Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Champs et contrechampsLes ouvriers pétroliers de Fos su...

Champs et contrechamps

Les ouvriers pétroliers de Fos sur Mer

Photographies de François Lucchesi
Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag

Résumé

Cette série de photographies a été réalisée par un ouvrier-photographe du port pétrolier de Fos sur mer (Sud de la France). Elle dit autrement que par les mots la nature et les conditions de travail de ces ouvriers qui font entrer le pétrole en Europe en déchargeant les tankers : tout est à la démesure de ces bateaux de plusieurs dizaines de milliers de tonnes déchargeant un produit visqueux qui adhère aux vêtements et à la peau par tous les temps... images à la sensibilité inconnue, faite de complicité et de distanciation. Une manière différente d’aborder le travail qui réinvestit les émotions.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Le portfolio qui suit est une sélection de photographies noir et blanc réalisées entre 1976 et 2003 par François Lucchesi ouvrier du Port autonome de Marseille. L’entreprise décharge les produits pétroliers (brut ou raffinés,) qui sont stockés à proximité pour être traités localement ou envoyés en Allemagne, dans le Sud de la France et en Suisse par pipeline. Le port de Fos comprend 6 points de déchargement avec 5 bras monumentaux pour des pétroliers jaugeant jusqu’à 200 000 tonnes. Les ouvriers dénommés pétroliers entretiennent des rapports assez distants avec les dockers de Marseille parce que les uns et les autres n’utilisent pas les mêmes installations et ne font pas le même métier.

Ouvrier-photographe

  • 1 Les citations proviennent de l’entretien que nous avons réalisé avec François Lucchesi le 27 juille (...)

2Venu du nord de la Corse en 1950 pour trouver un emploi, le père de François Lucchesi se fait embaucher par les chantiers navals de Port de Bouc. François débute une carrière de chaudronnier à la Solmer de Fos avant d’être recruté en 1976 par le Port autonome de Marseille. Il s’inscrit la même année au club photo de sa ville, Saint-Mitre-les-Remparts, dont il devient rapidement président en 1978. Il fait des portraits de ses collègues, quelques fois réticents. Peu à peu la photo entre dans le quotidien des ouvriers qui regardent les tirages en famille. L’essentiel de son travail porte sur son équipe, la n° 5 : au début ce sont des scènes collectives dans le vestiaire, des repas ou des réunions. En s’enhardissant et en gagnant sa légitimé de photographe, François Lucchesi saisit les quais, monte sur les bateaux avec son appareil et photographie de plus en plus le travail lui-même, comme dans une recherche ethnographique. Alors, dit-il, « cette activité en marge de mes journées de travail au milieu du pétrole a contribué à alléger mon quotidien d’ouvrier, chaque photo c’était comme une coupure »1.

3Ses images circulent de plus en plus dans les expositions locales et dans les concours où ils intéressent un public s’élargissant parce que les photos du travail ouvrier restent rares et que le travail des pétroliers en est totalement absent. Le photographe aiguise son regard en s’imprégnant des livres en détaillant les cadrages, les compositions, les lumières : « même si dans la région il fait trop beau, moi je préfère les ciels chargés, le soleil ne m’inspire pas vraiment ». Il adhère au club photo de Martigues où il rencontre de nouveaux photographes, dont des professionnels : « et c’est là que ma vision a changé, y compris parce que faire de la photo, c’est largement observer ce que font les autres, mais aussi comment on conduit le regard [du spectateur] dans la photo ».

4Globalement, Lucchesi-photographe est toléré par la hiérarchie puisque ses images ne sortent pas du cercle des familles des ouvriers de l’entreprise ou s’exposent dans des concours de la région en montrant la vie locale. « Toutefois, dit-il, je prenais l’appareil surtout le week-end parce qu’en semaine il y avait toujours trop de monde, les cadres, les sous-traitants de maintenance, les raffineurs ». Prendre des photos sur les pétroliers étrangers s’est quelquefois compliqué avec les équipages, principalement pour des questions de langue... Parallèlement, François Lucchesi force les portes pour obtenir une formation de photographe financée par les fonds paritaires, tous les vendredis soir pendant deux années. « C’était trop technique et inutile selon moi, mais au moment où chacun a dû sortir ses propres photos, et comme j’étais le seul à faire de l’argentique, glacé à l’époque, quand j’ai étalé mes photos comme au poker, c’était comme si j’avais mis les quatre as : waouh ! c'est vous qui avez fait ça ? Ce n'était plus pareil. Quand on parle, on ne peut pas montrer. Mais quand on présente les choses qu’on sait faire, c’est différent ! Puis j’ai eu le CAP de photographie : c'est le seul diplôme que j’ai eu. Parce qu’à l’époque j’étais intéressé par le CAP : je me disais que si j’en avais marre du port et si d’ici là, il faut un CAP pour ouvrir un magasin, comme dans la coiffure, eh bien je l’ai. Depuis, la photo a coulé et il n’y a plus de magasins de photographie en ville ! »

5François Lucchesi possède alors une collection de photos du travail des pétroliers : Michel Peronnet, le PDG de Fluxel (entreprise qui remplace le Port autonome de Marseille comme opérateur), en affiche quelques-unes dans son bureau. Puis Guy Quessette, ami très proche de François, décède d’un cancer dû à l’amiante et peut-être aux effluves de pétrole ou de gaz. François projette un diaporama de ses photos lors des obsèques. Laurent Quessette, fils de Guy, lui propose de faire un ouvrage avec ses meilleurs clichés. Michel Peronnet soutient le projet, trouve un éditeur, écrit les textes présentant l’entreprise et en fait un livre-anniversaire pour le cinquantenaire du port de Fos sur Mer ; Laurent imagine les titres des photos et y écrit un texte très fort et très poétique sur les ouvriers du port, dans une langue extraordinaire. Le livre est offert par l’entreprise à tous les salariés et aux retraités, lors d’une grande cérémonie en janvier 2019. Après la présentation du livre par François Lucchesi, le PDG parle du travail des pétroliers « et les larmes lui sont montées aux yeux, il n’arrivait plus à parler. Il était ému. Il y avait le délégué CGT qui me dit : “oh j’ai jamais vu ça. Là il m’a impressionné, il avait vraiment du cœur, c'était vraiment émouvant”. Vous voyez le délégué du personnel à l’époque qui était contre lui, qui se battait quand il était là et qui me dit qu’il était trop ému... ».

6Dans le même temps et à propos du livre, le quotidien La Provence publie deux articles sur les pétroliers et sur leurs conditions de travail, avec des photos de François. Son œuvre sort de l’ombre. Cependant, pour des raisons qui nous restent méconnues, liées ou non aux articles du quotidien, Michel Peronnet prend une retraite anticipée quelques mois plus tard.

Le travail des pétroliers

7Dans cet univers du pétrole, tout est géant, des pétroliers aux bras de déchargements qui manipulent les tuyaux raccordant les bateaux à la terre ferme et aux réservoirs. Sur la photographie ci-dessous, il faut presque une loupe pour apercevoir les deux hommes au pied de ces bras. La disproportion habite aussi le travail quotidien des ouvriers qui manipulent de gigantesques tuyauteries d’acier, avec des fuites fréquentes de pétrole brut ou de produits raffinés qu’il faut nettoyer au karcher, sur les quais ou sur les tuyaux et serrent les boulons avec cette grosse clé de 37, attribut du pétrolier que l’on retrouve dans nombre de photos. La description littérale reste nécessairement très en deçà de la réalité que montrent les photos de François Lucchesi.

8Mais c’est aussi le climat qui détériore les conditions de travail : la fournaise l’été et l’hiver glacé quand le mistral souffle très fort. Enfin, ces produits visqueux collent à la tuyauterie, aux sols, aux combinaisons et à la peau ; les gaz, invisibles, attaquent les corps de façon insidieuse. Pourtant, la génération des pétroliers que photographie François Lucchesi a vécu ce travail éreintant et dangereux de façon plutôt insouciante, avec de grandes séquences de rires et de joies, dans les moments d’attente de bateaux à décharger. Le travail, pour être acceptable, doit être ponctué de ces instants de relâchement où la fatigue se révèle tandis que le photographe l’immortalise : le portfolio montre la diversité des ressentis et des sentiments qui habitent les ouvriers-pétroliers. Le photographe lui-même s’amuse à saisir ces instants hors-activité qui embellissent le temps passé au travail.

9La dangerosité traverse le métier en permanence. En particulier à travers la peur de l’incendie qui peut emplir le sommeil des ouvriers-pétroliers. « Ça m’est arrivé plus d’une de fois de rêver que le bateau prenait feu, quand il quitte le quai. Quand je travaillais ça m’est arrivé souvent de faire des cauchemars. Parce que t’as peur, tu sais que le pétrolier est à côté-là, tu dis : mais si ça explose, tu es plus rien à côté. On est le premier à mourir. C'est arrivé qu’il y ait des incendies, mais heureusement sur des petits bateaux. Oui, j’ai rêvé bien des fois d’accidents, ça c'est sûr. Que ça explosait, qu’on partait du quai, qu’on était à bord du bateau et qu’il faut rentrer à la nage. Oh, les rêves, c'était terrible. Ça m’est arrivé souvent dans la vie ». On retrouve la force et la puissance des rêves par rapport au travail dans le texte ci-dessous issu de l’entretien avec François Lucchesi.

Rêver du travail pendant sa retraite

« Ça m’arrive encore souvent de rêver que je travaille et que je peux pas partir. Je dis : mais quand est-ce que je pars ? Bientôt, bientôt, mais pas encore. Et je n’arrive jamais à partir à la retraite. C'est un cauchemar qui me suit tout le temps. Pourtant je n’ai pas été traumatisé par mon travail. Mais c'est un cauchemar, chaque fois que je vois une équipe, elle me dit : “mais il faut faire ta demande, il te manque encore quelques mois à travailler”. Mais jamais je pars, jamais je pars.

Peut-être que j’ai été traumatisé par cette histoire : j’avais déjà quitté le port depuis trois mois et un jour il y a un gars de mon équipe qui m’appelle : on prépare la paëlla, tu veux venir manger avec nous ? On était trois copains, deux copains en retraite, c’est-à-dire moi et Quessette et on dit : tiens on va manger avec eux. On arrive le soir à sept heures et demie et on dîne. Après on a parlé de tout. Mais cela avait été mauvaise journée, mais une vraie mauvaise journée pour eux. Il y a des journées qui sont bonnes on rigole, et des journées où on ne rigole pas. Deux gars s’engueulent, et entre temps le bateau se débranche, ils vont rebrancher ; ils reviennent et se disputent encore. Toute cette ambiance où l’on boit un coup avec un peu d’alcool, j’avais l’impression que je n’étais pas parti à la retraite, que j’étais toujours au travail. Il m’a pris un mal-être et j’ai dit à Guy : viens on s’en va, il faut qu’on parte parce qu’on doit rentrer de bonne heure. Je voulais partir parce que je sentais un mal-être et j’avais l’impression que je travaillais toujours, comme si je n’étais jamais parti à la retraite. Dans ce milieu-là une mauvaise journée, c’est une très mauvaise journée. Je suis parti et j’étais content. Après ils m’ont appelé et j’ai dit : c'est fini. À cause d’une mauvaise journée. C'est bizarre tout ça.

