Skip to navigation – Site map

La Nouvelle Revue du Travail se joint au mouvement social en cours

La Nouvelle Revue du Travail se joint au mouvement social en cours

Enseignants-chercheurs et chercheurs membres de la rédaction de la Nouvelle Revue du Travail (NRT), impliqués dans l'analyse critique des transformations du monde du travail, nous déclarons à la fois solidaires et engagés dans l'important mouvement social en cours. Nous nous opposons fermement au projet gouvernemental de réforme des retraites : il se traduirait par une réduction de leur niveau pour tous, notamment pour les femmes et les salarié.es aux parcours précaires, un allongement de la durée de vie au travail, une accentuation des inégalités sociales en termes d'espérance de vie en bonne santé, un recul des principes de solidarité au bénéfice des principes néo-libéraux et individualisant[1]. Nous refusons également l'accélération du démantèlement du service public d'éducation supérieure et de recherche et la généralisation des principes concurrentiels et élitistes ainsi que de la précarité professionnelle en son sein[2]. Nous soutenons les propositions alternatives d'amélioration du système de retraites et de rénovation de l'enseignement supérieur et de la recherche portées par le mouvement syndical.

Par ailleurs, la NRT est solidaire des personnels d’OpenEdition qui s’opposent à la réforme des retraites et qui ne peuvent s’exprimer sur la plateforme qui les emploie. Les membres du comité de rédaction agissent aussi pour élargir le mouvement à d’autres revues académiques sensibles aux dangers de la réforme des retraites et à la poursuite de la politique actuelle dans l’enseignement supérieur et dans la recherche scientifique.

Dans l'immédiat nous mettons à disposition de tous les acteurs engagés dans la lutte une sélection des articles que nous avons publiés depuis la création de la NRT, en 2012, notamment autour des thèmes suivants :  retraites, pénibilité du travail, services publics, et syndicalisme. Et nous invitons à alimenter au mieux de vos possibilités personnelles les caisses de solidarité financière aux grévistes (liste ci-dessous).

Cinq articles publiés par la NRT sur « mobilisation et mouvement social »

Les textes ci-dessous présentent des éléments permettant de mieux comprendre les enjeux du présent mouvement social ; ils concernent différents secteurs d’activités, des transports à l’enseignement. Chacun à leur manière, ils permettent de réinscrire les mobilisations actuelles contre le projet de réforme des retraites dans un contexte social plus large.

NB : chaque titre d’article est hypertexté et doit donc permettre de se rendre facilement sur l’article en ligne. Les articles sont classés par ordre alphabétique des auteur.es.

_______________________________ 

Paul Bouffartigue et Baptiste Giraud

Conflictualités ordinaires au travail

Le travail, toujours – voire plus que jamais – organisé dans nos sociétés dites développées sous le rapport social du salariat, est nécessairement habité par une conflictualité fondamentale : elle naît de la relation dissymétrique entre celles et ceux qui mettent leurs capacités à disposition d’une entité qui en organise les finalités et les modalités principales, et celles ou ceux qui en décident. Sans bien sûr s’y réduire, les conflictualités au travail ne sont guère intelligibles abstraites d’un tel antagonisme. Les formes n’en sont jamais prédéterminées. Un regard sociologique paresseusement installé dans certaines traditions intellectuelles risque d’être rendu aveugle à ce qui se renouvelle, sur ce plan comme sur d’autres dimensions des mondes du travail contemporain. Les nouvelles formes d’organisation du travail, qu’elles soient liées aux restructurations d’entreprise, à l’émergence des entreprises de la nouvelle économie ou bien encore au morcellement du système productif ont certes fragilisé la capacité des syndicats à organiser l’action collective des salariés. Les nouvelles formes de l’économie capitaliste contribuent cependant aussi à générer des formes de résistances qui débordent, de différentes manières, les modalités classiques de l’action syndicale. C’est à l’analyse de ce processus de recomposition des dynamiques de la conflictualité au travail que ce dossier est consacré.

