Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2003Juan Carlos Garavaglia, Les homme...

2003

Juan Carlos Garavaglia, Les hommes de la Pampa, Une histoire agraire de la Campagne de Buenos Aires, 1700-1830, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 2000.

Capucine Boidin Caravias

Entrées d’index

Keywords:

Argentina

Palabras claves:

pampa
Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’auteur a découvert que la pampa du XVIIIe siècle n’était pas peuplée de grands propriétaires terriens et de Gauchos errants et solitaires mais plutôt parsemée de paysans qui intégraient des groupes domestiques complexes, sa surprise fut grande et « la première fois que nous avons évoqué cette possibilité, on n’a pas manqué de trouver quelque collègue incrédule qui n’ait oublié de parler des « paysans que seul Garavaglia a vu… ». » (Garavaglia ; 2000 :75).

2La problématique directrice de l’ouvrage est la déconstruction du « mythe » de la pampa argentine, point par point. A chaque étape, l’ouvrage apporte des preuves extrêmement fines et prudemment critiquées. L’auteur a « traqué » tout indice possible permettant de reconstruire la réalité économique et sociale de la campagne de Buenos Aires du XVIIIe siècle. Sont probablement mobilisées toutes les archives et sources imaginables et disponibles: dîme (sur les céréales), cuatropea (dîme sur le bétail), inventaires, recensements, livres sur les techniques d’élevage et d’agriculture, archives criminelles, journaux de l’époque, romans, lithographies, cartes etc… L’analyse est d’abord quantitative et économique, mais elle permet à l’auteur de redessiner de manière très concrète et vivante les contours de cette société. Le mythe ne pouvait être contré que par une autre « image »,  mais élaborée à partir des données les plus objectives possibles : géographiques, physiques, techniques, économiques, démographiques, etc…

3D’abord, la pampa n’était pas peuplée de troupeaux illimités. De manière générale, sachant qu’en 1780, les « Blancs » contrôlaient quelques 3 millions d’hectares et que « les conditions d’exploitation de l’époque permettent de supposer une charge d’environ un animal tous les deux hectares (…), on parviendrait à un stock approximatif d’un million et demi de grands animaux ». (Garavaglia ;2000 :28). De plus, ce stock était variable car une sécheresse s’abattait tous les deux ou trois ans, réduisant de manière drastique à la fois le stock et la production du bétail (la procréation annuelle, dans de bonnes conditions correspond à environ 25% du stock).

4Ensuite, il n’y avait pas que de l’élevage dans la pampa. L’agriculture jouait un rôle fondamental. Pour donner un ordre d’idée, en 1724, étaient produites environ 50 000 fanègues (castillanes) de blé et 300 000 en 1806. (Garavaglia ;2000 :124). Cette production céréalière, qui certes au départ était surtout confinée aux alentours de Buenos Aires (70%), accompagne le développement de l’axe sud et s’étend progressivement aux districts plus éloignés. Il n’y avait donc pas que des estancias (établissements productifs essentiellement tournées vers l’élevage de bovins), mais aussi des chacra, mot quechua qui s’emploie pour désigner les unités productives essentiellement orientées vers la production agraire, (« dans cette étude, le fait de posséder moins de 40 grosses bêtes (bovins et équins), transforme une unité productive en chacra. » (Garavaglia ; 2000 :141)); et des quintas, établissements placés sur les terrains communaux et consacrés à la production maraîchère, de légumes et de fruits. (Garavaglia ;2000 :85)

