Navigation – Plan du site
Colloques | 2006
Le Paraguay à l'ombre de ses guerres. Paris MAL-EHESS-IEP 17-19 novembre 2005
Luc Capdevila

Les vétérans paraguayens de la guerre de la Triple Alliance (1870-1910), des oubliés de l’histoire ?

[01/02/2006]

Texte intégral

1La question que je voudrais soulever ici1, est celle de la place des vétérans de la guerre de la Triple Alliance dans la mémoire collective paraguayenne. En effet, dès le début du 20e siècle la représentation mentale que tous les hommes étaient tombés au cours du conflit, et qu’au lendemain de Cerro Corá le Paraguay n’était plus peuplé que par des femmes, des enfants, des vieillards et quelques invalides était déjà un stéréotype national prégnant, sur lequel était adossée l’identité nationale. Cette représentation n’a fait que se renforcer au cours du 20e siècle jusqu’à devenir un impensé sous la dictature de Stroessner, notamment au moment des commémorations du centenaire de l’épopée nationale en 1970. Elle est toujours très forte aujourd’hui. Le problème est le suivant : la guerre de la Triple Alliance est un événement traumatisme dont le souvenir participe de l’essence de l’identité collective. Dès le lendemain de la guerre du Chaco, le pouvoir militaire paraguayen a imposé sans partage un récit historique héroïque et viril de la nation en guerre. En fait dès les années 1920, cette version patriotique et lopiste de l’histoire occupa une position dominante sur l’espace public, en bénéficiant des relais du service militaire et de l’instruction primaire. Dès lors quel sens donner au fait que les vétérans paraguayens de la guerre de la Triple Alliance sont non seulement des oubliés de l’histoire nationale, mais plus encore qu’il est devenu impensable qu’ils aient pu exister dès lors qu’aucun homme d’âge mûr n’est censé avoir survécu ? Autrement dit, en quoi le fait d’avoir survécu collectivement est-il devenu incompatible avec le statut de héros ? Dans le même ordre d’idée, comment comprendre que les vétérans de la guerre de la Triple Alliance aient été dans l’incapacité de transmettre leur expérience de la guerre et de s’imposer comme un groupe social particulier et visible sur l’espace public ? Selon le recensement de 1872, il restait un peu moins de 30 000 hommes âgés de plus de 15 ans. Le groupe des combattants potentiels représentait 13 % de la population totale. Par conséquent, ils disposaient d’une masse critique suffisante pour laisser des traces.

Quelques pistes sur les vétérans dans l’immédiat après-guerre

2Des sources existent permettant de repérer les anciens combattants et de saisir leur parole, d’appréhender leur identité, de connaître leur expérience de guerre et d’évaluer comment ils se considéraient dans la société paraguayenne d’après-guerre. En fait, toute parole publique émise dans les années 1870-1880, tels les discours du président Caballero sont des paroles combattantes, même si le locuteur ne s’identifie pas explicitement comme tel. Certains documents sont très connus, les récits et témoignages de Resquín, de Centurión, de Silvestre Aveiro publiés autour des années 1900 sont abondamment utilisés par les historiens. Moins connus, moins exploités sont d’autres récits ou des simples paroles recueillies voire suscitées par des érudits ayant conçu un projet de mémoire, dès le début du 20e siècle, tels Juan O’Leary, Manuel Dominguez, Estanislao Zeballos2. La place de l’individu est importante pour comprendre l’histoire, mais encore faut-il que l’on soit en mesure d’évaluer sa trajectoire et ses représentations à l’aune de celles de la collectivité dont il émane. La difficulté est d’appréhender un groupe dans sa diversité pour parvenir à saisir un milieu, avec une identité collective voire des identités.

3Le ministère de la Défense Nationale à Asunción a conservé une source qui a fixé des centaines de paroles de vétérans à la fin du 19e siècle, de toutes les classes sociales et de presque toutes les localités de la République. Une première série date de 1872, elle concerne les actes de reconnaissance des titres de gradés qui avaient perdu leurs documents3. La deuxième rassemble les demandes de vétérans déposées à partir de 1899 afin de bénéficier de la pension attribuée aux invalides de la Grande Guerre4. Ces archives autorisent un traitement sériel et qualitatif de la parole combattante. Je vais rapidement présenter la source et les conditions d’exploitation, puis l’analyse portera sur l’identification des vétérans comme porteurs de mémoire.

4L’índice de reconocimiento y verificación de 1872 conserve les demandes de reconnaissance des titres militaires émises par des gradés, officiers et sous-officiers ayant égaré leurs documents. La preuve était apportée par deux témoins. Au total 546 demandes sont réunies dans deux volumes.

5Cette source ne concerne qu’une minorité de vétérans. Les soldats qui formaient 80 % de la troupe ne sont pas présents, et au regard des effectifs existants on peut considérer que seul 1 gradé sur 4 ou 5 a accompli cette démarche. La demande est stéréotypée. Elle se fait en espagnol. Même lorsque le demandeur sait écrire il n’est pas automatiquement le rédacteur de la lettre. La masse des gradés, au total 444 soit plus de 80%, dit avoir obtenu ses titres sous la présidence du maréchal López. Les autres font référence au gouvernement provisoire, au gouvernement Rivarola, ou à celui de don Carlos et même 1 à Francia. Seuls deux font état de l’obtention de leurs titres dans la Legión Paraguaya. Mais certains n’hésitent pas à préciser que gradés sous López ils furent promus sous l’occupation par le commandement des forces brésiliennes5.

6Les demandes répondent à des injonctions administratives, elles sont censées ne fournir que des données factuelles. Par conséquent, leur sécheresse limite l’étude de contenu. Mais deux éléments émergent de la source. Le premier est la fidélité qui est exprimée à l’égard de Francisco Solano López. Les références à sa personne marquent le respect. Elles reprennent les titres du défunt président : « maréchal président de la République » pour les uns, « citoyen président de la République » pour d’autres, « le défunt président don Francisco Solano López » pour beaucoup. Elles sont parfois sensibles, faisant état de liens directs noués avec Solano López, en apportant la précision, par exemple, qu’il était l’auteur de la promotion.

7Le deuxième élément est plus ténu. Le document, lui même peu bavard, ne se prête pas aux épanchements. Il concerne le jugement porté par ces soldats sur leur trajectoire militaire. De ces demandes émergent deux grands types identitaires non-exclusifs : celui du patriote fervent, parfois exalté et celui du survivant du désastre. On repère le patriote fervent par la co-occurrence « mémorable » qui accompagne « bataille » ou dans celle de « glorieuse » qui précède « armée paraguayenne ». Le survivant du désastre est identifiable par la co-occurrence « désastreuse » qui accompagne « guerre » ou quand les « souffrances » remplacent les faits d’armes. On retrouve ces deux sensibilités bien marquées dans d’autres sources éparses de l’immédiate après-guerre conservées au ministère de la Défense, et dans une certaine mesure dans le discours du Président Caballero sur la « régénération » du pays, où « l’épopée nationale » concerne la reconstruction après la guerre et non la guerre qu’il dit lui aussi « désastreuse »6.

8Il est intéressant d’observer la pérennité de ces deux sensibilités dans des sources postérieures.

