Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Matériaux et méthodesUn homme pressé

Matériaux et méthodes

Un homme pressé

La « vocation entrepreneuriale » d’un étudiant des classes supérieures
A young man in a hurry. The ‘entrepreneurial vocation’ of an upper-class student
Un hombre con prisa. La “vocación empresarial” de un estudiante de clase alta
Olivia Chambard

Résumés

À travers la mise en perspective méthodologique et analytique d’un entretien biographique, cet article présente le parcours d’un étudiant en licence de droit, issu d’un milieu privilégié, et qui s’investit en parallèle de ses études dans un projet entrepreneurial. À une époque où l’idéologie méritocratique est largement remise en avant dans le monde scolaire comme dans le monde du travail, l’appropriation de la figure socialement construite de l’«  entrepreneur » apparaît comme une manière, pour ce jeune homme, de mettre en avant sa capacité à « se faire seul » en minorant les appuis sociaux sur lesquels se construit son parcours. L’article s’intéresse notamment au rapport au temps de ce jeune héritier qui construit son parcours d’études puis d’accès à l’emploi comme une « course contre la montre ».

Haut de page

Texte intégral

1Les jeunes sont aujourd’hui la cible d’une série de dispositifs visant à stimuler chez eux l’« esprit d’entreprendre » et à les encourager à envisager l’entrepreneuriat comme une voie possible d’entrée dans la vie active. Pourtant, au-delà des discours convenus sur le nouveau rapport au travail des « générations Y ou X » ou des récits mythiques d’un Mark Zuckerberg lançant Facebook pendant ses études, la création d’entreprise demeure une aventure hasardeuse qui nécessite la possession de ressources spécifiques. Les statistiques montrent d’ailleurs qu’elle est davantage susceptible d’être menée à bien par des individus disposant déjà d’une solide expérience professionnelle dans le secteur envisagé ou issus de parents indépendants (Laferrère, 1998). Pourtant, sous l’effet conjugué des dispositifs de formation déployés ainsi que de la valorisation plus générale de la figure de l’entrepreneur dans la société, on constate sur les campus une banalisation de la pratique consistant à élaborer des projets d’entreprise et autres « business model » (Chambard, 2020) souvent assortie de la manifestation de vocations d’entrepreneurs. Le codage vocationnel (Suaud, 2018) de l’entrepreneuriat correspond à une manière, pour les jeunes concernés, de (se) convaincre de la possibilité d’engager une carrière d’entrepreneur pensée sur le registre de l’exceptionnalité. La réalité statistique de la création d’une entreprise, comme résultante d’une contrainte (telle la perte de son emploi) ou d’une opportunité (telle la possibilité d’exploiter une niche repérée dans un secteur d’activité) qui survient au cours de la vie professionnelle, laisse la place à l’«  entrepreneuriat » appréhendé comme un métier en soi – peu importe l’activité exercée – et un destin héroïque, tandis que les différences socio-économiques béantes entre un indépendant exerçant seul, un créateur de « start-up » ou un patron de PME (Offerlé, 2017) sont gommées. C’est ce discours stéréotypé, que certains étudiants et jeunes diplômés, plutôt de sexe masculin, se réapproprient en fonction de leurs trajectoires passées et de leurs perspectives futures, qui nous intéresse ici.

  • 1 L’enquête, que j’ai menée au sein de ce dispositif (pour lequel quarante-cinq étudiants ont été ret (...)
  • 2 Ce terme, issu de la Silicon Valley, désigne la présentation de son projet d’entreprise et de son « (...)
  • 3 Afin de respecter sa demande, j’ai coupé certains passages de l’entretien ayant trait à son projet.
  • 4 Nous nous sommes rencontrés lors de la première séance du programme dédié aux étudiants-entrepreneu (...)

2En deuxième année de droit, Pierre fait partie des étudiants retenus pour bénéficier du programme d’accompagnement dédié par son université parisienne aux étudiants-entrepreneurs1. Déclarant se rêver « entrepreneur » depuis qu’il est « tout petit », Pierre se présente comme le porteur d’un projet de plateforme digitale dans le domaine des assurances. Issu d’une famille de la bourgeoisie économique – son père, ingénieur centralien, a été associé dans une société de services informatiques tandis que sa mère a travaillé comme représentante commerciale dans le prêt-à-porter avant d’élever ses quatre enfants et de se consacrer à des activités caritatives –, il a réalisé ses études secondaires dans un lycée privé « sélect », situé non loin du domicile parental dans le septième arrondissement de Paris. Je mène avec lui un entretien d’une heure et quart, dans un café proche du Panthéon. S’il ne s’agit pas d’un « entretien long » selon les canons de la sociologie, surtout dans la mesure où il est pensé comme un entretien biographique, il n’est cependant pas si court, relativement aux autres entretiens que j’ai menés avec des individus aux profils similaires, i.e. de jeunes hommes issus des classes supérieures et porteurs d’un projet entrepreneurial et qui ne montrent pour la plupart guère d’appétence à « se raconter », si ce n’est sous la forme standardisée du « pitch »2. Cette réticence à se livrer diffère de la difficulté que peut rencontrer le sociologue à faire s’exprimer des populations dominées (Couronné, 2017). Elle renvoie plutôt à une certaine réticence masculine et bourgeoise à parler de soi et surtout à exprimer ses doutes. Dans le cas de l’entretien avec Pierre, la difficulté tient ainsi moins au laconisme de ses réponses (il s’agit d’un relatif « bon client ») qu’à une mise en scène de soi assez lisse. Laissant transparaître un ethos bourgeois, empreint à la fois d’assurance et de déférence, il semble maîtriser l’exercice et ne pas se livrer outre mesure – même s’il est intéressant de noter, qu’anxieux de s’être quand même laissé aller à « trop parler » de son projet entrepreneurial, il me recontacte le lendemain afin de me demander de ne pas le divulguer3. Si l’entretien sociologique est un exercice qui prête à la mise en forme rétrospective et prospective de sa trajectoire (Bourdieu, 1986), l’effet est redoublé ici. Le fait que l’enquêté sache c’est en tant que « porteur d’un projet entrepreneurial » que je l’interroge4 renforce en effet une présentation de soi « stratège » (on le verra à certaines de mes relances) qui met en conformité un parcours passé, présent et à venir, avec la vocation endossée.

  • 5 Terme utilisé dans ce milieu pour désigner l’ensemble des acteurs individuels et collectifs qui gra (...)
  • 6 La création, en 2014, des Pôles étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (Pépi (...)

3Que peut dès lors nous apprendre un entretien de ce type ? Je propose d’en donner à voir de larges pans, moins pour proposer une méthode capable de résoudre ces difficultés et de faire parler l’enquêté « au-delà du pitch », que pour analyser la cristallisation à l’œuvre d’un discours de la vocation entrepreneuriale qui, comme à des époques antérieures celui de la vocation sacerdotale ou artistique, possède ses figures imposées et ses expressions stéréotypées. C’est dès lors moins la « vérité singulière » de l’individu qui est recherchée que quelque chose s’apparentant à une autobiographie d’institution (Pennetier et Pudal, 2002) – ici d’une institution entrepreneuriale émergente – et à la manière dont se la réapproprie l’individu pour la faire sienne. Un des traits marquants de l’entretien, qui est à la fois une caractéristique du discours vocationnel en général et du mythe de l’entrepreneur « self made man » en particulier, est la manière dont Pierre cherche à présenter son parcours sur le registre de l’accomplissement personnel, mais sans nier tout à fait les appuis dont il dispose et qui contribuent aussi à rendre crédible son projet. À une époque où l’idéologie méritocratique est de plus en plus mise en avant, que ce soit dans le monde scolaire où les nouvelles élites cherchent à justifier leur réussite par leur labeur individuel (Khan, 2015), ou dans le monde professionnel où progressent les rémunérations individualisées (Bernard, 2020), l’appropriation de la figure de l’entrepreneur apparaît comme une manière pour cet « héritier » de mettre en avant le rôle de son travail personnel dans le succès futur qu’il espère. À l’instar des élèves de classe préparatoire (Tenret, 2011), Pierre signale à différentes reprises qu’il a conscience de son origine sociale privilégiée et des avantages qu’elle lui procure. Mais, comme ces derniers (la mise en scène de) l’intensité de son travail personnel – même si dans son cas, ce sont moins ses efforts scolaires qui sont mis en avant qu’un engagement déjà tourné vers l’univers professionnel – lui sert à légitimer son propre mérite. Il oscille dès lors entre évocation de l’aide sur laquelle il peut s’appuyer – en la reformulant sur le registre de la capacité personnelle à bien s’entourer, censée être une qualité de l’entrepreneur – et manifestation réitérée de son indépendance et de sa détermination à faire les choses « seul » et à « à fond », qui résonne avec le refus typiquement bourgeois de toute forme de déterminisme social. En complétant l’entretien par quelques recherches sur internet – selon une pratique de plus en plus courante chez les chercheurs, qui doivent désormais « faire avec » les traces numériques que laissent les enquêtés, même si ces données « ne sont pas plus "données" sur le web qu’ailleurs » (Bastin et Francony, 2016) et ne peuvent être utilisées sans précaution –, je découvre en outre que Pierre a passé sous silence deux éléments potentiellement importants dans l’origine de sa « vocation » et dans les chances de son accomplissement : le fait que son père est bien plus intégré à l’« écosystème entrepreneurial »5 que ce qu’il m’en a dit (il est notamment jury dans des concours d’entrepreneuriat organisés par des grandes écoles) ainsi que l’existence d’un oncle (avec qui il est manifestement en lien) évoluant dans le secteur des assurances où il projette d’entreprendre. C’est donc en ayant en tête ces deux renseignements importants que l’on lira la mise en scène d’une vocation entrepreneuriale par cet « étudiant-entrepreneur », que l’existence même de ce statut, créé en 20146, encourage à se penser comme tel.

