Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19VariaLe(s) sens de l’autonomie à l’Unsa

Varia

Le(s) sens de l’autonomie à l’Unsa

UNSA members’ sense of autonomy
El sentido de la autonomía en la UNSA
Nicolas Farvaque

Résumés

L’article explore les différentes représentations de l’autonomie au sein des adhérents et militants de l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa). Il s’appuie sur un questionnaire original et sur plus de 70 entretiens. La notion de l’autonomie est centrale au sein de l’Unsa, qui en fait son modèle distinctif et sa marque. On peut cependant en observer des représentations plurielles. Nous construisons quatre profils-types de militants qui permettent de mieux saisir les conceptions de l’autonomie. Cette analyse permet d’interroger la production d’un sens de l’autonomie, son administration par les entrepreneurs de l’Unsa et sa réception par les militants plus récemment arrivés, porteurs en partie de nouvelles conceptions de la représentation syndicale.

Haut de page

Texte intégral

1« Libres ensemble » : à l’image de son slogan historique, le nom de l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa) porte une tension originale : comment unir des éléments autonomes, qui suivent leurs propres lois ou propres règles, si l’on prend le sens étymologique du terme d’autonomie ? L’Unsa s’inscrit dans l’histoire nationale du syndicalisme autonome (Mouriaux, 2009). L’union se constitue en 1993 en tant que pôle fédératif de plusieurs syndicats autonomes : la Fédération de l’éducation nationale (FEN), la Fédération générale autonome des fonctionnaires (FGAF), la Fédération maîtrise et cadres de la SNCF (FMC), la Fédération autonome des transports (FAT), la Fédération générale des syndicats de salariés et organisations de l’agroalimentaire (FGSOA). L’autonomie correspond à des conceptions différentes : « pour la FEN et la FMC, c’est le fait de n’être pas confédérée. Pour la FGAF, c’est l’indépendance syndicale » (Olive, 2002, p. 14). Une décennie plus tôt, la création du Groupe des Dix était elle aussi motivée par cette volonté de rassembler des syndicats autonomes. Constater l’émergence sur les années 1980-90 d’unions syndicales n’est pas banal alors que, historiquement, le syndicalisme autonome prend surtout la forme de sécessions (Denis, 2001). Ces nouvelles organisations cherchent à briser l’image de dispersion « accolée à la sphère de l’autonomie syndicale » (p. 532).

2D’un point de vue organique, l’Unsa – qui revendique 200 000 adhérents – « chapeaute » un ensemble d’organisations syndicales adhérentes (fédérations syndicales ou syndicats d'entreprise), considérées comme des personnes morales, prenant leurs propres décisions. Ceci éloigne ce nouveau modèle d’autonomie de la tradition de fédéralisme associatif français qui « requiert d’abandonner une partie de sa souveraineté à une instance supérieure » (Denis, 2001, p. 533). L’autonomie correspond donc à un fonctionnement interne décentralisé, centré sur une responsabilité importante conférée au délégué syndical. Selon les responsables du syndicat, « l’autonomie, c’est la liberté laissée aux organisations constitutives de gérer les dossiers de leur champ d’activité sans en référer à l’Union » (Olive, 2002, p. 15).

3Dans la sociologie politique du syndicalisme, le terme d’autonomie peut cependant vite apparaître polysémique. L’autonomie se retrouve dans des configurations variables au sein de l’ensemble des organisations syndicales, soit sous la forme de marges de manœuvre acquises ou d’adaptation de l’activité syndicale réelle au cadre prescrit, soit sous la forme de mécanismes davantage pensés comme décentralisés. Françoise Piotet (2009) interroge la volonté d’autonomie recherchée par les syndicats, structures de base de la CGT, dans le contexte du fédéralisme. Cécile Guillaume (2014) relève une certaine autonomie de moyens laissée par la CFDT aux structures intermédiaires et à certaines équipes de terrain dans les grandes entreprises et administrations. Dans d’autres cas l’autonomie se lit en creux, étant donné les « liens inexistants » avec le syndicat et la fédération (Conchon, 2014). Les négociateurs CFDT de branche jouissent d’une autonomie « relative », dépendante de leur degré d’expertise et de la confiance qui leur est accordée (Gantois et France, 2016). L’« autonomisation » de certaines équipes syndicales interroge ainsi le rôle des permanents fédéraux, qui doivent animer et arbitrer les pratiques locales (Thomas, 2017). Des travaux sur la CFE-CGC insistent sur la forte capacité d’autonomie de sections syndicales au niveau de l’entreprise (Béthoux et al., 2013). Le fédéralisme à FO désignerait quant à lui « un mode de fonctionnement garantissant une large autonomie aux organisations confédérées » (Yon, 2014). L’autonomie est également une dimension fortement valorisée de l’action au sein des syndicats SUD-Solidaires, issus de la tradition autonome (Béroud et al., 2011).

  • 1 Nous nous appuyons sur deux études commanditées par l’Unsa via l’agence d’objectifs de l’IRES : "Li (...)

4Cet article émane d’une interrogation issue d’une enquête sociologique auprès des adhérents et militants de l’Unsa, elle-même précédée d’échanges et contacts directs nombreux avec ce syndicat1. Dans ses positions officielles comme dans les propos « d’en bas », l’autonomie est constamment louée comme un attribut identitaire de l’organisation. À sa naissance, l’Unsa choisit de faire de l’autonomie le principal qualificatif du projet d’union. Plus près de nous, la loi de 2008 sur la représentativité syndicale sur l’Unsa a renforcé cette célébration de l’autonomie : la représentativité locale dans une entreprise, ou sa recherche, devient le cadre d’action pour les militants dans le secteur privé. Par ailleurs l’Unsa accueille des transferts de militants anciennement intégrés à des confédérations, disant rechercher plus d’autonomie que dans leurs organisations d’origine (Farvaque, 2016). Pour autant, bien que mise en avant aux différents niveaux de l’organisation, l’idée d’une possible multiplicité de sens attribués à l’autonomie est souvent apparue, rendant utile selon nous une tentative de déconstruction de cette notion au prisme des représentations des syndiqués à l’Unsa. Que signifie « être autonome » pour les actuels adhérents et militants de l’Unsa ? En quoi cela est-il, du point de vue de l’organisation, une caractéristique permettant de se distinguer sur l’échiquier syndical ? Comment se rencontrent les énoncés officiels de l’autonomie et les lectures plus locales, et quelles tensions cela peut-il faire apparaitre ?

5Nous revenons dans un premier temps sur la conception plurielle de l’autonomie au sein des syndiqués à l’Unsa interrogés. Dans un deuxième temps, quatre profils-types de militants et adhérents sont étudiés du point de vue de leur approche de l’autonomie. Cette analyse permet d’interroger la production et l’administration d’un sens de l’autonomie par les acteurs de l’Unsa et sa réception par les militants et adhérents plus récemment arrivés, porteurs en partie de nouvelles conceptions de la représentation syndicale.

Méthodologie

  • 2 Intitulé « L’Unsa, le syndicalisme et moi. Étude sociologique sur les participants au congrès natio (...)
  • 3 Il est difficile d’apprécier la représentativité statistique de l’échantillon, en l’absence de donn (...)

Nous nous appuyons sur un questionnaire initialement distribué lors du sixième congrès national de l’Unsa, organisé à Montpellier les 31 mars et 1-2 avril 2015 (391 réponses pour une population d’environ 1 200 congressistes). Ce questionnaire, construit indépendamment de la direction de l’Unsa, était remis dans la mallette des congressistes et distribué à l’entrée des salles de réunion2. Il a ensuite été diffusé par version électronique, à l’ensemble des adhérents Unsa par un « mailing » groupé (423 répondants), soit un total de 814 questionnaires.3

Ceci contribue à associer deux populations différenciées. La population des « congressistes » n’est pas identique à celle des « adhérents » d’un syndicat (Béroud, Denis, 2015). Il s’agit d’une population particulièrement active et militante, engagée et investie dans le syndicat au point d’être mandatée par son entité d’origine pour la représenter au niveau national. Le questionnaire électronique touche une population plus large, d’adhérents de l’organisation, toutefois suffisamment investis pour répondre à un questionnaire portant sur leur syndicat. Nous parlerons le plus souvent possible de « militants et adhérents » pour qualifier notre population enquêtée.

  • 4 Sur les différents aspects méthodologiques, voir Farvaque et Nouaillat (2018). Une partie des entre (...)

Nous avons par ailleurs réalisé 72 entretiens semi-directifs auprès de militants et adhérents Unsa entre 2015 et 2017 (45 entretiens dans le secteur privé et 27 dans le public)4.

Des représentations de l’autonomie issues des trajectoires

L’autonomie, marque et marqueur de l’Unsa

  • 5 Lors du décompte de 2021 sur le cycle électoral 2017-2021, l’Unsa réalise 5,99 % des suffrages aux (...)

6Peu de travaux portent sur l’Unsa. L’étude de Verrier (2006) revient sur les tensions issues de la création d’une union sans autres moyens initiaux que ceux de ses syndicats fondateurs. Issue majoritairement du secteur public, l’Unsa se tourne vers le privé à la fin des années 1990 et structure sa stratégie interprofessionnelle en présentant des candidatures aux élections prud’homales. Les « entrepreneurs de l’Unsa », selon l’expression de Verrier, sont mobilisés dans ces politiques d’implantation locales entraînant de nombreux procès en représentativité, intentés par les directions ou d’autres organisations syndicales. Depuis la loi du 20 août 2008, la représentativité n’est plus décrétée mais doit s’acquérir dans les urnes. Bien que non représentative au niveau national dans le secteur privé, l’Unsa réalise de bons scores électoraux dans les entreprises où elle est implantée (Haute, 2018)5.

  • 6 Par comparaison en 2008, 61 % des répondants à une enquête réalisée au sein de Solidaires ont adhér (...)

7L’Unsa naît de l’arrivée de militants anciennement confédérés (Olive, 2002 ; Sainsaulieu, 1998) puis croît notamment grâce à l’arrivée de transfuges syndicaux, dans un contexte où le nomadisme syndical se répand, associé parfois à certains comportements opportunistes liés à la loi de 2008 (Béroud et Denis, 2013). Selon notre enquête, en 2015, 47 % des répondants sont passés par au moins une autre organisation syndicale avant l’Unsa (53 % parmi les adhérents de moins de 5 ans)6. L’Unsa fait ainsi fortement valoir cette caractéristique de l’autonomie pour attirer des militants d’autres syndicats ou faire adhérer de nouveaux venus. L’autonomie est le marqueur mis en avant par le syndicat, jusque à en devenir une marque : le syndicat se désigne comme « la marque autonome ». Ces bifurcations depuis un autre syndicat vers l’Unsa s’expliquent par des ruptures interindividuelles (contestation du leader syndical), des ruptures plus idéologiques avec la ligne, et des ruptures pragmatiques, par rapport à un modèle d’organisation confédéral ne laissant pas de place à « l’autonomie » locale. Une vision partagée et critique (sur le mode du « repoussoir » cf. Béroud et Denis, 2013) d’un fonctionnement confédéral trop « pyramidal » revient fréquemment dans les entretiens.

Une typologie des militants et adhérents de l’Unsa

  • 7 Nous avons utilisé le logiciel Modalisa. La liste des variables utilisées pour la classification et (...)

8Pour mieux saisir la diversité des parcours au sein de l’Unsa, nous avons procédé à une analyse des correspondances multiples7 permettant de définir quatre profils-types sur la base d’une représentation à deux dimensions (graphique 1). Nous avons retenu des variables identitaires (âge, secteur et statut d’emploi), relatives au parcours syndical (passage par une autre organisation syndicale, ancienneté à l’Unsa), à l’engagement (participation au congrès de 2015, bénéfice d’heures de décharge syndicale ou de délégation permettant d’identifier les titulaires de mandats) ainsi qu’à un indicateur de multipositionnement (membre d’une association). Le facteur 1 correspondant à l’axe horizontal est dû à la segmentation public/privé de l’échantillon et explique 22,7 % de l’inertie. Le facteur 2 représenté sur l’axe vertical renvoie à la segmentation par âge et à l’ancienneté dans l’Unsa ; il explique 13,4 % de l’inertie.

  • 8 Plus de 15 ans d’ancienneté à la date d’enquête (2015)

9Un premier groupe (en bas à gauche, représentant 30 % de la population) est composé des militants historiques, issus majoritairement du secteur public. Il s’agit des fondateurs de l’Unsa et des militants des débuts, arrivés dans les années 19908. Ils adhèrent principalement au moment de l’embauche, ce qui est facilité par les lieux de travail comme l’Éducation nationale ou la SNCF. Issus de milieux syndiqués, ils estiment que leur engagement à l’Unsa a été moteur. Membres de plusieurs associations ou d’un parti politique, ils sont fortement investis au sein de l’appareil de l’Unsa, grâce à des décharges horaires importantes.

10Un second groupe (en bas à droite) représente la vague de développement de l’Unsa dans les années 2000 dans le secteur privé (ancienneté de 5 à 15 ans en 2015). Il représente 24,5 % de la population étudiée. Ce sont les entrepreneurs de l’Unsa dans le privé : bénéficiant aujourd'hui d’un positionnement dans l’appareil et de décharges horaires, ils représentent en partie les figures des combats gagnés en représentativité (40 % ont été concernés par un procès victorieux). Il s’agit principalement de cadres très diplômés, fréquemment passés par d’autres syndicats pour des durées souvent importantes (plus de 5 ans).

11Les deux groupes dans la partie supérieure du graphique représentent les adhérents plus récents. Le groupe en haut à gauche (21 % de l’ensemble) représente la recomposition syndicale dans le secteur public (profils féminins, plus jeunes, fonction publique hospitalière ou territoriale, ou hors Éducation nationale, catégories B et C). Ces agents adhèrent à l’Unsa « pour s’investir davantage » mais ont peu de mandats.

12Le groupe en haut à droite, enfin, représente les néo-adhérents du secteur privé, sur de nouveaux profils tels que les employés (24,5 % de la population). Ils arrivent à l’Unsa grâce à l’entremise de connaissances interpersonnelles. Ils estiment que le syndicat peut leur offrir des services, notamment en cas de conflits avec l’employeur.

  • 9 La question était : « Quel sens donnez-vous au terme d’autonomie ? ». 63,5 % des répondants donnent (...)

13Globalement, l’autonomie est plébiscitée comme mode de fonctionnement de l’Unsa. Près de 98 % des répondants au questionnaire attribuent un sens positif à cette notion, mais ceci ne dit rien de leurs représentations concrètes de l’autonomie9. Une autre question offrait sept propositions de réponse à la question du sens accordé à cette notion d’autonomie. Les propositions de réponse à cette question reprenaient des principes fondateurs du syndicalisme (autonomie comme indépendance aux partis politiques), des conceptions issues des discours formalisés dans les textes officiels de l’organisation (autonomie comme pouvoir décider librement de ses modalités d’action), des logiques propres au secteur privé dans un contexte de décentralisation des normes (signer ou non des accords), des conceptions de l’autonomie comme corporatisme ou par opposition au modèle confédéral, ou encore des items inspirés de propos tenus de façon indigène et entendus auprès de la base (indépendance par rapport à la ligne centrale).

14La compréhension de ce que représente l’autonomie syndicale varie significativement entre ces profils-types, même si une convergence d’ensemble est visible (tableau 1). Nous avons projeté en variable supplémentaire cette question sur le schéma ci-dessous. L’indépendance par rapport aux partis politiques reste la première réponse donnée par l’ensemble des groupes-types, à l’exception des « entrepreneurs du développement dans le privé » qui privilégient la dimension de signature d’accords au niveau de l’entreprise. Cette caractéristique des militants du privé donne à voir une représentation de l’autonomie fortement associée à un contexte de décentralisation progressive des normes. Le rôle du syndicat est très lié à ses organes au niveau de l’entreprise, en vue de la signature ou non d’accords. Ces acteurs ont une vision positive du dialogue social au niveau de l’entreprise et considèrent que le rôle du syndicat s’exprime pleinement à ce niveau.

