Navigation – Plan du site
Colloques | 2006
Le Paraguay à l'ombre de ses guerres. Paris MAL-EHESS-IEP 17-19 novembre 2005
Ernesto Paredes

Kaputi mennonita : les mennonites, le Chaco et la guerre

[12/05/2006]

Texte intégral

“…des sectes dont le détachement de ce monde est devenu aussi proverbial que la richesse, comme les quakers et les mennonites, unissent une vie réglée par la religion à un sens très aigu des affaires. Les premiers ont joué en Amérique le rôle qui fût celui des seconds en Allemagne et aux Pays-Bas. Qu’en Prusse-orientale Frédéric-Guillaume 1er  lui-même ait  considéré les mennonites, en dépit de leur refus absolu du service militaire, comme indispensables à l’industrie, est un fait qui, étant donné le caractère de ce roi, illustre de façon péremptoire ces faits nombreux et bien établis. ”
M. Weber, in L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Agora, Plon, 1994 (1947)

« Se trata de una secta que quiere mantener la pureza de sus costumbres ; quiere que se le permita continuar rigiéndose por sus reglas religiosas, sociales, morales, sin pretender por ello eludir el imperio de las leyes paraguayas. Esta es la verdad, señor Presidente, y cuando hago esta afirmación me baso en la historia. Los mennonitas nacidos en el país serán ciudadanos paraguayos de religión mennonita »,
E. Ayala, in Diario de Sesiones del Congreso, Honorable Camara de Senadores,
32° Cession Ordinaire, 12 de julio de 1921.

1Les mennonites du Chaco et les entités spatiales (colonies) fondées par ces anabaptistes pacifiques ont participé de manière active à la géohistoire du Chaco contemporain. Or, leur participation singulière au conflit, puis ultérieurement à la dynamique d’intégration du Chaco à la géographie nationale paraguayenne, demeure largement méconnue. Nous serions tenté de dire que l’on sous-estime l’apport mennonite du fait de l’ignorance de l’ancienneté et de la variété de ce peuplement au Paraguay1. Or, l’implantation mennonite dans le Chaco est le fruit de plusieurs vagues successives2 qui s’inscrivent elles-mêmes dans une tradition migratoire multiséculaire3. S’il existe des matériaux relatifs à cette expérience migratoire et pionnière, soit ils laissent à désirer4, soit ils ont souffert d’une faible diffusion5. Nous espérons à travers cet article ramener à la lumière certains travaux antérieurs sur ce thème, mais aussi contribuer à éclairer quelques aspects méconnus de la colonisation mennonite et à susciter l’intérêt pour ce peuplement du fait des répercussions profondes qu’il a eu et continue d’avoir sur le Paraguay contemporain.

Des confins européens au Nouveau Monde Américain

2Les mennonites sont rattachés au mouvement dit de la Réforme radicale*. Ce sont des schismatiques au sein même du mouvement naissant de la Réforme. Ces groupes d’anabaptistes* pacifiques se fédèrent sous l’autorité d’un prêtre catholique, Menno Simons* dès la fin de la décennie 1530, ce qui va leur valoir d’être qualifiés de mennonites* tandis que leur foi va être dénommée mennonisme6*.

3Les mennonites se singularisent  au sein la  mouvance radicale par un pacifisme intransigeant. Leur credo religieux peut être résumé en quatre points principaux7 : le refus du baptême des enfants, le rejet de tout serment et de toute immixtion de l’église – entendue ici comme communauté de croyants - dans la sphère politique et le pacifisme dont nous avons déjà parlé. L’attachement à ces principes va très fortement influencer la mobilité et la localisation des communautés mennonites. Il va être le moteur d’une diaspora religieuse dont les prémices remontent au début du 16e siècle. La première implantation mennonite dans le Chaco (la colonie Menno), fondée en 1927, s’inscrit dans la continuité et la fidélité intransigeantes aux principes exposés.

4Le refus exprimé par les mennonites de prendre parti dans les affaires politiques et leur rejet de toute forme de violence, vont amener ces groupes à opter pour une véritable stratégie migratoire8. Cette dernière a pour double avantage de leur permettre d’être en accord avec leurs valeurs, tout en se mettant à l’abri de la persécution dont ils sont l’objet de la part des catholiques et des luthériens.

5La foi mennonite et les réactions qu’elle suscite conduisent ces groupes à opter pour la fondation de communautés sur les marges de la géographie européenne.  Les confins des Etats - où les souverains ont besoin de colons susceptibles de mettre en valeur des terres neuves nouvellement conquises ou à la souveraineté fragile - sont susceptibles de rendre possible l’obtention de certains privilèges convoités par les mennonites9. La remise en cause des prérogatives qui leur sont accordées est toujours susceptible de remettre en branle le processus migratoire des colons. L’origine du peuplement mennonite du Chaco central peut parfaitement être mis en parallèle avec ce modèle de confins convoités au gré des changements enregistrés au sein des espaces déjà colonisés.

6Les mennonites vont générer sur ces marges, des territoires organisés par une solidarité communautaire dont la cohésion semble assurée par la foi commune. Ainsi, de véritables fronts pionniers sont impulsés par ces peuplements sur différentes périphéries isolées. La pérennité de ces implantations, les réussites enregistrées dans le domaine agricole, le respect des autorités étatiques et de l’intégrité territoriale des espaces d’accueil en font des sujets aux compétences agricoles convoitées. C’est ainsi que la tsarine Catherine II les convie à s’installer sur cette marge méridionale de l’empire russe qu’est l’Ukraine du 18e. De la Grande Catherine à Alexandre II, les mennonites vont prospérer dans l’Ukraine tsariste10. Les réformes structurelles engagées par le Tsar réformateur vont être à l’origine d’un différend avec les mennonites les plus intransigeants qui vont refuser un service national civil promu par le souverain à destination de ses sujets pacifistes. Cette crise va scinder en deux le peuplement mennonite, les plus orthodoxes se mettant en mouvement tandis que la majorité des agriculteurs mennonites qui connaissent une réelle situation de prospérité vont accepter la réforme et assurer la pérennité de ce peuplement mennonite ukrainien. Les séquences migratoires jouent ainsi, à l’image de cet épisode, comme un processus de décantation de l’orthodoxie mennonite ; restent in situ les coreligionnaires à même d’interpréter comme non attentatoire à leur intégrité, les évolutions enregistrées par leur statut, tandis qu’émigrent les plus intransigeants d’entre eux. Nous nous sommes attardés quelque peu sur cette composante russo-ukrainienne de la diaspora mennonite car les colons qui vont ouvrir puis renforcer le front pionnier du Chaco central, descendent d’elle en ligne directe.

7Le peuplement mennonite de l’Ukraine va se poursuivre tandis que les plus orthodoxes traversent l’Atlantique pour s’établir dans les terres neuves canadiennes11. Le Manitoba, la Saskatchewan et l’Ontario accueillent ces migrants12. Dès le 19e siècle, le mennonisme investit fortement le continent américain. La diaspora mennonite va, à partir de là, se disséminer sous l’effet du facteur religieux. Ce sont les plus intransigeants des mennonites qui assurent la dynamique géographique de la diaspora.

8Le différend linguistique qui secoue le Canada et la volonté affirmée de promouvoir la langue anglaise comme langue d’enseignement, a des répercussions sensibles sur le peuplement à venir du Chaco. En effet, la langue, juste après la religion, est un élément essentiel de l’identité des groupes mennonites ethno religieux. L’enseignement imparti en Plattdeusch13 remis en cause par les autorités canadiennes va être l’élément déclencheur d’un nouveau processus migratoire. Avant même que soit promulguée la nouvelle législation linguistique, les groupes les plus orthodoxes se mettent en quête d’une nouvelle terre d’accueil. La controverse linguistique canadienne va être ainsi à l’origine d’une rencontre improbable entre une volonté migratoire et un besoin stratégique de peuplement d’un espace à la souveraineté disputée.

9La géographie rêvée du Paraguay continue, après la post-guerre de 1870, à porter les limites septentrionales jusqu’aux berges du Parapiti14, tandis que les réclamations boliviennes sur le Chaco ne vont cesser de se manifester à partir de la contestation inaugurale de 1852 et ce jusqu’à réclamer l’intégralité du Chaco jusqu’à la rive droite du fleuve Paraguay.

10Nous pouvons alors commencer à discerner l’importance diplomatique d’un peuplement sédentaire d’origine européen, au sein d’une aire où l’affirmation des prétentions respectives est le fait notamment de modestes fortins militaires. La Bolivie entreprend de répondre par ce type d’implantations aux ventes massives de terres15 entreprises par la République du Paraguay, et tout cela parallèlement aux multiples et infructueuses tentatives de règlement diplomatique16 du différend territorial.  Les deux Etats concurrents tentent d’autre part d’appuyer leur prétention grâce à des explorations à vocation plus ou moins scientifiques ayant le double avantage de témoigner de leur intérêt respectif sur l’aire disputée et d’en accroître les connaissances17. Les congrégations catholiques sont elles aussi mises à contribution de manière concurrente via l’implantation de missions religieuses18 dans le Chaco.

11Le Paraguay a mis en place des dispositifs législatifs19 depuis la fin de la guerre de Triple Alliance, parallèlement à la privatisation du domaine foncier national. Ils ne permettent pourtant pas d’asseoir un peuplement20 dans le Chaco capable d’affirmer effectivement la souveraineté paraguayenne par-delà la simple accaparation foncière. Les gigantesques latifundia ne sont pas des structures agraires peuplantes au-delà de la frange fluviale, où se concentrent des usines à tanin et leur main d’œuvre21. Tout au plus permettent-elles la reconnaissance de l’espace chaquéen à travers l’activité de prélèvement des fûts de quebrachos et la construction d’infrastructures ferroviaires liées à cette exploitation.

12Ainsi, la fondation de la colonie Menno va être l’acte inaugural de la reprise des prétentions paraguayennes à la colonisation du Chaco22. Jusqu’alors, la principale manifestation de la souveraineté paraguayenne a consisté, pourrions nous dire paradoxalement, en une vente massive de terres entre les fleuves Pilcomayo et Paraguay, auxquelles s’ajoutent nombre de fortines23 construits en contrepoint à ceux édifiés par la Bolivie24.

De la rencontre improbable à l’événement géographique majeur

13La genèse de la colonie Menno résume le caractère improbable de la migration mennonite vers le Paraguay. Les mennonites canadiens chargent un homme d’affaire étasunien de rechercher pour leur compte une nouvelle terre d’accueil. Ces prospections le portent vers l’Amérique du Sud ; c’est ainsi que Mac Roberts se trouve sur le même navire qui conduit le président nouvellement élu, Manuel Gondra et son ministre Eusebio Ayala, vers le Paraguay. Il va commenter la mission dont il a été chargé par les mennonites canadiens aux deux hommes d’Etat qui lui proposent immédiatement le Chaco comme aire d’implantation de ses clients.

14La prospection infructueuse de Mac Roberts auprès des autorités argentines et les informations d’un de ses agents25 sur les qualités du Chaco le conduisent à Asunción. Le gouvernement paraguayen s’engage à accorder aux mennonites l’ensemble des privilèges demandés. Les mennonites vont retenir l’offre paraguayenne26.  Les terres à coloniser sont un bloc de près de 54000 ha appartenant à la société Casado27.

15Une proposition de loi visant à entériner les engagements gouvernementaux est soumise au Congrès lors de la session de 1921. Les propos tenus par F. Chaves lors de la session du Congrès de 192128 sont là pour nous éclairer sur l’instrumentalisation à peine dissimulée de l’implantation mennonite promue. Celle-ci revêt plusieurs avantages pour le Paraguay que ses promoteurs ne vont pas manquer de souligner : coût financier nul pour l’Etat, savoir-faire agricole de la main d’œuvre mennonite, volonté réelle de ces prétendants à la colonisation d’une aire marginale à vocation rurale. Ces paramètres sont autant d’arguments pour les tenants de cette colonisation laquelle connaît également des détracteurs comme en témoignent les archives parlementaires29.

16La  ley 514, ley de los mennonitas, est adoptée lors de la session parlementaire de 1921. Elle garantit aux futurs colons le respect d’un certain nombre de privilèges dont un est à souligner dans le cas d’une implantation située dans un espace de conflit potentiel : le respect du pacifisme religieux des migrants.

17Un montage financier30 permet un crédit relais et la mise en branle du processus migratoire, ce qui amène la Bolivie à manifester vivement sa désapprobation ; le peuplement promu participe à l’affirmation de la souveraineté paraguayenne sur l’aire litigieuse.

18En tout état de cause, la loi 514, près de 10 ans avant l’éclatement du conflit du Chaco, semble prémunir les mennonites des conséquences directes d’un quelconque conflit. Le premier contingent mennonite s’installe dans le Chaco en avril 192831 et y fonde la colonie Menno.

