Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...La sociologie et la sociologie du...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

La sociologie et la sociologie du travail en Chine : un bref éclairage

Laurence Roulleau-Berger
Cet article est une traduction de :
Sociology and the sociology of work in China: a brief illustration [eng]

Texte intégral

1La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans pour retrouver ensuite un essor très rapide. Cette page blanche de l'histoire a produit une double invisibilisation des savoirs : non seulement les connaissances produites pendant cette période, mais aussi celles produites avant 1949. En 1979, lorsque les sociologues recréent la discipline, ils se familiarisent rapidement avec les sociologies d'Europe occidentale, d'Europe centrale et orientale, d'Inde et d'Amérique du Nord, et une sorte d'imprévisibilité épistémologique crée d'abord un certain pluralisme scientifique (Li Peilin, 2008).

2La sociologie est en effet devenue, au cours des années 1980, une discipline phare du champ intellectuel des sciences sociales en Chine. L'abondance des productions scientifiques témoigne de la forte dynamique intellectuelle qui produit une véritable originalité et de véritables spécificités liées à l'histoire de la pensée chinoise et à la complexité du contexte sociétal (Roulleau-Berger, Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding, 2008). Si dans un premier temps les influences des sociologies occidentales ont joué un rôle important dans la réinvention de la sociologie chinoise, elle a ensuite pris sa place dans le champ intellectuel chinois et international en construisant des théories, des positions et des méthodes à la fois à côté, avec, voire contre les pensées occidentales (Roulleau-Berger, 2008).

3En effet, après la mise en œuvre des réformes économiques, la structure de la société chinoise change radicalement et se caractérise par une stratification sociale de plus en plus tangible, produisant de nouvelles inégalités sociales, notamment dans les grandes villes chinoises. Deux phénomènes conjoints et contradictoires se produisent : la polarisation sociale et la mobilité ascendante, cette dernière ayant tendance à stagner de nos jours. Les enquêtes sociologiques s'organisent autour de ces perspectives sur la transformation des classes sociales. Un véritable débat sociologique s'instaure alors entre les théoriciens qui insistent sur les processus de reproduction sociale dans un contexte de transition, et ceux qui travaillent sur les différentes formes de mobilité sociale qui produisent une multiplicité d'inégalités entre groupes sociaux. En effet, l'écart en termes de revenus se creuse entre les différentes classes sociales. Alors qu'une classe moyenne se stratifie et que de nouvelles élites économiques apparaissent, la condition paysanne et ouvrière s’affaiblit. Les sociologues définissent progressivement une nouvelle underclass composée principalement de migrants peu qualifiés, de chômeurs, de jeunes en situation précaire.

4A partir des années 2000 dans un contexte d'incertitude économique et de montée des inégalités sociales – intra et intergénérationnelles – la sociologie du travail a connu un développement considérable avec les grandes transformations liées à la transition sociale. Les études se sont d'abord développées sur la danwei (unité de travail qui désigne une entreprise d’État ou une entreprise collective), puis sur son démantèlement, la réduction de la taille des entreprises d'État, le poids croissant du secteur privé, le ralentissement du marché de l'emploi rural et l'augmentation des migrations internes. Les marchés du travail seront de plus en plus pensés dans leur pluralisation et leur reconfiguration à partir d’injonctions à une productivité forte dans le cadre d’un nouveau capitalisme d’État (Bergère, 2013), des normes d'une sur-concurrence mondialisée et de l’héritage d'un système d’économie planifiée. De nombreuses enquêtes sur les transformations des régimes de propriété, l'accès des migrants aux marchés de l'emploi et les inégalités du marché du travail, la protection des droits des travailleurs, le chômage et les mouvements sociaux ont également été réalisées (Roulleau-Berger, Liu Shiding, 2014). L’étude des relations entre l'État, le marché et la société prend une place centrale dans la sociologie chinoise. Puis, à partir des années 2000, dans un contexte d’insécurité économique, de nouvelles questions sur le chômage, la pauvreté et le bien-être social sont apparues. Des études ont alors été menées autour des questions de gouvernance, de redéfinition de l'espace public et de la citoyenneté, définissant les frontières d'une sociologie de l'action publique.

5Progressivement les tendances de la sociologie chinoise vont se situer dans une sorte de mosaïque située et structurée autour d’une diversité de constructivismes contextualisés et révisés liés au contexte historique et civilisationnel chinois. Puis, les sociologues vont s'accorder sur différents points :

6- L'idée de produire des paradigmes libres de toute forme d'hégémonie scientifique ou d’un regard occidental surplombant ;

7- La reconnaissance de la singularité de l'expérience chinoise des 40 dernières années ;

8- Les influences de la civilisation chinoise, passée et présente ;

9- La montée en puissance de la notion de « production de la société » ;

10- La construction de l'individu, de sa subjectivité, de ses émotions ;

11- La diversité des processus de globalisation.

12Depuis une quinzaine d’années les sociologues chinois tendent à affirmer leurs approches, postures et raisonnements propres. La question de l'indigénisation du savoir sociologique, c’est-à-dire de l’autonomie épistémique, est réapparue. En Chine, cette question de l'autonomie épistémique vis-à-vis de la sociologie occidentale a été soulevée pour la première fois dans les années 1930 par Sun Benwen, puis reprise en 1979. La publication de deux articles écrits par Xie Yu (2018) et Zhou Xiaohong (2020) a suscité la controverse sur l’indigénisation des savoirs et a provoqué un débat passionné dans la sociologie chinoise, dans lequel est mobilisée la sociologie post-occidentale (Roulleau-Berger, 2016 ; Xie Lizhong, Roulleau-Berger, 2017 ; Li Peilin, Roulleau-Berger, 2018). Xie Yu considère que l’indigénisation de la sociologie est un faux problème. Zhou Xiaohong (2020) définit l'indigénisation de la sociologie comme un enjeu important dans la production des sciences sociales non-hégémoniques, il prône l’universalisme universel comme le proposait Immanuel Wallerstein (2006). La plupart des chercheurs sont d'accord avec l'idée que les sociologies occidentales ne doivent pas être considérées en tension avec la sociologie chinoise. Par exemple Liu Neng et Wu Su (2019) soutiennent que les pratiques sociales et culturelles en Chine sont en partie universelles, et ils refusent l'idée d'une exagération de l'exception chinoise.

13Xie Lizhong (2020) a développé une théorie du pluralisme discursif, distincte du pluralisme géographique. Alors que le pluralisme géographique favorise l'indigénisation de la pensée sociologique en produisant un discours dans un temps et dans un espace spécifiques, le pluralisme discursif semble être lié à une forme d'universalisme contenant un large éventail de discours pouvant s'appliquer à n'importe quel temps et espace. Xie Lizhong (2021) a défini des formes graduées d’indigénisation des savoirs dans la sociologie chinoise. Nous avons introduit la question des autonomies épistémiques plurielles dans la construction de la sociologie post-occidentale (Roulleau-Berger, 2021a).

14C’est dans ce contexte intellectuel que les frontières de la sociologie du travail se sont définies et redéfinies. Dès les années 90, Shen Yuan (2013) et les chercheurs de l’Université de Tsinghua (Pékin), apparaissent à la tête d’un courant qui attribue à la sociologie du travail un statut dominant. Cet auteur produit le concept de régime de production du travail des migrants, l'un des concepts les plus importants de la sociologie du travail chinoise, considérant qu’après « la réforme et l'ouverture », la Chine s'est transformée en un « musée des régimes industriels ». Il s’agit de comprendre la société à travers le prisme de l’usine et d’appréhender le destin de la classe ouvrière dans la période de transition économique et de sa capacité de provoquer les transformations historiques. Jusqu’au début des années 2000, le travail à l’usine, la formation de la nouvelle classe ouvrière chinoise, les mobilités des travailleurs migrants sur les marchés du travail feront l’objet d’un nombre important de publications.

15Shen Yuan (2014) a montré que nous sommes entrés dans une période de droits et que les citoyens chinois définissent leur relation avec l'État et le marché en développant la capacité d'agir et de se mobiliser dans l'espace public. A l'instar de Michael Burawoy, Shen Yuan a mis en avant les concepts de société active et de société civile pour analyser la production de la société chinoise. Inspiré par Antonio Gramsci, il affirme qu'entre l'État et le marché, des formes associatives, des mouvements et des organisations de masse différents émergent. La capacité réflexive des individus est engagée dans des situations d’interactions et dans des formes quotidiennes de résistance (Shi Yunqing, 2015).

16Depuis le début des années 2000, les jeunes qualifiés ont intériorisé l'idée de devenir des « héros » de la société chinoise contraints au culte de l'excellence, revendiquant une autonomie morale et une créativité sociale (Roulleau-Berger, Yan Jun, 2017 ; Roulleau-Berger, 2021b). Souvent confrontés à des situations de déqualification, ils se sentent peu considérés et reconnus, de plus en plus contraints à des emplois précaires. Les jeunes Chinois les moins qualifiés, notamment les jeunes travailleurs migrants, assignés à une condition de subalternité, se mobilisent et développent des actions collectives pour revendiquer des conditions de travail décentes. Dans ce contexte de déqualification structurale, les conflits sur les lieux de travail se sont multipliés en Chine. Les protestations organisées par les jeunes travailleurs migrants et les mouvements sociaux se sont multipliés. Pun Ngai (2016) a constaté que les actions collectives des migrants connaissent un processus de radicalisation, conduisant à des grèves, des actions de rue et des manifestations. Les jeunes travailleurs migrants doivent faire face à des situations de double bind, pris entre des appartenances collectives et la volonté d’accéder au gouvernement d’eux-mêmes.

17Depuis une dizaine d’années, l’étude de différents groupes professionnels a joué un rôle central dans le développement la sociologie du travail chinoise comme par exemple les études des conditions de travail des chauffeurs routiers, des livreurs à domicile, des coursiers, etc. apparus avec la croissance de l'économie des plateformes (Zheng Guanghuai et al., 2020). De jeunes chercheurs comme Chen Long (2021) ont montré comment dans le secteur de la distribution, de la vente à emporter, de la livraison à domicile, du secteur des chauffeurs de taxi les jeunes travaillent dans un régime de fausse autonomie contrainte, se vivent libres et indépendants alors qu’il se trouvent « sous contrôle numérique » dans un régime du travail qui ne passe pas seulement de l'autoritaire à l'hégémonique, mais aussi du physique au virtuel (Wu Qingjun, 2018). La théorie du travail émotionnel d’Arlie Hochschild (1983) est largement mobilisée dans différents travaux de recherche depuis une dizaine d’années. Plusieurs chercheurs (Li Xiaofen et alii, 2021) s’intéressent aussi à la santé psychologique des jeunes travailleurs qui subissent de fortes pressions au travail, contraints de développer des stratégies d’adaptation aux situations de stress, souvent peu capables de gouverner leurs vies.

18Certains objets de recherche sont qualifiés de plus sensibles que d'autres. En Chine, ceux liés aux violences subies par les travailleurs migrants sur les marchés du travail, aux risques écologiques et sanitaires, aux droits de propriété, aux mouvements sociaux peuvent vite être associés à des terrains « minés ». Les enquêtes de terrain liées à ces programmes de recherche sont très contrôlées et surveillées, voire empêchées.

19La sociologie chinoise s’est largement internationalisée et, dans le cadre de la production de la sociologie post-occidentale, ont été créés des espaces théoriques épistémologiques et méthodologiques connectés entre la sociologie chinoise et la sociologie européenne en identifiant des concepts hérités, partagés, situés à partir de trajectoires scientifiques et de traditions différentes et contextualisées (2021a).

Haut de page

Bibliographie

Bergère Marie-Claire (2013), Chine : Le nouveau capitalisme d'État, Paris, Fayard.

Guanghuai Zheng et al. (2020), Platform Workers and Download Labor: Group Characteristics and Labor Process of Couriers and Food Deliverymen in Wuhan (preprint), Collected Papers Database of Social Sciences Academic Press, [En ligne]. URL : https://www.jikan.com.cn/infoDetail/article/30000002.

Hochschild Arlie Russell (1983), The Managed Heart: Commercialization of Human Feeling, Berkeley (CA), University of California Press.Lizhong Xie et Roulleau-Berger Laurence (dir.) (2017), The fabric of sociological knowledge, Beijing, Peking University Press.

Lizhong Xie (2020), Indigenization, internationalization, construction of academic sociology and Chinese singularity. From Geographic Pluralism to Discourse Pluralism”, Sociological Research, n° 35(1).

Lizhong Xie (2021), “Post-Western Sociologies. What and why?”, The Journal of Chinese Sociology n° 8, 5. [En ligne]. URL : https://doi.org/10.1186/s40711-020-00141-8.

Long Chen (2021), “The work order under "digital control". A study of the control of the work of delivery runners”, Sociological Studies.

Neng Liu et Wu Su (2019),On the Indigenization of Sociology as an Academic Movement”, Journal of University of Jinan, 29 (1).

Peilin Li (2008), “Sociology and the Chinese Experience”, Sociology and Chinese Society, Social Sciences Academic Press of China.

Pun Ngai, (2016), Migrant Labor in China: Post-Socialist Transformations, Cambridge, Polity Press.

Qingjun Wu et Zhen Li (2018), “Labor Control and Task Autonomy Under the Sharing Economy: A Mixed-method Study of Drivers’ Work”, Sociological Studies, Issue n° 3.

Roulleau-Berger Laurencet (2008), “Introduction : Pluralisme et identité de la sociologie chinoise contemporaine”, dans La nouvelle sociologie chinoise, Paris, CNRS Editions.

Roulleau-Berger Laurence, Yuhua Guo, Peilin Li et Shiding Liu (2008), La nouvelle sociologie chinoise Paris, CNRS Editions.

Roulleau-Berger Laurence (2016), Post-Western Revolution in Sociology. From China to Europe. Boston/Leiden, Brill Publishers.

Roulleau-Berger Laurence et Peilin Li (dir.) (2018), Post-Western Sociology. From China to Europe, Leiden, Brill Publishers.

Roulleau-Berger Laurence (2021a), “The fabric of Post-Western sociology: ecologies of knowledge beyond the ‘East’ and the ‘West’”, The journal of Chinese sociology, vol. 8, Article n° 10, doi :10.1186/s40711-021-00144-z.

Roulleau-Berger Laurence (2021b), Young Chinese Migrants, Compressed Individual and Global Condition, Leiden & Boston, Brill Publishers.

Roulleau-Berger Laurence et Jun Yan (2017), Travail et migration : Jeunesses chinoises à Shanghai et Paris, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Shen Yuan (2013), Social Transformation and the New Generation of Migrant Workers, Beijing, Social Files Publishing House.

Shen Yuan et Xiang Wen (2014), “Recherches sociologiques sur les transformations des marchés du travail chinois” dans Roulleau-Berger Laurence et Shiding Liu (dir.), Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés, Lyon, ENS Editions.

Shen Yuan (2013), Social Transformation and the New Generation of Migrant Workers, Beijing, Social Files Publishing House.

Shen Yuan et Xiang Wen (2014), “Recherches sociologiques sur les transformations des marchés du travail chinois” dans Roulleau-Berger Laurence et Shiding Liu (dir.), Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés, Lyon, ENS Editions.

Wallerstein Immanuel (2006), European Universalism: The Rhetoric of Power, Demopolis, New Press.

Xiaofeng Li, Zhou Sisi et Zhong Lu Li (2021), Life stressors and differences among groups of new generation migrant workers. The example of industrial workers in Shenzhen”, Contemporary Youth Studies, n° 3.

Xiaohong Zhou (2020), “The Indigenization of Sociology: Narrow or Broad? Pseudo-problem or true reality? A discussion with Professor Xie Yu and Professor Zhai Xuewei”, Sociological Studies, n° 1, pp. 16-36.

Yu Xie (2018), “Going beyond the misunderstandings in the discussion of the indigenization of Chinese sociology”, Sociological Research, n° 2, pp. 1-13.

Yunqing Shi (2015), “’Selective Firming’ of the Self-Boundary: Social Movements and the Reshaping of the State-Individual Relationship during China’s Transformation: A Case Study of a Collective Litigation Caused by Demolition in City B”, The Journal of Chinese Sociology, vol. 2, n° 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, « La sociologie et la sociologie du travail en Chine : un bref éclairage »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9407

Haut de page

Auteur

Laurence Roulleau-Berger

CNRS, Triangle, ENS Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search