Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesColloques2006Le Paraguay à l'ombre de ses guer...Mission humanitaire ou voyage d'é...

Colloques | 2006
Le Paraguay à l'ombre de ses guerres. Paris MAL-EHESS-IEP 17-19 novembre 2005
Daniel Palmieri

Mission humanitaire ou voyage d'étude ? Le CICR et la guerre du Chaco

[02/02/2006]

Résumé

The Chaco War was the first opportunity for the International Committee of the Red Cross (ICRC), the oldest of the international organizations, to launch a humanitarian action in Latin America. Between 1933 and 1934, ICRC sent two delegations in Bolivia and in Paraguay in order to visit the prisoners of war. If we are to believe the institutional literature, the ICRC's involvement for the victims of the war was successful. However, by the passing of the time, the Chaco War seems to have been evacuated from the history and from the memory of the ICRC. Based on ICRC archives material, this paper analyses the reasons of this discrepancy. Looking both on material contingencies and on psychological factors, our contribution aims at bringing new perspectives on the problematic of the European humanitarian assistance in front of non-European victims.

Haut de page

Texte intégral

1Sans les victimes, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) n'existerait pas. Depuis sa fondation, en février 1863 dans le sillage du Souvenir de Solferino d'Henry Dunant, le CICR s'efforce en effet d'"humaniser la guerre"1. Les premières personnes à profiter de cette idée charitable sont les "victimes naturelles" des conflits armés, à savoir les militaires blessés ou en mains ennemies. Une protection particulière leur est accordée à la suite de l'adoption des Conventions de Genève de 1864 et de 1929. Parallèlement à ses efforts de normalisation de la guerre, le CICR va aussi progressivement développer des activités sur le terrain même des affrontements. La Première Guerre mondiale marque ainsi une véritable césure dans l'histoire de l'institution, avec l'implication de dizaines de délégués du CICR auprès des belligérants, notamment pour y visiter les prisonniers de guerre.

2Dans ces conditions, la présence du CICR lors du conflit du Chaco n'a a priori rien de surprenant, tant il est vrai que cette guerre sanglante, avec ses milliers de prisonniers de guerre et de blessés, offrait une occasion incontournable pour une intervention humanitaire de l'institution genevoise. De fait, sur la base d'informations recueillies par le truchement des consulats suisses d'Asunción et de La Paz, informations qui confirment la présence de prisonniers de guerre, notamment dans un "camp de concentration" (selon la terminologie de l'époque) près la capitale paraguayenne, le CICR se décide en mars 1933 de l'envoi d'une délégation auprès des deux belligérants. Il s'agit pour le Comité international de "s'assurer de l'état matériel et moral des prisonniers de guerre et, le cas échéant, de faire toutes les démarches tendant à améliorer leur condition."2 Pour des raisons de commodité et d'économie, le CICR renonce à envoyer une mission depuis Genève, mais décide de recruter des délégués sur place. Son choix se porte sur Emmanuel Galland, un citoyen genevois établi en Argentine et qui œuvre comme secrétaire de l'Union chrétienne des Jeunes Gens; et sur un médecin uruguayen, spécialiste en parasitologie, le Dr Rodolfo Talice. Les deux délégués se rendent fin mai 1933 au Paraguay, pour y visiter la presque totalité des camps ou cantonnements des prisonniers de guerre dans la capitale, ses environs et à l'intérieur du pays. Faute d'autorisation, les délégués ne visitent pas la ligne de front, ni ses arrières. Les représentants du CICR constatent que les quelque 1'200 prisonniers de guerre boliviens sont bien traités. Ils notent toutefois avec satisfaction que les conditions de vie des captifs se sont améliorées depuis l'arrivée de la délégation du CICR. Après une brève interruption, Galland et Talice effectuent, fin juin 1933, une mission similaire en Bolivie. Ils y rencontrent 128 des 137 militaires paraguayens prisonniers de guerre. Là également, les délégués se disent satisfaits de la façon dont les prisonniers sont traités, d'autant plus que leur visite a été l'occasion comme au Paraguay, de bien des améliorations. La délégation intercède auprès des belligérants pour qu'ils procèdent à la libération et au rapatriement des prisonniers mutilés ou malades chroniques. Avec le retour dans leurs foyers de certains d'entre eux pendant l'été 1933, c'est sur une note positive que s'achève cette première mission du CICR. Rentré à Buenos Aires, Galland se voit confirmé dans sa fonction de représentant du CICR en Amérique latine. A ce titre, il continue de veiller, depuis l'Argentine, aux intérêts des prisonniers de la guerre du Chaco, tout en informant le siège du CICR à Genève du déroulement du conflit.

3Or, à l'automne 1933, la guerre prend une nouvelle tournure. L'avance régulière des troupes paraguayennes au Chaco se solde en effet par la capture de milliers de prisonniers de guerre boliviens. En janvier 1934, le CICR les estime à 12,000 (ils seront bientôt 30'000, tandis que les Boliviens détiennent de leur côté quelque 1'500 Paraguayens). L'institution genevoise étudie dès lors la possibilité de conduire une nouvelle mission en Bolivie et au Paraguay.

4Cette fois, malgré les frais importants qui en découlent, la mission s'organise depuis Genève, et elle est conduite par l'un des membres les plus expérimentés du CICR, Lucien Cramer. La mission débarque en Amérique du Sud au début d'octobre 1934, pour un séjour de près de quatre mois. Elle visite les prisonniers de guerre dans les deux pays. En quittant la zone du conflit, à la mi-décembre 1934, Lucien Cramer note : "Les constatations que nous avons faites, tant au Paraguay qu'en Bolivie, nous ont donné l'impression que, d'une façon générale, les deux gouvernements faisaient ce qui dépend d'eux pour assurer aux prisonniers un traitement humain et convenable."3 Cramer s'assure en outre que le CICR continuera d'être représenté auprès des belligérants, en proposant la nomination d'un nouveau délégué permanent en remplacement de Galland, démissionnaire.

5Dans les deux cas, et au travers des rapports officiels qui concluent ces missions, on constate que le CICR a rempli son rôle, oeuvrant une nouvelle fois pour le bénéfice des victimes de la guerre.

6Telle est du moins, en résumé, la version officielle de l'implication du CICR lors du conflit du Chaco, version reprise par les historiographes de l'institution.

7Cette présentation pourrait s'achever ici, si certains détails ne venaient déranger le récit presque idyllique qui vient d'être fait. Ainsi, à propos de l'historiographie institutionnelle, celle-ci ne relate que par la marge l'épisode du Chaco, un peu comme si cette guerre avait été oubliée, ou en tous les cas n'avait pas laissé une grande trace dans la mémoire du CICR. Ce manque d'intérêt dépasse d'ailleurs le seul cercle de l'institution, puisqu'il faut attendre 2001, avec la recherche universitaire de Cécile Aubert, pour avoir une première analyse vraiment scientifique du rôle du Comité international lors du conflit du Chaco.4 Cette relégation ex-post du conflit du Chaco au rang d'événement mineur, voire minime contraste trop fortement avec les descriptions assez élogieuses du rôle que le CICR y a joué, descriptions qui apparaissent dans la littérature institutionnelle de l'époque, pour ne pas insinuer un doute quant à la réalité ou à la véracité du récit officiel. Et le doute n'est plus permis quand ce sont les contemporains des événements eux-mêmes qui s'expriment, de façon assez négative, sur l'action du CICR au Chaco. Ainsi lors d'une réunion du Comité, organe décisionnel du CICR, en août 1937, les membres estiment-ils que "Le Comité international n'a pas obtenu de grands résultats au Chaco pour les 50.000 francs qu'il y a dépensés."5 La question qui se pose alors est celle de savoir à quoi est dû ce bilan mitigé.

Manque de moyens ou d'efficacité ?

8Une analyse factuelle des conditions dans lesquelles le CICR est intervenu en Amérique du Sud offre une première ébauche de réponse. On ne peut, en effet, que s'étonner de la manière dont l'institution genevoise a conduit son action lors du conflit, à commencer par sa lenteur à entreprendre une action. L'envoi de sa première mission sur le théâtre des hostilités ne date en effet que de mai 1933, alors même que la guerre a éclaté l'été précédent. Ensuite, le caractère décousu et épisodique de l'opération (la seconde mission est envoyée plus d'une année après la fin de la première), son manque de suivi tout comme le choix des délégués qui y participent – Cramer excepté – témoignent d'un certain dilettantisme chez une institution pourtant déjà plus que septuagénaire à l'époque et, qui plus est, a en outre une expérience certaine du travail sur le terrain.