19Malgré les protestations boliviennes, le Paraguay continue de promouvoir le Chaco comme terre d’accueil. L’ONG  mennonite MCC32 retient ainsi cette solution pour les réfugiés mennonites d’URSS à la recherche d’une terre d’asile. Ils vont composer la deuxième vague migratoire. La venue de ce nouveau contingent donne lieu à une nouvelle crise diplomatique, la Bolivie protestant contre l’émigration des harbiners33, sous l’auspice de la SDN, lesquels viennent renforcer le peuplement déjà entamé. Ainsi, les descendants des alkolonier vont retrouver ceux de la branche ukrainienne de la diaspora.

20En un autre lieu et à des décennies d’intervalle, le conflit du Chaco va une nouvelle fois souligner les différences entre ces deux composantes. Cependant, en mai 1932, les deux premières colonies mennonites du Chaco sont deux entités spatiales bien réelles qui se jouxtent. Les deux Etats concurrents ont poursuivi, parallèlement à la genèse de celles-ci, le déploiement de leur dispositif militaire. Les Boliviens notamment, ont érigé le long du Pilcomayo nombre de postes militaires toujours plus en aval.  Ils tentent également d’asseoir des fortines dans le Haut-Paraguay34. Or, pour rendre viable un tel dispositif militaire qui s’étire depuis les berges du Pilcomayo, l’armée bolivienne se doit de posséder une ligne logistique à travers le Chaco central35. Celle-ci, pour être opérationnelle, doit disposer de points de ravitaillement pérennes en eau. Ce paramètre est fondamental dans un environnement où les ressources hydriques sont rares et intermittentes. C’est en cela que le contrôle des colonies mennonites par les Boliviens apparaît comme un objectif stratégique, d’autant que les forces paraguayennes ont récupéré définitivement le contrôle de la Laguna Pitiantuta36.

Des colons pacifistes entre deux feux

21Si de nombreux accrochages ont déjà eu lieu, le mois de septembre 1932 marque tout à la fois le début de la guerre et l’immersion des mennonites dans le conflit. A la veille de ce dernier, le processus pionnier peut se résumer par la mise en place d’une agriculture vivrière en lien avec un modeste front de défrichage. De rares surplus agricoles destinés à la commercialisation font l’objet de tentatives de commercialisation. Néanmoins, le modèle géoéconomique mennonite initial peut être qualifié d’autocentré, largement autosuffisant et très faiblement monétarisé du fait d’une non intégration au marché national37.

22Les positions fondées ou conquises par les boliviens se situent à l’ouest ou au sud-ouest de ce front pionnier, tandis que le cœur du dispositif militaire paraguayen, aussi bien du point de vue logistique que du commandement, se situe à l’est de celui-ci, respectivement à Casanillos et à Isla Poi. Cette localisation est due à la présence du terminus de la voie ferrée Casado ; Puentas Rieles (km 145) est située à une trentaine de kilomètres du centre logistique38. Cet axe qui conduit l’ensemble du matériel et des troupes paraguayennes sur le théâtre des opérations est exactement le même qu’empreinte les mennonites pour se rendre vers Asunción. Cette configuration des dispositifs militaires nous permet, sans exagération, de parler des mennonites comme une communauté de colons entre deux feux.

23L’enclavement du théâtre d’opération nous laisse entrevoir celui des colonies mennonites. Il n’existe aucun axe routier reliant la capitale paraguayenne au Chaco central. Aucune voie de communication directe ne relie l’aire mennonite à la région orientale, cœur géographique de l’espace paraguayen. Les difficultés de circulation alliées à la volonté d’une partie du peuplement mennonite de cultiver son isolement, contribuent probablement à une visibilité très faible du processus de mise en valeur en cours39. La guerre va se charger de rendre visible ce peuplement mais aussi de le relier à la géographie et au devenir national paraguayen. En effet, les colonies vont être des lieux de transit facilitant, par leur réseau de pistes, la circulation des troupes. Si l’expérience mennonite a participé dans un premier temps de manière passive à l’affirmation de souveraineté paraguayenne, sa contribution à l’effort de guerre va aller croissant jusqu’à, dans le cas de la colonie Fernheim, une participation active.

24Mais à la veille de la bataille de Boquerón le contrôle de l’aire des colonies n’est pas tranché. Ainsi, des troupes boliviennes se présentent le 10 septembre 1932 dans un bourg de la colonie Fernheim et signifient par une note leur qualité d’hôtes de la république bolivienne40 aux mennonites. C’est la dernière fois que les mennonites auront affaire à des boliviens combattants ; dorénavant, ils ne traverseront plus les colonies qu’en tant que prisonniers, parfois convoyés par les mennonites eux-mêmes.