15Graphiquement, l’indépendance par rapport aux partis occupe donc une position plutôt centrale, ainsi que deux autres propositions de réponse pour lesquelles les variations entre classes sont réduites : le fait de pouvoir décider librement de mes modalités d'action et d'expression et le fait de ne pas faire partie d'une confédération.

Graphique 1. Analyse des correspondances multiples : les sens de l’autonomie selon les profils-types des adhérents et militants de l’Unsa

Note de lecture : Les ellipses sont présentées par souci de lecture mais ne sont pas des ellipses de concentration avec un sens statistique. Voir en annexe un second graphique avec le nuage des individus sur le plan factoriel.

Variables actives : sexe, âge, ancienneté à l’Unsa, secteur (public/privé), CSP (pour secteur privé), catégorie (pour secteur public), a déjà adhéré dans le passé à une autre OS, participant au congrès national 2015, membre d’une autre association, a des heures de décharge/délégation.

Variable supplémentaire : conceptions de l’autonomie (Q : Quel sens principal donnez-vous à la notion d’ « autonomie » ?), présentées en grisées et représentées par les points suivants : 

16Les principales caractéristiques statistiques de chaque type sont présentées en annexe.

Tableau 1. Quel sens principal donnez-vous à la notion d’« autonomie » ? Réponses en fonction des quatre profils-types

 

Historiques du public

Entrepreneurs de l’UNSA dans le privé

Nouveaux adhérents du public

Nouveaux adhérents du privé

Total

L'indépendance du syndicat par rapport aux partis politiques

48,2 %

34,8 %

54,2 %

47,6 %

46,2 % 

Le fait de pouvoir décider au niveau de l'entreprise de signer ou non un accord

33,3 %

65,7 %

17,5 %

46,0 %

40,6 %

Le fait de pouvoir définir mes revendications au niveau du terrain

39,9 %

26,4 %

34,3 %

21,4 %

31,0 % 

L'indépendance de mon syndicat par rapport à une ligne ou des consignes nationales

18,9 %

27,0 %

30,1 %

36,9 %

27,7 % 

Le fait de pouvoir décider librement de mes modalités d'action et d'expression

28,9 %

25,8 %

27,7 %

25,1 %

27,0 % 

Le fait de défendre une profession ou un corps de métier particulier

13,6 %

6,7 %

15,1 %

6,4 %

10,5 % 

Le fait de ne pas faire partie d'une confédération

8,8 %

7,9 %

8,4 %

5,9 %

7,8 % 

Total supérieur à 100 % car deux réponses possibles. Source : enquête ORSEU (2015)

En gras : supérieur à la moyenne des répondants. En grisé : trois premiers choix par profil-type.

Des représentations de l’autonomie, entre principe de libre arbitre et manifestation d’un souhait d’indépendance

L’élaboration d’une logique d’autonomie comme liberté par les militants historiques de l’Unsa

17L’autonomie renvoie pour ces fondateurs de l’Unsa (groupe en bas à gauche) à l’idée d’indépendance par rapport aux partis politiques suivie de l’idée de définir ses revendications au niveau du terrain (tableau 1). Ces militants valorisent fortement l’idée de « décider au niveau de l’entreprise de signer ou non un accord » (34 %, troisième réponse donnée), alors qu’ils ne sont que peu directement concernés par cette logique de signature, ce qui traduit la stratégie interprofessionnelle de ces militants du public. Ces militants ont une représentation positive du dialogue social au niveau de l’entreprise et considèrent que c’est un véritable niveau d’action du syndicalisme. Il s’agit des ambassadeurs de l’autonomie de l’Unsa « au sens de l’Unsa », ayant contribué à en définir la doctrine telle qu’elle se verbalise dans les discours des secrétaires généraux lors des premiers congrès (encadré 1).

« Quand l’Unsa s’est créée en 1993, la FEN était la plus grosse des 5 fédérations de l’Unsa en nombre d’adhérents. Et un certain nombre de valeurs importantes véhiculées par la FEN se sont retrouvées à l’Unsa. Parmi lesquelles, les valeurs de réformisme me plaisaient bien et la notion d’autonomie au sens Unsa du terme, c’est-à-dire que ce n’est pas le national qui décide pour une structure locale. En tant que formateur, je croise beaucoup de syndiqués Unsa et le mot autonomie n’est pas toujours le mot le mieux compris. Les gens y mettent des tas de sens dessus : autonomie par rapport à d’autres organisations syndicales, autonomie par rapport aux partis politiques… Il y en a quand même un certain nombre qui entendent autonomie dans le sens de l’Unsa, c’est-à-dire que le national ne décide pas pour le niveau local. Pour prendre un exemple, si dans une entreprise, il y a risque de grève ou de conflit social, ce sont les militants Unsa de cette entreprise qui feront le choix de leur position. Ce n’est pas le national qui va leur dire mettez-vous en grève ou pas ». (H., 68 ans, retraité Ministère Jeunesse et Sports)

Encadré 1. Extraits de discours du Secrétaire général aux Congrès de l’Unsa de Lille et Nantes

  • 10 Alain Olive a été le secrétaire général de l’Unsa de 1994 à 2011.

« Le choix de l’autonomie syndicale tel que nous l’entendons est donc un choix politiquement affirmé et fermement revendiqué. C’est le choix de la responsabilité à tous les niveaux […] Nous voulons rompre ainsi avec la pratique fortement centralisée, hiérarchisée et parfois autoritaire qui a marqué le syndicalisme français. Nous voulons que nos syndicats, nos fédérations, nos structures territoriales assument pleinement leur liberté d’action et de négociation dans leurs domaines respectifs de compétences ». (Alain Olive, Congrès de Lille, 2002)10

« L’autonomie pour l’Unsa, c’est la liberté et la responsabilité reconnues aux fédérations, aux syndicats, aux délégués syndicaux. Pour l’Unsa, l’autonomie s’organise dans la cohérence de l’union. Elle s’arrête dès lors que les statuts et les valeurs fondamentales de la charte de l’Unsa sont mis en cause ». (Alain Olive, Congrès de Nantes, 2005)

  • 11 En droit, la notion de subsidiarité prévoit que le niveau supérieur n’intervient que si le niveau i (...)

18Cette logique de décentralisation renvoie à des idées proches de subsidiarité ou encore de proximité11. Elle permet d’affiner le sens de la notion d’autonomie telle que s’est constituée comme fondement de l’Unsa. Il s’agit en quelque sorte d’un contrat confiant à chaque organisation syndicale adhérente une liberté et responsabilité sur ses propres affaires, dans le respect des statuts comme le précise la Charte de l’Unsa. Cette responsabilité se manifeste, pour les organisations constitutives, par la non-nécessité de référer au niveau de l’Union dans la conduite des actions. L’autonomie renvoie ainsi à la liberté constitutive de ses membres, aux droits et devoirs attachés à ce principe de « libre arbitre » des acteurs locaux. Cette lecture renvoie dans les entretiens, et en creux, au modèle repoussoir de la pyramide accolé aux confédérations.

« Alors, ce qui nous différencie des autres syndicats, c'est spécifiquement l'autonomie. C'est le fait que pour nous, chaque syndicat, chaque union syndicale a son libre arbitre et son autonomie. Imaginons qu'il y a une grève dans laquelle l'Unsa ne s'inscrit pas et que nos syndicalistes veulent y participer, je suis en moyen de déposer un préavis de grève, moi, ici. Je n'ai pas un ordre d'en haut de la pyramide qui descend et qui me dit tel jour on fait grève et tel jour on ne fait pas. Ce n’est pas une confédération. On a inversé la pyramide et on demande aux adhérents ce qu'ils en pensent ». (H., 47 ans, Élu CE SNCF, Unsa Ferroviaire, formateur syndical)

  • 12 Dans l’analyse du travail, l’autonomie renvoie notamment à la capacité d’initiative et d’auto organ (...)

