Skip to navigation – Site map

Présentation

La Nouvelle Revue du Travail is a scientific review providing authors, researchers and practitioners with a forum for addressing academics, businesses and public administrations at a time when higher education has started to train more practitioners and experts than researchers. Work is viewed here as a transversal construct that exists at the intersection between the different currents found within the field of sociology. The review remains open to all disciplines insofar as authors focus on 'work', in the broadest sense of the term. La nouvelle revue du travail looks at work on an international scale and encourages bi-lingualism by publishing articles in both French and the main international languages.

Latest issue
15 | 2019
Conflictualités ordinaires au travail

Couverture NRT n°15 novembre 2019
More about this picture
Credits : Copyright Matthieu Le Gall Canta

Le capitalisme se transforme en permanence, les conflits qui le traversent évoluent en retour : les démarches scientifiques pour en rendre compte se modifient aussi. C’est plutôt de ces modifications et des changements d’angle de vue dont rend compte le Corpus de ce numéro de la Nouvelle Revue du Travail. D’une part, il confirme le constat d’un renouveau de l’attention des chercheurs pour la thématique des conflits du travail et, d’autre part, il alimente le glissement d’une priorité accordée aux mouvements sociaux traditionnels généralement animés par les syndicats, vers des préoccupations moins visibles telles que les résistances aux formes rénovées de l’organisation du travail ou aux méthodes managériales de mobilisation des travailleurs.

Ce Corpus interroge comment les résistances « inorganisées » au travail se substituent, s’allient, complètent ou préparent des protestations collectives mieux connues car traditionnelles. Pour ce faire, les articles portent sur les possibles et les contraintes en fonction desquels les résistances individuelles et collectives au travail se développent dans des mondes du travail situés à distance plus ou moins importante des grandes organisations privées ou publiques qui ont formé et qui forment encore le contexte d’action et la base sociale du mouvement syndical. Les terrains d’analyse se diversifient pour traiter des petites ou des très petites entreprises (bâtiment, coiffure...), des firmes de la nouvelle économie (start up, chauffeurs de VTC) ou des employés de maison.

Ce renouveau —qui n’écrase pas l’ancien— prend en compte la diversification croissante des conditions d’exercice du travail : des salariés titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur se retrouvent face aux mêmes problèmes que des personnels moins qualifiés ; ils doivent déjouer des méthodes de management sans cesse remaniées pour masquer la subordination au travail (des salariés comme des travailleurs indépendants). Les formes de résistances ou de contestations individuelles et collectives s’adaptent à ces milieux remodelés. Comme l’indique la présentation du Corpus, « la mise en perspective des recherches réunies dans ce dossier n’est pas simplement utile pour rendre compte de la diversité des voies que peuvent emprunter les salariés pour résister à l’emprise de la domination patronale, à défaut de pouvoir la remettre en cause. Elle est également heuristique pour saisir les mécanismes sociaux et organisationnels par lesquels se redéfinissent, à l’épreuve des nouvelles conditions d’emploi, les possibilités, les formes et les enjeux de ces modes de résistance « infra-syndicale » au travail, et les modalités de leur articulation aux formes plus classiques de l’action collective ».

La Controverse interroge le paradoxe de l’apparition du mouvement #MeToo dans les milieux professionnels des médias et la quasi disparition des questions du travail et des relations de travail dans son développement. Trois sociologues et politistes mettent en perspectives ce mouvement et ses déclinaisons. Si le monde du travail en est un des foyers, la discussion croisée entre ces trois contributions souligne que la remise en cause des rapports sociaux de genre dépasse le travail et se déploie dans de multiples sphères sociales de la société.

Dans la rubrique Varia, le premier article décrit la manière dont l’aménagement de l’espace et le fonctionnement de quatre nouvelles prisons françaises impactent de manière significative le travail des personnels de surveillance. En fragilisant les collectifs de travail, la réorganisation du travail, liée aux nouveaux espaces, suscite de leur part des appréciations critiques tant elle a modifié leurs relations de travail. La réduction des interactions entre surveillants et détenus et la difficulté de l’administration pénitentiaire à repenser les missions des surveillants sont génératrices d’un véritable mal-être au travail. Le second article soutient la thèse que le travail est productif de valeur dans les services monétaires non marchands. Contre des thèses plutôt dominantes, l’auteur montre que le travail réalisé dans ce secteur est productif de valeur qui n’est pas soustraite au secteur marchand, mais qui s’y ajoute. En appliquant le concept de « validation sociale » de Marx, il défend l’idée que ce travail est validé par décision collective. L’article discute cette thèse contre la conception libérale et contre la conception marxiste traditionnelle. Le troisième article présente la retraite des cheminots, élément constitutif de leur statut, comme une innovation sociale majeure qui s’est installée progressivement depuis le XIXe siècle pour assurer la continuité de leur salaire. Dans le contexte européen actuel de libéralisation du secteur ferroviaire, les conservateurs français ont décidé de faire disparaître le statut des cheminots et cette pension : l’auteur considère, au contraire, qu’il y a là une source d’inspiration pour des droits sociaux à venir.

Dans Champs et Contrechamps, le photographe Sébastien Calvet, interrogé par la NRT, souligne combien le métier de photographe de presse dans le champ politique ne se limite pas à des prises de vue : il combine des périodes d’incertitude, des phases de négociations et des moments d’improvisation où il faut faire preuve de talent photographique, de sens des rapports de force et d’intuition de l’instant. Il s’agit d’une pratique sociale autant que d’une pratique photographique : l’anticipation a autant d’importance que l’information, et les logiques éditoriales l’emportent souvent sur les intentions du photographe. Des photographies de S. Calvet prises durant la campagne électorale de François Hollande pour Libération confirment l’argumentation développée.

Matériaux propose une note de recherche sur un « Observatoire des luttes de la CGT » qui s’est développé au sein de cette organisation au milieu des années 1990. Des conditions de sa création aux raisons pratiques et militantes qui ont entravé sa mise en œuvre et rapidement abouti à son abandon, l’article utilise des sources jamais publiées. Il donne à voir l’évolution du rapport à l’action collective des dirigeants de la CGT et révèle également leurs difficultés à se doter d’indicateurs de suivi de l’activité de leurs militants et à se saisir des conflits ordinaires du travail, pour s’en faire les relais. Ce faisant, cette expérience illustre l’asymétrie des ressources dont disposent les organisations syndicales et patronales sur le terrain de la production d’expertises économiques et sociales. Ce numéro 15 de la Nouvelle Revue du Travail se termine par pas moins de treize recensions et notes de lecture qui participent au débat des idées.

  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals