Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
Ve Journée d'histoire des sensibilités, Rennes, UHB, 20 mars 2008/Va Jornada de Estudios de Historia de las Sensibilidades – Coord. Luc Capdevila-Frédérique Langue
Frédérique Langue

Document sans titre

[25/03/2008]

Résumés

Explorant les relations entre un temps présent reconfiguré en permanence par l’histoire officielle et un passé mythifié remontant aux guerres d’Indépendance, cet essai examine les réécritures de l’histoire conséquentes à la Révolution bolivarienne de Hugo Chávez. Trois éléments influent en effet sur l’élaboration d’une histoire nationale conçue sur le mode héroïque : un prétorianisme récurrent, des imaginaires politiques inscrits dans le long terme, et le personnalisme marquant la fonction présidentielle. Tous éléments qui permettent d’appréhender la nature du leadership exercé par le président Chávez mais également de relativiser le « culte de Bolívar » tel qu’il est actuellement pratiqué.

Haut de page

Texte intégral

1Le 3 décembre 2007, le résultat du référendum portant sur la réforme de la Constitution par le président Chávez, est confirmé : le non l’emporte. Avec une unanimité qui est cependant loin de présider aux destins de l’opposition, ses adversaires ont commencé à célébrer la chute du “dictateur”. Assommés par ce revers, les partisans et propagateurs de la croyance chaviste — avatar d’un « fidélisme » désormais beaucoup moins mobilisateur y compris sur le continent — gardent le silence. Ce résultat n’a cependant pris au dépourvu que les extrêmes. Ces mêmes extrêmes qui, depuis plusieurs années, ont contribué de telle manière à la polarisation des esprits que débattre du Venezuela relève d’un consternant catch médiatique, agrémenté d’anathèmes choisis et de descentes aux enfers de l’idéologiquement incorrect, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières nationales.

  • 1 « Moi le suprême », titre d’un ouvrage de l’écrivain paraguayen Augusto Roa Bastos (1974), mettant (...)
  • 2 Elu en décembre 1998, Hugo Chávez est réelu lors des “méga-élections” de 2000, puis en décembre 20 (...)
  • 3 Le referendum de 1999 avait consacré l’adoption de la nouvelle constitution, dite “bolivarienne”, (...)

2Le premier revers électoral enregistré par le “commandant” en neuf ans de pouvoir permet toutefois de revenir sur les modalités d’exercice du pouvoir par son détenteur. La marge de la victoire du non est faible, mais là n’est peut-être pas l’essentiel. L’enjeu de cette consultation était en fait limité : aucune conséquence à en attendre quant à une recomposition partisane, ou une quelconque alternance politique. Quel que soit le verdict des urnes, Hugo Chávez, “Moi le suprême” (Yo el Supremo1, ou encore « Ego Chávez » selon ses détracteurs), ou porte parole des pauvres et des révoltés d’Amérique latine et d’ailleurs, reste président de la République jusqu’en 2012, suite à sa réélection en décembre 2006 avec 63 % des suffrages2. Davantage : il dispose toujours de la faculté de gouverner par décrets, suite à la loi “habilitante” votée au début de l’année 2007 par une Assemblée nationale « toute rouge » (roja, rojita), suite à la non participation de l’opposition aux élections législatives de 2005 (alléguant la fraude). Nombre de dispositions prises dans les premiers mois de 2008 vont d’ailleurs en ce sens. L’existence même de cette assemblée unicolore permet par ailleurs, et en théorie, au chef de l’Etat de faire passer presque toutes les réformes refusées par son électorat. Toutes, sauf trois : la réélection indéfinie (qui existe dans nombre de démocraties), la suppression de l’autonomie de la Banque centrale et l’absence de limite à la suspension des garanties constitutionnelles en cas de proclamation de l’état d’urgence. Aux termes de la Constitution bolivarienne de 1999, Hugo Chávez ne peut soumettre un autre projet de réforme à son électorat pendant la mandature en cours, mais le recours à une constituante — dans un contexte certes moins favorable qu’en 1999 — reste envisageable3.

3Dans ces conditions, et après neuf victoires consécutives à des élections nationales, comment expliquer ce “revers” enregistré par le président Chavez? Les chiffres de l’abstention, et la cartographie du “non” vont en ce sens bien au-delà des interprétations à sens unique proposées par la plupart des médias le lendemain du 2 décembre. L’abstention, structurellement située au-dessus des 30 % des votants (sauf en décembre 2006 : 25 %) depuis les années 1990, avant même l’arrivée de Hugo Chávez au pouvoir, s’est en effet déplacée de l’opposition ou des “ni-ni” (ni Chávez, ni l’opposition) à l’électorat chaviste, habituellement fortement mobilisé. Les grands centres urbains, particulièrement sensibles à l’insuffisance des réformes sociales (pourtant fer de lance de la popularité du président) et au fléau de l’insécurité, ont choisi le non. Comme l’indiqua Hugo Chávez lui-même au lendemain du référendum, ce type d’abstention ne signifie pas “voter contre”. Elle a cependant valeur, au-delà de l’intense débat politique qu’elle a suscité, d’avertissement, un avertissement qui prolonge les désaccords exprimés au sein du mouvement bolivarien depuis quelques années, notamment lors de la création du parti socialiste unifié du Venezuela courant 2007 (refus de certaines organisations, dont le Parti communiste, de se dissoudre dans la nouvelle formation). Un plébiscite a, de toute évidence, été perdu. Mais comme le soulignait le général Baduel, ancien ministre de la défense de Hugo Chávez, artisan de son retour au pouvoir lors du coup d’Etat manqué d’avril 2002, mais opposé à ce projet de réforme de la constitution, personne n’a gagné ni perdu. Le ministre de la défense, Gustavo Reyes Rangel Briceño, a tenu à déclarer que les forces armées respecteraient la décision des urnes. Toutes données qui nous invitent à repenser la nature du régime chaviste —pas ouvertement militariste contrairement à ce qui a été écrit par la plupart des analystes, mais d’inspiration prétorienne — et à relativiser la nature du leadership exercé par Hugo Chávez, non pas dictatorial mais charismatique et personnaliste dans la plus pure tradition vénézuélienne.

4Autre élément souvent oublié de cette apparente controverse : le consensus obtenu pour la première fois à l’endroit de la Constitution (bolivarienne) de 1999, plébiscitée ou reconnue y compris par l’opposition, et défendue … par le secteur militaire, dans la ligne il faut le souligner, des “événements” d’avril 2002 (tentative de coup d’Etat contre H. Chávez). La mention de cet épisode nous conduit à revenir sur la nature du projet bolivarien incarné par Hugo Chávez, et à dépasser les jugements rejetant le président vénézuélien dans la rubrique “dictateurs”, ou inversement, dans celle des “libérateurs” aux accents messianiques. Hugo Chávez n’est en effet que le représentant le plus récent d’un culte bolivarien ancré de longue date dans les pratiques politiques nationales et de pratiques politiques fondées sur un personnalisme sui generis.

Prétorianisme bolivarien

  • 4 Domingo Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, Centauro, 2000. Nous renvoyon (...)

5La mise en parallèle de ces deux éléments fondateurs de la culture politique vénézuélienne ne peut faire l’économie d’un troisième terme, fréquemment galvaudé, celui de populisme. Les premières expressions du populisme vénézuélien remontent aux premières décennies du XXe siècle. Un imaginaire politique moderne, conférant au “peuple” le statut d’acteur politique, se constitue en effet dans les années 1940. La particularité de ce processus, profondément distinct de ce que l’on observe au même moment dans le Brésil de Vargas ou l’Argentine de Perón, réside dans le fait qu’un parti politique d’inspiration léniniste en est à l’origine. Le Venezuela voit alors apparaître les partis politiques modernes. Tel est notamment le cas d’Action démocratique (Acción Democrática, AD). A la différence des formations populistes « classiques », AD va défendre la création d’institutions politiques démocratiques, en se réclamant de principes nationalistes, anti-oligarchiques et égalitaires. A la différence également des organisations brésiliennes ou argentines, où l’influence fasciste inspirée du modèle italien ne pouvait être écarté, les fondateurs d’AD (1941) avaient été membres d’organisations marxistes ou du Parti communiste (PCV). Tel est le cas de son fondateur, Rómulo Betancourt, le “père de la démocratie vénézuélienne”, dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance, des célébrations de toute évidence non dépourvues de critiques implicites à l’égard du régime chaviste, mais servant tout aussi bien à resituer la Révolution bolivarienne dans le cadre d’une culture politique nationale voire aux accents nationalistes. Jusqu’à cette date, l’imbrication particulière des relations civils-militaires, en d’autres termes l’influence déterminante du caudillisme, avait compromis l’instauration de principes démocratiques4.

  • 5 Frédérique Langue, Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan,1999, p. 3 (...)
  • 6 Expression que nous empruntons à Elizabeth Burgos, « Petropopulismo telegénico o mesiasnismo preto (...)
  • 7 Une excellente synthèse de ces années de « démocratie représentative » dans Jennifer McCoy, David (...)

6Les similitudes sont notables entre le processus qui a porté Hugo Chávez à la présidence de la République et le coup d’Etat du 18 octobre 1945. Cette conjuration civico-militaire qui conduisit AD au pouvoir marque en effet une rupture avec le passé en déplaçant l’ancienne élite dirigeante formée sous le régime du « tyran libéral » Juan Vicente Gómez (1908-1935)5. La « symbiose civils-militaires » initiée à cette occasion allait désormais marquer le devenir institutionnel et politique du pays. D’après Luis Castro Leiva, le « développement de l’idée morale de dictature », instrument conceptuel inhérent à la théorie républicaine du pouvoir , fut à l’origine du renversement en 1948 du président élu, Rómulo Gallegos. Puis de la dictature de Marcos Pérez Jiménez (1952-1958), jusqu’au renversement de celui-ci le 23 janvier 1958 et au pacte de Punto Fijo, qui rétablit la démocratie. L’alternance politique entre les deux grands partis, AD et Copei (parti social-chrétien) a caractérisé cette longue période de stabilité institutionnelle et démocratique, qui contrastait avec les régimes autoritaires ou dictatoriaux, du reste du continent latino-américain. Cette période de « populisme instrumental et discret »6, qui n’excluait pas la pratique du clientélisme voire de la corruption (d’où la chute de son principal inspirateur, Carlos Andrés Pérez, en 1993) fut aussi celle de la richesse pétrolière, à même de dissimuler les failles de cet Etat-providence et la fin de l’illusion rentière favorisée par les hauts revenus pétroliers. Autre particularité de ces 40 années de stabilité démocratique atypique — c’est la thèse de l’ « exceptionnalisme » vénézuélien —  : l’absence d’intervention de ce secteur militaire modernisé pendant la période « gomeciste », qui a accompagné mais non influencé le système des partis issu du pacte de Punto Fijo, à la différence, là encore, des pays voisins7.

7Le prétorianisme, tel que le définit l’historien Domingo Irwin, renvoie par conséquent à une "situation dans laquelle le secteur militaire d'une société donnée exerce une influence politique abusive, recourant à la force ou menaçant de le faire". Le prétorianisme continuerait en effet de se manifester d'une façon latente, en tant qu'arbitre ou depuis le gouvernement, bien après la création de l'armée moderne. Les tentatives de coup d'Etat de 1992 (l’une d’entre elles menée par H. Chávez) ne seraient à cet égard qu’une "expression d'un prétorianisme récurrent du XXe siècle". En revanche, le terme militarisme, d'utilisation plus récente et relativement connoté, fait état d’une "situation politique dans laquelle le secteur militaire d'une société donnée envahit celle-ci par une sorte de métastase, et parvient ainsi à dominer tous les aspects fondamentaux de la vie sociale". Or, le XXe siècle est pour le Venezuela le temps de structuration de l'institution militaire dans un cadre national. Les années soixante inaugurent non seulement une « symbiose civils-militaires » — alliance des élites politiques civiles et des chefs militaires, qui se manifeste dans la répression de la « lutte armée » — mais une phase d'accommodements, l'institution militaire redéfinit non seulement son rôle mais également ses moyens d'expression. L’armée se modernise en se professionnalisant, et renonce de ce fait à son caractère "prétorien". Celui-ci ressurgit cependant à la fin du siècle, avec la tentative de coup d’Etat de 1992 dirigée par Hugo Chávez, et la radicalisation du régime à partir de 2002 notamment, suite à la tentative de coup d’Etat à l’encontre de H. Chávez et à la grève générale de décembre 2002-janvier 2003. A partir de cette date, la présence des militaires, compagnons de route pour la plupart, aux postes de responsabilité, y compris dans les administrations publiques (ainsi à PDVSA, entreprise pétrolière nationale), est un fait avéré.

  • 8 Rickard Lalander, Suicide of the Elephants ? Venezuelan Decentralization between Partyarchy and Ch (...)

8L’étude des années soixante et de la "lutte armée", conduit à préciser cette caractéristique de l’institution militaire. L'échec de la guérilla aurait été davantage politique que militaire : en 1964 les dirigeants du PCV prirent la décision de renoncer à la lutte armée et firent le choix de stratégies électorales et démocratiques. Une autre réalité, relativement méconnue, est celle, au même moment, d'une alliance des forces armées avec les secteurs civils radicalisés, conjonction similaire à celle de la « Révolution » de 1945. L'échec de la guérilla aurait conduit par ailleurs ses "survivants politiques" à tisser des liens, d'une part avec le monde universitaire, et d'autre part avec les jeunes officiers. L’itinéraire de l’une des tendances conspiratrices identifiées au sein des forces armées se confond avec celui des « loges militaires clandestines » tels que le Mouvement bolivarien : l’« armée bolivarienne révolutionnaire » (Ejército bolivariano revolucionario ) est créée par H. Chávez et ses compagnons en 1983 (bicentenaire de la naissance du Libérateur Simón Bolívar). Elle deviendra ensuite « Mouvement bolivarien », suite à la prise de conscience que représenta pour les jeunes officiers la répression des révoltes populaires de février 1989, dans un contexte durable de crise des partis et de la représentation politique (le discrédit des partis expliquera ainsi l’émergence de candidats atypiques voire « anti-politiques » lors des élections présidentielles de 1998, remportées par H. Chávez)8.

  • 9 Domingo Irwin, Frédérique Langue, "Révolution bolivarienne et "paix violente". Les relations civil (...)
  • 10 Norberto Ceresole, sociologue argentin auteur de Caudillo Ejército Pueblo, La Venezuela del Comand (...)

9La fondation du parti Mouvement Ve République (1997), consacre la stratégie électoraliste d’un mouvement bolivarien cependant profondément attaché à la figure du « citoyen-soldat », comme le montre l’évolution de ces dernières années. Le MVR a cependant cessé d’exister en janvier 2007, date de création du Parti socialiste unifié (unique ?) du Venezuela9. La « Révolution pacifique et démocratique » des premières années de gouvernement a laissé la place au « Socialisme du XXIe siècle ». Le secteur militaire lui-même a connu une évolution substantielle : depuis sa reconnaissance en tant que « force armée nationale » placée sous un commandement unifié aux termes de la Constitution bolivarienne de 1999 à la « responsabilité conjointe de l'Etat et de la société" sur laquelle se fonde la sécurité de la nation (thème prêtant à controverse dans la plupart des pays latino-américains). Sa subordination au pouvoir civil est devenue plus relative, dans la mesure où l’exécutif — le président de la République en sa qualité de commandant en chef des forces armées — décide des promotions, sans compter l'extension des fonctions dévolues aux forces armées à des domaines de politique intérieure et de développement. La « fusion civils-militaires », thème cher au mouvement bolivarien depuis ses origines, surdimensionné par l’apport d’un ancien conseiller de Hugo Chávez, Norberto Ceresole, théoricien de la relation caudillo-armée-peuple, ressurgit en effet depuis l’année 2005. Le projet de H. Chávez comporte en effet la constitution d’une véritable armée révolutionnaire bolivarienne, qui compterait un million de soldats, soit des effectifs largement supérieurs à ceux de l’armée « classique », placés de surcroît sous le contrôle direct du président. La création de milices, la mobilisation de la population (réserve) en vue d’une attaque des Etats-Unis constamment évoquée dans les discours présidentiels — thème de la guerre asymétrique — vont en ce sens10.

Une guerre des imaginaires

10Les références bolivariennes telles qu’elles apparaissent dans le discours du président Chávez participent d’un imaginaire national qui trouve son origine dans les premières décennies du XIXe siècle et plus particulièrement dans la Révolution d’Indépendance. Le cas exemplaire de Bolívar est avant tout celui d’un personnage mythique, omniprésent dans la vie politique du pays. Héros rédempteur, précurseur dans une certaine mesure du panaméricanisme, ce défenseur des idées libérales pendant la Révolution d’Indépendance est devenue une référence incontournable des gouvernants vénézuéliens à la fin du XIXe siècle. Après le retour des “cendres du héros” en 1842 (Bolívar est mort à Santa Marta, actuelle Colombie, en décembre 1830), les gouvernements républicains et surtout le gouvernement positiviste de Guzmán Blanco initient le culte héroïque, Antonio Guzmán Blanco (président de 1870 à 1888) en célébrant le centenaire de sa naissance (1883) au Panthéon national. Dans un discours prononcé à l’occasion de cette commémoration, le mandataire évoquant ainsi le désordre des guerres fédérales et, en contrepoint, ce « nouveau Venezuela » mis en exergue par le « Père de la Patrie », symbole de civilisation et facteur de progrès.

