Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
L'idée de Révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle. Paris, 26-27 Janvier 2007 – Dossier édité par Eugénia Palieraki et Marianne González Alemán
Geneviève Verdo

Quelle révolution pour une époque de réaction ? La notion de révolution au Rio de la Plata, 1810-1820

[27/01/2007]

Résumés

Cet article analyse la notion de révolution au Rio de la Plata au moment même où celle-ci est en train de se produire. A travers le discours de ses principaux acteurs, il cherche à montrer  que l’utilisation de la notion revêt d’emblée un caractère performatif : les différents événements sont inscrits dans une continuité qui confère un sens global à la période et ancre l’idée d’une « entrée dans l’histoire » du Nouveau Monde. En parallèle, le jugement porté sur les autres pays et notamment sur la restauration absolutiste en Europe permet de saisir les multiples nuances accolées à la notion. L’idéal d’une « révolution heureuse » est ainsi mis en évidence, comme point d’équilibre entre les excès du jacobinisme et ceux de l’absolutisme.

Haut de page

Texte intégral

1Comme l’a établi l’historiographie de ces vingt dernières années, le processus qui aboutit aux indépendances hispano-américaines est essentiellement une révolution, qui se déroule à l’échelle de toute la Monarchie. A l’instar de ce qui se produit en Espagne péninsulaire, l’abdication et l’empêchement du roi Ferdinand VII en 1808 entraînent la promotion de la souveraineté du peuple et, à sa suite, l’imposition d’un système de valeurs et de références qui modifient en profondeur le système de légitimation du pouvoir. Les « révolutions hispaniques »1 s’inscrivent de la sorte dans le cycle des révolutions atlantiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle.

2Cette interprétation s’est imposée à partir d’un retour aux sources, dans une perspective débarrassée du carcan nationaliste qui avait marqué l’Historia Patria, l’historiographie traditionnelle du XIXe siècle. Nulle nation en sommeil, à l’époque des faits, mais un ensemble de royaumes et de provinces, de cités et de corps, unis par leur commune obédience au roi. L’abdication de ce dernier les place dans une situation inédite qui les pousse à chercher des recours dans l’arsenal juridique dont il disposent : c’est ainsi que s’impose, presque partout, la proclamation du peuple en lieu et place du souverain.

3Le caractère accidentel de la crise de 1808, maintes fois souligné par François-Xavier Guerra, invite à se pencher sur la perception qu’en ont eu les acteurs, sur la façon dont ceux-ci ont vécu les multiples événements qui, de sujets du roi, les ont transformés en citoyens. Ceux-ci avaient-ils le sentiment de vivre une mutation radicale des valeurs fondatrices de leur société ? Était-ce le sens qu’ils conféraient à leur projet politique lorsqu’il parlaient de « révolution d’indépendance » ou de « glorieuse cause de la révolution » ? Rien n’est moins sûr, tant la peur du changement et de la dissolution du corps social habitaient les esprits.

4Ce type de questionnement s’inspire des travaux qui ont tenté d’approcher au plus près le vécu des acteurs, dans des périodes considérées a posteriori comme des ruptures fondamentales2. Avertis du risque de reconstruire le passé en utilisant des catégories qui n’avaient pas cours à l’époque, les historiens se préoccupent davantage aujourd’hui de saisir le sens des mots et la perception de la réalité sociale et temporelle dans le contexte qu’ils étudient3.

5S’agissant de la notion de révolution, l’enjeu est de taille, la période ainsi désignée ayant été l’objet d’un investissement intense de la part des générations suivantes, qui en ont fait le point de départ de leur histoire et le « mythe fondateur de la nation »4. Fabio Wassermann montre ainsi dans ses travaux les différentes interprétations qui ont été faites de la période et la politisation des enjeux de mémoire qui s’y trouvent accolés5. Ce travail critique des « usages du passé » trouve à être complété par une interrogation sur la notion elle-même, sur le sens que revêtait le terme à l’époque des événements. De manière générale, rappellons que celui-ci conjugue deux acceptions contradictoires : la tradition gréco-latine et chrétienne distingue la conservo, rupture révolutionnaire qui se clôt par le retour à l’ordre divin, de la seditio, qui désigne les violences et les perturbations historiques. Les deux acceptions s’équilibrent, la grande révolution divine, le retour à l’ordre perdu compensant l’inévitable dégradation de l’histoire, faites de violences, d’usure et de changement6. Dans le monde hispanique, le Diccionario de Autoridades rappelle tout au long du XIXe siècle qu’à côté du sens astronomique, le terme a un sens médical (altération produite par le mélange des humeurs), qui s’étend au corps social pour désigner une altercation, un trouble ou une sédition. Le sens politique, celui de « changement dans l’état ou le gouvernement des choses », existe dès le début du XVIIIe siècle (il figure dans l’édition de 1737), mais il tarde à s’imposer comme sens premier du terme7.

6A partir de la presse gouvernementale et des manifestes et du pouvoir révolutionnaire, il est possible de restituer le sens conféré à l’événement révolutionnaire au moment où les acteurs sont en train de le vivre et de le désigner comme tel. Il s’agit de comprendre, à travers les différents épisodes qui marquent le processus, comment ils se représentent leur rapport à l’histoire et confèrent une unité de sens à la période en cours. Un contrepoint riche d’enseignements est constitué par la façon dont ils jugent le contexte européen, qui connaît à partir de 1815 une restauration absolutiste sous l’égide de la Sainte Alliance.

7Grâce à ces différents éclairages, nous tentons de montrer la pluralité des sens et la portée de la notion de révolution, constitutive d’une nouvelle identité politique au moment même de son élaboration. S’interroger sur la naissance de la notion et sur la façon dont celle-ci en vient à désigner une période historique participe plus largement de la réflexion critique sur les fondements de la construction nationale.

La révolution vue par elle-même

1810, une révolution faussement tranquille

8Les premières années de la révolution sont marquées par un certain nombre d’épisodes qui, en ce qu’ils entraînent un changement de pouvoir et appellent à un renouvellement de l’adhésion, suscitent une justification des faits. Cette lecture proposée par les dirigeants, dans un contexte où l’opinion publique commence à se forger, participe d’une interprétation plus générale de la période comme « révolution » ; elle aide en cela à distinguer les différents sens que revêt la notion dans les premières années. En premier lieu, il convient d’analyser la façon dont est perçue la formation de la junte de gouvernement, le 25 mai 1810. L’événement a en effet été consacré par l’historiographie du XIXe siècle comme l’acte de naissance de la révolution, à tel point que celle-ci porte encore aujourd’hui le nom de « Révolution de mai ». Mais l’analyse à chaud des faits révèle que la dimension de rupture qui sera ensuite accolée à cette date est presque absente de la perception des contemporains.

9Dans le contexte de l’époque, celui de la crise de la Monarchie, la réunion d’une junte n’est pas considérée comme révolutionnaire en soi, car elle signifie davantage un aménagement du pouvoir qu’un transfert de légitimité. La formation des juntes dans les cités espagnoles, lors de l’été 1808, découlaient directement des abdications et de la vacance du pouvoir royal provoquées par l’invasion napoléonienne. Parce qu’ils gouvernaient en lieu et place du monarque, au nom de la défense de ces droits, ces organismes incarnaient la continuité du pouvoir royal et non sa rupture8. C’est dans cet esprit que certaines tentatives avaient eu lieu en Amérique à partir de 1808, bien que celles-ci aient été condamnées à l’échec par les autorités péninsulaires. A Buenos Aires même, une première junte est formée le 24 mai 1810 et, de manière significative, désigne comme président le vice-roi Cisneros. On ne saurait souligner plus clairement le désir de continuité affiché par cet organisme.

10La junte du 25 mai, toutefois, est d’une autre nature, comme l’indiquent clairement les circonstances de sa création : imposée par les éléments les plus radicaux de la capitale qui s’appuient sur les corps de milice et leurs officiers, elle destitue immédiatement le vice-roi. Nul doute que sa formation résulte d’un coup de force, bien que celui-ci soit ratifié par le peuple rassemblé sur la place. Néanmoins, lorsqu’il s’adresse aux autres cités, le nouvel organe de pouvoir est loin de présenter sa naissance comme une révolution. Bien au contraire, la circulaire du 27 mai 1810 insiste sur son affiliation au régime monarchique : formée « au nom de Ferdinand VII », la Junte constitue « un remède qui résulte de la triste situation de la péninsule et qui est le seul à pourvoir de manière légitime une autorité capable d’exercer la représentation [du monarque] ». Comme gage supplémentaire de sa légitimité, elle insiste sur le fait qu’elle a été reconnue par toutes les corporations et toutes les autorités de la capitale. La suite du texte souligne les risques d’une division entre les provinces et agite la menace d’une invasion portugaise via le Brésil. La Junte demande donc solennellement aux cités de reconnaître son autorité en signe de fidélité au roi, et leur concède en échange la faculté de nommer des représentants pour former un Congrès constituant9. Le schéma est donc exactement celui évoqué par François-Xavier Guerra pour l’ensemble de la Monarchie, celui d’« une révolution paradoxale, qui commence en défense du roi et finit par la proclamation de la souveraineté du peuple »10.

11De leur côté, comment les cités reçoivent-elles la nouvelle et ont-elles le sentiment de vivre une révolution ? L’exemple de la cité Mendoza nous offre à cet égard de bonnes clés de lecture. Les patriciens y accueillent très favorablement la création de la Junte, car ils sont opposés depuis 1783 à leur rattachement à l’intendance de Córdoba. Le gouverneur-intendant de Córdoba ayant pris le parti de l’Espagne contre la Junte, l’élite de Mendoza y voit une excellente occasion de mettre un terme à cette dépendance humiliante. Ils vont donc, très clairement, jouer la carte de Buenos Aires et du nouveau pouvoir contre Córdoba. A Mendoza, les sources montrent que le transfert d’obédience s’opère tranquillement et dans la concorde générale. Après avoir pris connaissance de la circulaire du 27 mai, les échevins décident de « convoquer une réunion de la partie principale du peuple afin d’écouter son avis et de se mettre d’accord sur le mode de concertation qui convient en la circonstance… afin de s’entendre de manière amicale et urbaine avec certains employés [agents de la Couronne], de manière à que ceux-ci s’alignent sur la décision de la cité en faisant abstraction de l’obéissance qu’ils doivent au chef de la province »11 (c’est-à-dire le gouverneur de Córdoba, investi de l’autorité royale).

12Plus loin, le texte révèle que le cabildo cherche explicitement à se ménager les bonnes grâces de la Junte, « afin que la province conserve sa tranquillité et que le flux de ses productions vers la capitale se maintienne en l’état »12. Mendoza vit en effet de l’échange de ses produits entre Santiago du Chili et Buenos Aires, et le maintien des transactions commerciales est ce qui importe le plus à la survie de la communauté. Les patriciens de Mendoza ne peuvent toutefois nier que la reconnaissance de la Junte constitue bel et bien une rupture de l’ordre légitime, dans la mesure où elle implique de remettre en cause l’obédience qu’ils doivent au gouverneur de Cordoba. L’argument qu’ils opposent à celui-ci est celui des circonstances, de la nécessité de préserver l’ordre existant par tous les moyens possibles. Reprenant la justification utilisée par la Junte elle-même, ils affirment qu’en reconnaissant le changement d’autorité, il s’agit « d’empêcher l’Amérique de tomber sous le joug terrible des puissances étrangères et de faire en sorte que ces [provinces] demeurent intactes pour notre bien-aimé souverain Ferdinand VII »13.

13On voit donc à travers cet exemple que la formation de la Junte apparaît bel et bien comme un changement de l’ordre des choses, des autorités et du jeu des obédiences, mais il s’agit d’un changement qui préserve l’ordre existant, voire qui favorise les intérêts immédiats des communautés. Se trouvent donc ici réunies les deux connotations traditionnelles du terme de révolution, terme qui se trouve d’ores et déjà employé pour caractériser le processus en cours. Durant le reste de l’année 1810, cette révolution se marque essentiellement par la destitution des autorités en place, notamment les gouverneurs. Péninsulaires ou non, les agents de la Couronne sont conspués par la Junte sous le nom de mandones (les petits chefs), qui dénonce invariablement le caractère arbitraire et personnel de leur pouvoir afin de les remplacer par des hommes à elle, qui ne s’avèrent d’ailleurs guère plus populaires.

Des « progrès de l’esprit public » à l’« heureuse révolution » (1811-1815)

14Second épisode significatif du processus révolutionnaire, les « journées » d’avril 1811 et d’octobre 1812 sont marquées par des émeutes provoquées par la lutte des factions pour le contrôle du pouvoir central à Buenos Aires. Au-delà du détail événementiel et de l’analyse politique qu’on peut en dégager, ces journées marquent une évolution dans la manière dont les dirigeants justifient les commotions populaires et dans le sens même qu’acquiert la notion de révolution.

15Le manifeste du gouvernement publié dans la Gaceta de Buenos Aires le 22 octobre 1812 présente la version officielle de la journée d’émeute qui, le 8, a abouti à la formation du second Triumvirat en remplacement du premier formé l’année précédente. Dans un premier temps et de manière assez surprenante, le texte semble plaider en faveur du coup de force : un peuple qui vient de recouvrer l’usage de la liberté ne craint rien tant que de la perdre à nouveau ; il ne peut qu’être prompt à réagir et à se soulever à la première menace. L’agitation populaire doit donc être considérée de manière positive, comme le signe du ralliement des esprits au nouveau système : « Laissons les raisonneurs timides considérer d’un œil scandalisé la succession des convulsions ; le philosophe sensé verra les progrès de l’esprit public dans les oscillations mêmes qui semblent le détruire, et dans le choc terrible des opinions, il reconnaîtra les efforts naturels qui précèdent l’état de liberté »14. L’épisode est interprété comme le sursaut naturel d’un peuple en enfance, qui apprend à être libre. La révolution est en train de s’accomplir dans les mœurs, l’esprit public se forge, le zèle révolutionnaire excite la vigilance des citoyens. L’évolution est notable par rapport à la « révolution tranquille » de 1810 : il ne s’agit plus de conserver l’ordre existant, mais de s’approprier collectivement des principes inédits. La révolution signifie ici, dans un sens voisin de celui des « révolutions de rupture », l’entrée dans une nouvelle ère et l’avènement d’un homme nouveau15.

16Toutefois, il ne s’agit pas pour autant d’abandonner au peuple le monopole de l’action révolutionnaire : dans un souci d’ordre caractéristique de la période, le gouvernement affirme que ce zèle populaire doit être contenu, encadré par les institutions : « S’il est vrai que la liberté a été l’unique motivation des mouvements du peuple depuis le 25 mai 1810, celui-ci, tout à l’ardeur de la posséder, a négligé les moyens de l’obtenir. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas eu de forme établie et le peuple n’a pas pu fixer son opinion. [Il faut donc créer une assemblée de représentants] dont le premier but sera de donner des cadres à l’obéissance du peuple, [puis] de garantir de ses droits et de déterminer le système qui devra régir les Provinces Unies. »16

17Ces thèmes sont repris dans un article de septembre 1813 intitulé « Prospecto político del Río de la Plata », qui revient sur les crises des années précédentes et en examine les causes, pour conclure à son tour qu’elles ont fait progresser « la cause » de la révolution. Pour l’auteur anonyme, qui reprend l’argumentation officielle du Triumvirat, il ne faut pas considérer de manière négative les « dissensions civiles » et autres « différends domestiques », car le peuple est fondamentalement uni par le projet révolutionnaire, qui se confond avec la lutte contre le despotisme : « La discorde suppose une contradiction dans les intérêts ; [or] être libre est le but de tous les Américains, et la Constitution fixera les limites de ce droit »17. Au cours des années 1811-1813, durant lesquelles domine la faction moréniste18, le lien est donc clairement établi entre énergie révolutionnaire et cadre constitutionnel. Il s’agit certes de faire advenir un monde nouveau où les principes de la modernité irriguent le corps social, mais celui-ci doit voir sa cohésion renforcée (c’est fondamentalement ce à quoi prétend « l’esprit public »), tandis que ses potentialités subversives sont soigneusement circonscrites par des institutions adaptées.

18Un nouvelle crise, dont l’impact est beaucoup plus important, a lieu en avril 1815 lorsque l’armée de Buenos Aires se soulève contre l’autorité du Directeur Alvear, entraînant la chute de ce dernier. Dans le manifeste qui accompagne le pronunciamiento, les officiers mutins semblent rejouer l’événement fondateur de mai 1810 en dénonçant l’arbitraire d’un régime qui ne profite qu’à un petit nombre de récipendiaires, qui est, en somme, retombé dans le despotisme19. Ici apparaît clairement la dimension politique de la révolution : loin de se limiter au rejet de l’Espagnol en tant que tel, elle est avant tout la condamnation d’une forme de régime marqué par l’arbitraire, c’est-à-dire qui ne respecte pas « les droits » des communautés, les « libertés anciennes » qu’il s’agit de restaurer et de protéger20.

19Après la chute du gouvernement, le cabildo de Buenos Aires rédige à l’adresse des cités un manifeste destiné à justifier, comme l’indique son titre, « l’heureuse révolution d’avril ». L’expression, qui a déjà attiré attention des historiens21, traduit la convergence harmonieuse d’un double mouvement : l’expression du peuple souverain, qui permet de se débarrasser d’un régime injuste, puis le retour à l’ordre qui est l’œuvre des autorités naturelles (ici, le cabildo) et passe par une création institutionnelle (la Junte d’Observation, censée limiter les abus du pouvoir central). « Heureuse révolution » par le fait qu’elle n’a donné lieu à aucun débordement intempestif, aucune effusion de sang, et qu’elle a permis d’affermir les institutions. Mais derrière l’apparente continuité du processus révolutionnaire, il faut souligner l’inflexion par rapport à la conception portée par les deux Triumvirats. Ceux-ci voyaient dans la révolution la possibilité d’instaurer un pouvoir fort et centralisé, en relation directe avec un peuple homogène et uni, épousant étroitement les vues du gouvernement et le soutenant avec zèle dans les réformes à accomplir. L’heureuse révolution d’avril 1815 rejette cette conception « jacobine »22 pour en revenir à la vision de 1810, celle d’une révolution des « corps intermédiaires », ou des « républiques » au sens ancien du termes qui songent avant tout à préserver leurs privilèges et à conquérir leur autonomie. Dans cette optique, le pouvoir central, censé être l’émanation des communautés, est davantage conçu comme l’arbitre souverain destiné à régler leurs différents.

20Les acteurs, toutefois, sont bien conscients de vivre une situation inédite, à partir de laquelle vont s’opposer deux projets politiques, qui correspondent à deux acceptions différentes de la révolution : accroissement des franchises (fueros) et du pouvoir des corps et communautés dans un cas ; conception abstraite du peuple et imposition d’un pouvoir pleinement souverain contre les communautés, de l’autre. Si cette dualité est presque masquée dans le discours que les acteurs tiennent sur les événements en cours, elle se révèle plus clairement dans leur analyse des exemples étrangers.

Les leçons de l’histoire européenne

La menace toujours présente du despotisme

21Créée par la Junte dès sa mise en place, la Gaceta de Buenos Aires est à la fois l’organe officiel du pouvoir révolutionnaire et le principal pourvoyeur de nouvelles23. Divers articles de la presse étrangère et des correspondances y sont reproduites, permettant de reconstituer la perception qu’avaient les acteurs du monde de leur temps, notamment la situation européenne. Le cas des épisodes révolutionnaires nous intéresse ici particulièrement, en ce qu’il éclaire d’un jour nouveau l’appréhension que les acteurs ont de leur propre expérience. Ces exemples peuvent en effet se lire comme autant de leçons d’histoire, destinés à nourrir les méditations de révolutionnaires novices.

22Le premier de ces enseignements est la menace toujours présente que constitue le despotisme. En septembre 1815, la Gaceta fait part d’une révolution survenue à Tunis24, soulignant les limites d’une telle tentative dans un pays soumis à un joug arbitraire. La domination ottomane sur la Tunisie est en effet l’exemple-type du « despotisme oriental » et dans un tel contexte, la révolution ne peut être qu’un soubresaut brutal et sanglant. Plusieurs considérations morales parsèment ainsi le récit : les peuples soumis au despotisme sont plongés dans le vice, l’ignorance, la superstition, l’indifférence envers le bien commun. Alors que les circonstances lui donnent l’occasion de se libérer de sa tutelle, le peuple de Tunis reste passif et regarde les événements avec indifférence, tandis que les prétendants au trône s’assassinent entre eux. Une telle vision de l’empire ottoman, simple reflet des préjugés de l’époque25, ne saurait effacer le parallèle implicitement établi avec l’Espagne. La peinture morale du peuple asservi est un poncif de la littérature anti-absolutiste, qui a pris en Amérique des accents anti-espagnols. Si le « despotisme oriental » incarné par l’empire ottoman constitue le repoussoir absolu, il s’agit d’un risque qui guette toutes les nations, comme le montre, au même moment, l’exemple de l’Europe.

23Les nouvelles concernant l’Europe du Congrès de Vienne sont en effet suivies avec intérêt à Buenos Aires, comme en témoigne une presse dont les titres se multiplient dans les années 1815-1816. Cet intérêt est en premier lieu stratégique, le Rio de la Plata étant à l’époque la seule province d’Amérique libre de toute reconquête royaliste. Le sens qui se dégage de l’analyse de la situation européenne est que l’Amérique doit rester à l’écart de la contagion et se protéger coûte que coûte de la réaction à l’œuvre en Europe. En poursuivant, les armes à la main, son projet d’émancipation, elle devient même la terre d’asile du libéralisme, le conservatoire de la révolution en ces temps de retour à l’ordre ancien. De même que l’Europe des Lumières avait montré à l’Amérique le chemin de l’émancipation, l’Europe de Vienne comporte, a contrario, un certain nombre d’enseignements pour l’Amérique révolutionnaire.

24Comme on l’a déjà souligné, le risque principal est celui de retomber dans le despotisme après l’avoir vaincu : c’est le sens de tous les commentaires concernant les pays où l’absolutisme a été rétabli, au premier rang desquels figure l’Espagne, objet d’une attention privilégiée à partir de 1814. La conception du despotisme qui émane de ces commentaires ne diffère pas du « despotisme oriental » que nous avons décrit à propos de Tunis. Les Espagnols sont d’ailleurs explicitement comparés aux Turcs, tandis que le rôle du tsar de Russie dans la constitution de la Sainte Alliance est largement mis en avant. L’exemple de l’Europe réactionnaire montre que les peuples soumis au despotisme demeurent ignorants et serviles, en vertu de quoi, même après avoir connu la liberté et proclamé leur souveraineté, ils applaudissent au retour de l’absolutisme. C’est ainsi que les journaux expliquent le soutien des Espagnols à Ferdinand VII, alors que celui-ci s’empresse d’abolir les Cortes et la Constitution de 1812.

25Du retour en arrière opéré sous leurs yeux par l’Europe, les révolutionnaires américains tirent la conclusion que le despotisme, fruit de l’arbitraire du pouvoir et de l’apathie du peuple, est un mal difficile à éradiquer. Mais leur analyse révèle également une mutation d’une autre nature : à une vision cyclique de l’histoire, marquée par le couplet régération/ décadence, vient se substituer une vision progressiste, selon laquelle on peut triompher définitivement du despotisme. A contrario de l’exemple européen, cette conviction est affirmée dans tous les textes. Les principes du droit naturel y forment une sorte de rempart conceptuel contre les idées de droit divin, d’oppression et d’arbitraire tandis que sur le plan des pratiques, l’antidote est martelé : on s’arrache au despotisme en appliquant les principes du libéralisme, en premier lieu la circulation des idées permise par la liberté de la presse.

26Ces articles montrent que les révolutionnaires du Rio de la Plata s’approprient l’histoire de leur temps et savent en tirer les leçons ; la situation de l’Europe montre la voie à suivre pour s’arracher au despotisme et ne plus y retomber. Ils traduisent une vision de l’histoire placée sous le signe du progrès, dont le moteur est la mise en œuvre des idées libérales, et dans lesquelles la raison, la conscience et le volontarisme politique jouent un rôle de premier plan. On voit ici toute l’ampleur de la mutation des esprits, qui influe naturellement sur la conception qu’ils se font de la révolution : même modérée dans ses réalisations, celle-ci est désormais conçue comme la mise en œuvre consciente et volontaire d’un projet politique destiné au bien commun. Le stade ultime de ce projet, le modèle à suivre, est la monarchie constitutionnelle incarnée par l’Angleterre, idéal auquel toutes les nations peuvent prétendre accéder, y compris celles ayant connu les excès d’une révolution débridée.

De la monarchie constitutionnelle à la révolution harmonieuse

27Dans ce contexte de retour à l’absolutisme, France donne l’exemple en 1815 d’un rebondissement spectaculaire avec l’épisode des Cent Jours. A rebours du portrait détestable que les Espagnols des deux mondes dressaient de lui en 1808, Napoléon est désormais salué comme l’héritier et le sauveur de la révolution. « Le retour de l’Empereur a assuré le triomphe des idées libérales que l’on avait tenté d’étouffer » écrit rondement un rédacteur de la Gaceta de Buenos Aires. Abondamment suivie et commentée, la tentative de restauration de l’Empereur déchu suscite un grand intérêt chez les révolutionnaires du Rio de la Plata. Elle incarne la possibilité d’un sursaut contre le retour à l’ordre ancien, à la légitimité dynastique et à la tradition, présentés en ces temps de réaction comme le cours naturel de l’histoire. Sursaut libéral empreint de volontarisme, pied de nez à l’ordre des choses non dénué de panache, la croisade napoléonienne est en parfaite connivence avec ce que vivent les révolutionnaires du Rio de la Plata, qui à cette date se trouvent seuls face à la vague royaliste qui déferle sur l’Amérique26.

28Après « le vol de l’aigle » et l’échec de la tentative, le rétablissement de Louis XVIII est considéré avec méfiance parce qu’on l’assimile au retour de Ferdinand VII sur le trône d’Espagne en 1814 et qu’on soupçonne le roi de France d’avoir les mêmes vélléités de restauration absolutiste. C’est pourtant une toute autre image que donne le régime cinq ans plus tard. A cette date, la Restauration a fait ses preuves ; la France donne désormais l’exemple d’une révolution qui a parfaitement su s’équilibrer, dominer ses excès, et atteindre l’idéal d’une monarchie constitutionnelle. Célébrant le triomphe de l’esprit public dans la France de la Restauration, un article de la Gaceta affirme ainsi : « on peut maintenant dire que la révolution française ne s’est pas faite en vain »27. Ses excès ne sont plus qu’un lointain souvenir et ses bienfaits sont maintenant évidents : les anciens ordres ont été abolis, le clergé est désormais pauvre et discret, tout comme la noblesse ; le vote est respecté. Mais surtout, la monarchie de droit divin a été définitivement écartée au profit de la souveraineté populaire : « Les Français ne veulent plus de ces royalistes qui prétendent que le roi a le droit de gouverner en dépit de son peuple. Ils préfèrent une autre espèce de royalisme, celui qui enseigne que son pouvoir émane de la volonté du peuple, et que c’est une confiance qu’il doit employer au seul bénéfice de ses sujets. »28 Heureuse conclusion pour une expérience révolutionnaire qui, contrairement aux idées reçues, avait plutôt servi de contre-modèle et de repoussoir aux patriotes hispaniques pendant sa phase active29. Significativement, c’est en se « refroidissant » et en renouant les liens avec son passé dynastique que la révolution française s’instaure définitivement comme exemple à suivre.

29Mais c’est plus au sud, à Naples, que l’idéal révolutionnaire des patriotes du Rio de la Plata trouve sa pleine signification30. En novembre 1820, la Gaceta reproduit un article du Times relatant la révolution napolitaine du 11 juillet 1820, marquée par l’entrée de l’armée constitutionnelle et la proclamation de la Constitution de Cadix, qui vient d’être restaurée en Espagne. L’article évoque l’événement en des termes qui ne peuvent que séduire les partisans de l’ordre à Buenos Aires, où les factions rivales se disputent le pouvoir31 : « Ce fut le plus beau jour que Naples eut jamais connu. La force entière de la nation, morale et physique, se rangea du côté de la liberté. L’union, la tranquillité, l’ordre le plus parfaits régnaient, ainsi qu’une joie immense, et jamais le despotisme n’apparût aussi isolé que ce jour-là »32. Le texte insiste ensuite sur le caractère rapide et pacifique du changement de pouvoir, qui s’apparente dans sa temporalité à une recréation du monde : « Ainsi fut acccomplie en sept jours une grande révolution, dans l’ordre et l’harmonie les plus parfaits, sans [que l’on eût à déplorer] la perte un seul homme. Quiconque connaît les dispositions du petit peuple de Naples à s’enflammer aura peine à le croire, à moins d’avoir vu de ses yeux ce qui s’y est produit. »33

30La portée du message est claire : l’ordre constitutionnel est le plus désirable et le plus efficace socialement. En ce qu’il parvient à unir les classes entre elles, il permet d’implanter les principes libéraux tout en évitant les excès des révolutions passées. Peu importe le faible degré de véracité de cette analyse, bien plus significatif est l’imaginaire qu’il révèle : la révolution est ici célébrée en ce qu’elle permet d’atteindre l’harmonie sociale. En 1820, les libéraux de Buenos Aires rêvent donc de reconstituer, dans le cadre de leur cité, le lien collectif mis à mal par dix années de révolution et de guerre. C’est le projet que tentera de mettre en œuvre le ministre Rivadavia au cours de la décennie suivante. Qualifié d’« heureuse expérience » par les contemporains, son régime, marqué par d’importantes réformes, peut être vu comme l’accomplissement des desseins de l’« heureuse révolution » dans le cadre de la province de Buenos Aires.

31Le sens de la notion de révolution pour les contemporains se révèle autant dans le jugement qu’ils portent sur leur propre expérience que dans la manière dont ils considèrent l’Europe de leur temps. Ce discours s’inscrit une philosophie de l’histoire qui cesse peu à peu de faire alterner régénération et décadence pour devenir téléologique, marquée par l’intervention de la raison et de la volonté dans le cours des actions humaines.

32La notion de révolution évolue en parallèle, mais de façon non linéaire. Vision cyclique et vision progressiste demeurent étroitement mêlées, et on est frappé, au fil des années, de la permanence du couplet seditio/conservo. De la révolution comme préservation d’un ordre établi, d’un désir de tranquillité, on passe certes à l’affirmation d’un projet politique moderne, mais la liberté comme la souveraineté du peuple se doivent d’être circonscrite par la loi pour ne pas tomber dans la licence et les passions démocratiques. L’idéal qui affleure sans cesse est celui d’une révolution « heureuse », harmonieuse, où le peuple se prononce en corps pour fonder ou restaurer un pouvoir sain dans ses principes. Celui-ci repose sur un principe d’autorité éventuellement monarchique, tempéré par une Constitution, orienté vers le bien commun et suscitant l’adhésion affectueuse de ses subordonnés.

33Par ailleurs, il faut souligner la valeur performative qu’acquiert, à l’époque, l’usage du terme. Dès la formation de la junte du 25 mai, le pouvoir révolutionnaire produit un discours qui confère aux événements une intelligibilité, en les plaçant dans une chaîne de causalités et en constituant un récit qui crée, de toutes pièces, la révolution comme événement. Il s’agit d’une révolution qui s’est en quelque sorte auto-proclamée, marquant le début d’une ère nouvelle et constituant dès l’origine le mythe fondateur de la nouvelle nation, plus encore, sans doute, que l’indépendance elle-même34.

Haut de page

Notes

1 François-Xavier Guerra (dir.), Las revoluciones hispánicas: independencias americanas y liberalismo español, Madrid, 1995.
2 L’ouvrage de Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires (Paris, 1997), illustre à merveille ce type de démarche.
3 C’est ce souci qui anime, entre autres, les tenants de l’histoire conceptuelle, notamment le courant inspiré par Quentin Skinner. Une synthèse utile dans le dossier coordonné par Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes, « Historia de los conceptos », Ayer. Revista de Historia Contemporánea, n°53, 2004, pp. 11-151.
4 José Carlos Chiaramonte, « El mito de los orígenes en la historiografía latinoamericana », Cuadernos del Instituto Ravignani, n° 2, 1991, p. 18-39.
5 Fabio Wassermann, « De Funes a Mitre. Representaciones de la Revolución de Mayo en la política y la cultura rioplatense (primera mitad del siglo XIX) », Prismas, Revista de historia intelectual, n°5, 2001, pp. 57-84 ; Id., « ¿Pasado o presente? La Revolución de Mayo en el debate político rioplatense », in Fabián Herrero (comp.), Revolución. Política e ideas en el Río de la Plata durante la década de 1810, Buenos Aires, 2004, p. 29-53.
6 Alain Rey, Révolution. Histoire d’un mot, Paris, 1989.
7 Diccionario de Autoridades de la Real Academia Española, Madrid, 1737. Voir également l’article « Révolution » du Diccionario político y social del siglo español dirigé par Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes (Madrid, 2002, p. 628-638).
8 C’est avec l’ouverture des Cortes de Cadix et la proclamation de la souveraineté nationale, le 24 septembre 1810, que débute le processus révolutionnaire dans la péninsule.
9 Oficio de la Junta a los cabildos, 27/05/1810, in Ricardo J. Freyre, Tucumán en 1810. Noticia histórica y documentos inéditos, Tucumán, 1909, p. 67-69.
10 François-Xavier Guerra, « Révolution française et révolution hispaniques : filiations et parcours », Problèmes d’Amérique latine, n° 94, 1989, p. 3-26 
11 Gaceta de Buenos Aires desde 1810 hasta 1821, 10/07/1810, ed. fac.-sim., Buenos Aires, tome I, p. 140-142. Sur cet épisode, voir Jorge Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1810 », in Tercer Congreso Internacional de historia argentina y americana, Buenos Aires, 1961, tome VI, p. 356.
12 Ibid.
13 Gaceta de Buenos Aires, 10/07/1810, op.cit., tome I, p. 143-144.
14 Gaceta de Buenos Aires, 22/10/1812, op.cit., tome III, p. 313.
15 Mona Ozouf, L’homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, 1989.
16 Gaceta de Buenos Aires, 22/10/1812, op.cit., tome III, p. 313-317.
17 Gaceta de Buenos Aires, 29/09/1813, op.cit., tome III, p. 534.
18 Cette faction est composée des partisans de Mariano Moreno, premier secrétaire de la Junte mort en décembre 1810. Elle regroupe les éléments les plus radicaux de la révolution, proches des libéraux espagnols et inspirés par la révolution française dans laquelle ils puisent plusieurs motifs, dont la notion d’« esprit public ». Cf. Michael Baker, « Esprit public », in M. Ozouf et F. Furet (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, 1992, p. 165-180.
19 Gaceta de Buenos Aires, 15/04/1815, op.cit., tome IV, p. 243-245.
20 Cette dimension de la révolution d’indépendance a bien été mise en valeur par l’historiographie récente. Cf. Antonio Annino, « Soberanías en lucha », in A. Annino, L. Castro Leiva, F.-X. Guerra (dir.), De los Imperios a las naciones : Iberoamérica, Saragosse, 1994, p. 229-250 ; Id., « Cádiz y la revolucion territorial de los pueblos mexicanos 1812-1821 », in A. Annino (dir.), Historia de las elecciones en iberoamérica, Buenos Aires, 1995, p. 177-226; Federica Morelli, Territoire ou nation ? Équateur, 1815-1830, Paris, 2004 ; José María Portillo, Crisis Atlántica. Autonomía e independencia en la crisis de la monarquía hispana, Madrid, 2006.
21 Luis Castro Leiva, « El arte de hacer una revolución feliz », in L’Amérique latine face à la Révolution française, II : L’héritage révolutionnaire : une modernité de rupture, Cahiers des Amériques latines, n° 10, 1990, p. 91-22 ; Juan Francisco Fuentes et Javier Fernández Sebastián (op.cit.) signalent que l’expression est souvent employée à la fin du XVIIIe siècle en Espagne pour caractériser les réformes de Charles III.
22 Le qualificatif de « jacobin », traditionnellement utilisé par leurs adversaires, souligne en fait l’admiration des morénistes pour la révolution française en général. Les travaux de Noemí Goldman ont montré qu’en réalité, leurs vues se rapprochaient plutôt de celle des Girondins. Cf. Noemí Goldman, « Les Jacobins au Rio de la Plata : modèle, discours et pratiques (1810-1811) », in M. Vovelle (dir.), L’image de la Révolution française, Paris, 1989, tome II, p. 909-918.
23 Les premières années de la révolution sont marquées par une explosion de l’imprimé et de la presse dans tout le monde hispanique. Cf. François-Xavier Guerra, Modernidad e independencia, Madrid, 1992.
24 Gaceta de Buenos Aires, 2/09/1815, op.cit., tome IV, p. 344.
25 Pour le cas français, cf. Rolando Minuti, Orientalismo e idee di tolleranza nella cultura francese del primo ‘700, Florence, 2006.
26 En 1815, le Rio de la Plata est la seule région que les royalistes n’ont pas reconquise. Les armées du vice-roi du Pérou contrôlent le Haut-Pérou, le Chili et Quito ; au Venezuela et en Nouvelle-Grenade, l’expédition de Morillo a battu en brèche les armées de Bolívar et de la Patria Boba ; en Nouvelle-Espagne, les forces patriotes se dispersent après l’exécution de Morelos.
27 « Espiritu público de Francia », Gaceta de Buenos Aires, 28/06/1820, op.cit., tome VI, p. 204.
28 Ibid.
29 Malgré plusieurs colloques organisés au moment du Bicentenaire, l’idée selon laquelle la Révolution française aurait constitué un modèle positif, voire servi de matrice aux révolutions hispaniques continue d’avoir la vie dure. En réalité, les excès du jacobinisme et les ambitions napoléoniennes ont plutôt alimenté une légende noire de la Révolution française. Cf. François-Xavier Guerra, « Révolution française et révolution hispaniques », art.cit. ; Imágen y recepción de la Revolución francesa en la Argentina, Buenos Aires, 1990.
30 Sur l’importance des liens culturels entre Naples et le monde hispanique, cf. Mario Di Pinto (ed.), I borboni di Napoli e i borbone di Spagna : un bilancio storiografico, Napoli, 1985 ; Gérard Chastagnaret et Gérard Dufour (dir.), Le règne de Charles III. Le despotisme éclairé en Espagne, Paris, 1994 ; « Lumières du Sud. La pensée de G. Filangieri et sa diffusion dans le monde ibérique », journée d’études du 4 décembre 2004, Nuevo Mundo, mundos nuevos, n° 6, 2006 et « La route de Naples aux Indes Occidentales », colloque des 8 et décembre 2006, Nuevo Mundo, mundos nuevos, n° 7, 2007, http://nuevomundo.revues.org
31 L’article paraît précisément au moment où le gouverneur Martín Rodríguez parvient à s’imposer sur ses concurrents.
32 Gaceta de Buenos Aires, 8/11/1820, op.cit., tome VI, p. 295.
33 Ibid.
34 Le 9 juillet, date de l’indépendance, est naturellement un jour chômé, mais la fête nationale argentine est le 25 mai, qui marque le début de la révolution selon les canons de l’Historia Patria.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Verdo, « Quelle révolution pour une époque de réaction ? La notion de révolution au Rio de la Plata, 1810-1820 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 27 janvier 2007, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/10733 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.10733

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page