Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...La sociologie du travail allemand...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

La sociologie du travail allemande : entre engagement empirique et ambivalence théorique

German sociology of work: Between empirical engagement and theoretical ambivalence
La sociología del trabajo alemán : entre compromiso empírico y ambivalencia teórica
Bénédicte Zimmermann
Cet article est une traduction de :
Germany, empirical commitment and theoretical ambivalence [eng]

Résumés

Après un début d’institutionnalisation sous la République de Weimar, la sociologie du travail allemande se développe à partir des années 1960 autour des thématiques des relations professionnelles, de la technique et du travail ouvrier qualifié. L’affirmation dans les années 1980 d’un paradigme de la subjectivation élargit le spectre d’analyse vers la dimension agissante et incarnée du travail. Bien que ces différentes orientations de recherche communiquent peu entre elles, elles trouvent un cadre fédérateur dans la référence marxiste et l’ambition de contribuer à un diagnostic critique de la société. Mais cette ambition critique est aujourd’hui en quête d’une nouvelle théorie de la société, alors que le mode dominant de financement contractuel de la recherche laisse peu de latitude pour des chantiers théoriques d’ampleur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« La section ‘Sociologie du travail et de l'industrie’ est l’une des plus grosses et plus anciennes de l’Association allemande de sociologie (DGS). Ses travaux portent sur la transformation de la société du travail, l’évolution des formes économiques et organisationnelles du capitalisme, les structures de coopération, d’interaction et de communication sur le lieu de travail. La sociologie du travail et de l’industrie ne se limite pas à l’analyse du secteur industriel, elle inclut dans ses enquêtes les services et d’autres secteurs. L’analyse du marché du travail, des évolutions techniques et organisationnelles relève de son programme de recherche au même titre qu’une approche holistique du ‘travail’, incluant ses formes non rémunérées. La sociologie du travail et de l'industrie s’inscrit dans la tradition d’une théorie de la société dont la visée est de contribuer au diagnostic des problèmes contemporains. »

1On ne saurait mieux que cet autoportrait de la section « Sociologie du travail et de l’industrie (Arbeits- und Industriesoziologie) », publié sur le site de l’Association allemande de sociologie1, introduire aux traits caractéristiques de ce que j’appellerai, par raccourci, la sociologie du travail allemande. Celle-ci constitue aujourd’hui une discipline forte et bien établie, tant dans la recherche universitaire qu’extra-universitaire où elle s’est initialement développée. Elle se distingue par une production empirique considérable, mais aussi par l’ambition de contribuer à un diagnostic critique du temps présent dans la filiation de la théorie de la société (Gesellschaftstheorie) marxiste. La dimension de science appliquée qui la définit par ailleurs, en lien étroit avec ses modes de financement, tend cependant à doper sa production empirique au détriment de son renouvellement théorique, à tel point que se développent à partir des années 1980 des débats récurrents sur la crise de la discipline, sur fond de transformations du travail et d’interrogations relatives à sa disparition (Matthes, 1983 ; Huchler, 2008). Ces transformations conduisent au tournant des années 2000 à un changement de dénomination de la section, de « sociologie de l’entreprise et de l’industrie » en « sociologie du travail et de l’industrie ». Si ce changement prend acte d’une extension des frontières du travail, le maintien de l’appellation historique de « sociologie industrielle » n’en reste pas moins significatif d’un tropisme persistant en direction des relations professionnelles et de la technique, en lien étroit avec la question du travail ouvrier qualifié.

2Une première partie montre comment ces deux thèmes, des relations professionnelles et de la technique, contribuent à façonner la discipline dans les années 1960-1970, avant l’affirmation dans les années 1980 d’un troisième paradigme, celui du sujet agissant, auquel est consacrée la deuxième partie. Une troisième section dessine la carte des principaux concepts et méthodes d’enquête qui caractérisent aujourd’hui la discipline, mettant en évidence la permanence de la référence marxiste en tant que cadre lâche mais fédérateur. Enfin, une dernière partie rend compte des effets structurants des logiques de financement, en lien avec la recherche appliquée, adossée aux entreprises et aux organisations syndicales, et de grands programmes thématiques financés par le ministère de l’Éducation et la Recherche. La manière dont la digitalisation s’est constituée au cours de la dernière décennie en objet phare de la discipline en est révélatrice.

  • 2 Le texte adopte les conventions d’écriture inclusive proposées par la revue Sociologie du travail, (...)
  • 3 Je remercie également Michèle Dupré, Olivier Giraud, Michel Lallement, Katrin Sold et les membres d (...)

3Le propos est alimenté par l’importante littérature de sociologie du travail qui comprend un nombre considérable de travaux réflexifs sur la discipline. Il l’est aussi par quatorze entretiens réalisés auprès de collègues allemand·es2 au cours de l’année 2020 : Ingrid Artus, Fritz Böhle, Klaus Dörre, Kerstin Jürgen, Ursula Mense-Petermann, Sarah Nies, Sabine Pfeiffer, Jürgen Kädtler, Frank Kleemann, Martin Krzywdzinski, Martin Kuhlmann, Rudi Schmidt, Michael Schumann, Günther Voss et Stephan Voswinkel. Pour des raisons de confidentialité, je me suis engagée à ne pas les citer, mais voudrais ici les remercier chaleureusement pour leur disponibilité et la richesse de nos échanges3.

Les relations professionnelles et la dimension technique du travail comme piliers historiques

4Parmi les études pionnières de sociologie du travail, il est coutume de citer celles du Verein für Socialpolitik développées sous le Kaiserreich. Les plus connues sont l’enquête sur la situation des travailleurs agricoles à l’est de l’Elbe de Max Weber (1892) et celle sur « la sélection et l’adaptation des travailleurs de la grande industrie » dont il a rédigé l’introduction méthodologique (Weber, 1924). Il faudra cependant attendre la République de Weimar pour que la sociologie du travail connaisse un début d’institutionnalisation, sous l’appellation de sociologie de l’industrie, avec la création en 1923 de l’Institut für Sozialforschung (IfS) à Francfort-sur-le-Main, devenu ensuite sous la direction de Max Horkheimer un haut lieu de la théorie critique. L’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933 porte un coup d’arrêt brutal à ces premiers développements. Comme les sciences sociales en général, la sociologie du travail est démantelée par les nazis. Nombre de chercheurs et chercheuses émigrent (Lepsius, 1979 ; Kern, 1982, 209 et suiv.). C’est le cas de Karl Mannheim, Max Horkheimer et la plupart des membres de l’IfS de Francfort qui est fermé dès 1933, mais dont certaines activités, comme la publication de sa revue, la Zeitschrift für Sozialforschung, sont transférées à Paris dans un premier temps, puis à New York.

  • 4 Le retour sur la sociologie est-allemande du travail mériterait un article à part entière, basé sur (...)

5Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, c’est dans une Allemagne divisée en quatre zones d’occupation, puis à partir de 1949 entre la RFA et la RDA, que la sociologie du travail prend un nouveau départ, alimentée par les connaissances et références internationales, notamment américaines, rapportées par les émigré·es sur le retour. En Allemagne de l’ouest, l’IfS se réinstalle à Francfort en 1950, alors qu’est créé dès 1946 à Dortmund, en zone britannique, un nouvel institut de recherche extra-universitaire, la Sozialforschungstelle (Schmidt, 1980). En Allemagne de l’Est, les années 1950 sont celles de la traversée du désert pour la sociologie en général, dénigrée en tant qu’enseignement bourgeois des technologies du capitalisme. Lorsqu’elle se redéploie dans la période poststalinienne des années 1960, la sociologie du travail et de l’industrie y occupe une place de choix, notamment comme science appliquée orientée vers l’optimisation des processus de production (Sparschuh et Koch, 1997 ; Pasternack, 2015). Il ne reste cependant pas grand-chose de cette sociologie qui fut balayée par la réunification, si bien que la sociologie du travail allemande se pose aujourd’hui exclusivement en héritière de la sociologie du travail ouest-allemande4.

6C’est également dans les années 1960 que cette dernière prend son essor dans une conjoncture qui met le travail et ses institutions à l’épreuve. C’est l’époque de la construction du mur de Berlin qui assèche le marché du travail et suscite un appel renforcé aux travailleurs et travailleuses immigrés, de la récession économique de 1966/67 qui accentue la course à la rationalisation, mais aussi du développement de nouvelles technologies (électronique, pétrochimie, robotique…) et des grèves de septembre 1969 en faveur d’une augmentation des salaires menées à l’insu des organisations syndicales. Durant cette période sont créés deux nouveaux instituts de recherche extra-universitaires en vue de soutenir l’action économique et politique par l’étude des transformations du travail et de leurs conséquences : l’Institut für Sozialwissenschaftliche Forschung (ISF) à Munich en 1963 et le Soziologisches Forschungsinstitut (SOFI) à Göttingen en 1968. C’est dans le cadre de ces instituts et de ceux de Francfort et Dortmund, que la sociologie du travail ouest-allemande forge ses traits, à distance, dans un premier temps, des chaires universitaires.

7Du point de vue des thématiques, les travaux pionniers désormais classiques de Heinrich Popitz et Hans Bahrdt (1957) sur la technique et la conscience ouvrière, de Friedrich Fürstenberg (1958) sur la codétermination et les relations professionnelles, contribuent dès les années 1950 à dessiner les contours de ce qui demeure aujourd’hui deux thèmes phares de la sociologie du travail allemande. À la même époque, Ralf Dahrendorf (1956) désigne l’entreprise, dans laquelle il voit un modèle réduit de la vie en société, comme lieu d’investigation privilégié, et les relations industrielles (Industrielle Beziehungen) dont je retiendrai la traduction de relations professionnelles, comme objet clé.

8Les années 1960 consacrent le travail industriel comme objet de la sociologie du travail, et l’approche marxiste des rapports de production comme théorie de la société à laquelle adosser son analyse. Les deux perspectives héritées des années 1950 sur la technique et la division du travail, d’une part, sur les relations professionnelles, d’autre part, n’en restent pas moins structurantes, mais donnent lieu à des recherches qui communiquent peu entre elles.

9Les travaux marquants de l’époque reflètent la géographie des instituts extra-universitaires. L’Institut de Francfort se spécialise dans l’analyse de la codétermination, des organisations syndicales et des relations professionnelles au sens large (emploi, salaires…) (Müller-Jentsch, 1991). L’importance de ces recherches est à resituer dans le contexte institutionnel d’un Etat subsidiaire qui fait des partenaires sociaux les acteurs d’une régulation située du travail et de l’emploi, dans le cadre de la négociation collective de branche et de la codétermination au sein de l’entreprise. Les Instituts de Göttingen et Munich se caractérisent quant à eux par leurs enquêtes sur la dimension technique et la division du travail, tout se différenciant par les échelles d’analyse privilégiées. Alors que les travaux de Göttingen favorisent une entrée par le poste de travail (Kern et Schumann, 1970 et 1995[1984]), ceux de Munich se positionnent au niveau de l’entreprise en tant qu’organisation (Altmann, Bechtle et Lutz, 1978).

10Ces deux instituts se distinguent par ailleurs par leur investissement dans la circulation des savoirs entre la France et l’Allemagne. Ainsi, les recherches que développent Horst Kern et Michael Schumann au SOFI de Göttingen sur la conscience ouvrière (Arbeiterbewusstsein), la fin de la division du travail et la « polarisation » comme conséquences de la rationalisation et la déqualification (Kern et Schumann, 1970 et 1995[1984]) puisent leur inspiration non seulement dans la théorie marxiste de la société et l’approche phénoménologique de H. Popitz et H. Bahrdt, mais aussi dans les travaux de Georges Friedmann et d’Alain Touraine, ce dernier renvoyant pour sa part à H. Popitz et H. Bahrdt dans son étude sur la conscience ouvrière (Touraine, 1966).

11Les mêmes références françaises irriguent les recherches de l’Institut munichois sur les processus techniques et l’organisation du travail. Burkhardt Lutz, directeur de l’Institut de 1965 à 1990, joue un rôle décisif de passeur entre les sociologies du travail françaises et allemandes. Traducteur de G. Friedmann, il sera plus tard l’importateur de la théorie de la régulation en Allemagne dont s’inspire son livre sur la fin du mirage de la croissance marchande (Lutz, 1990[1984]). Impliqué dans plusieurs réseaux de recherche bi-nationaux, il a été un des partenaires allemands de l’enquête à l’origine de la thèse de l’« effet sociétal » développée par une équipe du Laboratoire aixois d’économie et de sociologie du travail (LEST) (Maurice, Sellier et Silvestre, 1982 ; Labit et Jens, 2003).

12Inversement, les thèses de la fin de la division du travail de H. Kern et M. Schumann (1995[1984]) et de la fin de la croissance marchande de B. Lutz (1990[1984]) ont été traduites et discutées en France. Mais ce temps des influences croisées entre sociologies du travail allemande et française est révolu (Dupré et Giraud, 2003). Lorsque les sociologues allemands se tournent vers l’étranger, c’est désormais essentiellement vers la littérature anglo-saxonne.

Le tournant de la subjectivation

  • 5 De nombreux manuels ont été publiés entre l’opuscule de Dahrendorf paru en 1956 et 2010, mais toujo (...)

13Si la technique a fait entrer le travail en tant qu’activité dans la sociologie de l’industrie, c’est de manière désincarnée, indépendamment de l’expérience et des caractéristiques personnelles de ceux et celles qui travaillent. En réponse à ce point aveugle, un troisième paradigme s’affirme au cours des années 1980 : celui du travail comme activité du sujet agissant. C’est à travers cette définition du travail que les directeurs du premier manuel dédié stricto sensu à la sociologie du travail5 qualifient l’objet de cette dernière (Böhle, Voss, Wachtler, 2018[2010]). Ce n’est pas un hasard si deux d’entre eux, Fritz Böhle et Günther Voss, sont les artisans du tournant subjectiviste de la sociologie du travail allemande. Ils développent dans les années 1980, deux perspectives distinctes mais complémentaires sur le rapport du sujet au travail, dont la différence d’inflexion contribue à faire la richesse du paradigme allemand de la subjectivation du travail (Modalsch et Voss, 2002 ; Lohr et Nickel, 2006). Alors que G. Voss (1984) met l’accent sur la manière dont le capitalisme enrôle la subjectivité individuelle, F. Böhle (2002) règle la focale sur l’expérience vécue du travail. Les deux perspectives convergent dans une critique de l’incomplétude de l’approche marxiste du travail, mais sans pour autant la renier.

14Dans son ouvrage intitulé « Conscience sans sujet ? Une critique du concept de conscience dans la sociologie industrielle », G. Voss (1984) dénonce les limites de l’approche de la conscience ouvrière de H. Kern et M. Schumann (1970) en ce qu’elle appréhende les situations de travail à travers le prisme d’un déterminisme économique et technique au détriment de la prise en compte de la personne qui travaille. Il invite à un déplacement de l’analyse vers la mobilisation de la subjectivité comme moteur du développement économique. Il en trouve l’expression dans la valorisation contemporaine de l’autonomie et la responsabilité individuelle tant par les politiques publiques que les entreprises, dans lesquelles il voit une nouvelle source de domination à l’intérieur et l’extérieur de l’entreprise. Plaidant pour un élargissement des perspectives sur le travail au-delà du périmètre de l’entreprise, il forge le concept de « travail comme mode de vie » (Voss, 1991) puis, avec Günther Pongratz (Voss et Pongratz, 1998 ; Pongratz et Voss, 2003), celui d’« entrepreneur de sa force de travail » (Arbeitskraftunternehmer). À travers la thématique de la travailleuse et du travailleur entrepreneurs, les deux auteurs identifient une nouvelle figure du capitalisme mondialisé dont ils observent le développement aussi bien dans le travail salarié qu’indépendant. Leur thèse trouve un écho important, y compris au-delà du cercle des sociologues du travail. Ulrich Bröckling (2015[2007]) l’élargira quelques années plus tard à une sociologie générale du soi entrepreneur (das unternehmerische Selbst) comme nouvelle figure normative. Mais alors que le propos de Bröckling est fortement marqué par l’approche foucaldienne de la gouvernementalité, celui de G. Voss et H. Pongratz s’alimente à la sociologie de M. Weber et la théorie de la société du risque d’Ulrich Beck (2001[1986]). De fait, les sociologues allemands du travail mobilisent peu Foucault pour penser la subjectivation, laissant ainsi ouvert un espace d’appropriation et d’hybridation théorique. Cette ouverture n’est sans doute pas étrangère à la large diffusion du paradigme de la subjectivation dans la discipline (Kleemann et al., 2019).

15La spécificité de cette diffusion est qu’elle combine la thèse de l’instrumentalisation marchande de la subjectivité avec une deuxième veine d’analyse qui, dans le sillage des travaux pionniers de F. Böhle, développe une approche compréhensive de l’agir en situation de travail. La focale porte ici sur l’expérience du travail, la manière dont la travailleuse et le travailleur réalise son travail et interagit avec un environnement dont la caractéristique est d’être à la fois humain et technique. Le livre fondateur de F. Böhle et B. Milkau publié en 1988 sous le titre De la manivelle à l’écran. L’évolution de l’expérience sensible des ouvriers lors des changements technologiques, en esquisse le programme. Il constitue un autre des rares ouvrages de sociologie allemande du travail traduits en français (Böhle et Milkau, 1998). Si le monde de l’entreprise et son environnement technique y restent un axe central d’investigation, ils donnent lieu à une approche novatrice par le biais de l’agir subjectif au travail (subjektivierendes Arbeitshandeln) dont F. Böhle (2017) forge le concept. Foucault n’est pas non plus ici une référence ; ce sont plutôt la phénoménologique de Merleau-Ponty et la théorie de la pratique de Pierre Bourdieu qui alimentent dans un premier temps l’approche, en association dans un second temps avec une théorie pragmatiste de l’agir situé inspirée de John Dewey.

16Ainsi articulé autour de ces deux veines, le paradigme allemand de la subjectivation au travail a donné lieu à de nombreux prolongements. Il a alimenté des recherches sur le décloisonnement des sphères de vie (Entgrenzung) (Kratzer, 2003 ; Gottschall et Voss, 2003) et l’exploitation de soi (Selbstausbeutung) (Sauer, 2005), mais aussi sur les attentes et les aspirations des travailleuses et travailleurs (Baethge, 1991). Dans son étude sur les paradoxes de la reconnaissance au travail, Stephan Voswinkel (2002) montre, dans la veine de la tradition critique de l’École de Francfort, comment ces deux perspectives sur la subjectivation du travail, l’une dénonçant les dangers de son instrumentalisation capitaliste, l’autre relevant ses possibles vertus émancipatrices, révèlent sa profonde ambivalence.

17Il aura ainsi fallu un double tournant, technique dans les années 1960-70, puis subjectiviste dans les années 1980-90, pour que progressivement l’appellation de sociologie du travail gagne ses lettres de noblesse à côté de celle de sociologie de l’industrie. L’évolution des paradigmes suggère que loin d’être une simple question de label, c’est la définition même de l’objet de la discipline qui est en jeu. Cette définition est allée en s’élargissant dans un processus cumulatif où les nouveaux paradigmes n’ont pas chassé les anciens, mais ont conduit à leur reformulation. Si ces paradigmes ont été source de débats conflictuels au cours des années 1980, ils ne se sont pas pour autant cristallisés en écoles ou cadres théoriques concurrentiels. Ils sont plutôt mobilisés aujourd’hui de manière éclectique, certaines chercheuses et chercheurs voyant dans leur articulation un levier heuristique et une source de renouvellement de la sociologie du travail (Pfeiffer et Jäger, 2018).

18La réunification a cependant marqué un temps d’arrêt dans cette montée en puissance de l’objet « travail ». Dans un contexte de liquidation de l’économie communiste, de chômage galopant et de transferts institutionnels de l’Ouest vers l’Est, l’emploi et les relations professionnelles se sont retrouvées au cœur des préoccupations, tant politiques que scientifiques (Dörre, 2002 ; Kädtler, 2006), reléguant au second plan le contenu et le vécu du travail. Les sociologues du travail – d’Allemagne de l’ouest exclusivement – sont alors associés à diverses commissions d’enquêtes qui visent à éclairer la décision politique, en matière de politique de l’emploi et de développement économique.

19C’est en lien avec des questions relatives à la démographie vieillissante de la population active, à la santé au travail et la qualité du travail, mais aussi à la conciliation entre vie privée et professionnelle, que s’opère dans les années 2000 un retour du travail. Ce retour est confirmé et renforcé une décennie plus tard par la thématique de la digitalisation qui contribue par la même occasion à revitaliser l’approche par la technique.

Permanence de la référence marxiste, éclectisme théorique et pluralisme méthodologique

20Si les relations professionnelles, la technique et le sujet agissant demeurent trois importants thèmes fédérateurs de la sociologie du travail allemande, d’autres se sont développés à l’occasion de ce retour du travail au cours des vingt dernières années, mais sans pour autant donner lieu à des paradigmes de portée comparable. Parmi eux, et de manière non exhaustive, le genre, le travail domestique et reproductif (Artus et al., 2020 ; Jürgens, 2006 ; Hipp, 2019), les services tertiaires et publics (Schultheis, Vogel et Mau, 2014), la marchandisation et la financiarisation (Minzen, 2000 ; Kratzer, 2003 ; Faust et Kädlter, 2018), la pression psychique et l’injonction à la performance (Neckel et Wagner, 2013), la santé et le vieillissement au travail (Tullius et al., 2012), la précarisation de l’emploi, du travail et des formes de vie (Aulenbacher et al., 2007 ; Vogel et al., 2010 ; Dörre, 2019), l’informalité (Mayer-Ahuja, 2018), la digitalisation (Pfeiffer, 2018 ; Butollo et Nuss, 2019 ; Staab, 2019 ; Krzywdzinski et Gerber, 2020 ; Nies et al., 2021) et, plus timidement, l’impact écologique du travail (Dörre et al., 2019).

Une ambition critique en quête d’une nouvelle théorie de la société

21Bien que le traitement de ces différentes questions fasse place à l’éclectisme théorique, la revendication d’un double héritage marxiste et wébérien reste un marqueur de la sociologie du travail allemande contemporaine. Alors que le marxisme lui offre une théorie de la société, la sociologie wébérienne lui livre une théorie sociale. Les sociologues sont en Allemagne plus qu’en France attachés à cette distinction entre la Gesellschaftstheorie (théorie de la société) et la Sozialtheorie (théorie sociale). Alors que cette dernière vise à expliquer de manière compréhensive et causale les phénomènes et processus sociaux, la théorie de la société offre un cadre d’analyse critique fondé sur une vision de ce à quoi la société et ses processus constitutifs devraient ressembler, définissant par là un horizon normatif pour des futurs désirables. Fortement inspirée par le marxisme et la théorie critique de l’École de Francfort, la contribution des sociologues du travail allemand à une théorie de la société a connu son apogée dans les années 1960 et 1970, temps fort de la société et de la sociologie industrielles. Plus qu’une sous-discipline, la sociologie du travail se comprenait alors comme constitutive de la sociologie générale (Beckenbach, 1991, 6). Si elle a perdu aujourd’hui ce panache théorique, elle n’en reste pas moins attachée à la dimension de diagnostic critique de la Gesellschaftstheorie.

22Le marxisme demeure une référence partagée par la grande majorité des sociologues du travail, y compris les artisans du paradigme de la subjectivation. C’est là un trait distinctif de la sociologie du travail allemande. S’ils positionnent leur travail dans une veine d’inspiration marxiste, la plupart s’empressent cependant de préciser que c’est en tant qu’héritiers « non-orthodoxes ». La référence marxiste opère comme toile de fond à défaut d’une autre grande théorie plus appropriée, mais dans la plupart des cas sans faire l’objet d’une véritable opérationnalisation dans l’enquête et l’analyse empiriques. Si des propositions en faveur d’un repositionnement de la discipline sur le terrain d’une théorie critique de la société (Mayer-Ahuja et al., 2018[2012]) ou d’un renouvellement théorique combinant structuralisme marxiste et théorie de l’action wébérienne (Pfeiffer et Jäger, 2008) existent, elles sont rares. D’ailleurs la dernière édition en date du manuel de sociologie du travail (Böhle et al., 2018) ne comporte pas de chapitre théorique, alors que les enquêtes empiriques se caractérisent par l’éclectisme théorique et l’élaboration de « paradigmes de moyenne portée ». Ces derniers constituent, aux côtés de la théorie sociale et la théorie de la société, la troisième catégorie à travers laquelle les sociologues du travail allemand·es expriment le rapport à la théorie. Ce troisième type de théorie, qui caractérise la majorité des travaux contemporains, se distingue des deux premiers en ce que son espace de validité se limite à une question, voir une recherche donnée.

23Même si le cadre marxiste suscite aujourd’hui un regain d’intérêt, la force de la sociologie du travail allemande contemporaine réside dans sa puissance empirique et son inventivité méthodologique. Une de ses faiblesses est en revanche liée à sa difficulté à se renouveler théoriquement, à élaborer des cadres analytiques de portée générale permettant de jeter des ponts entre différentes thématiques et enquêtes empiriques. Le constat d’un « déficit théorique » a ainsi constitué un thème récurrent des entretiens, même si à regarder de près la production scientifique, ce déficit s’avère très inégal d’une recherche à une autre.

Tropisme qualitatif et sophistication méthodologique

24Cette prégnance empirique s’accompagne d’une grande sophistication méthodologique. Les recherches sont essentiellement qualitatives, à l’exception des grandes enquêtes sur le marché du travail conduites essentiellement dans le cadre de l’IAB (Institut für Arbeitsmarkt- und Berufsforschung) qui, rattaché à l’Agence fédérale pour le travail (Bundesagentur für Arbeit), centralise les données statistiques relatives au travail et l’emploi.

25Dès les années 1960, la sociologie de l’entreprise et de l’industrie procède par grandes enquêtes qualitatives. L’équipe munichoise développe la méthode des études de cas d’entreprise (Betriebsfallstudien) qui s’appuie sur des entretiens avec des expert·es (Experteninterviews) – personnel encadrant, membres de la direction et du conseil d’entreprise, représentant·es des organisations patronales et syndicales de branche (Bogner, Littig et Menz, 2014). Le SOFI de Göttingen, spécialisé dans l’étude des postes de travail (Arbeitsplatzbeobachtung) (Pongratz et Trinczek, 2010 ; Nies et Menz, 2018), privilégie quant à lui une méthode par observation et par entretiens avec celles et ceux qui réalisent le travail, mais indépendamment, dans un premier temps, des caractéristiques individuelles de ces derniers (Kuhlmann, 2009).

26Les transformations du travail, mais aussi le paradigme subjectiviste, ont contribué à une diversification et une hybridation des méthodes (Nies et Menz, 2018), afin d’intégrer la manière dont le travail interagit avec les autres sphères de la vie et l’expérience qu’en font les personnes. Il en est résulté le développement de techniques narratives, sous la forme d’entretiens biographiques ou de discussions de groupe, dont l’objectif est autant de reconstruire des processus objectifs que d’en saisir le sens subjectif. Les niveaux d’analyse ont été démultipliés, y compris dans une même enquête, selon une variété de combinaisons entre analyse des postes de travail et de l’activité, de l’expérience et du vécu biographique, des organisations et des institutions.

27Si ces différents points de vue sur le travail font l’objet d’une grande inventivité méthodologique, c’est à l’exclusion cependant de certaines approches. Ainsi l’analyse interactive de l’activité dans la tradition des Workplace studies, de même que l’observation ethnographique fondée sur une immersion participante de moyenne durée dans le terrain trouvent peu d’échos en Allemagne. Cette sélectivité méthodologique n’est pas étrangère à l’inclinaison fonctionnaliste qui continue à marquer la discipline, en dépit du tournant subjectiviste et d’une veine de travaux qui, dans le domaine des relations professionnelles, cherche à combiner cadre marxiste et interactionniste (Trinczek, 1989 ; Artus, 2008).

28Un autre trait distinctif de la sociologie du travail allemande est la place persistante et dominante qu’y occupe la recherche-action (Fricke et al., 2015) ; une part importante des enquêtes relevant de la recherche appliquée. Cette caractéristique n’est pas seulement liée à la mission de diagnostic critique que revendique la discipline, mais aussi et surtout à ses modes de financements et de structuration institutionnelle.

Comment les modes de financement structurent la recherche

29Le plus gros de la recherche allemande en sciences humaines et sociales est réalisé dans le cadre de chaires universitaires. À l’exception de quelques organismes du type Max Planck Institut, les instituts de recherches thématiques sont rares, le CNRS français et ses laboratoires n’ayant pas d’équivalent outre-Rhin. Dans ce paysage, la sociologie du travail dénote avec ses instituts dédiés et leur proximité aux entreprises et aux organisations syndicales. Ces deux spécificités vont de pair avec des canaux de financement particuliers qui placent la discipline dans une relation de dépendance partielle par rapport à la commande publique et socio-économique. Si ce positionnement amène à composer avec l’idéal d’autonomie de la science, il facilite l’accès au terrain de l’entreprise et le financement de recherches empiriques d’envergure comme le suggère le thème de la digitalisation qui concentre aujourd’hui des moyens considérables.

Instituts dédiés et recherche appliquée

30Des quatre instituts créés entre les années 1920 et 1960, deux sont restés dédiés à l’étude du travail et continuent à jouer un rôle moteur dans la discipline : l’ISF de Munich et le SOFI de Göttingen. Spécialisé dans la théorie critique, l’IfS de Francfort demeure un fleuron de la recherche allemande, mais l’analyse du travail y occupe désormais une place réduite. Parmi les autres instituts aujourd’hui actifs dans le domaine, figurent l’Institut Travail et Qualification (IAQ) de l’Université de Duisburg-Essen, émanation de l’Institut Travail et Technique crée en 1988 et le Wissenschaftszentrum (WZB) de Berlin, fondé dès 1969 mais devenu dans les années 1980 seulement un acteur de poids dans le domaine du travail. Ce dernier se distingue des autres instituts par l’importance de son financement public récurrent qui, en lui assurant un socle budgétaire propre, lui offre une plus grande autonomie dans le choix des orientations de recherche.

