2017). Cette unanimité apparente des discours tendrait à valider l’idéologie libérale valorisant « l’entrepreneur », à qui il faut donner les moyens de déployer son activité et dont il faut limiter les contraintes fiscales et administratives. Elle participe à la construction d’une figure mythique du paysan, attaché à sa terre et à son indépendance. Ce thème se retrouve d’ailleurs dans les instances de représentation de la « profession agricole », comme par exemple dans le discours des associations locales et nationales d’exploitants en Ukraine1, comme l’Association des Fermiers et de Propriétaires terriens d’Ukraine (AFZU)2. Elle fait oublier les rapports sociaux qui font naître ces discours et ces revendications de l’indépendance. Elle masque en partie les inégalités entre les producteurs et leur dépendance à des ressources culturelles et économiques. Quelles conditions sociales et économiques rendent possible ce rapport au travail ? Comment « travailler pour soi » devient une activité valorisante à la fois matériellement mais aussi symboliquement dans l’espace social ?

2Le présent article répond à ces questions à partir de l’étude des petites exploitations agricoles commerciales dans les espaces ruraux ukrainiens. Cette situation est particulièrement intéressante parce que l’installation à son compte en agriculture se fait dans un contexte d’instabilité économique majeure et de crise de la société salariale depuis la fin de l’URSS en 1991. Le système productif soviétique était essentiellement basé sur le salariat. Dans l’agriculture, les exploitations socialistes – kolkhozes et sovkhozes – concentraient le capital productif et employaient la majeure partie des travailleurs ruraux, dans des activités de production et de transformation. Avec l’éclatement de l’URSS, ce système de production entre en crise. L’indice de valeur de la production des entreprises agricoles est divisé par 4 entre 1990 et 20003. Les années 2000 se caractérisent par une stabilisation économique et une reprise de la croissance, mais la crise financière de 2008 et le nouveau rebond de l’inflation en 2014 montrent sa fragilité. Les niveaux de production agricole n’atteignent pas encore aujourd’hui ce qu’ils étaient à la fin de la période soviétique.

  • 4 Ce dualisme du système de production se retrouve dans de nombreuses anciennes républiques socialist (...)
  • 5 « Exploitation personnelle paysanne » (en ukrainien, osobìste selânske gospodarstvo) est un statut (...)

3Parallèlement à cette instabilité économique, le pays connaît d’importantes réformes de son appareil productif. Les entreprises agricoles sont progressivement privatisées et, à partir du début des années 2000, le foncier agricole est distribué en propriété aux anciens travailleurs des exploitations soviétiques. Toutefois, ces réformes n’ont pas engendré une multiplication des exploitations indépendantes. Le système de production conserve un fort dualisme. D’une part de grandes exploitations désormais privées, héritières de l’infrastructure des exploitations soviétiques, cultivent plusieurs milliers d’hectares dont elles sont locataires. Ainsi plus de la moitié de la surface agricole en Ukraine est cultivée par des entreprises de plus de 1000 ha (CNSU, 2016). De l’autre, de nombreuses petites exploitations dites « domestiques » ne font pas l’objet d’une déclaration d’entreprise (Keyzer et al., 2012)4. La catégorisation « d’exploitation domestique », à la fois administrative5 et statistique, ne suffit pas à rendre compte des usages diversifiés faits des lopins (cf. encadré 1), ces petites surfaces qui jouxtent les maisons.

4Dans les travaux existants sur les espaces postsocialistes, les causes de la spécialisation commerciale de petites exploitations, comme celles du développement d’activités indépendantes, sont appréhendées par le prisme des stratégies des exploitations, opposant des ménages risk-averse vs. risk-taking ou les defensive vs. entrepreneurial strategies des petites exploitations domestiques (Burawoy et al., 2000 ; Morris, 2012 ; O’Brien et al., 2004 ; Pallot & Nefedova, 2007). La recherche présentée ici complète ces approches en étudiant le travail dans les petites exploitations agricoles, sa diversité et ce qu’il doit à la fois aux trajectoires des travailleurs et à la position sociale qu’ils occupent localement. Le développement d’une activité agricole commerciale sur des exploitations peu dotées en capitaux économiques et fonciers ne peut se comprendre sans considérer les petites inégalités matérielles entre exploitations et la division sexuelle du travail dans l’exploitation.

  • 6 L’enquête de terrain a été réalisée dans le cadre d’une recherche doctorale sur la transformation d (...)

5Cet article s’appuie principalement sur des matériaux ethnographiques recueillis dans le village de Fruktivka, dans un canton du centre de l’Ukraine auprès de petits exploitants, producteurs de fruits et baies, appartenant pour la plupart à un même milieu d’interconnaissance6. Une telle enquête permet de montrer les modes de socialisation à l’activité agricoles et de valorisation du travail indépendant en agriculture pour des travailleurs issus des classes populaires, aux trajectoires professionnelles marquées par la crise de la société salariale.

6Dans un premier temps, je montre que la valorisation d’un travail agricole « pour soi » n’est pas la simple conséquence des réformes de privatisation, qui ne remet pas en cause l’organisation du système productif centré sur les grandes entreprises agricoles. Sur le terrain étudié, c’est plutôt la dégradation des conditions d’emploi salariées, notamment après la crise de 2008, qui pousse les jeunes hommes à développer une production agricole commerciale. Dans un second temps, j’expose les conditions sociales et économiques de possibilité de ces conversions professionnelles. Ces conversions dépendent non seulement de la maîtrise de manières de produire et de vendre plus ou moins reconnues localement. Elles sont aussi relatives à la disponibilité du travail des femmes et souvent de leur revenu hors de l’exploitation pour permettre l’investissement de temps et de ressource dans le « travail pour soi » de leur conjoint.

Encadré 1 : « des exploitations commerciales paysannes », enjeux d’une identification.

  • 7 Les données disponibles pour ces exploitations sont statistiques, c’est-à-dire issues d’enquêtes dé (...)

Selon le Comité National des Statistique d’Ukraine (CNSU), les exploitations domestiques, dites « exploitations personnelles paysannes », seraient au nombre de 4,1 millions (CNSU, 2016, fig. 1.30). La surface moyenne de ces exploitations est de 1,23 ha. Seul 22,2 % d’entre-elles exploitent plus d’1 ha (2016, fig. 7.2)7. Il est impossible de distinguer plus précisément ces exploitations selon leur orientation productive et les revenus qu’elles tirent de la commercialisation de leur production, d’après les statistiques disponibles.

L’identification des exploitations agricoles commerciales, qui tirent un revenu non négligeable de leur activité productive, devient un enjeu pour les administrations locales et l’État. En témoignent les qualificatifs utilisés pour les désigner. Ils renvoient d’abord à un enjeu foncier et fiscal dans les communes rurales. Dans la presse locale, les mentions des « exploitations paysannes commerciales », des « micro-fermiers » ou encore des « producteurs de l’ombre » apparaissent dans les discours rapportés des élus locaux ou des chefs d’entreprises agricoles déclarées. Ceux-ci dénoncent le manque à gagner du sous-enregistrement des activités productives agricoles, la concurrence déloyale et les mésusages de terres. Les termes spekulâtor et de kurkul’ (kulak en russe) qui désignaient à l’époque soviétique les « paysans argentés », reviennent également, repris avec ironie par ces petits exploitants. Ce réemploi de termes très connotés renvoie à la suspicion des administrations contre les profits réalisés par cette production agricole indépendante sans création d’entreprise.

La question du classement de ces exploitations est aussi un enjeu pour les administrations et services en charge de l’encadrement des relations d’emploi, notamment les Centres d’Emploi qui versent les allocations aux chômeurs. Statistiquement, au sens de la définition du Bureau International du Travail adoptée par le CNSU, le travail dans les « exploitations personnelles paysannes » est considéré comme une forme d’emploi s’il donne lieu à une vente dans la semaine qui précède l’enquête. Cependant, ce « travail » au sens statistique ne donne pas lieu au paiement de cotisations et à l’enregistrement administratif. Il est classé dans « le secteur informel » par le CNSU. Les Centres d’emploi s’appuient alors sur des données foncières pour évaluer le caractère commercial de l’activité productive et conditionner l’accès aux droits sociaux. Être membre d’une exploitation de plus de 0,25 ha prive de la possibilité d’accéder aux droits au chômage dans le canton de l’enquête. Il est par ailleurs prévu dans la loi que des cotisations peuvent être versées par ces exploitations sur la base du volontariat.

  • 8 Par exemple, article du 3 octobre 2014, Olena Borodina, directrice du département agricole de l’Aca (...)
  • 9 Ce qu’ils soutiennent auprès de l’Association des fermiers et petits propriétaires d’Ukraine (AFZU) (...)

Des chercheuses et chercheurs de l’Académie des Sciences d’Ukraine interviennent régulièrement dans la presse pour faire mieux reconnaître ce qu’ils appellent les « exploitations fermières paysannes »8, proposant des réformes législatives pour faciliter la « formalisation » des activités productives. Pour eux, l’enjeu est à la fois celui de la régulation des marchés et celui du développement des campagnes9. Il rejoint les appels de chercheurs occidentaux à encourager la production agricole domestique dans les campagnes postsoviétiques pour lutter contre la pauvreté (O’Brien et al., 2004 ; Pallot & Nefedova, 2007).

« Travailler pour soi » : effet des trajectoires sur la perception du travail agricole

7Le développement d’une activité agricole commerciale et la revendication d’une autonomie dans le travail sont moins le reflet d’un hypothétique esprit d’entreprise prompt à se saisir d’un nouvel accès au foncier agricole après la privatisation du système productif soviétique, qu’une nécessité faite vertu face à la dégradation des conditions du travail salarié.

Une activité de production aux marges du foncier agricole

8Les activités agricoles des petites exploitations commerciales se développent en premier lieu sur les lopins de terre qui jouxtent les maisons. La distribution de ces lopins est le résultat d’un compromis entre le pouvoir soviétique et les travailleurs ruraux lors de la collectivisation des années 1930. En URSS, la loi autorisait l’exploitation de quelques ares et la possession de quelques têtes de bétail pour la consommation personnelle (Lewin, 1987). Ces lopins permettaient d’alimenter les marchés paysans, tolérés par le régime (Kerblay, 1968). Ils ont aussi joué un rôle central dans la gestion de la main-d’œuvre des kolkhozes et sovkhozes. Les services techniques proposés par les directions soviétiques et les dons d’intrants ou de semences pour les lopins faisaient alors partie intégrante des modes de rémunération des travailleurs agricoles soviétiques (Wädekin, 1973).

  • 10 Les travaux d’Alexandre Chayanov sur l’économie paysanne mettent en évidence cette logique à propos (...)
  • 11 Pluriel de paj, parcelle à destination agricole, issus de la privatisation des terres des anciens k (...)

9Aujourd’hui, ces lopins sont au centre des stratégies foncières des petites exploitations. Ils sont accessibles à l’achat et se situent au centre du bourg, contrairement aux parcelles agricoles. À Fruktivka, les investissements commerciaux sur ces parcelles concernent surtout la production de fruits : celle-ci s’accommode bien des petites surfaces des lopins et exige surtout un travail manuel saisonnier. Par exemple, Darina, 26 ans, petite productrice de fraises, de framboises et de fleurs, a planté des arbustes fruitiers avec son mari, Vitâ, remplaçant les pommes de terre et autres légumes sur le lopin de sa belle-mère. Comme elle le dit : « Il ne faut planter que ce que nous pouvons récolter ». Cette logique d’ajustement de la production à la force de travail10 explique le recours à de petites parcelles à proximité des lieux de vie. Plusieurs petits exploitants commencent de la même manière, acquérant des lopins dans le voisinage, comme Sergíj, 37 ans, dont la production de plants de pommiers et de poiriers, et celle de framboises et de mûres se répartissent sur plusieurs parcelles rachetées à des voisins. Le statut « d’Exploitation Personnelle Paysanne » autorise l’adjonction aux lopins de parcelles agricoles obtenues par privatisation du foncier agricole, les paï11. À Fruktivka, les paï représentent 2,5 ha de terres arables et une parcelle de vergers de 0,75 ha par propriétaire. Cependant, fautes de moyens de les exploiter, les parcelles de terres arables sont la plupart du temps louées à des entreprises agricoles déclarées. Seule la part de verger est parfois exploitées directement.

10Ce nouvel accès à la terre ne suffit donc pas à expliquer le développement d’une agriculture commerciale des exploitants rencontrés. D’une part, l’accès aux paï ne fait pas de celles-ci un lieu d’investissements productifs agricoles. Ces investissements éventuels dépendent en réalité du travail disponible et des ressources économiques. D’autre part, le projet de récupération des paï pour l’exploitation directe n’est envisagé que dans un second temps. Les nouveaux exploitants rencontrés ne sont pas les bénéficiaires directs des réformes foncières. Plus jeunes, ils dépendent souvent de leurs parents ou de leurs voisins âgés pour avoir accès à ces parcelles agricoles. Parmi les exploitations enquêtées, seules quelques-unes cultivent des paï plantées de pommiers ou de framboisiers. Aujourd’hui, Marína, 29 ans, cultive avec son mari, Bogdan, 2 ha de fraises et framboises sur une paj appartenant à ses parents : « Mais nous, on n’enregistre rien, parce que c’est la terre des parents, la terre de mon père et on déclare que l’on travaille ensemble et après on partage. Et à propos de la location, chez nous, c’est comme si personne ne savait. C’est la grand-mère qu’on paye une fois l’an et c’est tout. »

11Ces petits exploitants sont donc loin de l’image « d’entrepreneurs », contraints par le régime de propriété soviétique et auxquels les réformes de privatisation ouvriraient de nouvelles possibilités. Ils sont très différents des agriculteurs français par exemple, pour qui l’accumulation et la transmission du capital productif, notamment foncier, sont le cœur de la reproduction dans le temps des exploitations (Bessière & Gollac, 2014a). Ici, les petits agriculteurs sont « ceux qui commencent » (načinaûŝie, en russe) pour reprendre le terme de Vassâ, exploitant de 53 ans. Ils ne font ainsi qu’une concurrence marginale aux grandes entreprises agricoles, ce qui leur permet de continuer leurs activités sans remettre en cause « la grande maille agraire » héritée du système soviétique (Maurel, 2012). Leurs stratégies d’accumulation foncière sont limitées à l’achat d’autres lopins et à des arrangements locatifs non formalisés autour des paï. Dans ce contexte, l’intérêt pour le développement d’une activité agricole commerciale ne se comprend qu’en considérant les expériences salariées antérieures.

Le rejet des expériences de travail salariées et la valorisation du « travail pour soi »

12Sur le terrain étudié, la production de fruits dans les exploitations domestiques constitue depuis longtemps une activité destinée à la vente, contrairement à des productions de légumes ou de foin, prévues pour des consommations internes à l’exploitation. Ces activités de production sont surtout le travail des femmes, dont les conjoints sont régulièrement partis pour plusieurs mois en migration de travail vers les grandes villes. À la fin des années 2000, alors que les opportunités d’emploi à l’extérieur sont plus rares du fait de la crise financière, cette production de fruits est réinvestie par de jeunes hommes et devient l’activité principale de certaines exploitations, en temps, mais aussi en surface consacrée et en revenu espéré.

13Ainsi Darina, évoquée plus haut, décrit le retour au village en 2010 après le licenciement de son mari de l’entreprise de vente de téléphone, où il travaillait dans la ville voisine :

« Ils l’ont licencié et puis ce n’était plus rentable pour nous. Fallait payer pour l’appartement. Il ne nous restait plus rien et nous avons déménagé ici. Et après ça… Ici, les gens eux-mêmes commençaient déjà à prendre les paï [de vergers]. Et Vitâ me dit : moi aussi, je la prends. (…) Tous la prennent et moi aussi je la prends. »

14L’ensemble des exploitants rencontrés a connu une période d’activité précédant leur installation en agriculture. Cette dernière advient lors d’une rupture biographique avant de devenir un projet construit d’investissement. Comme l’exprime plus loin Darina : « Mais la vie nous a forcés à revenir ici, au secteur agricole. Vous savez, c’en est venu à ça : tu pars bosser à droite à gauche – là on paye, là on ne paye pas. ». Alors que j’interroge Vitâ, son mari, sur les risques qu’il y a à ne pas gagner suffisamment avec la production agricole, il ajoute :

« Et au travail, hein ? Y a peut-être pas de risques ? Tu travailles aujourd’hui, et pas demain. Demain ils te licencient. Y a partout du risque. »

15Contrairement à l’emploi salarié, l’activité de production et de vente rapporte quoi qu’il arrive, alors qu’on peut être « trompé » dans l’expérience salariée, se faire licencier ou ne pas être payé à la hauteur de ses attentes. Jan, rêvant de s’installer à son compte, s’exprime ainsi à propos du travail agricole :

« C'est mieux de travailler pour soi ! Tu perds ? Tu perds ! Tu es le seul responsable. Si tu amènes de l'argent à la maison, c'est à toi, de l’argent net. »

  • 12 Le salaire « brut » est parfois désigné par l’expression « argent sale » (grâznì grošì) et s’oppose (...)

16Ici, « argent net » s’oppose à l’argent dont doivent être soustraites les dépenses dues à la migration ou les retenues arbitraires sur la rémunération par un employeur avec qui l’arrangement n’était qu’en partie déclaré. De même, à l’inverse des emplois au village, le « travail pour soi » apparaît comme plus rémunérateur. Aucune taxe ne doit en être soustraite, après coup12. Comme le dit Vitâ :

  • 13 Hryvnia, monnaie ukrainienne. Au moment de l’entretien 1 euro s’échange contre 28 hryvnia. Le salai (...)

« Chez nous, au village, le salaire moyen c’est 1200, 1500 UAH13 max. Pourquoi j’irais me faire chier de 8h à 17h, tous les jours pour 1500 quand je peux gagner à peu près autant en 3 jours ? Aujourd’hui, je suis libre toute la journée. Si je veux, j’travaille un peu, 3-4 heures et c’est tout. Demain je vends et je me fais grosso modo un salaire mensuel [en une fois] »

17Dans son propos apparaît une nouvelle dimension du « travail pour soi ». Non seulement, l’activité agricole permet une meilleure maîtrise des dépenses et des gains par rapport aux situations d’emploi précaires rencontrées avant, mais elle permet également une plus grande autonomie dans l’organisation quotidienne du travail. Lors d’une conversation avec Sergìj, cité plus haut, et Anatolij, deux producteurs de plants d’arbres fruitiers d’une trentaine d’années, ce dernier explique que ce travail lui plaît : « Si je veux, je peux dormir jusqu'au déjeuner, si je veux je travaille une semaine, je me repose un mois. » et Sergìj ajoute : « [on est] soi-même son propriétaire » Les exploitants choisissent eux-mêmes leur rythme de travail, notamment dans les saisons creuses. De la même manière, Miša, 37 ans, expose : « Je travaille un jour et je suis trois jours à la maison. Je suis tranquille ».

18Sans la comparaison avec les expériences salariées précédentes de ces petits exploitants, la revendication de liberté dans le travail serait incompréhensible, étant donnée la charge que représente l’entretien de vergers ou de plants de framboisiers et les contraintes liées à l’accès aux marchés. Une grande partie des travailleurs rencontrés, comme la plupart des jeunes hommes du village, ont travaillé au début de leur carrière professionnelle en migration, dans le secteur de la construction. Sur les chantiers, les rémunérations les plus valorisées sont des paiements négociés à la tâche ou à façon, une fois le travail achevé. Elles permettent une liberté dans l’organisation du chantier et l’accélération du travail. Elles assimilent les conditions d’emploi à une relation commerciale plutôt que salariale. Cette socialisation au monde du travail a contribué à valoriser le pouvoir sur le contenu et le rythme de travail ainsi que sur ses conditions de rémunération. Les travailleurs y ont appris le goût de l’autonomie mais aussi le sens de la négociation des prix. Cependant, depuis la crise financière de 2008 l’offre de travail dans la construction se dégrade. Durant cette période, plusieurs travailleurs rapportent la baisse des prix du travail et des situations de chantiers finalement non-payés par des employeurs peu scrupuleux, comme le suggèrent les propos de Vitâ cités plus haut. Alors, ces expériences deviennent des repoussoirs au regard de la valorisation de soi dans le travail (Deffontaines, 2021).

19En cela, le « travail pour soi » en agriculture apparaît à ces travailleurs comme un idéal, une sortie honorable d’une situation de chômage, plutôt qu’un projet permis par l’accès au foncier agricole. Cependant, cette autonomie ressentie et revendiquée est fragile et relative à des ressources économiques, sociales et culturelles extérieures à l’agriculture.

Un « travail pour soi » socialement situé face aux contraintes des marchés

20Poser la question des conditions sociales de possibilité du « travail pour soi » permet de dépasser une approche centrée sur les seules motivations des agriculteurs et leurs stratégies. Cette autonomie revendiquée est très différemment distribuée en fonction de la socialisation aux techniques culturales et aux marchés des produits agricoles. De plus, elle est avant tout l’apanage des hommes et occulte en partie le travail gratuit des femmes dans l’exploitation domestique.

Manières de produire et positionnements sur les marchés

  • 14 En 2014, la production en fruits des « exploitations personnelles paysannes » représente 83,4% de l (...)

21La conversion professionnelle vers l’agriculture commerciale implique une transformation des manières de produire sur les lopins, orientées désormais vers l’optimisation des prix de vente sur des marchés différents. En procédant à une segmentation des scènes marchandes par la qualité des produits, les marchés contribuent à infléchir et hiérarchiser les pratiques agricoles et à différencier les exploitations (Deffontaines, 2019). Sur les marchés des villages environnants sont écoulés à bas prix, souvent directement par les producteurs eux-mêmes, de petits fruits, jugés de moindre qualité ou destinés à la transformation. Les fruits de bouche de meilleure tenue, fournis essentiellement par les petites exploitations commerciales14, sont vendus à meilleur prix à des intermédiaires à destination d’une clientèle plus exigeante sur les marchés urbains, de Kiev ou Odessa. Les savoirs et le savoir-faire agricoles et commerciaux des exploitants jouent alors sur leur possibilité d’écoulement, sur les marges qu’ils font et sur la relative autonomie de leur travail.

  • 15 En majorité des femmes, d’où l’usage du féminin.

22L’enquête ethnographique a permis de mettre au jour cet espace hiérarchisé des positions marchandes, où sont commercialisés des fruits et ainsi monétisés des savoir-faire différenciés. Dans cet espace, Sergíj occupe une position distinctive. Dans les réseaux d’interconnaissance, il est présenté comme une référence en matière de fruits. De fait, il montre une grande maîtrise de son exploitation et de ses choix culturaux. Il vend des fruits choisis – framboises et mûres – à des intermédiaires spécialisées15 à un prix d’achat élevé. En juillet 2016, il me présente les sortes de framboises qu’il prévoit d’abandonner et celles qu’il veut « tester ». Il expose son système pour faire des essais avec un nouveau « produit de traitement biologique », conseillé par des « amis », professionnels du monde agricole. Il tient ce type de pratique de sa socialisation au travail d’arboriculteur auprès de son père, un des rares petits fermiers déclarés locaux. Il s’est formé à la greffe et aux techniques agricoles à ses côtés. À cette socialisation précoce au travail arboricole s’associe une familiarisation aux modes de gestion de l’exploitation, d’organisation dans le temps des projets culturaux et d’expérimentations sur l’espace, même réduit, de ses parcelles.

23Les savoirs agricoles de Sergíj n’ont de valeur que parce qu’ils sont monnayables dans un espace local de relations, constituées à la fois d’échanges marchands et d’échanges de conseils et d’informations. Sergíj vend des plants d’arbres fruitiers et suit ses clients locaux par des conseils, sur la taille des arbres, leur exposition ou leur irrigation. De cette manière, il peut faire face à la concurrence des plants vendus par les grandes entreprises, plants moins chers, mais qui ne sont pas accompagnés des conseils et des garanties qu’offre l’interconnaissance. Sergíj, comme Anatolij ou Bogdan qui vend des pieds de fraisiers à d’autres producteurs du village, occupe ainsi une position de choix dans les circuits marchands. Cette position contribue à la réussite de son exploitation et à son maintien dans ce travail agricole. A la saison, Sergíj devient même employeur d’une main-d’œuvre locale pour la cueillette de ses fruits, marquant ainsi dans ces rapports salariaux une distinction sociale avec les autres petits exploitants de son voisinage qui s’emploient occasionnellement chez lui.

24La proximité avec Sergíj devient un gage de sérieux pour justifier des choix productifs. Mísa explique en quoi celle-ci a contribué à transformer son travail de production par rapport à ses parents, pour lesquels la production de fruits n’est qu’un appoint et qui vendent surtout sur des marchés locaux des fruits jugés de moins bonne qualité :

« Mísa met en place de nouvelles technologies, il me parle spontanément de méthodes de verger intensif (…). Il est proche de Sergìj, ancien camarade de classe. Il lui demande des conseils. Ils sont allés ensemble dans des séminaires qui ont lieux tous les ans. Ils ont acheté ensemble des greffons lors d’un voyage dans la région voisine. Miša s’est aussi abonné à des revues : Sadìvnictvo po-ukraïns’kij, Plantator (des journaux reconnus dans le domaine agricole). Ce sont des revues un peu chères pour ses parents qui en sont encore aux “vieilles méthodes” et qui en restent à leur Dobrij gospodar (un journal pour les jardiniers amateurs). (…) Il a eu des conflits avec ses parents qui cherchent par tous les bouts à “économiser” et ne réfléchissent pas à investir sur le long terme. A propos des framboises, il distingue : ses pieds qui sont des sortes contrôlées en laboratoire, plus chères, achetées par l’intermédiaire de Sergíj ; Et à l’inverse, ses parents ont acheté plusieurs plants chez des voisins et leur production est plus petite. Miša a ainsi des Glen Ample et des Glen Fine, sortes reconnues localement et au prix élevé, et maintenant ses parents sont intéressés. »

25Miša fait clairement apparaître dans sa description la hiérarchie des manières de produire qui suit celle des producteurs et de leurs investissements productifs. Il oppose son raisonnement tourné vers l’investissement et le choix des variétés, à la méthode de ses parents. Pour ces derniers, la production agricole ne fait pas l’objet d’investissements particuliers et doit générer le moins de dépense possible : elle n’est pas isolée de la production domestique destinée à l’autoconsommation.

  • 16 Krutât’sâ en ukrainien, littéralement pour qui « ça tourne ». L’expression désigne notamment le fai (...)

26Le long de ces relations marchandes et d’échanges de savoirs, le « travail pour soi » est valorisé comme une marque distinctive, celle de ceux qui par leur mode de gestion et leurs pratiques productives « s’en sortent »16 sur les marchés des fruits et arrivent à se tenir éloignés de conditions d’emploi dégradées. Il participe à la constitution d’un entre soi, où, malgré la concurrence commerciale, on se reconnaît comme des partenaires dignes de confiance, s’opposant à d’autres qui ne sont pas à la hauteur. Miša et Sergíj dénigrent de cette manière Jan, qui, malgré son envie d’indépendance, s’emploie localement comme homme à tout faire pour un autre producteur local. « Travailler pour soi » devient une forme d’injonction à « l’entreprise de soi », relayée ici par le groupe de pairs et non imposée par les institutions (Abdelnour, 2017). Cette injonction participe à exclure les travailleurs les moins intégrés aux circuits marchands, ce qui les tient éloignés de la formation mutuelle des producteurs aux nouvelles techniques culturales. Cela explique aussi pourquoi les ressources non-agricoles, les quelques migrations saisonnières ou les emplois salariés, qui selon la récolte et les prix sont parfois nécessaires dans l’intersaison pour faire vivre le foyer, ne soient évoquées qu’avec réticence, en fin d’entretien. Bogdan continue par exemple à partir travailler à Moscou un à deux mois par an en hiver. Cette autonomie revendiquée dans le travail des petits producteurs de fruits, à forte valeur sociale et commerciale au village dans un contexte de crise de la société salariale, est en réalité bien fragile et reste dépendant de l’économie domestique.

Le « travail pour soi » des hommes et le travail gratuit des femmes

27La possibilité pour les hommes de se consacrer à une activité indépendante agricole repose sur les ressources financières de leur foyer. Elle suppose de pouvoir progressivement distinguer un budget domestique, consacré à l’intendance quotidienne dans laquelle s’inscrivait la production domestique initiale de légumes et de fruits, et un budget destiné aux dépenses productives pour l’achat de plants ou de matériel.

  • 17 Voir sur ce point à propos de la France (Roy, 2006) ou sur la Russie postsocialiste (Ibragimova et (...)

28Les enquêtes par entretien portant sur les activités entrepreneuriales informelles dans les espaces postsoviétiques distinguent les petits entrepreneurs « orientés par la nécessité » (necessity driven) des « entrepreneurs volontaires » (willing entrepreneurs) (Williams & Round, 2009). Elles concluent notamment que les femmes sont plus souvent entrepreneuses par « nécessité » que leurs homologues masculins, en référence à leur mode de justification. Or, ce mode de justification renvoie à une division du travail dans l’espace domestique. Comme dans de nombreux espaces sociaux, les revenus des femmes sont plus souvent consacrés aux dépenses régulières et « nécessaires » de l’intendance domestique17. En développant « un travail pour soi », les hommes investissent une activité productive jusque-là menée par des femmes. Pour ces dernières, la vente des produits agricoles permettait de récolter les « petits-sous » et d’assurer l’intendance en complément du revenu d’un conjoint. Dans le prolongement de son activité d’intendance quotidienne, Nina, 43 ans, s’occupe désormais de la production de fruits, 1 ha de pommiers, 50 ares de framboises et quelques ares de fraises. Elle évoque les premières dépenses en plants de framboisiers et de fraisiers en rapport avec le paiement des études de sa fille aînée :

« On a calculé qu’il nous fallait de l’argent toute l’année. Automne, hiver nous avons payé les études avec les pommes après la récolte. Et l’été de toute façon il faut payer à nouveau et pour la résidence universitaire aussi. (…) 3500 UAH, il faut les trouver ! Nous avons planté des framboises. »

29De la même manière, les femmes rencontrées présentent régulièrement leurs activités, indépendantes ou salariées, sous l’angle de la « nécessité », voire de la « survie » du foyer dont elles ont la charge. Les classer parmi les « entrepreneurs orientés par la nécessité » contribue à masquer leur travail dans les « entreprises volontaires » de leurs conjoints.

30Les conversions des hommes à un « travail pour soi » agricole et leur capacité à en faire une valeur distinctive localement reposent sur une double invisibilisation du travail des femmes dans ces exploitations.

31En premier lieu, le « travail pour soi » des hommes se fait grâce au travail passé des femmes, accumulé sur les lopins domestiques avant la conversion agricole des conjoints. En effet, cette accumulation s’intègre d’abord dans une logique comptable domestique, permise par le travail des femmes sur l’exploitation et par l’épargne de l’argent gagné à l’extérieur. Les plantations se font au gré des entrées de « gros sous », ceux que ramènent les rémunérations des migrations des hommes. Lors d’un entretien, Surik souligne à propos d’un voisin : « Il a planté des pommiers ou des poiriers : c’est ce qu’il faut faire. C’est de l’argent mis de côté pour l’avenir. Encore 2 ou 3 ans et on va en tirer un peu [d’argent] ». Cette épargne, matérialisée dans les plants de fruitiers, passe pour une bonne manière de gérer son argent. Elle n’a pas forcément pour finalité l’installation à temps complet dans l’agriculture. Ainsi, Mihajlo, travailleur occasionnel sur les chantiers, développe un verger depuis plusieurs années, alors qu’il est employé du silo.

32Cette épargne est permise par la division du travail domestique et le fait que les besoins quotidiens soient assurés par les « petits sous » gagnés par les femmes et leur travail sur les parcelles domestiques. Anâ, 48 ans, travailleuse saisonnière dans les exploitations voisines, répète que « personne ne prend en compte [son] travail » de culture potagère ou de cuisine parce qu’il ne fait pas gagner d’argent. Cette division du travail se retrouve dans le monde agricole français, où, à l’inverse du monde ouvrier, ce sont les femmes qui prennent en charge la production potagère (Barthez, 2005). Alors, la conversion des hommes à une agriculture commerciale à partir des lopins devient une appropriation du travail des conjointes, propre au « mode de production domestique » (Delphy, 1983). Ces arrangements réduisent la dimension risquée d’une conversion vers un « travail pour soi » agricole, puisque le coût est assumé par l’épargne en nature et le travail non-compté des femmes.

33En second lieu, le « travail pour soi » des hommes n’est possible que parce qu’il suppose encore un travail gratuit d’entretien et de cueillette sur la petite exploitation commerciale. L’indépendance ressentie dans l’emploi et le fait d’évaluer les gains à l’aune de ses ventes, perçues comme de « l’argent net », supposent en effet d’omettre en partie le coût de la production, c’est-à-dire le travail non compté d’entretien et de cueillette, en large partie assumée par les femmes dans le cadre familial. En effet, la cueillette des fruits sur les lopins est assurée par les femmes et les enfants du foyer. Or, lorsque ce travail est rémunéré dans les plus grandes exploitations, le prix de cette main d’œuvre représente près du tiers du prix de vente. Même si la position différente des hommes et des femmes dans les exploitations ne revêt pas pour le moment une dimension statutaire, ces situations sont analogues à celle de nombreuses femmes d’exploitants en France, dont le travail, pourtant indispensable au fonctionnement de l’exploitation, peine à être reconnu (Barthez, 2005 ; Samak, 2017).

34Outre ce travail gratuit sur l’exploitation après la conversion commerciale d’une partie du lopin, la viabilité de ces exploitations dépend souvent de la pérennité d’arrangements budgétaires domestiques, qui permettent d’isoler une partie des revenus pour les consacrer à la production agricole. De fait, les petites exploitations commerciales s’avèrent dépendre de ressources non-agricoles au moment de l’installation, indispensables au succès de l’entreprise. Dans le même sens, Zvi Lerman et ses collègues, à partir de données statistiques sur des budgets domestiques dans les espaces ruraux russes, soulignent l’importance de la diversité des revenus des ménages et de la présence de revenus et salaires non-agricoles dans leur relative sécurité financière (Lerman et al., 2008). Dans de nombreuses petites exploitations commerciales visitées, la présence d’un salaire régulier lié à une activité stable et déclarée d’un de ses membres permet d’assurer l’intendance quotidienne. La fille de Vassâ et son gendre, qui partagent la même maison que l’exploitant, sont respectivement employés de l’école du village et d’une entreprise de transport et apportent ainsi des ressources régulières. De même, la femme de Volodâ a un poste dans le silo du village. En 2016, Darina, la femme de Vitâ, a repris à contrecœur un poste au jardin d’enfants de la commune. Elle a dû arrêter la production de fleur qu’elle destinait à la vente :

« Enquêteur : ça vous fait un revenu en plus !

Darina : un revenu, tu parles ! Ça permet à peine de couvrir les charges. »

35Ces femmes continuent à assurer par leurs revenus, considérés comme bas, l’intendance quotidienne du foyer, quand les bénéfices du « travail pour soi » agricole sont orientés vers ce qui n’est plus pensé comme une épargne, mais désormais un investissement productif : madame assure et monsieur risque. Lorsque je lui demande ce que sa femme pense de ses projets agricoles, Miša explique qu’elle n’y est pas très favorable :

« Elle ne l’encourage pas et lui propose même de retourner au travail [salarié des chemins de fer]. (…) “On en est arrivé à diviser un peu : chacun son budget.” Il décrit le salaire de sa femme comme une “petite assurance”, qui sert surtout à la nourriture. Son revenu à lui sert pour les dépenses plus importantes, en biens durables : “s’il faut acheter une télé ou quelque chose comme ça.” »

Conclusion

36L’approche ethnographique du travail productif et commercial des petits exploitants dans un village ukrainien a permis de comprendre comment le « travail pour soi » devient une forme d’activité valorisée pour les travailleurs locaux de classes populaires. Cette valorisation tient à la fois à leurs trajectoires professionnelles et à la dégradation des conditions d’emploi et de travail salarié, notamment sur les chantiers de construction. Elle contribue à hiérarchiser les manières de produire selon l’intégration dans les circuits marchands. Elle laisse dans l’ombre le travail agricole des femmes, travail gratuit ou dont les revenus sont destinés à l’assouvissement des besoins du foyer, permettant un investissement agricole plus important des conjoints.

37Au-delà du terrain étudié, la recherche présentée invite à dépasser les limites des approches dominantes centrées sur « l’esprit d’entreprise » et les stratégies individuelles de petits producteurs. Pour être comprises, les manières de produire, de vendre et de compter doivent être rapportées aux ressources économiques, foncières et surtout culturelles des exploitations, ainsi qu’à la valeur tout autant économique que symbolique espérée par les petits producteurs dans l’espace social où ils évoluent.

Annexe :

Prénoms dans le texte

Âges en 2015

Enfants

Terres

Productions principales

Débuts

Activité extérieure du ou de la

Conjoint/e

Vìtâ

(Darina)

35 ans/26 ans

Enfants (<6ans)

1 paj de verger

1 lopin

2 ha

Fraise

Fleurs

Poire

2010

Educatrice

Bogdan

(Marìna)

>30 ans

2 enfants (8 et 6 ans)

1 paj de verger

1 location

2 ha

Fraises

Framboises

2010

Aucune

Miša

35 ans

2enfants (<14ans)

1 paj

1 part sociale

Légumes

Framboises

Poires

2013

Transports ferroviaires

Sergìj

35 ans

2 enfants

(<10 ans)

4 lopins

1ha

Plants

Framboises

Mûres

2008

Design internet

Anatolij

>30 ans

3 enfants (<12ans)

n.d.

Plants

Pommes

Framboises

2012

n.d.

Oleg

(Aljona)

35-40 ans

2 enfants

(<12 ans)

1 part sociale

2 lopins

Fruits

Fleurs

Plants

2004

Saison de cueillette

Vassâ

>50 ans

3 paï

Pommes

Poires

(2000)

2010

n.d.

Nina

43 ans

2 enfants

(Fille aînée étudiante en 2015)

1 paj

6 ha (location)

1 part sociale

Framboises

Fraises

n.d.

Chauffeur agricole

Volodâ

40 ans

2 parts sociales

5 ha (location)

Fraises

Framboises

Blé

2010

Ouvrière au silo

Taras

47 ans

1 paj

1,5 ha

Framboises

Pommes

2010

Transports ferroviaires

Mihajlo

43 ans

2 enfants

(Fils cadet étudiant en 2016)

Parts sociales

Lopins

2,5 ha

Poires

Pommes

Prunes

2013

Ouvrière saisonnière en Pologne

Surik

37 ans

½ paj

1 lopin

Pommes

Fraises

Framboises

2010

(seul)

Tableau 7.1 : Ensemble des exploitations commerciales paysannes évoquées dans le chapitre.

Lecture : n.d. = non disponible ; les « parts sociales » sont des parcelles louées ou données par la commune aux limites du bourg (flèches bleues sur la carte précédente)

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour Sarah (2017), Moi, petite entreprise. Les autoentrepreneurs de l’utopie à la réalité, Paris, Presses Universitaires de France.

Barthez Alice (2005), « Devenir agricultrice : à la frontière de la vie domestique et de la profession », Économie Rurale, n° 289‑290, 30‑43.

Bessière Céline et Sibylle Gollac (2014a), « Des exploitations agricoles au travers de l’épreuve du divorce », Sociétés contemporaines, vol. 96, n° 4, 77‑108.

Bessière Céline et Sibylle Gollac (2014b), « Travailleurs indépendants », dans, Chauvin Pierre-Marie, Grossetti Michel et Pierre-Paul Zalio (dir.), Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Presses Universitaires de France, 537-550.

Burawoy Michael, Krotov Pavel et Tatyana Lytkina (2000), « Involution and Destitution in Capitalist Russia », Ethnography, vol. 1, n° 1, 43‑65.

Chayanov Alexander (1989), L’organisation de l’économie paysanne, Paris, Librairie du regard.

CNSU (2016), Сільське Господарство України / Agriculture of Ukraine, Kiev, CNSU.

Deffontaines Pierre (2021), « Au-delà de ‘l’informel’ : réputation et normes sur les chantiers de construction en Ukraine », Sociologie du travail, vol. 63, n° 1. Mise en ligne prochainement.

Deffontaines Pierre (2019), « Apprendre à vendre. Le travail marchand dans les campagnes ukrainiennes », Terrains et Travaux, vol. 34, n° 1, 47‑70.

Delphy Christine (1983), « Agriculture et travail domestique : la réponse de la bergère à Engels », Nouvelles Questions Féministes, n° 5, 2‑17.

Gros Julien (2017), « Travailleurs indépendants mais subalternes. Les rapports à l’indépendance des bûcherons non salariés. », Sociologie du travail, vol. 59, n° 4, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1405

Ibragimova Dilyara et Alya Guseva (2015), « Who Is in Charge of Family Finances in the Russian Two-Earner Households? », Journal of Family Issues, n° 38.

Kerblay Basile (1968), Les marchés paysans en URSS, Paris, Mouton.

Keyzer Michel A., Max Merbis D., Witt Rudolf, Heyets Valeriy, Borodina Olena et Ihor Prokopa (2012), Farming and Rural Development in Ukraine: Making Dualisation Work, Joint Research Center Scientific and Policy Reports, European Commission, Luxembourg.

