Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18VariaL’encodage de la force de travail...

Varia

L’encodage de la force de travail : quand des logiciels orientent les chômeurs en Allemagne et en France

Encoding the workforce: when jobseekers in Germany and France are guided by the software they find
La codificación de la fuerza de trabajo: cuando los softwares orientan a los desempleados en Alemania y en Francia
Hadrien Clouet

Résumés

Au sein des services publics d’emploi allemand et français, l’Agence fédérale du travail et Pôle emploi, la recherche d’offres par les usagers est largement dématérialisée. Ces derniers se connectent sur des moteurs de recherche institutionnels, y reportent leurs vœux d’emploi et génèrent ainsi des listes d’offres, par proximité décroissante. Or, ces outils ne sont pas neutres : les filtres de classement intégrés y circonscrivent les opportunités accessibles et évitables, par exemple en matière de temps d’emploi et de salaires. A partir d’une enquête ethnographique, cet article montre que le logiciel français (SDR) expose ses utilisateurs aux offres à rythmes ou horaires irréguliers, tandis que le logiciel allemand (VerBis) les expose au temps partiel et aux bas salaires.

Haut de page

Texte intégral

1En Allemagne comme en France, le service public d’emploi a connu une informatisation de masse depuis les années 1970. Désormais, chaque poste de travail est équipé d’un ordinateur, qu’utilisent les conseillers lorsqu’ils sont seuls afin d’observer les dernières offres collectées, ou qu’ils mobilisent lors de la réception d’usagers pour naviguer en leur compagnie parmi les emplois vacants. En outre, les espaces de réception du public comportent également des postes en accès libre, à disposition des usagers qui souhaiteraient prospecter en ligne, parmi les offres du service public d’emploi.

2Ainsi, la recherche d’emploi est devenue un acte numérisé, qui requiert de se connecter à Internet, puis d’utiliser des moteurs de recherche spécifiques1, grâce auxquels accéder à des bases de données (Bahnmüller, Faust, 1992 ; Pillon, 2015). Une fois sur le site, les utilisateurs saisissent différents critères pour lancer une recherche. Ils sélectionnent ensuite ce qui leur convient au sein de la liste générée automatiquement par le logiciel assurant la liaison entre le moteur de recherche et la base de données – le SDR à Pôle emploi, le VerBis à l’Agence fédérale du travail allemande. Cette opération repose sur des investissements de forme, conduits par les développeurs des logiciels, qui stabilisent un langage de mise en équivalence, commun aux offreurs et aux demandeurs (Thévenot, 1986). Un tel langage repose sur des catégories (comme la durée hebdomadaire) et des modalités (par exemple « temps plein » ou « mi-temps »). Ainsi, par exemple, un employeur qui cherche un salarié à temps partiel et un chômeur qui cherche un emploi à temps partiel via le moteur de recherche apparaissent dans les résultats de leur recherche respective.

3Mais les moteurs de recherche ne sont pas des outils neutres de rapprochement des offres et des demandes. Au contraire, ils représentent des filtres, apposés sur les choix respectifs des offreurs et des demandeurs. Ils construisent le champ des emplois accessibles ou inaccessibles aux usagers : certaines aspirations correspondent à une case proposée par le moteur de recherche, tandis que d’autres sont impossibles à reporter dans cette interface. Loin de simplement favoriser la circulation de la force de travail, ils en régulent les termes et la valeur, intervenant directement dans les rapports capital-travail. Cette régulation – et ses contradictions – a été largement étudiée sur le plan de l’assurance-chômage, qui fournit un salaire de subsistance aux chômeurs en même temps qu’elle les enjoint de cotiser en acceptant des emplois et, ainsi garantit une main-d’œuvre disponible aux employeurs (Cuneo, 1980 ; Offe, 1984), ou sur le plan du placement, qui place les offres patronales sous la surveillance des conseillers en même temps qu’elle impose certaines reprises d’emploi via les politiques dites « d’activation » (Lavitry, 2015 ; Sowa et al., 2015). L’article réintroduit donc la question des outils informatiques dans la régulation, en tant qu’instruments d’arbitrage entre capital et travail.

4Ainsi, cet article montre comment des moteurs de recherche du service public d’emploi, dédiés à l’appariement des offres et des demandes, représentent aussi des formes discrètes de régulation du capitalisme. Pour cela, nous employons une stratégie comparative, entre la France et l’Allemagne, particulièrement apte à dénaturaliser des instruments aux missions semblables. A partir de l’exemple des temporalités d’emploi et des salaires, inégalement accessibles selon que les chômeurs emploient les moteurs de recherche d’appariement de Pôle emploi ou de l’Agence fédérale du travail, nous soulignons que chaque interface numérique oriente les rapports capital-travail dans une direction singulière. Elles circonscrivent en effet les durées, les rythmes, les horaires et le prix de la force de travail des chômeurs. Pour l’étudier, nous mobilisons le matériau issu d’une enquête ethnographique au sein de quatre agences pour l’emploi, en Allemagne et en France (encadré 1).

Encadré 1 : Méthodologie

Mis en œuvre dans le cadre d’une thèse de doctorat, le mode d’enquête principal a consisté en une observation au sein de quatre agences pour l’emploi, dans trois organismes différents. En France, les agents de Pôle emploi assument l’activité d’inscription, d’intermédiation et d’indemnisation des demandeurs d’emploi. Nous avons conduit une immersion de six mois dans deux de ces agences (en 2014, de janvier à juillet dans l’un, de février à août dans l’autre, à temps partiel), l’une située dans une commune des Yvelines, l’autre dans une commune de Seine-Saint-Denis. En Allemagne, en revanche, la prise en charge des chômeurs est segmentée entre deux réseaux. Le premier correspond à des agences du travail (Arbeitsagentur), où les chômeurs éligibles à l’assurance-chômage – des individus qui ont cotisé au moins 12 mois dans les 24 mois précédents – sont pris en charge. Le second réseau regroupe des Jobcenter. Il accueille les chômeurs qui ne bénéficient pas de l’assurance chômage (n’ayant pas assez cotisé ou ayant épuisé leurs droits à l’assurance chômage) et reçoivent une assistance générique forfaitaire, indépendante des derniers salaires et sous condition de ressources. Nous sommes demeurés deux mois dans une Arbeitsagentur et un Jobcenter mitoyens (novembre et décembre 2015, à temps plein). Munis d’un badge de l’agence et libre de nos mouvements, nous avons siégé aux côtés des conseillers, équipé de carnets de notes pour retranscrire l’intégralité des propos entendus.

Nous mobilisons pour cet article notre matériau d’observation, soit le verbatim et la description de 309 entretiens, entre des conseillers et les chômeurs qu’ils accompagnent. Au total, nous avons suivi 16 conseillers de l’agence Pôle emploi de Seine-Saint-Denis, 13 conseillers de l’agence Pôle emploi des Yvelines, 16 conseillers de l’Arbeitsagentur et 13 du Jobcenter.

5Le choix de retenir les temporalités et les salaires comme les deux dimensions clef des emplois a une double justification. D’abord, ces deux enjeux constituent le sujet de discussion le plus courant entre conseillers et chômeurs dans nos observations. Ensuite, les temporalités étaient au cœur de l’enquête de thèse, qui concernait la diffusion des offres à temps partiel dans le service public d’emploi, et occupent logiquement une place centrale dans le matériau récolté. Notre enquête plaide donc pour connecter les conflits capital-travail aux transactions administratives. Elle actualise le périmètre des conflits capitalistes, en y incluant plusieurs millions d’individus qui négocient leur force de travail en-dehors de l’emprise directe des entreprises et du marché, en l’occurrence au sein d’administrations publiques. Cette association écarte l’opposition factice entre « État » et « capitalisme » ou « bureaucratie » et « marché » (François, 2010) pour décrire au contraire la manière dont les arrangements de guichet structurent des marchés (Sigalo Santos, 2018), en l’occurrence le marché de l’emploi. À côté de l’ordre social, de l’ordre institutionnel et de l’ordre de l’interaction (Dubois, 2012a), les échanges aux guichets de l’État social influencent aussi l’ordre économique.