5Agriculture et élevage, loin d’être antinomiques, étaient en réalité complémentaires : « Nous avons deux zones clairement mixtes consacrées à l’élevage et à la production céréalière : Areco et Lujan  (…) Face à ces deux zones, il en existe d’autres à plus forte vocation d’élevage, comme Arrecifes et Magdalena (…) En vérité, Magdalena paraît aujourd’hui être le lieu dans lequel prennent concrètement forme quelques aspects du paradigme classique de la vie économique de la campagne du Rio de la Plata : beaucoup de vaches et de chevaux, (avec les mules qui ne figuraient pas toujours dans ce paradigme), un pauvre Ombú ou deux micocouliers isolés, peu de blé ; la seule chose qui semble détonner dans le paysage est la présence des bœufs, des vaches laitières et des quelques moulins. Pour les autres, ce paradigme classique est tout bonnement inexistant. » (Garavaglia ; 2000 :157-158). L’alimentation donnait une part importante au pain. Même si la consommation de viande était impressionnante -les habitants de Buenos Aires à la fin du XVIII siècle, consommaient une moyenne annuelle de 193 kg de viande bovine par habitant, sachant en France dans les années 1970, la même moyenne était de 29 kg. (Garavaglia ; 2000 : 271)-  les habitants de la ville et les paysans consommaient du pain et des galettes en abondance, environ 430 grammes, par jour, soit environ 158,7 kg par an. (Garavaglia ; 2000 :283). Dans ces pages consacrées aux marchés et aux prix de la viande, des peaux, du pain etc…, le lecteur trouvera autant des statistiques et des indices de prix que des descriptions vivantes de métiers, comme les boulangers, les bouchers, les abattoirs, les moulins etc….

6Finalement voici l’élément clé du mythe à déconstruire : au « couple » hacendado (grand propriétaire terrien) - Gaucho célibataire, libre et migrant, il faut substituer une société complexe composée de Pasteurs, de labradores-chacareros, d’hacendado et d’agriculteurs, catégories socioéconomiques aux frontières à la fois floues et poreuses.

7Il faut d’abord relativiser l’importance du journalier d’estancia, le Gaucho. L’ensemble de l’ouvrage s’attache à démontrer l’existence et le poids (dans l’approvisionnement du marché comme dans la vie locale), des petits producteurs indépendants, ou encore paisanos, paysans, qu’il s’agisse des Pasteurs ou des Labradores.  

8Les pasteurs, qui ont un rôle primordial dans l’approvisionnement de certains marchés, sont définis par Garavaglia comme ceux qui possèdent moins de 500 têtes de bétail. Ils ont alors en moyenne 170 animaux et occupent environ 300 ha. (Garavaglia ; 2000 :335)

9Les laboureurs correspondraient à ceux qui produisent une moyenne de 14 fanègues1 de blé et ont moins de 40 têtes de bétail. Ils ont des bœufs, deux ou trois vaches laitières, un petit troupeau de chevaux et parfois un petit nombre de moutons… (Garavaglia ; 2000 :339).

10Structurés autour de la famille nucléaire, ils vivent en étroite communication et collaboration avec les groupes domestiques voisins. Ils sont propriétaires de leurs troupeaux et/ou de leur production céréalière mais rarement de la terre. Ils ne disposent que de la force de travail du groupe domestique : enfants, entenados (enfants issus d’un lit antérieur), agregados (à peu près équivalent aux métayers). Ils mobilisent ponctuellement leurs réseaux, grâce à un système de don-contre don, curieusement appelé comme dans les Andes : la minga (invitation d’amis, parents et voisins à collaborer le jour des semailles et du recouvrement du blé, en échange d’un copieux repas bien arrosé le jour même et de l’obligation d’en faire de même plus tard). Le même cercle d’entraide se retrouve pour le marquage et l’abattage.