9Sans doute, plusieurs éléments objectifs peuvent-ils être avancés pour comprendre cette situation ambivalente. Nerf de la guerre, mais aussi de l'action humanitaire, la question financière pèse de tout son poids, surtout lorsqu'on sait que l'institution genevoise, impliquée dans d'autres conflits d'envergure pendant la durée de la guerre du Chaco, est largement déficitaire dans les années 1930. Raison certainement pour laquelle le CICR s'informe et tergiverse avant de se lancer dans de nouvelles dépenses, d'autant que l'éloignement géographique du champ de bataille est un facteur non négligeable de coûts. Dès lors, on comprend l'intérêt du CICR à vouloir engager du personnel déjà sur place, malgré son amateurisme évident en matière humanitaire.

10En second lieu, il manque au CICR une base juridique incontestable pour pouvoir intervenir. En effet, si la Convention de Genève protégeant les prisonniers de guerre existe depuis 1929, ni le Paraguay ni la Bolivie n'en sont signataires au moment où éclate le conflit. La démarche du CICR ne peut donc pas se fonder sur un cadre conventionnel existant et reconnu par les gouvernements impliqués, mais uniquement sur le bon vouloir de ceux-ci qu'il s'agit dès lors de ne pas froisser par des initiatives intempestives. D’où peut-être des envies bien compréhensibles de temporiser.

11A l'inverse, le CICR doit aussi se méfier des sollicitations appuyées pour son intervention, surtout lorsqu'elles proviennent des protagonistes du conflit, de peur de faire le jeu de l'un ou l'autre dans l'intense guerre de propagande qu'ils se livrent. La crainte d'une instrumentalisation pourrait ainsi expliquer la politique de tâtonnement de Genève. De plus, le CICR voit sa liberté d'initiative, déjà restreinte au niveau juridique, se heurter à une vive concurrence "humanitaire" sur le terrain, comme l'ont démontré les recherches de Cécile Aubert. En effet, le CICR n'est pas le seul à s'intéresser aux prisonniers de la guerre du Chaco. Il doit d'abord compter sur la compétition d'acteurs nationaux (Sociétés de la Croix-Rouge et gouvernements sud-américains, en particulier) défenseurs d'un panaméricanisme tout azimut, et qui voient d'un mauvais œil une organisation étrangère s'aventurer dans leur pré carré. Mais il y a aussi l'intervention d'organes ou organisations étrangers supranationaux (on peut citer le Vatican, la SDN, et avant tout les Rotary Club bolivien et paraguayen qui sont les intermédiaires incontournables pour tout ce qui a trait aux prisonniers de guerre). Or, ces multiples initiatives, plus ou moins charitables, ne sont pas sans effet sur le travail du CICR.

12Enfin, l'absence d'une représentation permanente et professionnelle du CICR auprès des belligérants, comme le fait que le conflit soit géré par l'institution depuis l'extérieur sont deux éléments qui accentuent encore le caractère désordonné et vain de l'opération. Ainsi le représentant du CICR, laissé en Argentine après le départ de Lucien Cramer, se retrouve-t-il dans l'incapacité totale d'agir. Dépendant de la bonne (mauvaise) volonté des belligérants, et souffrant des hésitations de Genève sur la marche à suivre, le délégué permanent en Amérique latine est bientôt relégué au rôle d' "observateur dans un pays voisin."6 Après la mission Cramer, plus aucune opération humanitaire concrète ne sera du reste entreprise par le CICR dans le cadre du conflit ou de ses suites immédiates.

13Or, les besoins étaient bien réels, bien que cela ne ressorte pas vraiment du récit assez laconique qui sera fait des missions du CICR. Ainsi, le rapport de Lucien Cramer, cité plus haut et constatant les conditions satisfaisantes dans lesquelles se trouvent les prisonniers de guerre tant boliviens que paraguayens, se poursuit-il de la manière suivante : "mais, qu'absorbés presque entièrement par les nécessités de la guerre, ils [les gouvernements] n'avaient pas eu toujours le loisir de suivre d'assez près la question de l'établissement et du traitement des prisonniers de guerre."7 Une jolie formule diplomatique qui n'en contient pas moins des critiques sévères à l'encontre des autorités locales, et en particulier boliviennes. Le détail des griefs se retrouve au fil des rapports que Cramer envoie à Genève. Il y est fait mention, parfois très crûment, du confinement dans lequel vivent certains officiers captifs, du manque de vêtements, de nourriture ou de soins médicaux qui touchent l'ensemble des prisonniers, du travail abusif auquel sont soumis les soldats, des mesures de représailles et des châtiments corporels qu'ils doivent subir, quand ce n'est tout simplement pas de la mise à mort de certains d'entre eux. Ces "tristes constatations" (selon les mots du délégué) l'amènent à intervenir verbalement, puis par écrit, auprès des plus hautes instances concernées. Il ne reçoit en retour que l'assurance que les améliorations nécessaires seront apportées.

14Malgré son inexpérience dans le métier de délégué, Galland lui-même ne manquait pas d'informations sur la brutalité du conflit dans lequel il s'engageait, comme l'indique l'extrait d'une lettre d'un médecin militaire paraguayen qu'il fait parvenir à Genève: "[…] Cette guerre devient de plus en plus sanglante. Le gouvernement bolivien envoie de grandes masses d'Indiens qui viennent mourir sur le front d'une manière désastreuse. Il semble, par ailleurs, que les Paraguayens ont reçu la consigne de ne pas se préoccuper de faire des prisonniers.., mais d'en finir avec tous les ennemis qui s'approchent. Dernièrement dans un combat près de Toledo, 2000 Boliviens furent entourés par 8000 Paraguayens et furent complètement exterminés."8 Galland était aussi au courant des problèmes que peuvent rencontrer les prisonniers de guerre immédiatement après leur capture. Le CICR l'avait d'ailleurs enjoint à se rendre le plus près possible de la ligne de feu, indiquant que" […] les prisonniers dans la zone des armées [sont] toujours dans un état plus précaire que ceux qui sont dans des camps de concentration à l'intérieur du pays."9 Par ailleurs, durant ses visites, Galland constate de visu des manquements à la Convention de Genève de 1929 et reçoit des plaintes pour des châtiments corporels infligés à des détenus, ce qui constituait une infraction grave au droit de la guerre; plaintes que le délégué minimise aussitôt indiquant avoir reçu des explications satisfaisantes à leur propos. Malgré tout, Galland recommande aux belligérants des améliorations à apporter tant pour les officiers que pour les simples soldats en tenant compte de l'esprit de la Convention.

15Le délégué reconnaîtra a posteriori que les accusations relatives à des violations du droit de la guerre n'étaient pas toutes sans fondement : "Il s'est passé des choses déplorables sur les deux fronts. [Les officiers prisonniers paraguayens et boliviens] nous ont fait des dénonciations au sujet de certains de leurs camarades qui avaient disparus peu de temps après avoir été faits prisonniers avec eux. Nous les avons écoutés que d'une oreille, hésitant quant à l'autorité que nous avions pour recevoir ces dénonciations."10

16Enfin et surtout, le CICR reçoit des informations relatives à des violations du droit international humanitaire de la part des belligérants. Il en est ainsi de la copie d'un rapport confidentiel d'un Espagnol travaillant pour la Croix-Rouge paraguayenne. Or, ce document, transmis en secret en Uruguay au Dr Talice, puis envoyé à Galland en Argentine, était accablant. Il dénonçait les conditions de vie des captifs boliviens au Paraguay, sous-alimentés, battus, exploités. Le rapport insistait aussi sur les mises en scène qui président aux visites de délégués étrangers dans les camps de prisonniers, indiquant que : "Chaque fois qu'un journaliste ou un délégué étranger désire visiter les camps on y envoie d'abord des officiers munis d'instructions, le téléphone fonctionne, on hospitalise les malades, on habille ceux qui sont nus, et on augmente les rations."11 A Genève, le document avait fait une si grande impression que le CICR avait rapidement conclut à la nécessité d'envoyer un nouveau délégué, en la personne de Cramer, sur les lieux. Confier cette mission ex-Genève à un membre expérimenté du Comité était du reste la preuve d'une grande préoccupation du CICR par rapport à ce qui se passait au Chaco.

Un manque d'impartialité ?

17Mais alors comment expliquer dans ces conditions, et face à la gravité de la situation, le manque de pugnacité, mais aussi l'amateurisme, la désinvolture peut-être avec lequel le CICR a géré l'ensemble du conflit du Chaco. Certes, on l'a vu, il y des contingences matérielles; mais il y a aussi, comme grille de lecture possible, des facteurs d'ordre psychologique, à commencer par la lacune du terrain de la guerre.

18En ce premier tiers du XXe siècle, l'Amérique latine reste en effet largement une terra incognita pour les membres du CICR. Avant la guerre du Chaco, l'institution n'y est encore jamais directement intervenue et n'a que des échos lointains de ce qui s'y passe. Et ce n'est pas la mission d'étude qu'effectue, entre 1923 et 1924, l'une de ses collaboratrices du CICR qui comble cette lacune. Car, malgré un séjour d'une dizaine de mois, la déléguée n'en livre à son retour à Genève qu'un récit pittoresque, mondain… et ne reflétant que très imparfaitement la situation sociopolitique réelle des pays visités. Cette ignorance du CICR pour les affaires sud-américaines est encore aggravée par le postulat communément admis à Genève voulant que ce continent vive en paix depuis 1884. Or, cette affirmation mérite d'être nuancée. En effet, l'Amérique du Sud n'a pas été épargnée par les conflits à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Mais il est vrai que la majeure partie d'entre eux prend la forme de guerres civiles. Or, dans ce domaine, le CICR s'estime longtemps incompétent et sans légitimité pour intervenir; ce qui ne l'empêche pas d'être régulièrement informé de l'éclatement de troubles sur le sol latino-américain. Reste que plusieurs guerres internationales affectent également le continent, notamment en Amérique centrale, durant cette période. Le CICR en publie lui-même la liste en 1896, et écrit que"[…] égaré dans le dédale de ces guerres qui s'enchevêtrent perpétuellement, a-t-on omis de signaler la fin de l'une d'elles et le commencement de la suivante."12 Mais cette agitation belliqueuse ne se reflète guère dans les délibérations du Comité international.

19Cette méconnaissance de l'Amérique latine n'est-elle pas aussi teintée d'un certain désintérêt du CICR pour ce continent lointain ? La chose ne serait guère surprenante, si on la replace dans le contexte de l'époque, très européocentriste. Jusqu'en 1914, le champ d'intervention directe du CICR s'est limité aux guerres européennes. Et si, à la faveur de la Grande Guerre et de ses suites, ses délégués ont été envoyés bien plus loin, ils n'en ont pas moins travaillé pour des ressortissants européens, généralement des prisonniers de guerre allemands ou austro-hongrois. Qui plus est, la composition même du CICR, recruté parmi la haute bourgeoisie conservatrice genevoise, puis helvétique, accentue encore cet européocentrisme. Et comme leurs pairs des autres pays "civilisés", les membres du CICR n'affichent, eux aussi, guère d'ouverture d'esprit pour l'"Autre". Cet état d'esprit transparaît dans le compte-rendu d'un entretien de préparation à la mission Cramer, au cours duquel un médecin suisse, résidant depuis une quarantaine d'années au Paraguay, déclare tout de go : "'Le Bolivien est une sorte d'animal qui ne peut se passer de coca […]. Le Bolivien ignore l'eau, et ne se lave jamais. […]. Le Paraguayen est très intelligent et très propre."13 Ces paroles seront prises au premier degré par les membres du Comité international.

20Or, c'est notamment sur la base de cette vision partiale des choses – et qui n'est pas contrebalancée par le point de vue d'un "connaisseur" de la Bolivie – que la mission Cramer se rend en Amérique latine. Doit-on dès lors s'étonner que le délégué focalise son attention sur le sort des captifs en mains boliviennes? Certes, les conditions de vie dramatiques de certains d'entre eux nécessitaient une intervention énergique du CICR. Mais ne s'était-elle pas faite au détriment d'efforts similaires en faveur des prisonniers de l'autre camp ? C'est en tout cas l'avis de la Croix-Rouge bolivienne qui écrira à Genève que "M. Cramer n'a pas vu ou voulu voir les scènes de misère et de douleur dont il a été le témoin dans les camps de prisonniers boliviens au Paraguay. C'est dire que M. Cramer s'est posé en défenseur du Paraguay, oubliant sa condition de représentant du Comité."14 La Croix-Rouge bolivienne n'est pas forcément la mieux placée pour accuser le délégué du CICR d'avoir manqué d'impartialité. En revanche, les remarques critiques émanant du sein même de l'institution ont une toute autre valeur. Ainsi Galland écrit-il à Cramer : "Vous avouerai-je que je vous ai trouvé bien optimiste quant à la situation des quelques 30.000 prisonniers boliviens au Paraguay […]."15 De même, s'étonnera-t-on au CICR que Lucien Cramer n'ait jamais fait allusion au rapport du docteur espagnol, rapport qui, en quelque sorte, motivait sa mission.16

21S'agit-il d'un simple oubli ? La réponse est plus complexe. En tant que délégué expérimenté obéissant au mandat du CICR, Cramer a certes visité et écouté les prisonniers de guerre des deux bords, entreprenant de manière égale, quand cela était nécessaire, des démarches en vue d'améliorer leur sort. Pourtant, il ne semble pas avoir vu, ni entendu ces victimes de la même manière. Dans un de ses rapports, Cramer fait tout d'abord une différentiation fondamentale entre "les personnes incultes toujours portées à exagérer leurs plaintes et même à inventer des griefs inexistants"; et "les prisonniers cultivés et d'une origine plus relevée [qui] ont presque tous la tendance à analyser plus calmement la situation qui leur faite dans un esprit critique qui donne une couleur de sincérité et d'exactitude à leur témoignage."17 En d'autres termes, le délégué distingue ici les simples soldats de leurs officiers supérieurs. Or, sur ce distinguo social vient se greffer une appréciation raciale qui prend toute sa valeur lorsque l'on la transpose à la composition de l'armée bolivienne. La grande de masse de ses effectifs est en effet constituée d'"Indiens simples soldats, [traités comme] du vil bétail, indigne d'intérêt"18, de "[…] pauvres êtres incultes et illettrés qui ont été arrachés brutalement à la vie de pasteurs paisibles qu'ils menaient au milieu de leurs troupeaux sur les hauts plateaux des Andes pour être envagonnés comme des bestiaux et conduits à cette boucherie du Chaco."19 Les officiers boliviens sont, eux,"presque tous de race blanche."20 Quant à l'armée paraguayenne, elle est essentiellement composée de métis; le Paraguayen en effet, "[…] n'a pas le type mongol, c'est un croisement de l'Espagnol et de l'Indien des Andes."21

22Ces considérations raciales ont-elles influé sur le travail des délégués du CICR et modifié, sinon faussé leur perception des victimes, en fonction du camp auquel elles appartenaient ? Il est évident que ce genre de discours conforte pleinement les préjugés européens concernant la supériorité des "Blancs" ou des "presque Blancs", un bagage mental que partagent, on l'a vu, les membres du CICR. La question qui se poserait alors serait de savoir si leur empathie s'est arrêtée à la victime blanche, la seule vraiment digne de considération. Tandis que pour les autres, certaines circonstances viendraient atténuer ce statut de victimes. Ainsi à propos des châtiments corporels infligés à des prisonniers boliviens, Cramer écrit : "[…] Il faut se pénétrer de l'idée que dans des régions où sévit la guerre cruelle du Chaco, la notion des peines corporelles ne revêt pas la même signification que dans nos pays évolués.[…] L'inertie de certains Indiens passait aux yeux de leurs surveillants paraguayens pour de la résistance passive.[…] Il n'en fallait pas plus pour provoquer des fustigations contre lesquelles nous nous sommes élevés, mais il est à craindre que nos protestations n'arrivent pas à modifier une coutume enracinée dans ces populations primitives, dures à elles-mêmes comme aux autres."22 Dans ces conditions, "[…] comment faire comprendre à ces populations qui vivent encore à l'état de nature les règles élaborées dans une civilisation plus évoluée au milieu de toutes les expériences de la Grande Guerre et dans un milieu que tout différencie de celui où vivent ces êtres primitifs ?"23

23Les termes utilisés ici, qui renvoient à l'imaginaire rousseauiste du "bon sauvage", font aussi douter de la nature exacte de la première intervention du CICR en Amérique latine. S'est-il véritablement agi d'une vraie mission humanitaire ? Le périple des délégués ne prend-t-il pas plutôt l'allure d'un voyage d'étude dans le continent sud-américain; tant il est vrai qu'une partie non négligeable de la documentation écrite et iconographique est composée de descriptions géographiques, sociétales, voire ethnologiques ou anthropologiques des pays et des peuples visités ? Finalement, il y un peu des deux dans ces "premiers pas du CICR en Amérique latine", mais des premiers pas hésitants et vacillants en raison même de la nouveauté du contexte dans lequel le CICR est appelé à travailler. On comprend dès lors mieux que cette première expérience latino-américaine ait laissé pour le moins un goût d'inachevé. Et pour une organisation ayant longtemps vécu sur une vision glorieuse de ses activités passées, la Guerre du Chaco ne pouvait alors qu'être reléguée dans les tréfonds de la mémoire institutionnelle. A moins que ce ne soit à cause du remord né a posteriori d'avoir négligé des victimes de la guerre, c'est-à-dire d'avoir perverti la philosophie même à laquelle le CICR doit son existence. La question reste ouverte.

Haut de page

Note de fin

1 Selon les mots de l'un des fondateurs du CICR, cités par André Durand, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge, tome II, de Sarajevo à Hiroshima, Genève, Institut Henry-Dunant, 1978, p. 160.
2 Archives du CICR [ci-après ACICR] A PV, séance du Comité du 3 mars 1933.
3 Lucien Cramer, «Mission au Paraguay et en Bolivie», Revue internationale de la Croix-Rouge, Genève, n°195, mars 1935, p. 176.
4 Cécile Aubert, Les premiers pas du CICR en Amérique latin : La guerre du Chaco (1932-1935), Université de Genève, Faculté des Lettres, juin 2001.
5 ACICR, A PV, séance du Comité du 20 août 1937.
6 Cécile Aubert, op. cit., p. 122.
7 Lucien Cramer, «Mission au Paraguay et en Bolivie», art. cit., p. 176.
8 ACICR, CR 182, 55.
9 ACICR, CR 182, 30.
10 ACICR, CR 182, 175.
11 ACICR, CR 182, annexe au document 278.
12 Bulletin international de la Croix-Rouge, Genève, n°107, juillet 1896, p.168-178 (nous soulignons).
13 ACICR, CR 182, 274.
14 Respectivement ACICR, CR 182, 628bis; CR 182, 588bis.
15 ACICR, CR 182, 449.
16 ACICR, CR 182, 381.
17 ACICR, CR 182, 413.
18 ACICR, CR, 182, 433.
19 ACICR, CR 182, 413, annexe "Les deux Conventions de 1929".
20 ACICR, CR 182, 433.
21 ACICR, CR 182, 274.
22 ACICR, CR 182, 413.
23 ACICR, CR 182, 413, annexe "Les deux Conventions de 1929".
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Palmieri, « Mission humanitaire ou voyage d'étude ? Le CICR et la guerre du Chaco », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 02 février 2006, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/1723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.1723

Haut de page

Auteur

Daniel Palmieri

Daniel Palmieri est historien, spécialiste en histoire des conflits, et chargé de recherches historiques auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Parmi ses dernières publications :
"Les nouveaux conflits : une modernité archaïque ?", International Review of the Red Cross, volume 85, n° 849, March 2003, pp.23-44 (co-auteur Irène Herrmann);
"Le temps pour comprendre la violence de guerre : l'exemple de l'Afrique, International Review of the Red Cross, volume 85, n° 852, December 2003, pp. 775-790;
"Genève, ou la neutralité, 1914-1945", Philippe Chassaigne, Jean-Marc Largeaud (éd.), Villes en guerre, 1914-1945, Paris, A. Collin, 2004, pp. 218-228 (co-auteur Irène Herrmann);
"A Haunting Figure: The Hostages through the ages", International Review of the Red Cross, volume 87, n° 857, March 2005, p.135-148 (co-auteur Irène Herrmann);
"War and Temporality: The examples of Bolivia and South Rhodesia" http://www.cishsydney2005.org/images/PalmieriP3.doc
Irène Herrmann, Daniel Palmieri (éd.), L'histoire comme arme de guerre. L'instrumentalisation du passé en situations de crise, Actes du colloque international de Genève (septembre 2004), 2006, Comité international de la Croix-Rouge

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search