Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...La sociologie du travail en Espag...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

La sociologie du travail en Espagne :
l’urgence d’un retour aux débats fondateurs

The sociology of work in Spain:
An urgent need to return to seminal debates
La sociología del trabajo en España :
la urgente necesidad de volver a los debates fundacionales
Alberto Riesco-Sanz et Pilar Carrasquer Oto
Cet article est une traduction de :
La sociología del trabajo en España :
la urgente necesidad de volver a los debates fundacionales
 []

Résumés

La sociologie du travail est un champ de recherche bien établi dans la sociologie espagnole. Dès son institutionnalisation, leurs thématiques de recherche se diversifient et évoluent au fil des transformations de la société espagnole. La critique des approches traditionnelles a suscité aussi un renouvellement des perspectives (inégalités de genre, emploi...) et des cadres d’analyse. Bien qu'il y ait des continuitées, la sociologie du travail en Espagne se caractérise à présent par un certain déplacement vers une sociologie plus empirique, interdisciplinaire, méthodologiquement hétérogène, plus attentive aux comparaisons internationales et moins ancrée dans les problèmes « locaux ». C’est aussi une sociologie quelque peu désorientée et éphémère qui devrait aborder à nouveau certains des débats fondateurs, à commencer par la délimitation de son propre objet d'étude. 

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la sociologie du travail durant la dictature franquiste

1La sociologie du travail espagnole ne s’est véritablement constituée qu'à partir des années 1970 (Castillo, 1994 ; Martín Artiles et al., 2007 ; Martínez Lucio et Fernández Rodríguez, 2019). C'est au cours de cette décennie qu'apparaissent les principaux pôles de développement de la discipline et qu'une certaine « communauté » de chercheurs se forme autour de l'analyse sociologique du travail. Cette communauté se caractérise par ses liens avec un mouvement ouvrier et syndical encore clandestin – et qui le restera jusqu'en 1977 – luttant pour la reconnaissance des droits sociaux et des libertés politiques refusés par la dictature franquiste.

2Cette sociologie du travail naissante se focalise sur l'organisation du procès de travail dans des secteurs industriels fortement masculinisés et porte une vive attention aux conflits du travail, à l'évolution du syndicalisme et aux processus de mobilisation et de participation du mouvement ouvrier (Estivill et al., 1973 ; Miguélez, 1977 ; Castillo, 1979). Cette sociologie est le plus souvent d'inspiration marxiste ou reprend, de fait, les présupposés, le langage et les catégories classiques du marxisme. Cette jeune discipline se cherche une place parmi les approches juridiques et économiques qui dominent, à l'époque, les études du travail en Espagne et s’inspire des principaux courants et débats de la sociologie du travail française et de la sociologia del lavoro italienne. En l’absence de politique publique de la recherche permettant un financement des sciences sociales, la sociologie du travail espagnole oscille durant ces années entre l'élaboration théorique (principalement la diffusion en Espagne de certains débats importés de la sociologie du travail européenne) et la réalisation d’enquêtes empiriques promues et financées par divers organismes nationaux et internationaux. Dans le contexte du crépuscule de la dictature et du processus de transition démocratique, nombre de ces enquêtes de terrain sont vécues comme des « enquêtes militantes » menées avec de faibles ressources et un sens aigu de l’urgence politique du pays.

Retour à la démocratie et développement de la sociologie du travail (1977-2000)

3Les décennies 1980 et 1990 marquent une étape dans la consolidation, l'institutionnalisation et l’expansion de la sociologie du travail (et de la sociologie en général) en Espagne. Le début des années 1980 voit, par exemple, l’organisation des premiers congrès nationaux de sociologie par l’association précédant l’actuelle Fédération espagnole de sociologie (FES). Dès le premier congrès de 1981, la sociologie du travail présente des activités, des sessions et des tables rondes (Prieto, 1982) qui concentrent les principaux débats sur le monde du travail. La place de la sociologie du travail dans ces congrès nationaux, relativement modeste au commencement, s’affirme progressivement au fil des années. Tout au long de cette période, l'éventail des études de sociologie s'élargit également au sein du monde universitaire. Si la première faculté de sciences politiques et de sociologie est créée en 1973 à Madrid, ce n'est qu’à partir des années 1980 que de nouvelles facultés voient le jour dans le reste du pays, augmentant l'offre d'enseignement de matières liées, directement ou indirectement, à la sociologie du travail.

4Les années 1980 et 1990 sont également marquées par d'autres étapes importantes dans le développement de la sociologie du travail. D'une part, la création des principales revues académiques spécialisées que sont Sociología del Trabajo qui a repris son activité en 1987 (après une première étape entre 1979 et 1983) et Cuadernos de Relaciones Laborales qui paraît en 1992. Ces deux revues, rattachées à l'Université Complutense de Madrid, sont toujours actives et constituent des références fondamentales pour les analyses du travail en Espagne. Elles créent aussi des ponts avec les courants de recherche et les débats scientifiques qui se développent dans d'autres parties du monde (principalement en Europe et en Amérique latine). D’autre part, les réseaux d'études du travail formés dans les années 1970 se consolident en tant que groupes de recherche intégrés au monde universitaire. C'est le cas du Centre d’études sociologiques de la vie quotidienne et du travail qui se forme en 1991 à l’Université autonome de Barcelone autour des figures de Fausto Miguélez, Carlos Lozares et Teresa Torns, ainsi que du Groupe de recherche Charles Babbage en Sciences sociales du travail dirigé par Juan José Castillo à partir de 1993 au sein de l’Université Complutense de Madrid. Au cours de la décennie suivante, d'autres réseaux accèdent à un degré de formalisation plus important comme l’équipe de recherche Emploi, genre et régimes de cohésion sociale menée depuis 2006 par Carlos Prieto à l’Université Complutense de Madrid.

  • 1 Instituto Nacional de Seguridad y Salud en el Trabajo (1971 et 1978), Colectivo IOÉ (1982), Gabinet (...)

5Les deux décennies qui suivent le retour à la démocratie voient également l’émergence et le renforcement de différents espaces syndicaux, institutionnels et associatifs. Bien que marginalisés dans la sphère académique, ces espaces sociaux1 contribuent de manière significative aux débats et aux investigations de la sociologie du travail. Enfin, dans le domaine de la recherche, le premier Plan national de développement scientifique et technologique (1988-1991) inclut, dans ses domaines d'étude privilégiés, les relations industrielles, le marché du travail (femmes, jeunes) et la restructuration productive (Castillo, 1994, p. 92). Les années 1980 et 1990 marquent donc l’apparition des principaux acteurs, espaces et institutions qui vont servir de base au développement et à la consolidation de la sociologie du travail. Une sociologie dont les recherches reflètent les transformations, les besoins et les vicissitudes vécues par la société espagnole dans les premiers temps de la restauration démocratique.