19D’un point de vue sociologique, la notion d’autonomie reste complexe. Si plusieurs réflexions ont eu cours sur les usages du terme d’autonomie dans l’étude du syndicalisme ou la sociologie du monde du travail, les définitions sont plurielles (de Terssac, 2012).12 Si le mot est synonyme d’indépendance, il s’agit pour ce qui est de l’analyse d’organisations, et non d’individus, d’intégrer dans l’analyse les mécanismes de production de règles et leurs effets. L’autonomie peut s’avérer contrôlée ou bridée (Appay, 2005), selon des mécanismes divers de hiérarchie verticale, ou bien davantage organisée par des règles procédurales (Reynaud, 1989). La notion fait apparaitre alors l’importance des dispositifs de coopération dans la conduite des actions, relativement à des buts. « L’autonomie n’est donc pas seulement la capacité pour un individu ou un État d’affirmer ses propres règles, mais un principe de relation partagée inscrit dans une coopération volontaire » (de Terssac, 2012). Ainsi peut-on lire la Charte de l’Unsa : « Chaque organisation syndicale, chaque Union Régionale doit exercer sa responsabilité dans la plus grande autonomie mais aussi dans le plus grand respect du contrat passé c'est-à-dire dans le plus grand respect de nos statuts. »

20Pour les ambassadeurs de ce sens de l’autonomie, cette dernière permet à chacun de défendre sa ligne dans le respect de « valeurs » communes. Pour reprendre une formule souvent entendue au sein de l’Unsa, le « a » de l’acronyme ne saurait signifier « anarchie » : « libre », mais « pas un électron libre » :

« Alors je crois que pour moi l’autonomie, je parle là au niveau de l’Unsa, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de directive nationale de l’Unsa pour dire "vous devez revendiquer ça". Dans des boîtes où il y a des petits syndicats de 15 personnes, l’Unsa dit "vous êtes les mieux à même localement de définir ce qui est bon pour vous, ce qu’il faut revendiquer, tout en respectant les valeurs de la charte de l’Unsa". Pour moi c’est ça l’autonomie et non dire "je fais ce que je veux vis-à-vis des instances organisationnelles de l’Unsa". C’est-à-dire, voilà, je ne suis pas totalement autonome, je ne suis pas un électron libre, je suis autonome sur ce qu’on veut dire, c’est aussi sur les valeurs qui sont défendues depuis très longtemps par le syndicat des enseignants et par la FEN (…). Le "Libres ensemble" [un des slogans de l’Unsa] c’est ça, on est ensemble mais libres. J’ai l’autonomie pour dire ce qui est bon pour moi, dans ma boîte pour dire les décisions qu’on doit prendre etc. Et qui doivent être discutées bien entendu, mais la ligne ne vient pas en disant "vous ne pouvez pas demander". Si un syndicat juge qu’il faut bosser 40 heures pour sauver la boîte, eh ben ils bossent 40 heures. Je trouve ça logique que ce syndicat décide par lui-même de ce qui est bon pour eux ». (H., 65 ans, retraité Éducation nationale)

21Au regard des réponses au questionnaire, c’est ce profil qui mentionne le moins souvent l’autonomie au sens d’une indépendance par rapport à une ligne ou des consignes nationales. Proches de l’état-major de l’Unsa, ces militants historiques considèrent ainsi que l’autonomie doit être organisée, par des références écrites et une formation solide, dont ils sont par ailleurs des acteurs directs (en tant que formateurs ou responsables du centre de formation). La formation syndicale est vue comme un des vecteurs de « fabrique du sens syndical » (Ethuin et Yon, 2014) et d’« administration du sens » (Hastings, 2001). Par ailleurs, les écrits à l’instar de la charte sont centraux. L’usage d’une charte dans le secteur associatif ou syndical permet « des formes de coopération souple entre des acteurs qui souhaitent collaborer sans perdre leur autonomie » (Dourlens et Vidal-Naquet, 2001). La Charte des valeurs de l’Unsa est ainsi un des piliers de la régulation informelle de l’autonomie. Il s’agit de « la règle de la maison commune », comme l’explique une responsable de la communication et certains formateurs la présentent systématiquement lors des sessions de formation.

Dans le secteur privé, une pratique de l’autonomie concomitante avec la décentralisation du dialogue social

22Les militants de la première vague de développement dans le privé dans les années 2000 sont souvent issus de bifurcations syndicales. Près de 70 % de ces militants sont issus d’une autre organisation et ils choisissent l’Unsa « parce que le fonctionnement de cette organisation repose sur l'autonomie syndicale » (tableau 2). Leur vision de l’autonomie est fortement centrée sur l’activité locale de négociation : « pouvoir décider au niveau de l’entreprise de signer ou non un accord », cité par 65 % d’entre eux.

23Cette vision de l’autonomie correspond à l’évolution du sens de la responsabilité et du libre arbitre, au gré du développement de l’union dans le secteur privé. La responsabilité dans la signature d’accords représente un moment clé de ce modèle d’action syndicale. Contrairement à la fonction publique d’État où la production d’accords reste très centralisée, le secteur privé connait une décentralisation accrue du dialogue social. Les lois de cohésion sociale (2005), sur la représentativité syndicale (2008) ou de sécurisation de l’emploi (LSE, 2013), puis la loi dite « Travail » (2016) et les ordonnances Macron de 2017 ont à différents niveaux accru cette décentralisation des normes. Dans la production du sens syndical de l’Unsa, le fait de négocier au niveau de chaque entreprise des avantages pour les salariés est fréquemment mis en avant. La loi de représentativité de 2008 est de son côté vue comme l’occasion de valoriser (ou de sanctionner) ce travail de terrain auprès des salariés-électeurs.

24Non représentative au niveau national, l’Unsa est représentative dans un nombre croissant d’entreprises et entend agir principalement à ce niveau. L’action revendicative se fonde sur l’expérience locale et non des consignes nationales.

« On est autonomes, c'est-à-dire je peux faire ça, on va me laisser faire. Je suis autonome, c’est moi qui gère. Si j’ai un gros problème je peux appeler Paris, ils me renseigneront. E. [le secrétaire de sa fédération] me fait confiance. Mais à la fin c’est moi qui dis. Il est à Paris, il ne sait pas comment tourne ma société. Moi je suis neuf heures sur le quai, je sais comment ça tourne. J’ai le droit de parler pour ainsi dire. À la CGT et la CFDT, ils n’ont pas ce droit-là, c’est pas comme ça ». (H., 46 ans, manutentionnaire, Unsa Transports)

  • 13 Les valeurs suivantes obtiennent ainsi un assentiment général : compromis (87 % d’appréciations pos (...)

25Cette conception de l’autonomie s’ancre dans ce que l’on pourrait appeler un « réformisme pragmatique », en détournant l’analyse de Sainsaulieu (1998) parlant d’une « contestation pragmatique » comme dénominateur commun chez les syndicalistes de SUD-PTT. Parler d’un réformisme pragmatique au sujet de l’Unsa permet de mettre en avant la force unifiante de valeurs communes telles que la négociation, le compromis, le dialogue social, qui sont au cœur du travail d’administration du sens porté par les ambassadeurs et entrepreneurs de l’Unsa13. « Être force de proposition » revient souvent comme une vision célébrant le réformisme de terrain des militants, mais sur ces aspects il est difficile de singulariser l’Unsa par rapport à d’autres syndicats (Guillaume, Pochic, 2009). « C’est le terrain » qui fait l’autonomie, comme l’expliquent les extraits d’entretien suivants. Dans le contexte de la loi de 2008, la représentativité doit s’acquérir par une visibilité de ce travail de représentation « réelle » (Dufour, Hege 1994).

« – Ce qui m’a plu, c’est le « a » [de Unsa]. Je ne voulais pas entendre parler des grandes confédérations, où c’est le Roi Soleil là-haut ! Elle [la militante Unsa qui l’a fait venir dans le syndicat] m’a dit : tu sais ici, si on doit signer un accord, c’est au plus près du terrain qu’on décide. (…)

– C’est pas facile l’autonomie ?

– C’est le terrain qui le dit ! Les gens du terrain, ils ne sont pas plus bêtes que nous ! Après ça c’est au début ; avec l’expérience, je dirais que je fais plus attention de ce qui remonte du terrain, parce qu’il y a de tout et n’importe quoi. Des fois il y a l’intérêt personnel du mec. Mais il y a quand même une grosse base qui vient du terrain ». (H., 47 ans, agent de maîtrise, Unsa Transports)

« – Eh bien mes valeurs c’est bon la transparence, c’est le fait que les décisions sont prises au niveau de l’entreprise et non pas au niveau de la direction du syndicat, c’est-à-dire qu’on est vraiment au plus proche du terrain et donc lorsqu’il y a des décisions à prendre, voilà, ce n’est pas le syndicat qui nous dit il faut voter ça, c’est vraiment par rapport à l’entreprise, aux collaborateurs, être le plus proche du terrain pour coller au mieux aux salariés à défendre au niveau de l’entreprise ». (H., 59 ans, technicien télécoms, Unsa Industrie)

  • 14 Au niveau des entreprises, la propension de l’Unsa à signer les accords (88 % en 2017) est de nivea (...)

26Dans la quête électorale de la représentativité, l’autonomie est entendue dans une relation de responsabilité avec la base. Signer ou non un accord est la démonstration de cette responsabilité14. L’autonomie suppose une acceptation de la réduction du contrôle par les responsables fédéraux.

« On favorise l’autonomie, on leur fiche la paix [aux élus]. On est la seule organisation où le DS [délégué syndical] dit tout de suite s’il signe ou pas. Chez les autres syndicats, ils disent « attendez, faut que je voie avec la fédé… ». Nous, nos DS ont une grande liberté. C’est rare qu’ils signent des bêtises. On y jette un œil s’ils le veulent. On demande les accords préélectoraux. Bon il arrive que parfois on voit des choses signées un peu bizarres (sourire) ». (H., 57 ans, secrétaire fédéral, Unsa Chimie-Pharma)

Tableau 2. Vous êtes aujourd'hui à l'Unsa, pourquoi avoir choisi ce syndicat ? (en %)

 

Historiques du public

Entrepreneurs de l’UNSA dans le privé

Nouveaux adhérents du public

Nouveaux adhérents du privé

Total

Les valeurs et positions défendues par ce syndicat sont en accord avec mes convictions personnelles

73,2

64,7

61,2

53,2

64,1 

Parce que le fonctionnement de cette organisation repose sur l'autonomie syndicale

46,7

66,5

50,0

54,3

54,1 

Ses modes d'action me conviennent davantage que ceux des autres syndicats

50,4

39,4

42,9

35,3

42,6 

Mon syndicat d'origine a adhéré à l'Unsa

51,6

31,2

18,2

7,5

29,6 

Parce que je connaissais quelqu'un à l'Unsa qui m'a parlé de ce syndicat

11,0

19,7

26,5

41,6

23,2 

Ce syndicat est plus innovant que les autres

18,7

21,1

21,2

16,2

19,3 

C'est le syndicat qui représente le mieux ma catégorie professionnelle

17,5

7,3

13,5

6,4

11,5 

Ce syndicat offre plus ou de meilleurs services que les autres organisations

5,7

3,7

4,7

8,7

5,6 

C'est le syndicat le mieux implanté dans l'entreprise ou l'établissement

1,6

6,0

5,9

6,9

4,8 

Autre(s) raison(s)

2,0

3,2

1,8

8,1

3,6 

C'est le seul syndicat dans l'entreprise

0,8

0,5

0,6

 

0,5 

Plusieurs réponses possibles, % supérieurs à 100 %. Source : enquête Orseu (2015)

Les nouveaux adhérents, entre conceptions « apolitiques » et volontés d’indépendance

27Nous considérons ici les deux derniers profils en haut du graphique, à savoir les militants et adhérents les plus récemment arrivés (moins de 5 ans), renouvelant la sociologie de l’Unsa : rajeunissement, féminisation, niveaux de qualification moins élevés que ceux des fondateurs, davantage présents sur des terrains de développement de l’Unsa dans le privé ou dans le public comme les fonctions publiques territoriale ou hospitalière.

28Les néo-adhérents du public valorisent l’autonomie comme indépendance au politique, suivie par la définition des revendications au niveau du terrain (à l’instar des militants plus anciens). Les néo-adhérents du privé avancent eux aussi le duo « décider localement de la signature d’accords »/indépendance au politique.

29Toutefois, ces adhérents se distinguent des profils « ambassadeurs » par une forte valorisation de l’idée d’indépendance et un périmètre d’action avant tout centré sur le local. Les néo-adhérents du public sont ainsi ceux qui citent le plus souvent le fait de défendre une profession ou un corps de métier particulier (15 %). Si cette modalité reste secondaire dans leur hiérarchie de choix, elle se conjugue avec la valorisation de l’idée de définir les revendications au plus proche du terrain (34 %), l’indépendance par rapport à des consignes nationales (30 %) et le fait de décider librement de ses modalités d’action (28 %). De leur côté, les nouveaux adhérents du secteur privé font également valoir une volonté d’indépendance avec les partis, à l’image du reste de l’échantillon (47 %), mais ils sont aussi les premiers à mentionner l’indépendance par rapport à une ligne ou des consignes nationales (38 %).

30Les entretiens permettent de mieux saisir ces conceptions de l’autonomie fondées sur une telle logique d’indépendance, jouant parfois d’une confusion réelle ou entretenue entre indépendance partisane, un des principes fondateurs du syndicalisme, et « apolitisme ». Cette représentation de l’Unsa comme syndicat « apolitique » revient régulièrement dans les discours. Pour certains, le « a » d’Unsa signifierait ainsi autant « autonome » que « apolitique », à l’encontre pourtant les présentations « officielles » de l’Unsa (encadré 2). Or, bon nombre de syndicats ou fédérations de l’Unsa dans les secteurs public et privé se présentent explicitement comme « apolitiques » (sur leurs sites web par exemple), et en font un argument de différenciation.

31Cette vision des choses se retrouve ainsi chez de nouveaux et jeunes adhérents, un élément générationnel de méfiance vis-à-vis du politique observé dans d’autres associations (Cruzel, 2004).

« – Êtes-vous aujourd'hui satisfaite d’avoir adhéré à l’Unsa ? Qu'est-ce que vous en pensez ?

– (…) Ça correspond tout à fait à nos valeurs puisque qu'on est complètement apolitique. On fait avec les gouvernements qui se succèdent. Localement, on est quand même relativement apprécié, on est dans le dialogue social, la négociation et puis on fait des propositions, c'est à dire qu'on est bien dans le syndicat réformiste, donc ça nous correspond tout à fait ». (F., 41 ans, infirmière, Unsa Santé-sociaux)

« C’est aussi une autonomie par rapport au gouvernement, (…) moi ce que je dis toujours, c’est qu’on n’est pas là pour parler politique. Moi dans mes syndiqués je sais qu’il y a des gens qui votent à droite, des gens qui votent à gauche c’est à l’image de la France. C’est pour ça que l’Unsa pour moi correspond un peu plus parce qu’effectivement, si on est à la CGT et qu’on vote à droite, c’est la catastrophe. L’Unsa se veut apolitique, il y a un peu plus je pense d’autonomie, on se regroupe autour de valeurs ». (H., 47 ans, technicien CAF)

Encadré 2. Extrait de l’ouvrage « Qu’est-ce que l’Unsa ? »

« L’Unsa est autonome, mais pas apolitique : elle est concernée par toutes les questions qui touchent à la cité et qui traversent la société. Elle est, dès sa création, le contraire d’une organisation corporatiste et repliée sur elle-même. » (Qu’est-ce que l’Unsa ?, 2005, coll. « L’information citoyenne », éditions L’Archipel, 2ème édition, p. 15).

  • 15 L’indépendance par rapport aux partis politiques reste une question sensible pour un syndicat issu (...)

32Cette représentation n’est d’ailleurs pas réservée aux nouveaux venus. Des militants plus anciens associent également l’Unsa à l’apolitisme. Ceci pose la question de la redéfinition du rapport entre syndicalisme et politique. L’affirmation de l’autonomie syndicale doit en effet désormais se coupler avec une « exigence de nette démarcation vis-à-vis de "la politique" entendue dans son sens courant comme l’univers institutionnel des professionnels de la politique, des partis et des idéologies » (Giraud et al., 2018, p. 66). Comme l’explique une militante, l’Unsa « n’est pas apolitique, on est obligés de faire de la politique mais pas de la politique de partis » pour insister sur l’indépendance par rapport aux partis ou le non-affichage d’une couleur politique (F., 46 ans, rédactrice territoriale, Unsa-Territoriaux). Comme le souligne Karel Yon (2009), « dans un contexte de discrédit de la catégorie "parti", la rhétorique de l’indépendance est une ressource de légitimation centrale »15.

