Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Corpus - Au-delà des frontières, ...Déclin ou redéploiement ? La soci...

Corpus - Au-delà des frontières, sept sociologies du travail

Déclin ou redéploiement ? La sociologie du travail au Royaume-Uni

Decline or redeployment? The sociology of work in the UK
¿Decadencia o redespliegue ? La sociología del trabajo en el Reino Unido
Carol Stephenson et Paul Stewart
Traduction de Jennifer Raynal
Cet article est une traduction de :
Decline or redeployment? The sociology of work in the UK [eng]

Résumés

Cet article a pour ambition de remettre en question les écrits ayant fait autorité jusqu’ici quant à l'évolution et la puissance de la Sociologie du travail contemporaine au Royaume-Uni, en récusant les mythologies qui se sont développées autour de la trajectoire de cette branche de la sociologie. Il repose tant sur une analyse sociologique des forces politiques, organisationnelles et sociales qui ont bâti cette sous-discipline que sur l’examen de ses principes, aussi vastes que complexes. Il s’autorise ainsi à réfuter d’anciennes doctrines suggérant qu'une sociologie du travail clairement définie existait auparavant dans les limites étroites des départements de sociologie pour en émerger, et, par conséquent, qu'un « âge d'or » de la sociologie du travail a existé dans l'après-guerre et que sa fin a conduit au déclin définitif de cette sous-discipline. Ces interprétations erronées sont politiquement problématiques dans la mesure où elles font l'éloge d'une période qui a négligé des questions complexes et importantes telles que : qui détient le pouvoir et comment est-il exercé ? Comment se reproduisent les inégalités sociales dans le travail et dans l'emploi ? Ce retour critique montre que l’objet de cette sociologie du travail était trop étroit. L’article bouscule donc les idées reçues quant à l'importance et la pertinence de celle-ci aujourd’hui : là où d'autres ont identifié un déclin, nous explorons les relations que la sociologie du travail entretien avec la question des pouvoirs et celle des inégalités, ainsi que la force de son impact, et nous concluons que la diffusion de la discipline au-delà des limites étroites du monde universitaire offre des ressources intellectuelles en faveur de la possibilité d’un changement social radical.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rappelons que, contrairement au cas de la France, au Royaume uni les écoles de commerce et de gesti (...)
  • 2 Le concept de spread apparaît difficile à traduire ici car il signifie à la fois l’extension de la (...)

1Selon la plupart des analyses portant sur les transformations de la sociologie du travail depuis la fin des années 1970, celles-ci se caractérisent par une fragmentation conceptuelle, une dispersion et par conséquent par un déclin de cette sous-discipline. Certains y ont vu des vertus positives, d’autres négatives, et parfois un mélange des deux (voir, entre autres, Parker, 2015 ; Strangleman, 2005 ; Halford et Strangleman, 2009 ; Beynon, 2011 ; Edwards, 2014a ; Strangleman, 2016 ; Warren, 2016). Ceci conduit à la conclusion – à notre avis erronée – selon laquelle la sociologie du travail était confrontée, entre le milieu et la fin des années 1980, à une menace existentielle en raison de son caractère institutionnel et trop fragmenté. C’est le point de vue de ceux qui déplorent la diffusion de la sociologie du travail dans les écoles de gestion et de commerce1, car selon eux cette sous-discipline n’aurait jamais dû sortir des départements de sociologie, car tel serait indiscutablement son ADN. Le prétendu déclin de la cohérence intellectuelle et disciplinaire résultant de cette diffusion (spread2) intellectuelle et institutionnelle constitue une préoccupation majeure pour Halford et Strangleman (2009 ; voir aussi Scott, 2005).

2Les inquiétudes entourant cette extension-diffusion reposent sur des postulats qui requièrent un œil critique. De nombreux récits sur la formation à la sociologie du travail ont en commun de considérer la période du milieu des années 1970 comme la fin de son âge d'or. Cette interprétation repose sur des hypothèses discutables. En fait, la sociologie du travail a toujours été contestée sur le plan institutionnel et disciplinaire. Ceux qui déplorent la perte, la dilution et le déclin de la sociologie du travail ont à montrer que, si ses origines institutionnelles ont bien été dans les départements de sociologie, elle n’y a jamais été pratiquée et ne le sera probablement jamais puisque « le sens du travail y est contesté » (Warren, 2016, p. 46). En retraçant la nature changeante du travail, la sociologie du travail a non seulement retracé l'évolution du travail dans la société capitaliste, mais a, de fait, changé son caractère, sa forme et ses méthodes d'enquête. Ceux qui se remémorent un âge d'or présumé seront désolés d'apprendre qu'il ne reviendra jamais. Il ne s'agit non pas d'une faiblesse mais d'une caractéristique essentielle de sa force, la capacité à muter selon trois dimensions : institutionnelle, ontologique et, par conséquent, méthodologique.

3Cet article examine la nature changeante de la sociologie du travail en suivant l'évolution de ces trois dimensions. Certains des travaux que nous indiquons peuvent facilement correspondre aux critères de cet âge d’or. Cependant, même les travaux illustrant cette période ne sont pas en total accord avec l'affirmation selon laquelle la véritable sociologie du travail émanerait des seuls départements de sociologie : si le très apprécié Coal is our Life (1956), ouvrage de Dennis, Henriques et Slaughter, illustre à bien des égards cet âge d'or, il a aussi été très influencé par les thématiques anthropologiques et sociologiques plus générales et ne saurait être considéré comme un ouvrage de « sociologie pure ». L’examen systématique de la diversité et de l’étendue des travaux publiés dans la revue Work, Employment and Society de la British Sociological Society, qui est née en 1987 avec l'éditorial de Richard Brown, révèle la portée mondiale et l'ouverture disciplinaire de ces travaux, que nous qualifions de sociologiques. Il suggère en même temps qu'un compte-rendu exhaustif de toutes les dimensions de la sociologie du travail au Royaume-Uni est évidemment impossible dans le cadre de ce seul article.

4Le fait que l’inscription comme sociologique du travail cité ci-dessus soit contestée peut être considéré comme une illustration a contrario de notre point de vue sur l’extension-diffusion. Un bon exemple de diffusion est celui du développement de domaines d'étude extérieurs au projet de la sociologie du travail, comme par exemple dans la géographie radicale, (Herod, Rainnie et McGrath-Champ, 2007, pp. 247-264). Il y a aussi le thème important du travail et du temps, exploré par Hassard (1996), et que nous ne pouvons pas aborder ici. Et bien sûr, comme beaucoup l'ont fait remarquer, de nombreux articles traitant de la sociologie du travail paraissent ailleurs, et notamment dans Sociology, la revue phare de la BSA. Le numéro spécial de 2009 (vol. 43, p. 5), édité par Halford et Strangleman, en est un bel exemple.