Chemins et bifurcations de la sociologie du travail (1980-2000)

6Le contexte économique des années 1980 et 1990 est instable, marqué par des crises fréquentes et des dévaluations monétaires. Au cours de ces années, un important processus de reconversion industrielle se met en place et bouleverse parfois des régions entières du pays avec les fermetures d'usines et la montée du chômage. Les différents gouvernements promeuvent une « modernisation » du tissu productif et du marché du travail visant à éradiquer ce qu'ils considèrent comme des « rigidités » héritées de la période franquiste. Cela se traduit par une libéralisation de l'économie et une transformation du marché du travail qui est de plus en plus « flexibilisé » et segmenté sous le poids du chômage structurel, de l’accroissement de l'économie informelle et de la prolifération (encouragée par les institutions) du travail temporaire et d’autres formes atypiques d’emploi de la main-d'œuvre. Paradoxalement, c’est également au cours de ces années que le gouvernement socialiste (1982-1996) cherche à mettre en place un modèle plus « démocratique » de relations professionnelles qui reconnaît davantage les partenaires sociaux et les mécanismes du dialogue social. Ce modèle, avec ses hauts et ses bas, persiste jusqu'à aujourd'hui, mais les résultats sont plutôt considérés comme modestes (Estivill et De la Hoz, 1992 ; Martínez Lucio, 2016 ; Köhler, 2018).

  • 2 Notamment les travaux de Michel Freyssenet et du réseau GERPISA, ainsi que ceux du Laboratoire d'éc (...)

7Durant cette période, la sociologie du travail espagnole accorde une grande attention aux conséquences des processus de reconversion industrielle et de restructuration productive. Les analyses se concentrent sur les conditions de travail (Castillo et Prieto, 1983 ; Castillo, 1989b ; Prieto, 1994), l'impact de la technologie (Castillo, 1988 ; Bilbao, 1990), les changements dans les qualifications (Lope, 1996) et l'apparition de nouveaux modèles productifs et de nouvelles formes d'organisation du travail (Castillo, 1987 ; AUTEURS, 1991 et 1996). Dans ces débats, l'influence de la sociologie du travail italienne et française est encore une fois centrale. La première nourrit par exemple la discussion autour de l'économie informelle et des districts industriels tandis que la seconde éclaire l'étude des conditions de travail et des modèles productifs2. Ces évolutions s’accompagnent de la mise en œuvre de projets de recherche plus ambitieux, mieux financés et souvent liés à des réseaux de recherche internationaux. Contrairement aux premières études qui se basaient principalement sur des sources statistiques, bibliographiques et documentaires de seconde main, ce renouvellement de la sociologie du travail met l'accent sur le travail empirique. Les études de cas se multiplient avec un usage privilégié des techniques d’enquête qualitative, combinées (ou non) à des approches quantitatives. Ces analyses continuent toutefois à se focaliser sur les secteurs industriels (majoritairement masculins), même si d’autres intérêts commencent à se manifester autour des secteurs de la banque, du commerce et de l'agriculture, ainsi que sur le travail des femmes.

8Le contexte de reconversion industrielle, de précarité de l'emploi et de crise de la « société du travail » est la toile de fond d’un renouveau des recherches sur le syndicalisme et les relations professionnelles (Bilbao, 1993 ; Prieto, 1993 ; Martín Artiles, 1995 ; Miguélez, 1999 ; Lope et Alós, 1999). Ces transformations économiques sont concomitantes d’un processus de démobilisation politique et syndicale, particulièrement visible dans la société espagnole pendant les années 1990. De manière générale, les travaux sociologiques de la période approfondissent les analyses sur la concertation et le dialogue social, la négociation collective, le comportement et les caractéristiques des acteurs sociaux, etc. (Miguélez, 1985 ; Estivill et De la Hoz, 1992 ; Miguélez et Prieto, 1991 et 1999a). Le développement des études sur les relations professionnelles (renforcé académiquement par l’apparition, à partir des années 1990, de diplômes en Relations professionnelles) favorise une approche interdisciplinaire du monde du travail et une ouverture au-delà de l'entreprise et des situations concrètes de travail. Plusieurs chercheurs de premier plan en relations professionnelles préconisent ainsi un déplacement du centre de gravité des investigations vers les relations d'emploi, à partir d’une approche dite sociétale qui ne se centre pas exclusivement sur les collectifs de travail, ni sur le monde de la production (Miguélez et Prieto, 1999b).

9D'autre part, la précarisation de l'emploi liée à la reconversion industrielle et aux réformes économiques successives éveille un plus grand intérêt pour la question de l'emploi et du marché du travail, et génère un dialogue avec les économistes du travail. Un nombre croissant d’analyses sociologiques portent alors sur l'informalité de l'emploi (Miguélez, 1982 ; Sanchís et Miñana, 1988), la précarité du marché du travail (Recio, 1994 ; Coller et al., 1998 ; Bilbao, 1999) et la crise du modèle « fordiste » de citoyenneté au travail (Bilbao, 1993 ; Alonso, 1999 ; Miguélez et Prieto, 1999c). De nombreuses études paraissent également sur le rapport à l'emploi de certains groupes spécifiques comme les jeunes (Carrasquer, 1997 ; Cachón, 1999), les femmes (Carrasquer et al., 1995 ; Torns 1995) ou les immigrés (Solé, 1995 ; Cachón, 1997). Ces travaux sont influencés par les théories nord-américaines de la segmentation du marché du travail et les recherches de l'école française de la régulation, mais aussi par les débats suscités en France par la sociologie de l'emploi. Les travaux de Margaret Maruani et du MAGE contribuent au développement d'une sociologie de l'emploi (AUTEURS, 2000a) qui se distancie progressivement des postulats et des thèmes traditionnels de la sociologie du travail pour se centrer sur les inégalités de genre dans le travail et l'emploi (Maruani et al., 2000).

10Comme dans d’autres pays, l’Espagne des années 1980 est marquée par une montée significative des débats sur le « travail des femmes » (Torns, 2003). Cette préoccupation oblige non seulement à rendre compte de la spécificité des femmes « au » travail, mais aussi à repenser le concept même de travail et ses différentes approches (Durán, 1991 ; Borderías et al., 1994). Cela suppose l'élargissement du champ d'étude vers des activités et des espaces considérés comme extérieurs au travail salarié productif (majoritairement industriel et masculin). Le travail cesse d'être considéré uniquement comme l'expression des rapports ou des conflits sociaux inhérents au modèle socio-productif, pour être (aussi) conçu comme un espace sexué dérivant des rapports de genre et de la division sexuelle du travail. Le travail reproductif, ou domestique et familial, devient un objet d'étude en tant qu'activité encadrant la vie des femmes (AUTEURS, 2000b) pour montrer, d’une part, les coulisses du travail productif et du marché du travail, ainsi que son influence sur la situation professionnelle et les conditions de vie des femmes, et, d’autre part, la singularité d'une activité qui n'est pas toujours reconnue comme un travail (Carrasquer et al., 1998). Au cours de ces années, les études sur le travail des femmes favorisent un renouvellement thématique qui étend l'analyse du travail au-delà de l'entreprise et de la production, en mettant l'accent sur le foyer familial et la vie quotidienne à partir d’approches interdisciplinaires ou pluridisciplinaires. L'élargissement du concept de travail vers le travail non monétarisé met en tension les limites mêmes de la discipline.

