Navigation – Plan du site
Olivier Compagnon

Gilberto Harris Bucher, Emigrantes e inmigrantes en Chile, 1810-1915. Nuevos aportes y notas revisionnistas, Valparaíso, Universidad de Playa Ancha Editorial, 2001.

[04/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Chile

Chronologique :

siglo XIX, siglo XX

Palabras claves :

migraciones
Haut de page

Texte intégral

1Professeur d’histoire à l’Université des Sciences de l’Éducation de Playa Ancha (Valparaíso), auteur de nombreux travaux consacrés aux phénomènes d’émigration et d’immigration au Chili au XIXe siècle (Emigración y políticas gubernamentales de Chile durante el siglo XIX en 1996, Inmigración e emigración en Chile durante el siglo XIX. Estudios y documentos en 1997), l’auteur propose avec cet ouvrage une série d’études destinées à contrecarrer un certain nombre d’idées généralement admises à propos des mouvements migratoires en partance et à destination du Chili au XIXe siècle. Cette entreprise révisionniste s’appuie essentiellement sur les fonds prolifiques et encore peu exploités de l’Archivo Nacional de Santiago, a le mérite de toujours croiser des sources diverses - judiciaires, notariales, diplomatiques, etc. -, mais ne s’avère malheureusement pas toujours convaincante.

2Consacrée à l’émigration, la première partie suggère l’exploration de terrains parfois complètement vierges : ainsi la place des femmes et des enfants dans les départs à l’étranger, qui permet de nuancer l’idée selon laquelle les quelque 150 000 Chiliens vivant à l’étranger tout au long du siècle n’auraient finalement été que des hommes. Alors que ces derniers partent facilement sous toutes les latitudes grâce à la vocation maritime du Chili, l’émigration féminine et enfantine tend dans un premier temps à se concentrer dans les pays limitrophes (Argentine, Pérou, Bolivie). Elle s’affirme plus nettement durant les années 1840, qui correspondent à la ruée vers l’or en Californie ; les femmes qui partent alors sont principalement des prostituées, des lavandières ou des cuisinières et ne constituent donc qu’une émigration satellite de celle des hommes. Les enfants, quant à eux, quittent parfois leur pays dans le cadre de trafics d’esclaves à destination du Pérou (on peut d’ailleurs se demander s’il est légitime de parler toujours d’émigration dans ce cas), mais le plus souvent dans le cadre d’une émigration familiale à destination de l’Argentine. Si les années 1880 sont celles d’un retour massif en provenance du Pérou et de Bolivie après la guerre qui a opposé le Chili à ces deux nations confédérées, la présence chilienne à l’étranger demeure forte jusqu’à la Première Guerre mondiale, notamment en Argentine. N’éludant pas la question de l’intégration de ces émigrés dans leur pays d’adoption, l’auteur évoque également le racisme anti-chilien qui sévit notamment au Pérou et en Bolivie, y compris avant la guerre déclenchée en 1879 : incarcérations arbitraires, meurtres non élucidés et expulsions sommaires semblent monnaie courante pour les Chiliens, qui voient évidemment la xénophobie développée à leur encontre dans ces deux pays se renforcer à partir de 1879. Sans doute faut-il d’ailleurs établir un lien entre l’essor de ces phénomènes de rejet et les efforts développés par l’administration pour développer les consulats chiliens à l’étranger, afin de défendre les intérêts parfois menacés des émigrés et non pas seulement pour des raisons strictement politiques ou commerciales. Enfin, des passages intéressants sont consacrés à certaines formes particulières d’émigration : ainsi celles des nombreux marins chiliens servant sur des navires militaires ou commerciaux (vers 1851, on estime que 25% des marins naviguant sur le Pacifique sont chiliens), qui profitent couramment d’escales pour abandonner leur poste et s’installer à l’étranger. Estimées à 6 000 dans les années 1890, les désertions des navires de guerre passent à plus de 7 000 au cours de la décennie suivante.

3La seconde partie, sur l’immigration, ouvre moins de pistes de réflexion que la première en ce qu’elle réunit davantage de suggestions qu’elle n’offre au lecteur des données concrètes. Plusieurs études reprennent des éléments relativement bien connus sur le rôle des entrepreneurs et des investisseurs européens - notamment anglais - dans le développement économique et commercial du pays tout au long du XIXe siècle. Toutefois, on trouve aussi la confirmation que les migrants venus d’Europe ne réussirent pas tous et ne furent pas seulement des commerçants venus faire fortune dans l’un des pays les plus attractifs d’Amérique du Sud (à Valparaíso notamment, premier port du pacifique depuis les années 1820), mais purent également être des aventuriers et des marginaux qui ne connurent pas d’ascension sociale en dépit des espoirs qu’ils avaient conçus, et contribuèrent au contraire à la surpopulation carcérale. Entre 1881 et 1887, quelque 2 000 étrangers - au premier rang desquels on trouve d’abord des Anglais et des Nord-Américains - passent par les geôles de Valparaíso, au point qu’un quotidien peut écrire en 1906 que le pays accueille désormais les poubelles des grandes villes européennes, réfractant ainsi une xénophobie semblable à celle que les Chiliens émigrés doivent affronter.

4Concluons sur deux nuances qui ternissent l’impression générale que laisse la lecture de cet ouvrage : d’une part, l’absence de toute perspective comparatiste avec d’autres pays latino-américains, qui aurait pu donner à penser sur une éventuelle spécificité chilienne en matière de flux migratoires au XIXe siècle ; d’autre part le ton volontiers péremptoire et parfois naïf d’un auteur oubliant parfois que ses travaux n’auraient pas existé sans ceux de ses prédécesseurs (qui ne sont pas tous des pseudo historiadores), et que l’écriture de l’histoire relève d’une sédimentation de connaissances et de problématiques jamais achevée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Compagnon, « Gilberto Harris Bucher, Emigrantes e inmigrantes en Chile, 1810-1915. Nuevos aportes y notas revisionnistas, Valparaíso, Universidad de Playa Ancha Editorial, 2001. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 04 février 2005, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/262

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page