25Les trois batailles décisives de Boquerón, Toledo y Corrales repoussent définitivement les Boliviens des abords des implantations. Les opérations militaires vont se poursuivre à plus de 100 km au nord et au sud, et la ligne de front ne va cesser de s’éloigner au fur et à mesure du développement du conflit. Cependant, au-delà des bruits d’artilleries et des survols aériens, la guerre demeure une donnée essentielle de la vie des colonies jusqu’à l’armistice.

26Les deux colonies mennonites vont avoir, dès l’offensive de Boquerón, des attitudes différentes quant à leur participation à l’effort de guerre. Des assemblées plénières sont convoquées au début de l’année 1933 afin que les coreligionnaires arrêtent la position de chacune de leur colonie. Menno demande que soit respectée la loi 514 et que ses  membres ne soient pas contraints de participer de quelque manière au conflit, tandis que les colons de Fernheim prennent fait et cause pour leur pays d’accueil41. Cependant, les deux colonies ont souscrit un contrat de ravitaillement avec l’armée paraguayenne en janvier 1933 pour assurer  à la troupe une partie de ses besoins en pain42. Ce contrat  va participer activement à l’essor d’une agriculture commerciale ; elle dynamise le front pionnier et impulse l’essor des surfaces emblavées. 

27Les flux les plus importants de combattants vont traverser les colonies lors des offensives de Toledo et Corrales. Ces soldats en provenance de l’ensemble du territoire national vont découvrir ces singuliers compatriotes des confins et diffuser la nouvelle de leur existence. De cette rencontre  va naître une des expressions paraguayennes les plus étranges, Kaputi Mennonita43.

28Le contrat passé en janvier 1933 constitue les prémices d’une coopération plus ample, aux conséquences importantes pour le devenir du front pionnier. Le gouvernement paraguayen va, la même année, s’engager à acquérir l’ensemble des productions des colonies, ce qui intègre de fait l’aire mennonite au marché national et fait de cette économie locale une économie monétarisée. A ces liens à caractère marchand entre les mennonites et l’armée paraguayenne, s’ajoute l’apport ininterrompu du liquide vital puisé abondamment dans le réseau des puits des bourgs de Menno comme de Fernheim.   

29L’assistance sanitaire est également le fait des deux colonies, les postes de santé sont transformés en hôpital de campagne, notamment celui de Fernheim où opère un détachement de Sanidad44.

30C’est dans l’appui logistique que les différences entre colonies apparaissent. Seuls les colons de Fernheim convoient des équipements, y compris des armes45. Cette aide dans le transport de matériel s’avère inestimable en saison des pluies. Quiconque connaît le Chaco sait les difficultés pour les véhicules motorisés à circuler sur ses pistes embourbées. Les chariots mennonites sont également mis à contribution pour évacuer les blessés.   

31Le déplacement du front ne signifie pas la fin de la participation de ces nouveaux compatriotes pacifistes à l’effort de guerre. Les activités décrites précédemment ne vont s’arrêter totalement qu’avec la cessation des hostilités.

32Ainsi, l’affrontement militaire va bouleverser le projet des premiers pionniers mennonites désireux de promouvoir une colonisation isolée et non intégrée au reste de la géographie nationale46. Le conflit rend visible à l’échelle de l’ensemble du pays cette colonisation et entame irrémédiablement l’intégration de la  marge où ils se sont installés. Au-delà de l’apport méconnu et sous-estimé des mennonites à la victoire paraguayenne, la rencontre improbable des terres neuves du Chaco et du volontarisme communautaire mennonite doit être soulignée car elle rend caduque la figure de la frontière fluviale. Jusqu’alors aucune implantation sédentaire de peuplement n’avait prospéré au-delà des rives du fleuve Paraguay. La résolution sanglante de la question frontalière et la pérennité du peuplement mennonite ouvre ainsi la voie à un renouveau de l’ambition de peuplement sédentaire de la République paraguayenne sur cette marge de son espace national.

Haut de page

Note de fin

1 En 2007, on fêtera 80 ans de présence mennonite ininterrompue dans le Chaco. Cf. R. Plett, Presencia mennonita en el Paraguay, Asunción, 1979.
2 Trois vagues principales comprises entre 1927-1947 M.J. Stackley & E. Stoesz, El Chaco paraguayo. Tierra de refugio, Patria adquirida (1927-1997), Asunción, Ed. Associacion Evangelica Mennonita del Paraguay, 2000.
3 J.-P. Blancpain, Migrations et mémoire germaniques en Amérique Latine, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1994.
4 Ramirez Russo M., El Chaco paraguayo : integracion sociocultural de los mennonitas a la sociedad nacional, Asunción, 1999 ou encore E.G. Léonard, Histoire générale du protestantisme. Déclin et renouveau, T.III, Paris, PUF, 1988 (1964) qui, dans ses paragraphes sur le mennonisme, nous situe l’expérience pionnière du Chaco au Brésil.
5 Enrique Derksen, “Los Mennonitas, Origen – Dilema Religioso Vivencial – Desafio actual”, Estudios paraguayos, vol 16, n°1.2, Asuncion, 1988.
6 Nous renvoyons pour les articles suivis d’une astérisque à L’Encyclopédie du Protestantisme, Cerf/ Labor & Fides, 1995.
7 Pour une présentation plus détaillée des fondements du mennonisme nous renvoyons à Derksen op. cit  et J.C. Wenger; Que creen los menonitas, Scottdale, Herald Press, 1979.
8 H.T. Huebert & W. Schroeder, Mennonite Historical Atlas, Winnipeg, Springfield Publishers, 1996.
9 Ces privilèges qui découlent directement des fondements du mennonisme sont l’exemption du service militaire, de serment, la gestion de la justice ordinaire et de l’éducation  et bien entendu la liberté de culte. A cela peuvent s’ajouter localement des exonérations financières qui, de la part des Etats d’accueil, sont des aides indirectes qui viennent renforcer l’attractivité des aires offertes au peuplement mennonite.
10 H.T. Huebert., Mennonite Estates in Imperial Russia, Kindred Productions, 2005.
11 Ce sont ceux que l’on nomme les Alkolonier.
12 H.T. Huebert & W. Schroeder, Mennonite Historical Atlas, Winnipeg, Springfield Publishers, 1996.
13 Bas-allemand parlé au 16e siècle dans l’aire où émerge l’anabaptisme mennonite et qui va être conservé comme langue communautaire usuelle au sein de la plupart des communautés et notamment les plus orthodoxes d’entre elles.
14 Cf. par exemple la carte réalisée par le docteur Schuster intitulée Chaco. Region occidental de la Republica del Paraguay  publiée à Stuttgart à la fin du XIXe siècle.
15 En l’espace de moins de deux dernières décennies du 19e, siècle, l’essentiel  du Bas-Chaco et du Chaco central est vendu avec pour conséquence l’émergence de la très grande propriété. Nous renvoyons aux deux ouvrages de référence de Carlos Pastores, La lucha por la tierra en el Paraguay publié à Montevideo en 1979 et El Gran Chaco en la formacion territorial del Paraguay. Etapas de su incorporacion, Asunción, Ed. Criterios, 1989.
16 Selon Ange-François Casabianca pas moins de 17 tentatives de règlement ont avorté entre 1859 et 1932, cf. Casabianca A.-F., Una guerra desconocida : la campaña del Chaco Boreal, Asunción, 1999, El Lector.
17 Nous rappellerons ici les expéditions de l’italien Boggiani et du français Crevaux qui sont les plus connues de par leur fin tragique, et également une multitude d’explorations entreprises dans le Chaco. Pour plus d’informations sur ces missions, nous renvoyons à l’ouvrage de Luis Veron, Pilcomayo, Rio rebelde y contumaz, 2002.
18 Le Paraguay appuie les Oblats de Marie tandis que la Bolivie soutient les Salésiens.
19 S. Fischer, T. Palau & N. Pérez, Inmigracion y emigracion en el Paraguay 1870-1960,  Base IS et Instituto Panamericano de Geografia e Historia, Asunción, 1997.
20 H. R. Borrini, “Poblamiento y colonizacion  en el Chaco paraguayo (1850-1990)”, Cuadernos de Geohistoria Regional n° 32,  Resistencia, Instituto de Investigaciones Geohistoricas, 1997.
21 R. Borrini & E.C. Schaller, “El proceso de colonizacion en el impenetrable chaqueño”, Cuadernos de Geohistoria Regional, Resistencia, Instituto de Investigaciones Geohistoricas, 1981.   
22 La tentative majeure d’implantation d’une colonie de peuplement par la République du Paraguay dans le Chaco remonte à l’épisode de la Nueva Burdeo promu sous le gouvernement de Carlos Antonio Lopez en 1854. L’échec de cette colonisation eut une répercussion sensible et néfaste sur l’image de terre d’accueil du Paraguay. Pour une introduction sur ce sujet nous renvoyons au livre de Luc Capdevila et Guido Rodriguez Alcala, La Nueva Burdeo et aux travaux de Ana Maria Diaz sur ce thème.
23 J. C. Joy, Los fortines de la guerra. Toponimia Chaqueña, Asunción, 1992.
24 H. R. Borrini, op. cit.
25 Fred Engen, guide de la mission de reconnaissance mennonite est resté dans les mémoires, et son souvenir est honoré par une rue de Menno qui porte son nom.
26 Avril-mai 1921, mission de reconnaissance de la délégation mennonite et de F. Engen. A la suite de celle-ci et du rapport favorable des enquêteurs mennonites, dépôt d’un projet de loi en faveur des anabaptistes.
27 R. A. Nickson, Historical Dictionary of Paraguay, Scarecrow Press, London, 1993.
28 « Los mennonitas seran un ejercito capaz de defender con eficacia nuestra soberania …» in Diario de Sesiones del Congreso. 32a Sesion Ordinaria.
29 Cf. Diarios de Sesiones del Congreso, Sesion Ordinaria, año 1921.
30 Mac Roberts crée la Coorporacion paraguaya chargée d’acquérir tout à la fois les terres possédées par les mennonites et celles de Casado.
31 Les premiers mennonites arrivent au Paraguay fin décembre 1926.
32 Le Mennonite Central Committee fondé au Etats-Unis eut pour fonction initiale de coordonner la solidarité entre les différents éléments de la diaspora. Sa première grande mission fût de venir en aide aux coreligionnaires d’URSS. C’est dans ce cadre que l’offre paraguayenne fût retenue. Celle-ci avait pour elle de ne faire aucune sélection quant aux qualités des migrants tandis que leur étaient  accordés les même privilèges qu’au contingent précédent.
33 Les harbiners sont les mennonites fuyant l’URSS qui ont transité par la ville chinoise de Harbin avant de quitter le continent asiatique pour le Paraguay.
34 J. C. Joy, op. cit.
35 D. H. Zook, La conduccion de la guerra del Chaco, Asunción, El Lector, 1996 (1966).
36 Pitiantuta, découverte par le Général Russe blanc Belleiff en 1928 pour le compte du Paraguay est le seul point d’eau pérenne du Chaco central ; le fortin C.A. Lopez sera construit à proximité pour la contrôler.
37 Ministerio de Economia, Las colonias mennonitas en el Chaco Paraguayo, Asunción, Imprenta Nacional, 1934.
38 D. H., Zook, op. cit.
39 La presse nationale a annoncé la venue de ces migrants, il serait inexact de dire que leur venue est passée totalement inaperçue.
40 La note remise par l’officier bolivien est conservée dans les archives de la colonie à Filadelfia.
41 G. Ratzlaff, Entre dos fuegos. Los menonitas en el conflicto limitrofe entre Paraguay y Bolivia (1932-1935), Asunción, 1993.
42 Cf. le périodique publié par la colonie Fernheim, Mennoblatt de janvier 1933.
43 Cette expression signifie tout à la fois « il n’y a plus de … », « c’est foutu ! », « c’est cassé », « c’est la fin, c’est fini ». Cf. Klassen P., Kaputi Mennonita. Arados y fusiles en la guerra del Chaco, Asunción, 1996.
44 Nom usuel employé pour désigner le corps médical de l’armée paraguayenne.
45 Transports effectués à l’aide des fameuses carretas mennonitas à quatre roues.
46 E. Paredes, Communication au 1er Congrès du GIS – Amérique Latine, Université de La Rochelle, Novembre 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ernesto Paredes, « Kaputi mennonita : les mennonites, le Chaco et la guerre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 12 mai 2006, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/2216 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.2216

Haut de page

Auteur

Ernesto Paredes

Français de nationalité, né à Buenos Aires en 1973. Actuellement inscrit en thèse de géographie à l'Université de La Rochelle où il occupe un poste d'ATER.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page