La sociologie du travail dans l’Espagne du xxie siècle (2000-2020)

  • 3 Le Comité de recherche en sociologie du travail, dont l'activité remonte au premier congrès de soci (...)
  • 4 Gaceta Sindical. Reflexión y Debate et Anuario IET de Trabajo y Relaciones Laborales.

11Grâce à un double mouvement de consolidation et de renouvellement au cours des années 1980 et 1990, la sociologie du travail espagnole parvient à se reproduire en tant que champ académique au cours du xxie siècle. Ces dernières années, le développement de la sociologie du travail s’inscrit dans une relative continuité qui permet l’expression de ses potentialités, mais aussi l’accentuation des tensions et des bifurcations héritées du passé. D’un côté, les principaux groupes de recherche en sociologie du travail maintiennent leur activité et d’autres équipes se créent dans de nombreuses universités. Dans le même temps, de nouveaux espaces d’importance se formalisent comme le Comité de recherche en sociologie du travail de la Fédération espagnole de sociologie3 et de nouvelles revues se créent comme la Gazette syndicale et l'Annuaire du travail et des relations professionnelles de l'IET4. De manière générale, les principales revues de sociologie du travail fonctionnent bien, mais la pression exercée par les classements académiques et les facteurs d'impact bibliographique se fait déjà sentir. De nombreux chercheurs renoncent à publier dans ces revues car leur carrière à l'université (stabilité professionnelle, financement de la recherche) dépend, de plus en plus, de la publication des résultats dans des revues internationales de langue anglaise.

  • 5 En Espagne, le processus de Bologne a signifié le passage des principaux diplômes universitaires (l (...)
  • 6 Pour une analyse de la situation de l'enseignement de la sociologie du travail en Espagne, voir Aut (...)

12Concernant l'activité pédagogique, de nouveaux programmes de formation incluent des analyses sociologiques du travail, particulièrement des diplômes de troisième cycle dans des universités où des groupes de recherche spécialisés sont intégrés depuis plusieurs années. Dans les premiers cycles universitaires, en revanche, le processus de Bologne5 a contribué à une baisse progressive de l’influence de la sociologie au sein des sciences sociales, particulièrement visible dans les facultés d'économie et de commerce. Cependant, le déclin de la sociologie du travail (et d'autres disciplines connexes) dans les programmes d'études est également perceptible dans les diplômes de sociologie, bien qu'ici le problème renvoie à la combinaison de plusieurs facteurs. D'une part, la baisse du nombre d'étudiants inscrits et la diminution du personnel enseignant (avec des effectifs très réduits depuis la crise de 2008) conduisent à une régression de l'offre pédagogique dans la plupart des universités. D'autre part, la remise en cause de la centralité du travail a des conséquences sur la sociologie elle-même et sur la place qu’y occupe la sociologie du travail. Ce déclin de la sociologie du travail est partiellement compensé par l’augmentation des études en « Relations professionnelles et ressources humaines » qui sont présentes dans la quasi-totalité des universités espagnoles. Bien que ce diplôme soit généralement enseigné dans les facultés de droit (avec une hégémonie de cette discipline dans les programmes), son développement permet une certaine pérennisation de la sociologie du travail6.

Inerties, reformulations et renouveaux de la sociologie du travail (2000-2020)

13Dans le domaine de la recherche, certains thèmes traditionnels de la sociologie du travail continuent d'être présents, mais de manière moins centrale que dans les décennies précédentes. C’est notamment le cas des analyses de l'organisation du procès de travail (Castillo et López Calle, 2003 ; Castillo, 2005 ; Lahera, 2006 ; Pedreño et Ramírez Melgarejo, 2021), de la participation des travailleurs aux nouveaux modèles productifs (Lahera, 2008) et de l'impact des nouvelles formes d'organisation sur les conditions de travail (Pérez Zapata, 2019 ; López Calle et al., 2020). Dans ce type de recherche, les études de cas continuent à prédominer, avec un ancrage empirique revendiqué et un usage privilégié des techniques d’enquête qualitatives. Malgré leur relative inertie, ces courants de recherche intègrent aussi des changements significatifs tels que l’ouverture à de nouveaux secteurs (agriculture, tourisme, logistique et distribution, industrie des logiciels, commerce et enseignement supérieure) et un intérêt croissant pour le travail des femmes (Candela et Piñón, 2005 ; Agulló, 2010). Ces analyses tentent de reconstruire la totalité du processus productif en s'occupant de la production « dispersée » sur le territoire découlant des processus d'externalisation. Elles tentent également d’articuler le travail et le hors-travail, élargissant ainsi l’objet d'étude au-delà de la situation concrète du travail dans les secteurs industriels traditionnels (Castillo et Agulló, 2012 ; Castillo, 2018).

14D’autres domaines classiques de la sociologie du travail demeurent vivaces au xxie siècle comme le syndicalisme (Ortiz, 2002 ; Jodar et al., 2004 ; Beneyto, 2008 ; Alós et al., 2009 ; García Calavia et Rigby, 2016 ; Brunet et Moral, 2020) ou les mobilisations et les conflits au travail (Pérez de Guzmán et al., 2016 ; González Begega et Köhler, 2020). Ces thèmes sont présents depuis les années 1960, mais ils connaissent une nouvelle actualité (même en dehors du champ de la sociologie du travail) en raison de la crise économique de 2008 et de l'importance des mouvements sociaux qui ont suivi. Au-delà de la question du syndicalisme et de l'action collective, l'étude des relations professionnelles perdure au cours des premières décennies du xxie siècle, avec des approches davantage interdisciplinaires et intégrées à des réseaux de recherche internationaux. Outre les travaux plus généraux sur les particularités du modèle espagnol de relations professionnelles (Köhler, 2018) ou sur le cadre théorique des industrial relations (García Calavia, 2004 ; Köhler et Martín Artiles, 2005), certaines recherches se développent plus particulièrement sur la question de la négociation collective et du dialogue social (Molina et Rodhes, 2011 ; González Begega et Luque, 2014 ; Molina et Miguélez, 2017), ainsi que sur la possible « européanisation » des relations industrielles à travers les comités d'entreprise européens, le dialogue social européen ou encore le détachement transnational des travailleurs (Köhler et González Begega, 2008 ; González Begega et al., 2017 ; Riesco et al., 2020). Les deux dernières décennies voient également l’essor de recherches sur le management, un domaine peu exploré en Espagne, qui trouve à présent un certain dynamisme grâce aux approches inspirées des Critical Management Studies (Fernández Rodríguez, 2007).

  • 7 Selon les données du recensement, l'Espagne serait passée d'un pourcentage d'étrangers de 2,2% en 2 (...)

15Parmi les principales bifurcations de la sociologie du travail à la fin du siècle dernier, la sociologie de l'emploi reste éminemment pertinente durant les années 2000 et 2010 pour analyser la détérioration de la qualité de l'emploi, notamment la question de l’emploi temporaire et de ses conséquences (García Polavieja, 2003 ; Miguélez et Prieto, 2009 ; Prieto, 2009 ; Sola et al., 2013 ; De Castro et al., 2014). Le problème du chômage et des politiques destinées à le combattre est également une thématique récurrente de la période (Serrano, 2000 ; Sanchís, 2016 ; Briales, 2017), tout comme le débat sur la « flexicurité » et son éventuelle application en Espagne (Martín Artiles, 2003 ; Tovar et Revilla, 2012 ; Serrano et Fernández Rodríguez, 2014). D’autres problématiques animent cependant l’analyse de l'emploi. À partir de l'an 2000, le nombre d'étrangers résidant en Espagne augmente très rapidement. L'arrivée massive d’une population immigrée étrangère, et son impact sur le marché du travail, constitue l'une des principales transformations de la société espagnole au cours des dernières décennies7. Cette transformation s'est accompagnée d'un développement de la sociologie des migrations (d'abord très orientée vers les problèmes d'insertion professionnelle des immigrés), ainsi que d'un intérêt croissant de la part de la sociologie du travail pour les conditions de travail et d'emploi des immigrés (Solé et Parella, 2003 ; Cachón, 2009 ; Pedreño, 2014 ; Riesco, 2014 ; Moreno et López Roldán, 2018). D'autre part, la crise de 2008 focalise de nouveau l’attention sur le chômage et la précarité des jeunes (Santos et Martín, 2012 ; López Calle, 2017 ; Santamaría, 2018), renouvelant une ligne de recherche relativement ancienne puisque le chômage des jeunes est une préoccupation des politiques publiques et des débats sociologiques en Espagne depuis les années 1980.

16Les deux dernières décennies sont également marquées par l’émergence d’une sociologie du salariat (AUTEURS, 2003 ; García López et al., 2005 ; García López, 2009) qui propose d’avancer vers ce que Pierre Rolle (1988) a appelé la « deuxième formalisation de l'analyse sociologique du travail ». Il s’agit d’une sociologie qui conçoit le travail comme une relation sociale historiquement définie (c'est-à-dire une activité médiatisée par un dispositif marchand) et qui vise à problématiser le lien du travailleur avec son travail (au lieu de le tenir pour acquis dans chaque situation concrète de travail). Dans cette perspective, la sociologie du travail s’apparente à une sociologie générale sensible aux multiples temporalités, activités et processus qui conditionnent la rencontre (toujours transitoire) du travailleur avec son poste de travail.

17Enfin, la mise sur agenda de l'égalité des sexes et son inscription dans les programmes de financement de la recherche, y compris européens, contribuent à renforcer la dimension de genre dans les études sur le travail, entendu dans un sens large (Prieto, 1999). Cela se traduit par la forte augmentation des publications sur ces questions dans les principales revues spécialisées, mais aussi, quoique plus timidement, par la réalisation de thèses de doctorat sur le sujet. On observe également un renouvellement et un élargissement des thématiques à travers l’analyse de la place des femmes dans les processus de décentralisation productive (Castillo, 2005), de la ségrégation professionnelle (Ibáñez, 2008 ; Maira, 2017), de la discrimination à l'emploi (Torns et Recio, 2012) et de la participation syndicale des femmes (Bermúdez et Martínez, 2019). Le temps de travail (flexibilité, conciliation, temps de travail versus temps de vie) est une autre question d’importance qui favorise le croisement de la sociologie de l'emploi et des études sur le travail dans une perspective de genre (Torns, 2005 ; Prieto, 2007a ; Martín Criado et Prieto, 2015 ; Carrasquer, 2017). Le travail de care, étudié sous de multiples angles, constitue toutefois le principal objet de recherche de cette ligne d’analyse (Durán, 2003 ; Martín Palomo, 2008 ; Torns, 2008 ; Carrasquer, 2013 ; Moreno, 2015 ; Prieto, 2015 ; Moré, 2019).

18De manière générale, les recherches sociologiques sur le travail, l'emploi et les relations professionnelles développées en Espagne au cours des deux dernières décennies montrent une profonde mutation de la relation d'emploi traditionnelle surgie au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. La sociologie espagnole tente alors d'en analyser les conséquences et de les systématiser de diverses façons (Alonso, 2007 ; Prieto, 2007b ; Serrano et Jensen, 2019 ; Riesco, 2020). Parallèlement, et à l’instar d'autres pays, la sociologie du travail espagnole se tourne ces dernières années vers l'analyse des processus de transformation globale du monde du travail qui renforcent cette perspective de changement. Les investigations portent alors sur la montée du travail indépendant (Riesco, 2016 ; Serrano et Fernández Rodríguez, 2018 ; Santos et Muñoz, 2019), les effets du capitalisme de plateforme (Köhler, 2020 ; Martín Artiles et al., 2020) ou les défis de l'automatisation et de ce qu'on appelle l'industrie 4.0. (Lahera, 2019). Ces mutations mettent souvent en évidence la fragilité des dispositifs d'observation à partir desquels est analysée cette réalité ambivalente dénommée « travail ».

Conclusion

19La sociologie du travail est un champ de recherche bien établi au sein de la sociologie espagnole. Cette discipline fait preuve d’un certain dynamisme sur les quatre dernières décennies, mais elle doit faire face à de multiples défis et, peut-être, à une certaine désorientation. Les thèmes de recherche se diversifient et évoluent au fil des transformations de la société espagnole, que celles-ci renvoient à des processus nationaux ou globaux. La critique des approches traditionnelles et de leurs postulats suscite un renouvellement des perspectives de recherche, bien que cette critique ait un impact très inégal au sein de la discipline. Par exemple, l’élargissement du champ d'analyse du travail vers la reproduction, porté par les études de genre, a un écho limité au niveau de la sociologie du travail qui privilégie encore l'espace de production et étudie le travail comme s'il était étranger aux rapports de genre.

20Originellement proche de la sociologie du travail française et italienne, la sociologie du travail espagnole s'est progressivement tournée vers l’approche des industrial relations, même si ces deux traditions coexistent sans générer de problème au sein d’une sociologie de plus en plus empirique et peu encline à l'élaboration théorique (peu rentable académiquement). Ce type de déplacement a permis des analyses du travail plus interdisciplinaires, avec une forte hétérogénéité des méthodes de recherche et un recours plus important aux comparaisons internationales. Ce développement de l'internationalisation de la sociologie du travail espagnole s’explique par la captation de sources de financement mises à disposition par l’Union Européenne, la participation accrue à des réseaux de recherche européens, ainsi que par la pression institutionnelle exercée par les universités espagnoles pour améliorer leur position dans les classements académiques internationaux. Cette évolution permet une inscription plus forte dans les débats internationaux et donne une plus grande visibilité à la discipline, mais elle contient également le risque d’une déconnexion de la recherche à l’égard des problèmes « locaux ».

21De manière générale, la sociologie subit depuis des années en Espagne une baisse de son influence dans la sphère publique et dans les espaces de décision. Celle-ci n’a, en réalité, jamais été véritablement importante, mais la situation semble quelque peu paradoxale. La moindre visibilité publique de la sociologie en tant que discipline se produit à un moment où, a contrario, certains de ses débats atteignent une large audience et où, en outre, la discipline s’est consolidée au niveau académique. Expliquer cette situation nécessite sans doute une analyse plus complexe, mais on peut se demander si cette invisibilité n’est pas liée, d'une manière ou d'une autre, à l'essor des études « sectorielles » ou « thématiques » dans les sciences sociales espagnoles telles que les études de genre, les études urbaines, les sciences du travail, etc. Cette évolution des sciences sociales peut apparaître positivement à première vue, surtout si l'on y voit le moyen de promouvoir l'interdisciplinarité dans l'analyse de réalités complexes comme le travail. Néanmoins, dans la pratique, cela a davantage généré du conflit que du dialogue entre les disciplines, les plus proches du pouvoir politique cherchant à asseoir leur domination dans ces domaines d'étude.

22La position de la sociologie du travail au sein de la sociologie espagnole est tout aussi contradictoire. D'une part, la sociologie du travail possède ses propres espaces institutionnels dotés d’une longue histoire (groupes de recherche, revues, comités de recherche) qui démontrent une capacité notable de reproduction en tant qu'espace académique. Ils permettent également le développement de liens forts avec d'autres sphères sociales, politiques et institutionnelles. Dans le même temps, son objet d'étude a acquis une plus grande centralité à la suite des dernières crises (la crise économique de 2008 et la pandémie de 2020), qui ont remis en lumière le « travail » dans des sociétés qui n'étaient censées être que « consommatrices », « financiarisées », « immatérielles » ou « post-industrielles ». D’autre part, la place de la sociologie du travail (et d'autres disciplines connexes) s’est clairement réduite dans les formations universitaires de sociologie. Ce champ d’analyse semble susciter un moindre intérêt auprès des sociologues (apprentis ou confirmés) que d'autres spécialités comme le genre, la ville ou les mouvements sociaux.

23Le sociologue Abdelmalek Sayad (1990), réfléchissant à la construction de la migration comme objet d'étude, avançait l’idée que le prestige académique inégal entre les domaines de la sociologie ne faisait que refléter le prestige ou la « dignité » sociale des objets étudiés. Dans cette optique, l'objet « travail » a perdu de son prestige en Espagne à mesure que le mouvement syndical perdait de sa force en tant que mouvement politique et que le « travail » était évincé des agendas politiques (tout le contraire du chemin pris par le mouvement féministe et les études de genre). Deux processus interdépendants sont donc à l’œuvre : la perte d’influence de la sociologie du travail en tant que discipline et la moindre attractivité du « travail » en tant que revendication sociale et objet d'étude.

24Cette crise (relative) du travail comme objet d'étude de la sociologie est surprenante car elle coïncide avec une certaine capillarité de la thématique du travail au-delà des frontières de la sociologie du travail classique. Cela se manifeste, par exemple, à travers l'essor du care et du travail reproductif au sein de la sociologie du travail comme dans d’autres domaines de spécialisation apparemment plus éloignés : les études de genre, la sociologie de la famille, la sociologie des migrations ou la sociologie de la sexualité. C'est également le cas pour ce qui concerne le capitalisme de plateforme et les nouvelles formes d'emploi qui éveillent un intérêt au-delà de la sociologie du travail, notamment auprès des études sociologiques sur les TIC et la technologie. De la même manière, la sociologie des mouvements sociaux et de l'action collective étudie les processus de mobilisation liés aux collectifs de travailleurs ou à la défense des services publics et des systèmes de protection sociale. Ces exemples peuvent être étendus à de nombreux autres domaines de la sociologie qui étudient les questions liées au « travail » en Espagne comme la sociologie de l'éducation, la sociologie de la consommation, la sociologie économique, la sociologie de la jeunesse, la sociologie de la santé, la sociologie de la culture, la sociologie des sciences et de l'innovation, etc.

25La recherche et la réflexion sociologique sur le « travail » se réalisent aujourd’hui en Espagne autant dans le champ propre à la sociologie du travail qu’en dehors de celui-ci. Cette situation ne peut manquer d’interroger et doit nourrir une réflexion sur la constitution de la discipline. La crise (relative) du « travail » comme objet d'étude de la sociologie en Espagne n’est-elle pas liée à une construction trop restrictive et myope de cet objet par la sociologie du travail ? Qu'est-ce que le travail et comment l'étudier ? Qu'est-ce que l’analyse du travail apporte à la compréhension des transformations des sociétés contemporaines ? Il semble aujourd'hui urgent de revenir aux débats fondateurs de la sociologie du travail et de freiner ainsi l'empirisme non critique qui gagne les universités de plus en plus soumises au strict contrôle productiviste de l'activité de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Agulló Itziar (2010), “Formas de ver y hacer el trabajo : el caso de las trabajadoras de grandes cadenas de moda”, Sociología del Trabajo, 70, pp. 47-63.

Alós Ramón, Jódar Pere, Martí Joel, Martín Artiles Antonio et Ortiz Luis (2009), “Diversity in Trade Union Membership: A Typology Based on the Study of a Spanish Trade Union”, Industrial Relations Journal, 40, pp. 100-121.

Alonso Luis Enrique (1999), Trabajo y ciudadanía. Estudios sobre la crisis de la sociedad salarial, Madrid, Trotta.

Alonso Luis Enrique (2007), La crisis de la ciudadanía laboral, Madrid, Siglo XXI.

Prieto Carlos (2003), “Sociología de las relaciones salariales”, número monográfico de Cuadernos de Relaciones Laborales, 21.

Beneyto Pere (2008), “El sindicalismo español en perspectiva europea”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 26, pp. 57-88.

Bermúdez Eva et Martínez Beltrán (2019), “Participación de mujeres en el movimiento sindical”, Sociología del Trabajo, 95, pp. 53-72.

Bilbao Andrés (1990), “El proceso de trabajo en artes gráficas : tecnología y descentralización productiva”, Sociología del Trabajo, 9, pp. 3-18.

Bilbao Andrés (1993), Obreros y ciudadanos, Madrid, Trotta.

Bilbao Andrés (1999), El empleo precario : seguridad de la economía e inseguridad del trabajo, Madrid, La Catarata.

Borderías Cristina, Carrasco Cristina et Alemany Carme (1994), Las mujeres y el trabajo. Rupturas conceptuales, Barcelona, Icaria.

Briales Álvaro (2017), “Emprendeudores fracasados : individualización neoliberal en los discursos sobre el desempleo”, Recerca, 20, pp. 79-104

Brunet Ignasi et Moral David (2020), Nuevas organizaciones sociales : el sindicalismo ante el nuevo modelo de acumulación, Barcelona, Anthropos.

Cachón Lorenzo (1997), “Segregación sectorial de los inmigrantes en el mercado de trabajo en España”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 10, pp. 49-73.

Cachón Lorenzo (coord.) (1999), Juventudes, mercados de trabajo y políticas de empleo, Valencia, 7 i Mig.

Cachón Lorenzo (2009), La “España Inmigrante” : marco discriminatorio, mercado de trabajo y políticas de integración, Barcelona, Anthropos.

Candela Paloma et Piñón Josefina (2005), “Mujeres entre naranjas : las trabajadoras de los almacenes valencianos de manipulación y comercialización de cítricos”, dans Castillo Juan José (dir.), El trabajo recobrado, Buenos Aires, Miño y Dávila, pp. 303-346.

Carrasquer Pilar (1997), “Jóvenes, empleo y desigualdades de género”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 11, pp. 55-80.

Carrasquer Pilar (2013), “El redescubrimiento del trabajo de cuidados : algunas reflexiones desde la sociología”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 31, pp. 91-113.

Carrasquer Pilar (2017), “Tiempo de trabajo y conciliación : reflexiones para la negociación colectiva”, Gaceta sindical : reflexión y debate, 28, pp. 251-266.

Carrasquer Pilar, Romero Alfonso et Torns Teresa (1995), El perfil socio-laboral del paro femenino en España, Madrid, Instituto de la Mujer.

Carrasquer Pilar, Torns Teresa, Tejero Elisabet et Romero Alfonso (1998), “El trabajo reproductivo”, Papers, 55, pp. 95-114.

Castillo Juan José (1979), “Hacia un método de análisis de las condiciones de trabajo”, Sociología del Trabajo, 1, pp. 115-125

Castillo Juan José (dir.) (1987), Las nuevas formas de organización del trabajo, Madrid, Ministerio de Trabajo.

Castillo Juan José (dir.) (1988), La automación y el futuro del trabajo. Tecnologías, organización y condiciones de trabajo, Madrid, Ministerio de Trabajo.

Castillo Juan José (1989b), La división del trabajo entre empresas. Las condiciones de trabajo en las pequeñas y medianas empresas de la electrónica y del mueble, Madrid, Ministerio de Trabajo.

Castillo Juan José (1991), “¿Neofordismo o especialización flexible ?”, número monográfico extraordinario de Sociología del Trabajo.

Castillo Juan José (1994), El trabajo del sociólogo. Madrid, Editorial Complutense.

Castillo Juan José (1996), “Emergencia de nuevos modelos productivos”, número monográfico de Sociología del Trabajo, 27.

Castillo Juan José (dir.) (2005), El trabajo recobrado : una evolución del trabajo realmente existente en España, Buenos Aires, Miño y Dávila.

Castillo Juan José (2018), “Para una autoetnografía intelectual”, Sociología del Trabajo, 92, pp. 7-31.

Castillo Juan José et Agulló Itziar (2012), Trabajo y vida en la sociedad de la información. Un distrito tecnológico en el norte de Madrid, Madrid, La Catarata.

Castillo Juan José et López Calle Pablo (2003), Los obreros del Polo. Una cadena de montaje en el territorio, Madrid, Editorial Complutense.

Castillo Juan José et Prieto Carlos (1983), Condiciones de trabajo. Hacia un enfoque renovador de la Sociología del Trabajo, Madrid, CIS.

Coller Xavier, López Pedro, Lope Andreu et Miguélez Fausto (1998), “La segmentación laboral. Hacia una tipología del ámbito productivo”, Papers, 55, pp. 45-77.

De Castro Carlos, Arnal María et Lahera Arturo (2014), “La norma informal de empleo y el deterioro de la condición de ciudadanía”, Revista Internacional de Sociología, 72.

Durán María Ángeles (1991), “La conceptualización del trabajo en la sociedad contemporánea”, Economía y Sociología del Trabajo, 13-14, pp. 8-22.

Durán María Ángeles et al. (coord.) (2000b), “El trabajo invisible”, número monográfico de Cuadernos de Relaciones Laborales, 17.

Durán María Ángeles (2003), “El trabajo no remunerado en la familia”, Arbor, 694, pp. 239-268.

Estivill Jordi et De la Hoz José María (1992), “Transición y crisis : la complejidad de las relaciones laborales en España”, dans Baglioni Guido et Crouch Colin (coord.), Las relaciones laborales en Europa, Madrid, Ministerio de Trabajo, pp. 321-358.

Estivill Jordi, Pons Ignasi, Homs Oriol et Sánchez Joan (1973), Apuntes sobre el trabajo en España, Barcelona, Nova Terra.

Fernández Rodríguez Carlos (2007), Vigilar y organizar : una introducción a los Critical Management Studies, Madrid, Siglo XXI.

García Calavia Miguel Ángel (2004), “Los buenos tiempos de las relaciones industriales : una aproximación sociológica”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 22, pp. 89-111.

García Calavia Miguel Ángel et Castillo Juan José (2010), La investigación y la enseñanza de la sociología del trabajo : un balance de la situación en España, Valencia, Germanía.

García Calavia Miguel Ángel et Rigby Mike (2016), “Recursos de poder de los sindicatos en España”, Sociología del Trabajo, 87, pp. 7-24.

García López Jorge (2009), “¿Explica el trabajo la sociedad ? En torno a la sociología del salariado de Pierre Naville”, Laboreal, 5(2).

García López Jorge, Lago Jorge, Meseguer Pablo et Riesco Alberto (dir.) (2005), Lo que el trabajo esconde. Materiales para un replanteamiento del análisis sobre el trabajo, Madrid, Traficantes de Sueños.

García Polavieja Javier (2003), Estables y precarios, Madrid, CIS.

González Begega Sergio et Köhler Holm-Detlev (2020), “Los rebeldes de Tenneco. Resistencia laboral, movilización social y presión institucional blanda”, Sociología del Trabajo, 97, pp. 31-43.

González Begega Sergio, Köhler Holm-Detlev et Aranea Mona (2017), “Los comités de empresa europeos dos décadas después”, Revista del Ministerio de Empleo, 127, pp. 255-273.

González Begega Sergio et Luque David (2014), “¿Adiós al corporatismo competitivo en España ?”, Revista Española de Investigaciones Sociológicas, 148, pp. 79-102.

Ibáñez Marta (2008), “La segregación ocupacional por sexo a examen”, Revista Española de Investigaciones Sociológicas, 123, pp. 87-122.

Jodar Pere, Martín Artiles Antonio et Alòs Ramón (2004), “El sindicato hacia dentro. La relación entre la organización y los trabajadores desde el análisis de la afiliación”, Papers, 72, pp. 113-144.

Köhler Holm-Detlev (2018), “Industrial relations in Spain – strong conflicts, weak actors and fragmented institutions”, Employee Relations, 40, pp. 725-743.

Köhler Holm-Detlev (2020), “Las relaciones laborales en la economía de plataformas”, Sociología del Trabajo, 96, pp. 23-33.

Köhler Holm-Detlev et González-Begega Sergio (2008), “El Diálogo Social Europeo. De la macroconcertación comunitaria a la negociación colectiva transnacional”, Revista del Ministerio de Trabajo, 72, pp. 251-270.

Köhler Holm-Detlev et Martín Artiles Antonio (2005), Manual de la sociología del trabajo y de las relaciones laborales, Madrid, Delta Publicaciones.

Lahera Arturo (2006), Diseño tecnológico y proceso de trabajo : mutaciones organizativas en empresas de ingeniería mecánica, Madrid, Miño y Dávila.

Lahera Arturo (2008), “Nuevos modelos productivos y participación de los trabajadores”, Gaceta sindical : reflexión y debate, 11, pp. 255-285.

Lahera Arturo (2019), “Digitalización, robotización, trabajo y vida”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 37, pp. 249-273.

Lope Andreu (1996), Innovación tecnológica y cualificación : la tendencia a la polarización de las cualificaciones de los empleos, Madrid, Consejo Económico y Social.

Lope Andreu et Alós Ramón (1999), “La acción sindical en la empresa”, dans Miguélez Fausto et Prieto Carlos (dirs.) Las relaciones de empleo en España, Madrid, Siglo XXI, pp. 213-235.

López Calle Pablo (2017), Trabajar en Holanda : el calvario de los trabajadores migrantes españoles expulsados por el paro o el infraempleo, Fundación Primero de Mayo, 100.

López Calle Pablo, Rísquez Mario et Ruiz María Eugenia (2020), “Analysis of the effects of the modular design model of car production on working conditions”, Economics et Sociology, 13, pp. 90-101.

Maira Mar (2017), “La segregación horizontal por género y sus consecuencias en la ocupación masculinizada de mecánico/a”, Laboreal, 13.

Martín Artiles Antonio (1995), Flexibilidad y relaciones laborales. Estrategias empresariales y acción sindical, Madrid, Consejo Económico y Social.

Martín Artiles Antonio (2003), “Flexiseguridad : tiempo de trabajo y empleo en los pactos de empresa”, Sociología del Trabajo, 53, pp. 31-58.

Martín Artiles Antonio, Miguélez Fausto et Prieto Carlos (2007), “Sociología del trabajo”, en Pérez Yruela, M. (comp.) La sociología en España, Madrid, CIS, pp. 189-212.

Martín Artiles Antonio, Pastor Albert, Molina Óscar, Godino Alejandro et Romero Jéssica (2020), Plataformas digitales, condiciones de trabajo y representación colectiva, Barcelona, Comisiones Obreras.

Martín Criado Enrique et Prieto Carlos (2015), Conflictos por el tiempo, Madrid : Universidad Complutense de Madrid / CIS.

Martín Palomo María Teresa (2008), “Domesticar el trabajo : una reflexión a partir de los cuidados”, Cuadernos de relaciones Laborales, 26, pp. 91-113.

Martínez Lucio Miguel (2016), "Incertidumbre, indecisión y neoliberalismo emergente". Sociología del trabajo, 87, pp. 68-88.

Martínez Lucio Miguel et Fernández Rodríguez Carlos (2019), “The Politics of Sociology and the Challenges of Transitions, Formalization and Fragmentation”, dans Stewart Paul et al. (dir.) The Palgrave Handbook of the Sociology of Work in Europe, Londres, Palgrave, pp. 153-179.

Maruani Margaret, Rogerat Chantal et Torns Teresa (dirs.) (2000), Las nuevas fronteras de la desigualdad. Hombres y mujeres en el mercado de trabajo, Barcelona, Icaria.

Miguélez Fausto (1977), Seat, la empresa modelo del régimen, Barcelona, Dopesa.

Miguélez Fausto (1982), “Economía sumergida y transformaciones socio-laborales”, Boletín de Estudios Económicos, 37, pp. 439-460.

Miguélez Fausto (1985), “Corporatismo y relaciones laborales en Europa en tiempo de crisis”, Revista Española de Investigaciones Sociológicas, 30, pp. 149-178.

Miguélez Fausto (1999), “Presente y futuro del sindicalismo en España”, dans Miguélez Fausto et Prieto Carlos (dirs.) Las relaciones de empleo en España, Madrid, Siglo XXI, pp. 191-212.

Miguélez Fausto et Prieto Carlos (dirs.) (1991), Las relaciones laborales en España, Madrid, Siglo XXI.

Miguélez Fausto et Prieto Carlos (dirs.) (1999a), Las relaciones de empleo en España, Madrid, Siglo XXI.

Miguélez Fausto et Prieto Carlos (1999b), “Introducción. De las relaciones laborales a las relaciones de empleo”, dans Miguélez Fausto et Prieto Carlos (dirs.) Las relaciones de empleo en España, Madrid, Siglo XXI, pp. 5-10.

Miguélez Fausto et Prieto Carlos (1999c), “Crisis del empleo. ¿Crisis del orden social ?”, dans Miguélez Fausto et Prieto Carlos (dirs.), Las relaciones de empleo en España, Madrid, Siglo XXI, pp. 406-513.

Miguélez Fausto et Prieto Carlos (2009), “Transformaciones del empleo, flexibilidad y relaciones laborales en Europa”, Política y Sociedad, 46, pp. 275-287.

Molina Óscar et Miguélez Fausto (2017), “Post-crisis social dialogue in Spain: the calm after the storm”, dans Guardiancich Igor et Molina Óscar (dir.) Talking through the crisis. Social dialogue and industrial relations trends in selected EU countries, Ginebra, OIT, pp. 257-279.

Molina Óscar et Rhodes Martin (2011), “Spain: from tripartite to bipartite pacts”, dans Avdagic Sabina, Rhodes Martin et Visser Jelle (dir.) Social Pacts in Europe, Oxford, Oxford University Press, pp. 174-202.

Moré Paloma (2019), “Hacerse mayor en el sector de los cuidados : envejecimiento y jubilación de las mujeres ecuatorianas cuidadoras en Madrid”, Sociología del Trabajo, 95, pp. 35-51.

Moreno Sara (2015), “The gendered division of housework time: Analysis of time use by type and daily frequency of household tasks”, Time et Society, 26, pp. 3-27.

Moreno Sara et López-Roldán Pedro (2018), “El impacto de la crisis en las trayectorias laborales de las mujeres inmigrantes en España”. Cuadernos de Relaciones Laborales, 36, pp. 65-87.

Ortiz Luis (2002), “The resilience of a Company-level system of industrial relations: Union responses to teamwork in Renault’s Spanish Subsidiary”, European Journal of Industrial Relations, 8, pp. 277-299.

Pedreño Andrés (dir.) (2014), De cadenas, migrantes y jornaleros : los territorios rurales en las cadenas globales agroalimentarias, Madrid, Talasa.

Pedreño Andrés et Ramírez-Melgarejo Antonio (2021), “Sobre el ‘espíritu’ de la calidad y la nueva racionalización de la producción de frutas y uvas en la Región de Murcia”, Revista Española de Sociología, 30.

Pérez de Guzmán Sofía, Roca Beltrán et Díaz Iván (2016), “Political exchange, crisis of representation and trade union strategies in a time of austerity: trade unions and 15-M in Spain”, Transfer, 22, pp. 461-474.

Pérez-Zapata Óscar (2019), Trabajo sin límites, salud insostenible. La intensificación del trabajo del conocimiento, Madrid, Marcial Pons.

Prieto Carlos (1982), “La sociología del trabajo en el I Congreso de Sociología”, Sociología del Trabajo, 7/8, pp. 225-226.

Prieto Carlos (1993), “Los sindicatos”, en Del Campo Salustiano (dir.) Tendencias sociales en España, Bilbao, Fundación BBVA.

Prieto Carlos (dir.) (1994), Trabajadores y condiciones de trabajo, Madrid, HOAC.

