Navigation – Plan du site
Colloques | 2006
IIIe Journée d'histoire des sensibilités EHESS 10 mars 2006/IIIa Jornada de Estudios de Historia de las Sensibilidades – Coord. Frédérique Langue
Mônica Raisa Schpun

Aracy de Carvalho et Margarethe Levy : une amitié née dans l’urgence (Hambourg, 1938)

[16/03/2006]

Résumés

Aracy de Carvalho est une « Juste parmi les nations ». On estime qu’elle a sauvé quelques quatre-vingts juifs lors qu’elle était fonctionnaire du consulat brésilien de Hambourg sous le nazisme. C’est grâce à son action qu’Hugo et Margarethe Levy partent au Brésil, en 1939, avec des visas qu’elle a délivrés. C’est le début d’une longue amitié qui la liera sa vie durant à Mme Levy. Cet article raconte l’histoire du sauvetage des Levy et de la rencontre entre Aracy de Carvalho et Margarethe Levy.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les photographies figurant dans cet article sont publiées avec l’autorisation des ayants droit.

Texte intégral

Aracy de Carvalho

1Aracy Moebius de Carvalho Tess est née à Rio Negro (état du Paraná, dans le Sud du Brésil) en 1908. Jusqu’en 1935, elle vit à São Paulo. A cette date, déjà séparée de son premier mari, avec lequel elle a son seul enfant, et grâce à l’intervention qu’elle sollicite de la part du Ministre des Affaires Etrangères de l’époque, José Carlos de Macedo Soares, elle trouve un poste au Consulat brésilien à Hambourg. Sa mère étant Allemande, Aracy de Carvalho parle couramment l’Allemand - outre l’Anglais et le Français. Elle a toujours des parents proches vivant en Allemagne où elle arrive, en 1936, en tant que Chef du secteur des passeports du consulat brésilien à Hambourg. Elle y restera jusqu’en 1942, année de la déclaration de guerre du Brésil à l’Axe. C’est à Hambourg qu’elle rencontre le futur écrivain brésilien João Guimarães Rosa (1908-1967) qui y commence sa carrière diplomatique en 1938, en tant que Consul adjoint ; il sera son deuxième mari.

Aracy de Carvalho 1939

2Depuis 1985, Aracy de Carvalho est une « Juste parmi les nations » pour avoir sauvé des Juifs allemands en leur fournissant des visas d’entrée au Brésil, malgré les orientations clairement contraires données par le gouvernement de Getúlio Vargas.

3De fait, si le décret-loi n° 406, du 4 mai 1938, présente une liste détaillée des immigrés indésirables qui inclut les Juifs, dès 1935 des Juifs se voient refuser un visa par les autorités diplomatiques brésiliennes. Le texte du décret en question donne aux personnels consulaires un prétexte supplémentaire. Et ce personnel diplomatique, qui joue un rôle fondamental dans la politique de la porte fermée exercée par le pays vis-à-vis des Juifs, suit le plus souvent au pied de la lettre les recommandations. Jusqu’en avril 1941, la question est gérée par une quantité très importante de « Circulaires secrètes » émises à ce sujet par le gouvernement et distribuées aux représentations diplomatiques. Celles-ci sont en effet les principales responsables des procédures d’entrée des étrangers dans le territoire, et ce grâce justement au décret cité de mai 1938 et au décret-loi n° 3.010, du 20 août de la même année, qui en réglemente l’application. La première Circulaire secrète (n° 1.127), signée par le Ministre des Affaires étrangères le 7 juin 1937, traite spécifiquement des restrictions à l’admission de Juifs au Brésil et répond à des pressions exercées en ce sens par des membres du gouvernement et par certains diplomates, inquiets de l’augmentation des demandes de visa de la part des Juifs européens. Ces circulaires expriment clairement – mais discrètement – l’antisémitisme existant au sein des élites politiques brésiliennes ; elles sont pourtant irrégulièrement appliquées : dépendant de l’interprétation de chaque diplomate en poste, elles rendent possible l’existence de négociations au cas par cas, de dérogations et de désobéissances pures et simples. La Circulaire n° 1.249 du 27 septembre 1938 permet une augmentation temporaire de l’entrée des Juifs européens au Brésil, observable notamment pour l’année 1939 : 4.601 juifs entrés, record pour la décennie, contre seulement 530 l’année d’avant1. Etablissant des catégories particulières de Juifs pour lesquelles les visas sont autorisés, ce texte privilégie non seulement scientifiques, artistes et techniciens mais aussi « capitalistes et entrepreneurs » capables de déposer à la Banque du Brésil les montants exigés2.