11Il faut ajouter que les labradores et pastores se définissent parfois comme peones, jornaleros ou conchavados. La mise en valeur d’une parcelle de terre « indépendante » n’était pas incompatible avec le travail dépendant. Certes, parmi les journaliers, la majorité correspond au mythe du gaucho solitaire et sans attaches. Mais, il semble que ce soit une étape dans leur vie (célibat) et/ou pour une période de l’année. Une lithographie exemplaire en ce sens est commentée par l’auteur, qui montre comment le gaucho est représenté avec femme, enfants et agregados à côté d’outils destinés à la culture du blé…

12La majorité de ces labradores-pastores, n’était pas propriétaire. Pour le comprendre, il faut rappeler que la région est une zone frontière où l’offre de terre fertile abonde. Cette abondance est relative : « de 1744 à 1854, sur une durée de 110 ans la population s’est vue multipliée presque trente fois, tandis que la zone contrôlée dans ce même territoire ne s’était, elle, multipliée que six fois. » (Garavaglia ; 2000 :49). Mais durant le processus d’expansion de la frontière, l’accès à la terre n’est pas régi par les lois du marché... L’occupation de fait est plus effective que le titre de propriété. Ceci ne dure pas, mais permet la création de toute une catégorie de petits producteurs relativement indépendants.

13Cette indépendance est relative et variable. Un nombre important de familles de labradores et pastores étaient tenus de « rendre service » à ceux qui les  toléraient/invitaient sur « leurs » terres : une grande partie d’entre eux était « agregados ». A qui correspond cette figure de « l’agregado ? » : il peut être un parent appauvri que l’on héberge sur ses terres, un jeune couple qui commence un cycle de production, mais il peut également s’agir d’un migrant récemment arrivé au « village » que l’on « protège ». Le statut de l’agregado est fondamentalement ambigu… à la fois libre et redevable. Il peut avoir son rancho à part mais généralement, tous dorment sous le même toit : maîtres, esclaves, journaliers, enfants et agregados. (Garavaglia ;2000 :78).

14Peu à peu, le mécanisme se formalise: les agregados deviennent arrendatarios (locataires : affermataires). C’est une manière d’avoir accès à un bien rare : la main d’œuvre, en mettant en valeur un bien abondant : la terre. C’est également une façon de faire reconnaître à l’affermataire qui est le propriétaire réel de la terre… (Garavaglia renvoie alors aux analyses de R. Fradkin). Cette ambiguïté inhérente à la catégorie d’agregados/arrendatarios, qui correspond majoritairement à celle de paysans (laboureurs comme pasteurs), acquiert dans le Rio de la Plata des contours particulièrement intéressants : en effet, les hacendados tendent à se plaindre de leur « paresse » et de leur attitude parasite, tout en récriminant contre le manque de main d’œuvre dont pâtissent leurs profits, tandis que d’autres dénoncent l’exploitation des plus petits paysans à qui le grand propriétaire avance (avec intérêts) les semences pour ensuite recevoir une bonne part de la récolte.

15Mais il ne faut pas non plus creuser un fossé entre petits producteurs et hacendados. Parfois, grâce à un processus d’accumulation, les pasteurs ou les labradores acquièrent un esclave, ont des bâtisses et peuvent être désignés comme « Don » : la frontière entre pastores-labradores et hacendados-agricultores est plus poreuse qu’il n’y paraît.

16Quelle était donc la figure concrète du grand producteur de céréale et du grand éleveur ? Correspond-elle au mythe ? Il n’est pas aisé de distinguer les agriculteurs des hacendados car en réalité, l’agriculteur a une production mixte.

17Les agriculteurs se différenciaient des labradores par l’investissement supérieur en esclaves et en bâtiments, par leur titre de propriété de la terre une moyenne cultivée d’environ 3600 ha . (Garavaglia ; 2000 :346-347). Ils étaient considérés comme les hommes respectables de la région, installés depuis plusieurs générations et occupant souvent la fonction de Alcalde la Hermandad.