Nicolas Castel

La retraite cheminote : mener le train du salaire continué

La retraite des cheminots, un des éléments constitutifs de leur statut, représente en France une grande innovation sociale dont nous résumons dans cet article les traits historiques. En cette matière, les libéralités patronales de la seconde moitié du XIXe siècle ont laissé place à une première forme de retraite au début du XXe. La progressive institutionnalisation de cette première forme sur le modèle de ce qui se pratiquait déjà dans la fonction publique d’État, a permis aux cheminots de disposer à partir des années 1950 d’une pension de retraite leur assurant la continuité de leur salaire. Dans le présent contexte européen de libéralisation du secteur ferroviaire, les conservateurs français ont décidé au début du XXIe siècle que cette pension et le statut feraient désormais partie du passé. S’agissant là de choix politiques et socio-économiques, on peut au contraire en faire une source d’inspiration pour des droits sociaux à venir.

Sabine Fortino

Invisibilisation de la pénibilité au travail, mixité et rapports de genre

L’article s’emploie à mettre à jour les modalités sexuées d’une reconnaissance de la pénibilité au travail à partir d’une enquête comparative réalisée auprès de deux catégories socioprofessionnelles d’une entreprise de transport (conducteurs et agents commerciaux). Il montre que l’invisibilisation des atteintes à la santé des femmes tient pour beaucoup aux mécanismes de répartition du travail entre les sexes et aux représentations sociales traditionnelles de la pénibilité au travail, souvent fondées sur une approche associant le travail considéré comme pénible aux seules activités masculines en milieu technique/industriel.

Entretien avec Bernard Friot, par Marnix Dressen, Jean-Luc Metzger

Le salariat, classe révolutionnaire en puissance

Dans un entretien, le sociologue Bernard Friot, professeur émérite de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, s’explique sur ses analyses. Il propose, non seulement une critique argumentée des sociétés contemporaines, mais surtout, un modèle alternatif, charpenté, précis, fondé sur une lecture originale des acquis qu’il juge révolutionnaires de l’institution salariale. Ses réflexions interpellent et parfois dérangent, agacent, suscitent du scepticisme voire des réactions d’hostilité. Les catégories et le vocabulaire marxistes qu’il mobilise parfois déroutent une partie de ses lecteurs. Les thèses de B. Friot n’en demeurent pas moins stimulantes, dans un contexte politique aux si faibles perspectives de changement. Nous avons rencontré B. Friot en mars 2014, pour le questionner sur la faisabilité du projet de société qu’il défend dans plusieurs de ses livres.

 Frédéric Lebaron

Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université

Dans cet article, il s’agit d’examiner, en s’appuyant sur des analyses relevant de la sociologie économique et la sociologie des politiques publiques, certains processus assimilables à une forme de « financiarisation » de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Tout en rappelant la singularité du monde de l’enseignement dans lequel la monétarisation est par définition problématique, nous montrons que des processus de croyance, liés notamment au rôle moteur de la science économique dans l’ordre social contemporain, contribuent à faire entrer ce secteur dans le cadre de logiques plus larges, qui apparaissent bien comme caractéristiques du capitalisme financier, sans pour autant que celui-ci les absorbe dans leur totalité.

__________________________________________

Liste de caisses de solidarité avec les grévistes :

https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

https://bloquonsblanquer.fr/caisses-de-greve-2/

https://www.lepotsolidaire.fr/pot/shwk4fae

RATP :

-          Cagnotte UNSA

-          Cagnotte Solidaires

-          Cagnotte Force Ouvrière

-          Cagnotte RS-RATP

-          CGT : Chèque libellé « USR CGT RATP CAISSE GREVE », à envoyer à USR CGT RATP, 85 rue Charlot, 75003, Paris.