Et après j’ai rêvé très souvent, ça m’arrive encore : ça m’arrive encore de travailler, de pas partir. C'est bien : dans mes rêves c'est agréable parce que je revois mes copains qui sont morts, qui sont là, avec qui je travaille, comme ça je les revois encore un peu. Ça c'est agréable. J’aime bien rêver de morts. Et ouais parce qu’ils sont là, ils sont pas morts ils sont vivants. Je crois qu’il y a deux jours je rêvais de mon père là, que je lui caressais le dos là, ouah, et puis mon père je l’ai jamais touché en plus. Faut que je rêve pour le toucher. Faut le faire ça. Faut rêver pour toucher mon père. C'est dingue les choses qu’on ne fait pas et que l’on les fait dans les rêves. Comme ça c'est fait ».

10Aujourd’hui, l’existence des photos de François Lucchesi et leur publication participent plus ou moins directement aux luttes pour la reconnaissance des cancers comme maladie professionnelle ayant occasionné la mort de plusieurs pétroliers en particulier dans son équipe. Cancers dus à la présence d’amiante dans les bâtiments hébergeant les ouvriers ou aux effluves et aux gaz pétroliers respirés durant les branchements-débranchements des bateaux ou lors des diverses opérations annexes telles que le nettoyage des quais. En effet, depuis un peu plus d’une décennie, les ouvriers sont équipés de masques hautement protecteurs pour la respiration et pour les yeux (dits aeris), équipés de bouteilles d’air portés dans le dos ; ce qui, par contraste avec les photos du portfolio ci-dessous, montre que les risques étaient bien réels hier quand les pétroliers travaillaient sans ces équipements.

11Enfin, on peut s’interroger : y a-t-il une spécificité des photos du travail faites par un ouvrier-photographe ? Oui et non. Non parce qu’elles objectivent les gestes comme tous les instantanés de tous les photographes et montrent le travail en train de se faire. Oui, elles sont très différentes, parce qu’elles le font autrement, de l’intérieur, avec une sensibilité exacerbée qui passe par exemple par l’humour pour supprimer la distance entre le sujet et le photographe. Ici le sujet n’est pas l’objet du photographe extérieur ; l’attention portée au geste de l’autre, le mouvement des yeux comme élément de la compétence, sont saisis par François Lucchesi parce qu’il est lui-même pétrolier. La connaissance et la compréhension secrète du métier font qu’il suit ces hommes dans leurs moindres déplacements pour saisir « l’instant décisif ». Le rapport du sujet à l’ouvrier photographe est empreint de connivences, d’affinités et d’une forte complicité qui se lit sur les visages, dans les poses, dans les sourires et bien sûr dans les regards. Dans ce rapport intime de l’ouvrier au photographe se construit une image d’une autre nature qui la charge émotionnellement. L’œuvre s’en trouve différente et acquiert la chaleur de l’humanité.

Dans le moindre détail, octobre 1985

Dans le moindre détail, octobre 1985
  • 2 Les légendes des photos ci-après ont été rédigées à partir d’un long entretien avec François Lucche (...)

« Cette photo est l’une de mes préférées car elle est bien construite2. Christian Pintet dévisse les écrous avant le raccordement. C’est l’une des tâches principales des pétroliers de Fos : raccorder le tuyau de sortie du tanker (le coude en haut à gauche à moitié hors-champ) à l’autre coude monstrueux, accroché à l’un des bras du quai. En hiver, quand le mistral souffle fort, il fait glacial : autrefois, l’entreprise nous fournissait des vestes en cuir épais contre le froid et la pluie, un gilet en peau de mouton, avec le bonnet. Christian fixe du regard les gestes de son collègue qui manipule le bras à partir de sa passerelle : nous pétroliers, sommes le lien entre la mer et la terre, ce que figure cette photo. Sans oublier la clé de 37, outil capital du pétrolier, en bas à droite. »

La connexion, février 1980

La connexion, février 1980

« Au sol un joint d’amiante pour l’étanchéité du raccordement. Le vieux baril récupère le produit en cas de fuite. Paul Andrieu, au soleil mais dans un froid de canard, serre en quinconce les premiers boulons afin que les joues collent bien. Paul s’assure une position de force sur ses jambes pour serrer plus facilement les écrous : la photo tient essentiellement par le triangle de ses jambes qui structure l’image en suggérant la maîtrise de la situation. »

(Im)maculé, octobre 1985

(Im)maculé, octobre 1985

« J’ai construit cette photo en ayant envie de montrer le contraste entre l’homme et son environnement métallique. J’ai travaillé la profondeur de champ avec un objectif de 100 m/m (ouverture 2,8) pour mettre en valeur Jeannot Gomar qui, avec son karscher, nettoie les tuyaux sur les quais. Cette tâche est très salissante et désagréable, le pétrole visqueux éclabousse le pétrolier ».

Neige noire, décembre 2001

Neige noire, décembre 2001

« Louis Esposito et Guy Quessette vont assembler le tuyau du bras à celui du bateau (en haut à droite) ; ils doivent enlever la tape (le couvercle) qui évite les coulures de pétrole entre deux déchargements. Depuis le début des années 1990, les 16 boulons du raccordement sont remplacés par 3 ou 4 clams, comme ici, c’est-à-dire des serrages rapides pour accélérer le branchement et pour faciliter le travail. Composition en diagonale avec des regards qui pourraient se croiser, mais qui sont trop concentrés sur la tâche. L’usage du 35 m/m favorise ma composition avec le dos élargi au premier plan qui s’oppose au regard concentré de son co-équipier. Le grand angle saisit tout autant la neige sur les vêtements que sur le garde-corps, tout en maintenant un certain flou de l’arrière-plan (ouverture à 3,5 ou 5,6). »

La coordination, juillet 1991

La coordination, juillet 1991

Cette photo en plongée souligne l’attention de chacun a sa tâche et la nécessaire coordination au fondement du travail collectif en situation dangereuse : ici la manipulation de ce monstre d’acier qu’il faut asseoir sur l’épontire, le H métallique manœuvré par les deux ouvriers. Cette image visibilise la mobilisation de tous les corps dans l’accomplissement de l’opération. Les yeux et les mains sont des classiques de l’attention portés aux personnages. L’originalité de cette photo réside dans l’alignement des jambes de deux des quatre pétroliers dans sa diagonale. Mouvement quasi chorégraphique sur une scène théâtrale, qui accroche le regard sur l’ensemble du groupe.

Arme au poing, avril 2007

Arme au poing, avril 2007

La clé de 37 est l’outil quasiment unique de l’ouvrier-pétrolier ; depuis la fin des années 1990 elle est en bronze plutôt qu’en acier pour des raisons de sécurité (électricité statique et danger d’incendie). Le gant de sécurité qui tient la clé exprime la force à travers le poing serré ; les icones sur le gant rappellent les consignes de sécurité à leur tour. La ligne horizontale faite du bas du blouson et de la longueur de la clé coupe la ligne verticale construite par le poignet et le bras : la rencontre des deux traits a lieu approximativement aux deux-tiers de leur longueur, c’est-à-dire au point (poing) d’or si cher à l’esthétique de tous les temps...

Le bitume, avril 2000

Le bitume, avril 2000

Pendant une année, l’entreprise a reçu du bitume : « l’expérience a été abandonnée et nous avons salué la fin de cette galère... Car pour être transporté le bitume devait être chauffé et nous avions des tuyaux souples pour raccorder le bateau au port. Toute l’équipe se mobilisait : ici deux ouvriers desserrent les boulons, un autre se prépare à récupérer le produit des fuites et le dernier vient en appui pour faire face à toute éventualité (le chef, à gauche, semble assez démuni) ». La photo souligne la concentration de l’équipe à travers ses regards inquiets ou des gestes d’urgence comme sur un être vivant plus ou moins symbolisé par ce corps blanc, qui tranche avec la noirceur des autres images. Ce serpent blanc structure la photo en partant du point d’or (le raccord, lieu de concentration de tous les regards) pour se projeter sur le spectateur comme s’il participait à l’action.

Le salut, juillet 1999

Le salut, juillet 1999

« Gregor Mamberti avait une bonne tête en photo. Quand tu cadres, il faut toujours regarder ce qu’il y a derrière... parce que ce truc va attirer l’œil, inconsciemment quand tu vas regarder la photo. C’est la pause dans le vestiaire avec le café et la cigarette. Mais c’est aussi la fatigue du travail. C’est une photo qui fait réfléchir, tout est dans le regard de Gregor. »
Les photos des pétroliers au travail montrent combien ils sont entièrement tendus dans l’effort ; ce cliché, pris dans le relâchement, contraste avec les précédentes et interroge « par défaut » pourrait-on dire ce qu’est le travail.

Çà coince, mai 1998

Çà coince, mai 1998

L’accès aux vannes n’est pas toujours aisé. Cette photo des efforts d’Émile Coulon pour desserrer une vanne nous emmène immédiatement vers Les Temps modernes de Charlie Chaplin, avec le visage, la contorsion, et la prééminence des tuyaux qui compriment le pétrolier. Là où le cinéma et la photographie se rencontrent... Au-delà de la photo descriptive et informative, François Lucchesi distille dans certaines de ses images un humour qui fait respirer le spectateur afin qu’il saisisse la pénibilité du travail.

La mitraille (autoportrait), juillet 1985

La mitraille (autoportrait), juillet 1985

« Pendant le nettoyage du quai au karcher, la pression renvoie le pétrole sur nos combinaisons blanches. Exceptionnellement j’avais des lunettes, à peine noircies. C’est vraiment le côté du travail le plus salissant. Le fond de la photo est tacheté comme le personnage ». Cette photo évoque August Sander dans sa série Hommes du XXe siècle [1929]. La pose figée conduit le spectateur à s’interroger : c’est quoi le métier ?

Le miroir aspiré, janvier 1984

Le miroir aspiré, janvier 1984

Après une fuite sur le quai, Hervé Corsini pompe le pétrole. Le bord de la flaque visqueuse sépare l’image en deux parties égales, opposant la combinaison à la noirceur du brut. Le pétrole fossile projette l’ouvrier dans les profondeurs terrestres d’où il a été extrait...
« Je dois préciser que s’agissant d’images argentiques et donc de tirages avec un agrandisseur, je masquais par intermittence le bas de l’image avec une « spatule » (un cache au bout d’une tige de fer) pour éclaircir cette partie du cliché ».

Visage d’encre, juillet 1985

Visage d’encre, juillet 1985

Guy Quessette, de retour du quai, prend contact avec l’interprète du bateau à décharger. Toutes les relations entre les bateaux, les raffineries et les ouvriers-pétroliers passent par ce bureau. Un comparse rieur détourne l’attention du spectateur et dédramatise la concentration du pétrolier au milieu de ses téléphones, multiplicité en général signe distinctif des cadres-dirigeants ou des chefs politiques... Autant d’éléments qui interrogent le fonctionnement de l’équipe et la nature du travail lui-même avec ses responsabilités déléguées.

La force, 1982

La force, 1982

Georges Coulon desserre les écrous pour débrancher le bateau : il s’agit de désacoupler les deux éléments : le pétrole restant dans les tuyaux s’échappe pour être récupéré dans des cuves sous les grilles. Arc-bouté sur la clé de 37, le pétrolier tâche d’être le moins éclaboussé possible. « Quand sa femme a vu toutes mes photos, elle m’a dit : “je sais maintenant ce que fait mon mari au travail” ».

Le marin, 1985

Le marin, 1985

« Dans cette photo il y a deux trucs. Il y a la vérité et il y a autre chose qui n’est pas la vérité mais qui est plus agréable, à savoir des gens qui ont fait le tour du monde, qui ont des tatouages partout montrant toutes leurs escales. C’est ce qu’on voit, mais ce n’est pas la vraie histoire.
« J’ai fait la photo un peu pour ça, mais en fin de compte c'est un gars qui travaille au port autonome. Un jour où il se lavait, j’ai vu ses tatouages. Je lui ai demandé de le prendre en photo. Il me raconte que dans son tatouage c'est toute la vie de ses parents, de ses grands-parents qui sont partis de tel endroit, qui sont allés ici, qui sont allés là. Ça raconte que ses parents arrivaient du Pérou, ont traversé l’Amérique du Sud, je ne me rappelle plus de tous les endroits. Ça va bien avec les bateaux et les marins : ils ont fait des voyages aussi. Sa vie est dans son dos. C'est beau ! La vie dans le dos !
« Il a mis toute sa famille. Je lui ai dit : c'est bête, tu ne peux jamais voir l’histoire de ta famille. Si tu as fait tous ces tatouages, c'est pour que tu les voies. Moi je me dis : si je me fais un tatouage, je le ferai devant, pour moi, pour le voir. Même s’il est à l’envers pour les autres, mais c'est pour moi.
« L’histoire d’un marin qui navigue c'est beau, un marin qui navigue sur place… »

La fraternité, 1993

La fraternité, 1993

« Guy Quessette (de face) était plus Marseillais que les Marseillais. Allez l’OM ! Il faisait le jeune homme, il avait investi dans la super montre alors il était heureux, il faisait un peu le gandin comme on dit chez nous dans le Midi, il faisait un peu le gars qui avait réussi. Tous les deux, je trouvais qu’ils étaient beaux. On voit aussi le reflet de Paul Andrieu, donc il est aussi de face. Et puis ils s’entendaient bien tous les deux. Ils sont tous deux décédés d’un cancer à 61 ans, un an après avoir pris leur retraite...
« On est en plein dans le cinéma italo-américain. Il fait bien l’Italien avec le petit médaillon autour du cou, la main à la ceinture, la chemise sur les épaules. Quand il était plus jeune, il faisait de la musculation, il était toujours bronzé ».

Le trophée, février 1981

Le trophée, février 1981

« C’est un bras, mais il n’est pas branché, il est posé au sol, en bas du quai. C’était la première fois qu’on avait un bras déposé sur quai, je suis vite allé le prendre en photo. Ils l’avaient repeint, ils l’avaient refait à neuf. Cette brillance là, je ne l’ai jamais revue. C'est vrai que ça ressemble à un trophée. Ce n'est pas moi qui l’ai appelé comme ça, c'est Laurent Quessette. C’est immense par rapport à un homme ».
François Lucchesi est sensible à cette puissance créée par l’homme : il l’exprime à travers une recherche formelle, comme dans la photo suivante.

Jet d’ancre, mai 2000

Jet d’ancre, mai 2000

« J’aime beaucoup cette photo parce que l’on voit rarement un bateau à quai d’où sort de l’eau. J’ai demandé pourquoi et je n’ai jamais eu de réponse. J’avais bien aimé, ça m’avait plu. Il y a une autre raison, celle du gigantisme car ici nous sommes au ras de la mer. Ce jour-là, les bateliers en grève [ceux qui amarrent les bateaux] avaient bloqué la route et on ne pouvait aller travailler. On nous a préparé un bateau à Port de Bouc : c’était un tout petit bateau, une barque.
Et du petit bateau, voir le pétrolier, ah mais c'était énorme ! J’ai dit : mais c'est quoi ça ? On ne l’avait jamais vu comme cela. Pourtant nous qui étions à quai, il y a combien ? Trois mètres de plus, quatre mètres, mais au ras de l’eau ça faisait encore plus grand. Parce que quand le bateau se vide, il remonte de 15-20 mètres... Du côté mer, voir les bateaux à quai ça faisait encore plus immense. C'est la première fois que ça me faisait ça. C'était impressionnant !
« Après leur départ, les marins remplissent le tanker avec de l’eau de mer pour le stabiliser et pour pouvoir circuler, parce que sinon ils sont trop hauts et s’il y a des vagues et de la tempête ils ne peuvent pas naviguer.
« À quai, un bateau vide c’est plus dangereux pour nous parce qu’il n’y a que des gaz. Un matin, à cinq heures et demi du matin, on était tous là, prêts à partir [après notre quart]. On regarde le quai, on voit une flamme qui sort du pétrolier. Une flamme, une flamme ! Le chef dit : il faut aller fermer les vannes là-bas. Mais personne n’y est allé. “C'est toi le chef. C'est toi le responsable, je lui ai dit. Mais si ça explose, moi je vais mourir là-bas. Parce que qu’est-ce qui est le plus important ? De mourir là-bas ou d’être vivant ici ?” Et le chef est allé fermer les vannes. Ça n’a pas explosé ».

