Navigation – Plan du site
Débats | 2008
Pilar Lopez-Bejarano

Dynamiques Métisses. Tissages autour du travail et de l’honneur. Nouvelle-Grenade XVIIIe siècle

[17/02/2008]

Résumés

La dynamique des sociétés de l’Amérique ibérique coloniale repose sur une véritable « hiérarchie de la couleur », un code commun qui va structurer les relations inter-groupales et interpersonnelles. Au cœur de cette hiérarchie s’installe une relation entre type d’activité et appartenance socio-éthique. Lesdits « cuadros de castas » (modèles des castes) illustrent certes la forme officielle et assez rigide de cet ordre social. Mais c’est dans les pratiques que s’affirme le poids social de cette organisation hiérarchique et de différenciation des activités. Nous focaliserons ainsi notre analyse sur les activités des personnes qui, dans leurs relations, pouvaient autant légitimer que détourner cet ordre social. Deux aspects assez répandus du tissage social autour du travail et de l’honneur seront au centre de cette réflexion : l’habitude d’utiliser le travail des autres et la valorisation du travail honnête.

Haut de page

Texte intégral

Tissages du métissage

1Même s’il n’existe aucune évidence étymologique qui puisse lier tissage et métissage1, comment résister à la tentation de jouer sur les mots2 ? En particulier si l’on observe que le sens de ces deux termes se recoupe à biens des niveaux. Par exemple, la signification même de métissage se rapproche clairement de l’image de tissage, en particulier dans le sens large que nous attribuons ici : celui de processus –et compétence– faisant s’entrecroiser, se mélanger et coexister ce qui est différent. Si nous avions à choisir un élément pour caractériser l’histoire coloniale de l’Amérique espagnole, c’est d’ailleurs sur le métissage que se porterait notre préférence. En effet, les multiples formes et possibilités dont témoignent les processus américains montrent une aptitude sociale spéciale à intégrer, à combiner, à adapter3. Cette manière de tisser –de métisser– les pratiques laissera une empreinte historique visible4. Bien des situations, des faits et témoignages attestent de cette orientation que nous pourrions qualifier d’« originale », si originalité il y a.

2Cependant, si le phénomène social du brassage et des adaptations composites est difficilement contestable –l’historiographie américaniste en témoigne5–, la justification de l’utilisation du substantif « métissage » pour caractériser ces phénomènes est moins évidente. Pourquoi, en effet, qualifier ces dynamiques de « métisses » et non pas simplement d’« américaines », d’« ibéro américaines » ou même de « locales » ? Il nous semble que la pertinence de cette dénomination s’attache à la pregnance, bien connue en Amérique, des fondements « raciaux »6 des hiérarchies sociales, dans le sens d’une hiérarchisation en fonction de la blancheur. C’est sur ce critère qu’a été construit un ordre classificatoire des tensions sociales en jeu. En prenant l’institution, au sens large du mot, comme structuration plus ou moins stable de la vie en société, il est possible d’analyser la hiérarchie en fonction de la blancheur. En tant qu’instance capable de prescrire des comportements et d’en établir d’autres, il s’agissait bien d’une institution régulatrice de la vie en communauté7.

3Ce rôle central nous renvoie de nouveau à la portée sociale des dynamiques métisses en question. Celles-ci seront revisitées ici autour des rapports entre travail, honneur et hiérarchie dans un quartier métis de la ville de Santa Fe de Bogota, à la fin de la période coloniale8. Notre approche se limitera ainsi aux rapports au travail considérés comme une des expressions des liens interpersonnels particuliers qui limitaient ou permettaient le tissage de liens sociaux des dynamiques métisses9. Sans entrer dans la complexité de la « sociogenèse » des hiérarchies et des métissages, nous aborderons donc quelques caractéritiques de ce processus dans une perspective de long terme, afin de recontextualiser notre étude de cas.

Dynamiques de stratification sociale dans l’Amérique coloniale : la hiérarchie de « la couleur »

4Une des fiertés des migrants péninsulaires en Amérique était, dans la configuration du « Nouveau Monde », dans leur position de vainqueurs concomitant à l’assujettissement des Indiens, qu’ils se plaçaient automatiquement dans une position de renommée –position qui, assez souvent, leur faisait défaut dans leurs pays d’origine. Venus aux Indes pour être seigneurs, la condition de péninsulaire coïncidait avec la position juridique des hommes libres de toute obligation ; la position inférieure des « pecheros »10 ibériques avait ainsi été occupée dès le début, symboliquement et de fait, par les natifs, les Indiens11. Parallèlement, un autre critère de différenciation sociale était aussi en jeu : la tradition ibérique qui consistait à octroyer tous les droits et la fierté aux vieilles familles chrétiennes contrairement aux Maures et aux Juifs. Cette ancienne séparation sociale entre le « pur » et l’ « impur » trouve donc, dans ce cas, une expression « dérivée » : la formule péninsulaire « limpios de mala sangre de judíos, moros… » est conservée, on y ajoute simplement le critère local « …indios, mulatos o mestizos ». Comme cette dernière distinction prévalait sur place12, la tension s’est alors définie en fonction d’une blancheur -associée à la Limpieza- qui est devenue le critère principal d’évaluation de la « pureté de sang », de la lignée, et par extension de la hiérarchie coloniale. Ainsi, la transposition de la Limpieza de sangre sur l’absence de métissages « polluants », s’est faite tout naturellement. La blancheur va alors finir par représenter l’excellence, la vertu, la « qualité » destinée à trancher entre ceux qui méritent l’accès aux privilèges et ceux qui, au contraire, en seront exclus.