SNCF :

-          CGT cheminot : chèque libellé « Fédération CGT des cheminots », 263 rue de Paris, Case 546, 93515 Montreuil, ou par virement bancaire « solidarité grévistes cheminots 2019 » (RIB 17679 00432 00944486894 38 SBE BALARD)


-          Cagnotte Force Ouvrière

-          Cagnotte SudRail

-          Cagnotte CFDT

RAFFINERIES :

Cagnotte Total Grandpuits (77)



[1] Cf. Notamment : "Analyse Retraites", du comité de mobilisation de la DG de l'INSEE : https://france.attac.org/se-mobiliser/reforme-des-retraites/article/retraites-l-analyse-du-comite-de-mobilisation-de-la-dg-de-l-insee. Henri Sterdyniak, "Retraites, un système social doit-il singer les placements financiers ?" : https://aoc.media/analyse/2019/09/04/retraites-un-systeme-social-doit-il-singer-les-placements-financiers/

[2] Voir entre autres sources : https://www.snesup.fr/rubrique/la-vie-de-la-recherche-scientifiquehttps://www.sudeducation.org/ ; https://cgt.fercsup.net/

__________________________________________

Présentation

La Nouvelle Revue du Travail is a scientific review providing authors, researchers and practitioners with a forum for addressing academics, businesses and public administrations at a time when higher education has started to train more practitioners and experts than researchers. Work is viewed here as a transversal construct that exists at the intersection between the different currents found within the field of sociology. The review remains open to all disciplines insofar as authors focus on 'work', in the broadest sense of the term. La nouvelle revue du travail looks at work on an international scale and encourages bi-lingualism by publishing articles in both French and the main international languages.

Latest issue
15 | 2019
Conflictualités ordinaires au travail

Couverture NRT n°15 novembre 2019
More about this picture
Credits : Copyright Matthieu Le Gall Canta

Le capitalisme se transforme en permanence, les conflits qui le traversent évoluent en retour : les démarches scientifiques pour en rendre compte se modifient aussi. C’est plutôt de ces modifications et des changements d’angle de vue dont rend compte le Corpus de ce numéro de la Nouvelle Revue du Travail. D’une part, il confirme le constat d’un renouveau de l’attention des chercheurs pour la thématique des conflits du travail et, d’autre part, il alimente le glissement d’une priorité accordée aux mouvements sociaux traditionnels généralement animés par les syndicats, vers des préoccupations moins visibles telles que les résistances aux formes rénovées de l’organisation du travail ou aux méthodes managériales de mobilisation des travailleurs.

Ce Corpus interroge comment les résistances « inorganisées » au travail se substituent, s’allient, complètent ou préparent des protestations collectives mieux connues car traditionnelles. Pour ce faire, les articles portent sur les possibles et les contraintes en fonction desquels les résistances individuelles et collectives au travail se développent dans des mondes du travail situés à distance plus ou moins importante des grandes organisations privées ou publiques qui ont formé et qui forment encore le contexte d’action et la base sociale du mouvement syndical. Les terrains d’analyse se diversifient pour traiter des petites ou des très petites entreprises (bâtiment, coiffure...), des firmes de la nouvelle économie (start up, chauffeurs de VTC) ou des employés de maison.

Ce renouveau —qui n’écrase pas l’ancien— prend en compte la diversification croissante des conditions d’exercice du travail : des salariés titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur se retrouvent face aux mêmes problèmes que des personnels moins qualifiés ; ils doivent déjouer des méthodes de management sans cesse remaniées pour masquer la subordination au travail (des salariés comme des travailleurs indépendants). Les formes de résistances ou de contestations individuelles et collectives s’adaptent à ces milieux remodelés. Comme l’indique la présentation du Corpus, « la mise en perspective des recherches réunies dans ce dossier n’est pas simplement utile pour rendre compte de la diversité des voies que peuvent emprunter les salariés pour résister à l’emprise de la domination patronale, à défaut de pouvoir la remettre en cause. Elle est également heuristique pour saisir les mécanismes sociaux et organisationnels par lesquels se redéfinissent, à l’épreuve des nouvelles conditions d’emploi, les possibilités, les formes et les enjeux de ces modes de résistance « infra-syndicale » au travail, et les modalités de leur articulation aux formes plus classiques de l’action collective ».