La prise en charge des invalides de guerre par l’État

9L’impulsion de l’État est également à l’origine de la seconde source. La production de cette archive a été réalisée en deux temps. Le 16 août 1899 fut promulguée la loi accordant une pension « aux vétérans de la guerre contre la Triple Alliance ». En fait ne bénéficiaient de la mesure que les invalides de guerre, soit en raison des blessures contractées sur le champ de bataille, soit parce qu’âgés de plus de 60 ans, la vieillesse les mettait dans l’impossibilité de subvenir par eux-mêmes à leurs besoins. Dès lors qu’ils apportaient la preuve de leur invalidité et celle de leurs faits d’armes ils pouvaient prétendre recevoir à vie une indemnité correspondant - initialement - à la moitié de la solde reçue par les militaires d’active de rang équivalent. Trois ans auparavant, en préparation de la loi de 1899, par la note circulaire du 25 mai 1896, le ministère de la guerre et de la marine avait demandé aux chefs politiques de recenser tous les vétérans invalides de la guerre passée résidant dans leur département et de donner des informations sur leurs faits de guerre. Ils avaient trois semaines pour répondre. Les listes arrivèrent en juin, parfois commentées par les chefs politiques. La promulgation de la loi en 1899 amena dès lors les vétérans invalides, informés depuis trois ans de leur situation et désignés comme tels, à adresser au ministre de la guerre une demande pour recevoir une pension. Cette fois-ci le dossier est plus épais. Il réunit la lettre du demandeur dans laquelle celui-ci raconte sa guerre : date d’enrôlement, batailles, officiers, grades, blessures invalidantes, celle-ci étant contresignée par deux témoins, en général des vétérans, auquel est ajouté le certificat médical attestant de l’invalidité du demandeur. Au total les archives de la défense nationale ont conservé 16 volumes rassemblant les demandes de plus de 900 invalides reconnus entre 1899 et 1910, plus deux volumes d’invalides non reconnus. Les causes de non reconnaissance portent sur des différends sur le grade, concernent des dossiers incomplets ou des demandeurs dont le handicap est jugé insuffisant pour justifier une indemnité, mais le statut de vétéran ne semble pas avoir donné lieu à des contestations.

10On dispose ainsi d’une source remarquable permettant de saisir le groupe des vétérans et la parole individuelle des combattants, trente ans après la guerre. En préalable, il est nécessaire de rappeler le contexte d’élocution. L’impulsion à détente du ministère de la guerre entre 1896 et 1899 a conduit à mobiliser le groupe des vétérans, à l’identifier sur l’espace public, voire à le construire. Ceux-ci furent amenés à se remémorer leurs parcours guerriers selon les aspects les plus martiaux : les faits d’armes, les blessures, les chefs. Les compagnons d’arme étaient sollicités pour témoigner, eux-mêmes constituant leur propre dossier. Les exigences du ministère public sont très précises et le cadre administratif se prête à l’auto-héroïsation, à l’exaltation de sa propre virilité. La demande se fait en castillan, par écrit. Provenant d’un même lieu, il arrive que des déclarations aient été rédigées à l’identique. De ce fait, la comparaison entre la signature du demandeur et la calligraphie de la lettre montre que la plupart des demandeurs n’ont pas rédigé leur propre récit. Néanmoins l’analyse de contenu se prête à cette source, à laquelle ont peut associer un traitement sériel permettant de collecter des données de base sur cette population.

Profil des vétérans pensionnés

11La population combattante rassemblée dans ce corpus présente des distorsions avec le groupe vétéran existant à cette époque. Seuls les invalides et les vieillards sont représentés. En effet, la démarche est accomplie majoritairement par des anciens âgés de plus de 60 ans, donc nés avant 1840. Ainsi, l’un des effets de la source est de sur-représenter le corps des officiers et celui des sous-officiers. À partir d’un échantillon composé de 6 volumes répartis sur l’ensemble de l’alphabet (A1, B1, D, G2, M1 et P1) totalisant 373 demandes, le rapport est de 16% d’officiers, pour 55% de sous-officiers, contre seulement 29% de soldats. Or l’armée paraguayenne était strictement hiérarchisée, les proportions au début de la guerre étaient de 80% de troupiers pour 15% de sous-officiers et un peu moins de 5% d’officiers. C’est donc la génération la plus âgée qui s’exprime dans cette source, celle des hommes combattants qui furent en général mobilisés dès 1864, certains étant dans l’armée régulière depuis beaucoup plus longtemps. Je précise homme car aucune femme, bien que certaines aient combattu, ne semblent avoir été concernée par cette procédure. Le député Telémaco Silvera l’a souligné dans le discours qui accompagnait son projet de loi sur les droits civils et politiques des femmes en 19197.

12Un autre élément caractéristique de cette population est son niveau d’instruction et donc son intégration dans la société d’avant-guerre. À partir d’un échantillon composé de 3 volumes (B1, D, G2) réunissant 178 demandes, l’analyse des signatures montre que 51% des demandeurs signent avec une plume cursive apportant l’évidence qu’ils savent écrire et donc lire. Ils sont 20 % à reporter leur nom d’une main hésitante, voire ils dessinent les lettres, manifestant ainsi pour le moins leur absence de pratique de l’écriture. Seuls 29% ne signent pas, en général parce qu’ils ne savent pas écrire, mais certains le justifient par un handicap, ils se disent aveugles, signalent une amputation du bras ou la perte d’usage de la main. Le groupe des vétérans non reconnus vérifie un niveau d’instruction plus faible que celui des reconnus. Les 2 volumes recueillant aux alentours de 140 demandes rejetées présentent les proportions suivantes : 39% de signatures cursives, pour 34% de signatures hésitantes et 27% de demandeur ne sachant pas signer. Ces groupes d’hommes instruits sous Francia et sous don Carlos possédaient d’évidence une bonne instruction8. Mais vraisemblablement, leur niveau d’alphabétisation a eu de l’importance dans l’aboutissement de leur démarche. Il est probable également qu’il eut un rôle discriminant dans les dépôts de demandes, mais les sources ne permettent pas de le vérifier.

13Un dernier élément caractérise ce groupe vétéran : il s’agit des conditions dans lesquelles ils ont terminé la guerre. Ils n’étaient pas tenus d’apporter cette précision pour parfaire leur dossier. C’est donc spontanément qu’ils précisèrent le cadre de leur démobilisation afin de conclure leur récit. Deux volumes (D et G2), soit 118 déclarations ont donné lieu à un traitement systématique. Exactement la moitié d’entre eux, 59, ne fournissent aucune précision. Quant à l’autre moitié, elle avoue ou assume une fin honteuse pour un patriote guerrier : 52 disent avoir terminé la guerre après avoir été capturés par l’armée brésilienne ou argentine, 4 précisent qu’ils sont rentrés chez eux au moment des batailles de la cordillère ou au cours de l’exode vers Cerro Corá, les 3 derniers racontent que trop blessés ils ont dû cesser de participer aux combats avant la fin du conflit. Autrement dit, une identité masculine abîmée fonde le socle de ces déclarations. Leur identité de genre est d’autant plus blessée, ici, que les vétérans en demandant la reconnaissance de la patrie pour leurs faits d’arme doivent conjointement apporter la preuve de leur « inutilité », c’est-à-dire de leur incapacité physique à travailler.

Les vétérans et leur rapport à la guerre passée

14Pour réaliser l’étude de contenu, un échantillon aléatoire de 80 dossiers a été constitué à partir de l’ensemble des demandes des vétérans reconnus et non reconnus. L’objectif est d’analyser comment ils évoquent leur guerre. Certes le discours est stéréotypé. Ils sont tenus de préciser leur date d’enrôlement, leurs unités, de donner le nom de leurs commandants, de décliner les grades obtenus, d’énumérer les batailles dans lesquelles ils furent engagés, de recenser les blessures qu’ils ont reçues. Dans l’ensemble tous ces récits sont très répétitifs. Néanmoins, une première variable d’ordre culturel concerne le besoin de témoignage et la capacité d’élocution trente ans après les faits. Certains récits sont aphasiques et se résument à quelques lignes creuses, d’autres emphatiques peuvent atteindre une dizaine de pages.

15Le cadre institutionnel favorise une expression emphatique. Les chefs politiques sollicitent les vétérans. Les officiers publics qui dirigent cette opération participent eux-mêmes à l’exaltation patriotique et civique prégnante dans les dossiers. Dans la première série de 1899, le magistrat qui statuant sur la demande oriente la décision du ministre ne cache pas son admiration pour les vétérans. Pour Silvestre Aveiro il conclut le 26 décembre 1899, par ailleurs : « il est de notoriété publique que le demandeur est une des reliques de la grande armée paraguayenne qui défendit durant un lustre pied à pied le sol de la patrie contre l’invasion des troupes de la Triple Alliance »9. Plus généralement il termine par : « les antécédents militaires du demandeur sont de notoriété publique, de même qu’il fut l’un des fidèles serviteurs de la nation durant la guerre contre la Triple Alliance ». Cette célébration de la patrie est présente par des formules toutes faites employées par les vétérans. Ainsi, ils concluent le plus souvent leur demande par : « Ceci sont, monsieur le ministre, les faits de ma vie militaire dans l’héroïque armée nationale ». De même, ils introduisent leur demande en se présentant comme vétéran ou militaire de « la guerre passée contre la Triple alliance » ou « que le Paraguay a soutenu contre les nations de la Triple Alliance », ou « contre les ennemis coalisés ». Grandiloquent, le sergent-major Gregorio Benitez, d’Asunción, présente « les services qui lui furent échus durant la guerre nationale la plus grande que le continent américain a connu jusqu’à aujourd’hui ». Mais Galo Benitez, lui aussi d’Asunción, reprend à la virgule prêt la même formule 10 jours après10. D’autres demandes en restent à une expression neutre, telle celle du sous-lieutenant Juan Pio Bama de Caazapá qui se présente simplement comme ayant participé à « la guerre passée avec la Triple Alliance »11. Ou José Benitez, de Pirayú, 61 ans en 1900, qui réclame la pension attribuée aux « vétérans rendus invalides (inutilizados) par la guerre internationale passée »12. Ce sont ici des exemples parmi d’autres permettant d’observer comment par l’usage de formules stéréotypées les vétérans donnent des signes sur la posture qu’ils adoptent par rapport à leur passé.

16Beaucoup de déclarations donnent peu d’indice à l’image de la demande du sergent Manuel Berual de Limpio. Celui-ci fournit simplement « les attestations de personnes âgées de son voisinage qui [le] connaissent, pour apporter les preuves nécessaires sur son âge, sur son état physique qui le rend inutile et dans lequel il se trouve en raison des blessures reçues dans les différents combats dans lesquels il s’est trouvé. » Déclaration laconique, qui renseigne sur la difficulté du témoin à transmettre, mais qui montre peut être également le blocage de l’individu engagé dans une démarche avec l’État et devient incapable de livrer une parole à un scribe ; lui-même ne sait pas écrire, et ses témoins laissent une signature très malhabile.

17La typologie des évocations de la guerre décline trois sensibilités non exclusives l’une de l’autre. La première concerne les vétérans peu diserts. C’est effectivement souvent le cas des demandeurs peu alphabétisés. C’est un caractère qui se retrouve aussi chez les plus jeunes tel Emeregildo Cárdoso, vétéran non reconnu âgé de 45 ans en 190113, voisin de Itá, illettré, enrôlé en 1868 dans l’infanterie alors qu’il avait 12 ans et qui manifestement n’a que très peu de souvenir de sa guerre. On ne peut que prendre en compte ici la difficulté à transmettre de la part de ce groupe vétéran.

18L’autre sensibilité est celle du combattant assumé, célébrant les faits d’armes, les chefs, les camarades, la mort des guerriers, et met en relief les services rendus à la patrie. Tel Gabino Gonzalez qui aime à évoquer « les actions glorieuses » et les « braves de Tuyutí »14. Les témoins sont alors choisis parmi les « compagnons d’armes ». Le discours est souvent stéréotypé, le vétéran évoque une guerre « légendaire », menée au nom « de la cause de notre grand Paraguay » et énumère les « blessures que son corps montre avec orgueil ».

19Le dernier type apparaît dans les expressions de la souffrance et l’évocation des sacrifices. Le vétéran affirme sa participation au désastre en précisant son appartenance au groupe des « rares à avoir survécu ». Cosme Baez, de Caazapá, 81 ans en 1900, se présente comme l’un des plus vieux serviteurs de la patrie et précise que « en raison de toutes les pénuries dont il a souffert, durant tout le temps qu’il a consacré au service de la patrie, il se trouve dans l’incapacité à travailler », et qu’il fait « partie des rares invalides à avoir survécu à cette époque de lutte sanglante que la République a malheureusement traversé »15. José Benitez de Pirayú rappelle qu’il était marié lorsqu’il fut parmi les premiers à être appelé à Cerro León, il dut « abandonner son épouse et ses jeunes (tiernos) enfants ». Il précise alors tous les sacrifices qu’il fit et explique qu’il termina la guerre avec ses 25 hommes à l’arrière-garde, car ils n’avaient plus aucune ressource16. Dans ces déclarations des vétérans se disent des « martyrs de la patrie », et ils présentent leurs témoins comme des « compagnons de sacrifice ». La manifestation d’une souffrance symptomatique du syndrome du survivant revient souvent. Daniel Benitez d’Ibitimí, sergent, justifie d’avoir survécu à « cette terrible guerre » car « finalement les balles et les épées ne lui étaient pas destinées »17. Quant à Francisco Duarte, né en 1823, tombé à la bataille d’Avaí, alors que les Brésiliens égorgeaient les Paraguayens restés à terre, il survécut grâce à l’intervention de l’un de ses compatriotes de Pilar engagé dans l’armée brésilienne. Puis, fait prisonnier et déporté à Humaitá, il fut alors libéré par un ami de Corrientes18.

20L’expression de l’auto-héroïsme et celle de la souffrance sont souvent présentes dans la même déclaration, ce qui montre l’ambivalence de cette identité combattante en quête de reconnaissance et travaillée par une certaine mésestime de soi. Par contre l’estime des chefs semble consensuelle, en particulier à l’égard de Resquín, de Caballero, et surtout de Díaz, il est vrai que le cadre de la déclaration se prête à leur énonciation. Mais la personne de Francisco Solano López, sans être omniprésente, car de nombreuses déclaration ne prononcent pas son nom, reste une figure tutélaire pour beaucoup de vétérans tel Apolinario  Baez, 73 ans en 1900, qui était membre de l’escadron Acá Carayá dès l’époque de don Carlos19. De nombreuses déclarations témoignent de l’importance donnée aux liens personnels qui avaient pu être noués avec Solano López, en apportant la précision que telle décoration avait été remise par le maréchal en personne, qu’il était l’auteur de telle promotion, qu’ils l’avaient salué, ou l’avaient accompagné à Humaitá, à San Fernando voire à Cerro Corá, comme le précise Ramón Léscano d’Isla Urubú20.

21Ces vétérans formaient un groupe d’hommes pour lesquels l’expression du patriotisme signifiait avoir combattu sous les ordres de Solano López ou de ses lieutenants. Mais ils portaient dans leurs consciences la responsabilité d’avoir participé au désastre, même s’ils étaient convaincus que l’agression était alliée et donc que la défense nationale était légitime. Ils se sentaient coupables également d’avoir survécu. D’où la quête d’explications, mais puisée dans des justifications peu glorieuses pour des guerriers : la capture, l’abandon de poste, l’invalidité. Dans la collection Gill Aguinaga est conservé le mémoire inédit de Romualdo Nuñez, capitaine de frégate pendant la guerre21. Celui-ci est accusé de désertion dans les mémoires de Resquín22. Or tout le récit de Romualdo Nuñez, qu’il adresse à ses enfants, consiste dans la justification des conditions de sa survie. Tout en montrant qu’il avait fait la guerre bravement jusqu’au bout, il explique que grièvement blessé, alors qu’il suivait López dans son exode vers Cerro Corá, il ne pouvait plus physiquement avancer. Or, Resquín avait donné l’ordre de passer à la lance tous les retardataires. Convaincu que la guerre était perdue, comme il ne servait plus à rien, il décida de quitter la colonne avec son frère. La dernière partie du récit porte sur sa fuite dans la forêt au cours de laquelle il découvre d’autres déserteurs qui se joignent à lui.

