Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19VariaTravail et travailleurs aux États...

Varia

Travail et travailleurs aux États-Unis : un tournant historique ?

Work and workers in the United States: A historic turning point?
Trabajo y trabajadores en los Estados Unidos : ¿Un punto de inflexión histórico ?
Chris Rhomberg
Traduction de Morgane Iserte
Cet article est une traduction de :
Work and workers in the United States: A historic turning point? [eng]

Résumés

L’extraordinaire collusion en 2020 de nombreuses crises aux Etats-Unis — pandémie, récession économique et manifestations massives — crée une conjoncture unique pour étudier les transformations du travail qui se sont opérées aux États-Unis au cours des premières décennies du xxie siècle. Cet article propose un rapide examen du contexte institutionnel où se déploient et se transforment les relations professionnelles et d'emploi spécifiques aux Etats-Unis. La discussion se poursuit en explorant trois dimensions : 1) les marchés du travail, 2) l’organisation du travail, et 3) la reproduction sociale. En conclusion, j'analyse les implications de ces récentes évolutions sur la conjoncture actuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La pandémie aurait porté à un demi-million le nombre de décès en mars 2021.

1En décembre 2020, les États-Unis recensaient plus de 16 millions de cas de Covid-19, et plus de 300 000 décès dus à la maladie1 (Université Johns Hopkins, 2020). L’adoption de mesures de distanciation sociale en mars 2020 a entraîné la mise à l’arrêt d'une grande partie de l'économie, provoquant un bond du taux de chômage à 14,7 % en avril ; près de 10 millions d'emplois ont disparu entre février et octobre (Gould et Bivens, 2020). Puis, le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd en mai par des policiers à Minneapolis, dans le Minnesota, événement filmé par un smartphone et largement diffusé sur les réseaux sociaux, a déclenché d’importantes manifestations, avec environ un demi-million de personnes mobilisées dans 500 localités aux États-Unis, pour ce qui a été décrit comme la plus grande vague de protestation civile de l'histoire américaine (Buchanan, Bui et Patel, 2020).

2Cet extraordinaire télescopage de crises – pandémie, récession économique et soulèvement populaire – offre des conditions exceptionnelles pour analyser les relations professionnelles aux États-Unis au xxie siècle. Dans cet article, je décris à grands traits certaines de ces transformations, en utilisant le cadre analytique très large de l'économie politique qui met l'accent sur l'inégalité des positions structurelles, des normes d'identité de groupe et des relations de pouvoir entre les acteurs du marché du travail et sur le lieu de travail (Dickerson von Lockette et Spriggs, 2016 ; Branch et Hanley, 2018 ; Howell et Kalleberg, 2019). En outre, les universitaires féministes ont démontré le lien étroit qui existe entre salariat, aides sociales de l’État et reproduction sociale, prenant notamment en compte le travail – rémunéré ou non – de care, généralement effectué par les femmes (Gottfried, 2013 ; Grimshaw, Fagan et Hebson, 2017).

  • 2 Concept développé par l’auteur dans son article « A Signal Juncture: The Detroit Newspaper Strike a (...)

3Ailleurs (Rhomberg, 2010), j'ai proposé le concept de « point d’inflexion » (signal juncture2) pour analyser les périodes où l’ordre institutionnel entre en crise et où les contradictions latentes s'intensifient ou éclatent au grand jour. Contrairement au concept plus familier de « point de rupture » (critical juncture), un point d’inflexion n'implique pas nécessairement que les événements prennent un tournant radical. Au contraire, ce moment, même lorsqu’il est induit par un choc apparemment exogène, met en évidence des tensions et des résistances endogènes au sein de schémas institutionnels normalisés, qui préfigurent potentiellement des controverses et des changements à venir. Il est trop tôt pour savoir si la période actuelle peut se cristalliser en un point de rupture porteur de transformations, mais nous pouvons identifier ici certains des conflits spécifiques et des questions cruciales en jeu.

4Cet article porte principalement sur l'expérience américaine depuis les années 1990, quoique inséré dans un contexte mondialisé. En introduction, je fais une présentation rapide du cadre dans lequel se développent les mutations que j’étudie, et analyse le contexte institutionnel des relations professionnelles et du système d'emploi spécifique aux Etats-Unis. La discussion se poursuit en explorant trois dimensions : 1) les marchés du travail, 2) l’organisation du travail, et 3) la reproduction sociale. En conclusion, j'analyse les implications de ces récentes évolutions sur la conjoncture actuelle.

Introduction. Le contexte institutionnel : droits des travailleurs et protection sociale

5Les États-Unis possèdent le droit du travail parmi les moins protecteurs et les moins égalitaires au sein des nations capitalistes avancées, notamment en matière de conventions collectives, de salaire minimum, d'accès à la couverture santé et aux congés payés, ou d'aide aux chômeurs et aux ménages à faible revenu (Schmitt, 2010). La plupart des syndicats du secteur privé sont régis par le National Labor Relations Act de 1935 (NLRA, « Loi nationale sur les relations professionnelles »), mis en œuvre par l’agence du National Labor Relations Board (NLRB, « Comité national des relations professionnelles »). Les conventions collectives sont généralement établies de manière décentralisée au niveau de l'entreprise, voire de l'atelier ; le gouvernement accrédite les syndicats à titre d'agents négociateurs et institue des règles de négociation collective, mais il intervient rarement pour garantir les accords. La plupart des travailleurs non syndiqués du secteur privé sont employés de « gré à gré », ce qui signifie qu'ils peuvent être licenciés à tout moment pour n’importe quel prétexte (non interdit par la loi), voire sans la moindre raison (Summers, 2000). Certaines catégories de travailleurs et de travailleuses sont protégées par le titre vii de la loi sur les droits civils de 1964 ou d'autres lois contre la discrimination en matière d’emploi fondée sur la race, le sexe et autres motifs. Cependant, les procédures légales pour les faire appliquer sont distinctes des lois régissant les syndicats et dépendent généralement des poursuites engagées à titre individuel par des salarié·es (Stone, 2004).

6De plus, un autre ordre, parallèle et plus contraignant, a persisté au sein du système fédéral américain depuis l'époque du New Deal, notamment dans les anciens États confédérés du Sud, où un régime juridique d'apartheid raciste s’est maintenu durant une grande partie de l'après-guerre. À la demande insistante de membres du Congrès sudistes, la NLRA ne s’applique pas à tous les secteurs, comme par exemple l’agriculture et les services domestiques, qui étaient avant la Seconde Guerre mondiale les plus gros employeurs de travailleurs afro-américains (Quadagno, 1996). La loi Taft-Hartley de 1947 qui régit les relations entre patronat et syndicats a autorisé les États à adopter des lois dites « droit au travail » (right-to-work laws) ; celles-ci affaiblissent les syndicats en permettant aux salariés couverts par des contrats négociés par les organisations syndicales d’en « profiter » sans s’acquitter du paiement de leur cotisation, ni de contribuer « équitablement » aux coûts du travail syndical. En 1960, dix-neuf États – principalement du Sud, de la région des Grandes Plaines et des déserts de l’Ouest – avaient adopté des lois dites « droit au travail » (Gordon, 2016). Dans les années 1960 et 1970, les conventions collectives ont fait leur apparition dans le secteur public, souvent négociées par des travailleurs issus des minorités ethno-raciales ou par des femmes. Ces conventions sont principalement régies par des législations étatiques qui varient d'un État à l'autre. Là encore, les mêmes États du Sud et de l'Ouest restreignent fortement les droits syndicaux des travailleurs du secteur public (Hebdon, Slater et Masters, 2013).

7Les employeurs, d’un bout à l’autre du pays, se sont généralement opposés à la syndicalisation dans les secteurs non organisés, mais dès les années 1980, les entreprises syndiquées ont elles aussi commencé à s’opposer aux nouvelles conventions collectives, soutenues par l'administration du président Ronald Reagan et par les tribunaux fédéraux. Depuis des décennies, les décisions du NLRB (« Comité National des Relations Professionnelles ») et des tribunaux se sont multipliées au bénéfice des employeurs qui disposent d’une plus grande liberté pour empêcher les salarié·es de se syndiquer, en utilisant des méthodes légales et bien souvent illégales, alors qu’elles imposent des sanctions sévères aux syndicats qui outrepassent les limites strictes de l'action collective (Rhomberg, 2012). En conséquence, le taux de syndicalisation dans le secteur privé, au niveau national, est passé de 24 % des salariés en 1973 à seulement 6 % en 2019 ; les États du Sud affichent là encore les niveaux les plus bas enregistrés (Hirsch & MacPherson, 2020).

8D’autres formes de protection et de prestations sociales à destination des travailleurs ont également été ajournées, voire suspendues. Le salaire minimum fédéral, fixé par le Congrès, n’est toujours pas indexé sur l'inflation ; son montant de 7,25 dollars de l'heure en 2020, était inférieur au seuil de pauvreté fédéral pour un salarié à temps plein vivant en couple. Les États ont la possibilité d’établir des minima plus élevés, mais dans 21 États, principalement du Sud et du Midwest, le taux horaire reste fixé à 7,25 dollars (Cooper, 2017). Le système d'assurance-chômage a été instauré dans les années 1930, mais normalement, le versement de l’allocation n’excède pas 26 semaines. En raison de différences de seuil d’éligibilité archaïques, seul un tiers des personnes sans emploi durant la Grande Récession de 2007-2009 a effectivement pu bénéficier de l’allocation chômage (Mettler, 2018, p. 49).

