Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

René D. Harder Horst, The Stroessner Regime and Indigenous Resistance in Paraguay, Gainesville, University Press of Florida, 2007, 224 p.

[28/01/2008]

Entrées d’index

Palabras claves :

indios
Haut de page

Texte intégral

1Plus que des « résistances indigènes », cette étude traite de l’action publique menée envers les Indiens sous la dictature du général Stroessner (1954-1989). Il s’agit d’une recherche inédite, très intéressante, fondée sur le dépouillement de nombreuses sources primaires : archives publiques (Departamento de Asuntos Indígenas (DAI), Instituto Nacional del Indígena dit INDI) ; associatives (Asociación Indigenista Paraguaya, Asociación de Parcialidades Indígenas…) ; ecclésiastiques… ; le très important fonds privé légué par Miguel Chase Sardi ; beaucoup de presse ; et une trentaine d’entretiens réalisés en 1995 et 2001 avec des acteurs : leaders indiens, anthropologues, missionnaires, responsables politiques. Le déséquilibre entre les archives publiques et les sources indiennes a conduit l’historien à privilégier le point de vue de l’État et des acteurs institutionnels jusqu’aux années 1970. Un point d’équilibre est obtenu avec les acteurs indiens à partir des années 1980 par le biais de la presse et des entretiens, au moment où la problématique des « résistances indiennes » prend tout son sens.

2Le Paraguay présente une forme nationale singulière dans le concert latino-américain. Pays métis, où la majorité de la population parle le guaraní et le castillan – officiellement bilingue depuis 1992 – il est aussi habité et parcouru dans sa partie orientale, comme dans le Chaco, par plusieurs dizaines de milliers d’Indiens semi-nomades, ces derniers ayant été durablement menacés par les acteurs des fronts pionniers. René Harder Horst montre comment le processus de colonisation interne se prolonge tard dans le XXe siècle paraguayen à l’encontre des Indiens : exploités, déplacés, maltraités, terrorisés, chassés, ils furent victimes de l’incurie de la dictature stroniste et de la violence de la société paraguayenne. Selon René Harder Horst, Alfredo Stroessner n’avait pas une politique indienne arrêtée. Il aurait évolué depuis une politique initiale d’intégration dans les années 1950/1960, correspondant à la première période indigéniste, vers une politique d’exclusion dans les années 1970/1980, qui aurait pu conduire à leur disparition. Très concrètement, cette enquête montre en quoi des années 1950 aux années 1980, l’État paraguayen prit systématiquement le parti des propriétaires fonciers contre les Indiens, son administration indigéniste (DAI, INDI) intervenant de facto comme le principal relais de cette politique. Ponctuellement, il fut amené à proposer des réponses officielles, législatives, symboliques sous la pression internationale (ONG, Nations Unies, diplomatie Carter) et les actions menées de l’intérieur par des intellectuels, notamment des anthropologues tels Cadogan, Chase Sardi, Melia, et par l’Église catholique, qui dénonçaient les exactions du régime à l’encontre des Indiens, l’accusant de « génocide » pour les Ache au début des années 1970. Mais à aucun moment il n’a été question de répondre aux attentes indiennes de garantie de leur territoire, et a fortiori de leur aspiration à un développement autonome.

3René Harder Horst décline avec efficacité l’ensemble des acteurs (fonctionnaires, militaires, missionnaires, ecclésiastiques, anthropologues, ONG, colons, communautés indiennes…), leurs ambitions respectives, leurs interventions dans le débat et dans l’action, tout en les réinsérant dans la réalité ordinaire de la société paraguayenne, et dans le concert international. La chronologie est précise et bien informée. Il montre surtout comment au fil des années au sein des communautés indiennes, après avoir été instrumentalisés, des leaders sont émergés et ont su s’organiser pour intervenir dans l’espace politique en trouvant des relais dans la presse, en travaillant avec des avocats, avec des ONG, avec les Églises. De sorte que, en les comptant parmi les acteurs de la protestation dans les années 1980, les communautés indiennes sont parvenues à obtenir une reconnaissance en tant que telles dans la constitution de 1992. Il conclut ainsi, avec un grand optimisme, qu’après avoir résisté à la dictature, les Indiens finalement ont réussi à obtenir une place dans le Paraguay démocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « René D. Harder Horst, The Stroessner Regime and Indigenous Resistance in Paraguay, Gainesville, University Press of Florida, 2007, 224 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 28 janvier 2008, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/21493

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page