  • 11 Elías Pino Iturrrieta, Nada sino un hombre. Los orígenes del personalismo en Venezuela, Caracas, E (...)
  • 12 E. Pino Iturrieta, Idem, pp. 94 -105. ; du même auteur : « Necesidad y despotismo de los héroes », (...)

11Défenseur de la liberté pour les uns, précurseur de l’Indépendance voire de l’anti-impérialisme pour les autres, Bolívar intéresse alors surtout pour l’aspect conservateur de sa pensée, y compris dans ses références à la « volonté générale », certes dans l’air du temps des penseurs des Lumières. Cet aspect n’exclut pas par ailleurs la concentration du pouvoir en un individu unique, investi notamment par un peuple « libéré ». Les représentations du héros et leur culte sont, en première instance, facteurs de cohésion, qui parent dans une certaine mesure aux urgences du moment. De sorte qu’il n’y a pas véritablement de contradiction en ce début du XIXe siècle, entre le fait que l’on acclame Bolívar comme Libertador et Capitaine général des armées du Venezuela en octobre 1813, l’enthousiasme vécu après la défaite de Monteverde, et l’établissement d’un autoritarisme imposé précisément au nom de la liberté, occulté cependant par l’hagiographie bolivarienne et sur le long terme11. Si l’on scrute en effet les écrits du « patriarche de la Jamaïque », juste après l’échec républicain (1812), ceux-ci témoignent non seulement de la volonté de mettre en œuvre une nouvelle stratégie guerrière, mais aussi de restaurer la figure du chef de guerre incontesté (« jefe sin embarazos »), figure dont les motifs résident dans l’appartenance du Libertador à l’élite créole blanche des mantuanos, et dans la prééminence de celle-ci sur la foule des métis et autres castas. En ce sens, la pensée de Bolívar ne dévierait en aucune façon de la préservation de ses intérêts voire prérogatives pourrait-on dire de « classe ». En témoignent la Carta de Jamaica, et la correspondance transmise à l’éditeur de la Gaceta Real de Jamaica, rédigée en 1815 depuis Kingston afin d’obtenir l’appui de l’Angleterre. Présentes dans trois textes fondateurs, le Manifieste de Cartagena, la Lettre de Jamaïque et le Discours au congrès d’Angostura, les idées de Bolívar sont cependant à resituer dans leur contexte. En aucun cas, le Libertador ne fut en effet un prophète, comme le rappelle E. Pino Iturrieta12.

  • 13 Pedro Enrique Calzadilla, « Las ceremonias bolivarianas y la determinación de los objetos de la me (...)

12La “religion civique” du bolivarianisme et le “musée itinérant” des objets et symboles qui liés à la geste bolivarienne assimilent par conséquent le mythe officiel du Libérateur (mythe en partie continental et que la Révolution bolivarienne reprendra à son compte) tout en revendiquant l’image beaucoup plus radicale du révolutionnaire qu’aurait été Bolívar sur le plan social13. Ces dernières années ont cependant vu la montée en puissance d’une histoire officielle et le détournement du “culte à Bolívar”, culte “pour et par le peuple” selon l’historien et ancien diplomate Germán Carrera Damas. Extrêmement mobilisateur, sorte de religion civique fondatrice d’une identité nationale que personne ne conteste, le “culte à Bolívar” a toujours été utilisé par les gouvernants vénézuéliens. Rédemptrice par définition, la Révolution bolivarienne y trouve l’un des fondements essentiels de l’”arbre aux trois racines” (Simón Bolívar, Simón Rodríguez, Ezequiel Zamora, général du “peuple souverain” au XIXe siècle). Hugo Chávez a lui-même indiqué en maintes occasions qu’il souhaitait “sauver le monde” (notamment de l’influence nord-américaine). La synthèse actuellement en usage, entre le culte héroïque et la célébration du révolutionnaire social (à cet effet, l’aristocrate blanc, le mantuano, devient parfois … métis!) demeure certes inégale, à l’image d’autres constructions identitaires qui relèvent du mythe (José Marti à Cuba). D’où la révision des “symboles patriotiques” qui alimentent véritablement l’imaginaire social et un discours — révolutionnaire — de rupture avec le passé ou “IVe République”, à l’image … de France— stigmatisant le régime des partis et faisant de l’”autre” un ennemi, la violence tendant à effacer la “différence”. D’où les modes d’organisation du “peuple”, sous forme de “cercles bolivariens”, créés en 1999 et particulièrement actifs dans les années suivantes— qui trouvent des antécédents dans les années 1940 avec les “civiques bolivariennes” fidèles au régime de López Contreras. 