4Le nombre de Juifs sauvés grâce à l’action d’Aracy de Carvalho reste imprécis. Certains l’estiment à quatre-vingts, d’autres parlent de centaines. Certains ont imputé l’initiative à Guimarães Rosa, supérieur dans la hiérarchie consulaire, homme de lettres très important, et homme tout court. S’il était au courant des agissements de sa compagne, il n’y a jamais pris une part active. Par ailleurs, Aracy de Carvalho ne s’est pas limitée à délivrer des visas. Elle a aussi distribué des vivres, caché certains de ses protégés chez elle3 ou dans le coffre de sa voiture diplomatique, avec laquelle elle a traversé la frontière danoise.

5Plusieurs lacunes existent quant à son action, longtemps méconnue au Brésil. De plus, la majorité des témoins directs ne sont plus de ce monde et Aracy de Carvalho, toujours vivante, ne dispose plus de ses facultés ni de sa mémoire. Grâce aux récits fragmentaires de certains témoins que j’ai pu rencontrer, et aux discrètes prises de parole d’Aracy de Carvalho elle-même, notamment lors des hommages qu’on lui a rendus, au Brésil et en Israël, après sa reconnaissance comme Juste, j’ai pu rassembler une petite série d’agissements, de faits isolés. Ceci éclaire, par contraste, l’épaisseur de l’ombre couvrant des situations dont la clandestinité suppose justement le secret. Or, l’impossibilité de recomposer un quotidien scandé par des déplacements secrets, des notes tronquées, des rencontres mystérieuses, des dialogues incomplets s’accommode bien de l’ambiance urbaine à l’intérieur de laquelle il se déroule, où la peur d’être traquée, la précarité des droits et les stratégies de fuite s’appuient sur des réseaux fragiles, des solidarités incertaines, des commerces risqués. Certains événements humains et urbains de cette histoire gagnent ainsi en densité ; ils concourent à dépeindre un portrait dont les contours brumeux et l’obscurité sont inséparables de l’air du temps.

Margarethe Levy

6Maria Margarethe Bertel Levy, est née à Hambourg en 1908 et a aujourd’hui 97 ans, comme Aracy de Carvalho, de quelques mois sont aînée. Elle a été la deuxième fille d’une mère russe et d’un père polonais tous deux immigrés en Allemagne. La famille avait une situation très aisée. Le père travaillait dans l’import-export et ils voyageaient en permanence : jusqu’à l’âge de 12 ans, Margarethe Levy, alors Bertel, a vécu dans des hôtels de luxe, surtout en Suisse, où se concentraient les affaires de son père. C’est alors que ses parents décident de se fixer dans leur maison de Hambourg pour doter la fillette d’une scolarité dont les voyages l’avaient auparavant privée.

7Veuve d’Hugo Levy (1892-1977), elle a rencontré celui-ci en fréquentant comme patiente son cabinet de dentiste, situé en plein cœur de Hambourg. Mariés, ils habitent le même immeuble dans l’appartement en face du cabinet, au 2e étage du 43 Jungfernstieg, rue décrite par Mme Levy comme étant la principale de la ville.

8Juifs non pratiquants, extrêmement libéraux, le couple mène une vie sophistiquée et voyage beaucoup. Ils ont délibérément choisi de ne pas avoir d’enfants. Les seuls parents de Margarethe Levy sont aujourd’hui les enfants de sa sœur, vivant aux Etats-Unis. D’une lucidité enviable pour son âge, parlant un excellent Français - l’une des sept langues qu’elle affirme avoir apprises lors de ses voyages -, Mme Levy m’a reçue chez elle pour deux longs entretiens.

La rencontre

9A la fin des années 1930, le départ de l’Allemagne s’impose. Le choix existe, pour les Levy, entre Baltimore, aux Etats-Unis, où vit déjà un des frères Levy, et São Paulo, au Brésil, où est installée la sœur Levy. C’est alors qu’ils entendent parler de quelqu’un au consulat du Brésil qui délivrerait des visas, et le choix se fait.

10La première mention de Margarethe Levy dans un agenda d’Aracy de Carvalho date de mars 1938 : à la fin d’une page, celle-ci a noté le numéro de téléphone des Levy. Les deux femmes se sont donc connues bien avant la Nuit de Cristal, dont la violence atteint le centre de Hambourg, avec notamment des incendies. Vivant en plein cœur de la ville, Margarethe Levy craint surtout pour son mari, dont le cabinet dentaire est bien connu, avec une plaque dorée peu discrète sur la façade. C’est cet événement qui précipite le départ de beaucoup de Juifs allemands et particulièrement de ceux qui choisissent le Brésil. La communauté allemande de São Paulo, organisée autour de la Congrégation Israélite Pauliste (CIP)4, fondée en 1936, compte, parmi ses membres, un petit groupe de Hambourgeois qui se connaissent entre eux, et dont quelques-uns sont arrivés grâce à Aracy de Carvalho5. Si les personnes ayant eu un rapport direct avec Mme Carvalho sont en grande majorité aujourd’hui décédées – je n’ai pu rencontrer que leurs enfants, qui n’ont pas été tenus au courant des démarches précédant le départ -, certaines notes existant dans les agendas de la Chef du secteur des passeports du consulat se réfèrent de façon discrète à ses actes vis-à-vis des Juifs. Ces notes montrent que les Juifs sauvés n’étaient pas seulement des Hambourgeois. Malgré le découpage de l’Allemagne en circonscriptions différentes, dont la responsabilité est partagée entre les diverses représentations consulaires, Aracy de Carvalho s’organise pour pouvoir aider des personnes dont la résidence ne justifie pas leur passage par les services de Hambourg. Le propriétaire de l’auto-école où elle apprend à conduire, un ancien gardien de la paix de Hambourg, M. Hardner, est devenu l’un de ses amis et, anti-nazi, fournit des fausses attestations de résidence. Ainsi, le 21 novembre 1938, elle écrit dans son agenda : « J’ai reçu de clients de Munich deux coupes de tissu pour faire des robes ». Une semaine après, elle reçoit un bracelet de « clients » venant d’une autre ville (au nom illisible).

11Margarethe Levy était-elle au courant de ces échanges de cadeaux ? Dans son témoignage, elle m’a parlé de deux manteaux en fourrure qu’elle achète pour Aracy de Carvalho, en guise de remerciements, demandant au pelletier qu’il ne les envoie chez sa bienfaitrice qu’après le départ de son bateau pour le Brésil. Dans l’agenda de 1938 d’Aracy de Carvalho on trouve pourtant, à la date du 29 octobre, la deuxième référence faite à Mme Levy : « J’ai reçu de Brager mon manteau en fourrure donné par Gretel L. ». Elles sont déjà intimes à l’époque si l’on tient compte du diminutif de Margarethe employé. Le mode codé de la notation, réutilisé par la suite, apparaît déjà.

12C’est peut-être un manquement de mémoire chez Mme Levy, qui dans le long entretien que nous avons eu a parfois mélangé l’ordre de certains événements, malgré la remarquable précision de son récit. Mais cela peut aussi être voulu car elle s’est efforcée de démontrer qu’Aracy de Carvalho n’a jamais rien demandé aux familles assistées pour les services qu’elle leur accordait. Une telle préoccupation s’explique par les rumeurs qui ont circulé à l’époque sur les extorsions subies par les réfugiés de la part des autorités diplomatiques et de la police des ports brésilienne6.

13N’ayant pas eu d’enfant à charge, vivant de façon stable avec son mari, dont la situation sociale l’a toujours éloignée de toute contrainte financière et, surtout, du travail salarié, Margarethe Levy mène une vie très différente de celle de sa bienfaitrice, seule avec son fils en bas âge, contrôlant de près ses dépenses – parfois sur les pages de ses agendas – et habituée aux contraintes de la vie professionnelle, devenues pour elle encore plus importantes dans la période en question. Cela augmente visiblement chez Mme Levy l’admiration profonde qu’elle ressent pour son amie. Elle a en effet insisté plus d’une fois au cours de son témoignage sur le fait à son avis étonnant que Mme Carvalho ne se soit point laissée séduire par l’argent facile – visiblement accessible -, ce qui à ses yeux aurait pu être justifié par les difficultés qu’elle affrontait –qui lui semblaient très importantes. Dans tous les cas, si des familles, certainement désespérées surtout après la Nuit de Cristal, ont pu lui offrir des cadeaux, Margarethe Levy aura été particulièrement généreuse, du moins selon les notes d’Aracy de Carvalho : outre les manteaux, une « jolie image de saint » le 3 novembre, et une robe deux jours après7.

14Les deux femmes sont en contact depuis le mois de mars 1938 et il semble qu’Aracy de Carvalho aide les Levy au moins à partir du mois d’octobre. Les démarches exigées étaient effectivement longues notamment celles visant au dépôt d’un montant établi sur un compte à Rio, mesure préalable à la signature des visas. Prévoyants, les Levy avaient déjà retiré leurs économies d’Allemagne8 ; il fallait donc prévenir le beau-frère de Margarethe, à Tel Aviv, pour qu’il fasse le virement. C’est Mme Carvalho qui envoie la lettre par le courrier diplomatique, afin d’éviter les suspicions.

Le sauvetage

15Le 10 novembre, au lendemain de la Nuit de Cristal, Margarethe Levy est au consulat de Pologne, essayant de régulariser les papiers de sa mère, titulaire d’un passeport polonais, quand elle entend parler des violences qui se déchaînent dans le centre ville. Elle appelle immédiatement son mari pour avoir de ses nouvelles et pour lui dire d’aller immédiatement au consulat brésilien. Ce jour même, elle l’amène chez Aracy de Carvalho. Mme Levy avait raison de craindre pour son mari. Le jour où elle décide de le cacher en attendant le départ, les SS et la Gestapo arrêtent en Allemagne environ trente mille hommes juifs et les enferment dans les camps de Dachau, Buchenwald et Sachsenhausen. Mais la politique allemande, jusqu’en octobre 1941, encourageait l’émigration et les détenus ont été libérés le trimestre suivant sous la condition de quitter le pays. Certains des Juifs sauvés par Aracy de Carvalho ont témoigné de ce contexte. Les pères d’Egon Katz et de Hannelor Meyer avaient été internés ; ils sont libérés grâce aux visas pour le Brésil présentés par leurs épouses, et délivrés par Aracy de Carvalho.

16Pour les Levy, les événements se précipitent. Par peur des indiscrétions possibles de la part du jeune fils de Mme Carvalho, le choix est fait d’amener Hugo Levy chez d’anciens patients à lui habitant en dehors de la ville. Margarethe prend alors la voiture consulaire de son amie qui lui a conseillé de ne plus se déplacer à pied en ville ni de prendre sa propre voiture. Les Plambeck cachent leur dentiste pendant douze jours. Plus tard, du Brésil, les Levy envoient des paquets avec des vivres et des vêtements d’hiver pour soulager les difficultés de cette famille à affronter les années de la guerre et de l’après-guerre.

17Comme les Plambeck, d’autres acteurs ont pris part à cette histoire, aidant les Levy de façon considérable. Ainsi, Zumkley, un officier SS, frappe un jour à la porte du cabinet d’Hugo Levy et se présente en disant que, bébé, la mère Levy lui avait sauvé la vie en lui donnant le sein et qu’il se doit d’aider M. Levy. Il l’avertit qu’il ne pourra pas rester longtemps en Allemagne et qu’il le préviendra quand le moment de partir s’imposera. Le couple reçoit en fait quelques semaines plus tard une carte signée Z où l’expéditeur annonce que « l’heure est arrivée ». Margarethe Levy a affirmé dans son témoignage que « tout a commencé là », sans pouvoir néanmoins préciser le moment exact de cet événement, antérieur à la Nuit de Cristal.

18Ce réseau d’aides qui décide de la chance inouïe des Levy, faisant de cette histoire une exception dans le contexte où elle s’insère, intègre encore deux autres acteurs de première importance du côté allemand. Le premier est un ancien patient de M. Levy, le seul personnage dont Margarethe Levy n’a pas réussi à se remémorer le nom. Ayant fait faillite, cet homme annonce à son dentiste qu’il ne se fera plus soigner par lui par manque d’argent. Ce à quoi le praticien répond qu’il l’a déjà suffisamment payé pendant plusieurs années, et qu’il le soignera pour toujours. L’homme devient par la suite fonctionnaire et se trouve chargé, à la fin des années 1930… des inventaires des biens des Juifs quittant l’Allemagne. Malgré le partage des taches au sein de son équipe, il convainc son collègue chargé des « L » de s’occuper lui-même des Levy et vient évaluer leurs biens pour établir la taxe à payer au Reich pour les emporter. Tout est nettement sous-évalué ; le couple peut mettre dans le bateau tout ce qu’il possède, y compris le cabinet dentaire de M. Levy, qu’il réinstalle dès son arrivée au Brésil, sans compter des biens moins directement utiles comme leurs deux chiens. Juste avant le départ, Margarethe Levy s’achète une voiture, qu’elle embarque également, en guise de surprise pour son mari, m’a-t-elle dit. Pour les bijoux, ils ont été placés dans un sac qu’Aracy de Carvalho s’est elle-même chargée d’apporter jusqu’à la cabine du couple. Elle signe de plus une lettre de recommandation, adressée à l’inspecteur des douanes au port de débarquement, à Santos, pour que les biens des Levy ne soient pas lourdement imposés à l’arrivée.

19Enfin, un autre ancien patient d’Hugo Levy les aide au moment du départ. Il est l’ami du propriétaire de la compagnie de navigation à laquelle appartient le Cap Ancona, bateau sur lequel le couple fera la traversée. Il accompagne Margarethe Levy au bureau de la compagnie, chez son ami. Mme Levy était convaincue par des rumeurs qui couraient que les Juifs ne pourraient pas quitter leur cabine pendant le voyage ; elle veut donc payer deux cabines, afin de voyager confortablement. Grâce à l’intervention de l’ancien patient de son mari, et, m’a-t-elle dit, de son charme personnel, le directeur de la compagnie de navigation lui offre deux autres cabines - les Levy en ont ainsi quatre.

20Parallèlement, une autre question est en jeu : les visas donnés aux Juifs voulant quitter l’Europe pour le Brésil sont des visas touristiques. Arrivés au Brésil, ces visas ont une validité de trois mois renouvelable une fois. Au delà des six mois, les porteurs du titre passent à la clandestinité. Ce qui implique plusieurs difficultés d’ordre pratique, à commencer par l’interdiction légale de travailler. Des combines de toute sorte existent, il est vrai, incluant l’entraide communautaire et familiale, et le travail au noir. Mais certains métiers ne peuvent tout simplement pas être exercés dans ces conditions et, plus généralement, les situations irrégulières entraînent la précarité. Sans compter l’instabilité statutaire de ces étrangers, constamment sous la menace d’expulsion. En fait, plusieurs fois évoquées, les mesures d’expulsion ne seront jamais mises en place et des régularisations seront progressivement rendues possibles. Ce qui ne diminue en rien la tension entourant la vie des clandestins, les difficultés financières de leurs familles et la peur d’une expulsion imminente, avec la guerre en Europe en arrière-plan. Margarethe Levy a été très claire à ce sujet, et y est revenue à plusieurs reprises lors de nos rencontres : « un visa temporaire ne servait à rien ». Or, la grande majorité des Juifs en partance pour le Brésil étaient porteurs de ce document, et vivaient, en arrivant, les difficultés qu’il implique. Pour les Levy, grâce à l’amitié qui lie Margarethe et Aracy, les choses se passent autrement. Selon Mme Levy, au moment de faire signer le visa du couple par le Consul, Aracy de Carvalho réussit à glisser, dans un espace blanc du formulaire, et sans que le signataire s’en rende compte, la mention « doit être transformé en visa permanent à l’arrivé ». Mme Levy a affirmé qu’à ses propres risques Aracy de Carvalho aurait couvert cette inscription supplémentaire au moment de soumettre le document à son supérieur hiérarchique. Nous ne pouvons pas savoir si le Consul en question, Joaquim Antonio de Souza Ribeiro, méconnaissait réellement les efforts d’Aracy de Carvalho pour doter son amie d’un visa permanent. Ce qui est sûr, cependant, c’est que l’inscription a été vraiment inclue dans le formulaire, dont Margarethe Levy a reçu une copie - et le visa du couple a effectivement été transformé en visa permanent après leur arrivée.

21Le 23 novembre 1938, Aracy de Carvalho écrit à l’un de ses amis de São Paulo, Armando Soares Caiuby, commissaire de police, visiblement pour lui demander de s’occuper de cette régularisation. Le lendemain, elle note encore dans son agenda : « Gretel est partie pour le Brésil ». Margarethe Levy se souvient effectivement d’Armando Caiuby, avec qui elle a été en contact au Brésil. Membre d’une famille des élites traditionnelles de la ville, il occupait une position officielle et disposait de réseaux de relations lui permettant de régulariser assez vite la situation du couple Levy.