5Il existe donc, dans le processus d’installation en Amérique, deux critères de différenciation sociale qui convergent. D’un côté, la relation hiérarchique seigneur /vassal, et, de l’autre, la séparation entre le pur et l’impur. En tenant compte des interdépendances et positions relatives que ces deux critères de différenciation sociale comportent, une particularité nous semble significative. En effet, si dans la péninsule, le fait de jouir de privilèges et de la Limpieza se cristallisait dans la figure de la noblesse, les autres critères de valorisation sociale et donc de différentiation (position, travail…) ne concernaient pas nécessairement une même population, dans une catégorie définie d’individus. Mais cela va plus loin, la relation induite par ces deux types de critères était profondément distincte. La première relation, celle que nous appelons « hiérarchique » est une relation qui intègre : le pechero, le vassal, le vilain et les nobles. Cette relation, de par sa configuration même, englobe donc les niveaux opposés qui la constituent13. En revanche, le critère de Limpieza exprime une relation d’exclusion d’un groupe par rapport à un autre. Ainsi, même si dans les deux cas il y a interdépendance, celle-ci est d’une nature distincte dans chacune des relations.

6Or, dans le processus d’installation coloniale péninsulaire en Amérique, ces deux types de différenciation, non seulement s’adaptent aux nouvelles situations (notamment à celle de « conquête ») mais leurs extrêmes négatifs se superposent également. Ils englobent alors aussi bien les natifs, la population africaine soumise à l’esclavage, ainsi que ceux « tâchés » par leur « sang » ; en somme, aussi bien les assujettis de par leur position hiérarchique, que ceux considérés comme une source d’« impureté » qui souille, qui éloigne de la « blancheur ». Par conséquent, il s’agit d’un processus qui articule inclusion et exclusion d’une même population ; particularité qui annonce la complexité du jeu social, avec au centre une certaine ambiguïté de la situation. En effet, les arrangements se font de manière particulière, en fonction de différents niveaux d’organisation (groupe, inter-groupe…), mais aussi en fonction du contexte politique (en fonction des besoins du moment, les acteurs accentuent l’un ou l’autre critère, sans toutefois qu’aucun des deux ne disparaisse complètement).

7Progressivement, dans cette conjonction de critères sociaux structurant, une situation aparemment inédite dans les sociétés coloniales en développement commence à se répendre. En effet, phénomène tout à fait nouveau dans l’expérience péninsulaire : dans l’engrenage entre la relation d’inclusion et d’exclusion sociale reposant sur un paramètre de référence socio-racial, il était socialement possible de se trouver dans une position intermédiaire. Comme l’a montré Jean-Paul Zúñiga14, avant la découverte de l’Amérique, la nature des références d’intégration ou de différenciation sociale telles que « sa terre, son roi, sa foi », rendaient inconcevables des situations « d’entre-deux ». Il prend notamment l’exemple de la foi : « on était chrétien ou musulman ou juif et non demi-juif ou demi-chrétien »15. En revanche, on voit surgir en Amérique des « demi-blancs », des « demi-indiens », des « demi-noirs », bref des métis. À partir du critère initial d’installation coloniale qui considérait l’ordre social sur le modèle de deux Républiques : República de Españoles et República de Indios, le développement rapide des processus de métissage a déplacé la relation binaire du type « Espagnols –Indiens », « européens–non-européens» ou encore « blancs–non-blancs », vers un positionnement basé sur des nuances : plus ou moins blanc, plus ou moins noir, plus ou moins indien.

8C’est dans ce cadre que nous plaçons l’analyse de l’aspect que nous avons choisi d’approfondir, les rapports de travail. A l’origine de la différenciation sociale en Amérique, les rapports au travail se présentent –après deux siècles d’assujettissement et de pratiques esclavagistes– comme le résultat de la hiérarchie par la couleur, que ces mêmes rapports ont contribué à former. En effet, au XVIIIe siècle, on assignait l’obligation ou la pertinence d’un travail ou d’une activité, en fonction de la « qualité » de la personne, c'est-à-dire en fonction d’une hiérarchie de la couleur.

9La structure hiérarchique hispanique coloniale fait reposer sur la « race » la division entre les soumis au travail et les vassaux libres, entre les natifs corvéables et les péninsulaires conquérants, entre les créoles descendants de péninsulaires et les indiens et métis marqués d’une condition servile. Aux offices nobles des blancs, s’opposent alors les bas travaux des indiens, métis, mulâtres et noirs. L’idée commune selon laquelle le travail est affaire de noirs et d’indiens se décline alors dans une variété de distinctions qui associent –directement ou indirectement– l’assignation « raciale» des individus, avec le type de travail ou d’activité, mais aussi avec le comportement de ces derniers pour assumer le travail : la force ou la faiblesse, la lenteur ou l’efficacité, l’acceptation ou le refus. Dans cette logique, par exemple, des idées se forment selon lesquelles les indiens sont paresseux et faibles ; les noirs résistants et aptes aux durs labeurs ; les métis, inconstants et apathiques, etc.