18“Presque toujours propriétaire de sa terre, très rarement grand affermataire, [l’hacendado] est maître de considérables troupeaux de bovins, de chevaux et d’ovins. Il est producteur de blé quand l’année s’y prête ; il est maître d’esclaves et de journaliers. Sa maison à la campagne possède beaucoup de signes extérieurs de prestige que la tradition accordait aux estancieros : toit en tuile, murs en brique ou argile, galerie couvertes avec ses ramages de quincha, quelques grilles en fer forgé ou en bois, plus rarement une chapelle… Néanmoins, presque tout ce que nous savons aujourd’hui sur les hacendados dément presque point par point l’image « classique » des grands propriétaires absentéistes qui possèdent une exploitation semi-sauvage de grands troupeaux de bovins assistés d’une poignée de peones, les célèbres gauchos. » (Garavaglia ; 2000 :354). Bien au contraire, ils habitent leur propriété et la surface effectivement occupée est d’environ 16.000 ha (Garavaglia ; 2000 :355). Ils sont souvent meuniers pour leurs voisin et/ou ont une pulpería sur leur propriété (à la fois taverne et lieu de troc..), ils font parfois construire une chapelle, ils sont souvent des membres remarquables de leur Cabildo et/ou sont nommés pour effectuer les recensements, collecter la dîme…

19L’ouvrage se termine par l’accélération des années 1810-1830. La libre importation de farine, décrétée en 1821 affaiblit les labradores qui glissent progressivement vers des états de dépendance économique et sociale plus marqués ou qui réussissent à garder une certaine indépendance en devenant pasteurs. Parallèlement, l’augmentation des exportations des produits dérivés de l’élevage augmente la valeur du bétail et les grandes estancias deviennent des sources importantes de profit, au service de la classe des hacendados de Buenos Aires. « Si en 1815, la plupart des petits producteurs indépendants étaient des labradores, en 1854, ils sont devenus majoritairement pasteurs, expliquant ainsi la modification du rapport entre production végétale et production animale dans ce laps de temps. Cependant, qu’il soit pasteur ou labrador, il est indiscutable que la figure du petit producteur indépendant s’est bel et bien maintenue. » (Garavaglia ; 2000 :344-345). L’importance prise par le bétail durant le premier quart du XIX siècle a effacé des mémoires le poids du blé pendant le XVIII siècle.

20Ce résumé est plutôt un « comprimé » qui doit inviter à lire l’ouvrage et à consulter l’index efficace qui donne accès aux notions importantes et amplement détaillées par des notes abondantes et actualisées (que ce soit en termes de bibliographie ou de sources). Cet ouvrage permet des avancées théoriques et des comparaisons avec d’autres régions frontières et/ou d’autres campagnes du Río de la Plata. En particulier, si l’imaginaire national argentin s’est construit autour du « gaucho » à cheval qui boit son maté autour du feu, celui du Paraguay s’est organisé autour de la figure du « paysan » buvant son « teréré » (maté froid) assis sous un arbre. Reste à mettre face à face les deux réalités… le paysan paraguayen n’est peut être pas si paysan qu’il n’en a l’air…

Haut de page

Notes

1 Pourquoi cette récolte moyenne de 14 fanègues ? parce qu’elle correspond « à la catégorie inférieure, qui s’acquittait de 50% de la dîme, les exigences en nombre de journées de travail s’avèrent basses : soit 2,58 journées par fanègue récoltée, donc environ 36 jours pour les 14 fanègues. Cela signifie que 3 ou 4 personnes pouvaient effectuer la récolte en un peu plus de 10 jours… le ou la chef de famille, les enfants et quelques parents ou voisins suffisent ainsi pour récolter ce petit nombre de fanègues en moins de 2 semaines. Ceux qui atteignent une moyenne de 140 fanègues vont avoir en revanche besoin de plus de 361 journées ou ce qui revient au même, de 10 hommes pendant plus de 36 jours complets de travail. Bien entendu, les besoins de main d’œuvre ne sont pas du tout comparables, ce qui explique la présence d’esclaves et de journaliers dans les unités de production des agriculteurs et des hacendados. » (Garavaglia ; 2000 :342)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Capucine Boidin Caravias, « Juan Carlos Garavaglia, Les hommes de la Pampa, Une histoire agraire de la Campagne de Buenos Aires, 1700-1830, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 2000. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 04 février 2005, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.260

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search