5Étant donné que le terme de « sociologie du travail » est aussi répandu au Royaume-Uni qu'ailleurs, il nous incombe de préciser les phénomènes qu'il analyse. En effet, il a fallu attendre les années 1990 pour que le terme de « sociologie industrielle » ne soit plus à la mode, ce qui est particulièrement intéressant lorsque nous constatons son utilisation par Eldridge et al. (1991). Dans cet ouvrage, les auteurs abordent la relation entre la crise de l'économie politique et celle qu'ils perçoivent dans l'étude de l'économie politique par la sociologie industrielle. En bref, cette dernière est en crise précisément parce que le travail industriel est lui-même en déclin. Nous rendons hommage à leur critique, à laquelle nous sommes plus qu'heureux d’adhérer et dont nous nous faisons l'écho à bien des égards. Selon ce point de vue, la sociologie du travail (industriel) pratiquée à une époque donnée reflète la nature et la forme capitaliste du travail et de l'emploi. La réponse de ces auteurs à la crise de la sous-discipline a été de rejeter ce qu'ils ont reconnu comme l'appel, par ailleurs constructif, de Hyman pour le remplacement de la science sociale bourgeoise par une critique marxiste de l'économie politique. Pour Eldridge et al., le renouveau de la discipline serait mieux servi si la sociologie commençait par reconnaître plus largement la crise sociale, comme le montrent les travaux de Durkheim et Weber, entre autres. Pour nous, les perceptions d'Eldridge et al. et de Hyman ont des vertus spécifiques. Notre objectif est de souligner leur place dans l'évolution de la sous-discipline durant les années 1990. Nous considérons en particulier qu'Eldridge et al. illustrent notre affirmation que, bien que la sous-discipline évolue, c’est de manière non-linéaire et sans un objectif établi à l’avance.

6Notre point de départ est que la sociologie du travail est contestée parce que la nature du travail est contestée. Dans la Grande-Bretagne capitaliste actuelle, la sociologie du travail évolue à mesure que l'économie politique évolue, que les méthodes de recherche changent dans leur forme, leur caractère et leur trajectoire, et que la discipline étend et approfondit son impact et son influence au-delà des frontières disciplinaires (pour un compte-rendu remarquable, voir Parry et al., 2006). La confiner dans les seuls départements de sociologie constituerait un recul : pour nous, son extension-diffusion est une force et non une faiblesse.

Penser sociologiquement la sociologie du travail : institution, ontologie, méthodologie

7Pourquoi serait-il problématique de sortir la sociologie du travail des départements de sociologie, voire des universités, alors que la sociologie de la culture ou celle de la déviance sont rattachées aux départements de littérature et de criminologie ? Même s’il s'agit pour certains d'une préoccupation légitime qui anime de nombreuses personnes, y compris Halford et Strangleman (2009, p. 819), et bien qu'elle soit importante pour nous en tant que sociologues, elle ne constitue pas notre préoccupation majeure. En particulier parce que leur traitement de la question peut être interprété comme pessimiste et contradictoire. D'une part, ils affirment que la pratique de la sociologie du travail dans les écoles de management n'a pas confirmé les pessimismes antérieurs (p. 818) et ils constatent que l'analyse des procès de travail et les études critiques du management se situent « au même niveau que la gestion des ressources humaines et les perspectives de gestion classiques » (ibid). D’autre part, ils doutent que quoi que ce soit d’essentiel puisse être découvert dans ce que produisent les écoles de commerce.

8Selon ces auteurs, « les sociologues devraient se demander quelles connaissances sont produites dans ces conditions et quel type de sociologue génère-t-on dans de telles circonstances ? Dans les écoles de commerce, la sociologie du travail est en grande partie un mélange de gestion des ressources humaines, de théorie du procès de travail et d’études critiques du management (Critical Management Studies), en parallèle à des approches empiriques du marché du travail et des conditions d'emploi » (ibid.). Au moins, ces auteurs admettent-ils qu'il s'agit d'une certaine sociologie, avec laquelle nous devons vivre jusqu'à ce que nous puissions la réintégrer dans les départements de sociologie. N’est-ce pas l’interpréter avec une vision très étroite compte tenu de la diversité de la sociologie du travail pratiquée par les sociologues exerçant en dehors des départements de sociologie, y compris dans cette grande bête noire qu’incarne l'école de commerce ? Dans le même sens, d'autres auteurs, comme Elger (2009) dans le numéro spécial de Sociology édité par Halford et Strangleman, ont également exprimé leurs inquiétudes sur ce qu'ils considèrent comme le problème de la ré-institutionnalisation de la discipline au-delà des départements de sociologie. Or, il serait intéressant de voir exactement quel type de sociologie du travail est aujourd’hui pratiquée dans les départements de sociologie, car en dehors d'une poignée d'institutions, l'étude de la sociologie du travail est le plus souvent méprisée. La réponse est claire : le fait d'être dans un département de sociologie ne lui donne pas ipso facto le statut de radicalisme disciplinaire, bien au contraire. Par ailleurs, « ce qui peut être essentiel dans les écoles de commerce peut ne pas l'être dans un département de sociologie, et ce qui peut être essentiel aux États-Unis peut ne pas l'être au Royaume-Uni » (Parker, 2015). Cette notion de relativisme social du radicalisme est importante lorsque nous considérons le contexte, étant donné que « pour comprendre la dissidence, nous devons comprendre la dominance » (ibid.).

9Suggérer que l'étude du travail en dehors des départements de sociologie aura à long terme des conséquences négatives serait déplacé (Halford et Strangleman, 2009, p. 820). Nous dirions que c'est bien plus le manque de ressources de la sociologie du travail dans les départements de sociologie qui a mis la discipline en difficulté que son repositionnement dans les écoles de management. Nous avons rencontré peu de « migrants » de la sociologie du travail qui n'auraient pas été heureux de rester dans les départements de sociologie si l'environnement y avait été politiquement favorable. Il s'agit bien sûr d'une affirmation très générale puisque cette discipline n’a pas cessé d'être pratiquée dans les départements de sociologie. Cela dit, il faut comprendre les raisons de cette migration et pourquoi elle a permis, n’en déplaise aux pessimistes, de redynamiser la discipline (Parker, 2015). Les écoles de commerce, après tout, n'ont pas inventé le « tournant culturel », mais elles ont permis, en réponse à la nature changeante du capitalisme et à son impact sur la classe ouvrière, de donner de l'espace à des études plus ciblées du travail et du capital. Cela est devenu possible pour une raison explicite : ce sont dans les écoles de commerce que sont formés les cadres dirigeants (voir Rowlinson et Hassard, 2011 pour une prise de position provocatrice). En d'autres termes, on pourrait soutenir que les écoles de commerce sont le meilleur endroit pour accueillir les sociologues du travail.

10Ce n'est pourtant que la première partie de l'histoire de la sociologie du travail, puisque sa ré-institutionnalisation a clairement impacté son évolution. Ce fut une phase importante dans la mesure où elle a permis à ceux qui travaillent au sein de la sociologie du travail d’attaquer plus immédiatement l’agenda du capital et ses diverses déclinaisons managériales. De plus, pour ceux qui s'intéressent à la sociologie de la sociologie, il ne faut pas s'étonner qu'à mesure que la composition séculaire de la classe ouvrière évoluait, les chercheurs en sciences sociales et ceux qui pratiquaient des formes dérivées de la sociologie du travail, ont dû intégrer ces modèles et ces préoccupations, en percevant, de manière erronée ou non, ou simplement en ne voyant pas, le développement des nouvelles idéologies et des nouvelles pratiques de management. Certains sociologues ont pris ces changements comme de merveilleuses nouvelles formes de vie sociale, en y voyant, à travers les lunettes colorées du capital, la disparition de certaines dimensions du collectivisme. Cela s’est traduit par la confusion idéologique entre individualisme et subjectivité à la suite de la fameuse découverte selon laquelle, à un moment donné (hier), les gens étaient collectivistes, et à un autre moment (aujourd’hui), individualistes.

  • 3 Ce débat, qui traite des changements sociaux résultant de l'évolution structurelle du capitalisme t (...)

11Considérer que les préoccupations matérielles et les anxiétés personnelles ont été inventées par le capitalisme tardif a conduit à faire du collectivisme l'antithèse des besoins individuels, voire un obstacle à l'épanouissement personnel3. D'autres, dont certains sont issus de traditions sociologiques radicales, y compris ceux d’obédience marxiste et féministe, ont vu dans l'espace fourni par les écoles de commerce une opportunité inestimable pour étudier le capital dans sa refondation après la fin de l'ère fordienne. En d'autres termes, et c'est apparemment paradoxal, sans la montée des écoles de commerce, la sociologie du travail – et certainement la sociologie du travail radicale – aurait pu disparaître.

  • 4 Quelle que soit la « sociologie dominante », chacun utilise cette expression sans la définir...

12Une perspective moins généreuse serait celle qui renvoie à une période de fermeture disciplinaire, dispensant d'emblée des vérités ex cathedra sur la pureté de la discipline, tout en reconnaissant néanmoins que la sociologie du travail est « un ensemble de connaissances produites par le contexte » (Halford et Strangleman, 2009, p. 818). Alors, leur entrée au Panthéon de la discipline leur sera toujours refusée, car ces « savoirs contextuellement produits » restent méprisés simplement en raison de leur origine. Les préjugés inhérents à cette démarche deviennent clairs (les départements de sociologie produisent le vrai radicalisme sociologique, c’est-à-dire la bonne sociologie versus les écoles de commerce pratiquant la mauvaise sociologie), mais on peut retourner la question. Si la sociologie dominante4 et les sociologues des départements de sociologie étaient si radicaux et engagés dans une sociologie critique du capitalisme, pourquoi a-t-on laissé ces productions s'atrophier ou disparaître de tant de lieux ? (Beynon, 2011, p. 19). Si cette sociologie du travail des écoles de commerce (comme par exemple les analyses des procès de travail, les recherches sur le management ou sur les organisations...) était « impure », pourquoi la sociologie critique du travail n’était-elle présente que dans si peu de départements de sociologie ?

13La question de l’extension-diffusion institutionnelle et disciplinaire est au cœur du débat entre Parker et Strangleman, et nous nous intéressons aux raisons de cette extension. Tout en reconnaissant leurs préoccupations – pessimistes pour Strangleman, plus optimistes pour Parker – nous interprétons cette extension sociologiquement et structurellement plutôt qu'en termes normatifs. Compte tenu des enjeux de l’extension-diffusion de ce type de recherche sur le travail et l'emploi, ils débattent des résultats de l’éclatement [de la discipline] quant au devenir des analyses sociologiques du travail et plus largement du changement social. Pour nous, la question n'est pas de savoir si cette extension-diffusion est bonne ou mauvaise, mais plutôt dans quelle mesure elle a rendu compte de manière pertinente des transformations du capitalisme, et dans quelle mesure la sociologie du travail elle-même n’est pas un peu trop déterminée par les changements sociétaux. En d'autres termes, en l'absence d'un noyau dur de la sociologie du travail, comment celle-ci est-elle définie par la période du capitalisme dans laquelle elle est pratiquée ?

14L’extension-diffusion est importante, et le fait qu'elle soit aujourd'hui différente de celle du passé n'est lié ni à la perte de l'identité disciplinaire, ni à la perte inéluctable de l'enracinement institutionnel dans les départements de sociologie. Elle est davantage liée à l'évolution des relations entre le capitalisme contemporain et la manière dont il est interprété par les sociologues du travail. C'est une autre façon de relativiser le débat sur la nature de l’extension-diffusion de la sociologie du travail. En outre, la question de son extension-diffusion peut être mieux comprise comme une manière de se renforcer plutôt que de s’affaiblir. Le développement de la flexibilité de l'emploi sous le néolibéralisme entraînant des niveaux importants de vulnérabilité économique et sociale illustre ce point. La réponse universitaire à cette situation est venue de bien plus loin que des départements de sociologie et, dans certains cas, de collaborations interdisciplinaires entre chercheurs, par exemple dans les domaines de la géographie, de la politique sociale, du travail social, de la gestion des entreprises et du management. Nous constatons simultanément une diffusion de la discipline à d'autres champs disciplinaires et un élargissement de sa portée au-delà des limites normales de la sphère de l'emploi garanti (voir Standing, 2011 ; 2014 ; 2017 ; McDonald et al., 1991 ; 2005 ; 2014 ; Stephenson et Wray, 2009). À partir de ce constat, nous pouvons mieux comprendre la manière dont la sociologie du travail a évolué dans la période de l'après-guerre. Le fait d'affirmer que son extension-diffusion est inhérente à la sociologie du travail nous permet de tracer ce que nous considérons comme des moments clés de changements dans la sous-discipline, à partir de ce que nous considérons comme significatif, et dans certains cas comme très emblématique. De ce point de vue, la cohérence institutionnelle est moins centrale qu'on ne le suppose. En outre, la cohérence disciplinaire ne se réduit pas à la reconnaissance institutionnelle suite à la consolidation de tel ou tel objet dans le monde académique, entre la fin des années 1950 et le début des années 1960 (Eldridge, 2009 ; Elger, 1975 ; Beynon, 2011 à la suite de Savage, 2010).

15Nous avons fait remarquer ci-dessus que la définition de la sociologie du travail n’était pas définitivement établie. Afin de repérer les études marquantes qui fondent nos affirmations, nous précisons notre position politique en faisant référence à ce que nous considérons comme des études exemplaires en matière de travail et d'emploi (rémunéré ou non rémunéré), en relation avec la lutte des classes et les conflits sociaux, avec leurs répercussions sur la vie des travailleurs et sur leur classe. Ainsi, nous cherchons à poser des questions sur la situation difficile du travail dans une société en conflit. Notre point de vue est proche de l’hypothèse de Therborn (1974) sur les origines, la formation et l'orientation sociale de la discipline. Pour Therborn, puisque la sociologie est historiquement construite, elle se situe nécessairement dans l'esprit de l'époque (1976, p. 37).

  • 5 Définie par les auteurs comme le travail domestique entendu au sens large comme anticiper la vie de (...)

16Inévitablement, comme il existe une grande quantité de travaux publiés et non publiés dans ce domaine, nous sommes d'accord avec d'autres, en particulier avec Watson (2008, XV et 1-3), qui suggère que tenter d’obtenir une vision complète de ses rebondissements depuis la Seconde Guerre mondiale représente une tâche presque impossible. Il souligne également la difficulté de sa définition et l'importance de la diffusion conceptuelle. Plus précisément, il ne peut pas y avoir de consensus sur ce que les sociologues travaillant dans cette branche entendent par « Sociologie du travail », y compris parce qu’il n’y a pas unanimité sur la définition du « travail » (Komlosy, 2018 ; Watson 2008 ; Warren, 2016 ; Edwards, 2014a ; Halford et Strangleman, 2009). Si beaucoup sont d'accord avec Watson pour dire qu’il faut tracer une ligne entre l’objet étudié et le phénomène observé, nous doutons, par exemple, que tracer une démarcation entre le travail rémunéré et le travail non rémunéré permette de résoudre facilement le problème des rapports entre « objet d'étude » et « outils de recherche » (Komlosy, 2018). La présentation de ce dilemme par Watson est particulièrement pertinente et claire, mais pour nous, elle ne résout pas complètement le problème. Avancé comme une critique favorable au concept de Glucksman sur l’organisation sociale globale du travail (total social organisation of labour, TSOL) (1995), l’argument de Watson est que la TSOL brouille trop facilement la frontière entre le travail et ce qu’il considère comme activity per se5 ; ces aspects du travail ne font pas directement partie de la sphère d'activité du marché du travail. Reconnaissant que Glucksman adopte cette position afin de lier le travail et l'activité non-professionnelle (et plus particulièrement la consommation, comme moyen de redéfinir le champ de la sociologie du travail), Watson estime que cela l’élargit trop.

  • 6 Voir ci-dessus, Pettigrew et al., 2006.

17De fait, on ne sait pas très bien pourquoi cela ne pourrait pas constituer un objet d'étude pour la sociologie du travail. Même si l’« objet d'étude » de Watson n'inclut pas la « préparation d'un sac » pour la plage, pourquoi cette activité ne peut-elle pas être considérée comme un domaine de recherche fructueux ? Watson cite de nombreux auteurs, parmi lesquels des chercheuses féministes6 et, dans un autre registre, les marxistes qui soulignent le lien entre les activités professionnelles et non-professionnelles, comme nous le verrons. Pour les marxistes travaillant sur le terrain, c'est précisément l'importance de ce que l’on considère traditionnellement comme des activités non professionnelles qui constitue le fondement de la reproduction sociale de la plus-value. Leur caractère indissociable ne signifie pas que le travail et le non-travail sont identiques mais, au contraire, que la signification de chacun ne peut être comprise en excluant l’autre, car la distinction a lieu au sein d’un même domaine. Watson conseille de faire des compromis pour limiter les objets d'étude. Plutôt que d'étudier uniquement le travail rémunéré, et afin de s'inspirer de perspectives telles que la TSOL, il fait valoir « qu’il y a deux dimensions principales du travail qu'un concept sociologique du travail doit reconnaître. Le premier est l'aspect du travail lié à la tâche et le second est le rôle joué par le travail dans la façon dont les gens "gagnent leur vie" ».

18Cela nous permettra-t-il d'inclure ces thèmes dans un autre programme de recherche, mais de manière à ce qu'ils puissent également être subordonnés à d’autres questionnements : le TSOL est un objet pertinent, mais n’exagérons rien : oublions la préparation du sac de plage !

  • 7 Les auteurs définissent l’ontologie de la sociologie du travail comme le sens que ses différents co (...)

19Notre perspective lie les transformations sociales certes aux changements d'orientations de la recherche, mais aussi à la manière dont l'ontologie7 de la sous-discipline a évolué avec le capitalisme au Royaume uni, et plus précisément depuis 1945. Il n'y a aucune raison pour que ceux qui étudient le travail ne procèdent pas comme l'a suggéré Watson, ou qu'ils n'adoptent pas un programme suivant l'engagement ontologique de la TSOL, ou encore une perspective marxiste, comme la nôtre. Ce que les différentes conceptions servent à mettre en évidence, c'est, premièrement, la portée de la sociologie du travail et ce qu’elle devrait aborder et, deuxièmement, le fait que l'objet de l'étude est déterminé par la perspective de l'étude. Cette dernière constituera toujours le sens que nous attribuons à l'activité humaine et à son importance dans la façon dont nous menons notre travail dans cette branche de la sociologie. Là encore, nous pensons que cela souligne l'importance de la doxa dans la perception (et dans la pratique) de la sous-discipline.

20Plus précisément, notre thèse remet en question la perception de la sociologie du travail comme une discipline transhistorique située en dehors de la formation historique dans laquelle elle cherche à donner un sens au monde. Quoiqu’il faille rester prudent dans cette argumentation. Certains praticiens ont en effet considéré la sociologie du travail comme relativement stable et comme un outil qui peut être utilisé pour donner un sens aux modifications du travail (et de l'emploi). Il ne s'agit pas de dire que les changements de méthodologie, d'épistémologie ou l’élargissement des thèmes de recherche ne sont pas constatés et reconnus. Mais il apparaît que, malgré les changements sociaux et notamment avec l'importance croissante des recherches sur le genre et sur l'ethnicité, nombre de chercheurs ou de commentateurs s’en tiennent à la perception d’une sociologie immuable qui animerait la conduite de nos travaux. Si, comme nous l'avons soutenu, il est important de saisir le débat chez Strangleman (2005, pp. 6-9) et Parker (2000 ; 2014) sur ce que nous décrivons comme la préoccupation de l’extension-diffusion, il est également nécessaire de considérer la sensibilité d'auteurs plus radicaux comme Beynon (2011, p. 21).

21Le temps est venu d'accueillir cette extension-diffusion, plutôt que de faire campagne contre elle. Cette extension, que ce soit en termes de localisation ou de discipline, a été au centre de la sociologie du travail depuis le début. Bien que beaucoup reconnaissent les changements dans la nature et dans l'objet de la sociologie du travail, ceux-ci doivent être compris en termes de méthodes et d’objectifs de recherche, et non de changements ontologiques. De ce point de vue, la sociologie du travail est une sorte de boîte à outils, capable de s’adapter à chaque période du capitalisme.

22Les analyses de l'évolution de la discipline, traitent pour l'essentiel des changements réels dans la sociologie du travail d'une manière relativement peu problématisée, c'est-à-dire que si l'on reconnaît une relation entre ce que fait la sociologie du travail et la façon dont le capitalisme change, ces analyses s’intéressent beaucoup moins à la manière dont les transformations du capitalisme influent sur le « qu’est-ce que », le « pourquoi » et le « comment » de la sociologie du travail elle-même. En d'autres termes, la pratique actuelle de la sociologie du travail est elle-même un produit de la société dont elle fait partie. À cet égard, nous soutenons la nécessité d'accorder une plus grande attention à la quête de Castillo (1999), reprise par Strangleman (2005), d'une sociologie de la sociologie du travail. Nous soutenons qu'une sociologie de la sociologie du travail nous permet de détecter des phases dans l'évolution de de la sociologie du travail, délimitées par trois périodes dans le développement du capitalisme britannique de l'après-guerre.

La sociologie du travail depuis 1945

23Dans l'après-guerre, trois grandes périodes intéressantes peuvent être identifiées. La première est le fordisme (1945-75), suivie d'une période de lente décomposition de la période fordiste de régulation (1975-1990). Celle-ci est souvent décrite comme la période du post-fordisme et, bien que nous ne pensions pas qu'il s'agisse d'une conceptualisation tout à fait adéquate, nous la trouvons utile, en gardant à l'esprit qu'elle est le contrepoint très clair à tout ce qu’est le fordisme. La troisième période, qui va de la fin des années 1990 aux années 2000, est celle du néo-libéralisme et du capitalisme financier mondialisé, ou si l’on suit Wilder (2015) celle de « l'impérialisme néolibéral ». Il s’agit de la période actuelle, déterminant la manière dont la sociologie du travail est pratiquée, tant sur le plan conceptuel que méthodologique.

24Ces trois périodes peuvent également être considérées comme marquant les types de programmes scientifiques et les types de pratiques de recherche qui ont défini historiquement la sociologie du travail. Reconnaissant que le champ d’intervention de la sociologie du travail est généralement imprécis et controversé (Watson, 2009), nous pensons important d’y revenir. Il nous faut aussi admettre que la périodisation proposée n'est pas absolue car certains textes chevauchent les périodes, ce qui ne les empêchent pas d’illustrer l'esprit des phases sociales et politiques au cours desquelles ils ont été pensés et écrits.

25Étant donné la complexité des débats internes à la sous-discipline sur ses caractéristiques, les biographes du champ interprètent bien souvent le développement de la sociologie du travail de façon trop linéaire. Il ne s’agit pas de dire que ces travaux (voir ci-dessus) s’en tiennent à l’émergence de nouveaux domaines de recherche ou, selon certains commentateurs, qu’ils ne font que définir de nouvelles caractéristiques du capitalisme. Il nous faut plutôt comprendre comment les diverses modalités de recherche, en lien étroit avec les changements méthodologiques (en particulier avec le recours aux approches qualitatives) influent sur les orientations de recherche dans le champ.

26Il est évident que dans la période d'après-guerre, la sociologie du travail pouvait être décrite comme ayant un programme défini par une attention portée aux questions nationales, et en particulier par des interrogations sur l’ancrage social de la productivité du travail, comme le montrent les travaux de Trist et Bamforth (1951), Eldridge (2009) ou Watson (2008). En revanche, il n’est pas certain que les commentateurs procèdent à des approches similaires pour comprendre la ou les pratiques de la sociologie du travail aujourd'hui. Nous soutenons que la nécessité d’interpréter les relations entre, d’une part, l’ontologie et les méthodologies de la sociologie du travail, et d’autre part, les changements sociétaux, est moins présente dans les analyses ou les comptes rendus contemporains de son développement.

27Il n'est pas surprenant que la sociologie du travail se soit développée en répondant aux questions concernant le caractère social de la productivité du travail ou en explorant la nature de la cohésion et de la solidarité dans l’atelier. Après tout, la sociologie du travail se définit à travers ses différentes interprétations du changement, ou parfois de transformations plus profondes. De plus, elle cherche toujours à aborder la nature sociale des forces de cohésion et celles des dissonances au cœur des processus sociaux du travail : c’est sa raison d’être. C’est ainsi que la sociologie du travail a exploré l'ordre et les conflits en relation avec le travail, avec leur impact sur la classe ouvrière.

28L'accord d'après-guerre entre les grandes forces socio-politiques mettait l'accent sur les origines et les problèmes de productivité du travail et, ce faisant, a produit une sociologie reflétant les intérêts des groupes sociaux dominants. Cette période, du début des années 1950 à la fin des années 1960 ou au début des années 1970, est généralement décrite comme annonçant l’âge d'or de la sociologie du travail et de la sociologie en général. Pour nous, c'est plutôt cette idée d'un âge d'or qui mérite d’être expliquée. En tant que sociologues du xxie siècle, et face aux connaissances sur les formes actuelles ou passées de subordination produites pas notre discipline et par les disciplines connexes, ce qui étonne le plus est l’absence d’intérêt pour les formes de subordination des années 1950 et du début des années 1960. C'est certainement cette absence qui a alimenté le mythe de l'âge d'or.

29À moins de supposer que les grands sociologues de l'âge d'or ont simplement ignoré le sort des travailleurs irlandais, asiatiques et caribéens nouvellement arrivés en Grande-Bretagne (quel que soit d’ailleurs leur sexe et ici il s’agit de travailleuses) en les déconsidérant. Ce n'est qu'après cet âge d'or que nous avons assisté à l'émergence de travaux plus centrés sur les inégalités entre les sexes et selon l’appartenance ethno-culturelle, sur les lieux de travail, comme l'illustrent, entre autres, Oakley (1974), Pollert (1981), Cavendish (1982) et Westwood (1984).

30Il est vrai qu’à certains égards la sociologie du travail les considérait comme moins dignes d'être étudiés parce qu’elle ne s’intéressait quasi-exclusivement qu’aux principaux bénéficiaires du compromis d'après-guerre, à savoir les ouvriers fortement syndiqués exerçant souvent un certain contrôle sur leur travail. Aujourd'hui, l'obsession individualiste et le respect de la liberté individuelle qui en découle caractérisent la sociologie du travail contemporaine, comme beaucoup d’auteurs le reconnaissent. En effet, comprendre l'esprit de l'époque et comprendre les acteurs sociaux qui impulsent les transformations du travail et de l’emploi, c’est ce que s'efforce de faire la sociologie du travail. Aujourd'hui, la prégnance de l'esprit individualiste et les revendications de liberté individuelle qui en découlent imprègnent largement la sociologie du travail contemporaine, comme beaucoup le reconnaissent.