Droit, management et code : des études pensées comme une « boîte à outils » pour entreprendre

4Le rapport que Pierre entretient à ses études se caractérise par une oscillation entre dilettantisme et implication au service d’une réussite qui va de soi (Bourdieu et Passeron, 1964). Après avoir été un lycéen aimant surtout le sport, il se présente comme un étudiant qui a choisi la faculté pour le temps libre qu’elle offre, qui sèche une partie des cours et ne cherche pas à « être le meilleur ». Il n’empêche que, pour ce bachelier mention très bien, être dans le « top 100 » de sa promotion puis intégrer « une des parisiennes » [HEC, l’Essec et l’ESCP] sont présentés comme des évidences. Cette tension apparente se résout dans un rapport aux études qui est empreint d’un utilitarisme assumé, où l’utilité technique du droit comme domaine de compétences se conjugue avec son utilité sociale comme filière d’études. Le droit est en effet décrit par Pierre comme « un outil » pour sa carrière entrepreneuriale, qu’il lui faudra compléter par l’acquisition d’autres outils tels le code et le management. En outre, bien qu’il n’en ait certainement pas une conscience aussi nette (même s’il semble plus au fait des hiérarchies académiques que nombre d’étudiants), on comprend que la faculté de droit a fait figure de compromis acceptable pour ce fils de la bourgeoisie économique, titulaire d’un bac ES, bon élève mais moins scolaire que ses sœurs. Parce qu’il n’était pas prêt comme elles à suivre la « voie royale » de la classe préparatoire permettant d’intégrer les meilleurs écoles (ses deux grandes sœurs sont respectivement entrées à HEC et l’Essec) mais qu’il entendait en revanche se démarquer de la voie qu’il juge moins prestigieuse suivie par son frère – qui n’a fait « qu’une » école de commerce « post-bac » –, tout se passe comme si la faculté de droit avait constitué une manière honorable de contourner la classe préparatoire, pour intégrer ensuite en master une école prestigieuse. Le droit fait en effet partie (avec la « médecine » et « Dauphine ») des études universitaires envisageables pour les enfants des classes supérieures, sans pour autant qu’elles ne les dispensent de « blanchir [leur] casier scolaire » (Henry, 1994) par un passage en école de commerce.

Quel âge tu as ?

Je m’appelle Pierre Leruy, je suis en deuxième année au Collège de droit de la Sorbonne, j’ai 19 ans. Je suis parisien, depuis que je suis né. Avant, j’étais à Stanislas au lycée, vous connaissez ?

Oui, oui.

Et du coup, j’ai intégré le Collège en première année en licence et je continue.

Pourquoi tu as voulu faire du droit ? Tu avais une idée ?

Alors moi, depuis que je suis tout petit, je sais que je veux être entrepreneur ! Et mon but, c’est d’avoir quelque chose d’assez large pour ensuite me spécialiser dans un domaine. Et du coup, le droit, ça m’intéressait pour bien comprendre les rouages d’une organisation en soi. Pas forcément entrepreneuriale mais réfléchir sur des systèmes, avoir un cadre théorique. Par-contre, l’école de commerce, directement après le bac, ça ne me donnait pas du tout envie parce que, là, pour le coup, c’est trop pratique et j’avais quand même envie d’avoir l’enseignement supérieur…

Oui, du « vrai » enseignement supérieur en quelque sorte ?

Oui. Et après, je me suis posé la question avec une prépa…pour éco…Mais je ne me voyais pas trop faire beaucoup d’études théoriques pendant deux ans, être complètement détaché et donc le droit ça paraissait être une bonne alternative. Le but, ce serait, l’année prochaine, de partir dans une des parisiennes, une école de commerce parisienne. Là, j’ai que HEC ou ESCP qui sont ouverts.

Qui peuvent t’accueillir en quatrième année ?

Oui. Sinon, si je n’ai pas une des deux, l’Essec, l’année d’après et donc du coup, je ferai un an de master de droit.

Tu veux une double spécialisation en droit et management ?

  • 7 L’École 42 est un établissement privé créé par Xavier Niel, le patron de Free, pour former des déve (...)

Et même...cet été, je vais partir à San Francisco pour faire l’École 42 de codage. Je fais la « piscine »7 pendant un mois.

C’est à San Francisco ?

Ouais, y en a une à Paris et y en a une à San Francisco.

Je connaissais celle de Paris…

J’ai décidé d’aller à San Francisco parce que je me suis dit, à Paris, je serai trop tenté d’arrêter alors que, si je pars à San Francisco, j’aurais payé les billets d’avion. Je serai sûr, j’aurais que ça à penser. Et puis il y a aussi le fait d’avoir une expérience à l’étranger qui m’intéresse un peu.

Tu as déjà été pris ?

Ouais, c’est bon, j’ai été pris. En fait, on postule, il y a des petits tests psychotechniques et après il faut réserver sa chambre dans un dortoir, c’est assez simple.

Mais il faut des compétences informatiques pour être accepté ?

Non, justement, c’est un peu la philosophie de l’école, c’est d’arriver sans rien, de faire « la piscine » et d’apprendre. Bon, ça, c’est un peu la théorie. En fait, il faut prendre des cours. Moi, là, je reçois les programmes de…ça s’appelle Open Classroom, c’est pour apprendre le code à distance.

Il faut donc quelques pré-requis mais pas forcément un niveau incroyable ?

C’est ça. Moi, je ne suis pas du tout un geek. Du coup, je me dit « ouais, École 42, quand je vais y aller, ça va être un peu… je vais me retrouver avec des gens chelou avec des tee-shirt AC/DC et tout » [rires], je saurais pas trop… Mais en fait, je trouve ces profils hyper intéressants, vraiment. Là j’ai parlé avec pas mal, enfin j’ai parlé là avec trois codeurs, dont un Epitech qui est vraiment…c’est un mec qui est hyper brillant, hyper intéressant, ça me fascine !

Oui, tu rencontreras des gens différents. Il faut juste que tu aies le niveau minimal pour…

Pour comprendre, quoi ! Et en fait, ce qui est bien aussi en plus, c’est dans la philosophie de l’École 42, il y a un truc vachement entrepreneur, t’as tous les moyens que tu veux à ta disposition, il faut que tu arrives à ce résultat-là et « fais ce que tu veux, va parler aux gens ». Et moi, c’est ce qui vraiment me plaît.

Ouais, c’est assez différent de la pédagogie classique…

Oui, oui, carrément. Carrément. Après, le but, ce n’est pas de devenir un expert en code mais de jamais...enfin de savoir de quoi je parle quand je parle avec quelqu’un. Parce que, moi, c’est vraiment l’entrepreneuriat digital qui m’intéresse.

Ah, donc, tu avais quand même des idées bien précises après ton bac ?

Ouais, toujours !

Il y a des étudiants qui ne savent pas trop où ils vont…

Ah non, moi j’étais persuadé !

Tu as fait un bac quoi ?

Bac ES

Il y avait des matières que tu préférais ?

Moi, ça a toujours été le sport [rires]. Sinon, j’aimais beaucoup l’éco, les systèmes économiques, ça j’aimais bien. Mais après, il n’y avait pas de matière en soi, je ne suis pas très attiré par l’art, par tout ce qui la littérature, j’ai un peu de mal à être bien sensible à ça. Je n’ai jamais beaucoup lu de romans de mon côté, je lis des livres très techniques, justement sur l’entrepreneuriat.

Tu n’étais pas intéressé par les filières scientifiques non plus ?

Non, non.

Et ton bac, tu l’as eu avec une mention ?

Mention très bien !

Tout s’est bien passé [rires]. Et à la fac de droit, ça s’est passé comment jusque-là ?

Ça s’est passé comment ? Ben, j’ai eu mention assez bien, j’ai eu 13, enfin 12,5.

OK, donc n’as pas eu de choc d’un point de vue scolaire ?

Non, non, et même je n’ai pas eu l’impression d’avoir beaucoup beaucoup travaillé, parce que je réfléchissais un peu, j’essaie d’avoir des projets à côté. Bon, là je vais essayer de travailler un peu plus cette année et comme du coup j’essaie de faire pas mal de truc à côté, j’essaie d’avoir un bon équilibre.

Et est-ce que ça te plaît tes études, en termes de contenu ?

Moi, j’aime beaucoup le droit mais après je vois un peu trop ça comme un outil…du coup, j’aime bien en tant qu’études mais je sais que c’est pas ce que je vais faire. Du coup, ce n’est pas très gratuit, je le fais pas gratuitement. C’est super intéressant, il y a des choses qui m’intéressent mais je le fais pour aller…pour un autre but, c’est une passerelle, quoi.

Oui tu sais que tu ne seras pas juriste ?

C’est hyper intéressant, je n’ai pas envie d’arrêter ni rien mais c’est juste que je sais que ce n’est pas mon métier.

Il y une spécialité déjà en L2 ?

Non, il n’y en a pas trop, enfin normalement il n’y en pas, c’est en L3 qu’on choisit plus, on va vers le droit privé, le droit international ou le droit public. Et moi, je me vois plus en droit privé.

Oui c’est logique par rapport à ton projet. Et les masters que tu envisages, c’est des masters de quoi ?

Digital, master digital. En fait, le parcours entre guillemets, le parcours grande école en école de commerce, ça c’est sûr que c’est mon premier choix, c’est vraiment école de commerce et, là-dedans, je choisis un master et je me suis renseigné sur les masters. Il y a les masters entrepreneuriat et les masters digital. Pour l’instant, c’est entre les deux que je verrais mais ça serait plus vers le digital pour l’instant.

5[…]

Dans quelle mesure tu te dis que ton projet peut être un peu en concurrence avec les études, que tu vas gérer les deux ?

Avant, je faisais beaucoup, beaucoup de foot, du coup j’étais un peu habitué à jongler avec quelque chose qui me prenait beaucoup de temps et les études à côté. Et du coup, je continue le foot encore, je vais à la fac, je travaille sur mon projet, plus le code et pour l’instant, ça va, je ne me sens pas…Après il faut que je m’organise.

Mais tu as cette capacité-là de…

Après, je suis pas non plus [rires]... Pour moi, le but, c’est pas d’être le meilleur possible en licence. Moi, ce que je veux, c’est avoir une note environ 12,5-13, rester dans le top 100 entre guillemets et, après, réfléchir à côté. Enfin, je ne veux pas à tout prix…

Top 100, mais vous êtes combien ?

On est 1000.

Ah ouais, quand même !

[Rires] Enfin, on était 1000, là on est moins en L2 Mais par contre, je sais qu’après, il y a des gens qui m’aident aussi, j’ai des amis, je n’ai pas le temps d’aller à tous les cours, du coup parfois je m’arrange avec eux pour avoir les cours, enfin, c’est pas juste moi, je suis bien entouré.

Tu te débrouilles bien !

Il y a des gens qui me disent : « mais je comprends pas comment t’arrives à avoir le temps de faire ça » et en fait, j’ai encore vachement de temps et je suis même pas vraiment efficace en soi…quand je travaille, je ne suis pas si efficace.

Comment tu fais alors ?

C’est peut-être parce que je ne vais pas en amphi [rires], là, je gagne quelques heures peut-être. Non, mais je vais en amphi hein, mais pas à tous ! Je fais un tri, d’abord je ne vais jamais aux mineures…mais c’est là que j’ai les meilleures notes parce qu’après je récupère les bons cours et après je les travaille.

Tu ne vas pas aux mineures parce que tu te dis que tu n’en as pas besoin ?

Après, je sais que…chacun a un peu ses méthodes de travail…il y en a qui apprennent juste en écoutant et tout, moi, c’est vraiment, je bombarde deux semaines avant et après ça va.

« Une course contre la montre »

6Dans la partie qui suit, Pierre présente plus en détails son projet, tout en fournissant des éléments supplémentaires sur la manière dont il entend combiner son développement avec la poursuite de ses études. Sans rentrer dans les détails, le projet consiste en une plateforme digitale dans le domaine des assurances. Le fait d’y travailler dès le temps des études renforce chez Pierre une manière de se penser déjà comme un « professionnel ». Lorsqu’il affirme, en utilisant le présent, que le droit n’est « pas son métier », il fait ainsi montre d’une socialisation anticipatrice très marquée au monde professionnel, caractéristique de cette mise à distance du sérieux scolaire au profit du sérieux entrepreneurial que l’on retrouve au pôle économique de l’enseignement supérieur (Abraham, 2007). Il développe un rapport au temps adéquat à cette posture, distinct à la fois du « temps élastique » de certains étudiants de classes populaires (Beaud, 1997) ne parvenant pas à intégrer le « métier d’étudiant » (Coulon, 1997), et de celui d’étudiants plus centrés sur leurs études (Darmon, 2013) par rapport auxquels il manifeste un léger dédain. S’il apprécie d’avoir « du temps » à la fac (opposée en cela à la classe préparatoire), il n’entend pas en user n’importe comment. C’est ainsi que même les moments de sociabilité avec ses condisciples doivent être – en tous cas dans l’image qu’il cherche à donner – des moment « de qualité » où il échange avec des personnes également engagées dans des « projets » à côté de leurs études. On le verra à la fin de l’entretien, sa pratique du football est également envisagée comme une manière de développer ses qualités de « leadership ».

Et du coup, l’entrepreneuriat, ça t’est venu depuis quand ?

Ben déjà tout petit, je faisais des petits arrangements, par exemple, je me rappelle quand j’étais petit, il y avait des « Warhammer », c’est des petites figurines, et j’en achetais, j’en revendais ensuite.

Tu n’as pas eu la phase pompier ou astronaute ? [Rires]

Non [rires]. C’était direct…

Le commerce !

Au début, je ne faisais que des petites histoires, des tout petits trucs et après je me suis dit : « allez autant le faire sérieusement, de manière plus précise ».

Et le projet que tu portes, tu l’as développé comment ? C’est quelque chose que tu veux vraiment faire ?

Oui oui ! Rien que depuis le début de l’année, je l’ai déjà pas mal précisé. Mais, la base, moi, c’est que j’aime beaucoup le digital, ça m’intéressait pas mal. Et en fait, je lisais un petit peu des articles là-dessus, sur la dématérialisation en particulier. Je lisais, je commençais à connaître pas mal de choses, je me suis dit que m’intéressait vraiment et je me suis dit : « ben, essaye de réfléchir un système pour voir », pas forcément dans le but de monter…c’était en Terminale, ça. Du coup à la base, c’était un projet hyper évasif, je voulais tout dématérialiser [rires]. Et après, je me suis rendu compte qu’il y avait plein de choses qui étaient déjà dématérialisées, qu’il y avait des choses qu’il était impossible de dématérialiser.

Oui, on n’en est plus tout à fait au début.

Oui, justement, du coup, j’ai réfléchi et en fait dans les données d’assurance, il y a encore beaucoup de données physiques qui existent. Et à partir de là, je me suis intéressé aussi au rapport aux administrations, par exemple le permis de conduire, c’est encore matériel. Et je me suis dit, ça, ce sont les deux axes qui sont encore dématérialisables.

[…]

Pour l’instant, je fais une maquette informatique avec le logiciel InVision, je ne sais pas si vous connaissez ?

Oui, de nom.

  • 8 Il fait référence au dispositif pour les étudiants-entrepreneurs de son université.

Ça fonctionne avec des captures d’écran. En fait, on fait un PowerPoint, le PowerPoint, c’est assez large comme outil, on peut tout mettre. Comme, par exemple, si j’ouvre mon téléphone, sur mon appli bancaire par exemple, il y a quelque chose qui s’affiche et, quand je clique, il y autre chose qui s’affiche et en fait, on peut créer ça avec InVision sans la moindre ligne de codage. Et du coup, là, je suis en train de créer la maquette. En fait je vais créer pour un utilisateur en particulier, donc là je vais prendre mes parents qui ont beaucoup d’assurances parce que c’est intéressant de voir les bénéfices sur une personne. Ça me fait une maquette avec à peu près soixante-dix diapositives. Et une fois que j’ai ça, j’aurai toute l’utilisation représentée informatiquement pour aller démarcher des codeurs avec qui s’associer éventuellement ou des investisseurs pour récolter des fonds. Et donc, le but, ce serait d’avoir fini les maquettes après les partiels, les partiels, c’est fin janvier/mi-janvier. Donc à partir de fin janvier, j’aurais une maquette prête, designée, quelque chose d’assez esthétique pour commencer les démarches et commencer les concours pour décrocher des fonds, des concours de start-up qui existent à Paris. Par exemple, là, l’organisme8 nous a envoyé des inscriptions potentielles à des concours. L’idée, ce serait de démarcher avec un vrai moyen. Et après, l’objectif à un peu plus long terme, ce serait à Pâques d’avoir un produit fini, enfin un prototype pour qu’on puisse commencer à démarcher les assurances et travailler avec elles dès maintenant pour voir qu’est-ce qui les arrange.

C’est un projet que tu veux déployer en parallèle avec des études ?

Ah oui, oui ! Le plus vite possible !

Est-ce que tu fais ça aussi dans l’idée d’être accepté en master, est-ce que ça peut t’aider ?

Non, enfin, non, en vrai. C’est une question en vrai que les gens me posent souvent, « tu fais ça pour le dossier ? ». En fait pas du tout, parce qu’en vrai…bien sûr que j’ai envie d’avoir une bonne école, c’est important mais ce n’est pas non plus une fin en soi.

C’est quelque chose que tu envisages, si ça marche, comme ta carrière professionnelle ?

Enfin, en tous les cas, ce qui est assez intéressant, on en parlait lors de la dernière réunion, c’est la perte acceptable…en fait, moi, j’ai tout à gagner, là. Pour moi, le but, ce serait d’arriver à faire un projet vraiment presque fini sans, moi, engager le moindre euro.

Oui, dans le domaine digital, tu n’as pas besoin de beaucoup au début ?

En soi, si, parce que créer une plate-forme comme ça, ça coûte très cher. Et du coup, c’est pour ça que moi j’y vais aussi tout seul, comme ça je laisse l’opportunité à quelqu’un de s’associer avec moi. Si ça rate, c’est pas grave, j’ai travaillé quand même pas mal de mon côté, j’ai déjà appris énormément de choses donc je le vois déjà comme un bénéfice. Après, je me dis, même si ça marche pas, je fais toujours un peu des projets pourris [rires], je préfère ça que…si ça marche pas, très bien ! C’est pas grave ! Pour l’instant, le but, c’est vraiment…pour l’instant, j’y vois comme si c’était…en soi c’est un projet qui est indépendant, que je fais seul, mais j’y vois un peu aussi comme si c’était une matière que je bosse, une matière que j’ai choisie et que je bosse à fond, tout seul. Le but, c’est d’apprendre un maximum maintenant, parce que je me dis que si j’apprends pas maintenant, après, j’aurai pas le temps.

Oui, j’allais dire, pourquoi faire ça maintenant ?

Il y a aussi une course contre la montre avec le digital.

OK.

  • 9 Organisation étudiante marquée à droite.

Et surtout aussi, j’ai beaucoup beaucoup d’amis en prépa. Et je me dis, si je vais à la fac et que je me contente juste d’aller en cours, je loupe un peu ce que je vois de bon à l’université, à savoir vraiment s’épanouir à côté. Pour moi, c’est ça un peu ça le lifetime universitaire, entre guillemets, c’est de soi-même [insiste sur le terme] réussir à développer ce qui nous anime vraiment, quitte à devenir un peu indépendant de…Moi, ce que j’aime vraiment dans le côté universitaire, c’est, par exemple, parfois où je vais passer cinq heures avec un ami avec un peu de vin et on peut refaire le monde et tout…et parler chacun de nos projets. Je parle surtout avec un de mes amis qui, lui, fait de la politique : c’est le président de l’UNI Paris 19. Il se donne à fond là-dedans et je trouve ça super de juste se donner à fond quelque part d’autre

Il est en droit avec toi ?

Oui, il est droit avec moi. Et du coup, c’est assez intéressant de voir, enfin, moi, ça me permet de réfléchir, de théoriser un petit peu les trucs.

[…]

Mais depuis combien de temps tu as eu cette idée ?

Ben, c’est ce que je dis, le phénomène en soi de la dématérialisation, c’est depuis la Terminale. Et après l’année dernière, je me suis dit…en fait c’est assez compliqué [rires]. En fait, je buggais sur un petit problème juste pour me faire des sous, c’était acheter de l’alcool en gros et les revendre sur les quais, avec une petite équipe, j’avais monté un mini système.

Toujours ton côté commerçant [rires].

Ouais, c’est ça [rires]. Et j’avais tout réfléchi au truc et, finalement, je l’ai pas fait parce que c’était compliqué, les amis avec qui je devais le faire n’étaient plus très chauds parce que c’était un peu semi légal.

Ouais, j’allais dire, c’est pas très autorisé ?

Ouais, après, c’est pas très grave en soi. Et du coup, , j’ai été un peu frustré, je me disais » c’est chiant, à chaque fois que j’ai des projets, j’y vais pas à fond » et en fait j’avais déjà cette idée-là à la base de…Et je me suis dit : « ben allez, essaie d’aller jusqu’au bout pour un truc là-dedans. » Et du coup, je m’y suis mis à fond.

C’était en L1, après cette histoire de projet avorté sur les quais que tu t’es dis : « dans quoi je pourrais monter quelque chose » ?

  • 10 La rage

Non, non, parce que j’avais déjà ça en tête mais je me disais : « ouais, je verrai plus tard ». Et après, je me suis dit : « mais en fait, c’est une course contre la montre et j’aurais trop le seum10 si quelqu’un le fait à ma place ». Donc, je me suis dit : « autant le faire maintenant, si je rate, c’est pas grave ».

Tu avais l’idée de la dématérialisation mais tu avais aussi déjà aussi en tête le secteur de l’assurance ? Ce n’est pas évident de penser à ça…

Non, l’assurance, non, ça m’est venu…déjà, jusqu’au début de l’année, c’était l’assurance et l’administration, ça ça date à mon avis de juin, c’était vraiment clair en juin de l’année dernière. Et les assurances, je me suis dis je fais que ça, c’est il y a à peu près dix jours, après avoir envoyé mon dossier [pour le dispositif Étudiants-Entrepreneurs].

Donc vraiment cet automne. Mais, comment tu as eu l’idée, tu connaissais déjà le secteur de l’assurance ?

Non, pas du tout, pas du tout. D’ailleurs, je déteste les assurances de base [rires], je déteste les assurances ! Et je me suis dit…ben non, en fait, je ne sais pas, je me suis dit : « maintenant, je vais me lancer là-dedans ». Au début de l’année, la rentrée, c’est un peu tard, c’est le 15. J’avais déjà la rentrée du Collège, ça commence le 6, mais je n’avais que quelque cours. Et du coup, je me suis dit : « je vais à la bibli tous les jours et je bosse ça ». Il y a des journées, je passais huit heures sur YouTube et je regardais tout ce que je pouvais sur les assurances, je regardais des trucs de dématérialisation sur les assurances et petit à petit, il y a un petit bagage, plus on regarde, plus ça devient un peu logique.

Et tu as des gens autour de toi qui bossent dans l’assurance ?

Non, non, c’est pas…Après, en soi, il faut que je connaisse une partie de l’assurance mais pas forcément tous les mécanismes.

Oui, seulement la partie qui peut intéresser pour ton projet mais les assurances, ce n’est pas un secteur où tu as quelqu’un avec qui en parler ?

Non, c’est pas…mais ça se trouve, c’est pas très compliqué de rencontrer des gens dans les assurances.

[…]

Tu en as pensé quoi de la séance « Posture de l’entrepreneur » la semaine dernière ?

J’ai trouvé que c’était intéressant, j’ai bien aimé l’exercice des ponts, c’était sympa. Ça fait un peu réfléchir sur les profils des gens autour de nous et, non, ouais, je trouve que c’est bien. Après, dans tous les cas, tout est à prendre ! Et je trouve que le profil de celui qui est venu était assez intéressant. J’aime bien l’histoire de quelqu’un qui n’a pas forcément grandi dans les codes et tout et qui montre que l’entrepreneuriat est un peu ouvert à tout le monde et lui c’est un bon exemple « moi, je n’avais pas grand-chose, j’ai fait ça pour ça », c’était intéressant.

Il n’a pas raconté son parcours en détails mais on comprend en effet qu’il a pas mal baroudé…

Ouais, clairement, c’est le capitalisme classique qui, moi, me plaît. Ouais, le gestionnaire-actionnaire entre guillemets, tout ça, moi, c’est vraiment…

  • 11 Les projets jugés les plus avancés ont pu bénéficier d’un mentor.

Ton projet à toi a été retenu pour intégrer le programme « étudiant-entrepreneur » mais pas pour être mentoré11 ?

Ah oui, je suis passé devant les mentors mais finalement je n’en ai pas eu. Ben, je pense qu’ils avaient mal compris et, quand je suis passé devant dans les mentors, j’avais encore un peu la combinaison administration et tout. Après, ils ne m’ont pas pris mais ça ne m’a pas du tout dérangé en soi parce que moi, à la base je postulais juste pour avoir ça et…bon…

Tu n’as pas eu de retour ?

Si, si, ils m’ont envoyé un petit mail pour me dire « ouais… ».

Ils t’ont dit quoi ?

  • 12 Technologie de stockage et de transmission d’informations décentralisée. Elle est notamment connue (...)

Ils m’ont dit qu’il fallait…en fait, je ne sais pas s’ils ont très très bien compris, c’est peut-être pour ça. Non mais du coup, c’était assez intéressant, ils me disaient que, en soi, l’exercice était bon mais qu’il fallait que je me renseigne un peu plus sur d’autres secteurs comme le blockchain12, par exemple. Et du coup, j’ai lu deux trois bouquins là-dessus mais après, je pense que mon projet n’était pas peut-être le meilleur et surtout pas le plus évident à mettre en place. Mais ça ne m’a pas du tout…

  • 13 J’avais pu lire cette remarque sur un document évaluant les différents projets, qui m’avait été tra (...)

Les questions qu’on se pose, c’est aussi dans quelle mesure ton projet respecte le règlement en matière de protection des données13 ?

Ah oui, dans tous les cas, si on poursuit les choses, il faut que ce soit légal, hein !

Oui, mais justement, ils ont pu se dire…

Oui, oui, oui, je me suis pas mal renseigné et il n’y pas de problème en soi. Après, il faut bien clarifier le consentement, il faut faire des chartes de transparence. Mais c’est ce que les gens retiennent, c’est la première chose que les gens me disent, c’est d’abord : « est-ce que ça existe ? » puis « c’est un peu compliqué ? ». Et, c’est vrai, l’autre fois, quand j’écoutais les autres parler [les autres étudiants-entrepreneurs qui ont présenté leur projet lors de la première séance], je trouvais que leurs projets, c’était vachement terre à terre. Ça m’a un peu fait peur, je me suis dit : « mais ouais, en fait c’est pas des trucs qui demandent une très grande performance technique, c’est beaucoup plus… ».

Tu me disais que tu vas peut-être faire des concours d’entreprenariat ?

Là, on nous a envoyé des mails avec des petits concours de start-ups auxquels on peut participer, j’ai pas vraiment très, très bien compris la forme mais, en tout cas, dans celui qu’ils proposent, c’est un peu un week-end où on doit vendre notre projet pour ensuite avoir des fonds, des fonds de base.

OK, il y a des fonds à la clé ?

Oui, et même en dehors des fonds, moi, c’est apprendre à vraiment…du pitch, j’essaie de le faire le plus possible.

Oui, en plus, comme ton projet, il n’est pas forcément facile à comprendre [rires].

Oui, c’est ça ! Et du coup, je me suis dit » OK, bon, il faut que j’apprenne ». Mais là, déjà maintenant, la logique avec la maquette, c’est de dire « un produit tout seul peut mieux expliquer que n’importe quelle explication » et, du coup, ça serait que les gens voient un produit et se disent : « moi, j’ai jamais vu ça ! ».

« Cadre moyen chez Danone, c’est vraiment mon pire cauchemar » : la vie sans contrainte, le rejet des contraintes futures

  • 14 S’il fallait encore convaincre que la « jeunesse n’est qu’un mot » (Bourdieu 1984), on notera à que (...)

7Si Pierre minore les ressources familiales dont il dispose, il fait néanmoins souvent référence aux nombreuses personnes qu’il n’hésite pas à contacter pour obtenir toutes sortes d’informations14. Sa fratrie mais aussi ses amis du lycée, ceux de son association sportive chrétienne ou encore de l’université, constituent autant de liens forts qui lui permettent de nouer de nombreux liens faibles (Granovetter, 1973), porteurs d’une forte valeur sociale puisqu’ils ont été constitués dans des espaces socialement dominants. Ce capital social, l’absence de contraintes économiques (il peut rester chez ses parents, qui habitent dans un espace stratégique au cœur de Paris ; il n’a pas besoin de travailler à côté de ses études ce qu’il présente comme étant « une philosophie de ses parents »), le capital culturel en cours d’acquisition sont autant de ressources, ou d’absences de limites (il parle lui-même d’absence de « barrières ») qui rendent crédible l’aspiration à entreprendre pour « être libre » i.e. ne pas subir les contraintes associées au salariat y compris « haut de gamme ».

Est-ce que tes parents ont eux-mêmes eu des expériences dans l’entrepreneuriat ?

Non. Enfin, moi, mon père a monté, enfin, il a été associé dans une entreprise mais ce n’est pas lui qui était à l’origine en soi. Ils sont arrivés, ils étaient une dizaine et ensuite le projet a évolué. C’est une forme d’entrepreneuriat mais ce n’est pas vraiment l’idée…

Ce n’est pas la démarche du créateur d’entreprise qui se dit « qu’est-ce que je pourrais faire ? »

Non, pas du tout.

C’est dans quel secteur ?

C’est dans les services informatiques.

Et ta mère ?

Ma mère, avant, elle était représentante commerciale chez Chevignon. Et maintenant, elle travaille dans le bénévolat pour les handicapés, elle s’occupe d’handicapés.

Ton père, il y avait quand même déjà un petit côté…

Oui, oui. Parce qu’après ça dépend ce que l’on entend par entreprendre.

C’est une vraie question.

Un truc hyper important pour moi, c’est de capitaliser. J’ai envie d’être, c’est un peu cliché mais être vraiment libre, prendre mes décisions, enfin avoir un vrai pouvoir dans mon travail au quotidien et la prise de risque et tout ça, ça ne me…

Et tu as l’impression qu’on t’a quand même transmis ça ?

Ouais, bien sûr, bien sûr, ça c’est…

[…]

Et sinon au niveau de l’entrepreneuriat, est-ce que tu as des gens avec qui tu en parles ?

Ben moi je passe pas mal de coups de fils quand j’ai des questions.

Tu n’hésites pas ?

Après, je ne harcèle pas les gens mais…

Bien sûr.

Après ce qui est assez intéressant, c’est de savoir que les gens aiment bien rendre service en fait. Et moi, du coup, quand on m’appelle pour me poser une question, je suis hyper content. Pour l’instant, moi, c’est des questions un peu pourries mais… Après, comme je suis le plus petit de la famille, j’ai trois frères et sœurs et, par exemple, ma sœur, elle travaille, elle fait du conseil en stratégie digitale. Et du coup, c’est assez intéressant parce que, par exemple, pour l’École 42, elle, elle était en école de commerce à HEC et, du coup, elle a un petit panel de gens à qui il y a mal de questions qui sont, qui peuvent se poser…

Oui, donc, tu peux appeler des gens que tu connais par tes frères et sœurs ?

Oui mais parfois, j’appelle aussi des gens que je ne connais pas du tout.

Avec qui te rentres en contact par internet ?

Sur internet, euh…non, enfin, ouais…

Plutôt par relations ?

Oui, par relations.

Mais que tu ne connais pas directement ?

Oui. Pour l’instant, je n’ai jamais contacté quelqu’un directement par internet. Mais non, après, c’est intéressant, j’ai quelques amis qui travaillent dans des asso d’entrepreneuriat dans leurs écoles. Du coup, je les appelle quand j’ai une question, par exemple je vois qu’il y a un partenariat avec certains trucs, par exemple pour Saclay, j’ai quelqu’un qui travaille dans une association d’entrepreneuriat d’ingénierie et qui bosse un peu avec Saclay donc je me renseigne un peu comme ça. C’est du bouche-à-oreille.

Et concrètement, ces informations, c’est sur « comment on monte un projet entrepreneurial » ?

Ouais, mais c’est plus con aussi, c’est, par exemple, pour l’École 42, j’avais : « quel langage de code on apprend ? Qu’est-ce que t’as appris à l’École 42 ? Pourquoi l’École 42 et pas le Wagon ? », qui est une autre école de code. En fait, c’est pas des questions très transversales, c’est assez terre à terre.

Et tu es le seul de ta fratrie à vouloir être entrepreneur ?

