Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

Daniel van Eeuwen (sous la direction de), L'Amérique latine et l'Europe à l'heure de la mondialisation. Dimension des relations internationales, Paris-Aix en Provence, Karthala-CREALC-IEP/Aix, 2002.

[04/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

América latina, Europa

Chronologique :

siglo XXI

Palabras claves :

grabado, mundialización
Haut de page

Texte intégral

1A l'heure des effets de style de la rhétorique mondialiste et de son pendant "altermondialiste", il n'est pas inutile de revenir à des préoccupations concrètes. Et plus encore lorsque le continent latino-américain s'affirme sur cette scène médiatisée à outrance, en la personne de certains de ses leaders (Hugo Chávez, Lula). La perspective adoptée dans cet ouvrage collectif lui confère par conséquent une réelle valeur analytique. Comment penser les relations entre l'Amérique latine et l'Europe dans un contexte de configurations politiques et institutionnelles changeantes? La "demande d'Europe" a-t-elle encore un sens lorsque les initiatives visant à la mise en place ou de renforcement des zones de libre-échange (Mercosur, Alca) se succèdent?

2Sans pour autant tomber dans une dominante économique, cet ensemble de contributions/ communications fait une large part à l'interprétation des modèles européens, réappropriés et réadaptés sur le continent latino-américain et dans la Caraïbe. D'où la prise en compte des métissages (F. Laplantine) et des influences culturelles réciproques, acceptées avec plus ou moins de réticences si l'on considère la présence constante et concurrentielle des Etats-Unis. Sont couverts aussi bien les champs du politique que de l'économie, de la culture, du droit ou de l'éducation, ceci dans une perspective bilatérale mais également régionale indispensable à la compréhension des phénomènes abordés, comme le montre le premier texte consacré aux interactions entre l'Europe et l'Amérique latine voire aux convergences euro-latines dans la longue durée et en particulier dans le champ du politique (L. Withehead).

3Les ambiguïtés qui président aux relations entre l'Europe et l'Amérique sont également évoquées sur le mode d'une héritage culturel commun, surévalué parfois par une Europe qui peine à s'affirmer comme concurrent politique, connaît elle-même une crise des identités, et dont les choix de coopération couvrent des domaines bien précis tels que les Droits de l'homme, la lutte contre la pauvreté et l'éducation (F. Nizery). La dimension stratégique voire l'enjeu sécuritaire (PESC) sont cependant un élément clef de la politique étrangère européenne (J.J. Kourliandsky), bien que l'Amérique latine ne constitue pas une priorité sur le plan budgétaire ou politique. Seule l'Espagne privilégie au plus haut point des intérêts économiques et stratégiques qui s'inscrivent de surcroît dans une synchronisation des évolutions démocratiques (D. Sabbagh) : depuis les deux dernières décennies, son activité diplomatique intense, marqué par le règlement de conflits (ainsi en Amérique centrale) ou la référence aux proximités culturelles qui fondent la "communauté ibéro-américaine", ne peut être passée sous silence .

4Plusieurs contributions examinent par ailleurs les relations d'un Etat européen avec l'Amérique latine (l'Allemagne, l'Etat européen le plus présent par ses investissements dans la décennie 1990, étudiée par P. Birle ; la France par L. Chabot, F. Constant), de l'entité européenne (ainsi les investissements des entreprises européennes et les paris latino-américains dans ce domaine, contrepartie de ces stratégies financières d'internationalisation, par Javier Santiso, ou encore l'Union européenne et la Caraïbe à l'heure de la mondialisation, par F. Taglioni ou J. Briceño Ruiz, C. Joly, J. Habel). Inversant la perspective, certains auteurs analysent la politique extérieure de certains pays latino-américains à l'égard de l'Europe (le Venezuela de Hugo Chávez, par C. Romero), leurs politiques migratoires marquées par le consensus (L. Marmora), ou encore les politiques économiques à l'aune de l'expérience européenne (le Mercosur, par Carlos Quenan). Le "modèle européen" et le renversement des transferts d'influences fait également l'objet d'une analyse menée par Denis Rolland dans les champs politiques et culturels, les convergences esthétiques (Gérard Teullière) prolongeant ces études des influences croisées, que l'on retrouve dans l'analyse de R. Bareiro Saguier, consacrée au Paraguay métis et au guarani, fusion d'une langue amérindienne et de l'espagnol, qui permet l'expression linguistique d'un pays pluriculturel. L'Espagne occupe encore une fois une place de choix dans ce panorama, qu'il s'agisse de son action dans des instance supranationales, des traditions de coopération dans les domaines plus divers, ainsi l'éducation (P. Berchenko). Dans le contexte de la mondialisation, ces analyses constituent par conséquent une mise au point fort utile et un ensemble de repères indispensables à l'interprétation de ces influences croisées entre deux continents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Daniel van Eeuwen (sous la direction de), L'Amérique latine et l'Europe à l'heure de la mondialisation. Dimension des relations internationales, Paris-Aix en Provence, Karthala-CREALC-IEP/Aix, 2002. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 04 février 2005, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/273

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page