  • 16 Le SE (Syndicat des enseignants) est l’un des piliers de l’Unsa-Éducation. Les instances interprofe (...)

33C’est également chez ces néo-adhérents de l’Unsa, en particulier dans la fonction publique mais aussi dans une moindre mesure le secteur privé, que l’on retrouve une tentation « autocentrée » ou localiste de l’autonomie, liée à cette méfiance vis-à-vis des logiques de professionnalisation. Cette approche peut être vue sous l’angle d’un pragmatisme corporatiste, souvent présent pour des raisons instrumentales dans le syndicalisme autonome (Biétry, 2007). Par exemple, des adhérents une fois titularisés vont créer une section d’un syndicat de fonctionnaires (UPCASSE ou Union professionnelle des cadres de services, affiliée à l’Unsa) dans leurs administrations respectives, dans une volonté purement locale de « défendre ses intérêts » ou de se « constituer un petit réseau » : « l’autonomie est un élément central pour adhérer à l’Unsa, surtout quand on est dans un syndicat corpo. […] L’Unsa était le plus compatible avec les intérêts de l’UPCASSE » (H., 44 ans, attaché d’administration). Un récent syndiqué s’est rapproché de l’Union Régionale « pour bénéficier des moyens du Syndicat des enseignants », soit une instrumentalisation des instances16. Ce profil donne à voir une logique locale sans prise en compte des liens de coopération. L’autonomie est vue comme un souhait d’indépendance jusqu’au détachement. « Les valeurs [de l’Unsa], je ne les connais pas. J’ai du mal à parler de valeurs de l’Unsa, de valeurs communes parce que comme je l’ai dit je suis d’abord UPCASSE » (H., 47 ans, attaché d’administration).

34Ceci interroge les motivations instrumentales pouvant associer, dans cette vision, l’Unsa à un pur centre de services. D’autres questions issues de l’enquête par questionnaire corroborent cette résistance à l’intégration : plus faible appui sur les structures locales, les fédérations ou le siège, alors qu’on pourrait s’attendre à une recherche de soutien pour ces militants plus récents ; vision plus négative du rôle de ces structures interprofessionnelles ; moindre lecture de la presse syndicale ou des sites internet de l’union ou de la fédération, etc.

35Le paradoxe toutefois pour l’Unsa est le suivant : dans sa quête de suffrages dans les entreprises et les administrations, cette défense des intérêts des salariés et ce pragmatisme « métier », sur des choses « concrètes », au plus près de leurs préoccupations (loin des considérations de politiques nationales), peuvent être un atout.

« J'étais au congrès de l'Unsa-Éducation. On a adopté un programme pour les années qui viennent (…), un programme politique. C'est ultra ambitieux, c'est une projection sur les 20 ans qui viennent. Mais en réalité des cadres syndicaux, des militants syndiqués ce dont ils ont besoin c'est pas ça. Non, non moi je crois à un syndicalisme plus terre-à-terre, plus pragmatique. (…) Parce que si vous lisez des documents par exemple de mon syndicat, Unsa A&I (Administration et intendance), on est beaucoup plus sur des problématiques métier, qu'est-ce qu'on peut faire pour vous, vous voyez, c'est du concret. Qu'est-ce qu'on veut demain pour les personnels administratifs exerçant dans l'Éducation nationale, quels rapports on va avoir avec les chefs d'établissement pour défendre l'idée d'appartenir au corps des personnels de direction… On est vraiment sur du métier, sur du corpo même. Je pense que là voilà, là aussi c'est là où on va marquer des points. Je ne suis pas sûr que les syndicalistes ils aient tous envie de se prendre pour des hommes politiques et parler du sauvetage de la planète, des conflits ». (H., 42 ans, attaché principal, Unsa Administration et intendance – Unsa Éducation)

36Au final, comme cela a été écrit dans le cas d’une autre union syndicale autonome (Solidaires), « privilégier le cadre local comme support de son action ne répond donc pas forcément à une logique corporatiste mais plutôt à l’objectif de garder la maîtrise de son action et le contrôle de son engagement. » (Béroud et al., 2011, p. 64).

Conclusion

37À partir d’un questionnaire et d’entretiens, les résultats présentés montrent la construction d’un sens de l’autonomie au sein de l’Unsa, dont les militants historiques et les entrepreneurs actuels de l’Unsa sont les administrateurs. La vision de l’autonomie au sein de l’Unsa est fondée sur un modèle de décentralisation, de libre arbitre et de responsabilité, encadrée par des valeurs communes et une logique de coopération, sur lequel existe une convergence assez forte. Le renouvellement militant peut toutefois être un facteur de redéfinition de la notion floue d’autonomie, malgré l’existence de cadres régulateurs cherchant à rendre possible cette logique du « libres ensemble ». Les nouveaux venus à l’Unsa, parfois ayant acquis un capital syndical solide dans d’autres organisations syndicales (surtout dans le secteur privé), s’engagent fortement pour des revendications et un investissement centrés sur le niveau de l’établissement ou de l’entreprise, en faveur de la défense des collègues. Ces engagements locaux peuvent dans certains cas correspondre à une vision de l’action syndicale par « en bas » survalorisant parfois l’idée d’indépendance, que ce soit par rapport à des consignes nationales ou des idéologies partisanes. À la rigueur, ce qui peut compter avant tout dans ces logiques localisées est la représentativité du syndicat au niveau de l’établissement, moins la représentativité nationale d’une union qui pourrait être appréhendée comme une simple structure emboîtante.

38Aux différents niveaux de l’Unsa, l’affirmation permanente de l’autonomie tient au final tout autant du rappel à des principes de fonctionnement, d’un élément participant à la production d’un sens commun, d’une stratégie de différenciation par rapport aux autres organisations, mais aussi d’une injonction parfois en tension avec les enjeux de la structuration de l’organisation. Ces éléments restent à discuter davantage, de façon à voir s’ils définissent bien, ou non, des particularismes propres au syndicat étudié, afin de ne pas exagérer les spécificités ou l’originalité d’une organisation prise en tant qu’objet d’étude. Le fait d’agir localement dans son entreprise ou établissement, d’avoir une identité « métier », de prendre « l’entreprise comme espace de référence » (Béthoux et al., 2013), ne sont pas spécifiques à l’Unsa, pas plus que la mobilisation d’un logiciel dit réformiste – terme qui appelle lui aussi à une déconstruction. Cette approche qui reste assez « internaliste » car centrée sur le seul fonctionnement de l’Unsa appelle ainsi des travaux comparatifs avec d’autres organisations syndicales.

Haut de page

Bibliographie

Appay Béatrice (2005), La dictature du succès. Le paradoxe de l’autonomie contrôlée et de la précarisation, Paris, L’Harmattan.

Barroche Julien (2008), « La subsidiarité. Le principe et l’application », Études, 6, pp. 777-788.

Béroud Sophie et Denis Jean-Michel (2013), « Les nouvelles règles de représentativité au service du développement syndical ? L’exemple de l’union syndicale solidaires », dans Béroud Sophie et Yon Karel (dir.), Quand la loi entre dans les mœurs. Le nouveau droit de la représentativité syndicale (loi du 20 août 2008) et ses implications dans les entreprises et les branches professionnelles, Rapport pour la DARES.

Béroud Sophie et Denis Jean-Michel (2015), « Les congrès syndicaux, un objet d’étude sociologique ? », Socio-Logos, n° 11, N° spécial : « Les congrès syndicaux, un objet d’étude sociologique ? ».

Béthoux Elodie, Desage Guillaume, Mias Arnaud et Pélisse Jérôme (2013), Sociologie d’un syndicalisme catégoriel : la CFE-CGC ou la fin d’une exception ?, Paris, Armand Colin, 2013, 240 p.

Biétry Franck (2007), « L’adhésion au syndicalisme autonome en France : Récits de pratique de militants Sud », Relations industrielles / Industrial Relations, vol. 62, n° 1, pp. 118-142.