22La clandestinité entraînée par le statut des visas touristiques, mentionnée par d’autres personnes que j’ai entendues, ne fait pas partie du récit de Margarethe Levy. Il est vrai que le diplôme de dentiste de son mari n’était pas valable au Brésil ; mais cela ne l’a jamais dérangé. Il s’installe dès leur arrivée et se met très vite au travail, en libéral, dans un pays où les professionnels portant un bagage technique, scientifique, universitaire et spécialisé sont à l’époque peu nombreux par rapport à la demande, dans un contexte de forte croissance urbaine et d’expansion du marché du travail. Malgré les difficultés inhérentes à l’immigration, vécues par tous, les souvenirs de Mme Levy sur son arrivée au Brésil ne font pas part d’une période initiale difficile, mais plutôt d’une intégration immédiate, sans problèmes. La clandestinité n’était plus pour les Levy qu’un souvenir.

L’amitié

23En plus du contact qu’elle permet avec Armando Caiuby, devenu un ami des Levy après leur arrivée, Aracy de Carvalho recommande son amie Margarethe à sa mère, qui vit à São Paulo. Ainsi, les deux femmes ne se perdent pas de vue après leur séparation à Hambourg.

24Les diplomates brésiliens restent en poste jusqu’à la rupture des relations diplomatiques avec les pays de l’Axe, en janvier 1942. Ils sont ensuite internés dans des camps, avant d’être échangés avec des diplomates allemands. C’est le cas d’Aracy de Carvalho et de son compagnon João Guimarães Rosa, qui passent trois mois au camp de Baden-Baden. De retour au Brésil, en attendant la désignation du prochain poste diplomatique de Rosa, le couple s’installe à Rio. Venant à São Paulo voir sa mère, Aracy de Carvalho voit aussi son amie hambourgeoise, qui reste liée aux Carvalho Tess jusqu’à aujourd’hui. Le fils d’Aracy de Carvalho, Eduardo de Carvalho Tess, sa femme, leurs enfants et petits enfants sont devenus pour elle une sorte de famille d’adoption, notamment après le décès d’Hugo Levy en 1977. C’est d’ailleurs grâce à M. Tess que j’ai pu la rencontrer : il filtre ce type de demande et m’a reçu avant de l’appeler et de me faire amener chez elle. Et c’est grâce à une initiative de Margarethe Levy, qui envoie en Israël, en 1980, son témoignage de sauvée, qu’Aracy de Carvalho reçoit, cinq ans après, le titre de « Juste parmi les nations ».

La couverture

25Lors du quatre-vingtième anniversaire d’Aracy de Carvalho, en 1985, un hommage lui est rendu par la communauté juive brésilienne. Elle déclare alors à l’hebdomadaire Resenha Judaica : « Aujourd’hui encore, à l’âge de 80 ans, si des faits de cette nature recommençaient, je ferais la même chose. Je n’ai jamais eu peur de rien ni de personne »9. D’autres déclarations, faites par elle même ou par sa belle-fille, mentionnant des actes de sauvetage, témoignent encore d’une attitude de courage vis-à-vis des Allemands, soldats, membres de la Gestapo, etc.

26Mais une zone d’ombre subsiste. Dans ses agendas de l’époque, ceux de 1937, 1938 et 1939 présentent la trace d’un rapport avec les nazis qui reste inexpliqué. Aracy de Carvalho y a dessiné des croix gammées à certains jours de l’année, de façon plutôt régulière, généralement en noir, par deux fois en rouge et avec une taille plus importante – à côté de l’une d’elles, elle y a rajouté la mention « SS », toujours en rouge. En 1937, les dessins apparaissent une fois par mois, avec une légère augmentation de fréquence à la fin de l’année ; en 1938, la moyenne est de deux ou trois jours par mois, à des dates toujours régulièrement espacées. Son agenda de 1939 est très peu rempli, anticipant l’agenda pratiquement vide de 1940 et l’inexistence de ceux de 1941 et 1942 dans ses archives, ce qui peut indiquer un besoin accru de secret. Tout au plus peut-on remarquer qu’à partir de 1939 la législation brésilienne durcit en ce qui concerne les réfugiés juifs.

27Aracy de Carvalho a désobéi, guidée par ses convictions intimes. Plus tard dans sa vie, revenant sur cet épisode, elle évoquera le courage qui la guidait. Il faut cependant tenir compte du décalage entre les risques qu’elle encourait et ceux qui menaçaient ses protégés Juifs.

28Lorsque Margarethe Levy m’a raconté son histoire, et notamment les derniers temps vécus à Hambourg, je lui ai demandé quand elle avait commencé à avoir peur. Très étonnée de ma demande, et après un court silence, elle m’a répondu n’avoir jamais eu peur. A d’autres reprises, frappée par cette réponse, j’ai insisté, en lui demandant si tel ou tel événement n’avait pas suscité chez elle de la peur : elle l’a toujours nié. Ayant insisté à divers moments de son récit sur les avantages de la beauté, elle s’est spécifiquement référée à un détail particulièrement important pour elle : « Je suis devenu une jeune femme attirante pour ne pas dire belle, attirante, un petit nez comme ça. ». Elle raconte, à ce propos, qu’elle se teignait les cheveux en blonde et que cela, allié à sa beauté, dont le détail du « petit nez » n’est en rien gratuit, faisait que « personne ne croyait que j’étais Juive ». Mme Levy a répété cette idée plusieurs fois, se montrant étonnamment convaincue que son aspect physique était pour elle une défense puissante.

Margarethe Levy

29N’empêche, Margarethe Levy cherche bien à quitter l’Allemagne, même si elle n’est pas parmi les premiers à partir. Et elle veut aussi faire sortir sa mère qui, jouissant d’une situation encore très aisée, résiste à l’idée. Du Brésil, Mme Levy essaye à nouveau de faire venir sa mère qui entre-temps est tout de même partie à Bruxelles ; visa en main, dans une période où cela n’est plus du tout facile à obtenir auprès des autorités brésiliennes, elle entend dire sa mère qu’elle ne quittera pas l’Europe sans avoir dit au revoir à ses frères et sœurs vivant à… Varsovie. En pleine guerre, Mme Bertel fait ce dernier voyage, sans retour. C’est à Varsovie, dans une Pologne déjà occupée, qu’elle est arrêtée. Avec émotion, Margarethe Levy m’a décrit comment elle n’a pas pu faire pour sa mère ce que son amie avait fait pour elle, et m’a raconté ce dernier déplacement malheureux, fait à découvert, qu’elle a dû suivre de si loin.

Haut de page

Notes

1 Lesser, Jeffrey. O Brasil e a questão judaica, Imago, 1995, p. 104 (traduction brésilienne de : Welcoming the undesirables : Brazil and the Jewish question, University of California Press, 1994).
2 Sur l’antisémitisme d’Etat au Brésil, voir Koifman, Fabio. Quixote nas trevas : o embaixador Souza Dantas e os refugiados do nazismo, Record, 2002 et Lesser, Jeffrey. op. cit.
3 Elle vivait avec sa mère et son fils, n’ayant pas partagé de maison avec Guimarães Rosa pendant leurs années allemandes.
4 En 1938, la CIP compte plus de 800 adhérents. Cytrynowicz, Ronei. « Além do Estado e da ideologia : imigração judaica, Estado-Novo e Segunda Guerra Mundial », Revista Brasileira de História, ANPUH/Humanitas, 22, 44, 2002, p. 414.
5 Certains trouvent d’autres moyens pour quitter l’Europe, passant par la Hollande ou la Belgique, par exemple, selon les réseaux et les passeurs.
6 L’un des Hambourgeois que j’ai contacté, qui n’a pas quitté l’Allemagne grâce à Aracy de Carvalho, pense que Mme Carvalho demandait de l’argent en contrepartie des visas, ce qui n’a été confirmé par personne d’autre et a été fortement démenti par le témoignage de Mme Levy.
7 Dans les deux cas, les notes sont prises en code : « Mme Lev », pour le premier cadeau, et « Madame G. L. » (Gretel Levy), pour le second.
8 Le registre des biens des juifs allemands date d’avril 1938 ; les Levy n’ont visiblement pas souffert de ce contrôle.
9 Resenha Judaica, Rio de Janeiro, première quinzaine de juin 1988.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Aracy de Carvalho 1939
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/2021/img-1.jpg
Fichier image/, 12k
Légende Margarethe Levy
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/2021/img-2.png
Fichier image/, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mônica Raisa Schpun, « Aracy de Carvalho et Margarethe Levy : une amitié née dans l’urgence (Hambourg, 1938) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 16 mars 2006, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/2021 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.2021

Haut de page

Auteur

Mônica Raisa Schpun

Centre de Recherches sur le Brésil Contemporain, EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page