31Ainsi, pour mieux comprendre la nature de la sociologie du travail et sa genèse, il faut peut-être revenir à Therborn pour qui la sociologie, en tant que « produit historique » (1976, p. 37), doit être interprétée dans le contexte de son émergence. Soucieuse de donner un sens à un capitalisme industriel en développement, la sociologie était une partie importante d'un « type de communauté idéologique » (Idem, p. 222) qu'elle reflétait et articulait à la fois (Idem, p. 224). De plus, elle était au centre d'une communauté idéologique qui avait peur des masses et surtout, à mesure que le xixe siècle avançait, de leur organisation en syndicats ayant parfois des pratiques révolutionnaires. Si le but de cette histoire est de montrer que la sociologie du travail a eu pour tâche de refléter les préoccupations des acteurs sociaux dominants et leurs discours, alors les transformations de la société ne sont pas seulement un conte avec des acteurs et une narration : il s’agit aussi de l’histoire des idéologies derrière nos propres interprétations.

32C'est aussi un conte sur le caractère changeant des narrateurs eux-mêmes. Therborn raconte une histoire très intéressante sur l'ouverture de la sociologie américaine dans les années 1960 et 1970 à « une opposition militante (...), avec The Sociology Liberation Movement (...) et la Sociologists for Women in Society ». Ce processus d'institutionnalisation-désinstitutionnalisation peut être considéré comme un cadre utile aujourd’hui. Une façon de développer cela est d'aller un peu plus loin que le curieux programme socio-historique de Strangleman, – à la suite du travail d’E. P. Thompson – en revenant à l'histoire oubliée des différents comportements des ouvriers, comme l'un des objets possibles de la discipline. Plus que cela, car il ne s'agit pas de restaurer l'innocence perdue de la sociologie du travail ou de raconter l'héroïque histoire de l'âge d'or, mais plutôt de faire en sorte que ceux qui racontent ces histoires puissent être aussi proches que possible de ceux qui étaient auparavant (et qui restent aujourd’hui) subalternes, culturellement, intellectuellement et socialement exclus. Le manque d'enracinement institutionnel des minorités dans les départements de sociologie témoigne du fait que la sociologie du travail peut désormais être considérée comme le porte-parole d'une série de « communautés idéologiques », maintenant que les solidarités de classe ont été redéfinies dans la période de subordination néolibérale. Il apparaît que, parmi les sociologies qui traitent de la subordination, la sociologie du travail n'est plus l’entreprise intellectuelle des seuls universitaires blancs, hommes et appartenant à la classe moyenne. Cette opposition, ce contraste entre la sociologie du travail des années 1950 et celle des années 2000 explique en partie pourquoi les grands sociologues de la London School of Economics et ceux de Liverpool d’hier ne pensaient pas que les immigrés et leur travail, ou les femmes et leur travail, constituaient l'objet d'étude le plus important pour la sociologie du travail. Revenant rétrospectivement sur sa formation à la discipline dans les années 1960, Eldridge fait référence à son travail sur le projet Thurley portant sur les agents de maîtrise qui l'a conduit dans une usine de moteurs des Midlands en Angleterre : même s'il souligne que tous les ouvriers étaient des femmes, cette remarque ne mérite pas qu’on s’y attarde aujourd’hui.

  • 8 Cf. Michael Burawoy, « Pour la sociologie publique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n (...)

33L’extension-diffusion actuelle de la sociologie du travail à l’intérieur et à l’extérieur du cadre académique constitue un tournant positif. Elle constitue une séquence propice à l’analyse de la genèse et des ressorts des modèles contemporains de domination, au sein de la discipline elle-même, comme dans la société en général. Cette extension-diffusion offre une opportunité pour dépasser les limites étroites du milieu universitaire afin de développer une véritable « sociologie publique »8, dont le discours serait mutuellement bénéfique et transdisciplinaire entre sociologues, travailleurs, syndicalistes, et militants.

34L'âge d'or n'était pas à l'abri des pressions culturelles et idéologiques. Il ne s'agit pas seulement de reconnaître que la sociologie du travail a choisi certains thèmes et objets d’analyse en fonction de l'évolution du capitalisme, mais que la manière dont elle les a appréhendés reflétait l'esprit du moment. Aujourd’hui, l’esprit du temps reflète un ensemble très différent de préoccupations dont la sociologie du travail s’empare. Comme le soulignent Dardot et Laval (2013), les idéologies néolibérales ne relèvent pas seulement de l'économie, mais elles sont dans l'air même que nous respirons. Pour les auteurs, « le néolibéralisme, avant d'être une idéologie ou une politique économique, est d'abord et fondamentalement une rationalité, et qu'à ce titre il tend à structurer et organiser, non seulement l'action des gouvernants, mais jusqu'à la conduite des gouvernés eux-mêmes » (Idem, p. 13) : c'est la « rationalité du capitalisme contemporain ». Enfin, « le néolibéralisme peut se définir comme l'ensemble des discours, des pratiques, des dispositifs qui déterminent un nouveau mode de gouvernement des hommes selon le principe universel de concurrence » (Idem, p. 7).

35C'est en ce sens que l'on peut commencer à comprendre les lacunes de la sous-discipline au cours de son histoire. Du début de l'après-guerre à la fin des années 1960, on constate une myopie, avec une quasi absence de travaux portant sur les inégalités sociales ou de sexe, sur les travailleurs migrants, et jusqu'à plus récemment, sur les rapports de classe. Cette période d’hégémonie des analyses en termes de structures sociales, avec les objets et les champs d’études qu’elles légitimaient, a pris fin avec le lent effondrement du compromis social d’après-guerre durant les années 1970. Et nous assistons depuis peu à une sociologie critique du travail et de l’emploi nécessaire pour parvenir à une compréhension adéquate du travail aujourd’hui.

Conclusion

36Au cours des années 1950, le fait que la sociologie du travail se soit mise au service du pouvoir ne doit pas être interprété comme signifiant que celle-ci a profité au capital d'une manière simple, instrumentale. Au contraire, il s'agissait d'une science sociale au service d'une coalition de pouvoirs dominants reposant sur le système de valeurs et de normes sociales démocrates, une sorte de communauté idéologique de fait au sein de laquelle la sociologie a joué son rôle. C'était une période d'ambiguïté qui résultait des compromis d'après-guerre fondés sur la force de la classe ouvrière. Par conséquent, même si le mouvement ouvrier a pu être complice du pouvoir, l'engagement et les résultats ont été plus ambigus et reflétaient des intérêts de classe concurrents. Il s'agissait d'une hégémonie dépendant d'une lutte de classe dynamique venant d'en bas et, bien que la revendication d’une intégration sociale de tous soit sa caractéristique principale, ce sont les segments dominants de la classe ouvrière qui en ont été les bénéficiaires majeurs. Il ne s’agit pas de dire que les exclus, les travailleuses, les travailleurs migrants et d'autres n'étaient pas importants. Mais pour une sociologie de la sociologie du travail, il est important que nous essayions de comprendre la façon dont les sociologues du travail ont écrit (ou n’ont pas écrit) sur les diverses formes d’exclusion sociale, économique et politique pendant les Trente Glorieuses.