31Assurés d’une dotation publique récurrente limitée, l’ISF, le SOFI et l’IAQ sont tributaires de moyens-tiers pour sécuriser leur financement. La plupart des chercheurs et chercheuses y exercent en contrat à durée indéterminée, mais financent leur poste par la recherche appliquée en entreprise et les contrats de recherche qu’ils remportent. L’expression consacrée de « recherche fondamentale appliquée » (anwendungsorientierte Grundlagenforschung) synthétise la double exigence, parfois difficilement conciliable, qui pèse sur leurs travaux.

32Alimentées par de nombreuses fondations comme celle de l’entreprise Volkswagen (Volkswagenstiftung) ou de la confédération syndicale unitaire (Hans Böckler Stiftung), les sources de financement sont nombreuses. Le problème est moins la carence des ressources que la pression temporelle liée au fait qu’avant même qu’une recherche ne soit terminée, il faut se positionner sur les suivantes. Cette course au contrat, qui est la condition de survie de l’institut en tant que collectif et de continuité de la rémunération de ses membres, limite drastiquement le temps disponible pour l’approfondissement théorique des résultats et la production de publications académiques destinées à des revues sociologiques de renommée nationale ou internationale. À quelques exceptions près, les sociologues des instituts privilégient les publications dans des ouvrages collectifs, dans la revue en ligne de la section « Sociologie du travail et de l’industrie » de l’Association allemande de sociologie (AIS Studien) ou dans des revues spécialisées et pluridisciplinaires à dominante empirique telles que Die Arbeit, Industrielle Beziehungen, Soziale Welt et WSI Mitteilungen.

33Les chaires universitaires qui se sont multipliées depuis les années 1970 complètent le paysage. Elles sont, pour leur part, dotées d’un confortable financement de base qui assure la rémunération des professeur·es, de même que d’une équipe de collaborateurs et collaboratrices dont l’étendue fait l’objet d’une négociation au moment du recrutement – au minimum un secrétariat, un poste d’assistant·e de recherche et un troisième d’aide étudiante à temps partiel. Mais les chaires sont également soumises à la recherche de moyens tiers pour financer les enquêtes.

La proximité aux organisation syndicales

34La sociologie du travail s’est développée en étroite symbiose avec le système allemand de relations professionnelles. En instituant les représentant·es des salarié·es et des employeur·es en actrices d’une régulation décentralisée du travail, celui-ci en a fait de gros consommateurs d’expertise. L’existence d’un syndicat unitaire, le DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund), et de puissantes fédérations de branche constitue un autre facteur important. Alors que le DGB a créé son propre institut de recherche, le WSI (Wirtschafts- und Sozialwissenschaftliches Institut), la fondation syndicale Hans Böckler finance un nombre considérable de recherches externes. Elle constitue un lieu de socialisation entre syndicalistes, chercheuses et chercheurs dont les collaborations sont nombreuses. Ainsi, la fondation a constitué en 2015 une Commission sur le futur du travail, composée à part égale de syndicalistes, chercheuses et chercheurs ; la commission a rendu ses conclusions en 2017 sous la forme d’un ensemble des recommandations rédigées conjointement (Jürgens et al., 2018[2017]). Certaines fédérations telles que la puissante et influente IG Metall (métallurgie) organisent par ailleurs des rencontres régulières entre chercheuses, chercheurs et syndicalistes, de même que de congrès thématiques où les membres des deux communautés interagissent et discutent autour de grandes questions de société tels que la solidarité, les inégalités etc.

35Cette proximité aux organisations syndicales facilite l’accès au terrain, tout en offrant aux sociologues des partenaires actifs dans la mission de diagnostic critique qu’ils se donnent. Mais elle contribue aussi à donner un poids important à l’agenda syndical dans la définition des orientations de recherche, aussi bien en termes de questionnement que de population cible (les salarié·es des secteurs traditionnels de l’industrie et des services).

De grands programmes de recherche sur initiative politique : le cas de la digitalisation

36Enfin, comme autre source de financement qui contribue à façonner la discipline et ses accents thématiques, il convient de relever les grands programmes de recherche lancés par le ministère fédéral de la Recherche. Ce fut le cas dans les années 1970 du programme sur l’humanisation du travail (Humanisierung der Arbeit) dédié aux effets humains du taylorisme ; c’est le cas aujourd’hui de la vaste initiative de recherche sur la digitalisation, dont un pan important concerne le travail, ses transformations et son futur. Un des collègues interviewés évoque un domaine « submergé par l’argent », alors qu’une autre voit dans cette initiative politique une « aubaine » pour un renouveau de la discipline après deux décennies de remise en question. Un nouveau champ de recherche se constitue en effet à grande vitesse sous le double effet des transformations économiques, saisies par l’expression d’« industrie 4.0 », et de financements publics ciblés.

37La création simultanée en 2017 à Berlin de deux instituts, le Weizenbaum Institut et le Einstein Center Digital Future, en témoignent. Le premier, appelé aussi Institut allemand de l’Internet, associe quatre universités berlinoises à l’Université de Potsdam et deux instituts de recherche, dont le WZB, dans un projet collaboratif financé pour les cinq premières années par le ministère fédéral de l’Éducation et la Recherche à hauteur de 50 millions d’euros et le Land de Berlin à hauteur de 5,2 millions. Organisé en vingt-quatre équipes de recherches, l’Institut a pour mission d’étudier les changements sociétaux liés à la digitalisation et de participer à l’élaboration de plans d’action pour l’avenir. Il a généré la création d’une centaine de postes de recherche de niveau docteur à professeur, en appui aux collègues déjà en poste dans les universités et institutions associées au projet.

38Le Einstein Center Digital Future est, quant à lui, spécialisé dans les aspects technologiques de la digitalisation. Il repose sur un vaste partenariat public-privé réunissant plus de trente entreprises et organisations, cinq universités berlinoises et plus de dix instituts de recherche. Le projet, d’une durée prévisionnelle de six ans, dispose d’un budget de plus de 38,5 millions d’euros, afin de renforcer les liens entre les acteurs berlinois et de susciter de nouvelles synergies.

  • 6 Ce montant est calculé sur la base des 10 projets que j’ai été amenée à expertiser, en tant que mem (...)

39La Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), opérateur du financement public de la recherche, au même titre que l’ANR en France, n’est pas en reste dans cette injection massive d’argent public dans les recherches sur la digitalisation. À l’automne 2019, elle a lancé un nouveau programme prioritaire intitulé « La digitalisation des mondes du travail. Conceptualiser et saisir une transformation systémique », dans le cadre duquel 60 propositions ont été déposées et 15 sélectionnées pour un financement moyen de 340 000 euros par projet sur trois ans6.

Perspectives et défis

40Les fortes sollicitations que font peser sur la sociologie du travail les transformations à l’ère de la digitalisation ont contribué à lui donner un nouvel élan. Les débats sur la fin du travail font désormais place à l’optimisme quant à l’avenir de la discipline. La digitalisation assure non seulement son développement à travers les financements qu’elle draine, elle fait aussi naître l’espoir d’un renouvellement théorique. La société digitale peut-elle donner lieu à un paradigme aussi structurant que le paradigme marxiste hérité de la société industrielle ? Si certains y voient la chance d’un repositionnement, celui-ci n’est cependant pas sans défis.

41Un premier défi est celui de l’élaboration d’un cadre théorique et conceptuel qui permette de donner corps à un paradigme à même de saisir la société digitale dans sa globalité, au-delà de la seule question du travail. Ce n’est qu’à cette condition que les sociologues du travail pourront renouer avec l’ambition de contribuer à une théorie de la société à même d’alimenter la sociologie générale. Cela suppose de reconceptualiser le travail et ses contours, mais aussi la manière dont il s’articule avec les autres activités humaines. Un nouveau concept de travail, plus « englobant » (Jürgens, 2008) est requis, qui soit malgré tout suffisamment précis et robuste pour ne pas diluer le travail dans n’importe quel type d’activité. C’est par conséquent à la redéfinition des contours de son objet que la sociologie du travail est confrontée. Si de plus en plus de travaux témoignent d’un élargissement analytique des frontières du travail au-delà de sa forme salariée et marchande au profit de l’intégration du travail domestique et bénévole, plus largement du genre au travail (Jürgens, 2006 ; Hipp, 2019 ; Artus et al., 2020), force est de constater que les projets déposés, de même que ceux sélectionnés dans la cadre de la première vague du programme prioritaire de la DFG sur les mondes digitaux du travail7, témoignent d’une prégnance persistante d’une entrée par le travail salarié, la technique et l’entreprise.

42Un autre défi est relatif à la transformation de l’entreprise, objet classique de la sociologie du travail, dont les frontières tendent aussi à se fluidifier. Comment conceptualiser ces changements et leurs effets, tant du point de vue du contenu du travail et de son organisation que de celles et ceux qui le réalisent, et de l’environnement plus large dans lequel il s’inscrit ? Cette autre facette de l’extension des frontières du travail est au cœur des recherches sur le télétravail (Kleemann, 2017), le travail de plateforme, les chaînes de sous-traitance et pratiques des multinationales (Mense-Petermann et Wagner, 2006), ou encore sur l’impact écologique des entreprises (Dörre et al., 2019).

43Un troisième défi est celui de l’internationalisation des recherches, à la fois du point de vue du périmètre des enquêtes, des coopérations et de la diffusion des résultats. À de notables exceptions près (Mayer-Ahuja, 2014 ; Artus, 2008 ; Spiegel et al., 2018 ; Krzywdzinski et Gerber, 2020), la sociologie du travail est aujourd’hui en Allemagne, comme dans beaucoup d’autres pays, centrée sur le périmètre national, ce qui induit de sérieuses limites dès lors qu’il s’agit de saisir dans un seul et même paradigme théorique les multiples facettes d’une économie digitale et globalisée.

44En guise de conclusion, la sociologie allemande du travail constitue présentement une communauté davantage tournée vers les acteurs syndicaux et patronaux nationaux, ses partenaires historiques, que vers les autres domaines de la sociologie ou la scène internationale. À quelques exceptions près, les sociologues du travail s’investissent peu dans les débats de sociologie générale, publient peu dans les revues généralistes de la discipline et ne font que de rares incursions dans la sociologie des organisations, la sociologie économique ou la sociologie politique, davantage internationalisées et en dialogue avec la sociologie générale.

45Tendanciellement repliée sur elle-même, tout en faisant preuve d’une grande réflexivité quant aux défis qui pèsent sur elle, cette communauté est aussi relativement consensuelle. Au fondement de ce consensus, un programme qui associe le primat de l’empirie à une exigence de diagnostic critique de la société, dans la tradition de la Gesellschaftstheorie marxiste. Si celle-ci offre un cadre fédérateur à la discipline, ce cadre opère comme une toile de fond que seuls de rares travaux mobilisent et déclinent dans l’enquête. Favorisé par l’absence de propositions théoriques concurrentielles et clivantes, le consensus est en outre alimenté par l’adhésion massive à une méthodologie qualitative sophistiquée et rigoureuse. C’est vraisemblablement pour ces raisons que la sociologie du travail a échappé à la violente querelle qui agite depuis quelques années la sociologie allemande et qui a conduit en 2017 à la scission de l’Association allemande de sociologie (DGS) et la création de l’Académie de sociologie (AS) dédiée à la promotion de la sociologie analytique.

46Quantitativistes, les scissionnistes reprochent aux qualitativistes leur essayisme et leur manque de professionnalisme, alors ces derniers dénoncent le fétichisme de la mesure des premiers. Au-delà de la querelle de méthodes, la dispute porte sur la conception même de la sociologie et ses critères de scientificité. Plus prosaïquement, elle s’alimente à des enjeux d’accès aux positions de pouvoir au sein des commissions de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) qui président à la distribution des financements publics de la recherche, sachant que ces commissions sont composées de représentants des associations professionnelles des différentes disciplines telles que la DGS pour la sociologie, et désormais l’AS. Si la sociologie du travail bénéficie de ses propres sources de financement, elle n’en est pas moins directement concernée par le débat de fond qui secoue la sociologie quant à ses critères de scientificité ; l’éluder reviendrait à renoncer à l’ambition que caressent certain·es de ses représentant·es de renouer avec une position plus centrale au sein de la discipline sociologique.

Lespsius Rainer (1979), « Die Entwicklung der Soziologie nach dem zweiten Weltkrieg 1945 bis 1967 », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, n° 21, pp. 23-70.

Haut de page

Bibliographie

Altmann Norbert, Bechtle Günter et Lutz Burkart (1978), Betrieb, Technik, Arbeit. Elemente einer soziologischen Analytik technisch-organisatorischer Veränderungen, Francfort s/Main, Campus.

Artus Ingrid (2008), Interessenhandeln jenseits der Norm. Mittelständische Betriebe und prekäre Dienstleistungsarbeit in Deutschland und Frankreich, Francfort s/Main, Campus.

Artus Ingrid, Bennewitz Nadja, Henninger Annette, Holland Judith et Kerber-Clasen Stefan (2020), Arbeitskonflikte sind Geschlechterkämpfe, Münster, Westfälisches Dampfboot.

Aulenbacher Brigitte, Funder Maria, Jacobsen Heike et Völker Suzanne (dir.) (2007), Arbeit und Geschlecht im Umbruch der modernen Gesellschaft, Wiesbaden, Springer.

Baethge Martin (1991), « Arbeit, Vergesellschaftung, Identität – Zur zunehmenden normativen Subjektivierung der Arbeit », Soziale Welt, n° 42 (1), pp. 6-19.

Beckenbach Niels (1991), Industriesoziologie, Berlin, Walter de Gruyter.

Beck Ulrich (2001[1986]), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

Bogner Alexander, Littig Beate et Menz Wolfgang (2014), Interviews mit Experten. Eine Praxis-orientierte Einführung, Wiesbaden, Springer.

Böhle Fritz (2002), « Vom Objekt zum Gespaltenen Subjekt », dans Modalsch Manfred et Voss Günther (dir.), Subjektivierung von Arbeit, Munich, Mering.

Böhle Fritz (dir.) (2017), Arbeit als Subjektivierendes Handeln. Handlungsfähigkeit bei Unwägbarkeiten und Ungewissheit, Wiesbaden, Springer.

Böhle Fritz et Milkau Brigitte (1998[1988]), De la manivelle à l’écran. L’évolution de l’expérience sensible des ouvriers lors des changements technologiques, Paris, Eyrolles.

Böhle Fritz, Voss Günther et Wachtler Günther (dir.) (2018[2010]), Handbuch Arbeitssoziologie, Wiesbaden, Springer, 2 tomes, 2e éd.

Bröckling Ulrich (2015[2007]), The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, London, Sage.

Butollo Florian et Nuss Sabine (2019), Marx und die Roboter. Vernetzte Produktion, künstliche Intelligenz und lebendige Arbeit, Berlin, Dietz.

Dahrendorf Ralph (1956), Industrie- und Betriebssoziologie, Berlin, Walter de Gruyter et Co.

Dahrendorf Ralph (1983), « Wenn der Arbeitsgesellschaft die Arbeit ausgeht », dans Matthes Joachim (dir.), Krise der Arbeitsgesellschaft? Verhandlungen des 21. Deutschen Soziologuentages in Bamberg 1982, Francfort s/Main, Campus.

Dörre Klaus (2002), Kampf um Beteiligung. Arbeit, Partizipation, und industrielle Beziehungen im flexiblen Kapitalismus, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag.

Dörre Klaus (2019), « Die neuen Vagabunden. Prekarität in reichen Gesellschaften », dans Bitterling Uwe, Demirovic Alex et Freytag Tatjana (dir.), Handbuch Kritische Theorie, Wiesbaden, Springer, tome 2, 981-1004.

Dörre Klaus, Ettrich Frank, Lohr Karin, Müller Hans-Peter et Rosa Hartmut (2019) (dir.), Grosse Transformation ? Zur Zukunft moderner Gesellschaften, numéro spécial Berliner Journal für Soziologie, n° 29 (1-2).

Dupré Michèle et Giraud Olivier (2003), « Les sociologies du travail et de l’emploi en Allemagne et en France : une mise en perspective réflexive », dans Lallement Michel et Spurk Jan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Editions.

Faust Michael et Kädtler Jürgen (2018), « Die Finanzialisierung von Unternehmen », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, n° 70 (1), pp. 167-194.

Fricke Werner et Pfeiffer Sabine (dir.) (2015), « Action Research Perspectives in German Social », International Journal of Action Research, n° 11 (1–2), pp. 5-13.

Friedmann Georges (1956), Le travail en miettes, Paris, Gallimard.

Fürstenberg Friedrich (1958), « Der Betriebsrat : Strukturanalyse einer Grenzinstitution », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, n° 10 (3), pp. 418-429.

Hipp Lena (2019), « Do Hiring Practices Penalize Women and Benefit Men for Having Children? Experimental Evidence from Germany », European Sociological Review, n° 36 (2), pp. 250-264.

Huchler Norbert (dir.) (2008), Ein Fach wird vermessen. Positionen zur Zukunft der Disziplin Arbeits- und Industriesoziologie, Berlin, Edition Sigma.

Jürgens Kerstin (2006), Arbeits- und Lebenskraft. Reproduktion als eigensinnige Grenzziehung, Wiesbaden, Springer.

Jürgens Kerstin (2008), « Perspektiverweiterung statt Kriseninszenierung. Ein Beitrag zum Diskurs über die Zukunft der Arbeits- und Industriesoziologie », dans Huchler Norbert (dir.), Ein Fach wird vermessen. Positionen zur Zukunft der Disziplin Arbeits- und Industriesoziologie, Berlin, Edition Sigma, pp. 45-68.

Jürgens Kerstin, Hoffmann Reiner et Schildmann Christina (2018[2017]), Let's transform work! Recommendations and proposals from the Commission on the work of the future, Düsseldorf, Etudes de la Hans Böckler Stiftung, n° 376.

Kädtler Jürgen (2006), Sozialpartnerschaft im Umbruch. Industrielle Beziehungen unter den Bedingungen von Globalisierung und Finanzmarktkapitalismus, Hambourg, VSA-Verlag.

Kern Horst (1982), Empirische Sozialforschung. Ursprünge, Ansätze, Entwicklungslinien, Munich, Beck.

Kern Horst et Schumann Michael (1970), Industriearbeit und Arbeitsbewusstsein, 2 tomes, Francfort s/Main, Europaïsche Verlagsanstalt.

Kern Horst et Schumann Michael (1995[1984]), La fin de la division du travail ? : La rationalisation dans la production industrielle, l'état actuel, les tendances, Paris, Editions Maison des sciences de l’homme.

Kleemann Frank (2017), « Mobile und ortsungebundene Arbeit », dans Hirsch-Kreinsen Hartmut et Minssen Heiner (dir.), Lexikon der Arbeits- und Industriesoziologie, Baden-Baden, Nomos, pp. 222-225.

Kleemann Frank, Westerheide Jule et Matuschek Ingo (2019), Arbeit und Subjekt. Aktuelle Debatten der Arbeitssoziologie, Wiesbaden, Springer.

Kratzer Nick (2003), Arbeitskraft in Entgrenzung: Grenzenlosen Anforderungen, erweiterte Spielräume, begrenzte Ressourcen, Berlin, Edition Sigma.

Krzywdzinski, Martin et Gerber Christine (2020), “Varieties of Platform Work. Platforms and Social Inequality in Germany and the United States”, Working paper, Weizenbaum Series 7, Berlin, Weizenbaum Institute for the Networked Society - The German Internet Institute.

Kuhlmann Martin (2009), « Beobachtungsinterview », dans Kühl Stefan, Strodtholz Petra et Taffertshofer Andreas (dir.), Handbuch Methoden der Organisationsforschung. Quantitative und qualitative Methoden, Wiesbaden, VS, pp. 78-99.

Labit Anne et Thoemmes Jens (2003), « Vingt ans de comparaison France-Allemagne : de l’effet sociétal à l’analyse de l’articulation des régulations globales et locales », dans Lallement Michel et Spurk Jan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Editions, pp. 23-38.

Lohr Karin et Nickel Hildegard M. (2006), Subjektivierung von Arbeit. Riskante Chancen, Munster, Westfälisches Dampfboot.

Lutz Burkhard (1990[1984]), Le mirage de la croissance marchande, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme.

Matthes Joachim (dir.), Krise der Arbeitsgesellschaft? Verhandlungen des 21. Deutschen Soziologuentages in Bamberg 1982, Francfort s/Main, Campus.

Maurice Marc, Sellier François, Silvestre Jean-Jacques (1982), Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne, Paris, PUF.

Mayer-Ahuja Nicole (2018), « Labor, Insecurity, Informality », dans Dörre Klaus et al. (dir.), Capitalism and Labor. Towards Critical Perspectives, Francfort s/Main Campus, pp. 257-268.

Mayer-Ahuja Nicole (2014), „Everywhere is becoming the same?“ Regulating IT-work between India and Germany, New Delhi, Social Science Press.

Mayer-Ahuja Nicole, Dörre Klaus, Sauer Dieter et Wittke Volker (dir.) (2018), Capitalism and Labor. Towards Critical Perspectives, Francfort s/Main et New York, Campus.

Mense-Petermann Ursula et Wagner Gabriele (dir.) (2006), Transnationale Konzerne - Ein neuer Organisationstyp?, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften.

Menz Wolfgang et Nies Sarah (2018), « Methoden der Arbeitssoziologie », dans Böhle Fritz, Voss Günter et Wachtler Günther (dir.), Handbuch Arbeitssoziologie, 2e éd., vol.° 1: Arbeit, Strukturen und Prozesse, Wiesbaden, Springer, pp. 265-318.

Minssen Heiner (2006), Arbeits- und Industriesoziologie – Eine Einführung, Francfort s/Main, Campus.

Minssen Heiner (2008), « Crisis? What Crisis? », dans Huchler Norbert (dir.), Ein Fach wird vermessen. Positionen zur Zukunft der Disziplin Arbeits- und Industriesoziologie, Berlin, Edition Sigma, 89-106.

Modalsch Manfred et Voss Günther (dir.) (2002), Subjektivierung von Arbeit, Munich, Mering.

Müller-Jentsch Walther (dir.) (1991), Konfliktpartnerschaft. Akteure und Institutionen industrieller Beziehungen, Munich, Hampp.

Neckel Sighardt et Wagner Greta (dir.) (2013), Leistung und Erschöpfung. Burn Out in der Wettbewerbsgesellschaft, Berlin, Springer.

Nies Sarah et al. (2021), « Selbstständiges Arbeiten in der digitalen Fabrik », dans Bauer Wilhelm et al. (dir.), Arbeit in der digitalisierten Welt. Praxisbeispiele und Gestaltungslösungen aus dem BMBF-Förderschwerpunkt, pp. 176-187.

Pasternack Peer (2015), « Soziologie im Industrierevier. Arbeitssoziologische Forschung an der Universität Halle-Wittenberg 1963-1989 », Die Hochschule. Journal für Wissenschaft und Bildung, 24 (1), pp. 62-77.

Pfeiffer Sabine et Jäger Wieland (2008), « Ende des Elends. Marxsche Reformulierung, handlungstheoretischer Beitrag und dialektische Reanimation der Arbeits- und Industriesoziologie », dans Huchler Norbert (dir.), Ein Fach wird vermessen. Positionen zur Zukunft der Disziplin Arbeits- und Industriesoziologie, Berlin, Edition Sigma.

Pfeiffer Sabine (2018), « Industry 4.0 : Robotics and Contradictions », dans Bilić Paško, Primorac Jaka, Valtýsson Bjarki (dir.) (2018), Technologies of Labour and the Politics of Contradiction, Palgrave, pp. 19–36.

Pongratz Hans et Voss Günther (2003), « From Employee to 'Entreployee': Towards a 'Self-Entrepreneurial' Work Force? », Concepts and Transformation, n° 8, 3, pp. 239-254, DOI: 10.1075/cat.8.3.04pon

Pongratz Hans et Trinczek Rainer (2010), Industriesoziologische Fallstudien. Entwicklungspotenzial einer Forschungsstrategie, Berlin, Sigma.

Popitz Heinrich, Bahrdt Hans, Jüres Ernst et Kesting Hanno (1957), Das Gesellschaftsbild des Arbeiters. Soziologische Untersuchungen in der Hüttenindustrie, Tübingen, Mohr.

Sauer Dieter (2005), Arbeit im Übergang – Zeitdiagnosen, Hamburg, VSA Verlag.

Schmidt Gert (1980), « Zur Geschichte der Industriesoziologie in Deutschland », Soziale Welt, n° 31 (2), pp. 257-278.

Schultheis Franz, Vogel Berthold et Mau Kristina (dir.) (2014), Im öffentlichen Dienst. Kontrastive Stimmen aus einer Arbeitswelt im Wandel, Bielefeld, Transcript Verlag.

Sparschuh Vera et Koch Ute (1997), Sozialismus und Soziologie, Opladen, Leske et Budrich. 

Spiegel Anna, Mense-Petermann Ursula et Bredenkötter Bastian (2018), Expatriate Managers: The Paradoxes of Working and Living Abroad, New York, London, Routledge.

Staab Philipp (2019), Digitaler Kapitalismus. Markt und Herrschaft in der Ökonomie der Unknappheit, Berlin, Suhrkamp.

Touraine Alain (1966), La conscience ouvrière, Paris, Le Seuil.

Trinczek Rainer (1989), « Betriebliche Mitbestimmung als soziale Interaktion. Ein Beitrag zur Analyse innerbetrieblicher industrieller Beziehungen », Zeitschrift für Soziologie, n° 18, pp. 444-456.

Tullius Knut, Freidank Johannes, Grabbe Johannes, Kädtler Jürgen et Schroeder Wolfgang (2012), « Perspektiven alter(n)sgerechter Betriebs- und Tarifpolitik », WSI Mitteilungen, n° 2, 113-123.

Vogel Berthold, Schultheis Franz et Gemperle Michael (dir.) (2010), Ein halbes Leben. Biographische Zeugnisse aus einer Arbeitswelt im Umbruch, Constance, UVK.

Voswinkel Stephan (2002), « Bewunderung ohne Würdigung? Paradoxien der Anerkennung doppelt subjektivierter Arbeit », dans Honneth Axel (dir.), Befreiung aus der Mündigkeit. Paradoxien des gegenwärtigen Kapitalismus, Francfort s/Main, Campus, pp. 65-92.

Voss Günther (1984), Bewusstsein ohne Subjekt? Eine Kritik des industriesoziologischen Bewusstseinsbegriffs, Grosshesselohe, Rainer Hampp Verlag.

Voss Günter (1991), Lebensführung als Arbeit. Über die Autonomie der Person im Alltag der Gesellschaft, Stuttgart, Enke.

Voss Günther et Pongratz Hans (1998), « Der Arbeitskraftunternehmer. Eine neue Grundform der Ware Arbeitskraft ? », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, n° 1, pp. 131–158.

Weber Max (1892), Die Verhältnisse der Landarbeiter im ostelbischen Deutschland, Schriften des Vereins für Socialpolitik, Band 55, Leipzig, Duncker et Humblot.

Weber Max (1924), « Methodologische Einleitung für die Erhebung des Vereins für Socialpolitik über Auslese und Anpassung (Berufswahl und Berufsschicksal) der Arbeiterschaft der geschlossenen Grossindustrie (1908) », dans Weber Max, Gesammelte Aufsätze zur Soziologie und Sozialpolitik, Tübingen, Mohr, pp. 1-60.

Haut de page

Notes

1 https://soziologie.de/sektionen/arbeits-und-industriesoziologie, consulté le 11 février 2021. Au 31.12.2018, la section compte 336 membres (derniers chiffres publiés dans les comptes-rendus de la section).

2 Le texte adopte les conventions d’écriture inclusive proposées par la revue Sociologie du travail, 2019, « Consignes aux auteurs et autrices sur l’usage de l’écriture inclusive et la féminisation des noms de fonction », en ligne : https://journals.openedition.org/sdt/25611.

3 Je remercie également Michèle Dupré, Olivier Giraud, Michel Lallement, Katrin Sold et les membres du comité de rédaction de la Nouvelle revue du travail pour leur précieuses remarques sur diverses versions de ce texte.

4 Le retour sur la sociologie est-allemande du travail mériterait un article à part entière, basé sur des recherches historiques complémentaires.

5 De nombreux manuels ont été publiés entre l’opuscule de Dahrendorf paru en 1956 et 2010, mais toujours sous le titre de sociologie de l’industrie. Celui de Heiner Minssen intitulé Arbeits und Industriesoziologie (Minssen, 2006) intègre le changement de dénomination de la section de l’Association allemande de sociologie opéré en 2000, alors que le manuel de F. Böhle, G. Voss et G. Wachtler (2010) fait de l’abandon du label d’Insdustriesoziologie au profit du seul terme d’Arbeitssoziologie, un choix théorique que les directeurs du manuel justifient par les transformations du monde du travail.

6 Ce montant est calculé sur la base des 10 projets que j’ai été amenée à expertiser, en tant que membre du comité international de sélection constitué à cet effet.

7 https://digitalisierung-der-arbeitswelten.de/ ; Consulté le 18.02.2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Zimmermann, « La sociologie du travail allemande : entre engagement empirique et ambivalence théorique »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9194 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9194

Haut de page

Auteur

Bénédicte Zimmermann

EHESS (Paris) et Wissenschaftskolleg (Berlin)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search