  • 3 Aux États-Unis, le système d’assurance maladie le plus répandu repose sur des accords volontaires e (...)
  • 4 Le Patient Protection and Affordable Care Act (« Loi sur la Protection des Patients et les Soins Ab (...)

9À peine plus de la moitié des salariés bénéficie d'une assurance maladie3, contre plus de 70 % d’entre eux dans les années 1980 ; pour les travailleurs à bas salaire, la proportion descend à 20 % à peine (Mettler, 2018, p. 34). Les programmes Medicare et Medicaid gérés par le gouvernement fédéral offrent respectivement une couverture santé aux personnes âgées (de 65 ans ou plus) et aux pauvres. La loi de 2010 sur les soins abordables (Affordable Care Act – ACA4) a mis en place de nouvelles réglementations et a accordé des subventions fédérales aux compagnies privées d'assurance maladie ; l’augmentation de l’aide accordée au programme Medicaid a permis de faire chuter le taux d’adultes sans couverture maladie de 16 % en 2010 à 10,9 % en 2016. L'ACA n’a toutefois pas modifié en profondeur la structure du marché de l’assurance-santé, et 24 États, à nouveau principalement dans le Sud et le Midwest, ont refusé d’étendre le programme Medicaid avant même que la Cour suprême des États-Unis les ait autorisés à s’en retirer. En 2018, environ 28 millions de personnes étaient toujours sans couverture maladie (Quadagno et Lanford, 2019).

10Enfin, la loi de 1996 sur la « réforme de l'aide sociale » a imposé de nouvelles règles définissant le temps travaillé, a prescrit des limitations de durée légale et a instauré des sanctions en cas de non-respect des obligations par les bénéficiaires de cette aide financière fédérale à destination des familles pauvres ; elle a aussi plafonné le montant du financement fédéral pour l'ensemble du programme. L’objectif de cette loi était de favoriser le retour à l’emploi des participants (principalement des mères célibataires) ; mais en sortant du programme d’aide, moins des deux tiers d’entre eux avaient trouvé un emploi stable, obtenant généralement des emplois peu rémunérés qui ne leur ont pas permis de sortir de la pauvreté avec leur famille. Ainsi, le nombre moyen de bénéficiaires a chuté de façon spectaculaire et s’est maintenu à un faible niveau, y compris pendant la période de fort chômage de la Grande Récession de 2007-2009 (Edin et Shaefer, 2016, pp. 30-31).

11Dans l'ensemble, le droit du travail et l’aide sociale sont moins protecteurs aux États-Unis que dans la plupart des autres nations capitalistes avancées. Les travailleurs et les travailleuses ont des droits limités dans le cadre de leur travail et doivent se plier à la loi du marché pour gagner de quoi vivre, avoir accès au système de santé et couvrir leurs autres besoins. Le système institutionnel segmenté, fondé sur l'héritage des inégalités de race, crée un régime concurrentiel de bas salaires qui met à mal le bien-être social. De plus, les aides gouvernementales ne sont généralement pas suffisantes pour soutenir concrètement les salarié·es ou pour produire des effets anticycliques durant les récessions. Tel est le contexte dans lequel les évolutions en matière de marché du travail, d'organisation du travail et de reproduction sociale par le soutien aux ménages ont eu lieu ces dernières décennies.

Le marché du travail : demande des employeurs et composition de la main-d'œuvre

12Les employeurs et les salariés ont été affectés par les transformations structurelles du marché du travail américain, suite à la mondialisation néolibérale, à la déréglementation et aux nouvelles stratégies des entreprises.

13Ces transformations ont coïncidé avec une réorganisation spatiale de la production et de la demande de main-d'œuvre, dont la composition a subi d’importants changements démographiques. Ces dynamiques de restructuration conjuguées aux discriminations de genre et de race ont produit différents modèles de segmentation du marché du travail et une refonte de la classe ouvrière américaine.

  • 5 Commodities s’entend ici comme produits de base ou comme produits à faible valeur ajoutée : produit (...)

14En sociologie, l'analyse des chaînes globales de fabrication des produits de base (global commodity chains5) est devenue essentielle pour comprendre la reconfiguration de la production ; elle s'inspire de la théorie des systèmes-monde et des études du développement (Bair, 2009). L’approche des chaînes globales de fabrication des produits de base étudie la répartition inégale des rémunérations au sein des chaînes de production, intégrées dans le cadre de structures fonctionnelles mais géographiquement dispersées ; elle met aussi en lumière la structure de gouvernance et de contrôle mise en place par les « firmes pilotes » (lead firms). Contrairement aux chaînes de commodité pilotées par des producteurs (producer-driven commodity chains) dans le secteur industriel, à forte intensité capitalistique et à intégration verticale, les grands détaillants et les marques comme Walmart et Nike utilisent leur pouvoir d'achat pour dominer des chaînes de fabrication des produits de base pilotées par des acheteurs (buyer-driven commodity chains), pour imposer une flexibilité et une réduction des coûts à des sous-traitants juridiquement indépendants et pour maintenir un contrôle des stocks en flux tendu. Aujourd'hui, même les producteurs à forte intensité capitalistique et technologique comme Apple développent des centres d’achat en réseau, favorisant l'externalisation des tâches et privilégiant les interactions modulaires entre acheteurs et fournisseurs (Gereffi et Fernandez-Stark, 2016). Dans le secteur de la vente de détail, le système logistique mis en place par Walmart puis repris par Amazon, permet de gérer un marché en ligne, des fonctions de stockage et de préparation des expéditions et une infrastructure de cloud computing (Alimahomed-Wilson et Reese, 2020).

  • 6 Lire l’article d’Edgar Belmont et de Sylvia Pratt sur la Sociologie du Travail au Mexique dans ce m (...)

15Aux États-Unis, le processus d’intégration économique mondiale s’est accéléré avec la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) en 1994 et l'entrée de la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. Suite à l’entrée en vigueur de l'ALENA, les investissements directs étrangers américains au Mexique sont passés de 17 milliards de dollars en 1994 à près de 110 milliards de dollars en 2017, et les chaînes d'approvisionnement sont désormais intégrées de part et d'autre de la frontière dans des secteurs comme l'automobile, l'électronique, l’électro-ménager et la machine-outil (Villareal, 2019 ; Rothstein, 2016)6. En raison de la baisse constante de la part de l'industrie manufacturière dans l'économie américaine depuis plusieurs décennies, les chiffres de l’emploi ont fortement chuté après les années 1990, passant de 17,2 millions en 1999 à 11,4 millions en 2011 (Acemoglu et al., 2016). Si la contraction de l’emploi a affaibli les syndicats industriels, la mondialisation a également entraîné une réorganisation spatiale de la production manufacturière à l’intérieur des États-Unis. Dans l'industrie automobile, la production s'est progressivement déplacée des régions du Midwest et des Grands Lacs vers les États du Sud, où se sont implantées des sociétés détenues par des capitaux étrangers, attirées par des salaires locaux plus bas et les incitations financières mises en place par les gouvernements de ces États. Entre 1983 et 2011, des constructeurs automobiles tels que BMW, Honda, Hyundai, Kia, Mercedes Benz, Nissan, Toyota et Volkswagen ont ouvert des usines d'assemblage en Alabama, en Géorgie, au Kentucky, en Caroline du Sud, au Tennessee et au Texas, toutes non syndiquées (Platzer et Harrison, 2009).

16Parmi les principales évolutions structurelles du marché du travail, la participation des femmes a connu une hausse durable : elles représentaient 43 % de la main d’œuvre en 1970 ; ce taux a culminé à 60 % en 1999 avant de diminuer graduellement depuis (Gottfried, 2013, p. 48). Près de 70 % des mères d'enfants de moins de 18 ans travaillent ou sont à la recherche d'un emploi ; parmi elles, les deux tiers sont des mères d'enfants encore non scolarisés de moins de 6 ans (Ministère états-unien du travail, 2016). Si la discrimination des femmes au travail a quelque peu reculé, ces dernières restent sous-représentées dans les postes à responsabilités, les métiers techniques ou parmi les professions hautement valorisées (elite professions), et exercent plus fréquemment des métiers traditionnellement perçus comme féminins, dans les secteurs des services à la personne et du care, notamment. En 2010, quatre femmes sur dix exerçaient des métiers où au moins 75 % de leurs collègues étaient des femmes, comme dans le cas des secrétaires (96 %), des puéricultrices (93 %), des infirmières diplômées (91 %) ou des enseignantes de l’enseignement primaire (82 %) (Gottfried, 2013, pp. 56-57).