Conchon Aline (2014), « La présence syndicale dans les conseils d'administration et de surveillance : l'empreinte de la politique confédérale », dans Guillaume Cécile (dir.) (2014), La CFDT : sociologie d'une conversation réformiste, Presses universitaires de Rennes.

Cruzel Élise (2004), « "Passer à l'Attac". Eléments pour l'analyse d'un engagement altermondialiste », Politix, vol. 68, n.° 4, pp. 135-163.

Denis Jean-Michel (2001), « Le syndicalisme autonome face à la construction européenne : quelles menaces ? quelles perspectives ? Réflexions à partir d’un cas particulier : l’Union Syndicale Groupe des Dix », Droit social, n° 5, mai.

De Terssac Guy (2012), « Autonomie », dans Bevort Antoine, Jobert Annette, Lallement Michel et Mias Arnaud (dir.), Dictionnaire du travail, Paris : PUF.

Dourlens Christine et Vidal-Naquet Pierre (2001), « Des solidarités à engagements limités. La régulation par les chartes », Cahiers de recherche de la MIRE, 12.

Dufour Christian et Hege Adelheid (1994), « Les systèmes représentatifs à l'épreuve de leur capacité d'intervention quotidienne », Travail et emploi, n° 61, pp. 23-39.

Duvoux Nicolas (2009), « Les assistés peuvent-ils être autonomes ? Sociologie compréhensive des politiques d’insertion », Lien social et politiques, 61, pp. 97-107.

Ethuin Nathalie et Yon Karel (dir) (2014), La fabrique du sens syndical. La formation des représentants des salariés en France (1845-2010), Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant.

Everaere Christophe (2007), « Proposition d'un outil d'évaluation de l'autonomie dans le travail ». Revue française de gestion, 180(11), pp. 45-59.

Farvaque Nicolas (2016), « L’Unsa et la quête de la représentativité : s’implanter dans les entreprises, avant et après la loi du 20 août 2008 », La Revue de l'Ires, vol. 90, n° 3, pp. 3-45.

Farvaque Nicolas et Nouaillat Arthur (2018), « Libres ensemble ». Sociologie des militants de l’Unsa, rapport pour le centre Henri Aigueperse/Unsa Éducation, Agence d’objectifs de l’IRES.

Gantois Maylis et France Pierre (2016), Les négociations de branche et d’entreprise à la CFDT : Acteurs, ressources et pratiques. Vol 1. La négociation de branche, Rapport pour la CFDT, Agence d’objectifs de l’IRES.

Giraud Baptiste, Yon Karel et Béroud Sophie (2018), Sociologie politique du syndicalisme, Paris, Armand Colin.

Guillaume Cécile (dir.) (2014), La CFDT : sociologie d'une conversation réformiste, Presses universitaires de Rennes.

Guillaume Cécile et Pochic Sophie (2009), « Un engagement incongru ? Les cadres et le syndicalisme, l'exemple de la CFDT », Revue française de science politique, vol. 59, n° 3, pp. 535-568.

Hastings Michel (2001), « Partis politiques et administration du sens », dans Andolfatto Dominique, Greffet Fabienne et Olivier Laurent (dir.), Les partis politiques : quelles perspectives ?, L’Harmattan, coll. Logiques sociales.

Haute Tristan (2018), « Évolutions du paysage syndical et du salariat : analyse des élections aux comités d’entreprise (2009-2016) », La Revue de l'Ires, vol. 94-95, n° 1, pp. 57-90.

Millon-Delsol Chantal (1992), L’Etat subsidiaire : ingérence et non-ingérence de l'Etat, le principe de subsidiarité aux fondements de l'histoire européenne, Paris, PUF.

Mouriaux René (2009 [1994]), Le syndicalisme en France depuis 1945, Paris, La Découverte.

Olive Alain (2002), Qu’est-ce que l’Unsa ?, Paris, L’Archipel, coll. « L’information citoyenne ».

Piotet Françoise (2009), « La CGT, une anarchie (plus ou moins) organisée », Politix, n° 85, pp. 9-30.

Reynaud Jean-Daniel (1989), Les règles du jeu. L’action collective et la négociation sociale, Paris, Armand Colin.

Sainsaulieu Ivan (1998), « La Fédération Solidaires unitaires démocratiques des PTT (SUD-PTT) : creuset d’une contestation pragmatique », Revue française de science politique, 48(1), pp. 121-141.

Saccomanno Benjamin (2017), « De l’autonomie en formation : enjeux et réalités chez les stagiaires de l’AFPA », Formation emploi, 139, pp. 51-70.

Thomas Adrien (2017), « Les permanents fédéraux  : ressorts et dilemmes de la professionnalisation syndicale », Sociologie, 8(3), pp. 265-282.

Verrier Benoît (2006), L’Unsa : organisation et audience, rapport de recherche pour la DARES, Université Nancy-2.

Yon Karel (2009), « Quand le syndicalisme s'éprouve hors du lieu de travail. La production du sens confédéral à Force ouvrière », Politix, vol. 85, n° 1, pp. 57-79.

Yon Karel (2014), « La formation confédérale à Force Ouvrière : alliée ou ennemie du confédéralisme ? », dans Ethuin Nathalie et Yon Karel (dir.), La fabrique du sens syndical. La formation des représentants des salariés en France (1945-2010), Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, pp. 69-100.

Haut de page

Annexe

Profils-types issus de la classification : nuages de points des individus

Liste des contributions à l’ACM

 

Absol. (1)

Absol. (2)

Une femme

0,21

6,15

Un homme

0,16

3,21

>55

1,25

7,10

45-54

0,25

1,00

<45

0,20

17,77

Public

17,93

2,61

Privé

18,79

2,87

Catégorie A

12,32

0,00

Catégorie B

2,09

2,95

Catégorie C

2,34

6,03

Ouvrier

1,52

0,31

Employé

4,03

0,84

Technicien ou Agent de maîtrise

4,02

2,09

Cadre ou ingénieur

7,61

2,66

>15 ans

9,45

7,00

5-15 ans

0,00

0,38

<5 ans

9,48

3,72

A adhéré autre OS

0,82

4,45

N'a pas adhéré autre OS

0,54

4,57

Membre autre association : Oui

1,17

0,28

Non

2,25

0,52

Heures de décharge/délégation : Non

0,06

4,93

Oui

0,09

2,96

N’a pas participé au congrès national

1,55

7,43

A participé au congrès national

1,75

8,07

Facteur 1 : 22,70 %

Facteur 2 : 13,43 %

Principales caractéristiques des profils de la typologie

Historiques du public

Entrepreneurs de l’UNSA dans le privé

Nouveaux adhérents du public

Nouveaux adhérents du privé

Total

Variables actives

Sexe : Une femme

22,0 %

20,7 %

49,1 %

46,6 %

33,3 %

Un homme

78,0 %

79,3 %

50,9 %

53,4 %

66,7 %

Age (en 2015) : 55 ans ou +

55,3 %

53,1 %

15,3 %

19,3 %

37,6 %

45-54 ans

37,7 %

43,8 %

30,6 %

41,7 %

38,6 %

<45 ans

7,0 %

3,1 %

54,1 %

39,1 %

23,8 %

Secteur : Public

97,2 %

2,5 %

99,4 %

3,5 %

51,7 %

Privé

2,8 %

97,5 %

0,6 %

96,5 %

48,3 %

Pour le secteur public : Catégorie A

69,4 %

*

34,5 %

 

53,0 %

Catégorie B

18,8 %

*

27,5 %

 

23,7 %

Catégorie C

11,8 %

 

38,0 %

 

23,3 %

CSP pour le secteur privé : Ouvrier

 

4,1 %

 