6Les résultats qui suivent mettent donc au jour la normativité des systèmes informatiques d’encodage (Bowker et al., 2010) dans l’intermédiation publique, qui distribuent aux utilisateurs des capacité inégales à faire valoir leurs vœux d’emploi. Après un retour sur l’organisation des échanges au cours desquels sont discutées les offres et des demandes d’emploi (1), nous pointons comment les conflits temporels et salariaux sont régulés à l’aide des ordinateurs. D’abord, les métriques incorporées aux moteurs de recherche distribuent un contrôle inégal sur les paramètres temporels. Certains sont encastrés dans les logiciels de l’institution, tandis que d’autres sont désencastrés et soumis à une négociation ultérieure sur le marché (2). En outre, l’encodage des salaires entre en résonance étroite avec les métriques temporelles pour déterminer le prix minimum que les chômeurs sont susceptibles d’assigner à leur force de travail (3).

L’instrumentation de la rencontre bureaucratique

7Si les marchés de l’emploi français et allemands divergent sur des points notables, les agences pour l’emploi partagent une mission commune (l’intermédiation des offres et des demandes) et un protocole similaire (la prise en charge individualisée et personnalisée des chômeurs). Toutefois, pour accomplir cette mission, les chômeurs et les conseillers négocient autour de moteurs de recherches, dont la conception et l’encodage varient d’un pays à l’autre.

L’expérience nationale du chômage

  • 2 Eurostat, At-risk-of-poverty rate by poverty threshold and most frequent activity in the previous y (...)

8En Allemagne et en France, la condition de chômeur prend place sur des marchés nationaux de l’emploi (Demazière et al., 2013). En 2019, le taux de chômage au sens du BIT est tombé à 3,2 % en Allemagne contre 8,5 % en France. Cette divergence est également visible dans le nombre de personnes inscrites auprès du Service public d’emploi (image 1) – moins nombreuses, mais bien plus frappées par la paupérisation en Allemagne qu’en France. Ainsi, 69 % des chômeurs allemands vivent sous le seuil de pauvreté contre 37 % de leurs pairs français2. Ces données traduisent l’accentuation du clivage entre les deux modèles d’assurance-chômage (plus protectrice et accessible en France qu’en Allemagne), les régimes de contrôle de l’intermédiation publique (en rapprochement, mais plus rigoriste en Allemagne qu’en France) et la régulation des marchés de l’emploi (plus uniforme en France, avec le maintien officiel du CDI comme norme sociale, par rapport à la promotion allemande des offres d’emploi de courte durée, à temps partiel, instables, voire indemnisée à 1 euro de l’heure pour les allocataires sociaux) (Butterwegge, 2018). En somme, un quasi-plein-emploi précaire allemand s’oppose à un chômage de masse partiellement sécurisé en France.

Image 1 : Les ciseaux du chômage

Image 1 : Les ciseaux du chômage

Sources : Pôle emploi, Bundesagentur für Arbeit, Eurostat.

  • 3 Eurostat, Salariés ayant un contrat à durée limitée (moyenne annuelle), 2017.
  • 4 Eurostat, Salariés en emploi temporaire en pourcentage de l'emploi salarié total, 2017.
  • 5 8 % des salariés en France contre 17,5 % des salariés en Allemagne (OCDE, 2015).

9Une fois sur le marché, la protection de l’emploi est asymétrique entre les deux pays. Les licenciements individuels et collectifs de travailleurs permanents sont plus aisés en France qu’en Allemagne, tandis que la situation s’inverse pour les travailleurs intérimaires ou en contrat à durée déterminée. Cependant, l’emploi atypique demeure plus répandu en France : 14,9 % d’emplois en CDD contre 11,7 % d’emploi en Allemagne3, 13,9 % d’emploi temporaire contre 10 % en Allemagne4. Le syndicalisme allemand, centralisé et unitaire, organise en effet plus de salariés que son homologue français5. Il repose sur des institutions qui confèrent un droit de veto au sein des entreprises sur certaines décisions stratégiques (la codétermination ou Mitbestimmung). En revanche, la couverture automatique par les conventions collectives en France concerne 95 % des salariés, contre 92 % en Allemagne. Son rôle était d’autant plus crucial que l’Allemagne n’a instauré de SMIC qu’en 2015, dont le taux horaire brut atteint cinq ans plus tard 9,35 € contre 10,15 € en France.

10À la sortie du marché, la démographie exerce aussi ses effets. En Allemagne, les décès surpassent les naissances. D’où deux conséquences : réduction des taux de remplacement des pensions de vieillesse à financement constant (Tambarin, 2015) et rétrécissement de la population active qui entraîne une chute de chômage, avec un nombre d’entrants sur le marché inférieur au nombre de sortants.

11Ces logiques sociales macrosociales se déclinent de façon différente sur chacun des trois territoires étudiés (tableau 1). Ainsi, le site sarrois est particulièrement marqué par le chômage (le double de la moyenne nationale). Parmi les deux territoires français, la commune de Seine-Saint-Denis est plus frappée par la pauvreté et le chômage, avec une inégalité particulière entre cadres et professions intellectuelles supérieures d’un côté, ouvriers et employés de l’autre. En face, la commune yvelinoise connaît des inégalités similaires, mais autour d’une exposition moyenne au chômage plus réduite. La pauvreté y apparaît plus contenue que sur les deux autres territoires.

Tableau 1 : Caractéristique des trois territoires étudiés

  • 6 Aucune statistique descriptive au niveau communal n’est disponible en Allemagne. Nous utilisons don (...)
  • 7 À l’exclusion des actifs en Minijobs dégagés de toute obligation de cotisation sociale.

Commune de Seine-Saint-Denis (2015)

Commune des Yvelines (2015)

Kreis de Sarre6 (2015)

Chômage (BIT)

19 % (cadres, professions intellectuelles sup. 5 %, ouvriers-employés 21 %)

12 % (cadres, professions intellectuelles sup. 3 %, ouvriers-employés 17 %)

7,2 %

Taux de pauvreté

(< 60 % salaire médian)

25 %

13 %

17,5 %

(niveau du Land)

Actifs en emploi

57 %

69 %

48,6 %7

Sources: INSEE, Statistik der Bundesagentur für Arbeit

Des négociations en face à face

12La condition économique de chômeur est fortement codifiée par des institutions, en charge de les enregistrer, les contrôler et les accompagner. Il s’agit donc d’une expérience administrative, où la réception des chômeurs dépend de la division spatiale du travail propre à chaque institution. Différentes interactions sont prévues, dont l’articulation établit les agences comme de véritables institutions, composées d’attentes réciproques stabilisées (Lagroye et Offerlé 2011). Certaines interactions sont ouvertes, lorsqu’elles dépendent d’une demande des usagers, par exemple au niveau de l’accueil. D’autres suivent un protocole imposé par la hiérarchie administrative et résultent d’une convocation. Nous étudions donc des espaces dans lesquels des chômeurs sont appelés à paraître régulièrement devant des interlocuteurs officiels.

13Les politiques « d’activation » des chômeurs, initiées dans les années 1980 sur le continent européen, ont mis à l’ordre du jour la réception du public en face-à-face (van Berkel et al., 2007). Une telle pratique traduit dans le registre de l’interaction un basculement juridique d’ampleur, d’un droit des statuts à un droit des faits, qui a étendu le domaine de l’interprétation par les agents administratifs (Weller, 2003), afin de compenser la désobjectivation des catégories de l’action publique, comme la « recherche active d’emploi » (Dubois, 2012b ; Lavitry, 2015). Le travail de prospection d’offres et le traitement des chômeurs reposent de façon croissante sur des négociations en tête à tête, déterminantes pour l’allocation des droits et des ressources. Ce travail prend forme dans une période historique marquée par le resserrement des obligations faites aux chômeurs depuis quatre décennies dans toute l’Europe occidentale, notamment en Allemagne et en France (Schmuhl, 2003 ; Dubois et al., 2006). Au-delà de différences nationales, concernant l’automatisation des sanctions, la nature des offres impossibles à refuser, l’externalisation des prestations imposées ou la spécialisation d’équipes de contrôle, la répression des déviances s’est accrue progressivement, en même temps que les droits à l’indemnisation étaient restreints en éligibilité et réduits en montant.

14Le principe d’entretiens en face-à-face se décline toutefois différemment dans chaque agence. Chaque site abrite une configuration spécifique (tableau 2). Dans les agences allemandes, les chômeurs sont accueillis par des agents de guichet, sensés uniquement orienter les individus à l’intérieur de l’édifice, vers le service pertinent pour leur interrogation ou leur convocation. Des conseillers spécialisés y assurent deux types distincts d’entretien, à chaque fois dans un espace spécifique. Le premier, en « zone d’entrée » (Eingangszone), voit des Fachassistenten (assistants spécialisés) enregistrer la déclaration de recherche d’emploi et la demande d’allocation, avant de récolter les données personnelles comme l’état civil, l’adresse ou le curriculum vitae avant d’élaborer un profil de candidature en ligne, synthétisant le type d’emploi recherché. La zone d’entrée contient une dizaine de bureaux sans séparation cloisonnée. À l’inverse, les entretiens d’intermédiation ou d’indemnisation ont lieu dans des bureaux individuels, dont la porte ferme à clé. Ils sont accomplis par des agents spécialisés respectivement dans le marché de l’emploi ou dans l’indemnisation, à caractère assurantiel (en Arbeitsagentur) ou assistanciel (en Jobcenter).

Tableau 2 : Caractéristiques des agences (2014 en France, 2015 en Allemagne)

Personnel

Secteurs d’embauche

Type de public

(1er mois d’observation)

Pôle emploi

Agence Pôle emploi de Seine-Saint-Denis

51 agents, 89 % de femmes, 5 ans d’ancienneté moyenne

Personnel qualifié :

- Industries cosmétiques

- Industries d’imagerie médicale

Personnel peu qualifié :

- Logistique

- Commerce de détail

- Vente en restauration

8710 demandeurs d’emploi toutes catégories (dont 2080 en emploi court ou à temps partiel dans le mois).

Agence Pôle emploi des Yvelines

55 agents, 85 % de femmes, ancienneté moyenne de 9 ans.

Personnel qualifié :

- Comptabilité/gestion

- Informatique

Qualifié ou peu qualifié :

- Industrie automobile

Peu qualifié :

- Services à la personne

- Commerce

- Personnel de restauration

8240 demandeurs d’emploi toutes catégories toutes catégories (dont 2240 en emploi court ou à temps partiel dans le mois).

Bundesagentur für Arbeit

Arbeitsagentur de Sarre

74 agents, 60 % de femmes, ancienneté moyenne de 12 ans.

Personnel qualifié :

- Aciérie et métallurgie high-tech

- Informatique en assurance ou banques

Qualifié ou peu qualifié :

- Industrie automobile

Peu qualifié :

- Restauration et glaciers

- Grande distribution

- Prise en charge de personnes âgées

3500 chômeurs inscrits

Jobcenter de Sarre

59 agents, 56 % de femmes, ancienneté moyenne de 10 ans.

14 000 chômeurs inscrits

15Dans les agences françaises de Pôle emploi, les conseillers occupent différents postes de manière interchangeable, selon le planning organisé localement. Ils sont postés certains jours aux guichets d’accueil, où ils orientent les publics mais répondent aussi à des interrogations solubles en l’espace de quelques minutes. Les enjeux d’indemnisation sont traités en base arrière par les conseillers spécialisés, mais aussi durant le premier entretien baptisé EID (entretien d’inscription et de diagnostic). Cette convocation permet d’enregistrer la personne demandeuse, reporter ses informations personnelles sur un logiciel, évaluer les droits à l’allocation et déterminer le type d’emploi souhaité – ainsi que les offres dites « raisonnables », que les conseillers peuvent théoriquement imposer aux chômeurs.

16Les services publics d’emploi allemand et français reposent donc sur une gestion individualisée des conduites des chômeurs, par le biais d’interactions de face-à-face (Chevallier, 1983). L’accompagnement des chômeurs et l’injonction faite à ses derniers de développer et communiquer leurs projets de retour à l’emploi place le travail langagier – discuter, proposer, négocier – au cœur du traitement du chômage (Demazière et Glady, 2011). Or, ce travail langagier s’appuie sur des outils informatiques.

Les systèmes nationaux d’appariement

17Lorsqu’ils négocient le type d’offres d’emploi à rechercher, durant un entretien, les chômeurs et les conseillers mobilisent des logiciels d’appariement (ou matching) à partir d’un moteur de recherche (image 2). Un ordinateur trône systématiquement sur le bureau autour duquel ils siègent, l’écran du côté du conseiller, à moins qu’il ne juge pertinent de le partager avec la personne convoquée. L’appariement ici désigne une opération informatisée qui associe une paire de biens, de personnes ou de services, dans une arène organisée autour d’un intermédiaire de mise en relation (Steiner, 2017) – à l’instar du service public d’emploi, qui propose aux utilisateurs de former une « paire » avec une offre jugée proche de leurs critères de sélection. Pour trouver une paire correspondante, les chômeurs mobilisent un moteur de recherche, qui prend la forme d’une interface de recherche appuyée sur des critères préétablis, à sélectionner ou compléter (Clouet, 2018). Les profils des chômeurs et les profils des offres sont renseignés par différentes variables, recherchées par les uns, proposées par les autres : niveau de salaire, lieu d’exercice, degré de qualification… Après avoir entré un certain nombre de critères de recherche, l’utilisateur qui valide sa saisie est confronté à une liste d’offres, produite de manière instantanée par le logiciel et hiérarchisées par ordre décroissant de correspondance vis-à-vis de la recherche originale.

Image 2 : Aperçu d’une recherche d’emploi (carrossier·re, sans critère géographique) sur la Jobbörse et Pôle emploi (copie d’écran 2019)

Image 2 : Aperçu d’une recherche d’emploi (carrossier·re, sans critère géographique) sur la Jobbörse et Pôle emploi (copie d’écran 2019)

18Dans ce cadre, le système d’appariement est construit par les responsables des services informatiques de chaque institution dans le cadre de passation de contrats avec un prestataire privé. Ils fournissent le cahier des charges et les critères de codage d’emploi requis par l’institution, puis les prestataires externes construisent les architectures informatiques permettant de supporter et d’assurer les intermédiations, pour plusieurs millions de recherches quotidiennes, dans des délais inférieurs à la seconde. En l’occurrence, pour l’Agence fédérale du travail allemande comme pour Pôle emploi, le prestataire externe est la société hollandaise WCC. Ses ingénieurs informatiques ont développé le logiciel ELISE Software Platform, utilisé à la fois pour l’appariement entre offres et demandes d’emploi et pour le contrôle d’identités biométriques (à destination de la surveillance aéroportuaire).

