Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

Jennifer L. McCoy, David J. Myers, The Unraveling of representative Democracy in Venezuela, Baltimore-London, The Johns Hopkins University Press, 2004, 342 p.

[18/01/2006]

Entrées d’index

Mots clés :

Caracas

Géographique :

Venezuela

Chronologique :

siglo XXI
Haut de page

Texte intégral

1La préface à cet ouvrage donne le ton à un ensemble visant à expliciter ce que l’on considère désormais comme le ou les paradoxes vénézuéliens du XXe siècle : une “oligarchie semblable à celle de l’Arabie Saoudite”, une démocratie remise en question entrant dans l’une de ces “zones grises” entre démocratie libérale et régime autoritaire voire dictatorial (voir introduction), et une pauvreté allant en augmentation sensible, contrastant avec les revenus tirés du pétrole. S’y ajoutent  un leader charismatique parvenant à évincer le système des partis prévalant depuis le pacte de Punto Fijo (1958) et des élites politiques traditionnelles incapables de se réorganiser en une opposition réelle. Le propos est, par conséquent double : il s’agit aussi bien de déconstruire certains des mythes qui ont prévalu dans l’interprétation des événements survenus dans l’histoire politique contemporaine du Venezuela,  que d’expliquer des évolutions perçues comme atypiques dans l’histoire du continent latino-américain, ainsi, au cours des dernières décennies,  l’absence de conflit armé majeur ayant impliqué le pays, ou un taux de croissance stable, qui contraste avec la notable instabilité politique, économique et sociale des pays voisins.

2L’entrée dans le XXIe siècle s’est faite, en revanche, sous le signe d’un passé que l’on pensait par conséquent révolu (les “prédispositions culturelles” évoquées dans l’introduction et dans le premier essai?), mais aussi sous le signe d’évolutions inédites dont l’analyse s’impose au-delà des clichés communément appliqués à l’évolution politique du continent. Les contributions réunies dans cet ouvrage se proposent donc de faire le point sur diverses facettes de la Révolution bolivarienne et la nature d’un régime politique à la fois controversé et plébiscité, et dont le rôle continental ne doit pas être sous-estimé, si l’on considère certains “mouvements sociaux” (Brésil, Argentine, Bolivie …), sans compter l’affirmation des “nouvelles gauches latino-américaines.  Ajoutons enfin que l’un des éditeurs  de cet ouvrage collectif, Jennifer McCoy, est non seulement une spécialiste reconnue de la question, mais également l’un des acteurs de cette histoire récente, dans la mesure où elle a accompagné, dans le cadre du Centre Carter, les négociations entre gouvernement et opposition après l’une des crises majeures qu’a connu le pays, et en jouant un rôle d’observatrice lors des dernières consultations électorales.

3Dans cette perspective, une première partie de l’ouvrage s’attache à examiner les fondations de la démocratie représentative mise en place depuis la chute de la dictature de Pérez Jiménez en 1958 (David J. Myers), avant de passer dans un second temps à une analyse des acteurs politiques en présence et des demandes enregistrées en ce sens : les pauvres (Damarys Canache), les militaires, de plus en plus présents et reconnues sur la scène politique, y compris dans la Constitution bolivariennne de 1999 mais aussi par le biais des relations civils-militaires, (Harold A. Trinkunas), les “entrepreneurs” ou chefs d’entreprises (Nelson Ortiz), la “société civile”, si présente de part et d’autre lors des nombreuses manifestations organisées depuis la fin de l’année 2001 (Luis Salamanca), les intellectuels, élite divisée bien que majoritairement opposée désormais, y compris dans sa composante de gauche, le président Chávez (Richard S. Hillman), les relations entre les Etats-Unis et le Venezuela, apparemment contradictoires pour ce qui est des discours officiels mais caractérisées par certaines constantes au niveau des échanges (Carlos A. Romero), le fonctionnement d’un système de partis désorganisé, et désormais fondé sur un mode personnaliste et le déni des institutions (José E. Molina).

4Un troisième ensemble concerne plus particulièrement le projet et les stratégies politiques mises en œuvre, y compris par le biais de la confrontation plus ou moins ouverte initiée avant l’arrivée de Hugo Chávez à la présidence de la République (1999). De la composante décentralisatrice (Rafael de la Cruz), du “syndrome du déclin économique” dans ses implications sociales (Janet Kelly, Pedro A. Palma),  à l’étude d’une opinion publique polarisée, aux modalités de la “socialisation politique” et à l’ancrage voire à la stabilisation du régime (José Antonio Gil Yepes), la conclusion de J. McCoy portant sur les circonstances de la transformation de la démocratie vénézuélienne et notamment sur le passage à l’un des paradigmes du programme bolivarien, la “démocratie participative”, élément  clef de la définition d’un régime qui n’entre clairement dans aucune des catégories habituellement par les politologues.

5Compte tenu de l’implication à la fois des Etats-Unis dans les “affaires hémisphériques” et des enjeux géopolitiques de l’ensemble du continent, et de la participation des coordinateurs de cet ouvrage comme observateurs du processus politique vénézuélien, cet ensemble offre une vision consensuelle et une synthèse particulièrement digne d’intérêt des analyses proposées outre-Atlantique sur l’”expérience” et la vulnérabilité du “pacte” de Punto Fijo, les dérivations de ce consensus des élites (bipartisme AD/COPEI, patronat, syndicats) et ses conséquences actuelles, à savoir la fragilité du système de partis et par conséquent du pouvoir d’Etat mis en place à cette occasion et la tentative de Hugo Chávez de proposer une alternative à ce modèle quadragénaire. Contrairement à d’autres études publiés sur ce sujet aux Etats-Unis mais induisant un parti pris méthodologique et idéologique biaisant l’analyse des faits car sacrifiant aux mythes de la nouvelle gauche( américaine cette fois), la question posée en conclusion est en effet celle des catégories, si l’on considère cette tentative d’instaurer une démocratie participative d’un nouveau genre, d’orientation néo-populiste, fondée sur des divisions manichéennes plus que sur des alliances, mais susceptible de remporter des suffrages dans l’ensemble de la région et non plus seulement du Venezuela, en d’autres termes dans des pays où la démocratie représentative aurait lentement perdu la capacité de satisfaire son électorat et dans le même temps sa légitimité.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Jennifer L. McCoy, David J. Myers, The Unraveling of representative Democracy in Venezuela, Baltimore-London, The Johns Hopkins University Press, 2004, 342 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 18 janvier 2006, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/1363

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page