37Le règne néolibéral, caractéristique de la période actuelle, révèle une autre forme d'hégémonie. Maintenant, l'inclusion ne se fait pas par l’intégration à travers des institutions collectives de classe, dont les syndicats et le Parti travailliste. Au contraire, nous vivons un autre type de lutte de classe, une lutte de classe d'en haut, reposant sur l’intégration par l'exclusion collective. La fragmentation des institutions de la classe ouvrière a encouragé, tout en en étant dépendante, une idéologie de l'individualisme, un ingrédient essentiel de la « rationalité du capitalisme contemporain » de Dardot et Laval (2009). Si l'ère fordienne peut être caractérisée comme une période où la classe ouvrière a été subordonnée à une conception collective de l’intégration, l'ère dite post fordienne peut être considérée comme une période dans laquelle la classe ouvrière est subordonnée à une intégration individuelle, alors que, ironiquement, dans la construction managériale des groupes ou des équipes de travail, elles prennent des formes pseudo-collectivistes. Parmi toute une série de choses que les sociologues du travail pourraient faire ressortir, on rencontre différentes « vanités » au cœur des idéologies néo-libérales victorieuses. Comme par exemple cette idée pour le moins bizarre de considérer l'individualisme comme plus pertinent ou plus central que le collectivisme. Malgré les travaux empiriques montrant combien ce dogme est établi sur des bases incertaines, on soutient que les gens sont plus individualistes aujourd’hui qu'ils ne l'étaient hier lorsqu'ils votaient les grèves dans les années 1950 et 1960. Comme si l’on pouvait soutenir que dans le passé, l'idée du collectivisme instrumental n'avait rien à voir avec un individualisme égoïste.

38Le mantra de l'âge d'or de la sociologie du travail ne tient pas compte de la manière dont le contexte de l'après-guerre a offert des opportunités pour la recherche tout en légitimant et facilitant l'étroitesse du regard de ces travaux (généralement centrés sur le procès de travail). Il porte aux nues une période comme s'il s'agissait de la tentative des « grands » de produire une « sociologie pure » sans reconnaître à la fois les limites de ces travaux et le contexte sociopolitique qui l'a rendu possible. Les années 1970 et 1980 ont apporté des changements notables : l'accent féministe mis sur la nature et la signification du travail, la reconnaissance croissante du racisme, le déclin économique et l'assaut du néolibéralisme contre le travail et contre les syndicats. Si, durant les années 1950, les luttes pour l'égalité ont pris à certains égards le pas sur les luttes de classe, la fin des années 1990 a vu le retour de la question de la classe : [en particulier à propos de] la classe d'en bas, telle qu'elle est formulée dans une série de programmes de recherche initiée par Beynon (1973), puis à partir des féministes, formées à la sociologie, autour du travail rémunéré et non rémunéré des femmes.

39Peut-être devons-nous dépasser la vision négative des luttes menées par les sociologues du travail au sein des départements de sociologie et oublier l'inquiétude concernant l’extension-diffusion institutionnelle et disciplinaire depuis les années 1960. Cela signifie que nous pourrions être mieux placés pour développer une sociologie de la sociologie capable d’aborder les questions des luttes disciplinaires au-delà des départements de sociologie. Ainsi, pouvons-nous alors commencer à mieux positionner la discipline comme un « produit historique » (tout aussi important à notre époque, comme il l'a toujours été), comme une caractéristique essentielle d'un « type de communauté idéologique » contesté de multiples façons selon la classe sociale, le pouvoir, le statut et l'orientation.

Haut de page

Bibliographie

Ackroyd Stephen et Thompson Paul (1999), Organisational Misbehaviour. London, Sage.

Alvesson Mats et Willmott Hugh (2002), “Identity regulation as organizational control: Producing the appropriate individual”, Journal of Management Studies, 39 (5), pp. 619-644.

Beck Vanessa et al. (2016), Work, employment and society sans frontières: extending and deepening our reach’, Work, Employment and Society, 30 (2), pp. 211-219.

Beynon Huw (1973), Working for Ford, London, Penguin.

Beynon Huw (2011), ‘Engaging Labour : British Sociology 1945-2010’, Global Labour Journal, 2 (1), pp. 5-26.

Brown Richard (1987), ‘Editorial Introduction’, Work, Employment and Society, 1 (1), pp. 1-6.

Castillo Juan José (1999), ‘Sociology of Work at the Crossroads’, Current Sociology, 49 (2), pp. 21-46.

Cavendish Ruth (1982), Women On the Line, London, Routledge.

Dardot Pierre et Laval Christian (2009), La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

Dennis Norman, Henriques Fernando et Slaughter Clifford (1969 [1956]), Coal is Our Life : An analysis of a Yorkshire mining community, London, Tavistock Publications.

Edwards Paul (2014a), ‘The Sociology of Work : from Industrial Sociology to Work, Employment and Society’, dans Holmwood John et Scott John (dir.), The Palgrave Handbook of Sociology in Britain, London, Palgrave.

Edwards, Paul (2014b), “Were the 40 years of Radical Pluralism’ a waste of Time. A response to Peter Ackers and Patrick McGovern”, Warwick Papers in Industrial Relations n° 99, June.

Elger Tony (2009), ‘Teaching the sociology of work and employment : texts and reflections’, Sociology, 43 (5), pp. 997–1006.

Eldridge John (2009), ‘Industrial sociology in the UK: reminiscences and reflections’, Sociology, 43 (5), pp. 829–845.

Glucksmann Miriam (1995), ‘Why “work” ? Gender and the “total social organization of labour” ’, Gender, Work and Organization, 2 (2), pp. 63–75.

Halford Susan et Strangleman Tim (2009), ‘In search of the sociology of work : past, present and future’, Sociology, 43 (5), pp. 811–828.

Hassard John (1996), ‘Images of Tiome in Work Organisation’, dans Clegg Stewart, Hardy Cynthia et Nord Walter R. (dir.), Handbook of Organisation Studies, London, Sage.

Herod Andrew, Rainnie Al et McGrath-Champ Susan (2007), ‘Working space : why incorporating the geographical is central to theorizing work and employment practices’, Work, Employment and Society, 21 (2), pp. 247-264.

Holmwood John (2010), ‘Sociology's misfortune : disciplinarity, interdisciplinarity and the impact of audit culture’, British Journal of Sociology, 61 (4), pp. 639–658

Holmwood John (2011), ‘Sociology after Fordism : prospects and problems’, European Journal of Social Theory, 14 (4), pp. 537–556.

Holmwood John (2013) ‘Markets, Democracy and Public Higher Education’ https://www.youtube.com/watch ?v =pIcjTopShSg.

Knights David et Willmott Hugh (1989), Power and subjectivity at work : From degradation to subjugation in social relations, Sociology, 23, pp. 535-558.

Komlosy Andrea (2018), Work, the Last 1000 Years, London, Verso.

Kunda Gideon (1992), Tech culture, Philadelphia, Temple University Press.

Linstead Stephen (1997), “The Social Anthropology of Management”, British Journal of Management, 8 (1), pp. 85–98.

MacDonald Robert et Coffield Frank (1991), Risky Business? Youth and the Enterprise Culture, Basingstoke, Falmer Press.

MacDonald Robert et al. (2005), 'Growing up in poor neighbourhoods: the significance of class and place in the extended transitions of 'socially excluded' young adults', Sociology, 39 (5), pp. 873-891.

MacDonald Robert, Shildrick Tracy et Furlong Andy (2014), ‘In search of 'intergenerational cultures of worklessness': Hunting the Yeti and shooting zombies’, Critical Social Policy, 34(2), pp. 199-220.

Martinez Lucio Miguel et Stewart Paul (1997), ‘The Paradox of Contemporary Labour Process Theory: The Rediscovery of Labour and the Disappearance of Collectivism’, Capital and Class, 21(2), pp. 49-77.

Oakley Ann (1974), Housewife, London, Penguin.

O’Grady Timothy (1997), I Could read the Sky, London, the Harvill Press.

Parker Martin (1999), ‘Capitalism, subjectivity and ethics : debating labour process analysis’, Organization Studies, 20 (1), pp. 25–45.

Parker Martin (2015), ‘Between Sociology and the Business School : Critical Studies of Work, Employment and Organization in the UK’, Sociological Review, vol. 63 (1), pp. 162-180.

Parry Jane, Taylor Rebecca, Pettinger Lynne et Glucksmann Miriam (dir.) (2006), ‘Confronting the challenges of work today: new horizons and perspectives’, in Pettinger Lynne, Parry Jane, Taylor Rebecca et Glucksmann Miriam (dir.), A New Sociology of Work, Oxford, Blackwell/Sociological Review.

Pollert Anna (1981), Girls, Wives, Factory Lives, London, Palgrave McMillan.

Savage Mike (2010), Identities and Social Change in Britain since 1940 : The Politics of Method, Oxford, OUP.

Scott John (2005), ‘Sociology and its Others : reflections on Disciplinary Specialisation and Fragmentation’, Sociological Research Online 10(1)

Smith Iain D. (2009), Broken Britain can be fixed by its army of social entrepreneurs, London, Centre for Social Justice.

Standing Guy (2011), The Precariat, London, Bloomsbury Academic.

Standing Guy (2014), A Precariat Charter: from denizens to citizens, London, Bloomsbury Academic.

Standing Guy (2017), Basic income: and how we can make it happen, London, Penguin.

Stephenson Carol et Wray David ‘Now That the Work is Done: Community Unionism in a Post Industrial Context’ dans Greenwood, I. McBride, J. (dir), (2009), The Complexities of Community Unionism: A comparative analysis of concepts and contexts, London, Palgrave.

Stewart Paul et Martinez Lucio Miguel (2011), ‘Collective narratives and politics in the contemporary study of work: the new management practices debate’, Work, Employment and Society, 25 (2), pp. 327-341. http://dx.doi.org/10.1177/0950017011398890

Stewart Paul (2004), ‘Work, employment and society today’, Work, Employment and Society, 18 (4), pp. 653–662.

Strangleman Tim (2016), ‘The Disciplinary Career of the Sociology of Work, dans Edgell Stephen, Gottfried Heidi et Granter Edward (dir.), The Sage Handbook of the Sociology of Work and Employment, London, Sage.

Strangleman Tim (2007), ‘The nostalgia for permanence at work? The end of work and its commentators’. The Sociological Review, 55(1), pp. 81-100.

Strangleman Tim (2005), ‘Sociological futures and the sociology of work’, Sociological Research Online, 10 (4).

Therborn Göran (1974), Science, Class and Society. On the historical formation of sociology and historical materialism, London, Verso.

Trist Eric L. et Bamforth Ken W. (1951), ‘Some Social and Psychological Consequences of the Longwall Method of Coal-Getting: An Examination of the Psychological Situation and Defences of a Work Group in Relation to the Social Structure and Technological Content of the Work System.’, Human Relations, vol. 4, n° 3, pp. 3-38.

Warren Tracey (2016), ‘Work and Social Theory’, dans Edgell Stephen, Gottfried Heidi et Granter Edward (dir.), The Sage Handbook of the Sociology of Work and Employment, London, Sage.

Watson Tony (2008), Sociology, Work and Industry, London, Routledge.

Westwood Sallie (1984), All Day Everyday : Factory and Family in the Making of women’s lives, London, Pluto.

Wilder Gary (2015), Freedom Time : Negritude, Decolonisation and the Future of the World, Duke, Durham-NC.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que, contrairement au cas de la France, au Royaume uni les écoles de commerce et de gestion relèvent en général des universités (NDT).

2 Le concept de spread apparaît difficile à traduire ici car il signifie à la fois l’extension de la sociologie du travail dans de nouvelles institutions (les écoles de commerce) et l’élargissement de sa diffusion en général, à l’extérieur des seuls départements universitaires de Sociologie.

3 Ce débat, qui traite des changements sociaux résultant de l'évolution structurelle du capitalisme tardif, constitue un corpus considérable. Voir, entre autres, Alvesson et Willmott 1992 ; Knights et Willmott, 1989 ; Martinez Lucio et Stewart, 1997 ; Parker, 1999 ; Ackroyd et Thompson, 1999 ; Kunda, 1992 ; Linstead, 1997.

4 Quelle que soit la « sociologie dominante », chacun utilise cette expression sans la définir...

5 Définie par les auteurs comme le travail domestique entendu au sens large comme anticiper la vie de chacun des membres de la famille (en mettant par exemple le goûter de l’enfant dans son cartable, etc.). Voir Watson, 2008.

6 Voir ci-dessus, Pettigrew et al., 2006.

7 Les auteurs définissent l’ontologie de la sociologie du travail comme le sens que ses différents courants donnent à leurs recherches pour constituer la raison d’être de la discipline.

8 Cf. Michael Burawoy, « Pour la sociologie publique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 176-177, 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carol Stephenson et Paul Stewart, « Déclin ou redéploiement ? La sociologie du travail au Royaume-Uni »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9672

Haut de page

Auteurs

Carol Stephenson

Department of Social Sciences, University of Northumbria, Newcastle

Paul Stewart

Grenoble Ecole de Management

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search