17Les théories conventionnelles du capital humain, de la productivité ou de la modernisation technologique peinent à expliquer la persistance des inégalités de genre et de race. Les sociologues insistent plutôt sur le rôle que jouent la demande des employeurs et les institutions du marché du travail, dont les évolutions s’inscrivent dans des processus économiques et culturels plus vastes. Depuis les années 1970, le taux de chômage des Noirs est resté environ deux fois plus élevé que celui des Blancs, malgré d’importants progrès réalisés en matière de formation des travailleurs noirs ; les inégalités salariales entre Noirs et Blancs se sont aggravées suite au déclin des syndicats et à la stagnation du salaire minimum (Rodgers, 2019). Des études expérimentales menées sur les pratiques d’embauche ont montré qu’à qualification égale, les employeurs s'intéressent autant, voire plus, aux candidats blancs ayant un casier judiciaire qu'aux candidats noirs et latinos avec un casier judiciaire vierge (Pager, Western et Bonikowski, 2009). Dans le même temps, le surnuméraire des jeunes hommes, peu éduqués, a été absorbé par une hausse extraordinaire du nombre des incarcérations. En 2008, les hommes noirs de moins de 35 ans sans diplôme avaient plus de chance d’être en prison que d'avoir un emploi (Western et Pettit, 2010).

18Les constructions sociales de race et de genre façonnent ainsi la qualité de l'emploi, l'évaluation des compétences et l'affectation des travailleurs à certains postes plutôt qu’à d’autres, établissant une corrélation entre emplois, compétences et types de travailleurs (Branch et Hanley, 2018). Pour les emplois précaires et mal rémunérés, les employeurs préfèrent avoir recours à une main d’œuvre immigrée, dépendante et subordonnée ; ces travailleurs et travailleuses avec un faible niveau d'éducation et peu d'alternatives bénéficient pourtant d’offres de travail stable grâce à leurs compétences spécifiques et aux réseaux communautaires auxquels ils appartiennent (Waldinger et Lichter, 2003). Avec l'ALENA, la concurrence de l'agrobusiness américain a entraîné une perte nette de 2 millions d'emplois agricoles mexicains entre 1991 et 2007. L'immigration du Mexique vers les États-Unis a alors connu une forte hausse : le nombre de résidents nés au Mexique et vivant aux États-Unis est passé de 4,5 millions en 1990 à 12,6 millions en 2009, tandis que le nombre d'immigrants mexicains clandestins est passé de 2 millions en 1990 à 6,9 millions en 2007 (Weisbrot et al., 2014 ; Passel & Cohn, 2019). L'immigration illégale, en provenance de tous les pays, a plus que triplé entre 1990 et 2007, mais a reculé depuis. En 2017, il y avait 10,5 millions d’immigrants illégaux aux États-Unis, dont 4,9 millions en provenance du Mexique. Les travailleurs en situation irrégulière représentaient 4,6 % de la main-d'œuvre américaine en 2017 ; ils exercent en majorité des métiers manuels mal payés : selon certaines estimations, ils représentent environ un quart des plongeurs (en restauration), des femmes de ménage et des ouvriers de l'industrie agro-alimentaire, un tiers des emplois du secteur de la construction et jusqu'à 80 % de la main-d'œuvre agricole (Loscocco, 2017 ; Gleeson, 2016).

19Ces évolutions ont renforcé les inégalités croissantes de revenus et entraîné une stagnation relative des salaires pour la grande majorité des travailleurs (Howell et Kalleberg, 2019). La recomposition de la main-d'œuvre nous invite toutefois à repenser nos manières de se figurer la classe ouvrière américaine. Draut (2018, pp. 7-9) constate que les minorités ethno-raciales représentent plus de 41 % de la classe ouvrière, définie comme l’ensemble des travailleurs non diplômés de l’enseignement secondaire ; de plus en plus, ils sont salariés des secteurs de l'alimentation, du commerce de détail, des services et des soins à la personne (care), travaillent dans des ateliers (cols bleus) ou sont employés de bureau.

L’organisation du travail : production flexible et travail précaire

20Les évolutions macro-sociales que nous venons de décrire ont un fort impact sur l'organisation des processus de travail et sur le poste de travail ; elles s’inscrivent au quotidien dans les relations professionnelles. Or, les différents segments de travailleurs se trouvent régis par des formes de contrôle distinctes, ce qui renforce les inégalités économiques et sociales. Depuis les années 1980, la financiarisation de l'économie et l’exigence d’une forte rentabilité ont conduit à la disparition de la grande entreprise en tant que telle, les grandes firmes passant du modèle du « capitalisme social » (welfare capitalism), caractérisé par la sécurité de l'emploi, les marchés du travail internes et des avantages sociaux accordés par l’employeur, à celui de firmes « en réseau », où la production est flexible et les effectifs réduits (Davis, 2009 ; Applebaum et Batt, 2014).

21La flexibilité s’est mise en place grâce à deux méthodes au moins : en « aplatissant » l’organisation interne de la grande entreprise, cœur du système, et en recourant à des pratiques de travail fragmentées et éclatées (fissured work) à travers la sous-traitance et l’externalisation des coûts (Peck, 1996 ; Weil, 2014). Les hiérarchies bureaucratiques se sont « aplaties », remplacées par des systèmes organisationnels dans lesquels un ou deux niveaux hiérarchiques disparaissent ; la prise de décision est décentralisée et les salariés participent à la résolution de certains problèmes, souvent dans le cadre d'équipes de travail dites autonomes (Stone, 2004). Les salariés y ont des contrats de travail de plus courte durée, leurs missions sont plus complexes et ils changent plus souvent de postes au sein de la firme, voire sont mutés dans d’autres entreprises au sein du même réseau. Plutôt que de leur assurer la sécurité de l'emploi, les employeurs offrent à leurs salariés la possibilité de développer leurs compétences, d’entretenir leurs réseaux et d’accroître leur « employabilité », tout en transférant sur eux les risques et les responsabilités (Stone, 2013). La multiplication des missions qui incombent aux salariés, souvent très larges et mal définies, puis la dilution des responsabilités au sein des organisations peuvent aussi accroître l’exploitation des travailleurs, la formation de clans informels et influents, la reproduction des inégalités de race et de genre et rendre plus difficile l'application des mesures de lutte contre les discriminations prévues par la Loi (Loscocco, 2017 ; Stone, 2004).

22Des études montrent que la « high road », fondée sur la flexibilité du système productif, avec des taux élevés de participation, de productivité et de sécurité de l'emploi, où les emplois sont stables et bien rémunérés, est économiquement viable mais sous-utilisée. L’action syndicale joue un rôle important dans sa mise en œuvre, mais en raison de l’affaiblissement des syndicats, les pressions exercées sur les entreprises pour qu'elles adoptent ces pratiques de la « high road » sont moins fortes (Osterman, 2018 ; Kochan et Kimball, 2019). Ce qui souligne combien le conflit est au cœur de la question de la flexibilisation. Murray et Schwartz (2019) affirment que les constructeurs automobiles américains ont eu recours dans le Détroit du début du xxe siècle au modèle de production flexible, qui plus tard sera adapté par les Japonais, pour mieux l’abandonner ensuite au profit d'un système de production fragmenté afin de contrecarrer les initiatives syndicales et d’affaiblir le pouvoir des travailleurs.

23Dans les industries à forte valeur ajoutée, la production flexible repose souvent sur la concentration géographique : producteurs et fournisseurs se retrouvent dans un même espace, avec des réseaux informels denses et un accès facilité à la main-d'œuvre, à l'information ou à d'autres intrants. Sassen (2019) a analysé le rôle des villes en tant que complexes productifs pour les secteurs de la finance, des médias, de l'information et autres services aux entreprises. Les villes américaines ont également cherché à revitaliser leurs économies grâce à l’implantation sur leur territoire d’industries culturelles comme la production cinématographique et télévisuelle, les musées, les arts du spectacle et le tourisme. Ces industries dépendent de la coprésence et de la coordination d'une main-d'œuvre diverse, qualifiée et peu qualifiée, pour créer un produit, un spectacle, un événement ou une expérience originale. Gautney et Rhomberg (2015) affirment toutefois que le modèle de la « high road » ne peut exister que s’il peut s’appuyer sur des institutions du droit du travail fortes, comme les syndicats et la réglementation publique, même lorsqu’il s’agit de main-d'œuvre hautement qualifiée.

24Sans une gouvernance ferme, les employeurs peuvent également mener une politique de flexibilité par la « low road », ce que Weil (2014) appelle l’ « éclatement » des lieux de travail, par le recours à la sous-traitance, au système de franchise, à des agences d’intérim ou à d'autres moyens du même genre. La fragmentation ou l’éclatement de l’entreprise transfère les coûts vers les sous-traitants et les franchisés, exerce une pression concurrentielle à la baisse sur les salaires et les avantages sociaux et dégage les « firmes pilotes » ou donneurs d’ordre de leur responsabilité d’employeur en matière de respect de la législation du travail. De plus, les employeurs répertorient à tort des millions de salariés comme travailleurs indépendants. Ces derniers se voient ensuite généralement refuser des avantages sociaux tels que l'assurance maladie, ne sont pas couverts par les lois fédérales sur les salaires et les heures supplémentaires, n’ont pas droit à la sécurité sociale, ni à l'assurance chômage ou à une quelconque indemnisation ; ils ne peuvent pas non plus se syndiquer (Carré, 2015). Même de grands établissements du secteur formel, tels qu’usines, entrepôts ou hôtels, ont précarisé le travail en interne, faisant appel à des sous-traitants, à des agences d’intérim pour des embauches temporaires ou à d'autres formes d’emploi atomisé (Weil, 2014 ; Alimahomed-Wilson et Reese, 2020).