Prieto Carlos (1999), “Los estudios sobre mujer, trabajo y empleo : caminos recorridos, caminos por recorrer”, Política y Sociedad, 32, pp. 141-149.

Prieto Carlos (coord.) (2007a), Trabajo, género y tiempo social, Madrid, Editorial Complutense.

Prieto Carlos (2007b), “Del estudio del empleo como norma social al de la sociedad como orden social”, Papeles del CEIC, 1.

Prieto Carlos (coord.) (2009), La calidad del empleo en España, Madrid, Ministerio de Trabajo.

Prieto Carlos (coord.) (2015), Trabajo, cuidados, tiempo libre y relaciones de género en la sociedad española, Madrid, Cinca.

Pugliese Enrico (2000a), “¿Qué es el empleo ?”, número monográfico de Política y Sociedad, 34.

Recio Albert (1994), “Flexibilidad laboral y desempleo en España”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 5, pp. 57-74.

Riesco Alberto (2014), “Economía (étnica) y sociedad. Inmigración y trabajo por cuenta propia en la sociología contemporánea”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 32, pp. 165-190.

Riesco Alberto (2016), “Trabajo, independencia y subordinación. La regulación del trabajo autónomo en España”, Revista Internacional de Sociología, 74.

Riesco Alberto (dir.) (2020), Fronteras del trabajo asalariado, Madrid, La Catarata.

Riesco Alberto, García-López Jorge et Maira Mar (2020), “The posting of workers in the European road transport industry”, European Journal of Industrial Relations, 26, pp. 191-206.

Rolle Pierre (1988), Travail et salariat. Bilan de la sociologie du travail, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Sanchís Enric (2016), Los parados. Cómo viven, qué piensan, por qué no protestan, Valencia, PUV.

Sanchís Enric et Miñana José (dir.) (1988), La otra economía. Trabajo negro y economía informal, Valencia, Alfons el Magnànim.

Santamaría Elsa (2018), “Jóvenes, crisis y precariedad laboral”, Encrucijadas, 15.

Santos Antonio et Martín Paz (2012), “La juventud española en tiempos de crisis. Paro, vidas precarias y acción colectiva”, Sociología del Trabajo, 75, pp. 93-110.

Santos Antonio et Muñoz David (2019), “La extensión de la figura del emprendedor en el marco de la Unión Europea”, Debats, 133, pp. 15-26.

Sayad Abdelmalek (1990), “Les maux-à-mots de l’immigration. Entretien avec Jean Leca”, Politix, 12, pp. 7-24

Serrano Amparo (2000), “El concepto de empleabilidad en la estrategia europea de lucha contra el desempleo”, Revista del Ministerio de Trabajo, 21, pp. 137-150.

Serrano Amparo et Fernández Rodríguez Carlos (dir.) (2014), El paradigma de la flexiseguridad en las políticas de empleo españolas, Madrid, CIS.

Serrano Amparo et Fernández Rodríguez Carlos (2018), “De la metáfora del mercado a la sinécdoque del emprendedor”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 36, pp. 207-224.

Serrano Amparo et Jepsen Maria (dir.) (2019), The deconstruction of employment as a political question, Palgrave Macmillan, Londres.

Sola Jorge, Alonso Luis Enrique, Fernández Rodríguez Carlos et Ibáñez Rafael (2013), “The expansión of temporary employment in Spain (1984-2010)”, dans Koch Max et Fritz Martin (dir.), Non-standard employment in Europe, Basingstoke, Palgrave Macillan, pp. 67-83.

Solé Carlota (1995), Discriminación racial en el mercado de trabajo, Madrid, Consejo Económico y Social.

Solé Carlota et Parella Sonia (2003), “The labour market and racial discrimination in Spain”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 29, pp. 121-140.

Torns Teresa (1995), “Mercados de trabajo y desigualdades de género”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 6, pp. 81-92

Torns Teresa (2003), “El trabajo de las mujeres : balance y perspectivas desde la sociología del Trabajo”, en AA.VV. Seminario "Balance y Perspectivas de los Estudios de las Mujeres y del Género", Madrid, Instituto de la Mujer, pp. 210-220.

Torns Teresa (2005), “De la imposible conciliación a los permanentes malos arreglos”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 23, pp. 15-33

Torns Teresa (2008), “El trabajo y el cuidado : cuestiones teórico-metodológicas desde la perspectiva de género”, Empiria, 15, pp. 53-73.

Torns Teresa et Recio Carolina (2012), “Desigualdades de género en el mercado de trabajo, entre la continuidad y la ruptura”, Revista de economía crítica, 14, pp. 178-202.

Tovar Francisco et Revilla Juan Carlos (2012), “La institucionalización de la individualización del trabajo : el concepto de flexiseguridad”, Cuadernos de Relaciones Laborales, 30, pp. 235-258.

Haut de page

Notes

1 Instituto Nacional de Seguridad y Salud en el Trabajo (1971 et 1978), Colectivo IOÉ (1982), Gabinet d'Estudis Socials (1983), Instituto de la Mujer (1984), Fundación Primero de Mayo (1988), Escuela de Relaciones Laborales (1988), Fundación CIREM (1989), Consejo Económico y Social (1991), etc.

2 Notamment les travaux de Michel Freyssenet et du réseau GERPISA, ainsi que ceux du Laboratoire d'économie et sociologie du travail avec lequel des rencontres régulières sont organisées (Castillo, 1994, 86).

3 Le Comité de recherche en sociologie du travail, dont l'activité remonte au premier congrès de sociologie en 1981, s’est formalisé en 2007 et compte aujourd’hui parmi des plus importants et les plus actifs de la FES. En l’espace de quatre décennies, il est passé de trente à près de cent membres. Avec le Congrès national de sociologie, il organise des rencontres inter-congrès et, depuis 2016, promeut le Prix de la meilleure thèse de doctorat en sociologie du travail. Merci à Miguel A. García Calavia pour les informations fournies sur l'activité du Comité.

4 Gaceta Sindical. Reflexión y Debate et Anuario IET de Trabajo y Relaciones Laborales.

5 En Espagne, le processus de Bologne a signifié le passage des principaux diplômes universitaires (licenciaturas) de cinq ans à quatre ans.

6 Pour une analyse de la situation de l'enseignement de la sociologie du travail en Espagne, voir Auteurs (2010).

7 Selon les données du recensement, l'Espagne serait passée d'un pourcentage d'étrangers de 2,2% en 2000 à 12,2% en 2010. Actuellement (2020), le poids des étrangers en Espagne est d'environ 11% de la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alberto Riesco-Sanz et Pilar Carrasquer Oto, « La sociologie du travail en Espagne :
l’urgence d’un retour aux débats fondateurs »
La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9459

Haut de page

Auteurs

Alberto Riesco-Sanz

Departamento de Sociología Aplicada Instituto de Sociología (TRANSOC), Universidad Complutense de Madrid

Pilar Carrasquer Oto

Centre d'Estudis Sociològics sobre la Vida Quotidiana i el Treball (QUIT), Institut d'Estudis del Treball, Universitat Autònoma de Barcelona

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search