Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2006Hendrik Kraay and Thomas L. Whigh...

Luc Capdevila

Hendrik Kraay and Thomas L. Whigham, (dir.), I Die with My Country. Perspectives on the Paraguayan War, 1864-1870, Lincoln & Londres, University of Nebraska Press, 2004, 257 p.

[27/01/2006]

Entrées d’index

Mots clés :

indiens, conflit, guerre

Géographique :

Paraguay

Chronologique :

siglo XX
Haut de page

Texte intégral

1Après la guerre de Crimée (1853-1856), celle du Paraguay (1864-1870) a été le conflit interétatique le plus sanglant que le monde a connu entre 1815 et 1914, rappelait récemment Leslie Bethell. Les travaux de Barbara Potthast et de Thomas Whigham ont en effet permis d’établir, à la suite de la découverte du recensement de 1870 dans les archives de la défense nationale d’Asunción, que le Paraguay avait perdu plus de 60% de sa population initiale pendant la guerre. Fait presque unique à cette échelle, plus de 80% des hommes en âge de porter les armes, c’est-à-dire âgés de 12 ans et plus en 1870, avaient alors disparu. Les pertes des trois armées furent également très élevées, selon les contingents elles furent comprises entre 30 et 60% des effectifs. Dans le Haut Paraguay, les désordres de la guerre provoquèrent la décimation de plusieurs ethnies. Cet événement de très haute intensité, correspondant pour certains à la « seconde guerre totale » de l’ère industrielle, a généré une bibliographie immense, mémorielle et polémique, depuis la fin du 19e siècle. Celle-ci connaît un renouvellement profond depuis une dizaine d’années. L’ouverture démocratique et l’intégration régionale favorisent la réécriture d’une histoire jusqu’alors pensée dans les carcans nationaux et centrée sur les « faits » militaires et diplomatiques. Depuis les années 2000, une dizaine de livres ont revisité l’événement à partir des problématiques de l’histoire culturelle, du genre, sociale et militaire, tout en essayant de repenser les cadres nationaux. L’ouvrage de Francisco Doratioto, Maldita Guerra. Nova história da Guerra do Paraguai, publié au Brésil en 2002, puis en Argentine en 2004, est jusqu’à aujourd’hui la meilleure synthèse sur cet épisode.

2Le collectif dirigé par Hendrik Kraay et Thomas Whigham est parmi ces dernières publications l’une des plus novatrices et des plus stimulantes. L’ouvrage est issu d’un séminaire organisé par la société d’histoire militaire à l’université de Calgary en mai 2001. Il ne s’agit pas d’une simple compilation d’exposés. Certes, cette dizaine d’articles ne propose pas une lecture globale de l’événement comme le ferait une synthèse, mais les éclairages successifs convergent vers la mise en évidence de la disparité des vécus, celle de l’implication des groupes, conduisant à effacer les frontières pour comprendre les dynamiques du conflit.

3La problématique d’ensemble porte sur la mobilisation des sociétés et les phénomènes de résistance. Pour le versant paraguayen, les auteurs se concentrent sur le processus de guerre totale, dans le sens du concept forgé au cours du premier 20e siècle. Jerry Cooney analyse l’économie de guerre mise en œuvre par l’État paraguayen confronté au blocus fluvial et le dispositif de mobilisation de « l’arrière », faisant que dès 1866 l’essentiel des activités était consacré aux besoins du champ de bataille. Barbara Potthast observe comment le processus de totalisation s’est étendu aux femmes, dans les domaines économique, politique et symbolique, car celles-ci ne furent jamais armées. Elle montre en particulier comment la guerre leur a ouvert la sphère publique ; tandis que l’arrivée au pouvoir des élites libérales de culture occidentale, au lendemain du conflit, aurait entraîné l’exclusion radicale des Paraguayennes des affaires de la cité. La capacité des cercles dirigeants d’Asunción à entraîner les masses paraguayennes, à les faire tenir pendant cinq années puis à les faire plonger dans l’abîme, conduit Thomas Whigham à considérer que dans cette partie du continent, le Paraguay était l’entité dont le processus de construction nationale était le plus avancé.

4Les autres pièces du dossier portent sur les trois belligérants de la Triple Alliance, en resserrant la focale sur les régions périphériques. Ils mettent ainsi en évidence les tensions internes auxquelles les capitales furent confrontées durant le conflit. Ariel de la Fuente, à partir de ses travaux sur les caudillos et les gauchos de la Rioja étudie les phénomènes de résistance et de rébellion provoqués par la mobilisation, ou plutôt par l’enrôlement forcé, rappelant qu’ils s’inscrivaient dans le prolongement du conflit opposant les Unitaires aux Fédéralistes. De même, Juan Manuel Casal, à travers le cas uruguayen, montre que le gouvernement colorado n’a jamais réussi à entraîner la Bande orientale dans un mouvement unitaire contre le Paraguay. De nombreux Uruguayens firent la guerre dans l’autre camp. A contrario, à la fin du conflit, les soldats enrôlés sous la bannière uruguayenne étaient majoritairement d’origine paraguayenne.

5Les trois études sur le Brésil démontrent en quoi la guerre a affaibli le régime impérial. Renato Lemos, par l’analyse de la correspondance privée de Benjamin Constant, observe combien son expérience désastreuse du champ de bataille fut fondamentale dans sa trajectoire, renforçant son attrait pour le positivisme et le radicalisant sur les positions antimonarchistes. Hendrik Kraay, traite des problèmes liés à la mobilisation des noirs brésiliens, finalement assez nombreux à se porter volontaires au début du conflit, notamment au Nord Est. Tout en souffrant d’une politique de discrimination au sein de l’armée, ils vécurent leur expérience de guerre comme une preuve de leur appartenance nationale. Alors que les derniers bataillons séparés avaient été abolis en 1831, de nouvelles unités noires furent créées avec une identité forte. La guerre a affaibli l’institution de l’esclavage, ce que montre par un autre biais l’étude de Roger Kittleson sur le Rio Grande do Sul, une autre région périphérique. Il analyse ici les relations entretenues par la société esclavagiste avec une frontière la séparant d’un voisin abolitionniste, tout en combattant un État dont elle avait peur qu’il impulse des révoltes serviles. Des esclaves utilisèrent aussi le recrutement pour se libérer. Finalement, la peur du désordre social qu’elle pouvait engendrer, fit de la guerre un lieu de négociation, accentuant la fragilisation de l’institution servile.

6En conclusion, à l’écart de ces problématiques, mais dans la perspective d’une ouverture sur l’histoire culturelle Miguel Angel Cuarterolo étudie les images fixes de la guerre. D’une part des peintres ont accompagné les armées sur le théâtre des opérations et ont produit une œuvre originale. Par ailleurs, la caricature fut un vecteur important du discours de mobilisation dans les deux camps Surtout l’événement a impulsé une production foisonnante de photographies, les soldats se faisant tirer le portrait avant de monter au front, des photographes suivant les armées pour fixer sur le papier des scènes de la vie de cantonnement, parfois même de la bataille. Immédiatement après la guerre de Crimée et la guerre de sécession, celle de la Triple Alliance a laissé également des dizaines de clichés. Les lecteurs intéressés pourront se reporter au bel album que Miguel Angel Cuarterolo a publié en Argentine en 2000 chez Planeta, Soldados de la memoria. Imágenes y hombres de la Guerra del Paraguay.

7La participation des Indiens n’a malheureusement pas donné lieu à un article de fond, bien que les coordonnateurs prennent le temps de la signaler en introduction. Il en va de même de la question des enfants. Dès 1867, l’armée paraguayenne était composée essentiellement d’adolescents et même de garçonnets. Chemin faisant des auteurs évoquent cette situation, mais sans en faire un objet d’analyse propre. Plus généralement, il nous semble que l’analyse culturelle et sociale du contexte post-colonial n’a pas suffisamment été prise en compte pour comprendre les cultures du combat, l’ensemble de la dynamique de guerre et la surmortalité qui en est issue. Néanmoins, on ne peut reprocher aux coordonnateurs de ne pas avoir traité l’ensemble des questions, ce n’était pas leur ambition, par ailleurs l’introduction et la conclusion offrent des synthèses bien menées permettant de mettre en perspective les différentes interventions. De sorte que, malgré son caractère collectif l’ouvrage est tendu sur un axe problématique. La guerre de la Triple Alliance est aujourd’hui généralement considérée comme l’une des dernières étapes de la formation du système étatique du Cône Sud. Hendrik Kraay et Thomas Whigham estiment que en rester à l’idée d’une confrontation interétatique est réducteur. Les différentes contributions le mettent en évidence, c’était tout l’intérêt d’étudier ce conflit en l’observant depuis les périphéries. De ce fait, Hendrik Kraay et Thomas Whigham interprètent davantage la guerre de la Triple Alliance comme une extension régionale des guerres civiles ; on saisit aisément à partir de cette lecture, combien l’idée de nation pose problème pour analyser ce conflit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Hendrik Kraay and Thomas L. Whigham, (dir.), I Die with My Country. Perspectives on the Paraguayan War, 1864-1870, Lincoln & Londres, University of Nebraska Press, 2004, 257 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 27 janvier 2006, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/1484 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.1484

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search