25Pour les travailleurs et les travailleuses, cela se traduit souvent par des conditions de travail précaires, avec notamment des bas salaires, voire peu ou pas d'avantages sociaux, une insécurité de l'emploi et une augmentation des violations du droit du travail (Howell et Kalleberg, 2019 ; Bernhardt, et al., 2009). Bien que les activités liées aux plateformes numériques (gig economy), comme Uber ou TaskRabbit, restent encore relativement peu répandues, on estime qu'un travailleur américain sur huit occupe une forme atypique d’emploi et qu'un plus grand nombre d'entre eux travaillent informellement, de façon non déclarée. Les formes atypiques d’emploi correspondent souvent à des petits boulots, avec des contrats à temps partiel ou à court terme, qui permettent aux salarié·es qui cumulent plusieurs emplois de compléter leur revenu, celui de leur emploi principal étant insuffisant (Katz et Krueger, 2019). Abraham et Houseman (2019) estiment que plus d'un quart des adultes exercent un travail informel en plus de leur emploi principal ; les travailleurs noirs et moins éduqués dépendent davantage des revenus issus du travail informel.

26Les travailleurs de ce système éclaté de l’emploi sont contraints à accepter des conditions de travail dégradées et à affronter la discipline du marché. De plus, les activités de service introduisent une relation triangulaire entre les employeurs, les salarié·es et leurs client·es, étudiant·es ou patient·es ; dans ce cas, l’image de soi, les émotions et le corps du travailleur, et donc son identité raciale et aussi sexuelle, sont mobilisés dans sa performance au travail (Leidner, 1993 ; Gottfried, 2013). Sherman (2007) et Sallaz (2009) décrivent les tactiques de consentement et de contrôle que les travailleurs qualifiés des services déploient avec leurs clients, comme les réceptionnistes dans les hôtels de luxe et les croupiers dans les casinos. En revanche, Ikeler (2016) montre comment les « géants » de la grande distribution comme Walmart imposent à leurs employés d’avoir avec les clients des relations de service déqualifiées, standardisées en adoptant un management « ad hoc », mélange de paternalisme corporatif, d’antisyndicalisme vigoureux et de rotation élevée des équipes, pour que cette main-d'œuvre instable, qui s’identifie peu à l’entreprise et n’est pas attachée à son travail, ne développe pas une conscience de classe contestataire.

La reproduction sociale : travail, famille et politiques publiques

27Les inégalités de genre, de race et de statut façonnent autant le processus de reproduction sociale que le marché du travail et le monde professionnel. Ce qui signifie aussi conflits entre exigences des employeurs et responsabilités au sein du foyer, qu’elles soient ménagères ou parentales. Le manque de programmes publics d’aide aux familles fait peser la charge sur les ménages, et en particulier sur les femmes, qui doivent travailler – et assurer une double journée ou faire appel à des prestataires de services à la personne. Lesquels emploient d’ailleurs surtout des femmes et des personnes issues des minorités ethno-raciales, avec des salaires généralement bas et dans des conditions précaires.

28Depuis les années 1980, le modèle dominant de la famille avec enfant(s) est un couple où les deux parents travaillent ou bien avec un parent isolé salarié ; cependant, de nombreux employeurs continuent d'exiger de leur salarié qu’il corresponde au travailleur idéal : très impliqué dans son travail, disponible à plein temps, pendant de longues heures d’affilée et réactif dans des délais les plus courts possible. Comme l'affirme Williams (2000), cela suppose une division sexuelle du travail où les épouses et mères effectuent le travail reproductif non rémunéré à la maison : cuisine, ménage et soins à la famille. Même si les hommes participent plus aujourd’hui au travail domestique, les femmes avec un emploi continuent à effectuer la majorité des tâches ménagères et des soins. Ce déséquilibre a entravé le rattrapage des inégalités de revenus salariaux entre hommes et femmes : en effet, si les jeunes femmes entament désormais leur carrière avec un salaire à peu près équivalent à celui des hommes, elles se voient imposer une « pénalité de maternité » (motherhood penalty) lorsqu’elles ont des enfants, et subissent par la suite des discriminations : retards de promotion, temps partiel voire sortie du marché du travail (Doran, et al., 2019).

29Les ingénieurs, juristes et cadres les mieux payés travaillent souvent de longues heures, mais ont plus facilement accès aux congés rémunérés, à des horaires adaptés à la famille et au télétravail (Boushey 2016). En revanche, de nombreux travailleurs à bas salaire se débattent avec des emplois à temps partiel subis, des horaires de travail imprévisibles et un emploi du temps géré « en flux tendu ». Dans les secteurs de la vente au détail, de l’hôtellerie et de la restauration, du transport aérien ou de la livraison de colis, les employeurs calibrent les heures de travail de leurs employé·es en fonction de la demande fluctuante des consommateurs ; ces travailleuses avec des horaires irréguliers n’ont que peu de visibilité sur les moments où elles sont requises au travail (Cauthen, 2011). Cette imprévisibilité des horaires les empêche de gagner un revenu décent (en travaillant pour plusieurs employeurs par exemple) ou de répondre à leurs besoins de santé ou de garde d’enfants, surtout pour les travailleurs et les travailleuses à bas salaires ; cela contribue à l’augmentation de leur stress, tiraillé·es qu’ils et qu’elles sont entre leur famille et leur travail (Lambert, Fugiel et Henly, 2014).

30Les États-Unis sont le seul membre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à ne pas offrir de congé maternité aux jeunes mères, et aucune loi fédérale n'oblige les employeurs du secteur privé à accorder des congés payés, quels qu'ils soient (Donovan, 2019). La loi de 1993 sur les congés pour raisons familiales et médicales (Family and Medical Leave Act – FMLA) autorise les salariés à prendre jusqu'à 12 semaines de congés sans solde pour s'occuper de leur famille ou pour raisons médicales, mais seuls environ 60 % des travailleurs y ont droit et beaucoup n'ont même pas les moyens de les prendre. Concernant la garde d'enfants, seuls 11 % des travailleurs civils ont droit à une aide de leur employeur. Des subventions et des dispositifs de crédits d'impôt ont été mis en place par le gouvernement pour aider les familles à faibles et moyens revenus, mais ils sont peu mobilisés ; les services de garde d'enfants financés par l'État ne concernent qu'une minorité des enfants d'âge préscolaire (Doran et al., 2019 : Ministère américain du Travail, 2016, p. 11). Faute d’aide publique, les travailleurs aux revenus les plus modestes dépendent grandement des accords informels qu’ils passent avec leurs collègues pour couvrir leurs absences et avec les membres de leur famille élargie pour assurer la garde des enfants (Clawson et Gerstel, 2014).

31À mesure que les femmes et les mères ont accédé à un emploi rémunéré, la demande de services à la personne, que ce soit de garde ou de travaux ménagers, s'est accrue, tant au sein du foyer qu'à l'extérieur (Gottried, 2013, p. 112). Le travail du care et le travail domestique sont encore très genrés et dévalorisés, et ses travailleuses sont parmi les moins bien payées et les plus vulnérables. Plus de 2,2 millions de personnes sont employées de maison – comme femmes de ménage, gardiennes d'enfants ou aides à domicile. Plus de 91 % d’entre elles sont des femmes, 57 % sont noires, latino-américaines ou asiatiques, et plus d'un tiers sont nées hors des États-Unis, contre 17 % pour le reste de la population active. Le salaire horaire est faible et le revenu annuel atteint environ 16 000 dollars, soit moitié moins que celui des travailleurs ayant un niveau d'éducation et un profil démographique équivalents, mais qui ne sont pas employé·es de maison (Wolfe, et al., 2020). Quelques 580 000 aides-soignantes travaillent dans des maisons de retraite, assistant en moyenne 12 résidents âgés lors de leur service pour accomplir les activités de la vie quotidienne telles que s'habiller, se laver, manger et se déplacer. Là aussi, les salaires sont bas et 92 % d’entre eux sont des femmes, plus de la moitié des Noires ou des Latinos et 21 % sont nées hors des États-Unis (PHI, 2019). Les métiers d'aide-soignante et d’aide à domicile devraient connaître une croissance importante car les besoins augmentent avec le vieillissement de la population, et pourtant ces travailleurs sont mal payés et vivent dans des conditions précaires.

32Les tendances sur les marchés du travail américains, l’évolution de l’organisation du travail et tout simplement la reproduction sociale ont contribué à l’accroissement des inégalités et des conflits entre groupes, à la fois au travail, au sein des ménages et dans l'arène politique. Ensemble, ces transformations ont exacerbé les rapports de force et les luttes relatives à la gouvernance des relations professionnelles au xxie siècle.