10Toutefois, la rigidité de cet ordre social établi par des critères « ethniques » semble beaucoup moins fixe et stable lorsqu’il s’agit de cas concrets. Dans les parcours individuels effectivement, rien ne se présente comme sûr ni définitif. Si la valeur assignée à la blancheur est incontestable, il est moins évident de mesurer la manière dont elle s’actualise dans un contexte de métissages multiples où les nombreuses classifications ne font qu’expliciter la difficulté sociale d’une différentiation effective. De plus, le jugement consistant à qualifier une personne comme étant plus « obscure » ou plus claire est subjectif et peut dépendre de la personne qui juge,  de son entourage, d’une autre personne qu’il prend comme point de comparaison…etc. Ainsi, dans l’interaction et en fonction des contextes, la position de chacun peut varier. Dans un contexte « de blancs », le mélange peut les « avilir », dans un autre contexte, « d’indiens » et « de noirs » –et de plus ou moins mélangés-, la proportion de blancheur les rend, au contraire, plus prestigieux. Dans la même logique, une considération sociale concomitante des activités ou des travaux entre en jeu : une activité qui, dans un contexte donné, peut être preuve d’infamie, dans un autre peut représenter une position prestigieuse. De sa traversée des montagnes de la Nouvelle-Grenade en 1801 Humboldt écrit d’ailleurs :

« On entend dire, dans ce pays : « être porté à dos d’homme » [« andar en carguero»] comme qui dirait, être à cheval, sans que pour autant le métier de porteur soit vu comme étant humiliant, sans oublier que ceux qui l’exercent ne sont pas des Indiens mais des Métis et parfois des Blancs. Il est encore plus surprenant d’entendre ces hommes nus et occupés à faire une chose si dégradante à nos yeux, se quereller au milieu des forêts parce que l’un refuse d’accorder à l’autre, qui prétend avoir la peau plus claire, le titre de Don ou Votre Grâce [Su Merced] »16.

11Ainsi, alors que les idées de la valeur de la blancheur et du mépris de certaines activités ou travaux sont naturellement acceptées comme références sociales, dans les pratiques, la volonté d’acquérir une place valorisante est clairement présente. Par exemple, dans un contexte de pouvoir, un métis cachera ses origines et insistera sur le non-travail qui l’anoblit. En revanche, un blanc qui se consacre à une activité « avilissante » fera valoir à tout moment le prestige de sa couleur.

Les « libres de todos los colores » dans la hiérarchie du travail

12Parmi les personnes « libres de toutes les couleurs », la relation entre type d’activité et classification « raciale » ne se presentait donc pas de manière linéaire et simple. L’appartenance aux « castas » (castes), désignation générique des sang-mêlés qui constituaient la plupart des « libres », participait d’une dynamique complexe de négociations. Cette dernière s’établissait à l’intérieur d’un éventail racial dont les extrêmes paradigmatiques étaient, d’un côté, l’indien et l’esclave noir dévolus au travail, et de l’autre, le blanc européen consacré aux activités plus prestigieuses. Entre ces deux extrêmes, la combinaison de critères était relativement vaste. C’est ce que l’on pouvait observer chez la plupart des travailleurs dans la ville de Santa Fe à la fin du XVIIIe siècle17. Il est donc intéressant de voir comment ces hommes et femmes articulaient la possibilité d’honneur donnée par une blancheur relative (c’est-à-dire « variable », à nuances), avec le déshonneur communément assigné au fait de travailler pour gagner sa vie. Dans un jeu subtil de nuances, la tendance à déléguer et à sous-déléguer le travail, ainsi qu’à valoriser les vertus du travail honnête, était nettement observable.

Le travail des autres

13Un premier élément concernant la possibilité pour des individus –ou un groupe– de se servir d’autrui à son propre bénéfice -« le travail des autres »-, s’incarne dans la pratique consistant à s’entourer de manière ostentatoire de serviteurs. En d’autres termes, la « mucha compañía » (fait d’être très entouré), agissant comme symbole de prestige social, était une pratique commune de la Péninsule et de l’Amérique18. Ajoutons que le contexte colonial ouvrira des espaces sociaux particulièrement propices à cette pratique. En effet, la contrainte séculaire pesant sur une partie de la population, la considération des indiens comme étant corvéables, et, en général, la disponibilité d’une main d’œuvre bon marché, a instauré une relative facilité à déléguer le travail, même dans les secteurs modestes de la population. Or, s’il est vrai que le travail est une réalité chez les « libres », dans l’esprit, il est généralement envisagé comme une éventualité dont chacun tente de s’éloigner, même subtilement, dès que l’occasion s’y prête. Si nous avons pu constater la valeur aristocratique que représentait pour un individu le fait de vivre d’une rente, il est intéressant de noter que ce mode de vie se retrouvait parfois chez des travailleurs qui, en principe, ne possédiant pas une position économique à la hauteur de ce statut social. En effet, même sans capital et sans propriété, il était possible, dans certaines circonstances, de faire du travail d’un autre -un peu plus faible que lui- une source de « rente ».

14Cette situation peut être illustrée par l’exemple de Tomasa Borja, servante dans le couvent de San Francisco à Santa Fe. En 1791 cette dernière réclamait en effet un salaire rénumérant le travail d’avoir moulu du chocolat, blanchi et repassé le linge19. Or, en traitant plus en détail son cas, on observe qu’en l’attente de la rémunération par les curés du couvent, le travail avait été accompli par d’autres femmes, que Tomasa avait -réellement ou virtuellement- engagées. Sa position relative change alors, au moins au niveau de son entourage : sans devenir entrepreneuse, sans abandonner sa position de servante par rapport à ses employeurs et représentants judiciaires, elle arrive à « ne pas travailler », à contourner la tâche directe et à se placer dans une position plus « convenable », bien qu’instable et peut-être même moins rentable financièrement.