22Autrement dit, par leur faillite singulière les vétérans étaient les buttes témoins du désastre collectif. Pire, leur propre expérience était aussi d’avoir voisiné la désertion, d’avoir participé aux massacres. C’était donc un legs ambivalent qui leur était difficile à transmettre.

Conclusion

23Malgré une mesure politique - qui aurait pu favoriser l’élévation des anciens combattants en héros de la patrie, en dépit de l’action menée par le mouvement nationaliste, qui dans les années 1900 et 1910 tenta d’organiser les vétérans pour en faire une clientèle politique - ce groupe ne s’est pas imposé sur l’espace public en tant que catégorie sociale, et n’est parvenu encore moins à se nicher dans la mémoire collective. Finalement, ils exprimaient une certaine mauvaise conscience nationale en incarnant les nombreuses contradictions par lesquelles leur pays s’était abîmé dans la guerre. Néanmoins, l’histoire dite révisionniste s’est précocement imposée au Paraguay. Or il apparaît que les intellectuels révisionnistes mirent la guerre en récit selon les représentations viriles qui étaient véhiculées dans la mémoire combattante. Le projet des révisionnistes ne répondait pas à un simple calcul politique, il satisfaisait aussi une demande sociale masculine. Par cette réécriture de l’histoire les vétérans recouvrèrent provisoirement un peu de fierté, mais la cohérence interne au mythe national, à terme, les condamnait à se faire oublier.

Haut de page

Note de fin

1. Je tiens à remercier chaleureusement Ramón Rolandi, Ramón Flores, le colonel Agustín Olmedo Alvarenga et Walterman Acosta, qui en 2000 et 2004 m’ont donné toute facilité pour accéder aux archives de la Défense nationale à Asunción.
2. Bibliothèque du musée d’histoire militaire d’Asunción, fonds Zeballos / Gill Aguinaga.
3. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Índice de reconocimiento y verificación de grados de los veteranos (1872) ».
4. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « veteranos reconocidos y no reconocidos (1896 et au-delà) ».
5. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « veteranos reconocidos y no reconocidos », demande de Fidel Cáceres, Asunción 10 juin 1872, feuille 717. 
6. Mensajes del Présidente de la República del Paraguay al abrir las sesiones del Congreso de la Nación, 1881-1886.
7. Projets de loi sur les droits civils et politiques des femmes présentés par Telémaco Silvera, dans Bareiro (L.), Soto (C.), Monte (M.), Alquimistas. Documentos para otra historia de las mujeres, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1993, p. 129-135.
8. Heinz Peters, El sistema educativo paraguayo desde 1811 hasta 1865, Asunción, Instituto Cultural Paraguayo-Alemán, 1996,
9. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume A1, n° 1.
10. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 42 et n° 43.
11. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 22.
12. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 33.
13. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos no reconocidos », tome 1, n° 45.
14. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume G2, n° 62.
15. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 14.
16. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 33.
17. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 53.
18. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume D, n° 21.
19. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos reconocidos », volume B1, n° 52.
20. Archives du ministère de la Défense nationale du Paraguay, « Veteranos no reconocidos », tome 2, n° 7.
21. Bibliothèque du musée d’histoire militaire d’Asunción, fonds Gill Aguinaga, dossier n° 139, non daté.
22. Francisco I. Resquin, Datos históricos de la guerra del Paraguay con la Tripla Alianza, Buenos Aires, Cia Sud Americana de Billetes de Banco, 1896. Le récit fut écrit en 1875, mais la première édition posthume a été publiée à l’initiative du Dr Angel M. Veneroso en 1895. Sur la désertion de Nuñez, p. 144 dans l’édition d’El Lector (Asunción) de 1996.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Les vétérans paraguayens de la guerre de la Triple Alliance (1870-1910), des oubliés de l’histoire ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 01 février 2006, consulté le 21 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/1654 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.1654

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

CRHISCO – Université Rennes 2 / CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page