Empreintes, décembre 2001

Empreintes, décembre 2001

« Ce n'est pas souvent qu’il neige chez nous. Alors quand il neige, c'est la fête. Parce qu’on est heureux quand il neige et qu’il fait froid. Je photographie... D’un côté il y a les traces et de l’autre côté il y a le fil du téléphone qui nous relie au bateau. C’est une diagonale qui sépare la photo en deux, avec un peu de mystère, comme une énigme.
« C’est un moment où j’en avais marre des gens, des gens qui branchent et qui débranchent. Je le fais encore un peu mais il me semble que c’est toujours pareil. Alors j’essaie de chercher autre chose. Et plus ça va, plus c’est difficile. Et... moins on trouve. C’est aussi pour ça qu’il est toujours intéressant d’écouter ceux qui parlent de mes photos ».

Haut de page

Notes

1 Les citations proviennent de l’entretien que nous avons réalisé avec François Lucchesi le 27 juillet 2021 ou de son ouvrage de photographies Ils brillaient de pétrole sous le soleil, Paris L’Harmattan, 2021.

2 Les légendes des photos ci-après ont été rédigées à partir d’un long entretien avec François Lucchesi. Les citations proviennent des analyses et des commentaires de ses images par le photographe lui-même ; les autres développements sont de Joyce Sebag et de Jean-Pierre Durand

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dans le moindre détail, octobre 1985
Légende « Cette photo est l’une de mes préférées car elle est bien construite2. Christian Pintet dévisse les écrous avant le raccordement. C’est l’une des tâches principales des pétroliers de Fos : raccorder le tuyau de sortie du tanker (le coude en haut à gauche à moitié hors-champ) à l’autre coude monstrueux, accroché à l’un des bras du quai. En hiver, quand le mistral souffle fort, il fait glacial : autrefois, l’entreprise nous fournissait des vestes en cuir épais contre le froid et la pluie, un gilet en peau de mouton, avec le bonnet. Christian fixe du regard les gestes de son collègue qui manipule le bras à partir de sa passerelle : nous pétroliers, sommes le lien entre la mer et la terre, ce que figure cette photo. Sans oublier la clé de 37, outil capital du pétrolier, en bas à droite. »
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre La connexion, février 1980
Légende « Au sol un joint d’amiante pour l’étanchéité du raccordement. Le vieux baril récupère le produit en cas de fuite. Paul Andrieu, au soleil mais dans un froid de canard, serre en quinconce les premiers boulons afin que les joues collent bien. Paul s’assure une position de force sur ses jambes pour serrer plus facilement les écrous : la photo tient essentiellement par le triangle de ses jambes qui structure l’image en suggérant la maîtrise de la situation. »
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre (Im)maculé, octobre 1985
Légende « J’ai construit cette photo en ayant envie de montrer le contraste entre l’homme et son environnement métallique. J’ai travaillé la profondeur de champ avec un objectif de 100 m/m (ouverture 2,8) pour mettre en valeur Jeannot Gomar qui, avec son karscher, nettoie les tuyaux sur les quais. Cette tâche est très salissante et désagréable, le pétrole visqueux éclabousse le pétrolier ».
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Neige noire, décembre 2001
Légende « Louis Esposito et Guy Quessette vont assembler le tuyau du bras à celui du bateau (en haut à droite) ; ils doivent enlever la tape (le couvercle) qui évite les coulures de pétrole entre deux déchargements. Depuis le début des années 1990, les 16 boulons du raccordement sont remplacés par 3 ou 4 clams, comme ici, c’est-à-dire des serrages rapides pour accélérer le branchement et pour faciliter le travail. Composition en diagonale avec des regards qui pourraient se croiser, mais qui sont trop concentrés sur la tâche. L’usage du 35 m/m favorise ma composition avec le dos élargi au premier plan qui s’oppose au regard concentré de son co-équipier. Le grand angle saisit tout autant la neige sur les vêtements que sur le garde-corps, tout en maintenant un certain flou de l’arrière-plan (ouverture à 3,5 ou 5,6). »
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre La coordination, juillet 1991
Légende Cette photo en plongée souligne l’attention de chacun a sa tâche et la nécessaire coordination au fondement du travail collectif en situation dangereuse : ici la manipulation de ce monstre d’acier qu’il faut asseoir sur l’épontire, le H métallique manœuvré par les deux ouvriers. Cette image visibilise la mobilisation de tous les corps dans l’accomplissement de l’opération. Les yeux et les mains sont des classiques de l’attention portés aux personnages. L’originalité de cette photo réside dans l’alignement des jambes de deux des quatre pétroliers dans sa diagonale. Mouvement quasi chorégraphique sur une scène théâtrale, qui accroche le regard sur l’ensemble du groupe.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0M
Titre Arme au poing, avril 2007
Légende La clé de 37 est l’outil quasiment unique de l’ouvrier-pétrolier ; depuis la fin des années 1990 elle est en bronze plutôt qu’en acier pour des raisons de sécurité (électricité statique et danger d’incendie). Le gant de sécurité qui tient la clé exprime la force à travers le poing serré ; les icones sur le gant rappellent les consignes de sécurité à leur tour. La ligne horizontale faite du bas du blouson et de la longueur de la clé coupe la ligne verticale construite par le poignet et le bras : la rencontre des deux traits a lieu approximativement aux deux-tiers de leur longueur, c’est-à-dire au point (poing) d’or si cher à l’esthétique de tous les temps...
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Le bitume, avril 2000
Légende Pendant une année, l’entreprise a reçu du bitume : « l’expérience a été abandonnée et nous avons salué la fin de cette galère... Car pour être transporté le bitume devait être chauffé et nous avions des tuyaux souples pour raccorder le bateau au port. Toute l’équipe se mobilisait : ici deux ouvriers desserrent les boulons, un autre se prépare à récupérer le produit des fuites et le dernier vient en appui pour faire face à toute éventualité (le chef, à gauche, semble assez démuni) ». La photo souligne la concentration de l’équipe à travers ses regards inquiets ou des gestes d’urgence comme sur un être vivant plus ou moins symbolisé par ce corps blanc, qui tranche avec la noirceur des autres images. Ce serpent blanc structure la photo en partant du point d’or (le raccord, lieu de concentration de tous les regards) pour se projeter sur le spectateur comme s’il participait à l’action.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Le salut, juillet 1999
Légende « Gregor Mamberti avait une bonne tête en photo. Quand tu cadres, il faut toujours regarder ce qu’il y a derrière... parce que ce truc va attirer l’œil, inconsciemment quand tu vas regarder la photo. C’est la pause dans le vestiaire avec le café et la cigarette. Mais c’est aussi la fatigue du travail. C’est une photo qui fait réfléchir, tout est dans le regard de Gregor. » Les photos des pétroliers au travail montrent combien ils sont entièrement tendus dans l’effort ; ce cliché, pris dans le relâchement, contraste avec les précédentes et interroge « par défaut » pourrait-on dire ce qu’est le travail.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Çà coince, mai 1998
Légende L’accès aux vannes n’est pas toujours aisé. Cette photo des efforts d’Émile Coulon pour desserrer une vanne nous emmène immédiatement vers Les Temps modernes de Charlie Chaplin, avec le visage, la contorsion, et la prééminence des tuyaux qui compriment le pétrolier. Là où le cinéma et la photographie se rencontrent... Au-delà de la photo descriptive et informative, François Lucchesi distille dans certaines de ses images un humour qui fait respirer le spectateur afin qu’il saisisse la pénibilité du travail.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Titre La mitraille (autoportrait), juillet 1985
Légende « Pendant le nettoyage du quai au karcher, la pression renvoie le pétrole sur nos combinaisons blanches. Exceptionnellement j’avais des lunettes, à peine noircies. C’est vraiment le côté du travail le plus salissant. Le fond de la photo est tacheté comme le personnage ». Cette photo évoque August Sander dans sa série Hommes du XXe siècle [1929]. La pose figée conduit le spectateur à s’interroger : c’est quoi le métier ?
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Le miroir aspiré, janvier 1984
Légende Après une fuite sur le quai, Hervé Corsini pompe le pétrole. Le bord de la flaque visqueuse sépare l’image en deux parties égales, opposant la combinaison à la noirceur du brut. Le pétrole fossile projette l’ouvrier dans les profondeurs terrestres d’où il a été extrait...« Je dois préciser que s’agissant d’images argentiques et donc de tirages avec un agrandisseur, je masquais par intermittence le bas de l’image avec une « spatule » (un cache au bout d’une tige de fer) pour éclaircir cette partie du cliché ».
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Visage d’encre, juillet 1985
Légende Guy Quessette, de retour du quai, prend contact avec l’interprète du bateau à décharger. Toutes les relations entre les bateaux, les raffineries et les ouvriers-pétroliers passent par ce bureau. Un comparse rieur détourne l’attention du spectateur et dédramatise la concentration du pétrolier au milieu de ses téléphones, multiplicité en général signe distinctif des cadres-dirigeants ou des chefs politiques... Autant d’éléments qui interrogent le fonctionnement de l’équipe et la nature du travail lui-même avec ses responsabilités déléguées.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre La force, 1982
Légende Georges Coulon desserre les écrous pour débrancher le bateau : il s’agit de désacoupler les deux éléments : le pétrole restant dans les tuyaux s’échappe pour être récupéré dans des cuves sous les grilles. Arc-bouté sur la clé de 37, le pétrolier tâche d’être le moins éclaboussé possible. « Quand sa femme a vu toutes mes photos, elle m’a dit : “je sais maintenant ce que fait mon mari au travail” ».
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Le marin, 1985
Légende « Dans cette photo il y a deux trucs. Il y a la vérité et il y a autre chose qui n’est pas la vérité mais qui est plus agréable, à savoir des gens qui ont fait le tour du monde, qui ont des tatouages partout montrant toutes leurs escales. C’est ce qu’on voit, mais ce n’est pas la vraie histoire. « J’ai fait la photo un peu pour ça, mais en fin de compte c'est un gars qui travaille au port autonome. Un jour où il se lavait, j’ai vu ses tatouages. Je lui ai demandé de le prendre en photo. Il me raconte que dans son tatouage c'est toute la vie de ses parents, de ses grands-parents qui sont partis de tel endroit, qui sont allés ici, qui sont allés là. Ça raconte que ses parents arrivaient du Pérou, ont traversé l’Amérique du Sud, je ne me rappelle plus de tous les endroits. Ça va bien avec les bateaux et les marins : ils ont fait des voyages aussi. Sa vie est dans son dos. C'est beau ! La vie dans le dos ! « Il a mis toute sa famille. Je lui ai dit : c'est bête, tu ne peux jamais voir l’histoire de ta famille. Si tu as fait tous ces tatouages, c'est pour que tu les voies. Moi je me dis : si je me fais un tatouage, je le ferai devant, pour moi, pour le voir. Même s’il est à l’envers pour les autres, mais c'est pour moi. « L’histoire d’un marin qui navigue c'est beau, un marin qui navigue sur place… »
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre La fraternité, 1993
Légende « Guy Quessette (de face) était plus Marseillais que les Marseillais. Allez l’OM ! Il faisait le jeune homme, il avait investi dans la super montre alors il était heureux, il faisait un peu le gandin comme on dit chez nous dans le Midi, il faisait un peu le gars qui avait réussi. Tous les deux, je trouvais qu’ils étaient beaux. On voit aussi le reflet de Paul Andrieu, donc il est aussi de face. Et puis ils s’entendaient bien tous les deux. Ils sont tous deux décédés d’un cancer à 61 ans, un an après avoir pris leur retraite... « On est en plein dans le cinéma italo-américain. Il fait bien l’Italien avec le petit médaillon autour du cou, la main à la ceinture, la chemise sur les épaules. Quand il était plus jeune, il faisait de la musculation, il était toujours bronzé ».
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Le trophée, février 1981
Légende « C’est un bras, mais il n’est pas branché, il est posé au sol, en bas du quai. C’était la première fois qu’on avait un bras déposé sur quai, je suis vite allé le prendre en photo. Ils l’avaient repeint, ils l’avaient refait à neuf. Cette brillance là, je ne l’ai jamais revue. C'est vrai que ça ressemble à un trophée. Ce n'est pas moi qui l’ai appelé comme ça, c'est Laurent Quessette. C’est immense par rapport à un homme ». François Lucchesi est sensible à cette puissance créée par l’homme : il l’exprime à travers une recherche formelle, comme dans la photo suivante.
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Jet d’ancre, mai 2000
Légende « J’aime beaucoup cette photo parce que l’on voit rarement un bateau à quai d’où sort de l’eau. J’ai demandé pourquoi et je n’ai jamais eu de réponse. J’avais bien aimé, ça m’avait plu. Il y a une autre raison, celle du gigantisme car ici nous sommes au ras de la mer. Ce jour-là, les bateliers en grève [ceux qui amarrent les bateaux] avaient bloqué la route et on ne pouvait aller travailler. On nous a préparé un bateau à Port de Bouc : c’était un tout petit bateau, une barque. Et du petit bateau, voir le pétrolier, ah mais c'était énorme ! J’ai dit : mais c'est quoi ça ? On ne l’avait jamais vu comme cela. Pourtant nous qui étions à quai, il y a combien ? Trois mètres de plus, quatre mètres, mais au ras de l’eau ça faisait encore plus grand. Parce que quand le bateau se vide, il remonte de 15-20 mètres... Du côté mer, voir les bateaux à quai ça faisait encore plus immense. C'est la première fois que ça me faisait ça. C'était impressionnant ! « Après leur départ, les marins remplissent le tanker avec de l’eau de mer pour le stabiliser et pour pouvoir circuler, parce que sinon ils sont trop hauts et s’il y a des vagues et de la tempête ils ne peuvent pas naviguer. « À quai, un bateau vide c’est plus dangereux pour nous parce qu’il n’y a que des gaz. Un matin, à cinq heures et demi du matin, on était tous là, prêts à partir [après notre quart]. On regarde le quai, on voit une flamme qui sort du pétrolier. Une flamme, une flamme ! Le chef dit : il faut aller fermer les vannes là-bas. Mais personne n’y est allé. “C'est toi le chef. C'est toi le responsable, je lui ai dit. Mais si ça explose, moi je vais mourir là-bas. Parce que qu’est-ce qui est le plus important ? De mourir là-bas ou d’être vivant ici ?” Et le chef est allé fermer les vannes. Ça n’a pas explosé ».
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Empreintes, décembre 2001
Légende « Ce n'est pas souvent qu’il neige chez nous. Alors quand il neige, c'est la fête. Parce qu’on est heureux quand il neige et qu’il fait froid. Je photographie... D’un côté il y a les traces et de l’autre côté il y a le fil du téléphone qui nous relie au bateau. C’est une diagonale qui sépare la photo en deux, avec un peu de mystère, comme une énigme. « C’est un moment où j’en avais marre des gens, des gens qui branchent et qui débranchent. Je le fais encore un peu mais il me semble que c’est toujours pareil. Alors j’essaie de chercher autre chose. Et plus ça va, plus c’est difficile. Et... moins on trouve. C’est aussi pour ça qu’il est toujours intéressant d’écouter ceux qui parlent de mes photos ».
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/9863/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag, « Les ouvriers pétroliers de Fos sur Mer »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9863

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Évry Paris-Saclay

Articles du même auteur

Joyce Sebag

Centre Pierre Naville, Université d’Évry Paris-Saclay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search