Conclusion : la lutte pour la gouvernance durant les années 2010

33Aux États-Unis, le krach financier de 2008 a conduit à l'élection du président Barack Obama, avec une confortable majorité accordée au Parti démocrate au Congrès. Toutefois, contrairement à ce qui s’était passé lors du New Deal dans les années 1930, les mesures de relance économique de l'administration Obama n'ont pas fondamentalement modifié les modèles dominants du pouvoir des grandes entreprises et des politiques néolibérales (Young, Banerjee et Schwartz, 2018). Au lieu de cela, les élites conservatrices du monde des affaires ont mené une contre-offensive politique faite de nationalisme économique et de racisme grandissant et, en 2010 (élections de mi-mandat), les Républicains ont gagné les États de l'Indiana, du Michigan, de l'Ohio, de la Pennsylvanie et du Wisconsin. Les gouvernements de droite nouvellement élus dans ces États ont fait progresser l’antisyndicalisme dans la région industrielle des Grands Lacs, hier plus favorable aux travailleurs. En 2015, 15 États ont adopté de nouvelles restrictions des droits syndicaux pour les fonctionnaires du secteur public, et entre 2012 et 2017, cinq États ont promulgué de nouvelles lois dites « droit au travail » (right-to-work laws), dans l’Indiana, le Michigan et le Wisconsin notamment (Lafer, 2017). En 2018, la majorité conservatrice a approuvé la décision Janus de la Cour suprême des États-Unis et ainsi instauré l'équivalent du « droit au travail » dans la fonction publique à l'échelle nationale, dont les effets à long terme sur le taux de syndicalisation restent encore à apprécier (Rainey et Kulgren, 2019).

34Cependant, au cours des dernières décennies, le mouvement syndical américain a élargi son répertoire d’actions et renouvelé ses stratégies pour contrer la baisse du taux de syndicalisation et déjouer les obstacles juridiques ou les effets de la « fragmentation » du travail (Rhomberg, 2020). Une de ses grandes innovations a été la création de centres d’aide aux travailleurs et travailleuses précaires (worker centers), associations à but non lucratif, pour défendre les droits des employé·es de maison, des immigrant·es en situation irrégulière, des travailleurs indépendants et d'autres travailleurs sans droits, ni protection sociale. Bien que la plupart de ces centres soient de petite taille, qu’ils ne fassent pas payer de cotisations et dépendent d'un financement externe, les restrictions légales qu’ils rencontrent sont moindres que celles opposées aux syndicats, tandis que leur plus grande flexibilité est un atout pour organiser les mobilisations. Par exemple, la Coalition of Immokalee Workers, en Floride, a réussi à faire pression sur les sociétés de restauration rapide, principales clientes des circuits de commercialisation des produits agricoles, pour qu'elles paient suffisamment les producteurs de légumes et que ces derniers puissent verser des salaires décents à leurs ouvriers agricoles (Gunn, 2018).

  • 7 Service Employees International Union (SEIU) ou Union Internationale des Employés des Services est (...)

35Certaines campagnes visent à mobiliser les citoyen·nes en faveur de la réglementation locale et nationale. Celle de la « lutte des 15 dollars » (Fight for $ 15 : FFF ou 3F) menée par l'Union internationale des employés de service7 a été déclenchée en 2012 par 200 travailleurs de la restauration rapide de la ville de New York qui, en grève pour une journée, ont organisé une manifestation symbolique pour réclamer un salaire de 15 dollars de l’heure et le droit de se syndiquer. En 2019, sept États avaient adopté des lois visant à introduire progressivement un salaire minimum de 15 dollars de l'heure, soit plus du double du salaire minimum fédéral (Rhomberg, 2018 ; Marr, 2019). D'autres campagnes menées au niveau des États et au niveau local ont permis l’adoption de réglementations plus favorables aux salariés, notamment en matière de congés de maladie, de congé parental, de préavis d'embauche, afin que les employé·es du commerce de détail, de la restauration et du care aient des horaires de travail réguliers (Donovan, 2020 ; Gould et Cooper, 2020 ; Wykstra, 2019). Depuis 2017, les électeurs de cinq États (Idaho, Maine, Nebraska, Oklahoma et Utah) ont approuvé par référendum d’initiative populaire l’extension de Medicaid, contre l'opposition de leurs gouverneurs républicains conservateurs (Kliff, 2020).

36Le militantisme syndical a également fait son retour sur le lieu de travail, avec une recrudescence des grèves. En Arizona, en Oklahoma et en Virginie occidentale, où les fonctionnaires n’ont que peu de droits – voire pas du tout –, les enseignants du secteur public, pour la plupart des femmes, ont lancé en 2018 la plus grande vague de grèves aux États-Unis depuis des décennies, réclamant aux gouvernements de leurs États de rétablir les financements de l'éducation, après les réductions des années d'austérité (Blanc, 2019). Près d'un demi-million de travailleurs américains ont participé à des arrêts de travail en 2018, parmi lesquels les travailleurs de l'hôtellerie à Chicago, à Boston, à Détroit et en Californie : ils réclamaient la revalorisation de leurs salaires afin de ne pas être contraints d’avoir plusieurs emplois pour répondre à leurs besoins fondamentaux. Les grèves des enseignantes se sont poursuivies à l'échelle nationale en 2019, accompagnées de débrayages massifs, comme ceux conduits par les employés des supermarchés en Nouvelle-Angleterre ou par les ouvriers de l'automobile chez General Motors, dont la grève de 6 semaines a été la plus longue grève nationale de l'industrie automobile américaine en 50 ans (Rhomberg, 2020).

37Ces mobilisations ont à la fois révélé les tensions structurelles qui existent à l’heure actuelle et mis en avant la capacité de résistance des travailleurs, tout en dirigeant le conflit vers de nouvelles arènes. Dans le même temps, l’action collective s'est heurtée à la polarisation du contexte institutionnel décrite ci-dessus. Dans le Sud et le Midwest, les gouvernements conservateurs des États ont empêché certaines villes d’imposer aux employeurs des normes plus contraignantes (en matière de salaire et de conditions de travail). Vingt-six États interdisent l'adoption au niveau local de salaires minimum plus élevés que celui fixé par l’État fédéral, et vingt-trois États refusent de garantir des congés payés, que ce soit pour raisons médicales ou familiales (Economic Policy Institute, 2018). Bon nombre de ces mêmes États ont également imposé de nouvelles restrictions en matière de droit de vote, notamment en définissant des exigences très strictes d’identification, en compliquant les inscriptions et en limitant le vote par procuration, le vote par correspondance ou le vote anticipé, entre autres (Brennan Center for Justice, 2019).

Les crises de 2020 : Un point d’inflexion ?

38Les échecs du néolibéralisme et le virage à droite des politiques américaines ont préparé le terrain à l'élection de Donald Trump en 2016. Après avoir fait campagne sur des thèmes chers au populisme économique et au nationalisme blanc chrétien, Trump a mis en œuvre un programme très favorable au milieu des affaires, composé de réductions d'impôts, de dérégulation et d'hostilité au syndicalisme (Kerrissey, et al., 2019). Sous sa présidence, la reprise économique a duré 127 mois – un véritable record ­, jusqu'en janvier 2020. Néanmoins, le choc lié à la pandémie de la Covid-19, et le refus de Trump d’y faire face, ont encore mieux mis en évidence les inégalités au travail aux États-Unis.

39La probabilité qu’ont les personnes issues des minorités ethno-raciales d’être infectées par le coronavirus est trois fois plus élevée que celle des Blancs, et le risque qu’elles ont d’en mourir est deux fois plus important. En effet, les travailleurs noirs, latinos, immigrants ou les femmes sont plus susceptibles d'occuper des emplois stratégiques, sur la ligne de front, dans les secteurs de la santé, des transports publics, de l’alimentation et des livraisons, où le risque d'exposition au virus est plus grand, ou bien de travailler dans l’industrie des services à bas salaires, plus vulnérables aux licenciements. Les populations non-blanches vivent souvent concentrées dans des logements urbains surpeuplés, dans des ghettos ou dans des quartiers « chauds » où le virus circule plus intensément ; elles travaillent dans des maisons de retraite ou dans des usines de conditionnement de la viande, quand elles ne sont pas incarcérées en prison (North, 2020 ; Rho, Brown et Fremstad, 2020). Les personnes issues des minorités ethno-raciales ne bénéficient en général pas d’une couverture santé suffisante ou ont un accès limité aux soins ; les Afro-Américains vivent bien souvent dans des États qui ont refusé d'étendre le programme Medicaid (Artiga, Garfield et Orgera, 2020).

40Sur le plan économique, 20,5 millions d'emplois non agricoles ont été supprimés à partir d’avril 2020, et le taux de chômage a atteint un taux de 14,7 %. Les services non essentiels à la personne ont subi des pertes drastiques : les effectifs dans les loisirs et l'hôtellerie ont été réduits de 47 %, soit une suppression de 7,7 millions d’emplois. Le syndicat des travailleurs de l'hôtellerie et de la restauration (UNITE HERE) a indiqué que 98 % de ses membres étaient sans emploi (Bureau of Labor Statistics, 2020 ; Tomasky, 2020). En novembre 2020, 10,7 millions de travailleurs étaient toujours officiellement au chômage, et l'on estime à 8,3 millions de plus les travailleurs qui ont été déclassés, mal recensés ou qui ont quitté la vie active (beaucoup pour s'occuper de leurs enfants et de leur famille) et à 7,1 millions, ceux dont le temps de travail et le salaire ont fortement diminué (Shierholz, 2020). N’ayant reçu aucune aide exceptionnelle fédérale, les gouvernements des États et les collectivités locales font face à de graves déficits budgétaires et à la perspective de licenciements massifs de leurs fonctionnaires, ce qui pourrait aggraver les tensions sociales et le marasme économique.

