Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
L'idée de Révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle. Paris, 26-27 Janvier 2007 – Dossier édité par Eugénia Palieraki et Marianne González Alemán
Véronique Hébrard

Conclusions générales

[26/01/2007]

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle

Palabras claves :

Revoluciones
Haut de page

Texte intégral

1Pour ces conclusions générales, je ne vais pas faire de commentaires directs sur les communications présentées, ni revenir sur les débats qui ont eu lieu suite aux synthèses des différentes tables. Je vais plutôt me positionner en historienne du XIXe siècle, spécialiste du politique et revenir sur des éléments qui m’ont interpellée tout au long de ce colloque, en insistant sur des notions qui affleurent en parallèle de la problématique centrale de ce colloque, à savoir la notion de révolution.

2Je voudrais commencer par une provocation. En relisant le texte de présentation du colloque rédigé par les trois organisateurs, un des points qui m’a attiré l’attention est que le postulat de départ était de changer l’angle de vision par rapport à cette tentation révolutionnaire omniprésente en Amérique latine. Mais aussi par rapport à cet espace que l’on représente très souvent comme celui des bouleversements incessants et de l’instabilité politique, des ruptures révolutionnaires, avec le plus souvent une grille de lecture réductrice et empreinte de jugements de valeur, et qui tiennent peu compte des réalités à la fois nationales et continentale, mais aussi des dynamiques historiques que ces sociétés ont connu, en particulier celles liées au processus de construction nationale.

3D’où le défi, plus que pertinent, dans le cadre du présent colloque, non seulement d’historiciser la référence révolutionnaire et ses expressions, mais aussi de prendre les logiques révolutionnaires dans le temps long, en englobant le XIXe et le XXe siècle. Dans cette perspective, quelle est ma provocation ? Et bien, s’il est vrai qu’à travers les différentes communications, et les commentaires qu’elles ont suscités, des pistes fructueuses ont été tracées quant aux déclinaisons de ce concept, de fait et malgré tout presque nécessairement, au cours de ces journées, on a essentiellement parlé de révolutions… Pourtant, et c’était l’autre part du défi à mon sens, est-ce que finalement ce sont ces ruptures révolutionnaires qui dominent l’histoire des XIXe et XXe siècles latino-américains ? Parce qu’en définitive, vous vous êtes questionnés à juste titre sur le miroir déformant de certaines traditions historiographiques qui mettent au premier plan ce problème révolutionnaire, mais finalement je ne suis pas convaincue que ce qui scande la vie politique des différents États latino-américains contemporains, ce soit précisément les ruptures révolutionnaires. Peut-être serait-il judicieux de prendre la question à rebours. Ma provocation était celle-ci et je la soumets à mon tour à la discussion.

4À présent, je voudrais identifier à la fois des acteurs et des concepts qui ont été mobilisés dans l’ensemble des communications. Cela me semble en effet important pour comprendre cette tentation révolutionnaire mais aussi la façon dont ce concept de révolution plus qu’objet de débat, comme le disait très justement Stéphane Michonneau dans son commentaire de la table intitulée « Révolutions de gauche, révolutions de droite : lectures et appropriations d’une notion », est de fait surtout un objet d’appropriation et de vive concurrence pour faire sien le terme révolutionnaire.

5En premier, j’ai pu repérer un certain nombre d’acteurs récurrents dans les interventions, à savoir les étudiants, les jeunes, les militaires. Or, ces acteurs collectifs, de par leur configuration, posent une question de fond qui est revenue à plusieurs reprises : l’absence d’un véritable projet révolutionnaire qui reposerait sur une lutte ou un conflit de classes. Puisque, de fait, ces processus révolutionnaires ou ces projets révolutionnaires sont plutôt le fait d’acteurs ou de groupes d’acteurs qui précisément sont hors des logiques de classes, ou qui pour le moins ne sont pas identifiés comme tels.

6C’est tout particulièrement le cas des jeunes qui se posent davantage dans une logique générationnelle que dans une logique de classe. C’est extrêmement intéressant car en parallèle, cela a mis en évidence un autre manque, conceptuel celui-là, celui de citoyenneté. Ce manque n’a été comblé que dans la communication de Gerardo Leibner qui a d’ailleurs employé la plupart des notions que je vais utiliser maintenant et qui me faisaient défaut en écoutant les intervenants qui l’ont précédé. En effet, il a fréquemment été question d’acteurs que l’on a identifiés par leur appartenance générationnelle, en tant qu’intellectuels, ou par leur appartenance à un corps (les militaires en premier lieu), mais on a rarement renvoyé à la notion de citoyenneté. Et je me suis précisément interrogée afin de comprendre pourquoi finalement ce concept apparaissait si peu dans les communications. C’est un premier élément de conclusion sous forme de question.

7En second lieu, en raison même de l’identité de ces acteurs, on se trouve confronté à un autre problème qui là historiquement est fondé et récurrent. Il s’agit de la question, centrale à mon sens, en relation à ces acteurs et à cette prégnance de la logique révolutionnaire de part et d’autre des camps politiques, de la façon dont se sont construits les liens entre civils et militaires. Qu’il s’agisse des liens qu’ils ont entretenus tout au long du XIXe siècle, époque durant laquelle les armées nationales sont embryonnaires, mais aussi des conséquences que cela a eu au long du XXe siècle. Car cette inscription dans la longue durée a eu entre autres conséquence que ces nations se sont construites sur cette relation, sur cette symbiose parfois très ambiguë entre civils et militaires et que d’autre part on parle de militaires, mais encore faudrait-il savoir de quels militaires il s’agit. Car jusque très tard dans la plupart des nations, il ne s’agit pas temps de militaires, mais d’hommes en armes. Cette distinction fondamentale oblige à poser de façon différente la relation entre ces deux types d’acteurs, si tant est qu’ils soient si « différents » que cela durant une grande partie du XIXe siècle ; et leur immixtion dans la sphère du politique l’atteste grandement. Est-ce qu’il y a tant de différence que cela, au point que l’on pose la question de la relation ? Mais ça renvoie également à l’interrogation de Stéphane Michonneau à propos d’un terme que plusieurs intervenants ont employé, à savoir celui de junte civico-militaire ou de groupe civico-militaire, qui pour nous spécialiste d’Amérique latine ne fait pas tant question que ça. Car cette particularité participe pleinement du fonctionnement du politique dans l’Amérique latine contemporaine, le cas du Venezuela que je connais le mieux l’atteste pleinement. En effet, si l’on prend cet exemple, c’est à plusieurs reprises au XXe siècle une junte civico-militaire (généralement de jeunes officiers et des étudiants) qui a contribué à la restauration de la démocratie. Un tel constat oblige à se questionner sur la façon dont s’est construit le corps militaire, mais également sur la façon dont en conséquence il peut intervenir dans la sphère politique à travers les liens établis avec les civils.

8Je voudrais évoquer un dernier point à propos de cette imbrication du civil et du militaire, mais aussi finalement du politique et du militaire et qui rejoint mes remarques sur la citoyenneté. Il s’agit du fait que la nation s’est en grande partie construite sur ce binôme et que parallèlement la citoyenneté, dans bon nombre de ces jeunes nations, elle aussi s’est construite avec la composante militaire ou pour le moins en ayant au cœur de sa définition la question de l’homme en armes. Pour le XIXe siècle, son acquisition est à certains moments très directement liée à la participation aux guerres d’indépendance. Même si à partir de la seconde moitié du XIXe siècle cette dimension tend à disparaître, cela n’est pas sans lien de mon point de vue, pour le XXe siècle, avec la participation des militaires dans la sphère politique et avec cette propension à l’appropriation du fait révolutionnaire (ou du projet révolutionnaire) par les militaires. En effet, cela nous renvoie non seulement au fait qu’ils aient été considérés comme une sorte d’avant-garde des révolutions d’indépendance ; comme ceux qui les armes à la main, ont défendu la nation ; nation en réalité inexistante qu’ils fondent par leur combat même. Mais également à la question du droit de vote ou non des militaires et de leur possibilité d’action par ce biais dans la sphère politique ; ainsi qu’à leur rôle dans le fonctionnement du politique et de ses institutions1.

9Un autre point qui m’a paru important dans cette appropriation du terme « révolution » repose sur des tensions historiques : tension entre le national et le continental. Dans ces projets révolutionnaires, on est toujours dans cette tension. Mais aussi tension récurrente entre le social et le politique : par où passe en effet la transformation qui se prétend révolutionnaire ? S’agit-il d’une révolution politique ou d’une révolution sociale ? Or cette tension n’est pas résolue ; mais peut être que ceci est lié aussi (et là je n’émets que des hypothèses car je ne connais pas suffisamment l’histoire du XXe siècle pour prétendre émettre des affirmations) à cette difficulté à penser ces projets vraiment en termes de luttes de classes, parce que ce n’est pas sur cette tension-là que les sociétés contemporaines se sont construites.

10Je voudrais aborder enfin une question de fond qui rejoint la citoyenneté, c’est celle des cultures politiques et des processus de politisation qui sont déterminants me semble-t-il pour aborder ces questions de projets révolutionnaires et en comprendre tout à la fois le contenu, les attentes, mais aussi pour appréhender les acteurs qui en sont à l’origine. Or, on a beaucoup parlé du mot révolution, de projets révolutionnaires, avec leurs logiques performatives, mais finalement on a peu parlé des acteurs. Qu’est-ce qu’être révolutionnaire lorsque l’on est un acteur politique de base, sans faire de distinction sociale ? Cela renvoie aussi à la façon dont se sont construites les cultures politiques depuis le XIXe (et là il conviendrait de faire des distinctions pays par pays) et dont se sont mises en œuvre les logiques de politisation, sur quelles tensions, y compris au sein des différentes cultures de gauche par rapport à la façon dont on envisage ces logiques de politisation, aux canaux que l’on utilise à cette fin, entre autres.

11Or, on retrouve ici cette tension qui existe depuis le XIXe siècle quant à la plus ou moins grande intégration de l’ensemble du corps social dans le corps politique. Et cette dynamique-là n’est toujours pas achevée. Finalement, il est davantage question de civiliser, puis de conscientiser les populations, et dans le même temps, l’on étudie peu ce qui se passe à la base ; les formes d’auto-organisation. On est davantage dans une vision surplombante de cette notion de révolution ce qui nous renvoie à la conception de la démocratie telle qu’elle se pose au moment des indépendances où l’on est, il me semble, dans une conception absolue de la représentation, un héritage absolutiste (Stéphane Michonneau a parlé de légitimisme) qui rejaillit sur la conception de la citoyenneté. On est dans cette quête absolue d’un corps social qui soit cohérent, unanime, sans différence, ce qui rejoint ce que note Pierre Rosanvallon, à propos de la difficulté à concevoir la démocratie comme un espace non pas où l’on gomme les différences mais au contraire comme un espace de gestion des différends politiques et idéologiques, mais aussi des différences sociales et sociétales2. Or, les régimes représentatifs en Amérique latine tels qu’ils se construisent à partir du début du XIXe siècle, se fondent d’abord sur une utopie : celle du pouvoir transformateur de la loi en vertu duquel on tente d’intégrer l’ensemble du corps social dans le corps politique. D’où les premiers droits de suffrage relativement large et qui tendent vers le suffrage universel tel qu’on le conçoit à l’époque. Et puis, à l’issue des guerres, on s’oriente vers une définition plus excluante de la citoyenneté quand on se rend compte que la loi n’a pas intrinsèquement ce pouvoir transformateur, au moins dans le court terme3.

12Il est possible de percevoir en filigrane, dans ce cadre d’une conception absolutiste et unanimiste de la représentation, la difficulté à concevoir la démocratie comme l’espace de la gestion, de la mise en débat de ces différences et de la gestion, politique, des conflits. Peut-être que cela renvoie également à la fois à cette appropriation de cette logique révolutionnaire pour changer l’ordre indissociable de la difficulté à changer l’ordre existant à l’intérieur du système démocratique et fondamentalement à la façon dont on conçoit le fonctionnement de l’espace démocratique, de l’espace public démocratique, à partir du XIXe siècle, comme étant non pas celui du débat, mais de l’expression d’une unanimité4.

Haut de page

Notes

1 Pour une étude de cas, je me permets de renvoyer à mon article : « ¿ Patricio o soldado : qué « uniforme » para el ciudadano ? Reflexión sobre la función del hombre en armas en la construcción de la nación (Venezuela, 1a mitad del siglo XIX) », in François-Xavier Guerra (Coord.), La independencia de la América Hispana, Revista de Indias, vol. LXII, n° 225, Madrid, CSIC, mayo-agosto, 2002, pp. 429-462.
2 Pour une rapide mise au point, on peut se reporter à Pierre Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique, leçon inaugurale au Collège de France faite le jeudi 28 mars 2002, Paris, Seuil, 2003.
3 Cf. Mónica Quijada, « ¿ Qué nación ? Dinámicas y dicotomías de la nación en el imaginario hispanoamericano del siglo XIX », in Guerra, François-Xavier ; Quijada, Mónica (coord.), Imaginar la nación, Münster/Hamburg, AHILA/Cuadernos de Historia Latinoamericana n° 2, 1994, pp. 15-51.
4 Cf. sur ce point les différentes contributions des deux ouvrages collectifs : F. X. Guerra ; A. Lempérière (dir.), Los espacios públicos en el mundo iberoamericano, ambigüedades y problemas. Siglos XVIII-XIX, Mexico, FCE-CEMCA, 1998 ; Fernández Sebastián, Javier ; Chassin, Joëlle (coord.), L'avènement de l'opinion publique : Europe et Amérique, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, l'Harmattan, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Hébrard, « Conclusions générales », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 26 janvier 2007, consulté le 15 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/10913 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.10913

Haut de page

Auteur

Véronique Hébrard

Université Paris I/CRALMI, UMR 8168 - MASCIPO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page