Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...Au-delà des frontières, sept soci...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

Beyond borders, seven sociologies of work
Más allá de las fronteras, siete sociologías del trabajo
Le Comité de Rédaction de la NRT
Cet article est une traduction de :
Beyond borders, seven sociologies of work []

Résumés

Le Corpus de ce numéro de la NRT présente sept sociologies nationales du travail au-delà des frontières de l'hexagone. Ce sont à la fois celles du « vieux » berceau européen des sciences sociales telles que l’Allemagne ou le Royaume Uni (l’Espagne est un cas de développement nettement plus tardif) et des États-Unis. Le Corpus traite aussi de pays souvent désignés comme « émergents » tels que le Mexique, l’Argentine et la Chine. Les articles sont tous, à leur manière, analytiques et critiques des transformations des objets de recherche, des problématiques naissantes ou disparues, des paradigmes dominants ou de ceux qui s’effacent. Ils montrent aussi des convergences – dans lesquelles se lisent les effets des transformations du capitalisme – des circulations intellectuelles et des différences entre toutes ces sociologies.

Haut de page

Texte intégral

1Ce Corpus de la Nouvelle Revue du Travail a plusieurs ambitions : d’une part faire l’état des lieux de la Sociologie du Travail dans sept pays (de nouveaux articles sur d’autres horizons sont prévus...) pour que les sociologues francophones aient une meilleure connaissance de ce qui se passe en dehors de leur espace habituel de lectures et, d’autre part, questionner leurs convergences, les circulations entre elles, leurs spécificités. Enfin, il s’agit de rendre accessible à un plus grand nombre de lecteurs anglophones ou hispanophones des Sociologies du Travail hors de leurs propres frontières. L’idéal aurait été de traduire tout ce Corpus dans les trois langues, projet futuriste mais non utopique : les articles ci-dessous sont disponibles pour ceux qui seraient tentés !

2À l’heure où l’ONU reconnaît 195 états dans le monde, nos sept cas peuvent paraître bien sélectifs... Devant l’impossibilité de représenter un échantillon plus représentatif de ceux – déjà bien moins nombreux – dans lesquels existe une sociologie du travail, voire une sociologie, nous avons fait des choix. Dont certains ont été contraints par de trop grandes difficultés à joindre, via nos réseaux, des collègues en mesure de rédiger une contribution dans les délais impartis. C’est ainsi que des pays qui comptent dans la vie de notre discipline, tels l’Italie, la Suède ou encore le Brésil ne sont pas présents dans ce dossier. Reste que les sept sociologies du travail qui y sont traitées sont inscrites à la fois dans le « vieux » berceau européen des sciences sociales – avec l’Allemagne et le Royaume Uni, l’Espagne étant un cas de développement nettement plus tardif, on y revient plus bas –, dans la première puissance mondiale (les USA), et dans trois grands pays qui relevaient jusqu’aux années 1970 de ce qu’on appelait alors le « tiers monde » : le Mexique, l’Argentine, et la Chine, cette dernière étant désormais, on le sait, en rivalité avec les USA en tant que première puissance.

  • 1 Paul Stewart, Jean-Pierre Durand and Maria-Magdalena Richea (ed.), The Palgrave Handbook of the Soc (...)

3Nous avons souhaité que les articles ne soient pas descriptifs, ne se contentant pas de présenter les thèmes privilégiés ou les quelques courants théoriques dans chaque pays. Tous sont ainsi, à leur manière, analytiques et critiques des transformations des objets de recherche, des problématiques émergentes ou disparues, des paradigmes dominants ou de ceux qui s’effacent. Ils montrent aussi des convergences, des circulations intellectuelles, et des différences entre pays. Dans certains cas, pour des raisons de développement tardif de l’enseignement supérieur et/ou pour des raisons essentiellement politiques, la sociologie du travail n’a pu éclore que tardivement, est en voie de maturation ou n’existe qu’à l’état embryonnaire et fragile comme en Chine, par exemple. En ce sens, ce corpus prolonge The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe1 auquel certains d’entre nous ont participé, tout en sortant largement de la seule Europe.

Convergences : le rôle des scansions historiques

4Les convergences sont repérables d’abord au travers des scansions historiques qui ont tendu, de manière croissante depuis l’entrée du capitalisme dans l’ère du néo-libéralisme, de la financiarisation et de « globalisation » économique au tournant des années 1970/1980, à rythmer les dynamiques socioéconomiques dans lesquels sont pris les mondes du travail dans chaque pays : recul de l’industrie et délitement du compromis keynésien dans les pays anciennement développés ; politiques d’« ajustement structurel » dans les pays du sud ; libéralisation et ouverture aux capitaux étrangers de l’économie chinoise ; implications majeures de la crise financière et économique de 2008/2009 sur le travail et l’emploi dans tous les pays. Les convergences se nourrissent également de transformations assez parallèles dans la composition objective de la main-d’œuvre et dans certaines dynamiques des mouvements sociaux – songeons à l’affaiblissement du syndicalisme ou encore à la poussée des féminismes – qui ont imposé de nouvelles thématiques, telles celles liées au rôle du genre et des minorités ethno-raciales dans les recompositions du monde du travail. À ce propos, l’article de Chris Rhomberg publié dans Varia montre bien comment la triple crise intervenue en 2020 – sanitaire, économique et sociale – est un puissant révélateur de ces transformations, constituant d’ores et déjà un « point d’inflexion », sinon un « point de rupture » dans l’histoire du travail et des travailleurs aux États-Unis.

5Dans deux des pays d’Europe où l’implantation de la sociologie du travail est la plus ancienne – ici le Royaume Uni et l’Allemagne – la même expression « âge d’or » est employée pour décrire une position institutionnelle épistémologique privilégiée, au cours des années 1960 et au début des années 70, en phase avec une certaine centralité sociale et politique de l’industrie et de la classe ouvrière industrielle. La controverse sur la portée et la signification d’un tel « âge d’or » postulé est d’ailleurs au cœur de l’article sur le Royaume-Uni. Les auteurs contestent vivement l’idée d’un « déclin » de la discipline, mettant à l’inverse l’accent sur ses points aveugles et se réjouissant de son « redéploiement » associé à l’élargissement de ses domaines d’enquête à des composantes du monde du travail alors négligés, comme les femmes et les minorités ethno-raciales. Reflétant la base sociale du compromis social-démocrate, la jeune sociologie du travail britannique s’intéressait en effet surtout aux ouvriers masculins anciennement fixés sur le sol national. Parallèlement la production en Sociologie du travail s’est en partie déplacée des Départements de Sociologie vers les Business Schools (intégrées dans les universités) ; l’article britannique s’interroge sur la portée de ce glissement. Ce diagnostic de nos collègues anglais aura un très fort écho chez les sociologues du travail francophones quant aux regards rétrospectifs qu’ils portent sur leur discipline. Quant au cas allemand, l’éclipse relative du travail au bénéfice de l’emploi et des politiques d’emploi au cours des années 1990, fait également directement écho à la fois à la transformation du contexte socio-économique et aux inflexions disciplinaires que nous avons connues en France de manière très synchrone. En revanche, comparée à sa sœur du Royaume-Uni la discipline y semble moins traversée d’interrogations existentielles, et « plus optimiste » quant à son avenir ; sans doute du fait qu’elle est « tendanciellement repliée sur elle-même », et « relativement consensuelle », appuyée sur une commune référence à la tradition critique marxienne.

6Au Mexique comme en Argentine, les années 1980 sont aussi des années de rupture historique par rapport à la période antérieure, avec ses régulations néo-corporatistes du travail et ses tentatives de substitution des importations via un certain type de développement industriel. Mais comme c’est aussi la période où commence à se développer réellement la sociologie du travail – cette dernière étant davantage diluée dans les « études sur le travail » en Argentine – elle semble embrasser de manière moins complexée des thèmes de recherche qui paraissent en rupture avec les anciens dans les « vieilles » sociologies du travail, telles les questions d’emploi, de travail informel, précaire, les inégalités, la pauvreté, les catégories subalternes de travailleurs. Contrairement aux pays plus anciennement développés économiquement, « c’est dans un contexte de déclin de la classe ouvrière comme sujet de transformation sociale qu’émerge la sociologie du travail ». Ainsi, dans un pays où l’emploi informel est majoritaire, nombre de travaux prennent acte de l’impossibilité d’étudier le travail à partir des « normes et idéaux construits à partir de l’emploi stable et protégé » et la nécessité de prendre pleinement en compte l’hétérogénéité des activités productives.

7La contribution argentine est celle qui articule le plus étroitement une périodisation des politiques économiques – sur une période brève, des années 1990 à nos jours – avec les inflexions thématiques des recherches sur le travail. Le traitement de la sociologie du travail proposé par nos collègues espagnols, en trois périodes depuis les années 1980 et la fin du franquisme, s’en rapproche. De fait, les sociétés argentine et espagnole ont été plus que d’autres secouées par des crises économiques et politiques dont l’impact sur les objets de la sociologie du travail est très direct. Les cas des Etats-Unis et de la Chine donnent également à voir le rôle de scansions historiques communes : aux USA c’est au milieu des années 1970 que commence à être bouleversée la « relation d’emploi » typique de la période de croissance fordiste et que se multiplient les formes de flexibilité ; en Chine c’est dans les années 1990 qu’est rompu le mode de développement antérieur avec la libéralisation et l’ouverture de l’économie nationale, transformant radicalement la classe, grossie par l’exode massif de travailleurs migrants d’origine rurale, puis depuis les années 2010 à des processus de flexibilisation et de précarisation qui nous sont familiers, dans leurs formes sinon dans leur radicalité.

Circulations

  • 2 Cf. par exemple : Linden Van der M. (2012), « Enjeux pour une histoire mondiale du travail », Le Mo (...)

8Les circulations des influences théoriques et intellectuelles entre sociologies du travail se sont produites historiquement dans un seul sens, allant des fondations européennes de la discipline – Durkheim, Marx et Weber – vers le « nouveau monde » : USA dès les débuts du xxe siècle, Mexique, Argentine plus tardivement. Tous les articles n’abordent pas la question des influences internationales. Mais c’est le cas pour l’Allemagne – où les échanges avec la France étaient notables dans les années 1970-1980, avant de s’effacer devant l’hégémonie anglo-saxonne – ainsi que pour l’Espagne – où l’influence de la sociologie du travail française est signalée, aux côtés de l’italienne – ainsi que pour l’Argentine, où parmi diverses influences européennes celui de la France est notable. De nos jours les échanges internationaux au sein de la discipline sont nombreux, la multiplication des comparaisons internationales, y compris sous impulsion des institutions européennes, jouant sans doute un rôle important. Mais ils ne sont guère évoqués explicitement, en dehors de la contribution espagnole. Cette dernière insiste sur le rôle joué par les transformations des universités et de la condition des universitaires dans la course à la publication dans les « meilleures revues internationales » de langue anglaise. Une réflexion serait ici à prolonger : quels sont les effets de cette évolution sur la discipline, sur ses paradigmes, sur ses objets et sur ses méthodes ? Vont-ils tous dans le sens d’une dilution des frontières disciplinaires et du relâchement des exigences théoriques ? En tout état de cause la nécessité d’une sortie d’un certain eurocentrisme dans la manière de définir et d’étudier le travail – réduit historiquement au travail formel (l’emploi) et rémunéré –, fortement posé dans nombre de débats en sciences sociales du travail2 est présente, explicitement ou implicitement, dans les contributions.

Spécificités

9N’ayant pas imposé aux auteurs un cadre trop contraignant, l’orientation des sept contributions nationales varie sensiblement. Certaines sont très thématiques (cas des États Unis), d’autres combinent périodisation et thématiques (Argentine, Mexique Espagne), d’autres enfin donnent une place importante aux enjeux théoriques (Allemagne, Royaume Uni). L’article sur le cas de la Chine est celui qui privilégie la description des transformations du travail et de l’emploi, faute de pouvoir s’appuyer sur une sociologie du travail clairement institutionnalisée et visible. Ce dernier cas est celui d’une discipline placée sous étroit contrôle politique, notamment depuis 2012, la fin d’une période de relative ouverture et la présidence de Xi Jinping. Mais cette étroitesse de l’espace laissé à la sociologie du travail comme discipline universitaire concerne sans doute l’ensemble des sciences sociales, même si le traitement de son objet – le travail et ses conflits – est toujours craint par l’État et par le Parti. En Espagne et en Argentine aussi, les périodes de dictature ont soit longtemps étouffé, soit brusquement interrompu le développement des sciences sociales. L’expérience de régimes autoritaires hostiles à la recherche sociologique, nécessairement critique favorise probablement la politisation des sociologues du travail.

10Enfin, au-delà des convergences observables d’un pays à l’autre, lesquelles tiennent aux changements souvent transnationaux du contexte socio-économique – et notamment du basculement du monde sous l’hégémonie du capitalisme financier et dérégulé depuis les années 1980 – et des dynamiques du travail et de l’emploi qu’il implique, le lecteur découvrira une certaine diversité d’objets d’un pays à l’autre, ou plutôt un accent variable sur un ensemble d’objets qui rassemblent les sociologies du travail. Nos collègues mexicains se sont particulièrement intéressés aux figures du syndicalisme confronté aux privatisations dans ses places fortes (industries du pétrole ou de l’électricité). Nos collègues allemands sont fortement mobilisés par le thème de la « digitalisation » du travail, qui bénéficie il est vrai de financements considérables. La précarisation du travail et les circulations entre divers mouvements sociaux retiennent beaucoup l’attention des sociologues argentins.

11Ce Corpus montre que, malgré la globalisation de la production et des échanges de marchandises et de services, les problématiques et les façons de traiter le travail, l’emploi, les qualifications ou la formation restent très marquées par l’environnement intellectuel national. On ne saurait nier les influences réciproques, mais les agendas et les calendriers diffèrent d’un pays à l’autre. Même si nombre d’objets de recherche sont communs, leur hiérarchisation ne coïncide pas d’un espace national à l’autre.

12D’où la nécessité d’intensifier les échanges internationaux, non pas pour « niveler » ou homogénéiser les réflexions mais pour observer les différences, repérer les émergences et débattre des pertinences réciproques.

Haut de page

Notes

1 Paul Stewart, Jean-Pierre Durand and Maria-Magdalena Richea (ed.), The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe, Cham (CH), Palgrave MacMillan, 2019.

2 Cf. par exemple : Linden Van der M. (2012), « Enjeux pour une histoire mondiale du travail », Le Mouvement social, 4 (241), p 3-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Le Comité de Rédaction de la NRT, « Au-delà des frontières, sept sociologies du travail »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9079

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search