19En conséquence, chaque service public d’emploi dispose d’un système numérique d’intermédiation, mais dont les interfaces diffèrent nettement. Le logiciel VerBis allemand, commun aux Arbeitsagenturen et aux Jobcenter, habilite le public à conduire d’autres recherches que le SDR, en vigueur à Pôle emploi. En observant plusieurs interactions de face-à-face au cours desquelles des conseillers et des chômeurs mobilisent les logiciels d’appariement pour identifier des offres d’emploi acceptables, nous explicitons l’effet propre de chaque moteur de recherche sur les conflits temporels et salariaux contemporains.

L’encastrement des temporalités : conflits de durée contre conflits rythmo-horaires

20Chaque moteur de recherche implique un contrôle particulier des temporalités d’emploi par les chômeurs et les conseillers. En effet, pour lancer une recherche en ligne, ils doivent recourir à une métrique numérique en France et à une métrique nominale en Allemagne. Ces deux logiques articulent différemment les horaires, les rythmes et les durées de l’emploi recherché (Grossin, 1996). Selon qu’un chômeur utilise le SDR de Pôle emploi d’une part, ou le VerBis de l’Arbeitsagentur et du Jobcenter d’autre part, il ne peut pas trier les offres de la même façon, atteindre les mêmes embauches et repousser les mêmes emplois.

21La métrique numérique d’usage dans le SDR de Pôle emploi s’exprime par la rédaction de nombres. Elle sollicite des usagers qu’ils appréhendent le temps d’emploi comme une quantité d’heures exercée par semaine. Ou bien la personne recherche une quantité horaire précise, par exemple 35 heures, ou bien elle formule une fourchette horaire avec un plancher et un plafond, par exemple entre 15 et 25 heures hebdomadaires.

22La métrique nominale, d’usage en Arbeitsagentur et en Jobcenter, repose sur une liste de substantifs fermée. Le moteur de recherche y propose dix cases différentes parmi lesquelles cliquer (avec un possible cumul) : « temps plein », « temps partiel » (« flexible », « matin », « après-midi », « soir »), ainsi que « télétravail », « travail de nuit », « travail posté », « temps partiel – posté ». Au lieu de compter des heures, ils sélectionnent des structures horaires.

Image 3 : Métrique nominale à l’Arbeitsagentur (copie d’écran, 2020)

Image 3 : Métrique nominale à l’Arbeitsagentur (copie d’écran, 2020)

Image 4 : Métrique numérique à Pôle emploi (copie d’écran, 2020)

Image 4 : Métrique numérique à Pôle emploi (copie d’écran, 2020)

23Ainsi, certains paramètres de la force de travail sont « encastrés » dans le moteur de recherche, au sens où les usagers les contrôlent à l’aide des filtres de recherche d’emploi, pour les atteindre comme pour rejeter (Polanyi, 1983). Il s’agit des durées en France, des rythmes et des horaires en Allemagne. D’autres sont désencastrées du moteur de recherche, au sens où elles sont placées hors de portée durant la recherche d’emploi et se négocient ultérieurement en face-à-face avec un employeur : rythmes et horaires en France, durées en Allemagne. Chaque logiciel distribue ainsi des capacités inégales aux chômeurs pour contrôler leurs temporalités et délimite les dimensions de la force de travail subordonnées à des filtres administratifs de celles qui font l’objet de transactions marchandes.

L’encastrement des durées

24Dans le service public d’emploi français, la métrique numérique en vigueur autorise les usagers à fixer des durées d’emploi acceptables. À ce titre, les chômeurs et les conseillers ont la capacité de se positionner par rapport à deux catégories d’offres. Les premières relèvent du sous-emploi. Elles peuvent être évitées en modulant le plancher horaire recherché. Les secondes concernent au contraire le sur-emploi, c’est-à-dire une durée hebdomadaire excessive. Elles peuvent être évitées en manipulant le plafond horaire. Dans tous les cas, la revendication de travailler plus ou de travailler moins est intégrée au moteur de recherche.

25Aussi des logiques de préservation de soi apparaissent-elles régulièrement du côté des chômeurs. Elles consistent par exemple à développer une borne inférieure inacceptable : la force de travail est associée à une durée minimum de mobilisation. La chômeuse suivante refuse ainsi toute mise en relation avec des offres inférieures à 30 heures hebdomadaires.

Pôle emploi, Yvelines, 31/07/2014

« Usagère [24 ans, ancienne employée de restauration et vendeuse de prêt à porter] – [Désigne une offre « barman/barmaid » parmi sept sur le menu déroulant, après lancement de l’appariement] Celui-là, ça m’irait.

Conseillère [62 ans, entrée en 1977 à l’ANPE] – [Sélectionne l’offre, et la lit en diagonale] Non, ils demandent une expérience… ça ? [saisit une autre offre, comme serveuse en brasserie, et tourne l’écran pour lire de concert les détails].

Usagère – 25 heures c’est trop peu, au moins 30 je cherche. »

26Lorsqu’ils prospectent leurs futurs horaires d’emploi, les chômeurs éliminent généralement les temps « extrêmes », très bas ou très élevés par rapport à leurs aspirations initiales. La majorité, partisane du temps plein, fixe ainsi uniquement un seuil horaire minimum.

27Seuls quelques secteurs sont considérés comme requérant des dépassements horaires courants. Face aux chômeurs inscrits dans ces branches, la plupart des conseillers filtrent les offres supérieures à 35 heures hebdomadaires, afin de leur épargner des plages horaires interminables. Pour leur part, la majorité des chômeurs repoussent les offres à fort volant horaire, invoquant soit la nécessité de réorganiser progressivement leurs propres temporalités s’ils sortent du chômage, soit des contraintes familiales et scolaires. Les outils informatiques d’appariement contribuent ainsi à réguler les durées de travail depuis l’intermédiation publique, limitant les tendances contemporaines à l’allongement du temps de travail (Miné, 2017) – à l’inverse des chômeurs d’Allemagne, qui ne peuvent s’appuyer sur un logiciel précisant les durées hebdomadaires de travail associées à l’emploi. Dans l’exemple suivant, le moteur de recherche implique de se positionner vis-à-vis des horaires supérieurs à la norme, habilitant la chômeuse à s’en écarter dès l’entretien d’inscription à Pôle emploi.

Pôle emploi, Seine-Saint-Denis, 29/07/2014

« Conseillère [26 ans, ancienne salariée en communication institutionnelle, entre à Pôle emploi en 2011] – Vous acceptez le temps partiel ?

Usagère [48 ans, ancienne salariée de la restauration] – Non.

Conseillère – Vous travailleriez plus que 35 heures ?

Usagère – Heu, comment ça ?

Conseillère – Vous accepteriez des horaires qui dépassent 35 heures ?

Usagère – Ben on dit ça, et on sait pas comment ça se finit, alors non. On a un enfant, je dois au moins ou bien le déposer, ou le chercher. »

28Cet encastrement des durées, incorporé au moteur de recherche, s’accompagne toutefois d’un désencastrement des rythmes et des horaires. Ces deux dimensions échappent à toute emprise des chômeurs et de leurs conseillers, pour demeurer exclusivement négociées avec les employeurs ou leurs représentants. Dans la situation suivante, un conseiller avoue au chômeur son impuissance au chômeur reçu, dont la conjointe est gravement malade. Pris dans la métrique numérique, ce chômeur est en effet incité par son conseiller à discuter ses horaires sur le marché de l’emploi plutôt que de conditionner les offres qu’il recherche à ses contraintes temporelles personnelles. Son conseiller souffle : « je comprends bien que vous recherchiez une offre qui vous libère à partir de 16h30, et à votre place je rechercherais exactement la même chose. Mais d’ici, je ne peux rien faire, sauf si je vois passer une offre où c’est écrit dans l’encadré, mais franchement… ça arrive presque jamais, je vais pas vous mentir. Je pense que la seule solution est de postuler à différentes offres pour discuter avec les employeurs au cas par cas » (Pôle emploi, Seine-Saint-Denis, 22/07/2014). Dans l’objectif d’exercer une activité professionnelle adaptées à ses besoins horaires, le chômeur accueilli est donc contraint de s’adresser à de multiples employeurs individuels dans l’espoir d’un arrangement en face-à-face – là où ses homologues allemands naviguent sur un moteur de recherche qui leur octroie le contrôle sur les horaires d’emplois. La métrique nominale, incluse dans le SDR de Pôle emploi, jugule les conflits de durée entre chômeurs et employeurs, souvent en accord sur le nombre d’heures hebdomadaires associé à l’offre, tandis que les conflits de rythmes et d’horaires sont négociés au moment de la candidature ou de l’entretien d’embauche.

L’encastrement des rythmes et des horaires

29L’introduction d’une métrique nominale dans le service public d’emploi allemand inverse totalement la configuration précédente. Elle conduit à un encastrement des rythmes et des horaires ainsi qu’à un désencastrement des durées. Rythmes et horaires sont discutés et contrôlés au niveau des guichets, tandis que les durées sont négociées sur le marché de l’emploi avec les employeurs. En conséquence, les conflits autour du sous-emploi ou des durées excessives sont imparables a priori : les chômeurs et les conseillers ignorant le montant horaire réel associé à chaque offre en circulation (sauf mention exceptionnelle dans le corps des offres). Mais la métrique nominale de l’Arbeitsagentur et du Jobcenter invite les utilisateurs à se situer par rapport à des rythmes de vie. Aussi les chômeurs allemands tentent-ils de sanctuariser des périodes de leur semaine ou d’imposer certains intervalles entre plages d’emploi.

Jobcenter, Sarre, 04/12/2015

« Conseillère [38 ans, ancienne salariée en laboratoire pharmaceutique, recrutée au Jobcenter en 2008] – Alors, vous souhaitez rechercher un emploi à temps plein ou à temps partiel ?

Usagère [41 ans, ancienne salariée de glacerie] – Heu… ben temps plein ça me va, mais temps partiel ça peut aller aussi. En fait, il faudrait juste un boulot qui commence après 8h30 le matin pour emmener ma fille à l’école.

Conseillère – Bon on va mettre temps plein, vous verrez le cas échéant avec l’employeur, et temps partiel – après midi et soir, alors ! Ça permet d’avoir les jobs qui correspondent à peu près à vos besoins [elle sélectionne « temps partiel - flexible », « temps partiel – après-midi », « temps partiel - soir », et « temps plein »].

30La qualité de l’emploi en termes de distribution des horaires de travail sert ici de référentiel. Les chômeurs s’orientent suivant les séquences de la semaine et leur répartition, plutôt qu’en fonction d’un volume hebdomadaire. Il leur est ainsi possible de dégager des périodes hors-emploi précises. Plusieurs demandeuses d’emploi, de manière spécifiquement genrée, sélectionnent ainsi « temps partiel – matin » et « temps partiel – après-midi » afin de protéger leurs soirées, consacrées à la gestion des enfants. L’instrument est enrôlé par les utilisateurs pour résoudre des tensions entre investissement familial et investissement socioprofessionnel. Ainsi, la métrique nominale octroie aux utilisateurs la capacité d’écarter les offres associées à une « flexibilité hétéronome », c’est-à-dire celles qui sollicitent la force de travail à des moments ou à des cadences indésirables pour les salariés (Bouffartigue, Bouteiller, 2003).

31Cependant, les durées d’emploi sont dès lors désencastrées. Au lieu d’être circonscrites à domicile (en se connectant sur le site internet) ou dans l’espace administratif (lors des rendez-vous avec les conseillers) comme pour leurs homologues français, ces durées recherchées par les chômeurs allemands sont abordées lors des rendez-vous avec les employeurs. Elles demeurent subordonnées au débouché de l’entretien d’embauche. Une chômeuse évoque ici ses conflits antérieurs avec des employeurs, liés à l’occultation des durées d’emploi par l’instrument informatique :

Arbeitsagentur, Sarre, 12/11/2015

« Conseillère [38 ans, ancienne apprentie aide-soignante, entre à l’Arbeitsagentur en 2003] –  à vous avez une offre, comme vous vouliez, en vente, dans un supermarché.

Usagère [pas d’information sur son profil] – Combien de temps ?

Conseillère – Heu… C’est pas écrit. Enfin, l’employeur a cliqué « temps plein », « temps partiel – flexible » et « temps partiel – soir ». Ça veut dire que c’est ouvert, je pense.

Usagère – Mmmh… Les jobs ouverts, j’ai connu ça… Une fois, on arrive devant l’employeur et il explique qu’il reste juste « temps partiel », et ça fait 5 heures par semaine, une autre fois, on arrive devant un autre boss, et il dit « temps plein », oui, pour moi c’est 25 heures, vous voyez, blabla. Pfff… Bon ben souhaitez-moi bonne chance pour arriver à obtenir quelque chose au-dessus de 30 heures. De toute façon, on peut jamais savoir combien de temps on va travailler avec ça… [pointe l’ordinateur] ».

32Une sociologie du codage temporel révèle le rôle joué par ces instruments informatiques à l’égard des conflits temporels. Certaines temporalités sont encastrées dans les agences pour l’emploi, où elles sont triées et discutées. D’autres sont désencastrées et tributaires des négociations ou des luttes sur le marché de l’emploi. Les métriques temporelles distribuent ainsi des ressources dans le conflit capital-travail, au profit de certains profils d’employeurs dans chaque pays (Sowa et al., 2015). Dans le service public d’emploi, elles jouent à l’avantage des employeurs aux rythmes ou horaires irréguliers en France et à l’avantage des employeurs de durée très réduite ou très étendue en Allemagne, car les chômeurs concernés ne peuvent pas les repousser lors de leur recherche informatique. L’emprise du marché sur les temporalités d’emploi dépend des codes des logiciels.

Les codes de l’exploitation

33En plus de pondérer l’encastrement marchand des temporalités, les logiciels d’appariement influencent le contrôle de chaque utilisateur sur la valeur de sa propre force de travail. Ce contrôle dépend de deux dispositifs internes au logiciel : l’existence d’un filtre salarial apposé sur les offres et le type de métrique temporelle en vigueur. Selon leur articulation, le degré de captation par les propriétaires de la valeur produite par les salariés – c’est-à-dire le niveau d’exploitation (Wright, 1997) – varie.

34À Pôle emploi, les chômeurs disposent d’un onglet « salaire », qu’ils peuvent mobiliser en entrant une rémunération horaire, mensuelle ou annuelle (image 5). En revanche, en Arbeitsagentur ou au Jobcenter, les chômeurs n’ont pas accès à une icône « salaire ». Le salaire n’y représente pas une modalité de sélection et de tri des offres.

Image 5 : Encodage des salaires à Pôle emploi (copies d’écran, 2015)

Image 5 : Encodage des salaires à Pôle emploi (copies d’écran, 2015)

À la recherche du salaire

35Le critère salarial distribue aux chômeurs des prises différentes sur le marché de l’emploi pour défendre le prix de leur force de travail. La comparaison des interactions dans le service public d’emploi allemand et français montre en effet que, dans toutes les agences observées, la défense d’un plancher salarial est une préoccupation constante des usagers. Mais les ressources disponibles et nécessaires pour la concrétiser sont indexées sur l’outil d’appariement.

36En l’absence de référentiel salarial sur les offres, les usagers du logiciel en Allemagne tentent d’approcher la rémunération par des méthodes alternatives. Ils multiplient la récolte d’autres indices, interprétés à l’aune du salaire espéré. La connaissance sectorielle joue un rôle central à cet égard. Selon que le chômeur connaisse la branche, voire l’entreprise, ou soit étranger au secteur, il hiérarchise différemment les établissements. Les réputations salariales circulent. Dans l’industrie lourde et la sidérurgie, par exemple, les chômeurs sarrois dotés d’une longue expérience dans le domaine connaissent les normes et les références, soit conventionnelles (comme les clauses et grilles de la convention collective), soit réelles (comme les heures supplémentaires non-rémunérées). Aussi sont-ils particulièrement bien équipés pour choisir des offres disponibles, même lorsque les salaires sont implicites. Ils induisent de leur statut d’insiders ou de professionnels les rémunérations associées aux offres. Ainsi, les individus professionnellement stables, qui demeurent dans un même secteur contrôlé par un nombre réduit d’employeurs, disposent d’une idée précise des salaires associés à chaque offre, et les sélectionnent en fonction. À l’inverse, les chômeurs circulant entre de nombreux employeurs (comme dans les services à la personne) ou en reconversion acceptent régulièrement d’être mis en relation avec des offres dont ils ignorent le salaire.

37Dans le cas suivant, un ancien salarié de la restauration inscrit en Jobcenter recherche une offre avec sa conseillère. Pour s’orienter dans la liste d’offres affichées par le logiciel, dénuée de filtre salarial, il mobilise un intitulé d’entreprise connu et prie sa conseillère de le sélectionner. Il s’appuie sur la réputation de l’établissement pour trouver un emploi convenable, en tant que connaisseur du secteur.

Jobcenter, Sarre, 21/12/2015

« Conseillère [45 ans, diplômée d’école technique en administration, fait carrière en Arbeitsagentur depuis 1993] – Cette offre là aussi, ça peut correspondre… ?

Usager [44 ans, ancien salarié de restauration, a passé 8 mois en Arbeitsagentur] – Attendez, là, en-dessous, il y a une offre de l’entreprise [XXX]. On peut ouvrir ? Ils sont réglos, ils respectent les gens et ils paient normalement, je dis oui, totalement ! Je prends les yeux fermés. Si ça me permet de retrouver un vrai boulot… »

38Toutefois, l’option de tri par les salaires ne signifie pas que les utilisateurs du logiciel parviennent systématiquement à limiter les offres au salaire qui leur semble adéquat. L’observation des interactions en France pointe les épreuves que traversent les chômeurs pour exiger un montant minimum, et la manière dont la déflation salariale opère malgré le critère du salaire. En effet, la fixation d’un plancher salarial implique de traiter toute tâche et tout moment de travail à égalité : un seul salaire est appliqué à tout le stock des offres, sans distinction des situations de travail. Cette opération est complexe pour les personnes qui se vivent comme détentrices de qualifications. Certains chômeurs parmi les plus qualifiés procèdent spontanément à l’inverse : ils évaluent leur qualité et ajustent leurs revendications à partir de tâches concrètes. Selon qu’ils travaillent dans le cadre d’un emploi de nuit à temps partiel ou d’un emploi de jour à temps plein, leurs attentes varient. Or, l’appariement informatisé impose de cristalliser des prétentions minimales en séparant chaque attribut de l’emploi et du travail. C’est le cas dans la situation suivante, où une chômeuse proteste contre l’obligation de fournir un indicateur de salaire acceptable de manière théorique, sans le rapporter à une pratique de travail spécifique. De son point de vue, le salaire qu’elle exige est tributaire de la manière dont elle s’engage dans une activité professionnelle et elle répugne à l’exprimer a priori. Ainsi, dans le cas français, les controverses salariales sont concentrées sur le groupe des chômeurs les plus qualifiés.

Pôle emploi, Yvelines, 25/06/2014

« Conseillère [41 ans, bac +3 RH, ancienne salariée de société d’hydrocarbure et d’administration municipale, entre à l’Assédic en 2005] – Le salaire minimum en brut ?

Usagère [51 ans, ancienne gestionnaire] – Pfff, c’est n’importe quoi ces questions. Je sais pas, ça dépend du contenu, des responsabilités, ce que je fais ça détermine le salaire. Non mais si c’est travailler de nuit, ben 3000 €. Sinon moins. Je sais pas.

Conseillère – Non mais indicativement, vous prendrez à partir de quoi ?

Usagère – Heu, 2500 € ?

Conseillère – Bien. »

39Pour cette demandeuse d’emploi, la place de l’heure dans la journée est un paramètre de calcul. Au lieu de mesurer le prix minimal de sa force de travail a priori, elle analyse la correspondance entre le travail demandé et sa rémunération. Elle perçoit l’encodage comme un moyen de tirer vers le bas la valeur de sa force de travail.

Les heures au secours du salaire

40Les négociations salariales et temporelles demeurent étroitement associées. En effet, l’encastrement temporel peut représenter des ressources utilisables dans les controverses salariales. La métrique numérique, notamment, constitue un point d’appui dans les conflits salariaux, à l’avantage des chômeurs français.

41L’affichage d’un niveau de salaire équipe en effet les chômeurs pour éliminer implicitement certaines offres à durée réduite, en jouant sur les niveaux de rémunération mensuels et horaires. Les chômeurs habitués à des rémunérations supérieures au salaire minimum interviennent ainsi souvent pour s’assurer de leurs perspectives de revenus. La revendication d’un salaire mensuel donné en lieu et place d’un salaire horaire conduit à élever les heures de travail au salaire moyen, sans pour autant afficher de prétentions temporelles explicites. La saisie d’un salaire mensuel implique de très hauts salaires à temps partiel ou bien une élimination des offres de faible durée aux salaires ordinaires affichés.

Pôle emploi, Yvelines, 24/02/2014

« Conseillère [37 ans, ancienne salariée en assurances, entre à Pôle emploi en 2004] Alors, votre salaire demandé…

Usagère [trentenaire, ancienne serveuse puis manutentionnaire pour une compagnie aérienne] – Moi c’est un salaire de 1400 € hein. Pas en-dessous.

Conseillère – Ok, alors…

Usagère – En net hein !

Conseillère – Ah oui, ok. Bon, alors, 1800 € à peu près [entre « 1800 » dans la case « salaire mensuel brut »].

Usagère – Enfin je bosse pas pour moins de 9 € par heure quoi. C’est bon, j’ai de l’expérience… »

42Des chômeurs allemands tentent également de développer cette stratégie. Mais elle ne connaît de succès que dans la limite très restreinte de l’affichage des salaires sur l’interface. Elle n’est valide qu’au cas par cas, à chaque offre ouverte sur le logiciel. En refusant par exemple une offre rémunérée à la moitié du salaire minimum légal mensuel, ils évincent une grande partie des offres à mi-temps ou, pour les mieux payées, à tiers-temps. Ainsi, les rares indications salariales sont parfois converties en indices temporels. La fixation d’un plancher de revenus mensuels garantit un plancher d’heures effectuées, et limite par conséquent – même inconsciemment – la proportion d’offres à temps partiel.

Arbeitsagentur, Sarre, 30/11/2015

« Conseillère [41 ans, ancienne salariée en cabinet juridique, entrée à l’Arbeitsagentur en 2005] – En termes de temps, vous acceptez quoi ?

Usagère [29 ans, licence professionnelle, deux enfants à charge] – Ben… ça m’est assez égal. Mais juste, pas en-dessous, de 800 € par exemple.

Conseillère – Ok. Je le note là, on va l’écrire dans les conclusions de l’entretien, pour mémoire. Mais on ne peut pas chercher les offres d’emploi comme ça. Il n’y a pas de case ici [tourne l’écran] pour inscrire le salaire que vous voulez.

Usagère – Mais… pourquoi ?

Conseillère – On ne m’a pas consultée ! [rires]

Usagère – [rires] Bon, mais donc si je comprends bien, on va voir sur chaque offre le salaire ?

Conseillère – Ça dépend. Quand il est marqué. C’est pas tout le temps. C’est même une minorité. Mais on retient, 800 €, ce qui est en-dessous, je vous garantis qu’on oublie. »

43À l’inverse, les métriques temporelles, numérique ou nominale, se répercutent sur le niveau de salaire de la main d’œuvre. En effet, elles distribuent des ressources inégales pour fixer un salaire minimum d’acceptation d’une offre. La première permet d’induire un niveau de salaire plancher à partir du taux minimum légal, tandis que la second laisse un flou plus important en la matière.

44Lorsqu’ils circonscrivent un nombre hebdomadaire d’heures d’emploi, les chômeurs français disposent d’une base à partir de laquelle multiplier le salaire minimum horaire pour représenter le revenu final. Les moins qualifiés et les plus susceptibles de travailler au salaire minimum s’appuient régulièrement sur le volume horaire hebdomadaire pour élever le salaire anticipé. La faculté d’écarter les offres inférieures à 35 heures par semaine concrétise le vœu de travailler à temps plein, mais aussi le souhait de sanctuariser un salaire au moins égal au salaire minimum légal. La métrique numérique est une protection salariale à cet égard.

Pôle emploi, Seine-Saint-Denis, 01/04/2014

« Conseiller [25 ans, ancien vendeur de primeurs, entré à Pôle emploi en 2010] – On est dans une recherche de quoi comme emploi ?

Usager [33 ans, immigré tunisien, ancien salarié de la restauration puis chauffeur] – Ben, un CDI si possible. Mais un boulot à 35 heures.

Conseiller – Bien, donc je mets CDI parce que de préférence, mais aussi CDD ?

Usager – Mouais.

Conseiller – Très bien. Et temps plein.

Usager – Oui oui.

Conseiller – Et le salaire minimum que vous prenez ?

Usager – Ben temps plein, donc forcément 1400 € brut, pas en-dessous. C’est pour ça que je cherche du temps plein en fait. »

45À l’inverse, l’absence des référentiels de salaire et de métrique temporelle numérique impose aux chômeurs allemands de mobiliser des informations moins répandues. Elle accroît les inégalités de jugement de la qualité des offres, notamment entre primo-arrivants et anciens inactifs, d’une part, et salariés maintenus dans leur branche d’activité, d’autre part. Ces derniers sont les seuls en capacité de négocier le maintien du prix de leur force de travail lors d’un passage par l’intermédiation publique. Dit autrement, l’invisibilité du salaire et des durées d’emploi dans les logiciels conduit de nombreux chômeurs d’Allemagne à accepter des offres dont ils doutent des caractéristiques, au risque de devoir se justifier face à leurs conseillers d’un refus ultérieur après l’entretien d’embauche.

46La double absence de référence au salaire et aux heures hebdomadaires occulte les positions sociales liées à chaque emploi. Ainsi, la représentation des rapports sociaux dépend en partie de l’intermédiation, lorsque la technologie d’appariement renouvelle la représentation des rapports de production capitalistes (Burawoy, Wright, 2002). Pour la plupart des chômeurs d’Allemagne, le consentement à l’emploi est fondé sur un affichage de caractéristiques partielles. Dans ce pays, le système de rapprochement occulte une des « grandeurs relatives du prix de la force de travail et de la survaleur », « la longueur de la journée de travail ou grandeur extensive du travail » (Marx, 1993, 581), par laquelle est divisé le salaire afin de déterminer le prix réel de la force de travail.

47Les moteurs institutionnels de recherche d’offres d’emploi constituent une forme discrète de régulation publique du marché de l’emploi. Elle n’est pas discutée dans les arènes publiques comme un volet de la politique d’emploi. Pourtant, elle subordonne la recherche d’emploi à une forme « d’automatisme social » (Naville, 1963), d’autant plus prégnante que les chômeurs sont astreints à présenter un nombre croissant de preuves de « recherche active » d’offres. Ainsi, selon les catégories et les modalités intégrées à ces outils numériques, les utilisateurs disposent d’un pouvoir variable et ciblé de filtrage des offres d’emploi, donc de contrôle de leurs propres trajectoires professionnelles. Au sein de chaque pays, elles équipent des chômeurs pour faire valoir leurs souhaits et bloquent au contraire les aspirations d’autres.

48Cette régulation informatisée du marché de l’emploi actualise deux types de conflits essentiels dans le capitalisme. D’abord, les conflits temporels sont structurés par l’ampleur des modalités de recherche, qui déterminent la partie de la force de travail que les chômeurs peuvent refuser de vendre (activité nocturne soir en Allemagne, durée insuffisante en France…). Ensuite, les conflits salariaux sont orientés par l’encodage du salaire, dont la présence en France autorise à fixer de manière autonome un prix à sa propre force de travail. Les deux conflits s’enchevêtrent régulièrement, lorsque les catégories disponibles dans un des registres permettent d’influencer, de compenser ou de remplacer celles de l’autre. Ici, par exemple, l’encastrement des durées d’emploi via la métrique numérique représente une ressource décisive pour maintenir un niveau de salaire escompté.

49La comparaison internationale souligne l’inégale importance des deux conflits entre l’Allemagne et la France. Ainsi, les conflits temporels sont transversaux, présents dans chaque agence étudiée. Partout, les chômeurs tentent de contrôler certains paramètres de leur force de travail avant d’arriver sur le marché de l’emploi. L’interface d’appariement les équipe différemment à cet égard. Elle aide les chômeurs à se préserver des durées excessives ou insuffisantes en France, mais appuie les chômeurs dans leur tentative de contrôler les rythmes et les horaires en Allemagne. Les conflits salariaux, en revanche, sont particulièrement vifs aux guichets français. Les chômeurs y disposent d’un outil de contrôle du prix de leur force de travail, via la recherche d’emploi par niveau de salaire. En revanche, les chômeurs d’Allemagne sont dépourvus de toute rescousse informatique pour éviter les bas salaires. Cette éviction des conflits salariaux dans les agences allemandes fait écho à la paupérisation aigüe des chômeurs qui y a cours (69 % des chômeurs vivent sous le seuil de pauvreté en 2018) et à la réduction conséquente de la part des salaires dans le revenu national. Sur la période 1990-2008, elle a décru de 4,5 points, contre 2,5 % pour leurs homologues français (Chagny, Husson et Lerais, 2012).

50L’impact de l’encodage, étudié ici dans des situations de rendez-vous entre conseillers et chômeurs, déborde toutefois les espaces de face à face. Cette « conduite des conduites » (Foucault, 2001, 1076) informatisée pèse aussi sur les millions de tentatives d’appariement solitaires menées par les chômeurs isolément. Avec l’informatisation de l’action publique et l’accroissement du nombre de chômeurs inscrits, des « rapports de circulation » structurés au sein d’organisations administratives viennent progressivement orienter les « rapports de production » déterminés au sein d’établissements privés.