La Controverse interroge le paradoxe de l’apparition du mouvement #MeToo dans les milieux professionnels des médias et la quasi disparition des questions du travail et des relations de travail dans son développement. Trois sociologues et politistes mettent en perspectives ce mouvement et ses déclinaisons. Si le monde du travail en est un des foyers, la discussion croisée entre ces trois contributions souligne que la remise en cause des rapports sociaux de genre dépasse le travail et se déploie dans de multiples sphères sociales de la société.

Dans la rubrique Varia, le premier article décrit la manière dont l’aménagement de l’espace et le fonctionnement de quatre nouvelles prisons françaises impactent de manière significative le travail des personnels de surveillance. En fragilisant les collectifs de travail, la réorganisation du travail, liée aux nouveaux espaces, suscite de leur part des appréciations critiques tant elle a modifié leurs relations de travail. La réduction des interactions entre surveillants et détenus et la difficulté de l’administration pénitentiaire à repenser les missions des surveillants sont génératrices d’un véritable mal-être au travail. Le second article soutient la thèse que le travail est productif de valeur dans les services monétaires non marchands. Contre des thèses plutôt dominantes, l’auteur montre que le travail réalisé dans ce secteur est productif de valeur qui n’est pas soustraite au secteur marchand, mais qui s’y ajoute. En appliquant le concept de « validation sociale » de Marx, il défend l’idée que ce travail est validé par décision collective. L’article discute cette thèse contre la conception libérale et contre la conception marxiste traditionnelle. Le troisième article présente la retraite des cheminots, élément constitutif de leur statut, comme une innovation sociale majeure qui s’est installée progressivement depuis le XIXe siècle pour assurer la continuité de leur salaire. Dans le contexte européen actuel de libéralisation du secteur ferroviaire, les conservateurs français ont décidé de faire disparaître le statut des cheminots et cette pension : l’auteur considère, au contraire, qu’il y a là une source d’inspiration pour des droits sociaux à venir.

Dans Champs et Contrechamps, le photographe Sébastien Calvet, interrogé par la NRT, souligne combien le métier de photographe de presse dans le champ politique ne se limite pas à des prises de vue : il combine des périodes d’incertitude, des phases de négociations et des moments d’improvisation où il faut faire preuve de talent photographique, de sens des rapports de force et d’intuition de l’instant. Il s’agit d’une pratique sociale autant que d’une pratique photographique : l’anticipation a autant d’importance que l’information, et les logiques éditoriales l’emportent souvent sur les intentions du photographe. Des photographies de S. Calvet prises durant la campagne électorale de François Hollande pour Libération confirment l’argumentation développée.

Matériaux propose une note de recherche sur un « Observatoire des luttes de la CGT » qui s’est développé au sein de cette organisation au milieu des années 1990. Des conditions de sa création aux raisons pratiques et militantes qui ont entravé sa mise en œuvre et rapidement abouti à son abandon, l’article utilise des sources jamais publiées. Il donne à voir l’évolution du rapport à l’action collective des dirigeants de la CGT et révèle également leurs difficultés à se doter d’indicateurs de suivi de l’activité de leurs militants et à se saisir des conflits ordinaires du travail, pour s’en faire les relais. Ce faisant, cette expérience illustre l’asymétrie des ressources dont disposent les organisations syndicales et patronales sur le terrain de la production d’expertises économiques et sociales. Ce numéro 15 de la Nouvelle Revue du Travail se termine par pas moins de treize recensions et notes de lecture qui participent au débat des idées.

  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals