Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...Les mutations du monde du travail...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

Les mutations du monde du travail en Chine : du constat aux questions théoriques

The new Chinese working class. Empirical findings, theoretical questions, survey methods
Los cambios del mundo del trabajo en China : de la observación a las cuestiones teóricas
Gilles Guiheux
Traduction de Nathaniel London
Cet article est une traduction de :
Changes in the world of work in China: from observations to theoretical questions [eng]

Résumés

Cet article revient sur ces transformations de la scène du travail en Chine depuis les années 1990 : la disparition de l’ancienne classe ouvrière héritée de la période socialiste, l’émergence d’une nouvelle classe ouvrière venue des campagnes (les ouvriers-paysans ou mingong), et, plus récemment, les conséquences de la tertiarisation de l’économie et de la flexibilisation de l’emploi. Elle met également en exergue les principales questions posées. Des débats vigoureux ont eu lieu et perdurent sur l’interprétation à donner à la conflictualité et à la résistance des salariés aux formes de domination du capital. La question de l’existence ou non d’une classe ouvrière chinoise, au sens marxiste du terme, reste débattue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Grand Bond en avant (1957-1960) est une tentative d’adapter le modèle soviétique aux spécificité (...)

1Lorsque le Parti communiste prend le pouvoir en Chine en 1949, la classe ouvrière est marginale, la population est dans sa grande majorité rurale et paysanne. Cependant le Parti s’emploie rapidement à se conformer à l’orthodoxie marxiste. Dans la Chine urbaine de l’économie planifiée, les ouvriers, dont le nombre croît rapidement, deviennent la figure dominante du monde du travail. Ils constituent une fraction privilégiée de la société à la fois économiquement, socialement et politiquement. Alors que les années 1950 sont marquées par une forte dynamique de mouvements des campagnes vers les villes, la mise en place du système d’enregistrement de la population (le hukou) au lendemain du Grand Bond en avant1 en 1958 fige la société. Les ouvriers des entreprises d’État ont les meilleures rémunérations, bénéficient d’une bonne couverture sociale, sont logés par l’unité de travail (la danwei) qui les emploie. Héros de la Chine socialiste nouvelle, ce sont eux qui construisent les ponts, fabriquent les locomotives ou les machines qui permettent au pays de rattraper son retard et d’entrer dans la modernité. Ce sont dans leurs rangs que le Parti recrute un grand nombre de ses membres. Cette place de premier rang de la classe ouvrière est même inscrite dans la Constitution de 1954 dont l’article 1 stipule que « la République populaire de Chine est un État socialiste de dictature démocratique populaire dirigé par la classe ouvrière et fondé sur l'alliance entre ouvriers et paysans ».

2Même si la Constitution de 1982 débute toujours par ce même article, le contrat social passé entre le Parti et la société chinoise a été radicalement révisé à la suite du lancement de la politique de réforme et d’ouverture, et plus personne ne soutient que la République populaire est « dirigée par la classe ouvrière ». Au cours des années 1990, ce sont les classes moyennes montantes qui sont désormais au cœur du projet économique, social et politique chinois. Principales bénéficiaires de la croissance rapide et continue, comme de l’urbanisation et de l’amélioration consécutive des conditions de vie, elles constituent désormais le principal point d’appui politique du régime. La classe ouvrière de l’époque socialiste – la période 1949-1979 – a été sacrifiée à la faveur de la réforme de l’industrie d’État et une nouvelle classe ouvrière a vu le jour à la suite de la globalisation de l’économie chinoise.

  • 2 C’est le cas de Tong Xin, sociologue à l’Université de Pékin et directrice du Centre de recherche s (...)
  • 3 C’est le cas de Shen Yuan, professeur de sociologie à Tsinghua (voir Lee et Shen 2009).

3Le choix a été fait de ne citer que des publications en langue anglaise. Certaines sont signées de sociologues en poste dans des universités chinoises2 mais il faut souligner que la sociologie du travail n’est pas instituée en tant que telle en République populaire ; en l’absence d’une revue spécialisée, les questions du travail sont abordées dans les revues généralistes de la discipline. L’association chinoise regroupant les sociologues du travail s’intitule d’ailleurs Association de recherche sur le travail et les ressources humaines (中国劳动与人力资源研究), car les publications en Chine même adoptent soit le point de vue de l’entreprise – comment mobiliser les travailleurs ? –, soit celui de l’État – comment gérer la question du chômage ? Comment contrôler les flux de migrants ? Les questions du travail sont trop politiquement sensibles et la nature du régime rend impossible la publication de travaux qui porteraient sur les mécanismes institutionnels de régulation, l’exploitation des travailleurs ou les protestations. L’essentiel des travaux sont descriptifs et consacrés aux populations migrantes. Dans les années 2000, la situation s’améliore sous l’effet des luttes conduites par les ouvriers eux-mêmes et de l’intensification des échanges académiques avec le monde extérieur. Certains universitaires conduisent alors une sociologie publique du travail en s’associant avec des organisations non gouvernementales actives auprès des populations ouvrières3. Mais l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013, suivie de l’accroissement des contrôles et de la répression, a refermé cette parenthèse. Si des enquêtes ethnographiques qualitatives sont conduites à l’intérieur des usines par des chercheurs chinois ou étrangers, celles-ci ne sont possibles que parce que ces derniers entretiennent des réseaux de relations personnelles qui leur assurent l’accès au terrain.

4La première partie de cette contribution revient sur les conditions suivant lesquelles, au cours des années 1990, une nouvelle classe ouvrière composée de migrants ruraux se substitue aux anciennes classes ouvrières du socialisme triomphant (1949-1979). La seconde partie analyse la montée de la conflictualité durant la décennie 2000, ses causes et ses conséquences. Dans une dernière partie, on retrouve dans le cas de la Chine, désormais largement insérée dans les circuits du capitalisme globalisé, des mutations du monde du travail analogues à celles que connaissent d’autres économies capitalistes : flexibilisation du travail et tertiarisation du monde ouvrier.

1. La nouvelle classe ouvrière chinoise

5Jusqu’au début des années 1990, en Chine urbaine, la majeure partie de l’activité sociale a lieu au sein de l’unité de travail (la danwei) ; celle-ci procure un emploi à vie (le « bol de riz en fer »), et aussi un logement, prend en charge la santé, les loisirs et assure l’accès aux biens rares (Walder, 1988 ; Lü et Perry, 1997). Dans les faits, des inégalités existent entre travailleurs, entre les salariés des entreprises d’État (dont l’entreprise dépend des ministères centraux à Pékin) qui sont les mieux lotis et ceux des entreprises collectives (qui dépendent des gouvernements locaux), entre les travailleurs permanents et les travailleurs temporaires exclus des systèmes de bien-être. Ce régime d’emploi urbain disparaît progressivement au cours des années 1990. Le code du travail adopté en 1994 organise la marchandisation du travail. L’allocation administrative des emplois disparaît. Les salariés signent désormais des contrats avec les entreprises dont l’objectif est de faire du profit et non plus de produire en même temps qu’elles prenaient en charge le logement ou la santé de leurs employés. Ce passage à un marché capitaliste du travail est contemporain d’une part de la réforme des entreprises d’État – faillites, restructurations, privatisations s’accompagnent de la mise au chômage de millions de travailleurs – et d’autre part de la diversification des formes d’entreprises avec l’apparition des premières entreprises étrangères et privées. Si résiduellement, dans certains secteurs toujours contrôlés par l’État – la production d’énergie ou les manufactures de tabac par exemple –, les institutions de l’ancien régime, bien qu’effritées, persistent, on passe bel et bien en quelques années d’un régime socialiste du travail à un régime capitaliste.

La crise de l’ancienne classe ouvrière

  • 4 China Statistical Yearbook, Pékin, China Statistics Press.

6Entre 1992 et 2002, la main d’œuvre salariée du secteur d’État passe de de 101 à 71,6 millions de personnes, soit, en pourcentage, de 73 % à 29 % de l’emploi urbain4. Le chômage concerne les salariés des entreprises non rentables dont la production est arrêtée, et il affecte particulièrement le nord-est du pays, bastion de l’industrie lourde socialiste. À la fin des années 1990, le chômage devient le premier défi économique et social qu’ont à relever les autorités. En 2002, le chiffre officiel du chômage urbain est de 4 %. Les observateurs s’accordent pour considérer qu’il est en réalité au moins du double. Une estimation basée sur des données d’enquêtes dans cinq villes considère que le taux de chômage est passé de 6,1 % en janvier 1996 à 11,1 % en septembre 2002 (Giles, Park et Zhang, 2005, p. 149).

7La conséquence de ces transformations du marché du travail est l’émergence d’une nouvelle pauvreté urbaine dont les organisations de contrôle de la société du temps du socialisme – syndicat, Fédération des femmes, comités de quartier – ont désormais la charge. L’État se retire de l’activité productive et, en même temps, il se redéploie dans la prise en charge des nouvelles questions sociales (Kernen, 2004 ; Kernen et Rocca, 1999 ; Kernen, 1999 ; Solinger, 2002). C’est à l’échelon local que la lutte contre la pauvreté est conduite ; les municipalités mettent en place un revenu minimum, développent des travaux d’occupation et des ateliers, particulièrement destinés aux femmes, et tentent de favoriser le réemploi – stages de formation, agences d’emploi, incitations à se mettre à son propre compte et à créer sa propre activité (Guiheux, 2004, 2003). Face au défi du chômage, la Chine renvoie ses ouvriers à leur responsabilité individuelle.

8L’invention d’un nouvel État social s’explique aussi par la mobilisation ouvrière (Cai, 2002). Les ouvriers licenciés luttent pour obtenir leur réinsertion, de meilleures conditions d’indemnisation ou le versement des allocations minimales qui leur sont dues. Les retraités réclament le versement de leurs pensions ou la prise en charge de leurs frais de santé.

Un régime despotique d’exploitation de la main d’œuvre

9En même temps que le secteur d’État se restructure, la Chine voit affluer dans ses provinces côtières les capitaux étrangers. Dans le cas de la province méridionale du Guangdong, voisine du territoire sous administration britannique, le secteur d’État était encore dominant en 1985 ; il employait 65 % de la main d’œuvre industrielle et réalisait 68 % de la production industrielle. En 1999, il ne représente plus que 15 % des établissements industriels et un tiers de la main d’œuvre industrielle ; 20 % de celle-ci est désormais employée dans des entreprises collectives et près de 50 % dans des entreprises privées à participation étrangère. La population ouvrière elle-même a changé ; la province compte alors 3,6 millions de travailleurs migrants venus des campagnes dûment enregistrés quand le chiffre réel pourrait être de 11 millions (Lee, 1999). C’est à l’analyse de ce nouveau paysage que s’emploient les travaux de Lee Ching Kwan ou Anita Chan.

10Pour Michael Burawoy (1985), un régime hégémonique de production dans lequel les ouvriers consentent à leur domination a succédé à un régime despotique où celle-ci est la conséquence d’une discipline inflexible, le passage de l’un à l’autre étant notamment permis par la construction de l’État-providence. En Chine, cette chronologie est questionnée car la privatisation des entreprises d’État et l’émergence des entreprises privées et étrangères conduisent à un renforcement du pouvoir des gestionnaires dans l’usine ; le cas chinois conduit donc à une hybridation de catégories d’analyse forgées à l’épreuve de la trajectoire des premiers pays capitalistes (Lee, 1999 ; Chan, 2001). Lee Ching Kwan, dont la thèse a été dirigée par Michael Burawoy et dont les publications vont jouer un rôle majeur dans la diffusion en Chine des travaux du sociologue britannique, conclue au passage d’une « dépendance organisée » caractéristique de la période socialiste à un « despotisme désorganisé » (Lee, 1999). La possibilité de licencier et l’affaiblissement durable de la Fédération nationale des syndicats, seul syndicat autorisé, justifient le terme de « despotisme », tandis que celui-ci est qualifié de « désorganisé » en raison du fractionnement des réformes conduites de manière incrémentale et hétérogène d’une entreprise à l’autre, ou d’un territoire à l’autre. Au cœur de ce régime de production despotique figure la nouvelle modalité des rémunérations : les salaires sont désormais calculés aux pièces. Dans les secteurs monopolistiques où les entreprises d’État ne sont pas exposées à la concurrence, celles-ci peuvent encore verser des salaires élevés et les institutions que sont le Parti et le syndicat sont préservées ; la « dépendance organisée » persiste. À l’autre extrémité du spectre figurent les entreprises privées étrangères, délocalisées depuis Taiwan ou Hong Kong. C’est là que le « despotisme désorganisé » est le plus aigu, que la législation sur les assurances sociales ou les droits des syndicats ou du Parti est la moins respectée. Bien souvent, les dirigeants locaux, soucieux de stimuler l’activité économique au sein du territoire qu’ils administrent, collaborent avec les investisseurs étrangers pour exploiter la main d’œuvre. Dans un ouvrage comparant le mode de production de deux usines d’une même entreprise située l’une à Hong Kong et l’autre dans la ville voisine et chinoise de Shenzhen, toutes deux employant des femmes, Lee Ching Kwan insiste sur l’absence de transition linéaire d’un régime despotique à un régime hégémonique à l’époque du capitalisme globalisé ; elle insiste sur la nécessité de privilégier le niveau local sur le national pour analyser les stratégies de contrôle du travail.

11Ce sont aux entreprises exportatrices insérées dans des chaînes de valeurs transnationales que Anita Chan, née à Hong Kong, formée en Grande-Bretagne et exerçant en Australie, consacre un ouvrage, synthèse de plusieurs années d’enquêtes conduites dans les premières enclaves capitalistes de la frange côtière du pays (Chan, 2001). À partir de cas précis, l’auteure inventorie les formes d’exploitation des travailleurs : interdiction de boire et d’aller aux toilettes, humiliation publique et violences physiques, obligation de verser un dépôt en argent, confiscation des papiers d’identité, fermeture des dortoirs, harcèlement sexuel, non-paiement systématique des heures supplémentaires, faiblesse des rémunérations. Anita Chan évoque un régime de travail « disciplinaire » (Chan et Zhu, 2003). Analysant les châtiments corporels et les stratégies de contrôle du corps des ouvriers (temps de pause autorisés, espaces limités de circulation, etc.), et s’inspirant du Michel Foucault de Surveiller et punir, elle compare les pratiques en vigueur dans les usines aux mécanismes disciplinaires utilisées dans les usines et les prisons de l’Europe du xviiie siècle. Ces pratiques quasi militaires sont initiées dans des usines aux capitaux taiwanais et coréens, souvent dirigées par d’anciens cadres démobilisés de l’armée, puis se diffusent au reste du tissus économique chinois.

La nouvelle classe ouvrière : les migrants

12La marchandisation du travail s’accompagne d’un relâchement du système administratif d’enregistrement de la population (le hukou) de telle sorte que les travailleurs excédentaires des campagnes viennent désormais chercher en ville un emploi, sans pour autant y bénéficier du statut de citoyen urbain car ils sont toujours considérés comme ruraux et demeurent enregistrés dans leur village d’origine. Pour Martin K. Whyte, l’autorisation de gagner les villes est pour le capitalisme chinois l’équivalent de ce qu’a été la libéralisation des serfs en Europe ou le mouvement des enclosures en Grande-Bretagne (Whyte, 2010). Alors qu’une partie de l’ancienne classe ouvrière est sacrifiée, une nouvelle figure sociale majeure s’impose donc : celle du travailleur migrant. Ces « ouvriers paysans » (nongmin gong) étaient 10 millions en 1982 ; ils sont le double en 1989, 70 millions en 1996. En 2019, les statistiques officielles estiment cette population à 290 millions de personnes.

13La première génération de migrants, née avant 1980, est prête à accepter les pires conditions de travail pour des rémunérations minimales. Ce sont eux en particulier qui sont massivement embauchés sur les chantiers et construisent les villes chinoises. D’autres rejoignent les dortoirs des usines du delta de la rivière des Perles dans le Guangdong ou de la basse vallée du Yangtsé travaillant souvent pour l’exportation. À cette égard, l’industrie chinoise invente un régime de travail original. À la différence de ce que le capitalisme, dans ses formes paternalistes, a produit en Europe aux xixe et xxe siècles, les employeurs en Chine sont indifférents à la question de la reproduction de la force de travail. Les travailleurs migrants logés dans des dortoirs sur le site même de production sont des célibataires accueillis pour de courtes durées. Le dispositif qui associe sur un même site lieu de travail et lieu de résidence ne vise pas à offrir des conditions décentes de vie à des familles, mais à accroître le pouvoir de contrôle sur la vie quotidienne des travailleurs pour en maximiser l’utilisation. Pour désigner cette forme sociale originale de production, Chris Smith et Pun Ngai forgent le concept de « régime de travail de dortoir » (dormitory labour regime) appelé à une grande fortune (Smith et Pun, 2006 ; Pun et Smith 2007). Inspirés par la tradition marxiste, Michael Burawoy, le géographe radical David Harvey et aussi Michel Foucault, ces deux auteurs attirent l’attention sur la dimension spatiale des usines-dortoirs pour mieux comprendre les dispositifs de pouvoir, de surveillance et de contrôle de la main-d’œuvre.

14Pun Ngai, chercheuse hongkongaise qui a fait sa thèse à Londres, publie en 2005 Made in China. L’ouvrage fait date à la fois par son objet et sa méthode. Il est consacré à la fraction la plus subalterne de la nouvelle main-d’œuvre ouvrière, les jeunes femmes célibataires qui quittent leurs villages de l’intérieur pour venir s’employer dans les usines de la côte, des femmes qui sont soumises à un haut degré d’exploitation dans l’usine et à une forte stigmatisation dans l’espace urbain. L’ouvrage est le fruit de huit mois d’observation ethnographique dans une usine d’électronique de la province du Guangdong où Pun Ngai a travaillé en 1995 et 1996. Combinant une analyse marxiste en termes de lutte des classes avec les analyses foucaldiennes de la subjectivité et de la gouvernementalité, l’auteure montre comment ces dagongmei (« jeunes filles qui travaillent ») sont à la fois victimes de la domination mais aussi engagées dans un processus de résistance et d’affirmation d’elles-mêmes. La sociologue porte une attention particulière aux corps face au pouvoir disciplinaire de l’usine qui exploite les divisions entre ces femmes originaires des campagnes et qui parlent des dialectes différents. L’auteure mobilise aussi James Scott pour qualifier leur « art de la résistance ».

15La science politique s’intéresse aussi aux ouvriers migrants ; bien qu’ils soient les principaux artisans de la croissance économique chinoise à deux chiffres, ils demeurent des citoyens de seconde zone (Solinger 1999, Froissart 2013). Le maintien du système du hukou institutionnalise la segmentation du marché du travail qui participe de l’exploitation de la force de travail migrante. Le capitalisme transnational rémunère le travail a minima dans des usines urbaines, tandis que la reproduction de la force de travail reste à la charge des campagnes. C’est là l’originalité de la trajectoire chinoise : si tous les pays qui ont connu une industrialisation rapide ont connu une phase de migrations massives des campagnes vers les villes, dans le cas de la Chine, ces travailleurs ne sont pas autorisés à devenir des urbains. Industrialisation et urbanisation sont déconnectées.

2. Résistances et mobilisations

16Dans la décennie 2000, la montée de la conflictualité ouvrière entraîne de vifs débats sur ses causes et conséquences. La principale question est celle de l’existence ou non d’une véritable classe ouvrière chinoise, reprenant ainsi un débat déjà ouvert à propos de la première modernité chinoise. Si l’historien Jean Chesneaux (1962) avait cru trouver dans la Chine des années 1920 une classe ouvrière au sens de l’orthodoxie marxiste, les travaux plus récents d’Alain Roux (1993, 1995) ont montré combien celle-ci, proche de ses origines paysannes et encadrée par la pègre, était fracturée et divisée par des effets de genre, de métiers ou d’origine locale.

La montée de la conflictualité

17Dans la décennie 1990, les anciens ouvriers du secteur d’État, notamment dans le nord-est du pays, se sont mobilisés contre la fermeture de leurs établissements et les conditions de leurs indemnisations. Des actions collectives engageant plusieurs milliers d’ouvriers, sous la forme de manifestation ou d’occupation de bâtiments publics, ont le plus souvent contraint les autorités locales à intervenir et à céder. Mais qu’en est-il des travailleurs migrants exposés à de multiples abus : non-paiement de leur salaire ou des assurances sociales, licenciements abusifs, accidents et maladies du travail etc. ? De nombreux travaux ont montré que leurs actions d’abord défensives sont devenues offensives – ou pro-actives au sens de Charles Tilly (1978).

18Longtemps, la seule façon pour les travailleurs de protester contre les conditions qui leur était faite était de quitter leur employeur, le choix de l’exit pour reprendre la terminologie de Albert Hirschman (Unger et Siu, 2019). De fait, le turn-over de la main d’œuvre est très élevé, pouvant atteindre jusqu’à 100 %. C’est le plus souvent au lendemain de la fête du nouvel an chinois que les travailleurs, rentrés dans leur village, ne retournent pas chez leur employeur. Les protestations portent alors sur des objectifs à court terme : paiement des arriérés de salaire ou lutte contre l’accélération des cadences. Nombre d’observateurs s’accordent à considérer que la conflictualité a à la fois changé de nature et d’ampleur.

  • 5 L’information figure dans le China Labour Statistical Yearbook (中国劳动统计年鉴). Pour un état des débats (...)
  • 6 Voir https://clb.org.hk

19Mesurer la conflictualité est délicat alors que le droit de grève n’existe pas en République populaire en Chine. Néanmoins, durant plus d’une décennie (1993-2005), le ministère de la Sécurité publique publie une comptabilité des « incidents collectifs » incluant grèves, manifestations, émeutes, pétitions et toute autre forme de troubles civils. À l’échelle de tout le pays, 8 700 incidents sont comptabilisés en 1993 (première année où les chiffres sont publiés), 32 000 en 1999, 58 000 en 2003, 87 000 en 2005 (dernier chiffre publié). Un autre indicateur, celui des conflits du travail traités par des comités d’arbitrage des tribunaux, est publié annuellement5. En 1996, on compte 48 121 conflits qui impliquent 189 120 personnes. En 2008, suite à la crise financière et au licenciement de dizaine de millions de travailleurs, on compte 693 465 conflits, soit deux fois plus que l’année précédente, qui concernent 1,2 millions de personnes ; puis le chiffre redescend et remonte à nouveau à partir de 2011 pour atteindre 828 410 cas en 2016. Une autre source d’informations est la comptabilité (et aussi la cartographie) des grèves tenues par le China Labour Bulletin, organisation non gouvernementale basée à Hong Kong et qui s’appuie à la fois sur les médias chinois et des relais au sein du monde du travail6. Ces données suggèrent une augmentation des conflits.

20La nature des revendications a évolué (Pringle, 2016). Les actions conduites étaient auparavant brèves et visaient à solliciter les gouvernements locaux pour qu’ils fassent pression sur les entreprises pour que le salaire minimum soit respecté, que les arriérés de salaire soient payés, que indemnisations soient versées en cas de fermeture. Désormais, les grèves visent à obliger les employeurs à négocier le niveau des salaires ou les cotisations sociales et témoignent d’une capacité croissance à s’organiser. Les protestations visaient à défendre les droits individuels des travailleurs ; elles réclament maintenant des négociations collectives.

21De fait, un certain nombre d’événements commentés dans les médias nationaux et internationaux constituent des tournants. C’est d’abord au début de l’année 2010 l’épisode des suicides chez Foxconn, le sous-traitant taiwanais d’Apple installé à la fois dans le Guangdong et dans des provinces de l’intérieur (Chan et Pun, 2010). L’entreprise compte 900 000 salariés dont 85 % sont des travailleurs migrants. 13 ouvriers se suicident ou tentent de se suicider entre janvier et mai 2010. La presse chinoise rend compte de ces événements tragiques et de nombreux observateurs mettent en cause la faiblesse des salaires qui obligent les travailleurs à faire des heures supplémentaires pour percevoir un revenu suffisant. Et en effet la part des salaires dans le PNB chinois est passé de 56 % en 1983 à 36 % en 2005.

22En mai 2010, une usine Honda située à Foshan dans le Guangdong a connu 19 jours de grèves. À l’issue du conflit, non seulement les grévistes obtiennent une augmentation des salaires (+ 30 %) mais aussi l’élection de nouveaux représentants. Cette grève est considérée comme majeure dans l’émergence d’un mouvement ouvrier : d’une part à cause de ses effets de diffusion dans toutes les usines Honda de Chine (dans les provinces du Guangdong et du Hubei) et d’autre part parce que le secrétaire général du Parti de la province du Guangdong reconnaît peu après que le syndicat devrait mieux défendre les intérêts des travailleurs. Dans les mois qui suivent certains gouvernements locaux autorisent des élections directes de représentants des travailleurs.

23Au printemps 2014, 60 000 salariés sont en grève dans plusieurs usines de chaussures à Dongguan (Guangdong) ; ils protestent contre des cotisations sociales impayées. L'employeur taiwanais, Yue Yuen, est un géant de l’industrie, fabricant 300 millions de paires par an pour Nike, Adidas, New Balance, Converse, Asics ou encore Puma. Après plusieurs jours de manifestations chaotiques et l'arrestation de certains ouvriers, l’administration ordonne finalement à Yue Yuen de verser les arriérés de cotisations dus. Plusieurs éléments attirent l’attention : le nombre inhabituellement élevé de travailleurs impliqués, le soutien affiché d’étudiants d’universités de la ville voisine de Canton, la collaboration d’organisations non gouvernementales qui aident les grévistes à rédiger des pétitions. Ce combat pour que les cotisations sociales soient payées par les employeurs conformément à la législation est de fait nouveau. Jusque-là, de nombreux ouvriers préfèrent en effet minimiser leurs contributions au système de protection sociale et maximiser le salaire perçu. Pour Chan et Hui (2017), l’épisode suggère que les ouvriers conscients de leurs droits sociaux sont désormais prêts à engager des actions pour les faire respecter. Même s’ils sont singulièrement plus longs qu’auparavant – plusieurs semaines voire plusieurs mois –, ces épisodes demeurent circonscrits dans la durée et ne font pas émerger un mouvement social en tant que tel ; ils témoignent pourtant d’un renouvellement des formes de la protestation sociale – des « promenades dans l’usine » (gongchang sanbu) en l’absence de droits de grève, l’usage des réseaux sociaux – et d’une capacité à susciter l’attention des médias (Béja, 2011).

Les causes de la conflictualité

24Plusieurs éléments contribuent à expliquer cette montée de la conflictualité. Un premier facteur est un effet de génération. La seconde génération de migrants, née après 1980, et qui compte pour près de la moitié de la population migrante en 2013, présente des caractéristiques bien différentes de la première. Issus de familles beaucoup moins nombreuses que leurs parents en raison de la politique de l’enfant unique, ils ont bénéficié de l’attention de toute la famille pendant leur enfance. Ils sont beaucoup plus diplômés que leurs aînés : 60 % d’entre eux ont achevé leurs années de collège, 20 % sont diplômés du lycée, 13 % ont un diplôme d’enseignement supérieur. La plupart d’entre eux (70 %) ne sont pas encore mariés. Familiers de la modernité – utilisateurs d’internet et des téléphones portables –, ils n’ont aucune expérience du travail de la terre car ils sont passés directement de l’école à l’usine. Ils n’ont pas l’intention de retourner au village mais souhaitent devenir des urbains, ce qui explique qu’à l’expression de paysans-travailleurs (nongmin gong) se substitue désormais celle de populations venues de l’extérieur (wailai renkou). À la différence de leurs parents, ils espèrent s’élever dans la hiérarchie sociale et ne se satisfont pas des conditions de travail et de rémunérations difficiles qui ont été leur lot.

25Deuxièmement, les conditions sur le marché du travail tournent à l’avantage des travailleurs à partir de 2004 en Chine côtière. Tandis que la demande de travailleurs est toujours massive sous l’effet de l’augmentation du nombre d’établissements industriels, l’amélioration de la situation économique dans les campagnes fait qu’ils ne sont plus prêts à accepter de travailler dans n’importe quelles conditions. L’augmentation des salaires permet également aux migrants de faire venir leur famille en ville où ils souhaitent désormais durablement s’installer, les rendant moins mobiles. À chaque lendemain de nouvel an, la presse commente désormais les difficultés des entreprises à recruter.

26L’émergence d’organisations non gouvernementales au service de la défense des intérêts des travailleurs contribuent également à un renversement du rapport entre le travail et le capital. Elles se développent à la faveur d’un contexte d’ouverture du gouvernement chinois à la société civile, et aux apports financiers en provenance de l’étranger, notamment de Hong Kong. Le gouvernement Hu Jintao-Wen Jiabao (2003-2012), au nom du discours officiel sur la « société harmonieuse », promeut lui-même le droit du travail et ces organisations se saisissent de l’opportunité offerte. Les ONG offrent des services aux ouvriers (activités de loisirs, formation, conseil juridique), conduisent des enquêtes sociales et des actions de promotion et de défense des politiques publiques. Elles ont aussi leurs limites ; elles privilégient l’action individuelle et sont parfois perçues comme au service de l’État pour atténuer les conflits. Au début des années 2010, certaines ONG cessent d’être uniquement axées sur l’offre de services et la défense des droits, pour se transformer en véritables organisations ouvrières. Certaines ONG de défense des travailleurs s’éloignent de l’approche fondée sur les groupes de sociabilité, l’offre de services et une consultation juridique fragmentée pour promouvoir activement un nouveau modèle de relations industrielles autour de pratiques de représentation ouvrière et de négociation collective. Dans certains cas, elles assistent les ouvriers pour concevoir des stratégies visant à nouer un dialogue avec leurs employeurs, le syndicat officiel et les autorités locales (Froissart, 2018 ; Franceschini et Lin, 2019). Grâce à ces ONG, ou à des contacts avec des universitaires, des étudiants, ou des avocats, ou la maîtrise des réseaux sociaux et des nouveaux médias, les ouvriers acquièrent une meilleure compréhension du système d’emploi.

La thèse de l’empowerment ouvrier

  • 7 Par exemple Anita Cha, Pun Ngai, Jenny Chan ou Chris Chan dont les travaux sont largement cités ici

27De nombreux chercheurs, parfois eux-mêmes liés à des organisations non gouvernementales7, soutiennent que la nouvelle classe ouvrière est désormais capable d’engager des transformations de sa condition. Ils défendent la thèse de l’agency ou de l’empowerment de la classe ouvrière. Auparavant isolés et mal informés, les ouvriers sont en mesure de mettre en pratique une stratégie de type voice. Tous équipés de téléphones portables, ils communiquent entre eux et à distance. Ils connaissent les conditions de travail dans les autres usines et sont capables d’apprendre de l’expérience des autres. Ils ont aussi connaissance du droit du travail et savent identifier si leur propre employeur respecte ou non la législation. Les tensions sur le marché du travail les mettent en meilleure position pour demander de meilleures conditions de travail et une augmentation de salaire. Quitter son employeur et partir dans une autre ville est une stratégie de moins en moins viable quand les deux membres du couple travaillent dans la même localité, ont acheté un logement à crédit et que les enfants sont scolarisés sur place.

28De l’analyse des formes et des causes de la mobilisation ouvrière, on passe à celle des conséquences sur l’action de l’État ou du patronat. Certains auteurs soutiennent que toute une série de nouvelles politiques publiques qui améliorent la situation de la classe ouvrière sont pour partie la conséquence de la montée de la conflictualité. Chan et Hui par exemple défendent une analyse marxiste de l’État, acteur ni tout puissant ni indépendant, favorable aux intérêts du capital sans pour autant être l’instrument direct des capitalistes (Chan et Hui, 2017 ; Chan, 2019).

29En 2004, décision est prise de renforcer la réglementation relative au salaire minimum, jusque-là relativement inefficace. Celui-ci est local, et doit être révisé au minimum tous les deux ans. Il concerne désormais tous les salariés, quelque que soit le type d’employeur, qu’ils soient à temps plein ou à temps partiel. Il doit représenter entre 40 et 60 % du salaire moyen mensuel local. De fait entre 2003 et 2012, le salaire réel des travailleurs connaît une croissance annuelle de 10,8 % (Naughton, 2012, p. 21).

30En janvier 2008 entre en vigueur une nouvelle Loi sur le contrat de travail, un texte indéniablement en faveur des salariés auxquels il accorde davantage de protection juridique, aussi bien lors de leur embauche qu’en cas de licenciement. Il accorde également une place plus importante aux syndicats et aux négociations collectives. La loi impose la conclusion d’un contrat écrit pour l’embauche de tout salarié. Elle prévoit que le salarié doit être payé pour les heures supplémentaires effectuées. La loi rend plus complexe les démarches administratives préalables à un licenciement collectif (20 salariés au moins ou 10 % au moins des effectifs). La loi augmente le nombre de cas où l’employeur doit verser une indemnité de fin de contrat aux salariés. Avec la nouvelle loi, non seulement les cas de rupture donnant lieu au versement d’indemnités augmentent, mais contrairement à ce qui est alors en vigueur, l’employeur ne peut plus se défaire gratuitement d’un salarié pour un vague motif d’incompétence. La loi donne également plus de pouvoir au syndicat unique. Elle prévoit des conventions collectives par secteurs d’activités, mais également par secteur géographique, regroupant alors plusieurs industries, ce qui signifie que des entreprises ayant des activités différentes peuvent se retrouver ensemble autour de la table de négociation avec les représentants des salariés. La loi illustre donc une volonté des autorités de donner plus de pouvoir aux salariés et à leurs représentants et tente par-là de remédier à la crise de crédibilité du syndicalisme chinois (Cai et Concialdi, 2006).

31D’autres réformes viennent enrichir le cadre légal. La même année 2008 entre en vigueur une Loi sur l’arbitrage et la médiation des conflits du travail qui favorise les procédures de conciliation entre acteurs concernés. En 2011, une nouvelle Loi sur les assurances sociales étend à tous les travailleurs quels qu’ils soient l’obligation de bénéficier de cinq assurances – retraite, chômage, santé, accident du travail, maternité – et améliore la portabilité du système.

32Le même argument est développé pour expliquer l’émergence de négociations collectives. Chloé Froissart par exemple, sur la base de l’analyse de trente conflits entre 2010 et 2014, démontre que l’apolitisme affiché par les acteurs leur permet, au nom de considérations rationnelles et pragmatiques que le Parti peut difficilement désavouer, de faire progressivement évoluer les modes de représentation et de gestion des conflits (Froissart, 2014 ; Froissart, Liu et Meng, 2019). L’auteure conclue à l’émergence de négociations collectives sans pour autant que des organisations ouvrières indépendantes du syndicat officiel soient institutionnalisées.

33La plupart des travaux sont d’ordre qualitatifs et s’appuient sur des analyses de cas. Un article récent de Manfred Elfstrom (2019) conduit une étude quantitative. L’auteur croise un corpus de grèves, protestations, émeutes de travailleurs sur la période 2003-2012 avec l’évolution des dépenses budgétaires et des affaires judiciaires traitées. Sur une base provinciale, l’auteur montre qu’il y a une corrélation significative entre d’une part accroissement des protestations et d’autre part augmentation des dépenses militaires (donc de la répression) et des décisions de médiation, d’arbitrage ou des jugements, qu’ils soient favorables aux ouvriers, ou bien ni favorables ni défavorables. Son argument est donc que les résistances ouvrières conduisent à la fois à plus de répression et à une meilleure prise en compte des demandes des ouvriers.

34Face à une classe ouvrière de plus en plus consciente de ses droits et mobilisée, l’État chinois a donc conduit un certain nombre de réformes légales et a toléré l’émergence de négociations collectives entre employeurs et représentants des ouvriers. Durant le mandat présidentiel de Hu Jintao, celui-ci a fait des concessions. Depuis l’avènement de Xi Jinping en 2012, l’environnement politique pour tous ceux qui travaillent pour les droits des travailleurs, qu’il s’agisse des organisations non gouvernementales, des étudiants, des scientifiques ou des avocats, s’est beaucoup dégradé. L’État-Parti a repris l’espace précédemment concédé. La répression a abouti à la disparition de presque toutes les ONG de défense des travailleurs les plus actives engagées à la fois dans la protection des droits et dans la négociation collective. Pour résoudre les conflits, les autorités s’appuient désormais principalement sur la violence et la coercition.

3. Flexibilisation et tertiarisation

35Au cours de la dernière décennie, la sociologie du travail en Chine a continué à prendre en compte les mutations du monde ouvrier : arrivée de travailleurs flexibles – intérimaires et stagiaires –, montée de la part des services qui représentent la majorité des nouveaux emplois ouvriers, dans le commerce, les soins aux personnes ou l’économie des plateformes.

Les nouveaux ouvriers : intérimaires et stagiaires

36Face à l’augmentation des revendications, les employeurs ont trouvé le moyen de contenir le coût du travail. Depuis le début des années 2010, la sous-traitance et le recrutement d’étudiants stagiaires se sont massivement développés. Dans le cadre d’une réorganisation du secteur, l’industrie de la construction, qui compte de nombreuses entreprises publiques ou parapubliques, a développé très tôt la sous-traitance avec la mise en place d’une pyramide d’acteurs : un promoteur immobilier qui se charge d’obtenir le terrain et de concevoir le bâtiment, une entreprise de construction qui gère le projet, une myriade de sous-traitants qui fournissent à la fois les matériaux et la main-d’œuvre (Pun et Xu, 2011). Afin de maximiser les profits des premiers, les rémunérations versées aux derniers sont extrêmement contraintes, de telle sorte que les sous-traitants finaux n’ont bien souvent pas les moyens de rémunérer les travailleurs à la fin des chantiers. Bien qu’un grand nombre d’acteurs de premier rang – promoteurs et entreprises de construction – soient publiques, le secteur a longtemps été le premier concerné par les arriérés ou les non versement des salaires. La conséquence est aussi que le secteur est familier de la justice et aussi d’actions violentes ou désespérées des ouvriers telles que des suicides ou des assassinats. Aujourd’hui le recours à des travailleurs intérimaires s’est généralisé à de nombreux secteurs d’activité, dont l’automobile, l’industrie manufacturière en général, la logistique, les transports, le nettoyage et la sécurité, ce qui pose de nouveaux défis en matière de protections légales des travailleurs (Zhang, 2015).

37Le recours à des stagiaires est un moyen de contenir la croissance du coût du travail et de disposer d’une main d’œuvre flexible. Une enquête conduite entre 2011 et 2014 dans plusieurs provinces (Guangdong, Sichuan, Henan) montre que l’emploi de stagiaires fait désormais partie intégrante de la relation entre le capital et l’État chinois (Chan, Pun et Selden, 2015 ; Smith et Chan, 2015). À l’été 2010, dans toute la Chine, Foxconn emploie 150 000 étudiants stagiaires venus d’écoles professionnelles. Ces circulations des écoles professionnelles vers les usines sont organisées par les administrations locales, souvent en violation de la législation. Foxconn négocie directement avec les administrations afin de bénéficier d’une nouvelle source de travailleurs rémunérés en dessous du salaire minimum.

Les employés des services

38Alors que la part de l’industrie manufacturière dans l’emploi diminue (28 % en 2019 d’après la Banque Mondiale), celle des services ne cesse de croître (46 %), pour représenter la plupart des emplois nouveaux. Les sociologues s’intéressent logiquement aux conditions de travail dans le secteur. Amy Hanser publie en 2008 un ouvrage innovant par son objet : les employés du commerce. Son enquête ethnographique – combinée à des entretiens – l’a conduite dans trois types d’espaces caractéristiques de la Chine urbaine : un marché de stands de petits commerçants individuels vendant des articles à bas prix, un grand magasin d’État de l’époque du socialisme encore fréquenté par la classe ouvrière, un grand magasin d’une chaîne internationale destinée à une clientèle de très haut de gamme. Inspirée notamment par La Distinction (1979) de Pierre Bourdieu, l’auteure montre comment les identités de classes et de genre sont produites au cours des interactions commerciales ou comment les relations entre employés et clients, ou entre employés et leur encadrement, participent à la construction et à la reproduction des hiérarchies sociales. L’analyse des inégalités de genre et de classes est conduite à l’épreuve de l’expérience de la vie quotidienne en tant qu’espace où celles-ci sont performées.

39Eileen Otis (2008) s’intéresse plus spécifiquement aux femmes et à la production des identités de genre et aux nouvelles formes de contrôle du travail dans les services. Sur la base elle aussi d’une enquête ethnographique, elle compare les conditions de travail dans deux hôtels de luxe l’un à Pékin et l’autre à Kunming, la capitale de la province méridionale du Yunnan. Alors que les deux établissements appartiennent à la même chaîne hôtelière internationale, les différences constatées de régime de travail sont renvoyées aux caractéristiques du marché local. L’auteure montre combien, lorsque l’on s’intéresse aux activités de service, à la différence de l’industrie manufacturière où la production est spatialement distinguée de la consommation, il y a un effet de l’espace local sur les relations professionnelles. À Pékin, les employées mettent en acte un « personnalisme virtuel » caractérisé par une forte distance vis-à-vis des clients tout en manifestant une fausse intimité avec ces derniers, mobilisant des pratiques importées des États-Unis. À Kunming, les employées mettent en acte un « professionnalisme vertueux » soucieuses de signaler qu’elles n’offrent pas les prestations sexuelles que viennent souvent chercher les voyageurs dans cette province méridionale.

40L’émergence d’une classe moyenne urbaine s’accompagne d’une transformation des modes de vie. De nombreux ménages emploient ainsi des personnels de maison soit pour prendre en charge les personnages âgées, les enfants ou simplement pour entretenir l’espace domestique. En 2014, plus de 20 millions de personnes, quasiment exclusivement des femmes, sont employées domestiques. Tong Xin (2018) s’intéresse aux formes d’emploi et aussi aux formes d’organisation de ces nouvelles travailleuses urbaines du care. Souvent recrutées par des agences, elles résident chez leur employeur ce qui limite leur capacité à défendre leurs intérêts alors que bien souvent leur activité sans contrat de travail relève de l’activité informelle. En même temps, des associations non gouvernementales s’emploient à leur faire prendre conscience de leurs droits et les aident à s’organiser. D’autres travailleurs urbains subalternes font l’objet de travaux : les vendeurs de rue qui ont à affronter une police commerciale chargée de réguler leur activité (Hanser 2016), ou les chauffeurs de taxi qui font grève pour réclamer d’être décemment rémunérés face à la concurrence croissante des opérateurs de plateformes (Choi, 2018).

Les travailleurs de l’économie de plateformes

41Les travailleurs des plateformes constituent un nouvel objet de recherche, d’autant plus stratégique que l’économie de partage est désignée officiellement par les autorités comme nouveau moteur de la croissance. En 2018, il y aurait 75 millions de travailleurs indépendants pourvoyeurs de services des sociétés de plateformes8, dont les deux tiers sont des migrants d’origine rurale. Le secteur, concentré entre les mains des deux géants chinois de l’Internet, Tencent et Alibaba, n’est pas exempt de résistances et de protestations9. Les travailleurs des services de livraison sont particulièrement sujets à l’exploitation, rémunérés en dessous du salaire minimum, pour de longues journées sans jamais percevoir de primes pour les heures supplémentaires puisqu’ils ne sont pas salariés.

42Une enquête récente (2017-2018) auprès de livreurs combine observation ethnographique et entretiens (Sun 2019). Le mode d’opération n’est pas différent en Chine du reste du monde. Les livreurs travaillent bien davantage que les 8 heures légales quotidiennes, notamment parce que le temps d’attente des commandes n’est pas comptabilisé dans leur temps de travail. À la différence de l’industrie manufacturière, il n’y a là aucune distinction entre temps privé et temps de production. Les livreurs passent une grande partie de leur journée à jouer en ligne, à fumer, à discuter à des coins de rues où ils attendent les commandes. Le travail est omniprésent dans la vie des livreurs puisque leur téléphone les accompagne partout. Cependant, l’auteur montre aussi comment les livreurs développent des stratégies afin de subvertir les algorithmes des plateformes : créer des commandes pour obtenir des bonus, échanger entre eux les courses afin de minimiser le temps de livraison, ne pas suivre l’itinéraire recommandé par l’algorithme mais concevoir eux-mêmes leur itinéraire. L’une des originalités du secteur en Chine tient au fait que les plateformes infligent des pénalités aux travailleurs indépendants (Yu, 2018). C’est le cas de Didi (transport de personnes) comme des entreprises de livraisons de repas. La crainte de mesures punitives suffit à inciter les travailleurs à réaliser la prestation conformément aux exigences de la plateforme.

Le débat sur le précariat

43Où en est la classe ouvrière chinoise ? Le débat reste vif à ce jour. Dans un article de 2016, Lee Ching Kwan critique énergétiquement la thèse de l’empowerment ouvrier évoqué précédemment. Selon elle, il n’existe pas de preuves concrètes d’une capacité croissante des ouvriers à se mobiliser. En l’absence d’une comptabilité des épisodes de conflictualité, la plupart des études demeurent qualitatives, basées sur l’étude de telle ou telle grève, de telle ou telle usine, donc partielles. Les auteurs concluant à une montée en puissance de la classe ouvrière feraient preuve de « subjectivisme », de « volontarisme » et de « faux optimisme », projetant leurs souhaits sur la réalité. Reprenant à son compte l’analyse de Guy Standing (2011) selon lequel les divisions internes à la classe ouvrière entre travailleurs réguliers et non permanents sont aujourd’hui plus importantes que le conflit entre le travail et le capital, Lee Ching Kwan considère que les ouvriers chinois, comme ailleurs dans le monde, sont pris dans un mouvement de précarisation. Elle reprend le même argument de manière renouvelée dans un article consacré à la précarité en Chine depuis 1949 dans une perspective diachronique(Lee, 2019).

44Directement visés par cette critique, Chris Smith et Pun Ngai (2018) réfutent la proposition et confirment leur vision marxiste de la classe ouvrière chinoise. Selon eux, l’hétérogénéité des formes d’emploi, l’absence de droits, la fragmentation des travailleurs sur le marché du travail ou dans la sphère de la production peuvent certes ralentir la formation d’une classe ouvrière, mais ne peuvent pas empêcher l’émergence d’une conscience et d’une identité de classe. De plus, pour ces auteurs, l’hypothèse d’une catégorie de travailleurs précaires est fausse car, en Chine, tous les travailleurs sont en situation d’insécurité. Si l’on peut parler de précarité en un sens dynamique, notamment parce que les individus circulent entre les types d’emplois, le terme essentialiste de précariat est trompeur.

Conclusion

45Au terme de ce panorama, la sociologie du travail à l’épreuve du terrain chinois paraît particulièrement riche. À l’échelle de la première modernité chinoise, les années 1920-1940, la question ouvrière a été débattue par les historiens. La Chine communiste (1949-1979) fut un objet pour les politistes, préoccupés par les relations entre la société et l’État, et les modalités particulières d’encadrement des populations urbaines sur leur lieu de travail. Le temps des sociologues est venu lorsque l’enquête en Chine même a été possible à partir des années 1980 et plus encore 1990 ; ils ont alors pu entrer dans les usines. Le premier objet fut alors la quasi disparition de l’ancienne classe ouvrière. Le second portait sur les conditions d’émergence d’une nouvelle classe ouvrière dans le cadre de la marchandisation généralisée du travail et de la possibilité enfin offerte aux ruraux de venir tenter leur chance en ville. Dialoguant avec la littérature internationale, les sociologues ont montré comment la classe ouvrière chinoise a été prise dans des rapports d’exploitation et de domination caractéristiques du capitalisme néolibéral globalisé.

46En même temps, les auteurs ont tenté de montrer qu’émergeaient des formes sociales originales propres à la Chine, d’où le succès dans la littérature du concept de régime de travail de dortoir. L’originalité du cas chinois tient à la prolétarisation inachevée de la classe ouvrière qui conserve un lien avec les campagnes. Le maintien du système du hukou est d’ailleurs l’objets d’intenses débats académiques, où les économistes jouent un rôle de premier plan. La difficulté à parler de la Chine tient aussi à l’hétérogénéité des régimes de production entre entreprises d’État, entreprises privées, entreprises étrangères, grands et petits établissements, salariés et travailleurs/patrons indépendants, secteur formel et secteur informel, provinces côtières et de l’intérieur etc. À l’échelle d’un pays à la taille continentale, coexistent des régimes de production qui se sont succédés dans l’histoire des pays capitalistes avancés : des formes artisanales pré-industrielles, des formes fordistes et post-fordistes. Le débat sur les meilleurs outils analytiques pour comprendre les contradictions du capitalisme chinois reste ouvert.

Haut de page

Bibliographie

Béja Jean-Philippe (2011), « La nouvelle classe ouvrière renouvelle le répertoire des luttes sociales », Perspectives chinoises, 2011/2, pp. 3-7.

Burawoy Michael (1985), The Politics of Production: Factory Regimes Under Capitalism and Socialism, Londres, Verso.

Cai Chongguo et Concialdi Pierre (2006), « Les syndicats chinois entre impuissance et immobilisme », Chronique Internationale de l’IRES, 102, pp. 59-66.

Cai Yongshun (2002), « The Resistance of Chinese Laid-off Workers in the Reform Period », The China Quarterly, 170, pp. 327-344.

Chan Anita (2001), China's Workers Uunder Assault: the Exploitation of Labor in a Globalizing Economy, Armonk, NY, M. E. Sharpe.

Chan Anita et Zhu Xiaoyang (2003), « Disciplinary Labor Regimes in Chinese factories », Critical Asian Studies, 2003, 35-4, pp. 559-584.

Chan Chris King-Chi et Hui Elaine Sio-Ieng (2017), « Bringing class struggles back: A Marxian Analysis of the State and Class Relations in China », Globalizations, 14-2, pp. 232-244.

Chan Jenny (2019), « State and Labor in China, 1978-2018 », Journal of Labor and Society, 22-2, pp. 461-475.

Chan Jenny, Pun Ngai et Selden Mark (2015), « Interns or Workers? China’s Student Labor Regime », The Asia-Pacific Journal, vol. 13, 36-2, pp. 1-25.

Chan Jenny et Pun Ngai (2010), « Suicide as Protest for the New Generation of Chinese Migrant Workers: Foxconn, Global Capital, and the State », The Asia-Pacific Journal | Japan Focus, vol. 8, pp. 37-2.

Chesneaux Jean (1962), Le Mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927, Paris, Mouton.

Choi Susanne Y. P. (2018), « Masculinity and Precarity: Male Migrant Taxi Drivers in South China », Work, Employment and Society, 32 -3, pp. 493-508.

Elfstrom Manfred (2019), « Two steps forward, one step back: Chinese State Reactions to Labour Unrest », The China Quarterly, 240, pp. 855-879.

Franceschini Ivan et Lin Kevin (2019), « Les ONG de défense des travailleurs en Chine. Fluctuation entre mobilisation légale et lutte collective », Perspectives chinoises, 2019/1, pp. 79-89.

Froissart Chloé (2018), « Negotiating authoritarianism and its limits : worker-led collective bargaining in Guangdong province », China Information, 32(1), pp. 23–45.

Froissart Chloé (2014), « L’émergence de négociations collectives autonomes en Chine », Critique internationale, 2014/4, 65, pp. 43-63.

Froissart Chloé (2013), La Chine et ses migrants. La conquête d’une citoyenneté, Rennes, Presse Universitaires de Rennes.

Froissart Chloé, Yan Liu et Quan Meng (2019), « Trouver un compromis entre organisations d’État et organisations ouvrières », Perspectives chinoises, 2019-2, pp. 33-42.

Giles John, Park Albert et Zhang Juwei (2005), « What is China’s true unemployment rate? », China Economic Review, 16, pp. 149–170.