Haut de page

Bibliographie

Bahnmüller Reinhard et Michael Faust (1992), Das automatisierte Arbeitsamt. Legitimationsprobleme, EDV-Mythos und Wirkungen des Technikeinsatzes, Frankfurt am Main / New York, Campus.

Berkel Rik van, Kupka Peter et Larsen Flemming (2017), Frontline Delivery of Welfare-to-Work Policies in Europe: Activating the Unemployed, London, Routledge.

Bouffartigue Paul et Jacques Bouteiller (2003), « À propos des normes du temps de travail. De l’érosion de la norme fordienne aux normes émergentes », La Revue de l’Ires, vol. 2, n °42, 1‑23.

Bowker Geoffrey C., Millerand Florence, Baker Karen et David Ribes (2010), « Towards Information Infrastructure Studies: Ways of Knowing in a Networked Environment », dans Hunsinger Jeremy, Klastrup Lisbeth et Matthew Allen, International Handbook of Internet Research, Springer, 97‑110.

Burawoy Michael et Erik Olin Wright (2002), « Sociological Marxism », dans Turner Jonathan, Handbook of Sociological Theory, New York, Kluwer Academic / Plenum Publishers, 469‑486.

Butterwegge Christoph (2018), Krise Und Zukunft Des Sozialstaates, 6e éd., Wiesbaden, Springer VS.

Chagny Odile, Husson Michel et Frédéric Lerais (2012), « Les salaires  : aux racines de la crise la zone euro  ? », La Revue de l’Ires, vol. 2, n° 73, 69‑98.

Chevallier Jacques (1983), « L’administration face au public », dans Chevallier Jacques, Draï Raphaël et François Rangeon, Communication administration-administrés, PUF, 12‑60.

Clouet Hadrien, « Aux guichets du temps partiel. Transactions temporelles dans le service public d’emploi allemand et français », Thèse de sociologie, IEP de Paris, 2018.

Cuneo Carl, 1980, « State Mediation of Class Contradictions in Canadian Unemployment Insurance, 1930–1935 », Studies in Political Economy, 1980, vol. 3, n °1, 37‑65.

Demazière Didier, Guimarães Nadya Araujo, Hirata Helena et Kurumi Sugita (2013), Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale, Paris, Presses de Sciences Po.

Demazière Didier et Marc Glady (2011), « Introduction », Langage et société, vol. 137, n °3, 7‑15.

Dubois Vincent, Pierru Emmanuel et Jean-Matthieu Meon, Le contrôle des chômeurs [Rapport], GSPE-Dares, Ministère du travail, 2006.

Dubois Vincent (2012a), « Institutional Order, Interaction Order and Social Order: Administering Welfare, Disciplining the Poor », Communication publiée, Université de Porto, 2012.

Dubois Vincent (2012b), « Ethnographier l’action publique. Les transformations de l’État social au prisme de l’enquête de terrain », Gouvernement et action publique, vol. 1, n °1, 83‑101.

Foucault Michel (2001), Dits et écrits, T.II, 1976-1988, Paris, Gallimard.

François Pierre (2010), « Politiques publiques et sociologie économique », dans Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie et Pauline Ravinet, Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 502‑509.

Grossin William (1996), Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, Octarès éditions.

Halpern Charlotte, Lascoumes Pierre et Patrick Le Galès (2019), « Instrument », dans Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie et Pauline Ravinet, Dictionnaire des politiques publiques, 5e éd., Paris, Presses de Sciences Po, 321‑330.

Lagroye Jacques et Michel Offerlé (2011), Sociologie de l’institution, Belin.

Lavitry Lynda (2015), Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi, PUF.

Marx Karl (1993), Le Capital. Livre premier, PUF, Quadrige.

Miné Michel (2017), « Quand le droit favorise l’augmentation et la flexibilité du temps de travail », La nouvelle revue du travail, n °11.

Naville Pierre (1963), Vers l’automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automation, Paris, Gallimard.

Offe Claus (1984), Contradictions of the Welfare State, London, Hutchinson & Co.

Pillon Jean-Marie (2015), « Le pointage et le placement ? Quand Pôle emploi échoue à régler ses contradictions au moyen de logiciels », Gouvernement et action publique, vol. 2, n °2, 81‑103.

Pillon Jean-Marie (2016), « Hiérarchiser les tâches, classer les chômeurs. La gestion du chômage assistée par ordinateur », Réseaux, vol. 1, n° 195, 197-228.

Polanyi Karl (1983), La grande transformation, Gallimard.

Schmuhl Hans-Walter (2003), Arbeitsmarktpolitik und Arbeitsverwaltung in Deutschland 1871-2002, Nürnberg, IAB.

Sigalo Santos Luc (2018), L’administration des vocations. Enquête sur le traitement public du chômage artistique en France, Paris, Dalloz.

Sowa Frank, Reims Nancy et Stefan Theuer (2015), « Employer Orientation in the German Public Employment Service », Critical Social Policy, vol. 4, n °35, 492‑511.

Steiner Philippe (2017), Economy as Matching, FMSH-Working Paper 129.

Tambarin Marcel (2015), « Les retraites en Allemagne : une réforme exemplaire ? », Revue française des affaires sociales, vol. 4, 61‑81.

Thévenot Laurent (1986), « Les investissements de forme », dans Thévenot Laurent, Conventions économiques, Paris, PUF, 21‑71.

Weller Jean-Marc (2003), « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », L’année sociologique, vol. 2, n °53, 431‑458.

Haut de page

Notes

1 http://jobboerse.arbeitsagentur.de/ en Allemagne, http://pole-emploi.fr en France.

2 Eurostat, At-risk-of-poverty rate by poverty threshold and most frequent activity in the previous year - EU-SILC survey, 2016-2017.

3 Eurostat, Salariés ayant un contrat à durée limitée (moyenne annuelle), 2017.

4 Eurostat, Salariés en emploi temporaire en pourcentage de l'emploi salarié total, 2017.

5 8 % des salariés en France contre 17,5 % des salariés en Allemagne (OCDE, 2015).

6 Aucune statistique descriptive au niveau communal n’est disponible en Allemagne. Nous utilisons donc celles du Kreis (arrondissement) pour approximer les caractéristiques sociales du territoire et des populations. Le Land de Sarre est ainsi constitué de 6 Kreise dont la population varie entre 87 000 personnes pour le plus petit et 330 000 pour le plus grand.

7 À l’exclusion des actifs en Minijobs dégagés de toute obligation de cotisation sociale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Les ciseaux du chômage
Crédits Sources : Pôle emploi, Bundesagentur für Arbeit, Eurostat.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/8668/img-1.png
Fichier image/png, 135k
Titre Image 2 : Aperçu d’une recherche d’emploi (carrossier·re, sans critère géographique) sur la Jobbörse et Pôle emploi (copie d’écran 2019)
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/8668/img-2.png
Fichier image/png, 102k
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/8668/img-3.png
Fichier image/png, 242k
Titre Image 3 : Métrique nominale à l’Arbeitsagentur (copie d’écran, 2020)
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/8668/img-4.png
Fichier image/png, 75k
Titre Image 4 : Métrique numérique à Pôle emploi (copie d’écran, 2020)
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/8668/img-5.png
Fichier image/png, 51k
Titre Image 5 : Encodage des salaires à Pôle emploi (copies d’écran, 2015)
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/8668/img-6.png
Fichier image/png, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Clouet, « L’encodage de la force de travail : quand des logiciels orientent les chômeurs en Allemagne et en France »La nouvelle revue du travail [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/8668 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.8668

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search