15Par ailleurs, dans des situations moins précaires que celle du service, au cœur du petit commerce, la tendance à déléguer les tâches est aussi récurrente, voire systématique20. Le propriétaire ou administrateur d’une tienda (boutique) ou pulperia (droguerie), engageait ainsi, dès que la moindre stabilité le lui permettait, un employé (un « cajero »), et cela même dans le cas des plus pauvres. Le dossier d’un procès de « disenso matrimonial »21 (opposition au mariage)  entamé en 1801 dans la ville de Santa Fe, nous permettra également d’apercevoir cette pratique de distanciation subtile du travail, ainsi que la valeur sociale que celle-ci pouvait véhiculer. A l’intérieur de ce procès de «disenso» nous nous intéresserons tout particulièrement à Juana Josefa Moreno, métisse et chichera22, habitant au 16 rue del Despeño du populaire quartier Las Nieves23, obligée d’expliquer et de justifier ses origines et activités, pour faire face aux accusations du frère de son fiancé, qui la considèrait indigne d’entrer dans la famille. Le cadre général du procès est le suivant : l’opposition au mariage est présentée par Don José Ignacio San Miguel, avocat de la Real Audiencia de Santa Fe, dont le frère, Don Joaquin de San Miguel, risque, selon Don José Ignacio, de réaliser un mariage indigne, portant atteinte à la réputation et l’honorabilité de leur famille24. Josefa Moreno, la fiancée qualifiée d’« indigne » est une plébéienne dont la position inférieure s’illustre dans sa condition de métisse et de chichera. Un des témoins affirme que Josefa est de « qualité » métisse réputée, plébéienne, vivant en « qualité » de chichera25. Ici, la notion de « qualité » est clairement évoquée et rappelle la position différenciée de Josefa à l’intérieur de la hiérarchie. La « réputation » apparaît comme le second critère qui fixe sa condition particulière à travers la représentation que se font d’elle les personnes de son entourage (voisins, connaissances, amis et ennemis). Dans le camp de la défense (réalisée par Don Joaquin, son fiancé et compagnon puisqu’ils vivent maritalement depuis quelques années), le discours est moins radical, contournant habilement chacune des incriminations. Ainsi, par exemple, l’accusation de « métisse » est contestée en faisant valoir l’existence, dans la famille de Josefa, de clercs et d’aïeux tenus pour blancs, et, qui plus est, ayant occupé des « emplois honorables »  (empleos honrosos) à Zipaquira, sa ville d’origine. Néanmoins, ces preuves d’« absence de mélange » sont mises en doute. L’accusation ne les considère pas comme crédibles, et évoque la possibilité pour des métis aussi d’entrer dans les ordres. De plus, il est avancé qu’en tant que « véritable » blanche, le titre de Doña, propre à la dignité des blancs, lui aurait été « naturellement » attribué –or, même les témoins présentés pour sa défense ne l’ont pas fait-. Lorsque la défense évoque la question du travail, elle fournit toute une série d’explications qui retient particulièrement notre attention. La première préoccupation exprimée est celle d’élever la catégorie du négoce de Josefa, le faisant passer de chichería à tienda (boutique). On insiste donc sur le fait que, « dans la tienda elle vendait du pain, des bougies, du bois, de l’eau de vie et d’autres denrées »26 et pas seulement de la chicha. Vient ensuite une remarque subtile : la vente n’est pas réalisée par elle-même, mais par des employées27. Le critère général de l’exercice d’une activité socialement peu valorisée –chichera– est ainsi confronté à de fines distinctions soulignant le caractère plus prestigieux d’être tendera que chichera et, tout particulièrement, le fait d’avoir à son service d’autres personnes qui réalisent la vente à sa place.

16Ainsi, dans ce cas précis, il est relativement difficile d’évaluer les critères qui ont davantage pesé dans la décision des juges. En effet, c’est sans doute la situation particulière des deux parties lors du procès qui a conféré aux arguments leur force de conviction et non pas les arguments en eux-mêmes. Ici, la défense de Don Joaquin (le fiancé), et les arguments en faveur du mariage donnés par le curé de la paroisse de Las Nieves, l’ont emporté face à l’indignation de Don José Ignacio qui voyait la réputation de sa famille, voire la sienne, mise en danger par cette union. Ce dernier a ainsi dû se résigner, puisque le mariage a bien eu lieu quelques mois plus tard dans la paroisse de Las Nieves28.

17Ce qui nous intéresse en particulier dans ce cas, ce sont donc les arguments utilisés par la défense à propos du type de travail et des relations dans lesquelles était considérée la position relative de Josefa. Ces derniers peuvent se résumer ainsi : elle est commerçante et non pas chichera, elle travaille mais elle n’a pas un rapport direct avec la clientèle, limitant de cette manière le rapport social qu’implique la vente publique ; deux détails qui, à l’intérieur de l’activité même, la rendent plus respectable. Sans renier l’activité réalisée, ni son caractère méprisable, la position de Josefa, moyennant le travail d’autres personnes -en l’occurrence de ses employées (« las cajeras »)- est, par conséquent, plus élevée que celle qu’impliquait la désignation de « chichera » tout court. C’est donc moins l’activité en elle-même que la manière de la réaliser qui prend ici une dimension significative.