41À mesure que la pandémie s'installait, le Congrès a finalement été contraint de se pencher sur le système défaillant de protection sociale des travailleurs. En mars 2020, les législateurs ont adopté la toute première loi fédérale sur les congés rémunérés, pour raisons médicales ou familiales, à destination des travailleurs et de leurs familles touchées par la Covid-19. Les allocations chômage ont temporairement été augmentées et les critères d’éligibilité assouplis pour que les travailleurs indépendants et les autres personnes exclues de l’aide sociale puissent y avoir droit. Des prêts et des subventions ont été octroyés aux petites entreprises pour couvrir les salaires ou autres dépenses et garder leurs salarié·es, et des fonds d’aide exceptionnelle ont été débloqués pour financer les programmes et les prestations de garde d'enfants (First Five Years Fund, 2020 ; Gould et Bivens, 2020).

42Les mesures d'aide exceptionnelle adoptées par le Congrès ont créé un précédent important, mais elles n'ont duré que quelques mois, jusqu'à la fin de 2020. Les conséquences inégalitaires de la pandémie et des faillites d’entreprise qui ont suivi, sources d'anxiété et d'oisiveté forcée, ont produit une instabilité sociale favorable au soulèvement civique de l’été 2020 (Buchanan, Bui et Patel, 2020). Ce mouvement social plonge ses racines dans le cycle de protestations de la décennie précédente, porté par des Afro-Américains, des femmes, des immigrants et des jeunes contre les pratiques policières racistes, le harcèlement sexuel, les expulsions forcées, la violence armée et pour l’écologie. On retrouve ces niveaux élevés d'engagement et de polarisation illustrés par l'élection de novembre 2020 où, grâce au développement du vote par correspondance et du vote anticipé mis en place dans le cadre de la pandémie, le taux de participation à la présidentielle a été le plus élevé depuis plus d'un siècle (Montanaro, 2020). Le candidat démocrate centriste Joseph Biden a battu Trump grâce aux électeurs et aux électrices les plus jeunes issus des minorités raciales qui ont voté pour lui en masse ; ce soutien s’est avéré crucial dans le Midwest industriel et dans des États comme l'Arizona et la Géorgie (CIRCLE 2020). Mais la polarisation de la politique américaine qui s’est manifestée durant ce scrutin n’est pas prête de disparaître.

43De nombreux défis restent à relever. Les infections et les décès dus à la Covid-19 ont atteint en décembre 2020 des niveaux records, entraînant dans leur sillage de nouvelles fermetures d’entreprises et une part croissante de suppressions d’emplois semble définitive (Gould et Bivens, 2020). Avec ces taux de chômage élevés, les employeurs ont repris leur position dominante et les syndicats se sont vus contraints de se battre pour défendre les emplois des travailleurs (Shierholz 2020). La non-prise en charge des gardes d’enfants a contraint de nombreuses femmes à quitter le marché du travail ; en juillet 2020, près d'un tiers des femmes de 25 à 44 ans avec enfants et sans emploi ont argué de l’absence d’aide à la garde des jeunes enfants comme motif principal de leur éviction du marché du travail (Heggeness et Fields, 2020). Les réformes pour renforcer le système de protection sociale des travailleurs aux Etats-Unis restent nécessaires, notamment pour généraliser l'accès de tous aux soins de santé, à la garde d'enfants et aux congés payés, pour moderniser l'assurance chômage et pour lutter contre les discriminations des travailleurs issus des minorités qui sont les plus vulnérables. Depuis des générations, il est extrêmement difficile de faire passer des réformes en matière de droit du travail, toutefois de nouvelles propositions de loi ont été déposées, visant à renforcer le droit de grève, à conclure des accords de branche, à prévenir les erreurs de classification des postes, à réduire l'emploi précaire et à abroger enfin les dispositions Taft-Hartley permettant les lois dites « droit au travail » (Marvit, 2019).

44De tels efforts se heurtent à une puissante opposition. En 2019, la Californie a ratifié une loi historique qui oblige les entreprises de la gig economy à reconsidérer le statut de leurs employés, classés comme travailleurs indépendants (auto-entrepreneurs) et à qui elles refusaient le droit au salaire minimum et à d’autres avantages sociaux. En 2020, Uber, Lyft et d'autres plateformes de la gig economy ont dépensé 205 millions de dollars pour imposer un référendum local qui leur a été favorable puisqu’il a permis d’invalider cette loi, les instigateurs promettant d'étendre ensuite la campagne afin que le statut d’ « indépendants » (contractors) de leurs chauffeurs soit ainsi codifié dans d'autres États (Siddiqui et Tiku, 2020). Le choc de la pandémie du coronavirus a jeté une lumière crue sur les inégalités au travail aux États-Unis. Les crises de 2020 vont-elles conduire à un point de rupture, ou formeront-elles un point d’inflexion dans la trajectoire inchangée depuis la crise de 2007-2009 ? À bien des égards, l'avenir pourrait constituer une mise à l’épreuve de la démocratie américaine.

Haut de page

Bibliographie

Abraham Katharine et Houseman Susan (2019), “Making ends meet: The role of informal work in supplementing Americans’ income”, RSF: The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, n° 5(5), pp. 110–131, doi : 10.7758/RSF.2019.5.5.06.

Acemoglu Daron et al. (2016), “Import competition and the great U.S. employment sag of the 2000s”, Journal of Labor Economics, n° 34 (S1), S141-S198.

Alimahomed-Wilson Jake et Reese Ellen (2020), The cost of free shipping: Amazon in the global economy, London, Pluto Press.

Applebaum Eileen et Batt Rosemary (2014), Private equity at work: When Wall Street manages Main Street, New York, Russell Sage.

Artiga Samantha, Garfield Rachel et Orgera Kendal (2020), “Communities of color at higher risk for health and economic challenges due to COVID-19”, Kaiser Family Foundation. [En ligne], mis en ligne le 7 avril 2020, consulté le 18 mai 2020. URL : https://www.kff.org/coronavirus-covid-19/issue-brief/communities-of-color-at-higher-risk-for-health-and-economic-challenges-due-to-covid-19/.

Bair Jennifer (dir.) (2009), Frontiers of commodity chain research, Stanford, Stanford University Press.

Bernhardt Annette et al. (2009), “Broken laws, unprotected workers: Violations of employment and labor laws in America's cities,”, UCLA: Institute for Research on Labor and Employment. [En ligne], consulté le 6 avril 2019. URL : https://escholarship.org/uc/item/1vn389nh.

BRENNAN CENTER FOR JUSTICE (2019), “New voting restrictions in America”. [En ligne], mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 1er juillet 2020. URL : https://www.brennancenter.org/our-work/research-reports/new-voting-restrictions-america.

Blanc Eric (2019), Red state revolt: The teachers’ strike wave and working-class politics, London, Verso.

Boushey Heather (2016), Finding time: The economics of work-life conflict, Cambridge, Harvard University Press.

Branch Enobong Hannah et Hanley Caroline (2018), “A racial-gender lens on precarious nonstandard employment”, Research in the Sociology of Work, vol. 31, pp. 183–213.

Buchanan Larry, Bui Quoctrung et Patel Jugal (2020), “Black Lives Matter may be the largest movement in U.S. history”, New York Times. [En ligne], mis en ligne le 3 juillet 2020, consulté le 5 juillet 2020. URL : https://www.nytimes.com/interactive/2020/07/03/us/george-floyd-protests-crowd-size.html.

Carré Françoise (2015), “(In)dependent contractor misclassification”, Economic Policy Institute. [En ligne], mis en ligne le 8 juin 2015, consulté le 8 septembre 2019. URL : https://www.epi.org/publication/independent-contractor-misclassification/.

Cauthen Nancy (2011), “Scheduling hourly workers: How last minute, just-in-time scheduling practices are bad for workers, families and business,”, Demos. [En ligne], mis en ligne le 14 mars 2011, consulté le 1er juin 2020. URL : https://www.demos.org/research/scheduling-hourly-workers-how-last-minute-just-time-scheduling-practices-are-bad-workers.

CIRCLE (Center for Information & Research on Civic Learning and Engagement) (2020), “Election Week 2020: Young People Increase Turnout, Lead Biden to Victory”. [En ligne], mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 14 décembre 2020. URL : https://circle.tufts.edu/latest-research/election-week-2020#the-black-youth-vote.

Clawson Dan et Gerstel Naomi (2014), Unequal time: Gender, class, and family in employment schedules, New York, Russell Sage.

Cooper David (2017), “Raising the minimum wage to $15 by 2024 would lift wages for 41 million American workers”, Economic Policy Institute, [En ligne], mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 14 décembre 2019. URL : https://www.epi.org/publication/15-by-2024-would-lift-wages-for-41-million/.

Davis Gerald (2009), Managed by the markets: How finance reshaped America, Oxford, Oxford University Press.