Lerman Zvi, Eugenia Serova et Dmitry Zvyagintsev (2008), « Diversification of Rural Incomes and Non-Farm Rural Employment: Survey Evidence from Russia », Journal of Peasant Studies, vol. 35, n° 1, 60‑79.

Lewin Moshe (1987), La formation du système soviétique, Paris, Gallimard.

Maurel Marie-Claude (2012), « La Grande maille agraire en Europe centrale : un invariant spatiotemporel ? », Études rurales, vol. 190, n° 2, 25‑47.

Morris Jeremy (2012), « Unruly Entrepreneurs: Russian Worker Responses to Insecure Formal Employment », Global Labour Journal, vol. 3, n° 2, 217‑236.

O’Brien David, Patsiorkovsky Valeri et Stephen Wegren (2004), « Poverty and Adaptation in Rural Russia », Journal of Peasant Studies, vol. 31, n° 3‑4, 457‑488.

Pallot Judith et Tatyana Nefedova (2007), Russia’s Unknown Agriculture: Household Production in Post-communist Russia, Oxford, Oxford University Press.

Roy Delphine (2006), « L’argent du ‘Ménage’, qui paie quoi ? », Travail, genre et sociétés, vol. 15, n° 1.

Samak Madlyne (2017), « Le prix du ‘retour’ chez les agriculteurs ‘néo-ruraux’ : Travail en couple et travail invisible des femmes », Travail et emploi, n° 150.

Sencébé Yannick et Anne Rivière-honegger (2018), « Les gouvernances plurielles de la terre », Etudes Rurales, vol. 201, n° 1, 8‑25.

Wädekin Karl-Eugen (1973), « Le secteur privé dans l’agriculture soviétique », Revue de l’Est, vol. 4, n° 2, 83‑105.

Williams Colin C. et John Round (2009), « Explaining Participation in Off-the-books Entrepreneurship in Ukraine: A Gendered Evaluation », International Entrepreneurship and Management Journal, vol. 5, n° 4, 497‑513.

Haut de page

Notes

1 La majorité des personnes se revendiquant d’une activité agricole comme activité principale étant des hommes, notamment en Ukraine, je conserve le masculin dans le texte.

2 Voir notamment les discours d’Ivan Tomič, longtemps président de l’association : 2010, Les chemins tortueux d’un fermier ukrainien. 20 années du mouvement paysan (en ukrainien) AFZU.

3 D’après les données du Comité National des Statistique d’Ukraine (CNSU) : http://www.ukrstat.gov.ua/. Ces données sont à considérer avec précaution parce qu’elles traduisent en partie une sous-déclaration accrue des activités de production sur la période.

4 Ce dualisme du système de production se retrouve dans de nombreuses anciennes républiques socialistes et dans des pays qui ont connu une économie de plantations ou des phénomènes de concentration des droits fonciers (Sencébé & Rivière-honegger, 2018).

5 « Exploitation personnelle paysanne » (en ukrainien, osobìste selânske gospodarstvo) est un statut juridique (Voir la loi : Loi n°29, Art. 232, Bulletin Officiel 2003 : http://zakon1.rada.gov.ua/laws/show/742-15). Ce cadre juridique hérité de la période soviétique se retrouve en Russie à travers la loi sur les ličnoe podsobnoe hozâjstvo.

6 L’enquête de terrain a été réalisée dans le cadre d’une recherche doctorale sur la transformation des marchés dans les espaces ruraux ukrainiens après la fin de l’URSS. Elle a duré plus de 9 mois entre 2014 et 2018. Une cinquantaine d’exploitations a ainsi été visitée. Les matériaux cités proviennent des entretiens et carnets de terrain issus de l’enquête.

7 Les données disponibles pour ces exploitations sont statistiques, c’est-à-dire issues d’enquêtes déclaratives réalisées par des services dédiés, et non comptables, contrairement aux données concernant les entreprises déclarées.

8 Par exemple, article du 3 octobre 2014, Olena Borodina, directrice du département agricole de l’Académie de Sciences d’Ukraine, dans le journal Dzerkalo Tižnâ : « Les Exploitations fermières familiales : problèmes de formalisation ». http://gazeta.dt.ua/ariculture/simeyni-fermerski-gospodarstva-problemi-formalizaciyi-_.html, Accès le 30/08/2019

9 Ce qu’ils soutiennent auprès de l’Association des fermiers et petits propriétaires d’Ukraine (AFZU), par exemple lors de la table ronde : « Coopération de l’État et de la société civile dans le soutien au développement de l’exploitation familiale et du village en Ukraine. », 01/12/2015.

10 Les travaux d’Alexandre Chayanov sur l’économie paysanne mettent en évidence cette logique à propos de la même région au début du XXème siècle (1989).

11 Pluriel de paj, parcelle à destination agricole, issus de la privatisation des terres des anciens kolkhozes et sovkhozes de période soviétique.

12 Le salaire « brut » est parfois désigné par l’expression « argent sale » (grâznì grošì) et s’oppose alors littéralement à « l’argent propre » (čistì grošì).

13 Hryvnia, monnaie ukrainienne. Au moment de l’entretien 1 euro s’échange contre 28 hryvnia. Le salaire que Vitâ utilise comme référence est le salaire des fonctionnaires du village, qu’il connaît parce que sa femme a travaillé pour des remplacements au jardin d’enfant.

14 En 2014, la production en fruits des « exploitations personnelles paysannes » représente 83,4% de la production totale en Ukraine (CNSU, 2016).

15 En majorité des femmes, d’où l’usage du féminin.

16 Krutât’sâ en ukrainien, littéralement pour qui « ça tourne ». L’expression désigne notamment le fait de réinvestir une partie des gains et d’aller de l’avant.

17 Voir sur ce point à propos de la France (Roy, 2006) ou sur la Russie postsocialiste (Ibragimova et Guseva, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Deffontaines, « « Travailler pour soi ? » Les petits exploitants en Ukraine post-socialiste »La nouvelle revue du travail [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/8340 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.8340

Haut de page

Auteur

Pierre Deffontaines

Agrosup Dijon, laboratoire CESAER

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search