Pour l’instant, ma sœur, celle qui est à l’ESCP, elle veut faire de la musique. Après, les autres, pour l’instant, pas trop. En fait moi, je pense, ce qui m’aide un peu avec ça, c’est que je suis encore un peu naïf et je me dis : « ouais, tout est encore facile, au pire, on parle d’argent mais c’est pas grave, je n’ai pas encore besoin, j’ai pas de loyer à payer, j’ai rien ». Du coup, ça me permet de réfléchir un peu sans barrière. Je parlais avec ma sœur, la grande, celle qui est dans le conseil, et elle me disait « j’ai des potes qui ont monté des trucs ». Moi, ça me fait rêver mais, elle, elle me dit « pourquoi tu veux faire ça ? Tu ne te rends pas compte ». Ça veut dire que pendant un an et demi, je ne gagne rien, je vais revenir vivre à la maison. Elle me dit : « moi j’ai pas envie de faire ça ». Alors que, moi, pour l’instant, je n’ai aucune barrière.

Alors si on parle de conditions matérielles, là, tu es chez tes parents ?

Oui, je suis chez mes parents, donc je suis bien, je mange bien [rires]. Il n’y a pas de souci !

Et du coup, tu n’as pas besoin de bosser à côté ?

Non, ça, c’est vraiment une chance, du coup j’ai jamais vraiment eu besoin de bosser, enfin…il faudrait que je fasse le listing mais je n’ai jamais bossé, non, non. Je n’ai jamais été par exemple serveur ou quoi, pour l’instant. Après, il y a un peu aussi la philosophie de mes parents : « là, tu bosses tes études à fond, on t’aide pour ça et après tu seras lancé ».

Il n’y pas de problèmes financiers pour eux ?

Non, non, pas du tout.

Oui, donc, il faut en profiter. Et tu me disais, ton projet entrepreneurial, c’est un peu comme une dimension de tes études ?

Ouais, c’est ça, ouais. Après, ce que j’aime vraiment, c’est le fait que ce soit moi tout seul, que je sois complètement indépendant là-dedans…vraiment, ça me plaît comme job.

Oui ça, ça te plaît, tu aimes bien l’idée d’avoir ton truc à toi ?

  • 15 Film tiré du récit en partie autobiographique, publié en 2000 par de Frédéric Beigbeder et qui déno (...)

Ouais, surtout, ce que j’aime bien, c’est le pouvoir de décision. Moi, je ne supporterais pas de, par exemple, quand on voit 99 francs, le film15, on voit le cadre moyen chez Danone qui, pendant toute une matinée, travaille sa réplique pour dire à son patron [inaudible]… moi, c’est vraiment mon pire cauchemar. C’est horrible, peu importe, l’histoire de salaire, moi, je ne pourrais pas, je préfère passer ma vie à avoir un niveau bien moins important et être vraiment acteur de tout ce que je fais.

Dans le salariat, ce qui te rebute, c’est vraiment le côté « avoir à rendre des » comptes, t’occuper de choses… »

Ouais, d’être limité. Moi, juste, je déteste, quand j’ai une initiative, qu’on me dise non.

Ce n’est même pas que tu as déjà expérimenté l’entreprise ?

Non, ça me… bon, après, je n’y connais pas non plus grand-chose mais…

Mais pour le moment, en tous cas c’est comme ça que tu vois les choses. Ton père, avec la société dans laquelle il est associé, il a la maîtrise de son travail ?

Ouais, c’est ça. Moi, Mon père, pour le coup, pour moi, c’était une source de connaissances vraiment hyper importante parce qu’en fait ça fait deux-trois ans que je lui pose un peu des questions. Comme lui, ça l’intéresse d’en parler, j’ai eu plein de petits cas où il explique comment on réfléchit, comment…moi, j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris grâce à ça. C’est vraiment une source. Moi, ça m’a appris beaucoup beaucoup de choses.

Tu m’as dit que ton père était dans le domaine informatique ?

Oui, services informatiques. Avant, c’était du rachat-revente de matériel informatique et, après, ils se sont spécialisés dans le service informatique. C’est, par exemple, une entreprise x appelle son entreprise et il envoie quelqu’un qui va être à plein temps, s’occuper des bugs.

Tu as quand même des ressources familiales…

Après, moi, j’ai quand même envie…au début, je voulais me dire : « je fais mon truc tout seul, j’ai pas besoin, je veux un peu le faire moi-même ». Mais en fait, je ne vais pas cracher dans la soupe si je peux avoir des réponses.

Et tu as d’autres personnes dans ton entourage qui sont entrepreneurs, dans ta famille élargie ou dans tes amis ou… ?

Non, pas trop, enfin… Après, je pense pas que ça soit un truc hyper important non plus, enfin, je pense que l’on peut vraiment avoir beaucoup de savoirs par soi-même, c’est aussi important de parler avec les gens, mais, moi, je vois sur YouTube…alors on voit les Youtubers à la con mais moi, je ne regarde pas ça… j’ai appris énormément, énormément de choses dans tous les domaines. Moi, dès je réfléchis à quelque chose qui m’intéresse un peu, je le prends dans mes notes et, le soir, je rentre et, quand j’ai une heure à tuer, je regarde un reportage comme ça.

Le style de vie et les valeurs d’une bourgeoisie entrepreneuriale

8Pierre a grandi à Paris mais ses parents sont issus de la bourgeoisie lyonnaise. Catholique, se positionnant du côté d’une droite plutôt conservatrice, il exprime une préférence pour le « capitalisme gestionnaire » (il a aussi parlé précédemment de « capitalisme classique ») qu’il oppose au « capitalisme financier » où le dirigeant n’est plus le propriétaire du capital. Fils d’ingénieur, il entretient en outre un rapport critique à l’ambiance superficielle qui règnerait selon lui dans une faculté de droit comme « Assas » qui accueille plus encore « la Sorbonne » les élites parisiennes – même s’il fait aussi de nécessité vertu parce qu’il n’a pas été accepté dans la première. Différents indices indiquent ainsi que Pierre s’identifie à une figure d’entrepreneur « travailleur » qui, sans être ascétique (Weber, 1905), entend se distinguer d’une bourgeoisie parisienne au style de vie trop « clinquant ».

Sur la question de l’argent, tu disais que tu étais prêt à gagner un peu moins le temps de développer le projet mais c’est important quand même, j’imagine ?

Ouais, bien sûr. Moi, je sais que c’est hyper important de capitaliser. Moi, c’est vraiment… mais en fait, ça va avec le reste. Quand on capitalise, on a la responsabilité donc on prend les décisions.

Qu’est-ce que tu entends par capitaliser ?

C’est avoir une part du capital pour, en fait, être complètement indépendant. Après, il y a aussi l’idée de gagner éventuellement de l’argent, plus que dans le salariat, oui après, bien sûr. Quand on dit ça, en général, il a plein de gens qui disent que je fais ça pour l’argent en soi. Je vois un peu les gens réagir autour de moi : » ah, tu es obnubilé par l’argent », et tout. Mes parents, mes amis se moquent un peu de moi en disant « ouais, le capitaliste pur ! ». Mais, en fait... bah, il y un peu de vrai aussi, le fait de vouloir gagner de l’argent dans l’entrepreneuriat.

Tu l’assumes ?

Ouais, je ne pense pas que ça soit forcément malsain. Après, le but, ce n’est pas de s’acheter du Gucci, c’est juste d’être à l’aise.

Bien vivre, quoi. Alors, l’autre sujet tabou après l’argent, c’est la politique.

La politique, ah oui ! [rires]

Du coup, comment tu te…enfin, déjà est-ce que ça t’intéresse ?

Oui, oui, ça m’intéresse !

Et comment tu te positionnes politiquement ?

Je me positionne…après, moi, déjà, je dépends du statut d’entrepreneur. En politique, c’est hyper important pour moi mais je pense même pour la société en soi. Après, moi, je suis capitaliste… capitaliste, c’est un peu vague de dire ça mais par contre, je ne suis pas pour un capitalisme financier. […] Dans les années 80 avec la mondialisation, ce n’est plus la demande qui est en crise mais l’offre. Et du coup, pour stimuler l’offre, on a encouragé les gens à capitaliser pour recevoir des gros dividendes, ça a donné beaucoup, beaucoup de pouvoir à l’actionnaire. Et moi, je pense que, ça politiquement, ce n’est pas bon parce qu’il y a déjà une distinction entre le propriétaire et le gestionnaire et ça, c’est ce que moi je disais quand je parlais de l’entrepreneur classique, c’est la même personne qui investit et qui est gestionnaire. Pour moi, ça, c’est hyper important et, ça, c’est un truc en politique que…

Tu n’es pas pour donner du pouvoir aux fonds de pension ? [Rires]

Pas du tout. Je n’ai aucune admiration, j’ai même un peu de mépris pour les fonds d’investissement qui ont pour projet, qui ont pour but d’acheter une boîte, de la tortionner cinq ans, de la revendre en se faisant des bénéfices, moi, c’est pas du tout…

Tu crois plus à un modèle d’entreprise familiale ?

Ouais, enfin non peut-être pas familiale... mais gestionnaire. C’est le travail, faire le travail à fond, en fait. Le travail, en dehors de ça, enfin politiquement, défendre le travail comme une valeur hyper importante.

Oui, vraiment comme une valeur en soi.

Ce n’est pas que je suis un gros bosseur, hein [rires]. Mais, pour moi, politiquement, je pense que c’est un des trucs les plus importants, encourager les gens à travailler à fond.

Et ça te parle droite/gauche ou pas du tout ?

Si, si, après, je me verrai plus à droite mais, enfin, je ne me vois pas porter un pavillon.

Tu as voté en 2016 ?

Non, heureusement, parce que je ne sais pas du tout pour qui j’aurais voté. Non, je ne sais pas, mais déjà pas Mélenchon ni Le Pen et surtout…enfin, je pense pas à gauche. Et après, Fillon, j’aurais pas pu parce qu’il y a eu les histoires… et moi, je suis chrétien, chrétien croyant pratiquant et ça me dérange un peu quand même ces histoires.

Tu aurais pu s’il n’y avait pas eu toutes ces histoires ?

Ouais. Après, j’étais à fond pour une politique de réformes en soi… mais après, je comprends, je ne suis pas du tout en train de dire, par exemple les Gilets jaunes, je ne dis pas du tout, ouais, c’est quand même des gens à qui on supprime des biens [passage inaudible].

D’accord.

Mais sinon, trop de dépenses publiques, c’est un peu libéral de dire ça mais je pense que ça nuit un peu à tout le monde.

Mais, du coup, tu n’aurais pas voté Macron ?

Pendant la campagne, je pense que non, parce que le progressisme pour le progressisme, ce n’est pas un truc qui, moi, m’attire beaucoup. Mais, en soi, au début, la réforme, les réformes sur le travail, moi, je trouvais que c’était bien, c’était bien de rendre plus flexible l’emploi et tout, c’était assez intéressant. Par exemple, la loi Pacte, je trouve que c’était une bonne initiative de faciliter tout ça. Mais après, par exemple, les politiques sur les taxes sur le carburant et tout, je trouve ça scandaleux, et aussi toutes les histoires de prendre un peu les gens de haut « tu traverses et tu auras du boulot » et tout, je trouve ça super choquant, vraiment !

Donc, pendant la campagne, tu n’aurais pas voté pour lui mais tu t’es dit, au début de son mandat, ça a l’air intéressant. Mais par contre, maintenant, tu es plus critique ?

Ouais, c’est ça ! [Rires] Mais après, moi, je suis vraiment pour une politique de réforme. Les dépenses publiques sont bien trop importantes, enfin pas toutes les dépenses publiques non plus mais je pense aux fonctionnaires dans les mairies, par exemple, je pense qu’il y a peut-être quand même un peu d’abus. Il y a pas longtemps, je passe à la mairie pour demander un papier, il y avait onze personnes et il y a qu’une personne qui…je trouve qu’il y a un vrai problème là-dedans mais pas du tout, par exemple, pour les professeurs et tout, je trouve que c’est super important.

Oui, ça dépend des secteurs.

Sur la suppression des fonctionnaires, moi, je trouvais très bien le projet de Macron là-dedans.

Et vous parlez politique en famille ou c’est pas quelque chose qui est… ?

Euh…pfff …vite fait.

Vite fait.

On parle surtout d’entreprise [rires]

Mais est-ce que tu connais l’opinion de tes parents ou pas ?

Ouais, à droite, ils sont à droite. Mais mes sœurs sont un peu plus à gauche mais bon…

Mais il n’y a pas de clash non plus ?

Non, non, il n’y a pas de…c’est homogène quand même.

[…]

Et le foot, c’est toujours un de tes engagements extra-universitaires ?

Ouais, le foot, à fond ! Ça fait treize ans que je suis dans le même club. Quand j’étais petit, j’y allais à fond, là, j’ai deux entraînements par semaine et match le dimanche.

Ah ouais, quand même !

Maintenant, j’y vais surtout pour le plaisir, avant, j’étais vraiment hyper sérieux et tout, je faisais que ça.

Tu voulais faire footballeur ?

Ouais, c’était naïf [rires]. Mais non, moi, j’aime bien, ça me vide un peu la tête et ça utilise aussi un peu le leadership, être en groupe, c’est un truc qui est assez important. Comment… les 11 gros egos dans une équipe de foot, comment concilier les gens, faire avancer ?

Tu as l’impression que tu as appris des choses ?

Oui, carrément. Surtout que j’ai été capitaine de mon équipe, ça fait trois ans que je suis capitaine de mon équipe et, du coup, il y a un peu des pseudos responsabilités…c’est pas... mais quand même..

Oui, ça apprend…

Ça fait réfléchir sur la vie de groupe. Quand j’étais petit en fait, tous les ans, je partais un mois faire des tournois à l’étranger, je partais en Suède, en Espagne, à Berlin. Et là, du coup, ça fait vraiment réfléchir sur la vie de groupe, forcément.

C’est où ton club ?

  • 16 Il s’agit d’une association catholique.

Alors, c’est le Pitray-Olier16, je ne sais pas si vous connaissez ?

Non.

Le QG est à Rue d’Assas mais c’est à Châtenay-Malabry.

Le centre est dans ton quartier ?

Le centre est dans mon quartier mais les gens ne viennent pas trop de mon quartier, c’est des gens du 14e, 13e, 19e et après banlieue, 92…

Ouais, c’est mélangé.

C’est hyper mélangé ! Il y a des gens de l’Alsacienne, d’autres lycées, de Stan, enfin je suis le seul, il y a des gens de milieux en soi favorisés, il y en a qui ne sont pas du tout comme ça. Il y a même des réfugiés, il y a trois joueurs de mon équipe qui sont dans des foyers du 14e. C’est vraiment hyper diversifié et il y a pas du tout de problème, quoi, c’est ça qui est…

C’est moins homogène qu’à Stanislas ?

Ah ouais, ouais ! [Rires] À Stan, dans notre promo, je crois qu’il y avait deux Noirs !

J’imagine qu’au Collège de droit, c’est aussi assez homogène ?

Non, non, honnêtement, c’est pas… c’est plus sur la méritocratie. Bien sûr qu’il y a des gros lycées parisiens mais non, non, c’est assez… il y a des boursiers, il a plein de gens, c’est vraiment hyper… Et moi, j’étais content justement parce que j’hésitais d’aller à Assas avant mais, en fait, Assas, je pense que ça ne m’aurait pas… surtout l’ambiance... en fait, je trouve que la Sorbonne, ça professionnalise un peu… Vous avez fait vos études à la Sorbonne ?

J’y étais en master.

  • 17 Popularité.

D’accord. En fait, les gens sont beaucoup plus pros, il n’y a pas du tout l’histoire du concours à la « fame »17 qu’il y a à Assas avec les assos machin. Et moi, du coup, j’aime vraiment parce que les gens sont un peu plus en vérité, je trouve à la Sorbonne.

À Assas, c’est très tourné vers les assos ?

Enfin quelque chose de superficiel, parce qu’à la Sorbonne, c’est vraiment… après, je trouve, hein… c’est peut-être une année…

Mais en tous cas, tu le vois comme ça, des gens plus tournés vers les études ?

Enfin, les études… mais même juste des ambitions qui dépassent un peu les abonnés Instagram [rires]. Mais après, j’ai plein d’amis à Assas qui sont de très bons amis, que j’apprécie, mais l’ambiance générale est plus tournée vers…

Qu’est-ce qui t’a amené à choisir Paris 1 ?

Non, j’ai suivi, en fait… je me suis fait recal’ du Collège de droit d’Assas.

Qui était donc ton premier choix au départ ?

Oui. Parce que j’ai eu des avertissements de comportement en première, et du coup je me suis fait recaler. Et j’ai été pris à la Sorbonne donc j’y suis venu.

[…]

Tu aurais chose à rajouter ? Tu m’as déjà bien tout raconté [rires].

J’adore parler d’entrepreneuriat, vraiment ! Regarder, écoutez ça… par exemple je suis toutes les conférences d’Oussama Ammar [co-fondateur du célèbre incubateur parisien « The Family »]. C’est vraiment quelqu’un que j’admire beaucoup ! Et j’essaye de regarder un peu les communicants, les communicants entrepreneurs, parce que trouve que c’est hyper important de bien communiquer.

