Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...Mexique : ouverture et limites de...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

Mexique : ouverture et limites de la sociologie du travail

Openness and limitations of the sociology of work in Mexico
México : la apertura y los límites de la sociología del trabajo
Edgar Belmont et Octavio Maza-Díaz
Traduction de Arnaud Trenta
Cet article est une traduction de :
México: la apertura y los límites de la sociología del trabajo [esp]

Résumés

Le champ de la sociologie du travail au Mexique s’est construit historiquement à partir d’une pensée critique, dans la volonté d’articuler les processus de restructuration économique aux transformations des acteurs du travail. L'institutionnalisation de la discipline s'est faite dans le contexte de la mondialisation, de l'intégration économique régionale (Accord de libre-échange nord-américain) et de l'hégémonie de la pensée néolibérale, de sorte que l'agenda de recherche, à ses débuts, s'est concentré sur l'analyse des processus de réorganisation productive dans les secteurs stratégiques, sur l'étude de l'impact de la libéralisation du marché sur la négociation collective, y compris dans les entreprises publiques, et sur les spécificités des maquilaloras. Cependant, cette pertinence de la sociologie du travail mexicaine trouve ses limites dans l'interprétation de la pluralité des activités et des expériences de travail en dehors du cadre du travail salarié ; ce qui met à l'épreuve, d'une part, la rigidité d'une pensée dichotomique qui a interprété l'emploi et le travail avec le schéma formel/informel, classique/non classique, typique/atypique et, d'autre part, l'ouverture de la discipline afin d’aborder l'hétérogénéité du travail et les différentes économies qui traversent le pays. Afin d'identifier les forces et les limites de la discipline, cet article passe en revue les principaux thèmes qui ont jalonné l’analyse du travail depuis les années 1980 et fait prendre conscience de l’expansion prise par cette discipline tant au niveau des objets de recherche que des terrains d’investigation. Il expose également les défis conceptuels à relever face à une réalité du travail hétérogène qui exige une ouverture à d’autres approches disciplinaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au Mexique, le champ des recherches sur le travail n’est pas encore totalement constitué. En effet, les sciences sociales n’ont été introduites qu’à partir des années 1930 (Puga, 2009) et la sociologie du travail ne s’est réellement développée que dans les années 1980-1990, dans un contexte de restructuration de la production, d’instrumentalisation des politiques néolibérales et d’ouverture au commerce avec les États-Unis et le Canada à travers l’Accord de Libre-Échange Nord-Américain (ALENA) en 1994. Pour Enrique De la Garza (1992), c’est à cette période que le rôle et la place de l’acteur se renforcent pour faire émerger ensuite de nouveaux questionnements sur le travail et les acteurs sociaux, en rupture avec les interprétations déterministes liées au mouvement ouvrier. L’objectif était aussi de dépasser les analyses des politologues et des historiens ayant pris le parti de privilégier le mouvement syndical et les relations entre les syndicats et l’État comme objets d’étude.

  • 1 L'Association Mexicaine des Études sur le Travail (Asociación Mexicana de Estudios del Trabajo) a é (...)

2Cet article est l’occasion d’effectuer un certain nombre d’observations. En effet, même si la sociologie du travail s’est d’abord concentrée dans la ville de Mexico, ce champ d’études a connu une diversification des thèmes et des perspectives théorico-méthodologiques (Contreras, 2011), ainsi qu’un développement au-delà des institutions académiques de la capitale. On recense aujourd’hui neuf cycles de préparation au doctorat dans cinq régions où un marché du travail formel s’est structuré autour de l’activité industrielle et des services : Querétaro, Jalisco, Guanajuato, Puebla et Chihuahua.1

3Cette réflexion sur les dynamiques contemporaines de la sociologie du travail mexicaine s’articule en trois temps. Une première partie présente les études portant sur la restructuration des secteurs stratégiques dans le cadre de l’État néolibéral et du processus de libéralisation de l’économie. La deuxième partie développe la nature des restructurations productives et leurs effets sur les organisations syndicales. La troisième partie s’intéresse aux analyses de la flexibilisation du marché du travail, à la précarisation ouvrière et aux changements dans les relations professionnelles. L’article conclut à une nécessaire ouverture du champ de la sociologie du travail à d’autres disciplines.

La restructuration économique, productive et sociale

  • 2 Au cours de la période 1994-2006, la restructuration porte principalement sur le transport ferrovia (...)

4Les années 1980 marquent la fin d’un modèle industriel, né dans l’entre-deux-guerres, qui avait permis le développement d’un système productif national visant à remplacer les importations de produits manufacturés. À l’instar de différents pays latino-américains, la crise de la dette de l’État mexicain engendre des politiques d’ajustements structurels dont l’objectif est de réduire l’appareil productif d’État via la fermeture et la privatisation d’entreprises publiques, et l’ouverture à la concurrence de secteurs jadis protégés du fait de leur caractère stratégique pour le marché interne. L’ouverture au marché mondial et l’adhésion à la dynamique du capitalisme financier s’imposent au tournant des années 1990 et se concrétisent principalement dans la restructuration des secteurs de la sidérurgie, de la banque, des télécommunications et de l’électricité.2

  • 3 Les maquiladoras sont des usines d’assemblage de composants ou de produits finis dans les secteurs (...)
  • 4 On reconnaît ici l’influence d’Alain Touraine en Amérique latine, avec en particulier ses ouvrages (...)

5Les politiques monétaires mises en œuvre afin de contrôler les indicateurs macroéconomiques reposent notamment sur le maintien de bas salaires, jugés stratégiques pour soutenir la politique d’ouverture des frontières. Ces politiques visent notamment à promouvoir l’industrie maquiladora3. L’apparition de véritables parcs industriels à la frontière avec les États-Unis et au centre du pays manifeste l’émergence d’un nouvel ordre économique qui se caractérise par l’internationalisation du capital (Carrillo et Hernández, 1985). Le développement accéléré des usines d’assemblage s’inscrit en effet dans le contexte plus général de désindustrialisation des pays dits du Nord et de globalisation de l’économie. Dans cette perspective, les recherches se focalisent sur les outils techniques et organisationnels qui restructurent les modes de production, ainsi que sur la transformation de la classe ouvrière à partir des théories de l’acteur et des mouvements sociaux4.

6Pour De la Garza et Carrillo (1997), ces changements surviennent en pleine crise de la théorie de la dépendance et de la pensée développementaliste qui avaient érigé l’État en acteur clé du modèle de développement industriel visant à substituer les importations provenant des pays technologiquement avancés. Selon ces auteurs, la crise de l’État « interventionniste » et la restructuration du système productif ont permis d’ouvrir le débat sur les thèmes du rapport au travail et de l’expérience des acteurs sociaux. C’est dans ce contexte de déclin du rôle de la classe ouvrière comme sujet de la transformation sociale, qu’émerge la sociologie du travail pour apporter des réponses à ces changements structurels. La contribution de De la Garza et Carrillo est décisive dans la constitution de ce champ disciplinaire, particulièrement pour les études qui se réalisent dans le centre et le nord du pays. Ces auteurs sont à la fois les témoins et les analystes de l’émergence de l’État néolibéral et de la reconfiguration des systèmes politiques et productifs.

7Dans ce contexte, les recherches sur les relations professionnelles renouvellent les débats sur le monde ouvrier, en cherchant à dépasser les approches descriptives et déterministes de l’action syndicale et en se détachant d’une conceptualisation homogénéisante des organisations de travailleurs soumises au pouvoir de l’État. La question des relations entre l’État et les syndicats acquiert une nouvelle centralité dans les études sur le travail puisque la restructuration de la production dans les entreprises privées ou publiques s’appuie sur le contrôle politique de la négociation collective pour augmenter la productivité et flexibiliser le marché du travail.

8La restructuration de la production et la redéfinition du pacte de domination, institué par le régime du parti hégémonique, mettent à mal les fondements sociaux et les dispositifs juridiques du corporatisme mexicain. D’une part, la réforme de l'État et de l'appareil productif dans l'industrie nationalisée s'appuie voire renforce la tradition présidentialiste et les structures de pouvoir créées autour du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) qui a dirigé le pays pendant 70 années (1929-2000). D’autre part, le Pacte de stabilité économique et de croissance économique (1989) instaure une politique d'austérité financière et fixe comme objectif la modernisation des chaînes de production et de commercialisation des biens de première nécessité dans le but de réduire les coûts de la main-d'œuvre et d'augmenter les indicateurs de rentabilité.

9La politique économique et la politique sociale sont séparées et la réforme de l'État et de l'appareil productif national nécessite le contrôle politico-bureaucratique de la classe ouvrière et le consentement des directions syndicales. La verticalité des accords tripartites (employeurs, syndicats et gouvernement) et les ajustements structurels ébranlent les fondements de l'État corporatif et déstabilisent le régime du parti hégémonique.

10La réforme de l'État et la dérégulation du marché, visant l'intégration de l'appareil productif au marché international, génère une demande de libertés politiques et de transparence dans les processus électoraux. La grammaire de la modernisation ne se contente pas d'utiliser la promesse d'améliorer la qualité des biens et services de l'État, mais intègre également la critique du « paternalisme » de l'État et des arrangements corporatifs en tant que demande des citoyens. Dans les années 1990, les acteurs hégémoniques font de moins en moins référence à la justice sociale et à la protection des travailleurs, des paysans et des secteurs populaires, à la figure du citoyen et à l'imaginaire d'une société moderne, ouverte et démocratique apparaissant comme une soupape d'échappement à la tension créée par l'adoption du dogme néolibéral.

11L’étude des relations entre l’État et les syndicats renouvelle l’analyse des trajectoires des organisations syndicales en dépassant le clivage traditionnel entre syndicats proches du pouvoir et syndicats indépendants. La tension entre contrôle et autonomie nécessite une approche des syndicats non seulement en tant qu’acteurs politiques, mais aussi comme acteurs jouant un rôle sur les lieux de travail au plan des modalités concrètes de restructuration de la production. Cette nouvelle approche suscite des questions sur le rôle des organisations syndicales, sur leur « désidéologisation » et sur leur pragmatisme au cours de la réforme de l’État et du marché.

12Ainsi, dans les années 1990, la grammaire des débats politiques et économiques est largement structurée par la pensée libérale, avec une insistance particulière sur les catégories de « modernisation » de l’appareil productif et de « démantèlement » des conventions collectives instituées au cours du processus d’industrialisation par substitution des importations (1952-1970). La thématique de la flexibilité du marché du travail et de l’assouplissement des obligations des employeurs apparait alors dans les débats sur la restructuration de la production.

13La restructuration de l’appareil productif de l’État initie de nombreux travaux de recherche, en particulier sur les secteurs fortement touchés par l’ouverture des marchés, les changements technologiques et la diffusion d’une culture commerciale tels que ceux de l’énergie, des télécommunications, de la banque et de la sidérurgie. Les changements organisationnels, les relations professionnelles et les cultures au travail constituent alors les objets privilégiés de la sociologie du travail (De la Garza et Carrillo, 1997). Cette période s’avère propice à l’émergence de nouvelles thématiques et de propositions théorico-méthodologiques autour de l’étude des cycles du capital (intégrant l’innovation technologique), du post-fordisme et du toyotisme, de la lean production, de l’accumulation flexible, de la composition du marché du travail, du profil des travailleurs, de la transformation des relations professionnelles et des institutions qui régissent la relation salariale.

Les recherches sur les organisations syndicales et la restructuration productive

14La flexibilisation des processus productifs et du marché du travail ouvre le débat sur la reconfiguration des relations professionnelles et sur la structuration de l’État et du capitalisme mexicain. Le modèle de régulation du travail construit lors de la révolution mexicaine de 1917, qui place la protection du travail salarié sous la tutelle du paternalisme d’État à partir d’une demande de justice sociale redistributive, n’est plus d’actualité.

15L’ouverture au marché international et la flexibilisation de la production remettent en question les accords collectifs et la protection sociale des salariés. L’analyse de l’action syndicale et du processus de négociation collective se concentre sur la redéfinition des accords et sur l’instrumentalisation des outils sociotechniques qui accompagnent la réorganisation du système productif (Sánchez et Belmont, 2006). Dans le contexte de décentralisation de la production, de flexibilité (numérique et salariale) et de diffusion du juste-à-temps, du team work et des cercles de qualité (De la Garza, 2004), des questions se posent sur la légitimité de la représentation syndicale et sur les capacités de négociation dans le processus de réorganisation des entreprises. Dans cette perspective, les chercheurs se focalisent sur la gestion des ressources humaines et sur la construction des subjectivités pour expliquer l’absence de réponses organisées (Reygadas, 1993) ou la fragilité des collectifs. La redéfinition des accords collectifs rend compte d’une restructuration économique et productive, mais aussi de changements juridiques, politiques et idéologiques qui bousculent le modèle de justice redistributive inscrit dans la Constitution et fondateur du corporatisme mexicain.

16Les tentatives de caractérisation du modèle syndical émergeant dans les maquiladoras débouchent sur des conceptualisations telles que le syndicalisme « subordonné » (Quintero, 1990, 2001), le syndicalisme « régressif et fonctionnel » (Carillo, 1994) ou le syndicalisme favorable à la circulation du capital transnational (Sánchez, 2000), ainsi que sur des réflexions concernant les marges de négociation et la construction de « consensus complices » (Leyva, 1990) entre dirigeants syndicaux, patronaux et politiques via l’instrumentalisation des nouvelles règles et des besoins productifs. Ces caractérisations invitent à penser à nouveaux frais la réalité ouvrière et la théorie de l’action syndicale, ce qui se traduit par le renforcement de l’idée d’une classe ouvrière encore plus dominée, sans toutefois se détourner des capacités d’agir des travailleurs dans la négociation – consensuelle ou conflictuelle – des ajustements productifs (Melgoza, 1992). Les débats portent sur l’autonomie et le contrôle de la classe ouvrière, ainsi que sur la modification du profil des travailleurs liée aux migrations internes et à l’intégration des femmes sur le marché du travail, particulièrement dans les territoires où se développent les maquiladoras. L’ouverture des échanges économiques à partir de 1994 incite en effet à réfléchir sur la dynamique productive dans la zone frontalière avec les États-Unis et à approfondir les problématiques de l’hétérogénéité du travail et des niveaux de réorganisation de la production dans le cadre de la division internationale du travail (Carillo, 1985).

  • 5 ENOE (2020), Enquête nationale d’occupation et d’emploi. Disponible à l’adresse suivante : https:// (...)

17Durant cette période, plusieurs ouvrages paraissent pour analyser les stratégies syndicales face à la restructuration de la production, au sein d’une collection dirigée par De la Garza et financée par l’AFL-CIO (American Federation of Labor and Congress of Industrial Organizations) qui conteste la politique salariale au Mexique considérée comme désavantageuse pour les travailleurs nord-américains. En effet, le salaire horaire moyen dans l’industrie manufacturière au Mexique est de 2,6 dollars américains en 2007 et de 2,47 dollars au premier trimestre 2020, avant la fermeture des entreprises en raison de la crise sanitaire5 (contre 21,7 dollars aux États-Unis). Les études de cas se multiplient et visent à articuler le contrôle du gouvernement sur les syndicats, le modèle d’entreprise flexible et les politiques de précarisation de l’emploi dans des secteurs comme le transport aérien (Leyva et Rodriguez, 2002) ou les télécommunications (De la Garza, 2002). Une enquête auprès du Syndicat national des travailleurs de la Sécurité Sociale restitue également le mouvement social qui s’y est développé en résistance au démantèlement des accords collectifs (Sánchez et Ravelo, 2003).

18L’analyse des négociations conflictuelles dans la réorganisation des services publics est illustrée par le cas du Syndicat des électriciens mexicains qui s’oppose vainement au processus de libéralisation du marché. La marchandisation de l’énergie électrique et la faible productivité dans le secteur permettent l’émergence d’une culture commerciale qui accompagne le processus de conversion de l’entreprise publique au modèle de marché. Les exigences de qualité de service et de satisfaction du client génèrent de fortes controverses sur le contenu de la « modernisation » des services publics, qui se manifestent dans le décalage entre le travail technico-opérationnel des électriciens et la culture managériale néolibérale qui leur est imposée (Belmont, 2002, 2011).

19L’analyse des mécanismes de reproduction du marché du travail et des pratiques au sein des organisations syndicales répond non seulement à des interrogations sur la représentation syndicale et la démocratie, mais elle ouvre également la sociologie du travail aux aspects culturels et à la vie quotidienne des travailleurs. Cela permet notamment de comprendre la construction de la loyauté envers les dirigeants syndicaux et d’explorer les mécanismes sociaux de l’appartenance au groupe. Le paternalisme des dirigeants syndicaux s’avère être une source de légitimité de l’organisation et une base de la loyauté des travailleurs (Cuellar, 2002). À travers le cas du Syndicat des électriciens mexicains, Melgoza et Montesino (2002) montrent ainsi comment la distribution de biens matériels et symboliques est un axe qui structure les relations sociales dans les centres de production et conditionne les processus de négociation collective.

20La trajectoire des organisations syndicales, la rupture de leurs cadres d’action et les processus de conversion dont ils sont l’objet conduisent les chercheurs à questionner les formes de recomposition de la classe ouvrière. Les travaux pionniers d’Estrada (1996) traitent du licenciement des travailleurs du secteur pétrolier dans les années 1990 et des conséquences du chômage dans l’espace social et domestique. Dans le même esprit, Martínez (2009) analyse l’impact des ajustements instantanés de la production et de la flexibilité du travail sur l’identité et les pratiques d’anciens ouvriers métallurgistes dont l’entreprise a fermé dans les années 1980. Les recherches sur les restructurations du système productif s’articulent donc à l’analyse de l’action des travailleurs et des identités collectives. L’étude de la transformation des acteurs sociaux et des subjectivités se développe à partir de théories de moyenne portée et d’enquêtes situées car, à cette période, les modèles productifs sont interprétés comme des généralisations et non comme des idéaux-types à valeur heuristique.

21D’autres travaux cherchent à caractériser les processus de changement dans lesquels la société mexicaine est impliquée, à travers des enquêtes quantitatives (qui explicitent les variables et les indicateurs utilisés), ou la construction de modèles et de typologies croisant des données quantitatives et qualitatives. Les auteurs tentent de définir le modèle de production dominant dans certains secteurs (textile, automobile, aéronautique, maquilador) afin d’identifier la régularité des stratégies d’entreprise, des pratiques syndicales et des accords politiques et productifs. Les débats sur les modèles productifs permettent d’affiner les connaissances sur des secteurs particuliers comme l’industrie aérospatiale (Soto, 2017), l’industrie de l’habillement en général (Cota, 2004) et dans les régions du Yucatan (Castilla et Torres, 2011) et du Centre-Ouest (Maza, 2014 ; López et Morales, 2019), ainsi que sur les communautés autochtones fortement impliquées dans l’industrie textile qui se développe à partir du travail à domicile.

  • 6 Les « corridors industriels » sont le fruit d’une politique territoriale de création d´infrastructu (...)

22L’importance de l’industrie automobile est illustrée par la carte ci-dessous qui montre la création de « corridors industriels »6 dans le secteur automobile.

Répartition géographique des usines du secteur automobile

Répartition géographique des usines du secteur automobile

En trait pointillé : les voies ferrées

En couleur, la taille des unités de production

En orange : de 200 à 1000 salariés

En rouge : de 1 000 à 10 000 salariés

En carmin : de 10 000 à 26 500 salariés

La régulation des relations professionnelles et la flexibilité du marché du travail

23Dans le contexte de flexibilisation du marché du travail et d’injonction à réduire le coût du travail pour attirer les capitaux, l’analyse des règles juridiques devient un axe central des recherches sur le travail, ce qui génère de nombreux débats sur la régulation de l’emploi et sur le contrôle des processus de négociation collective. Dans le cadre de la restructuration productive, le droit du travail a été réformé pour répondre aux demandes des entreprises, ce qui fragilise la position des salariés de l’économie formelle.

  • 7 Au total, 11,9 % se trouve dans le secteur primaire, 23,3 % dans le secteur secondaire et 63,7 % da (...)
  • 8 Les statistiques mexicaines désignent ici des travailleurs et des travailleuses, sans rémunération, (...)
  • 9 Cette catégorie rassemble les professions libérales, les artisans et tous les auto-entrepreneurs do (...)
  • 10 INEGI, résultats de l'enquête téléphonique sur l’occupation et l'emploi (ETOE), chiffres de 2020 di (...)

24La composition du marché du travail mexicain est complexe si l’on considère que la population active compte environ 57,4 millions de personnes en mars 20207, dont 69,5 % sont des travailleurs rémunérés, 3,8 % des travailleurs non rémunérés8, 21,6 % des travailleurs indépendants9 et 5,1 % des employeurs10. Ainsi près de 33 millions de travailleurs, soit environ 60 % de la population active, se trouvent en dehors de tout cadre légal d’emploi et n’ont pas accès à la protection sociale (santé, retraite, logement).

25Plusieurs travaux de juristes et de sociologues permettent de soulever un problème qui dépasse la frontière établie entre le formel et l’informel. La flexibilisation du marché du travail, le recours à l’intérim et le développement de la sous-traitance sont constitutifs du consensus construit entre les élites politiques et économiques durant la période d’ajustement structurel (1982-2018). La politique d’ouverture économique s’est fondée sur le principe de l’adaptation de la régulation du travail au jeu du marché et à une nouvelle culture du travail : dialogue social et collaboration. Les politiques économiques des dernières décennies, par l’affaiblissement de la protection sociale et par le contrôle des processus de négociation collective, aboutissent au démantèlement du modèle de régulation du travail forgé dans le cadre du nationalisme « révolutionnaire ». La caractérisation par Bensusán (2000, 2013) du modèle mexicain de régulation du travail montre la convergence entre les processus de réforme de l’État et les transformations des relations professionnelles, marquée par les profondes contradictions dites de la « transition démocratique » depuis 2000. Cette approche insiste sur le fait que les règlementations ne sont pas neutres et elle montre comment les politiques économiques cherchent à pacifier le conflit entre le capital et le travail. Par exemple, lors de la crise économique de 1994 et de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange nord-américain, les acteurs hégémoniques ont construit des outils juridiques tels que le Pacte pour la stabilité et la compétitivité économique (1995) qui pose l’impératif de paix sociale comme un déterminant de la compétitivité.

26D’autres auteurs comme Bouzas (2007) étudient en profondeur le simulacre de la négociation collective et considèrent que près de 90 % des conventions collectives enregistrées auprès des institutions du travail correspondent à des dispositifs de protection de type patronal conçus avec la complicité des dirigeants syndicaux éloignés de la base. L’« explosion » de la sous-traitance contribue à la précarisation de l’emploi et à la baisse des cotisations patronales, ce qui ouvre le débat sur le rôle de l’État dans la régulation des rapports entre le capital et le travail (rapports complexifiés par l’omniprésence du crime organisé). Plusieurs études s’accordent sur le fait que les organisations syndicales officielles ont fait des concessions en termes de flexibilisation du marché du travail et d’externalisation de l’emploi dans le but de conserver le monopole de la représentation syndicale et de l’action collective des travailleurs. Cela se traduit par un faible usage de la grève et de la négociation, ainsi que par la mise à distance des approches critiques visant une amélioration des conditions d’emploi. À cet égard, certaines recherches mettent en lumière des révoltes sociales menées par des femmes, y compris en dehors du cadre de l’action syndicale (Sánchez et Melgoza, 2016), avec une forte capacité critique, comme par exemple la mobilisation de travailleuses d’une maquila d’électronique de la ville de Guadalajara (Mendoza, 2017).

27Les accords collectifs de la période néolibérale ont été à nouveau discutés dans le cadre de la renégociation de l’accord commercial entre le Mexique, les États-Unis et le Canada puis de l’élection présidentielle de 2018. La structure politique du Mouvement pour un Renouveau National, conduite par le nouveau président de la République Andrés M. López, propose une rupture avec le modèle néolibéral. Le slogan du gouvernement actuel « les pauvres d’abord » trouve son origine dans la critique de la corruption et du consensus construit sous le régime néolibéral, particulièrement autour des réformes structurelles et des processus de privatisation. Bien que la stratégie du gouvernement cherche à éviter les conflits avec le monde des affaires, une première confrontation a eu lieu avec les organisations patronales suite à la ratification de la convention 98 de l’OIT sur la liberté syndicale et sur le droit à la négociation collective. Ce qui montre l’ampleur des défis à relever pour reconstruire des acteurs collectifs et pour générer des formes d’organisation politico-syndicale, sachant qu’une logique de contrôle et d’instrumentalisation du travail demeure prégnante dans la production et contribue à la création du consentement des travailleurs.

