Navigation – Plan du site
Olivier Compagnon

Elisa Cárdenas Ayala, Le laboratoire démocratique : le Mexique en révolution (1908-1913), Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

[04/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Mexique

Chronologique :

siglo XX
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat, cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des travaux que François-Xavier Guerra consacra au Mexique il y a maintenant presque vingt ans, et qui renouvelèrent l’analyse du processus révolutionnaire en privilégiant une approche résolument politique des années qui encadrent la fin de la dictature de Porfirio Díaz en mai 1911 . Son intérêt majeur est de proposer une histoire décentrée de la Révolution mexicaine, en s’intéressant à un territoire, à des acteurs et à une période souvent négligés par l’historiographie.

2L’état occidental du Jalisco et sa capitale Guadalajara, seconde ville mexicaine, ont longtemps été considérés comme des zones de non-révolution, demeurées en marge du processus qui commence en 1908 avec l’entretien Díaz-Creelman au cours duquel le vieux dictateur évoque la possibilité de son retrait personnel. Dans la perspective d’une histoire croisant sans cesse les échelles, du national au régional et du régional au local, la première ambition de cet ouvrage est de nuancer cette idée reçue en montrant que le Jalisco a connu la Révolution loin des principaux espaces de décisions politiques et d’insurrection, mais ne l’en a pas moins vécu pleinement. La fin annoncée du porfirisme correspond en effet à une ouverture de l’espace public, et permet l’émergence de mouvements politiques témoignant de l’existence d’une opinion publique jusque-là muselée, mais aussi de nouvelles formes de sociabilité qui attestent l’entrée du Jalisco dans la modernité politique.

3Par ailleurs, cet état est un observatoire privilégié pour percevoir le rôle d’acteurs politiques que la geste révolutionnaire d’Orozco, de Zapata ou de Villa, a relégués à l’arrière-plan de l’histoire révolutionnaire. Ainsi, la dynamique nationale qui se constitue autour du général Bernardo Reyes, originaire de Guadalajara et perçu comme un possible successeur de Díaz, montre la complexité et l’ambivalence de l’imaginaire politique de l’époque. À partir de 1908, le reyisme se présente comme un mouvement anti-dictatorial et proto-démocratique profitant de l’ouverture de l’espace public pour constituer une réelle force d’opposition à Díaz, mais comporte également des traits profondément porfiriens en ce qu’il prône un libéralisme politique renvoyant à l’ère pré-positiviste, s’appuie sur la dynamique césariste de l’homme providentiel et se montre inapte à s’adapter à l’irruption des masses sur la scène politique. Incapable de se structurer à l’échelle du pays et de saisir l’occasion d’accéder au pouvoir que pouvait lui offrir le mouvement anti-réélectionniste de Francisco Madero, le reyisme est toutefois partie prenante du processus conduisant à la fin du porfirisme, et voit ici son importance réévaluée en tant que mouvement-charnière entre le XIXe et le XXe siècle. En outre, c’est au Jalisco que le catholicisme social fait le plus notoirement irruption en politique, avec le Parti Catholique National qui trouve là un bastion influent. Loin de se réduire à une résurrection conservatrice du XIXe siècle ou à un simple mouvement de défense des intérêts cléricaux, l’essor du militantisme politique des catholiques s’inscrit dans une logique internationale de laquelle le Mexique participe pleinement, celle de la naissance d’une démocratie chrétienne soucieuse de ne plus œuvrer seulement dans le champ du social. En même temps, le PCN occupe une place essentielle dans l’histoire de la Révolution en remportant les élections législatives de janvier 1912 au Jalisco, ce qui lui permet d’entreprendre un certain nombre de réformes sociales et politiques novatrices dans l’espoir de conjurer le mouvement insurrectionnel déjà en marche dans d’autres états (institution du bien de familia permettant de protéger la petite propriété familiale en octobre 1912, représentation proportionnelle appliquée aux élections municipales et législatives de novembre 1912, etc.). En proposant cet examen approfondi du reyisme et du catholicisme politique, Elisa Cárdenas rappelle utilement la multiplicité des acteurs politiques d’une Révolution qui, à partir de 1913, sut habilement réduire au silence la mémoire des vaincus.

4L’un des grands intérêts de ce livre est enfin de réhabiliter la place des années 1908-1913 dans l’histoire contemporaine du Mexique. Entre la fin annoncée d’une dictature vieille de trente cinq ans et l’établissement d’un nouveau régime survient un vide de pouvoir qui se révèle propice pour un apprentissage accéléré de la démocratie, interrompu par la chute et l’assassinat de Madero en février 1913 et le retour à l’autoritarisme qui en découle. Au-delà de l’intérêt propre de ces cinq années, c’est toute l’histoire du Mexique au XXe siècle qui nous est ici redonnée à penser, le régime politique issu de la Révolution ayant ensuite confisqué cette démocratie rêvée mais à peine ébauchée durant trois quarts de siècle.

5Bien qu’initialement centré sur l’état du Jalisco, cet ouvrage n’usurpe donc pas son titre dans la mesure où il ne se contente pas d’une simple histoire régionale de la fin du porfirisme, mais propose toute une série de pistes fécondes pour l’histoire de la Révolution mexicaine dans son ensemble. Il est une invitation à poursuivre l’étude de cette période dans d’autres espaces régionaux, afin de rénover une historiographie longtemps prisonnière de la mission fondatrice et identitaire que lui avait confiée le régime issu de la Révolution.

61-François Xavier Guerra, Le Mexique. De l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, L’Harmattan, 2 vol., 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Compagnon, « Elisa Cárdenas Ayala, Le laboratoire démocratique : le Mexique en révolution (1908-1913), Paris, Publications de la Sorbonne, 2001. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 04 février 2005, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/264

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page