Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2006Carmen Bernand, Un Inca platonici...

Aude Argouse

Carmen Bernand, Un Inca platonicien. Garcilaso de la Vega(1539-1616), Paris, Fayard, 2006, 388 p.

[17/06/2006]

Entrées d’index

Mots clés :

conquête

Géographique :

Espagne, Pérou, Europe, Amérique

Chronologique :

XVIIe siècle, XVIe siècle

Palabras claves :

conquistadores
Haut de page

Texte intégral

1Carmen Bernand nous plonge avec une étrange douceur dans la vie de Garcilaso de la Vega, fils métis du Conquistador Sebastian Garcilaso de la Vega et d’une princesse indienne Chimpu Ocllo. Né le 12 avril 1539 dans le chaos de ce qui allait devenir le Royaume du Pérou, cet enfant vécut jusqu’à l’âge de 22 ans à Cuzco, avant de rencontrer l’Espagne. Illégitime et métis, il fut élevé d’abord par sa mère puis par son père lorsque celui-ci décida d’épouser un meilleur parti, Luisa Martel. A la mort de son père, il quitta sa terre natale et ne devait jamais plus y revenir. Il débarqua accidentellement à Lisbonne, qui lui révéla l’hospitalité des Portugais qu’il n’oubliera jamais, puis se rendit à Montilla, dans les parages de Cordoue, chez un oncle bienveillant. Il passa trente ans dans ce village, « coin de pauvreté et de solitude », avant de s’installer à Cordoue.

2Garcilaso de la Vega est devenu l’un des plus fameux chroniqueurs de l’histoire du Pérou. En particulier grâce aux souvenirs de sa petite enfance passée près de sa mère, il est en mesure de renseigner abondamment les historiens sur la façon de vivre des Incas. Mais, pour être le fils d’une princesse issue de cette famille d’empereurs (du côté de Huascar), c’est avec une certaine emphase qu’il encense le passé de ces ancêtres. Ses Commentaires royaux, notamment, sont alors une source problématique mais d’une étonnante richesse sur le monde andin avant la Conquête. Ce que Carmen Bernand dévoile ici, c’est l’autre richesse, impressionnante, de cette œuvre composée en Europe, par ses emprunts à l’héritage chrétien, juif et maure qui habitait l’Andalousie du XVIème siècle. C’est en découvrant ses goûts littéraires au travers des ouvrages de sa bibliothèque que l’on perçoit Garcilaso de la Vega comme un homme érudit et téméraire. En effet, ses faits d’armes lors des événements des Alpujarras ont fait de lui un capitaine mais l’ont surtout définitivement brouillé avec la guerre sous toutes ses formes. Face à l’Inquisition rigide et violente, face aussi à la perception dépréciative que les Espagnols ont des Indiens, sa rébellion se fait alors au moyen des livres, dont il posssède un certain nombre qui sont interdits par l’Index tridentin, et de la plume. Parmi les auteurs proscrits, Garcilaso de la Vega choisit de traduire du toscan l’ouvrage de Juda Abravanel, dit Léon l’Hébreu, intitulé Dialogues sur l’Amour et mettant en scène Philon, le philosophe alexandrin, et Sophia, la sagesse. Or, « au fur et à mesure que Garcilaso pénétrait la pensée de l’Hébreu, le passé des incas s’éclairait » (p. 179). L’historien juif Flavius Josèphe est également une source d’inspiration pour Garcilaso de la Vega qui retrouve une part de lui-même dans le parcours de cet auteur, né en l’an 37. « Ainsi, Josèphe et les philosophes alexandrins incarnaient la synthèse de traditions apparemment inconciliables et permettaient à Garcilaso de surmonter la dualité de son héritage incasique et espagnol » (p. 230). Car il est l’incarnation du métis, condition ambiguë, tiraillé entre l’Espagne, nation de conquérants rayonnante au XVIème siècle sur presque tous les points du globe, et les Incas, peuple magnifique, conquérant également, désormais déchu et dominé par les premiers. Mais Garcilaso, sous la plume de Carmen Bernand, devient le plus authentique des métis : celui qui ne renie aucune des deux traditions dont il est issu. Et c’est en puisant dans les plus anciennes des traditions et mythologies du Vieux Monde (la grecque et l’hébraïque) qu’il parvient à édifier ce monument littéraire que sont les Commentaires royaux sur le Pérou des Incas.

3Pour écrire également une histoire de la Conquête de la Floride, Garcilaso de la Vega, qui n’a pas connu Soto le Conquérant, s’était alimenté des souvenirs de son ami Gonzalo Silvestre, disparu en 1591. Plus tard, on a pu dire que Garcilaso n’était pas le véritable auteur de la Conquête de la Floride et avait volé les informations à son ami. Mais, comme l’écrit Carmen Bernand,  « un ensemble d’anecdotes ne font pas un livre. Il faut encore savoir les mettre en relation, ébaucher des caractères, camper des personnages, créer une atmosphère, donner au récit une progression dramatique, que nous appelons aujourd’hui « suspense ». Cette transformation de la matière documentaire en matière littéraire, historique, anthropologique et passionnante est assurément réussie dans cet ouvrage de Carmen Bernand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Carmen Bernand, Un Inca platonicien. Garcilaso de la Vega(1539-1616), Paris, Fayard, 2006, 388 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/2670 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.2670

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search