9Pierre déroule ainsi un parcours (presque) parfait, comportant quand même quelques petits accrocs que l’on découvre incidemment. Ainsi n’a-t-il pas été accepté dans l’université de son choix à cause, d’après lui, de problèmes de comportement au lycée, alors qu’il s’était présenté juste avant comme un jeune homme sérieux, catholique pratiquant et capitaine de son équipe de football. Son projet entrepreneurial n’a pas non plus fait partie de ceux qui ont été sélectionnés pour être « mentoré » à l’université. Il livre ces éléments au compte-goutte, plutôt à la fin de l’entretien, en les minorant ou en les retournant à son avantage.

10***

11L’ambition de cet article était de donner à voir le registre dans lequel s’exprime cette « vocation entrepreneuriale » que les pouvoirs publics cherchent à susciter chez les jeunes, à travers des dispositifs comme le statut d’étudiant-entrepreneur. Dans le discours de Pierre, on a ainsi repéré de nombreuses figures imposées que les aspirants entrepreneurs s’approprient dans leurs différents cercles de socialisation (famille, pairs, médias, formations suivies) et qui constituent les éléments clefs de cette « légende méritocratique » de l’entrepreneur qui se fait seul : mention d’une figure entrepreneuriale dont la success story » inspire », récit de pratiques de commerce déployées depuis la prime jeunesse, attirance pour le « numérique » ou encore valorisation de l’échec et de la capacité à « rebondir », qui n’empêche pas en réalité des comportements prudents de la part de ceux qui sont le mieux armés. On insistera, pour conclure, sur cette prudence dans la manière dont Pierre construit son projet, loin de l’incitation à la « prise de risque », qui se trouve au cœur des discours de promotion de l’entrepreneuriat et que des jeunes moins avertis que lui pourraient prendre au pied de la lettre. À la différence de l’irénisme social qu’expriment certains jeunes plus démunis – qui se consolent de leur situation en imaginant d’improbables destinées où ils rencontreraient enfin la fortune (Coquard, 2019) –, Pierre se montre à la fois plein d’assurance et conscient de ses points faibles. Il méthodiquement remédier à ces derniers mais non sans dévaloriser aussi quelque peu les domaines où il n’excelle pas – il se dit « fasciné » par les « geeks » mais souligne avec insistance ne pas en être – ni mettre en doute la compétence de ceux qui l’ont mal jugés – tels les évaluateurs qui n’ont peut-être pas « compris » son projet. L’étude de ce cas indique ainsi, en creux, l’irréalisme, voire la dangerosité qu’il y a à inciter à se rêver « entrepreneur » des jeunes qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour réussir ce projet ou pour « bien » rebondir en cas d’échec, ce qui est loin de renvoyer à une seule compétence psychologique comme le laisse entendre une certaine vulgate managériale.

12Abraham Yves-Marie (2007), « Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un "HEC" », Revue française de sociologie, n° 1, 2007, pp. 37-66.

13Bastin Gilles et Francony Jean-Marc (2016), « L’inscription, le masque et la donnée. Datafication du web et conflits d’interprétation autour des données dans un laboratoire invisible des sciences sociales », Revue d'anthropologie des connaissances, n° 4, pp. 505-530.

14Beaud Stéphane (1997), « Un temps élastique. Étudiants des « cités » et examens universitaires », Terrain, n° 29, pp. 43-58.

15Bernard Sophie (2020), Le nouvel esprit du salariat, Paris, Presses universitaires de France.

16Bourdieu Pierre (1984), La « jeunesse » n’est qu’un mot » dans BOURDIEU Pierre, Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, pp. 143-154.

17Bourdieu Pierre (1986), « L'illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales , n° 62-63 , pp. 69-72.

18Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude (1964), Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit.

19Chambard Olivia (2020), Business model. L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale, Paris, La Découverte.

20Coquard Benoît (2019), Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte.

21Coulon Alain (1997), Le Métier d'étudiant : l'entrée dans la vie universitaire, Paris, Presses universitaires de France.

22Couronné Julie (2017), « Peu importe, du moment que je travaille », La Nouvelle revue du travail, n° 10, mis en ligne le 10 juin 2017.

23Darmon Muriel (2013), Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

24Frances Jean et Le Lay Stéphane (2020), « Docteurs, Pitches et ascenseurs. L’étrange recette du concours Ma thèse en 180 secondes® », Savoir/Agir n° 51, pp. 51-58.

25Granovetter Mark (1973), “The strength of weak ties”, American Journal of Sociology, n° 78, pp. 1360-1380.

26Henry Odile, (1994) « Qu’est-ce qui fait courir les consultants ? », Présentation au séminaire « Vie des Affaires », École de Paris.

27Laferrere Anne (1998), « Devenir travailleur indépendant », Economie et statistique, n° 319-320, pp. 13-28.

28Khan Shamus (2015), La nouvelle école des élites, Marseille, Agone.

29Méda Dominique et Vendramin Patricia (2013), Réinventer le travail, Presses Universitaires de France.

30Offerlé Michel (dir.) (2017), Patrons en France, Paris, La Découverte.

31Pennetier Claude et Pudal Bernard (dir.) (2002), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin.

32Suaud Charles (2018), « La vocation, force et ambivalence d’un concept "nomade". Pour un usage idéal-typique », Sciences sociales et sport, n° 12, pp. 19-44.

33Tenret Élise (2011), Les étudiants et le mérite. À quoi bon être diplômé ?, La Documentation française.

34Weber Max (1964 [1905]), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 L’enquête, que j’ai menée au sein de ce dispositif (pour lequel quarante-cinq étudiants ont été retenus sur les soixante qui avaient candidaté) a été réalisée en 2018-2019 dans le cadre d’un post-doctorat au Centre d’études de l’emploi et du travail (Cnam), portant sur les expériences entrepreneuriales des jeunes. Après une thèse consacrée à la diffusion de la rhétorique entrepreneuriale dans l’enseignement supérieur et aux formes pédagogiques déployées sous ce label (Chambard, 2020), cette nouvelle étude, encore en cours, a pour objectif de reconstituer les trajectoires d’étudiant suivant ces dispositifs d’éducation à l’entrepreneuriat puis de suivre, dans une perspective longitudinale, leur entrée dans le monde du travail qu’ils réussissent ou non à créer leur entreprise.

2 Ce terme, issu de la Silicon Valley, désigne la présentation de son projet d’entreprise et de son « business plan » devant des investisseurs potentiels, sur un format court, le plus percutant possible (Frances, Le Lay, 2020)

3 Afin de respecter sa demande, j’ai coupé certains passages de l’entretien ayant trait à son projet.

4 Nous nous sommes rencontrés lors de la première séance du programme dédié aux étudiants-entrepreneurs. C’est à cette séance, intitulée « La posture de l’entrepreneur », qu’il sera fait référence plusieurs fois.

5 Terme utilisé dans ce milieu pour désigner l’ensemble des acteurs individuels et collectifs qui gravitent dans l’univers de la création d’entreprises.

6 La création, en 2014, des Pôles étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (Pépite) et du Statut national étudiant-entrepreneur marquent des étapes importantes dans le déploiement dans les années 2010 d’une politique de sensibilisation des étudiants à l’ « esprit d’entreprendre » pilotée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Chambard, 2020).

7 L’École 42 est un établissement privé créé par Xavier Niel, le patron de Free, pour former des développeurs informatiques. Les élèves sont sélectionnés après l’épreuve dite de la « piscine », présentée sur le site de l’école comme « une immersion dans le grand bain du code » qui dure un mois et pendant lequel ils doivent réaliser des exercices de code.

8 Il fait référence au dispositif pour les étudiants-entrepreneurs de son université.

9 Organisation étudiante marquée à droite.

10 La rage

11 Les projets jugés les plus avancés ont pu bénéficier d’un mentor.

12 Technologie de stockage et de transmission d’informations décentralisée. Elle est notamment connue pour service de support aux transferts en monnaie numérique Bitcoin.

13 J’avais pu lire cette remarque sur un document évaluant les différents projets, qui m’avait été transmis par la responsable du dispositif.

14 S’il fallait encore convaincre que la « jeunesse n’est qu’un mot » (Bourdieu 1984), on notera à quel point on est loin de cette jeune précaire, issue des classes populaires, interrogée par Julie Couronné, si timide qu’elle demande à sa mère d’appeler à sa place des employeurs potentiels (Couronné, 2017).

15 Film tiré du récit en partie autobiographique, publié en 2000 par de Frédéric Beigbeder et qui dénonce les dérives de l’univers de la publicité.

16 Il s’agit d’une association catholique.

17 Popularité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Chambard, « Un homme pressé »La nouvelle revue du travail [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nrt/9907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.9907

Haut de page

Auteur

Olivia Chambard

Centre d’études de l’emploi et du travail (Cnam), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search