2,8 %

3,2 %

Employé

*

12,9 %

*

27,9 %

20,2 %

Technicien ou Agent de maîtrise

*

32,9 %

*

22,3 %

26,3 %

Cadre ou ingénieur

*

50,0 %

*

46,9 %

50,3 %

Ancienneté à l’UNSA : >15 ans

71,4 %

31,2 %

9,1 %

2,1 %

31,5 %

5-15 ans

26,1 %

47,1 %

52,7 %

30,7 %

38,0 %

<5 ans

2,6 %

21,7 %

38,2 %

67,2 %

30,5 %

A adhéré à une autre organisation syndicale dans le passé : Oui

46,3 %

69,6 %

32,5 %

40,4 %

47,6 %

Non

53,7 %

30,4 %

67,5 %

59,6 %

52,4 %

A participé au Congrès national de 2015 : Oui

81,1 %

84,3 %

25,1 %

24,1 %

56,5 %

Non

18,9 %

15,7 %

74,9 %

75,9 %

43,5 %

Membre d’une autre association : Oui

80,9 %

63,3 %

62,0 %

56,6 %

66,7 %

Non

19,1 %

36,7 %

38,0 %

43,4 %

33,3 %

A des heures de décharge ou de délégation syndicale : Oui

79,1 %

86,8 %

49,0 %

53,6 %

68,9 %

Non

20,9 %

13,2 %

51,0 %

46,4 %

31,1 %

Variable supplémentaire :
Quel sens attribuez-vous à la notion d’autonomie ? (2 rép. possibles)

Le fait de ne pas faire partie d'une confédération

8,8 %

7,9 %

8,4 %

5,9 %

7,8 %

Le fait de pouvoir décider au niveau de l'entreprise de signer ou non un accord

33,3 %

65,7 %

17,5 %

46,0 %

40,6 %

L'indépendance du syndicat par rapport aux partis politiques

48,2 %

34,8 %

54,2 %

47,6 %

46,2 %

Le fait de pouvoir définir mes revendications au niveau du terrain

39,9 %

26,4 %

34,3 %

21,4 %

31,0 %

Le fait de défendre une profession ou un corps de métier particulier

13,6 %

6,7 %

15,1 %

6,4 %

10,5 %

Le fait de pouvoir décider librement de mes modalités d'action et d'expression

28,9 %

25,8 %

27,7 %

25,1 %

27,0 %

L'indépendance de mon syndicat par rapport à une ligne ou des consignes nationales

18,9 %

27,0 %

30,1 %

36,9 %

27,7 %

Haut de page

Notes

1 Nous nous appuyons sur deux études commanditées par l’Unsa via l’agence d’objectifs de l’IRES : "Libres ensemble". Sociologie des militants de l’UNSA réalisée en 2018 avec Arthur Nouaillat que nous remercions ici pour sa contribution aux entretiens et à l’analyse, et L'impact de la loi de 2008 sur la représentativité dans le secteur privé : études de cas à partir de l'Unsa (2016). Dans le passé, différentes missions d’études et d’expertises réalisées par l’Orseu pour le compte de l’Unsa ou de ses syndicats ont permis d’avoir une connaissance de son fonctionnement, ayant nourri la problématique de ces deux recherches.

2 Intitulé « L’Unsa, le syndicalisme et moi. Étude sociologique sur les participants au congrès national », il comportait plusieurs parties : Qui êtes-vous, Votre parcours syndical, L’Unsa et vous, Vos activités syndicales à l’Unsa, L’Unsa et la représentativité dans le secteur privé (pour les salariés concernés), L’Unsa et la représentativité dans la fonction publique (pour les agents concernés). Il est présenté en synthèse de l’étude dont est tiré cet article (Farvaque et Nouaillat, 2018).

3 Il est difficile d’apprécier la représentativité statistique de l’échantillon, en l’absence de données administratives sur les adhérents de l’Unsa qui auraient été portées à notre connaissance. Ces données sont produites principalement par les fédérations. Notre échantillon est composé à quasi-parts égales de militants du public et du privé. La part du privé est surreprésentée puisque l’Unsa se compose d’environ un tiers d’adhérents au sein du secteur privé et de deux tiers au sein du secteur public. Nous avons pris soin dans les analyses statistiques de bien considérer cette variable « public/privé » de façon centrale afin de neutraliser cette surreprésentation. Nous ne connaissons pas par ailleurs le nombre de contacts total auquel le questionnaire électronique a été envoyé. Diffusé par le responsable de la communication de l’Unsa à l’ensemble des organisations adhérentes et syndiqués à l’Unsa, ce questionnaire a pu ensuite être relayé par différentes fédérations sectorielles.

4 Sur les différents aspects méthodologiques, voir Farvaque et Nouaillat (2018). Une partie des entretiens a été réalisée auprès de répondants au questionnaire dans lequel était proposé de laisser des coordonnées pour une prise de contact.

5 Lors du décompte de 2021 sur le cycle électoral 2017-2021, l’Unsa réalise 5,99 % des suffrages aux élections du personnel et n’atteint pas la barre des 8 %. Elle est aujourd'hui représentative dans une centaine de branches. Elle est également représentative dans les trois fonctions publiques.

6 Par comparaison en 2008, 61 % des répondants à une enquête réalisée au sein de Solidaires ont adhéré à un autre syndicat dans le passé (Béroud et al., 2011, p. 8), contre seul un quart des congressistes de la CFE-CGC en 2010 (Béthoux et al., 2013, p. 94).

7 Nous avons utilisé le logiciel Modalisa. La liste des variables utilisées pour la classification et des contributions à l’ACM est présentée en annexe. La typologie a été construite en quatre classes en suivant la méthode des centres mobiles puis une classification ascendante hiérarchique.

8 Plus de 15 ans d’ancienneté à la date d’enquête (2015)

9 La question était : « Quel sens donnez-vous au terme d’autonomie ? ». 63,5 % des répondants donnent un sens très positif et 34,1 % un sens plutôt positif.

10 Alain Olive a été le secrétaire général de l’Unsa de 1994 à 2011.

11 En droit, la notion de subsidiarité prévoit que le niveau supérieur n’intervient que si le niveau inférieur n’est pas en capacité de le faire. Du point de vue de la philosophie politique, le terme est cependant plus complexe que cette présomption de compétence en faveur de la plus petite entité ou de la proximité (Barroche, 2008 ; Millon-Delsol, 1992).

12 Dans l’analyse du travail, l’autonomie renvoie notamment à la capacité d’initiative et d’auto organisation, mais pose une difficulté de mesure (Everaere, 2007). Les politiques d’insertion sociale renvoient de leur côté à des injonctions souvent paradoxales à l’autonomie, faites aux plus pauvres, et qui prennent des consistances diverses selon les contextes locaux de mise en œuvre, entre aide individualisée et contraintes posées sur les comportements (Duvoux, 2009). Dans les politiques de formation, l’autonomie peut être vue de façon graduelle selon une échelle de progression dans l’engagement des stagiaires (Saccomano, 2017).

13 Les valeurs suivantes obtiennent ainsi un assentiment général : compromis (87 % d’appréciations positives), négociation (96 %).

14 Au niveau des entreprises, la propension de l’Unsa à signer les accords (88 % en 2017) est de niveau comparable – légèrement inférieur – à celle des cinq organisations représentatives au niveau national (CFDT : 94 %, CFE-CGC : 93 %, CFTC et FO : 91 %, CGT : 85 %). DGT, Bilan de la négociation collective, 2018, p. 615.

15 L’indépendance par rapport aux partis politiques reste une question sensible pour un syndicat issu de la FEN, qui avait une relation étroite avec le Parti socialiste, et dont plusieurs membres entretenaient une proximité réelle avec ce parti au moment de notre enquête entre 2015 et 2017. La discussion du projet de loi « Travail » ou loi El Khomri (promulguée en août 2016) à partir du début 2016 a été un facteur de dissensions internes, entre volontés de l’état-major, favorable sous certains aspects à une responsabilisation des représentants du personnel et à un renforcement du dialogue social d’entreprise, d’être dans une discussion constructive avec le gouvernement, et une base parfois très remontée contre le projet.

16 Le SE (Syndicat des enseignants) est l’un des piliers de l’Unsa-Éducation. Les instances interprofessionnelles territoriales (union locale, départementale ou régionale) bénéficient du travail de ces militants avec des heures de décharge ou bénévoles (à la retraite souvent).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9828/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Farvaque, « Le(s) sens de l’autonomie à l’Unsa »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9828

Haut de page

Auteur

Nicolas Farvaque

ORSEU Recherche & études, Lille 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search