18Ajoutons une autre considération particulière à prendre en compte : les critères d’honneur et de réputation ne sont pas les mêmes pour les femmes et pour les hommes. Il en découle que l’évaluation du travail réalisé, de l’honneur qu’il souille ou qu’il flâte, sera logiquement différente selon les points de vue. Par exemple, Josefa préparait la chicha qui, ensuite, était vendue dans la tienda, mais elle le faisait à la maison, restant ainsi « honnêtement à l’écart, chez elle, constamment au travail pour entretenir la dite « tienda »29. Ainsi, pour une femme, être « honnêtement écartée » –à la maison– était peut-être plus important que l’activité exercée même, d’où la pratique courante du « travail privé ». Ce type de travail représentait la possibilité pour les femmes de se placer dans une position « intermédiaire », entre celle de rentières et celle de roturière. En l’absence d’une fortune nécessaire pour ne pas travailler, le « travail privé »30 leur permettait ainsi de se créer une position qui préserve leur dignité.

19En plus des arguments que constituent le fait de « déléguer » dans son activité et d’exercer un travail privé, la défense de Josefa fait l’éloge de l’activité qui associe la valeur chrétienne de la « vie laborieuse » aux implications de la Real Cédula de 1783 qui honore l’exercice d’un métier31 : « elle ne peut pas lui porter préjudice ni honte car cette vie de labeurs a été louée et grâce à cette considération on a déclaré comme étant honnêtes des métiers tels que ceux de tanneur ou cordonnier qui, avant, étaient perçus comme vilains à cause d’une préoccupation vulgaire et très nuisible »32. Ainsi, le « travail honnête » occupe une place centrale dans ces considérations. Il incarne une autre façon de se distancier du poids avilissant du travail : faute d’honneurs et/ou de dignité propres à ceux qui n’ont pas besoin de travailler, il y a l’honnêteté.

Le travail honnête

20Il est en effet possible d’envisager l’honnêteté comme une valeur sociale compensatoire de l’honneur, comme un recours pour ceux qui ne sont pas en mesure de prétendre aux honneurs des plus puissants. Néanmoins, il faut préciser que nous ne sommes pas sur le terrain d’une substitution : l’attribut d’honnête n’efface nullement le manque d’honneur ; il s’agit tout simplement d’un déplacement du critère de considération sociale. En effet, l’honnêteté, comme attribut du travail et des travailleurs, s’écarte des considérations hiérarchiques -ainsi que, d’ailleurs, des considérations économiques- et nous place, en revanche, face à la conduite attendue de tout « bon chrétien », c'est-à-dire, face à la morale sociale en vigueur.

21La valeur de l’honnêteté, propre à une longue tradition chrétienne, est sans conteste un des arguments principaux en faveur de la considération des travailleurs. Elle est prônée dans toutes sortes de discours : gouvernementaux, religieux, juridiques ou personnels. Les exemples abondent : incontournable pour toute demande d’un certificat d’indigence33 ou réclamation de salaire, l’honnêteté est également présente dans les discours portant sur la considération positive des travailleurs34, ainsi que dans tout projet de redressement moral, politique ou économique de ces derniers. Dans ce sens, elle est finalement le centre d’une «morale sociale du travail» profondément ancrée dans la société santafereña.

22En définitive, face au poids social des divisions hiérarchisantes, l’honnêteté joue un rôle clef, et d’autant plus intéressant lorsque l’on analyse la manipulation dont elle fait l’objet auprès des travailleurs. En effet, l’honnêteté devient pour eux une sorte de monnaie d’échange : elle leur permet de négocier, parfois avec un minimum d’éléments, leur position relative. Sans effacer le cadre général hiérarchisant qui donne sens à l’action sociale partagée, les travailleurs vont ainsi réinterpréter en permanence, raccommoder, s’approprier les valeurs sociales à leur disposition, en cherchant à se construire une place en accord avec les attentes générées par la communauté. L’honnêteté, et, en l’occurrence, l’honnêteté du travail (« le travail honnête »), se présente donc comme une sorte de « passe-partout social », dans les démarches des travailleurs concernant leur activité. Son importance et sa force sociale tiennent par ailleurs certainementà la longue histoire qui l’actualise sans cesse dans divers contextes. Cette qualité se retrouve en effet au Moyen Âge, au cœur de la modernité, autant dans les discours des moralistes que dans ceux des réformateurs du XVIIIe siècle : du discours d’un jésuite du XVIIe siècle comme Pedro de Guzman35, à l’œuvre emblématique d’un Campomanes36. Au niveau local, l’honnêteté est autant au centre de la vision des travailleurs du père Finestrad37, par exemple, que dans les discours et critiques parues dans les deux premières publications périodiques de la ville : Papel Periódico de la ciudad de Santafé de Bogotá [1791]38 et le Correo curioso, erudito, económico y mercantil [1801]39, expression par excellence de la pensée la plus moderniste de l’époque. Enfin, ce qu’il est primordial de souligner, c’est l’acceptation et l’intériorisation par les habitants de cette valeur continuellement présente, du moins en tant que discours sur soi ou sur les autres, même si elle ne se traduit pas directement et automatiquement dans des comportements effectifs.

En guise de conclusion

23Au début de notre analyse, nous avons explicité la structuration sociale coloniale de la hiérarchie par la blancheur, ou par la couleur, pour ensuite établir son rapport avec le travail. Après avoir mis l’accent sur la force sociale des distinctions « ethniques » ou « raciales », il n’est pas inutile de signaler que pour nous, la base du phénomène hiérarchique de « la couleur » ne repose pas sur « l’évidence » d’une différence biologique, ni d’ailleurs culturelle.

24Nous avons ensuite insisté sur le caractère clairement social et relationnel de cette organisation hiérarchique, même si cette dernière s’exprime en termes de « race » ou de « sang »40. Au cœur de cette configuration générale, nous avons observé les traces des tissages autour du travail et de l’honneur à l’échelle des simples rapports entre individus. Cette approche nous a finalement renvoyé au tissage social, au jeu à la fois rigide et flexible des dépendances et des interdépendances qui lient les vies des individus, en l’occurrence, celle de travailleurs métis d’une ville andine à la fin du XVIIIe siècle.

25Cette réflexion nous a ainsi permis de montrer que la portée sociale du critère de la blancheur, n’impliquait pas nécessairement une considération univalente et absolue de celle-ci. En effet, les implications de ces critères peuvent être perçues comme un code commun en fonction duquel les individus vont se positionner les uns par rapport aux autres, dans une dynamique de relation faisant jouer autant les déterminismes sociaux que la créativité. C’est justement ce mouvement que nous qualifions de dynamiques métisses. Le point intéressant dans ces dynamiques, n’est pas seulement le tissu social qui en résulte, c’est également le tissage, la « tissure », la manière de tisser. En somme, le mouvement qui met en rapport ou qui sépare, entrecroisant différentes sphères de référence : politique, culturelle, morale, économique. Ces enchevêtrements rendent donc compte, finalement, de la complexité et de la densité des phénomènes et des comportements sociaux observés.

Haut de page

Notes

1 Cet article est développé à partir du chapitre 5 de ma thèse doctorale en Histoire et Civilisation, « Hommes fainéants et indolents, femmes dissolues… Paresse et travail à Santa Fe de Bogota (Nouvelle-Grenade) XVIII siècle », soutenue à l’EHESS le 27 juin 2007. Jury : Mme Arlette Farge, Mme Simona Cerutti, M. Zacarias Moutoukias, M. Hermes Tovar, M. Jean Piel, M. Juan Carlos Garavaglia -directeur de la thèse-. Nous remercions vivement A. Joffres pour sa généreuse et profonde relecture du français.
2 D’ailleurs, c’est une association assez courante dans la pensée sur les métissages, voir par exemple René Depestre, Le métier à métisser, Paris, Editions Stocks, 1998.
3 Carmen Bernand et Serge Gruzinski ont montré, à ce sujet, comment la généralisation des métissages accoutume les individus à circuler entre cultures et manières de vie, développant une aptitude à varier de registre, à mêler ou à multiplier les appartenances, cf. Histoire du Nouveau Monde. II Les métissages (1550-1640), Paris, Fayard, 1993.
4 Rappelons à ce sujet comment se sont articulés et adaptés l’Encomienda ibérique, la Mita précolombienne et l’esclavage moderne, donnant des formes d’action caractéristiques au contexte colonial. C’est aussi le cas des particularités de l’ordre juridique indiano, comme le montrent les études de Víctor Tau Anzóategui cf: La ley en América hispana: del descubrimiento a la emancipación, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1992 et Casuismo y sistema: indagación histórica sobre el espíritu del derecho indiano, Buenos Aires, Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 1992.
5 La bibliographie sur les métissages en Amérique Ibérique est large et ici nous ne citerons que quelques titres pour montrer comment elle accompagne les critères prédominants de lecture sociale de toute l’historiographie Américaine. Depuis l’accent sur les aspects biologiques de « la mezcla de razas » à la compréhension sociale de la hiérarchisation ethnique, des visions juridiques, économiques, démographiques, philosophiques, anthropologiques ou d’histoire culturelle, ont suivi tout le processus de pensée historique sur les sociétés du Nouveau Monde. Ainsi, voir par exemple: Magnus Mörner, La mezcla de razas en la Historia de América Latina, Buenos Aires, Paidos, 1969 (1967) ; R. Konetzke, La legislación española y el mestizaje en América, R.H.A., n° 53-54, jun-dic.1962, p.176-181; Angel Rosenblatt, La población Indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Editorial Nova, 1954 ; Nicolás Sánchez-Albornoz, La población de América latina: desde los tiempos precolombinos al año 2000, Madrid, Alianza Editorial, 1973; Claudio Esteva Fabregat, El mestizaje en Iberoamérica, Madrid, Editorial Alambra, 1988 ; Alfredo Gómez-Muller, Alteridad y ética desde el descubrimiento de América, Madrid, Akal, 1997 ; C. Bernard et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde. II Les métissages (1550-1640), Paris, Fayad, 1993; S. Gruzinski, La pensée Métisse, Paris, Fayad, 1999 ; L. Turgeon, Patrimoines métisses, contextes coloniaux et postcoloniaux, Québec/Paris, Les Presses de l’Université de Laval / MSH, 2003; T. Saignes; T. Bouysse-Cassagne, « Dos confundidas identidades: mestizos y criollos en el siglo XVII », en Hiroyasu Tamoeda y Luis Millones (eds.), 500 años de mestizaje en los Andes, Senri Ethnological Studies, 33. National Museum of Ethnology, Osaka, Japón, 1992, p.14-26 et « Le cholo, absent de l’histoire Andine », en S. Gruzinski et N. Wachtel (éds), Le Nouveau Monde, Mondes Nouveaux, l’expérience américaine, Paris, Editions de l’EHESS, 1996; Jean-Paul Zuñiga, La voix du sang. Du métis à l’idée de métissage en Amérique espagnole, Annales EHSS, mars-avril 1999, n° 2, p. 425-452; J. Poloni-Simard, La mosaïque indienne. Mobilité, stratification social et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Ecuateur), du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Editions de l’EHESS, 2000 et « Redes y Mestizaje, propuestas para el análisis de la sociedad colonial », en G. Boccara ; S. Galindo (éds), Lógicas mestizas en América, Temuco, Instituto de Estudios Indígenas – Universidad de la Frontera, 1999.
6 Pour une discussion sur la connotation raciale qui historiquement comporte le terme de « métissage » nous renvoyons au travaux de Jean-Loup Amselle, Logiques métisses. Anthropologie de l'identité en Afrique et ailleurs, Payot, 1990 et Branchements. Anthropologie de l'universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.
7 Cf  Bernard Perret, De la société comme monde commun, Desclée de Brouwer, 2003.
8 Fondée en 1538, au milieu des Andes, Santa Fe de Bogotá fut une des capitales de ce large et hétérogène ensemble qui a constitué l’Empire espagnol. En tant que capitale de la Nouvelle-Grenade elle était la ville la plus importante de la région et siège des autorités coloniales. Sa population –18.000 habitants en 1793–   était en majorité métisse, mais elle comptait aussi le plus important noyau de peuplement blanc de la région. Avec une vocation économique fondamentalement locale et peu développée, le commerce, l’artisanat et le service constituaient les activités les plus communes chez ses habitants.
9 Même si discuter le statut de la notion de travail n’est pas dans notre propos, il y a un parti pris dans cet article : celui de laisser de côté la classification des activités (ce qui est travail et ce qui ne l’est pas) pour avancer vers une vision relationnelle et, comme telle, foncièrement historique des rapports de travail. Dans cette démarche, nous avons opté pour suivre la perspective que Hannah Arendt développe autour de la trilogie travail/œuvre/action, expressions toutes de la « vita activa » ; Pour Arendt il s’agit d’un système nécessitant d’être pensé ensemble et dans ses relations, cf Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévi, 1961. Du moment où l’on prend les actions réalisées par les individus « en tant que relation », ce qui nous place dans une ou autre activité n’est pas ce qu’on fait mais la relation « au monde » que cela implique. En conséquence, il n’y aurait pas de « propriétés » caractéristiques à chaque activité, mais des relations que les constituent et leur donnent du sens dans un moment donné et à l’intérieur d’une configuration précise. Sur la recherche d’une vision relationnelle du social voir notamment Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.
10 Pechero: roturier.
11 Même si les Indiens étaient, en droit, vassaux libres du Roi, il pesait sur eux une “servitude au sens large” dûe à “l’inaptitude” ou la “barbarie” qui leur a été assignée. Sur cette situation de liberté formelle et de servitude effective voir: Silvio Zavala, Filosofía de la Conquista, México, FCE, 1977 (1967). Notamment le chapitre III “Servidumbre natural”.
12 Souvenons-nous que pour obtenir l’autorisation royale d’émigrer aux Indes, un certificat de « pureté de sang » était requis.
13 Sur la hiérarchie comme « englobement du contraire » voir Louis Dumont, Homo hierarchicus, le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, 1966. Notamment la postface « vers une théorie de la hiérarchie», p.394-403.
14 Zúñiga, La voix du sang…, Op.Cit.
15 Ibid., p.434.
16 “Se oye decir en este país "andar en carguero", como quien dice ir a caballo, sin que por esto se crea humillante el oficio de carguero; debiendo notarse que los que a él se dedican no son indios, sino mestizos, y a veces blancos. Más aún sorprende oír cómo estos hombres desnudos y ocupados en cosa tan degradante a nuestros ojos disputan en medio del ­bosque porque el uno rehúsa dar al otro, que pretende tener más blanca la piel, el titulo de Don o Su Merced”. Alejandro de Humboldt, en José Luis Díaz Granados (comp), Viajeros Extranjeros por Colombia, Bogotá, Presidencia de la República, Imprenta Nacional, 1997, p.10 a 12.
17 D’après le recensement de 1793 les « libres de todos los colores » représentaient 54.8 % de la population de la ville, contre seulement 7% entre indiens et esclaves et 38.3% de blancs. (Censo de 1793 de Santa Fe, Biblioteca Nacional, fondo Pineda, Tomo 1036, pieza 44).
18 Cf B. Benassar, L’homme Espagnol. Attitudes et mentalités du XVI au XIX siècle, Paris, Hachette, 1975 et T. Gómez, “Vida Cotidiana en Tunja y Santafé”, in La Ville en Amérique Espagnole Coloniale, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1984.
19 AGN, Miscelánea, t.84, f.285.
20 John E. Kicza, montre la récurrence de la pratique dans la ville de Mexico à la même époque. “En la ciudad de México a fines del periodo colonial-dit-il- prevalecía una diferencia muy marcada entre la propiedad y la administración de establecimientos comerciales de todo nivel”. (Empresarios coloniales, Familias y negocios en la ciudad de México durante los Borbones, México, FCE, 1896, p.153). L’administration déléguée des locaux commerciaux pouvait s’opérer par contrat d’association (convenio de compañía) ou par l’engagement d’employés (cajeros) et très fréquemment par les deux. Quand il y avait un administrateur associé au propriétaire, celui-ci se procurait des employés, déléguant le travail de surveillance et de permanence dans la tienda aux cajeros. Si la logique économique de cette pratique s’explique pour les grands commerçants, « fue la existencia de estos socios administradores lo que los libero y les permitió concentrarse en las transacciones al mayoreo y en las cuestiones mas generales de la administración de los negocios » (p.171) la continuité chez les administrateurs et les petits commerçants reste, toutefois, moins évidente du point de vue économique.
21 AGN, Civiles, t.7. f.257-318, document transcrit par V. Pineda et R.P. Giraldo, Miscegenación y cultura en la Colombia colonial, 1750-1810, t1, p. 219 a 223.
22 Vendeuse de chicha, liqueur de maïs fermentée d’origine indienne, proche du pulque des mexicains
23 Recensement du quartier Las Nieves (AGN, Milicias y Marina,  t. 141, f. 151 a 162).
24 « Contraer unas nupcias indignas y sumamente ofensibas a la reputacion y honor de la familia » AGN, Civiles, t.7. f; 257.
25 “…es de calidad mestiza reputada, gente de la plebe y vive en calidad de chichera”, AGN, Civiles, t.7. f.260.
26 “En la tienda vendía pan, velas, leña, aguardiente y otros efectos comestibles », AGN, Civiles, t.7. f.260.
27 “Cajeras, que le expedía estas y otras granjerías », Ibid.
28 Libros parroquiales Las Nieves, 04MA, f.87r. Enero 20 de 1802.
29 “Manteniéndola honrosamente separada en su casa en continuo trabajo para el mantenimiento de dicha tienda”. AGN, Civiles, t.7. f.260.
30 Signalons en passant que la pratique de ce « travail privé », renforce l’invisibilité sociale du travail féminin  situation que nous avons considérée ailleurs, cf Pilar Lopez-Bejarano, « Hommes fainéants et indolents, femmes dissolues… » Op. Cit., notamment le chapitre 3.
31 Cédula Real de Carlos III, 18 de marzo de 1783. Il s’agit d’une Real Cédula, assez connue et citée fréquemment au cours des travaux historiques sur les Réformes du XVIIIe siècle, et tout particulièrement quand il s’agit d’examiner les changements autour du travail. Toutefois, la validité de celle-ci en Amérique n’est pas si évidente. En 1803 le Consejo de Indias fait la remarque suivante aux prétentions locales d’application de la même: “Si en la Península, donde no hay más que nobles y plebeyos, ha producido dicha disposición siniestras inteligencias que han dado motivo a la posterior real resolución (1803) cuales no causaría en América con la multitud de castas de pardos, zambos, mulatos, zambaigos, mestizos, cuarterones, octavotes. Todas estas tienen el vicio en la raíz y se hallan infectas […] como cabalmente los de dichas castas son los que ejercen los oficios de herrero, zapatero y demás mecánicos, si se comunicase la referida Cédula a aquellos países, se originaría un trastorno y consecuencias perjudiciales al estado, creyéndose con ella dispensado el vicio que tienen en su origen.” R. Konetzke (ed), Colección de documentos inéditos para la historia de la formación de Hispanoamérica 1493- 1810,  Madrid, Consejo Superior de investigaciones científicas, 1962, t. III-2, doc. 373, p.834.
32 “...no le puede sobrevenir perjuicio, ni deshonra alguna, pues antes bien es laudable la vida laboriosa y por esta consideración se han declarado honrados los oficios de curtidores, zapateros & que antes se tenían como viles por una preocupación vulgar y muy perjudicial…”. AGN, Civiles, t.7. f. 318.
33 Pour avoir droit à certains secours il fallait justifier la qualité d’indigent (« pobre de solemnidad »).
34 Pour une considération générale de la honra dans l’ensemble de l’Amérique Ibérique voir: Carmen Bernand, « Las representaciones del trabajo en el mundo hispánico: de la infamia a la honra », in Eduardo França Paiva et Carla Jubho Anastasia (dir.), O Trabalho Mestiço. Maneiras de Pensar e formas de viver, séculos XVI a XIX, São Paulo, Annablume / Pósgraduação Historia Universidade Federal de Minas Gerais, 2002.
35 Pedro de Guzmán, Bienes del honesto trabajo y daños de la ociosidad, en ocho discursos, Madrid en la Imprenta Real, 1614.
36 Discurso sobre el fomento de la industria popular, Madrid, Imprenta de Antonio Sancha, 1774; Discurso sobre la Educación Popular, Madrid, Editora Nacional, edición preparada por F. Aguilar Piñal, 1978.
37 Joaquín de Finestrad, “El vasallo instruido”, in Los Comuneros, Biblioteca de Historia Nacional, vol. IV, Bogotá, Imprenta Nacional, 1905.
38 Édition de reproduction, VI tomes, Bogotá, Banco Popular de la República, 1987.
39 Édition de reproduction, Bogotá, Biblioteca Nacional-Colcultura, 1993, p.118.
40 Sur une réflexion très éclairante à propos des interprétations de la différence raciale dans les phénomènes de discrimination sociale, voir N. Elias et J. L. Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pilar Lopez-Bejarano, « Dynamiques Métisses. Tissages autour du travail et de l’honneur. Nouvelle-Grenade XVIIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 février 2008, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/19303 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.19303

Haut de page

Auteur

Pilar Lopez-Bejarano

Anthropologue et Historienne pilarlb[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page