Guiheux Gilles (2004), « Le nouveau ‘retournement’ des corps et des esprits : la mise à leur compte des travailleurs licenciés du secteur d’État en Chine », L’Homme et la société, 152-153, pp. 97-128.

Guiheux Gilles (2003), « D’une entreprise d’État à un marché spécialisé. La reconversion d’un espace économique urbain dans la province du Hunan », Perspectives chinoises, 78, pp. 4-17.

Hanser Amy (2016), « Street Politics: Street Vendors and Urban Governance in China », The China Quarterly, 226, pp. 363-382.

Hanser Amy (2008), Service Encounters. Class, Gender and the Market for Social Distinction in Urban China, Stanford, California, Stanford University Press.

Kernen Antoine (2004), La Chine vers l’économie de marché. Privatisations à Shenyang, Paris, Karthala.

Kernen Antoine (1999), « Shenyang : l'avant-garde du socialisme à l'heure des privatisations », in B Hibou dir, La privatisation des États, Paris, Karthala, pp. 109-129.

Kernen Antoine et Rocca Jean-Louis (1999), « Traitement social du chômage et nouvelle pauverté urbaine. Le cas de Shenyang et du Liaoning », Perspectives chinoises, 56, pp. 35-51.

Lee Ching Kwan (2019), « China’s Precariats », Globalizations, 16-2, 137-154.

Lee Ching Kwan (2016), « Precarization or Empowerement? Reflections on Recent Labor Unrest in China? », The Journal of Asian Studies, 75-2, pp. 317-333.

Lee Ching Kwan (1999), « From Organized Dependence to Disorganized Despotism: Changing Labour Regimes in Chinese Factories », The China Quarterly, 157, pp. 44-71.

Lee Ching Kwan et Shen Yuan (2009), « China. The Paradox and Possibility of a Public Sociology of Labor », Work and Occupations, 36-2, pp. 110-125.

Xiaobo Lü et Perry Elizabeth J. (dir.) (1997), Danwei: The Changing Chinese Workplace in Historical and Comparative Perspective, Armonk, NY, M.E. Sharpe.

Naughton Barry (2012), « China’s economy: complacency, crisis and the challenge for reform », Daedalus, 143 (2), pp. 14-25.

Otis Eileen M. (2008), « Beyond the Industrial Paradigm: marked-embedded labor and the gender organization of global service work in China », American Sociologial Review, 73, pp. 15-36.

Plekhanov Dmitriy (2017), « Quality of China's Official Statistics: A Brief Review of Academic Perspectives », The Copenhagen Journal of Asian Studies, 35-1, pp. 76-101.

Pringle Tim (2016), « Strikes and labour relations in China », Workers of the world, 1-8, pp. 122-141.

Pun Ngai (2005), Made in China: Women Factory Workers in a Global Workplace, Durham, NC, Duke University Press (version française 2012, Made in China. Vivre avec les ouvrières chinoises, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube).

Pun Ngai et Smith Chris (2007), « Putting transnational labour process in its place: the dormitory labour regime in post-socialist China », Work, Employment & Society, 21-1, pp. 27-45.

Pun Ngai et Xu Yi (2011), « Action en justice ou résistance de classe ? L’absence de patron et de relation de travail dans l’industrie du bâtiment », Perspectives chinoises, 2011/2, pp. 9-18.

Roux Alain (1995), Grèves et politique à Shanghai. Les désillusions (1927-1932), Paris, éd. EHESS.

Roux Alain (1993), Le Shanghai ouvrier des années 30. Coolies, gangsters et syndicalistes, Paris, Harmattan.

Smith Chris et Chan Jenny (2015), « Working for two bosses: Student interns as constrained labour in China », Human Relations, 68-2, pp. 305-326.

Smith Chris et Pun Ngai (2018), « Class and Precarity in China: An Unhappy Coupling in China’s Working Class Formation », Work, Employment and Society, 32 (3), pp. 599-615.

Smith Chris et Pun Ngai (2006), « The dormitory labour regime in China as a site for control and resistance », International Journal of Human Resource Management, 17-8, pp. 1456-1470.

Solinger Dorothy J. (2002), « Labour Market Reform and the Plight of the Laid-off Proletariat », The China Quarterly, 170, pp. 304-326.

Solinger Dorothy (1999), Contesting Citizenship in Urban China Peasant Migrants, the State, and the Logic of the Market, Berkeley, University of California Press.

Standing Guy (2011), The Precariat. The New Dangerous Class, Londres, Bloomsburry.

Sun Ping (2019), « Your order, their labor: An exploration of algorithms and laboring on food delivery platforms in China », Chinese Journal of Communication, 12-3, pp. 308-323.

Tilly Charles (1978), From mobilization to revolution, Reading, Mass., Addison-Wesley Publishing.

Tong Xin (2018), « Gendered labour regimes: on the organizing of domestic workers in urban China », Asian Journal of German and European Studies, 3-14, https://doi.org/10.1186/s40856-018-0036-7.

Unger Jonathan et Kaxton Siu (2019), « Chinese Migrant Fractory Workers Across Four Decades: shifts in work conditions, urbanization and family strategies », Labor History, 60-6, pp. 765-778.

Walder Andrew G. (1988), Communist Neo-Traditionalism. Work and Authority in Chinese Industry, Berkeley, University of California Press.

Whyte Martin King dir. (2010), One country, Two Societies. Rural-Urban Inequality in Contemporary China, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Yu Hui (2018), « The Destiny of Web Platform Workers in China: Employees, Nothing or a “Third Option”? », Japan Labor Issues, Vol 2 – 8, pp. 92-100.

Zhang Lu (2015), Inside China's Automobile Factories: The Politics of Labor and Worker Resistance, New York, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Le Grand Bond en avant (1957-1960) est une tentative d’adapter le modèle soviétique aux spécificités chinoises pour accélérer le développement économique. La priorité à l’industrie lourde, d’inspiration stalinienne, est coûteuse en investissements et néglige le principal atout du pays, sa main d’œuvre nombreuse. Celle-ci est massivement mobilisée par de grandes campagnes politiques. L’épisode se solde par la plus grande famine du xxe siècle.

2 C’est le cas de Tong Xin, sociologue à l’Université de Pékin et directrice du Centre de recherche sur les travailleurs et le travail en Chine (北京大学中国工人与劳动研究中心).

3 C’est le cas de Shen Yuan, professeur de sociologie à Tsinghua (voir Lee et Shen 2009).

4 China Statistical Yearbook, Pékin, China Statistics Press.

5 L’information figure dans le China Labour Statistical Yearbook (中国劳动统计年鉴). Pour un état des débats sur les statistiques produites en Chine, voir Plekhanov 2017. La difficulté de leur usage tient en particulier à l’opacité des conditions de leur production et à l’impossibilité de les vérifier.

6 Voir https://clb.org.hk

7 Par exemple Anita Cha, Pun Ngai, Jenny Chan ou Chris Chan dont les travaux sont largement cités ici.

8 Sharing Economy Research Center of the State Information Center (国家信息中心分享经济研究中心), Annual Report on China's Sharing Economy Development (中国共享经济发展年度报告), 2019.

9 Voir les grèves évoquées par le China Labour Bulletin : https://clb.org.hk/content/didi-drivers-china-protest-pay-cuts-and-restrictive-work-practices ; https://clb.org.hk/content/ride-hailing-app-drivers-nanjing-strike-against-hefty-fines-and-poor-pay

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Guiheux, « Les mutations du monde du travail en Chine : du constat aux questions théoriques »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9414

Haut de page

Auteur

Gilles Guiheux

Cessma, Université de Paris, Institut Universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search