La production flexible : entre innovation et précarité

28Les premières analyses développées par Carrillo (1985) et Ravelo et Sánchez (2006) sur les maquiladoras ont intégré la dimension territoriale à l’analyse du travail. Par la suite, la politique d’industrialisation à la frontière américaine (par exemple à Juarez) et la construction d’un marché du travail pour les maquiladoras ont conduit à de nouveaux questionnements sur l’apprentissage et sur la formation dans l’industrie. À l’origine, cette industrie d’assemblage était caractérisée par un bas niveau de qualification, puis les exigences du marché et la concurrence croissante entre les entreprises ont favorisé des changements au sein de ces usines et sur la qualification des emplois. Ces transformations sont aussi liées aux processus de règlementation et de certification internationaux comme par exemple les normes ISO relatives à la sécurité et à l’environnement de travail (Carrillo et García, 2002).

  • 11 INEG, Enquête mensuelle sur l'industrie manufacturière (EMIM). Disponible à l’adresse suivante : ht (...)

29L’impératif de créer des emplois à tout prix s’est traduit par des incitations fiscales en faveur de l’industrie manufacturière. D’après les données disponibles, le nombre de travailleurs enregistrés dans ce secteur passe de 3,5 millions en 2013 à 4,2 millions au premier trimestre 2020. Dans la seule industrie automobile, il passe de 0,6 à 1 million au cours de la même période11. Face à cette évolution, Carillo (2007) met en lumière plusieurs types de « remise à niveau » au sein de cette industrie, tant au niveau organisationnel et technologique qu’au niveau de la formation et de la qualification des travailleurs, ainsi que dans les formes de régulation des relations professionnelles.

30La féminisation de la main-d'œuvre dans la zone frontalière avec les États-Unis était statistiquement évidente et a été interprétée comme une caractéristique de la discipline (passivité) et de la flexibilité requise par l'industrie. Bien que le rapport entre les femmes et les hommes travaillant dans les maquiladores ait varié : en 1975, il y avait 100 femmes pour 28 hommes enregistrés dans ce secteur, puis 100 pour 86 en 2004 (De la O. Martínez, 2006). Les recherches portant sur cette industrie distinguent aujourd’hui le sexe et l’origine ethnique (Sánchez, 1996 ; Veloz, 2010) dans la composition de cette classe ouvrière et s’intéressent à leur participation à la vie syndicale. La présence des femmes dans cette industrie constitue plus qu'un phénomène économique, car la valorisation du travail des femmes se combine à un cadre culturel marqué par la domination masculine et à la violence de genre (Sánchez, 1996 ; Sánchez et Ravelo, 2010). En ce sens, la violence (réelle et symbolique) à l'égard des femmes est devenue une question publique lorsque la disparition des travailleuses des maquiladoras de Ciudad Juárez a été dénoncée.

31La thèse selon laquelle l’industrie maquiladora « évolue » suscite des controverses sur la capacité du secteur à s’extraire de la pression exercée par la concurrence internationale. En ce début de xxie siècle, la grammaire de l’innovation commence à occuper une place prépondérante dans les représentations des acteurs institutionnels. Dans cette optique, Carrillo interroge le discours ambiant qui critique de manière (trop) générale le modèle maquiladora en le considérant comme un secteur doté d’une main d’œuvre bon marché et peu qualifiée. Il insiste au contraire sur le respect des accords locaux (le tissu institutionnel et le droit du travail), l’introduction de la « chaine de la valeur » et des processus de collaboration dans le travail qui favorisent la mise à niveau de l’apprentissage et de l’innovation dans ces territoires.

32Selon Covarrubias (2012), l’amélioration de l’efficacité de ces types de clusters dans l’industrie aéronautique et dans l’industrie automobile a lieu grâce à la combinaison des processus d’innovation organisationnelle, de la mise en place de la chaine de valeur, des faibles coûts de production et de l’efficacité des infrastructures d’exportation. Pour Contreras et al. (2016), le passage de la production intégrée à la production modulaire dans l’usine d’assemblage Ford encourage la recherche d’innovations et le développement des compétences en gestion, en raison notamment des exigences productives. Ce processus demeure sous forte tension en combinant automatisation, flexibilité du travail et sous-traitance afin de structurer une plateforme de production à bas coût qui maintient des normes élevées de qualité. Outre la discussion sur l’innovation et sur le transfert des savoirs, la tension inhérente au modèle de production à bas coût génère aussi une réflexion sur la forte pression qui s’exerce sur l’ensemble des travailleurs (De la Garza, 2018).

33Dans l’ouvrage dirigé par Carrillo et Bensusán (2017), les auteurs s’interrogent sur les contextes qui permettent d’enclencher des processus d’innovation économique et de générer les conditions d’un progrès social et professionnel. Cette recherche s’intéresse au « comportement » des entreprises multinationales en combinant les processus d’innovation et de progrès social, ce qui leur permet d’établir une typologie mettant en évidence des engagements différenciés et des tensions s’exerçant à des degrés divers.

34La thématique de l’innovation a également ouvert la réflexion sur la production et le contrôle des subjectivités à travers les méthodes de management. De nouvelles questions émergent sur les tensions vécues par les travailleurs dans la réorganisation des entreprises et sur l’usage des outils managériaux. En étudiant les modes de gestion des entreprises, León (2016, 2017) montre le renforcement du contrôle de la subjectivité par le recours à des techniques et des rhétoriques qui façonnent un nouvel ordre au travail et qui captent les émotions des ouvriers. Dans cette optique, les recherches focalisées sur les organisations (Ibarra, 2009) et sur les stratégies d’entreprise (Hernández, 2007 ; Carrillo, 2010) occupent une place centrale et ouvrent de nouvelles perspectives d’investigation sur les processus de gestion et de prises de décision dans des contextes d’incertitude.

35Cependant, la question de la précarité est étudiée au-delà de la réduction de la protection sociale, à partir de l’analyse des formes du travail des populations les plus démunies et de celles qui restent en margent de l’économie formelle, ce qui permet de relier l’analyse du travail avec la pauvreté et les stratégies de survie. On trouve dans cette approche toutes les recherches sur l’informel qui est largement débattu au Mexique, avec particulièrement les travaux de Márquez et Cortés (2001) qui reviennent sur les premières études des marchés du travail atypique et ceux de Salas (2006) qui mettent en discussion l’idée même de marché du travail informel. Toutes ces recherches soulignent la prédominance des formes atypiques et précaires du travail dans l’économie mexicaine et insistent sur la nécessaire prise en compte de l’hétérogénéité des activités productives qui doit être analysée au-delà des normes et des idéaux construits à partir de l’emploi stable et protégé.

36Dans ce domaine, d’importantes analyses s’intéressent à la diversité des secteurs qui recourent plus spécifiquement au travail précaire (Peña, Pérez, 2009) ou interrogent les fondements théoriques des différentes disciplines ayant pour objet la précarité (Pacheco, De la Garza et Reygadas, 2011). Bien que la précarité soit un problème structurel, les contrastes observés dans les trajectoires professionnelles nécessitent une analyse qui prend au sérieux les sentiments d’incertitude, les stratégies et les ressources des travailleurs. Dans cette perspective, l’hétérogénéité des situations productives, les expériences sociales et les trajectoires professionnelles sont très variables, comme le montrent Guadarrama, Hualde et al. (2012) en étudiant l’activité de musiciens, de téléopérateurs d’un centre d’appel et d’ouvriers de l’industrie textile.

37Les recherches sur la précarité et la reproduction sociale offrent un point d’entrée sur l’hétérogénéité du travail et sur les activités en marge du salariat. Reconnaître les limites des catégories qui se sont institutionnalisées dans le champ de la sociologie du travail au Mexique conduit à mettre en discussion la pensée dichotomique qui domine les études sur le travail : travail salarié et non salarié ; travail formel et informel ; travail typique et atypique ; travail classique et non classique. En ce sens, la proposition d’Enrique de la Garza « d’élargir le concept de travail » pour étudier les « autres » travaux ou les « travaux atypiques » (qui sont typiques au Mexique) est insuffisante car elle ignore les apports de l’anthropologie du travail sur les activités situées en dehors du registre de la relation salariale. Cela invite à une ouverture disciplinaire qui requiert rigueur et créativité, mais surtout la volonté de faire un usage critique des catégories afin d’éviter l’écueil de la réification. En reconnaissant l’hétérogénéité du travail, Pacheco (2004) ouvre une piste de réflexion féconde pour la sociologie du travail contemporaine en soulignant la nécessité de comprendre la participation des travailleurs non-salariés au processus d’accumulation du capital, ce qui implique le dépassement des frontières disciplinaires.

Conclusion

38La présentation de la sociologie du travail mexicaine dans cet article est sans doute influencée par le point de vue nécessairement situé des auteurs et par un certain nombre d’omissions inévitables dans ce genre d’exercice, mais elle constitue une tentative de mettre en perspective et en relation les recherches les plus significatives dans l’étude du travail. La constitution et l’évolution du champ de la sociologie du travail met en lumière l’importance d’une prise en compte de la diversité du système productif qui rassemble des formes traditionnelles et des nouvelles structures de travail au sein d’une grande complexité globale (Alba et al., 2019).

39Dans le contexte d’une forte hétérogénéité du travail, la domination du paradigme construit autour de la relation salariale (centrale dans les pays occidentaux), de l’organisation du travail et de la production de biens a suscité un débat théorique sur les limites des catégories et des approches qui se sont institutionnalisées dans le champ de la sociologie du travail, particulièrement à propos de l’hétérogénéité productive et des spécificités dans la production des services. Il existe ainsi un champ de recherche fructueux autour des activités productives qui se trouvent en marge du travail formel ou salarié, dans lesquelles la parenté et les arrangements dans l’espace domestique occupent une place centrale et où la pauvreté est une menace constante. Ceci indique l’ampleur du défi que représente la crise sanitaire de 2020-2021 et ses multiples répercussions.

40L’émergence de groupes de recherche dans le nord, le sud et la région centre-ouest du pays a permis de rompre avec la vision centralisée des grandes villes et de reconnaître la pertinence de thématiques régionales et de perspectives centrées sur l’étude de problèmes « spécifiques » qui n’en restent pas moins globaux.

Haut de page

Bibliographie

Alba Carlos et Lins Gustavo (2015), La Globalización desde abajo, México, FCE.

Belmont Edgar (2002), Organización, Identidad y Acción Colectiva : El Sindicato Mexicano de Electricistas frente a la iniciativa de privatización del sector eléctrico (1999-2001), México, Instituto de Investigaciones Dr. José Ma. Luis Mora, tesis de maestría.

Belmont Edgar (2011), Las batallas alrededor del servicio público de energía eléctrica : convergencias y divergencias entre Electricidad de Francia y Luz y Fuerza del Centro, Miguel Ángel Porrúa y Universidad Autónoma de Querétaro.

Belmont Edgar, Martínez Eleocadio et García Georgina (2018), Emerger de los escombros : nuevos contextos y actores de la reestructuración productiva en México, México, Plaza y Valdés.

Bensusán Graciela (2000), El modelo mexicano de regulación laboral, México, FLACSO.

Bensusán Graciela et Middlebrook Kevin (2013), Sindicatos y política en México : cambios, continuidades y contradicciones, FLACSO México/UAM-X/CLACSO.

Bouzas Alfonso (dir.) (2007), Contratación colectiva de protección en México, Informe a la Organización Regional Interamericana de Trabajadores (ORIT), México, UNAM.

Brachet Viviane (dir.) (2001), Entre polis y mercado : el análisis sociológico de las grandes transformaciones políticas y laborales en América Latina, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Sociológicos.

Carrillo Marco A. (2010), Decisiones empresariales. Dos estudios de caso en empresas del Estado de Querétaro, México, M.A. Porrúa y UAQ.

Carrillo Jorge et García Humberto (2010), « Evolución de las maquiladoras y el rol del gobierno y del mercado en la seguridad en el trabajo », Papeles de población, n° 33, pp. 173-198.

Carrillo Jorge et Hernández Alberto (1985), Mujeres fronterizas en la industria maquiladora, Cefnomex-SEP.

Carrillo Jorge (2007), « La industria maquiladora en México ¿evolución o agotamiento ? », Comercio Exterior, n° 57, pp. 668-681.

Carrillo Jorge (2010), « Retos y prácticas de la sociología en México. Entre paradigmas locales y desarrollos locales », Observatorio laboral Revista Venezolana, n° 6, pp. 23-58.

Carrillo Jorge, Bensusán Graciela et Micheli Jordy (2017), ¿Es posible innovar y mejorar laboralmente ? : estudio de trayectorias de empresas multinacionales en México, Universidad Autónoma Metropolitana, Casa abierta al tiempo.

Castilla Beatriz et Torres Beatriz (2009), « Del hogar a la fábrica », Trace. [En ligne] mis en ligne le 3 mars 2011, consulté le 2 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/trace/796.

Contreras Oscar, Plascencia Ismael et Carrillo Jorge (2016), « Redes de producción global y aprendizaje local para la competitividad en el sector automotriz : los casos de Ford-Hermosillo y Toyota-Tijuana », Mercados y Negocios, n° 16, pp. 5-28.

Covarrubias Alejandro (2012), « La industria automotriz en México (2008–2010) de la crisis al afianzamiento regional estratégico », dans De la Garza Enrique et Páez Carlos (dir.), La situación del trabajo en México, México, Plaza y Valdés Editores, pp. 247-288.

De la Garza Enrique et Carrillo Jorge (1997), « Los fundamentos teóricos de la sociología del trabajo en México », Iztapalapa. Revista de Ciencias Sociales y Humanidades, n° 42, pp. 15-48.

De la Garza Enrique (1992), Los sujetos sociales en el debate teórico. Crisis y sujetos sociales en México, México, UNAM-Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Humanidades.

De la Garza Enrique (2003), Reestructuración Productiva, Empresas y Trabajadores en México al inicio del siglo xxi, México, Secretaría del Trabajo y Previsión Social/FCE.

Cota María (2004), « Estructura organizacional de las empresas de la confección de Zapotlanejo, Jalisco », Problemas del Desarrollo, n° 138, pp. 155-176.

Estrada Margarita (1996), Después del despido. Desocupación y familia obrera, México, CIESAS.

Guadarrama Rocío (2000), « La cultura laboral », dans De la Garza Enrique (dir.), Tratado latinoamericano de sociología del trabajo, México, Fondo de Cultura Económica.

Guadarrama Rocío, Hualde Alfredo et López Silvia (2012), « Precariedad laboral y heterogeneidad ocupacional : una propuesta teórico-metodológica », Revista mexicana de sociología, n° 2, pp. 213-243.

Hernández Marcela et Basave Jorge (dir.) (2007), Los estudios de empresarios y empresas : una perspectiva internacional, México, IIEc-UNAM/ UAM/Plaza y Valdés.

De la Garza Enrique et Hernández Marcela (dir.) (2018), Configuraciones productivas y laborales en la tercera generación de la industria automotriz terminal en México, México, Miguel Ángel Porrúa/UAM.

De La O Martínez Eugenia (2006), « Geografía del trabajo femenino en las maquiladoras de México », Papeles de población, vol. 12 nº 49, pp. 91-126. [En ligne]. ULR : http://www.scielo.org.mx/scielo.php ?script =sci_arttext&pid =S1405-74252006000300005.

Ibarra Eduardo (dir.) (2009), Estudios Institucionales : caracterización, perspectivas y problemas, México, UAM-Cuajimalpa/GEDISA.

León Carlos (2016), « Management y hegemonía empresarial. El caso de Franklin Covey en la compañía minera MICARE en Coahuila, México », Theomai, n° 33, pp. 10-27.

León Carlos (2017), « La fragmentación del sindicalismo minero-metalúrgico : entre la persecución a Gómez Urrutia y las estrategias corporativas de cambio organizacional », El Cotidiano, n° 201, pp. 107-118.

Guadarrama Rocío (2000), « La cultura laboral », dans De la Garza Enrique (dir.), Tratado latinoamericano de sociología del trabajo, México, Fondo de Cultura Económica.

Leyva Marco (1990), Modernización y sindicalización en Ferrocarriles Nacionales de México : 1970-1988, Tesis de Maestría en Sociología Política, México, Instituto de Investigaciones Dr. José Ma. Luis Mora.

Leyva Marco et Rodríguez Javier (2002), « Democracia y legitimidad en los sindicatos de aviación », dans De la Garza Enrique (dir.), Reestructuración empresarial, democracia, representatividad y legitimidad sindical en México, México, UAM/INET/ Centro Americano para la Solidaridad Sindical e Internacional – AFL-CIO/ Plaza y Valdés editores, vol. 2.

López Guadalupe et Morales Juan (dir.) (2019), Estudios sobre la precariedad y el trabajo en la Región Centro Occidente, Guadalajara, Universidad De Guadalajara.

Martínez Eleocadio (2009), « Convertirse en ex obreros. La experiencia de los ex fundidores de Monterrey », Estudios Sociológicos, n° 81, pp. 837-859.

Maza Octavio et Ortiz Dolly (2015), En el mismo Barco Reflexiones sobre la producción, el trabajo y las redes sociales : El caso de Uriangato, Guanajuato, Aguascalientes, Universidad Autónoma de Aguascalientes.

Maza Octavio et Pasillas Omar (2014), « Las Comunidades De Producción Textil En El Centro De México », Revista Politica & Trabalho, n° 41, pp. 227-248.

Maza Octavio (2014), Estudios sobre el trabajo de la región centro de México, Aguascalientes, Universidad Autónoma de Aguascalientes.

Melgoza Javier (1992), Sindicalismo y cultura política en el SME, Tesis de Maestría en Sociología del Trabajo, México, Universidad Autónoma Metropolitana-Iztapalapa.

Melgoza Javier et Montesinos Rafael (2002), « Representatividad democracia y legitimidad en el Sindicato Mexicano de Electricistas », dans De la Garza Enrique (dir.), Reestructuración empresarial, democracia, representatividad y legitimidad sindical en México, México, UAM/INET/Centro Americano para la Solidaridad Sindical e Internacional – AFL-CIO/Plaza y Valdés editores, vol. 3.

Mendoza Gabriel (2017), La fábrica de la crítica. Los trabajadores "subcontratados" de la industria electrónica en México, México, ITESO/Universidad Iberoamericana.

Pacheco Edith (2004), Ciudad de México, heterogénea y desigual : un estudio sobre el mercado de trabajo, México, Colegio de México.

Pacheco Edith, De la Garza Enrique et Reygadas Luis (2011), Trabajos atípicos y precarización del empleo, México, El Colegio De México.

Peña Florencia, Pérez Abel et Sánchez Sergio (2009), Trabajo Precario : Expresiones En Distintos Contextos Laborales, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Puga Cristina (2009), « Ciencias sociales. Un nuevo momento », Revista Mexicana de Sociología, [En lígne], mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 1 avril 2020. URL : http://www.revistamexicanadesociologia.unam.mx/index.php/rms/article/view/17785.

Quintero Cirila (2001), « Experiencias organizativas en la industria maquiladora de México », Nueva Antropología. Revista de ciencias sociales, nº 59, pp. 75-91.

Ravelo Patricia et Sánchez Sergio (2006), « Resistencia individual y colectiva ante la violencia de género. La experiencia de las obreras de las maquiladoras de Ciudad Juárez », La ventana. Revista de estudios de género, n° 24, pp. 380-404.

Reygadas Luis (1993), « Resignificación obrera de la cultura de la calidad global », ResearchGate, [En ligne], mis en ligne le 19 octobre 2017, consulté le 20 avril 2020. URL : https://www.researchgate.net/publication/45353294.

Salas Carlos (2006), « El sector informal : auxilio u obstáculo para el conocimiento de la realidad social en América Latina », dans De la Garza Enrique et Cortés Edgar (dir.), Teorías sociales y estudios del trabajo : nuevos enfoques, Barcelona, Anthropos, pp. 130-148.

Sánchez Sergio et Belmont Edgar (2006), « Los Sindicatos en la Transición : Interpretaciones y Debates en América Latina », dans De la Garza Enrique (dir.), Teorías sociales y estudios del trabajo : nuevos enfoques, Barcelona, Anthropos, pp. 130-148.

Sánchez Sergio et Melgoza Javier (2016), « Reestructuración en las maquiladoras de Ciudad Juárez y respuesta obrera (2008-2015) », El Cotidiano, nº 200, pp. 99-110.

Sánchez Sergio et Ravelo Patricia (2010), « Cultura obrera en las maquiladoras de Ciudad Juárez en tiempos catastróficos », El Cotidiano, nº 164, pp. 19-25.

Sánchez Sergio (1996), « Obreras y liderazgo sindical : El poder en una maquiladora », Nueva antropología, nº 49, pp. 101-116.

Soto Enrique (2017), « Industria aeroespacial e inclusión social en Querétaro. El caso de Bombardier Aerospace », dans Carrillo Jorge, Bensusán Graciela et Micheli Jordy (2017), ¿Es posible innovar y mejorar laboralmente ? : estudio de trayectorias de empresas multinacionales en México, Universidad Autónoma Metropolitana, Casa abierta al tiempo.

Veloz Areli (2010), « Mujeres purépechas en las maquiladoras de Tijuana : entre la flexibilidad y significación del trabajo », Frontera Norte, nº 44, pp. 211-236.

Haut de page

Notes

1 L'Association Mexicaine des Études sur le Travail (Asociación Mexicana de Estudios del Trabajo) a été fondée en 1997 et son congrès national a lieu tous les deux ans. Le dernier congrès de 2020 comptait 14 ateliers alors qu’il n’y en avait que 4 en 2013.

2 Au cours de la période 1994-2006, la restructuration porte principalement sur le transport ferroviaire, les infrastructures routières et la production d'électricité. Ce processus se prolonge par l'application d'outils de gestion et par la réforme de l'énergie en 2013, au cours de laquelle s’est approfondie l'ouverture des secteurs de l’électricité et du pétrole.

3 Les maquiladoras sont des usines d’assemblage de composants ou de produits finis dans les secteurs de l’automobile, de l’électroménager, du textile, des équipements médicaux, etc. destinés exclusivement à l’exportation et implantées, au moins au début du processus, près de la frontière avec les États-Unis. Ces usines bénéficient de différents avantages fiscaux et d’un droit du travail spécifique.

4 On reconnaît ici l’influence d’Alain Touraine en Amérique latine, avec en particulier ses ouvrages tels que Production de la société, Le Seuil, 1973 ou Le retour de l’acteur, Fayard, 1984 (NdT).

5 ENOE (2020), Enquête nationale d’occupation et d’emploi. Disponible à l’adresse suivante : https://www.inegi.org.mx/temas/empleo/ https://www.inegi.org.mx/temas/empleo/.

6 Les « corridors industriels » sont le fruit d’une politique territoriale de création d´infrastructures de transports liées aux exigences du juste-à-temps, avec des accords favorisant l´installation d’usines comme par exemple l´exploitation de ressources naturelles (eau pour l´agro-industrie) et avec des subvention étatiques pour la formation des salariés (notamment à travers la création d’« écoles » certifiant la qualification de la main d’œuvre). La représentation cartographique montre les connexions entre les parcs industriels à travers l’infrastructure terrestre et aérienne.

7 Au total, 11,9 % se trouve dans le secteur primaire, 23,3 % dans le secteur secondaire et 63,7 % dans le secteur tertiaire (1,1 % n'a pas été renseigné).

8 Les statistiques mexicaines désignent ici des travailleurs et des travailleuses, sans rémunération, qui soutiennent dans le cadre professionnel ou à sa marge des travailleurs indépendants ou des entreprises familiales (petite cantine, services divers).

9 Cette catégorie rassemble les professions libérales, les artisans et tous les auto-entrepreneurs dont les livreurs de repas et les chauffeurs de VTC.

10 INEGI, résultats de l'enquête téléphonique sur l’occupation et l'emploi (ETOE), chiffres de 2020 disponibles à l’adresse suivante : https://bit.ly/3dG97AI.

11 INEG, Enquête mensuelle sur l'industrie manufacturière (EMIM). Disponible à l’adresse suivante : https://bit.ly/3dJMP0G.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Répartition géographique des usines du secteur automobile
Légende En trait pointillé : les voies ferrées
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edgar Belmont et Octavio Maza-Díaz, « Mexique : ouverture et limites de la sociologie du travail »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9614

Haut de page

Auteurs

Edgar Belmont

Université Autonome de Querétaro

Octavio Maza-Díaz

Université Autonome de Aguascalientes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search