Dickerson von Lockette Niki et Spriggs William (2016), “Wage Dynamics and Racial and Ethnic Occupational Segregation Among Less-Educated Men in Metropolitan Labor Markets”, Review of Black Political Economy, vol. 43, pp. 35–56.

Donovan Sarah (2020), “Paid family leave in the United States”, Congressional research service. [En ligne], mis en ligne le 19 février 2020, consulté le 12 juin 2020. URL : https://crsreports.congress.gov/product/pdf/R/R44835.

Doran Elizabeth, Bartel Ann et Waldfogel Jane (2019), “Gender in the labor market: The role of equal opportunity and family-friendly policies.” RSF: The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, vol. 5, n° 5, pp. 168–197, doi : 10.7758/RSF.2019.5.5.09 FIX URL.

Draut Tamara (2018), Sleeping giant: The untapped economic and political power of America’s new working class, rev. ed., New York, Anchor Books.

ECONOMIC POLICY INSTITUTE (2019), “Worker rights preemption in the U.S.”. [En ligne], mis en ligne en novembre 2018, consulté le 16 mars 2020. URL : https://www.epi.org/preemption-map/.

Edin Kathryn et Shaefer H. Luke (2016), $2.00 a day: Living on almost nothing in America, New York, Houghton Mifflin Harcourt.

FIRST FIVE YEARS FUND (2020), “Childcare & COVID-19 economic relief”. [En ligne], consulté le 15 mai 2020, consulté le 8 juillet 2020. URL : https://www.ffyf.org/relief-for-child-care-providers-included-in-the-cares-act/.

Gautney Heather et Rhomberg Chris (2015), “The runaway production complex? The film industry as a driver of urban economic revitalization in the United States”, City & Community, vol. 14, n° 3, pp. 262-285.

Gereffi Gary et Fernandez-Stark Karina (2016), Global value chain analysis: A primer (second edition). [En ligne], mis en ligne le 29 juillet 2016, consulté le 15 juin 2020. URL : https://gvcc.duke.edu/cggclisting/global-value-chain-analysis-a-primer-2nd-edition/

Gleeson Shannon (2016), Precarious claims: The promise and failure of workplace protections in the United States, Oakland, University of California Press.

Gordon Colin (2016), “Right to work (for less): By the numbers”. Dissent. [En ligne], mis en ligne le 10 mai 2016, consulté le 16 septembre 2019. URL : https://www.dissentmagazine.org/blog/right-to-work-impact-wages-union-density-economic-analysis.

Gottfried Heidi (2013), Gender, work, and economy: unpacking the global economy, Cambridge, Polity Press.

Gould Elise et Bivens Josh (2020), “Reinstating and extending the pandemic unemployment insurance programs through 2021 could create or save 5.1 million jobs”, Economic Policy Institute. [En ligne], mis en ligne le 2 décembre 2020, consulté le 8 décembre 2020. URL : https://www.epi.org/blog/reinstating-and-extending-the-pandemic-unemployment-insurance-programs-through-2021-could-create-or-save-5-1-million-jobs/.

Gould Elise et Cooper David (2020), “COVID-19 pandemic makes clear that we need national paid sick leave legislation,” Economic Policy Institute. [En ligne], mis en ligne le 13 mars 2020, consulté le 15 juin 2020. URL : https://www.epi.org/blog/covid-19-pandemic-makes-clear-that-we-need-national-paid-sick-leave-legislation/.

Gunn Dwyer (2018), “Can the alt-labor movement improve conditions for American workers?”, Pacific Standard. [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2018, consulté le 5 décembre 2020. URL : https://psmag.com/economics/can-the-alt-labor-movement-improve-conditions-for-american-workers.

Grimshaw Damian, Fagan Colette et Hebson Gail (2017), Making work more unequal: A new labour segmentation approach, Manchester (UK), Manchester University Press.

Hebdon Robert, Slater Joseph et Masters Marick (2013), “Public sector collective bargaining: Tumultuous times”, dans Stanger Howard et al. (dir.), Collective bargaining under duress: Case studies of major US industries, Champaign (IL), Labor and Employment Relations Association, pp. 251-292.

Heggeness Misty et Fields Jason (2020), “Working moms bear brunt of home schooling while working during COVID-19”, U.S. Census Bureau. [En ligne], mis en ligne le 18 août 2020, consulté le 12 décembre 2020. URL : https://www.census.gov/library/stories/2020/08/parents-juggle-work-and-child-care-during-pandemic.html.

Hirsch Barry et MacPherson David (2019), “Union membership, coverage, density and employment, 1973-2018”. [En ligne], consulté le 9 juin 2020. URL : http://www.unionstats.com/.

Ikeler Peter (2016), Hard sell: Work and resistance in retail chains, Ithaca (NY), Cornell University Press.

JOHNS HOPKINS UNIVERSITY (2020), “Coronavirus Resource Center”. [En ligne], consulté le 14 décembre 2020. URL : https://coronavirus.jhu.edu/.

Kalleberg Arne et Howell David (2019), “Declining Job Quality in the United States: Explanations and Evidence”, RSF: The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, vol. 5, n° 5, pp. 1-53, doi : 10.7758/RSF.2019.5.4.01.

Katz Lawrence et Krueger Alan (2019), “Understanding trends in alternative work arrangements in the United States”, RSF: The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, vol. 5, n° 5, pp. 132–146, doi : 10.7758/RSF.2019.5.5.07.

Kerrissey Jasmine et al., (2019) Labor in the time of Trump, Ithaca (NY), Cornell University Press.

Kliff Sarah (2020), “G.O.P. Bid to End Health Act Faces Voter Push to Expand It”, The New York Times.

Kochan Thomas et Kimball William (2019), “Unions, worker voice, and management practices: implications for a high-productivity, high-wage economy”, RSF: The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, vol. 5, n° 5, pp. 88–108, doi : 10.7758/RSF.2019.5.5.05.

Lafer Gordon (2017), The one percent solution: How corporations are remaking America one state at a time, Ithaca (NY), Cornell University Press.

Lambert Susan, Fugiel Peter et Henly Julia (2014), "Precarious work schedules among early-career employees in the USA: A national snapshot”, Employment Instability, Family Well-being, and Social Policy Network. [En ligne], mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 13 juin 2017. URL : http://ssascholars.uchicago.edu/einet/working-papers.

Leidner Robin (1993), Fast food, fast talk: Service work and the routinization of everyday life, Oakland, University of California Press.

Loscocco Karyn (2018), Race and work, Cambridge, Polity Press.

Marr Chris (2019), “States with $15 minimum wage laws doubled this year”, Bloomberg Law. [En ligne], publié le 23 mai 2019, consulté le 24 mai 2019. URL : https://news.bloomberglaw.com/daily-labor-report/states-with-15-minimum-wage-laws-doubled-this-year.

Marvit Moshe (2019), “The PRO Act Is the Labor Reform That Workers Need and Deserve”, The Century Foundation. [En ligne], mis en ligne le 8 mai 2019, consulté le 3 mai 2020. URL : https://tcf.org/content/commentary/pro-act-labor-reform-workers-need-deserve/?session=1.

Mettler Suzanne (2018), The government-citizen disconnect, New York, Russell Sage.

Montanaro Domenico (2020), “President-Elect Joe Biden Hits 80 Million Votes In Year Of Record Turnout”, National Public Radio. [En ligne], mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 12 décembre 2020. URL : https://www.npr.org/2020/11/25/937248659/president-elect-biden-hits-80-million-votes-in-year-of-record-turnout.

Murray Joshua et Schwartz Michael (2019), Wrecked: How the American automobile industry destroyed its capacity to compete, New York, Russell Sage.

North Anna (2020), “Every aspect of the coronavirus pandemic exposes America’s devastating inequalities”, Vox.com. [En ligne], mis en ligne le 10 avril 2020, consulté le 28 avril 2020. URL : https://www.vox.com/2020/4/10/21207520/coronavirus-deaths-economy-layoffs-inequality-covid-pandemic.

Osterman Paul (2018), “In search of the high road: Meaning and evidence,” ILR Review, vol. 71, n° 1, pp. 3–34, doi : 10.1177/0019793917738757.

Pager Devah, Western Bruce et Bonikowski Bart (2009), “Discrimination in a low-wage labor market: A field experiment,” American Sociological Review, vol. 74, n° 5, pp. 777–799.

Passel Jeffrey et Cohn D’Vera (2019), “Mexicans decline to less than half the us unauthorized immigrant population for the first time”, Pew Research Center. [En ligne], mis en ligne le 12 juin 2019, consulté le 8 janvier 2019. URL : https://www.pewresearch.org/fact-tank/2019/06/12/us-unauthorized-immigrant-population-2017/.

Paraprofessional Healthcare Institute (2019), “U.S. nursing assistants employed in nursing homes: Key facts”,. [En ligne], mis en ligne le 3 septembre 2019, consulté le 4 juillet 2020. URL : https://phinational.org/resource/u-s-nursing-assistants-employed-in-nursing-homes-key-facts-2019/.

Platzer Michaela et Harrison Glennon (2009), The U.S. automotive industry: National and state trends in manufacturing employment, Washington D.C., Congressional Research Service. [En ligne], mis en ligne le 3 août 2009, consulté le 27 juillet 2019. URL : https://digitalcommons.ilr.cornell.edu/key_workplace/666/.

Peck Jamie (1996), Work-place: The social regulation of labor markets, New York, Guilford.

Quadagno Jill (1996), The Color of welfare: How racism undermined the war on poverty, Oxford, Oxford University Press.

Quadagno Jill et Lanford Daniel (2019), “The Obama health care legacy: The origins, implementation, and effort to repeal the Affordable Care Act of 2010,” dans Rich Wilbur (dir.), Looking back on President Barack Obama’s legacy: Hope and change, London, Palgrave-MacMillan, pp. 69-92.

Rainey Rebecca et Kullgren Ian (2019), “1 year after Janus, unions are flush”, Politico. [En ligne], mis en ligne le 17 mai 2019, consulté le 17 mai 2019. URL : https://www.politico.com/story/2019/05/17/janus-unions-employment-1447266.

Rho Hye Jin, Brown Hayley et Fremstad Shawn (2020), “A basic demographic profile of workers in frontline industries”, Center for Economic and Policy Research,. [En ligne], mis en ligne en avril 2020, consulté le 29 mai 2020. URL : https://cepr.net/a-basic-demographic-profile-of-workers-in-frontline-industries/.

Rhomberg Chris (2010), “A signal juncture: The Detroit newspaper strike and post-accord labor relations in the United States,” American Journal of Sociology, vol. 115, n° 6, pp. 1853–1894.

Rhomberg Chris (2012), “The return of judicial repression: What has happened to the strike?” The Forum: A Journal of Applied Research in Contemporary Politics, vol. 10, n° 1, pp. 1-20, doi: 10.1515/1540-8884.1492.

Rhomberg Chris (2018), “$15 and a Union”: Searching for workers’ power in the fight for $15 movement”, dans Fine Janice et al. (dir.), No one size fits all: worker organization, policy, and movement for a new economic age, Champaign (IL), Labor and Employment Relations Association, pp. 251-270.

Rhomberg Chris (2020), “The struggle for a new labor regime: The U.S.,” Tempo Social, Sao Paolo (Brazil), vol. 32, n° 1, pp. 99-118. URL : https://www.revistas.usp.br/ts/article/view/164863.

Rodgers III William (2019), “Race in the labor market: The role of equal opportunity and other policies,” RSF: The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, vol. 5, n° 5, pp. 198-220, doi : 10.7758/RSF.2019.5.5.10.

Rothstein Jeffrey (2016), When good jobs go bad: Globalization, de-unionization, and declining job quality in the North American auto industry, New Brunswick (NJ), Rutgers University Press.

Sallaz Jeffrey (2009), The labor of luck. Casino capitalism in the United States and South Africa, Oakland, University of California Press.

Sassen Saskia (2019), Cities in a World Economy (5th edition), California, Thousand Oaks, Sage Publications.

Schmitt John (2012), “Low-wage Lessons”, Center for Economic and Policy Research. [En ligne], mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 17 juin 2017. URL : https://www.cepr.net/report/low-wage-lessons/.

Sherman Rachel (2007), Class Acts: Service and inequality in luxury hotels, Oakland, University of California Press.

Shierholz Heidi (2020), “The economy president-elect Biden is inheriting”, Economic Policy Institute. [En ligne], mis en ligne le 4 décembre 2020, consulté le 9 décembre 2020. URL : https://www.epi.org/blog/the-economy-president-elect-biden-is-inheriting-more-than-26-million-workers-15-5-of-the-workforce-are-being-directly-hurt-by-the-coronavirus-downturn/.

Siddiqui Faiz et Tiku Nitasha (2020), “Uber and Lyft used sneaky tactics to avoid making drivers employees in California, voters say. Now, they’re going national”, Washington Post. [En ligne], mis en ligne le 17 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2020. URL : https://www.washingtonpost.com/technology/2020/11/17/uber-lyft-prop22-misinformation/.

Stone Katherine (2004), From widgets to digits: Employment regulation for the changing workplace, Cambridge, Cambridge University Press.

Stone Katherine (2013), “The decline of the standard contract of employment in the United States: A socio-regulatory perspective,” dans Stone Katherine et Arthurs Harry (dir.), Rethinking workplace regulation: Beyond the standard contract of employment, New York, Russell Sage, pp. 58-78.

Summers Clyde (2000), “Employment at will in the United States: The divine right of employers”, University of Pennsylvania Journal of Labor and Employment Law, vol. 3, pp. 65-86.

Tomasky Michael (2020), “The Very Last People in America Who Will Get Back to Work”, The Daily Beast. [En ligne], mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 8 décembre 2020. URL : https://www.thedailybeast.com/unite-heres-members-are-the-very-last-people-in-america-who-will-get-back-to-work.

U.S. BUREAU OF LABOR STATISTICS (2020), “The employment situation – April 2020”. [En ligne], mis en ligne le 8 mai 2020, consulté le 10 décembre 2020. URL : Employment Situation News Release (bls.gov).

U.S. DEPARTMENT OF LABOR (2016), “Working mothers issue brief, Women's Bureau. [En ligne], mis en ligne en juin 2016, consulté le 20 juin 2020. URL : https://digitalcommons.ilr.cornell.edu/key_workplace/1635/

Villareal M. Angeles (2019), “U.S.-Mexico economic relations: Trends, issues, and implications,” Congressional Research Service. [En ligne], mis en ligne le 26 mars 2019, consulté le 31 juillet 2019. URL : https://crsreports.congress.gov/product/pdf/RL/RL32934/46.

Waldinger Roger et Lichter Michael (2003), How the other half works: Immigration and the social organization of labor, Oakland, University of California Press.

Weil David (2014), The fissured workplace: Why work became so bad for so many and what can be done to improve it, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Weisbrot Mark et al. (2014), “Did Nafta help Mexico? An assessment after 20 years”, Center for Economic and Policy Research. [En ligne], mis en ligne en février 2014, consulté le 1er septembre 2019. URL : http://cepr.net/documents/nafta-20-years-2014-02.pdf.

Western Bruce et Pettit Becky (2010), “Incarceration and social inequality,” Daedalus: Journal of the American Academy of Arts and Sciences, vol. 139, n° 3, pp. 8-19.

Williams Joan (2000), Unbending gender: Why family and work conflict and what to do about it, Oxford; Oxford University Press.

Wolfe Julia et al. (2020), “Domestic workers chartbook”, Economic Policy Institute. [En ligne], mis en ligne le 14 mai 2020, consulté le 2 juillet 2020. URL : https://files.epi.org/pdf/194214.pdf.

Wykstra Stephanie (2019), “The movement to make workers’ schedules more humane”, Vox.com. [En ligne], mis en ligne le 5 novembre 2019, consulté le 20 novembre 2019. URL : https://www.vox.com/future-perfect/2019/10/15/20910297/fair-workweek-laws-unpredictable-scheduling-retail-restaurants.

Young Kevin, Banerjee Tarun et Schwartz Michael (2018), “Capital strikes as a corporate political strategy: The structural power of business in the Obama era”, Politics & Society, vol. 46, n° 1, pp. 3-28.

Haut de page

Notes

1 La pandémie aurait porté à un demi-million le nombre de décès en mars 2021.

2 Concept développé par l’auteur dans son article « A Signal Juncture: The Detroit Newspaper Strike and Post-Accord Labor Relations in the United States », American Journal of Sociology, vol. 115, n° 6, mai 2010, pp. 1853-1894. Il s’agit d’un concept méthodologique que Rhomberg forge pour étudier ces épisodes conflictuels où plusieurs voies de développement possibles entrent en « collision », sans pourtant altérer la stabilité des grands équilibres socio-économiques (NDT).

3 Aux États-Unis, le système d’assurance maladie le plus répandu repose sur des accords volontaires entre l’employeur et les syndicats avec un co-financement de l’État et de l’employeur : la qualité de la couverture dépend de ces accords, des rapports de force et de la capacité de financement de l’entreprise ou du service public employeur (NDT).

4 Le Patient Protection and Affordable Care Act (« Loi sur la Protection des Patients et les Soins Abordables »), surnommée « Obamacare », est une loi promulguée par le président Barack Obama le 23 mars 2010. Elle constitue le principal volet de la réforme du système de protection sociale aux États-Unis, avec le Health Care and Education Reconciliation Act (NDT).

5 Commodities s’entend ici comme produits de base ou comme produits à faible valeur ajoutée : produits agricoles, mais aussi produits industriels comme les tee-shirts et les composants à bas coûts pour l’industrie. Nous utiliserons le terme, francisé, pour des raisons de simplification de style (NDT).

6 Lire l’article d’Edgar Belmont et de Sylvia Pratt sur la Sociologie du Travail au Mexique dans ce même numéro de La Nouvelle Revue du Travail.

7 Service Employees International Union (SEIU) ou Union Internationale des Employés des Services est un syndicat nord-américain représentant 2,2 millions de travailleurs exerçant plus de 100 professions différentes aux États-Unis, à Porto Rico et au Canada (NDT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chris Rhomberg, « Travail et travailleurs aux États-Unis : un tournant historique ? »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9783

Haut de page

Auteur

Chris Rhomberg

Professeur de sociologie et d’urbanisme, Fordham University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search