  • 14 Marc Ferro, Les tabous de l’histoire, Paris, Nil Editions, 2002, pp. 33-34. Elías Pino Iturrieta, (...)

13Ce sont cependant les “symboles nationaux”, objets par excellence de la mémoire nationale, qui ont donné lieu à un débat extrêmement vif, mobilisant à la fin de 2005 des historiens des deux bords, revendiquant notamment la “cohésion nationale” et refusant l’usage de “fétiches idéologiques”. La référence aux indigènes y a été officialisée, et ceux-ci y apparaissent dans une pirogue, armés d’un arc ; mais surtout, le cheval qui regardait précédemment vers la droite (le cheval de l’”empire”, selon le président Chávez dans son émission dominicale Allo Président, ici de l’empire espagnol), regarde vers la gauche. L’histoire instrumentalisée par le pouvoir apparaît d’ailleurs au début de la Constitution en vigueur sont les valeurs de liberté, justice et paix internationale (se fondent) sur la doctrine de Simón Bolívar, le Libérateur”14.

14L’appropriation de mythes continentaux (Bolívar mais aussi le Che) va de pair avec une véritable guerre des images livrée dans les médias ou la publicité. S’y ajoutent les diverses commémorations d’inspiration historique, ou encore l’usage manichéen fait de noms de batailles afin de mobiliser les partisans à la veille d’une consultation électorale, ainsi Santa Inés (XIXe siècle) à la veille du référendum d’août 2004. Le « commando » chargé d’orchestrer la campagne politique et médiatique porte le nom de « Maisanta », révolutionnaire avant la lettre et aïeul présumé du président. Le 12 octobre devient le « jour de la résistance indigène » et donne lieu à des contre-célébrations (ainsi la destruction de la statue de Christophe Colomb à Caracas). A l’inverse, l’anniversaire de la révolte populaire du 27 février 1989 est dûment rappelé, de même que celui de l’anniversaire de la tentative de coup d’Etat dont H. Chávez fut le protagoniste le 4 février 1992.

  • 15 Frédérique Langue, “ Pétrole et revolution dans les Amériques. Le Venezuela de Hugo Chávez “, Héro (...)

15Les contreparties symboliques sont tout aussi notables, en d’autres termes les reliques sur lesquels s’appuie le culte bolivarien, bien au-delà des frontières nationales. Tel est le cas de l’épée du Libertador, offerte à Bolívar en 1825 par je gouvernement du Pérou, suite à l’une des victoires qui ont consacré le processus d’Indépendance. Cette arme fétiche exposée pour la première fois au Venezuela en 1878, est, depuis l’Indépendance, le symbole par excellence de l’identité nationale et régionale et participe de cette religion civique qui en 1889, en fait la propriété de la Nation. Le président Rojas Paúl l’acheta alors à la famille Bolívar. Pendant le régime de Gómez puis de ses successeurs (López Contreras, 1936-1941, et surtout, Marcos Pérez Jiménez 1948-1958), elle est de plus en plus fréquemment associée aux cérémonies et aux rituels militaires. Bolívar devient en quelque sorte le patron des militaires. Les textes fondateurs du mouvement bolivarien y font constamment allusion, des mouvements de guérilla le revendiquent, ainsi le M-19 colombien dans les années 70/80 (ce groupe « enleva » d’ailleurs l’épée d’un musée de Bogotá un 19 avril 1974, jour anniversaire de la défaite électorale du dictateur Rojas Pinilla). Des répliques de ce « fétiche républicain » sont dûment offertes aux visiteurs étrangers de haut rang, et Hugo Chávez lui-même n’a pas manqué d’y faire référence, un discours qui est repris par ses partisans à travers le mot d’ordre ou plutôt d’ « alerte », selon lequel l’épée de Bolívar parcourt (toujours) les Amériques, à l’instar du projet bolivarien — Révolution bolivarienne de H. Chávez comprise — censé libérer le continent de toute forme d’oppression (passée : l’empire espagnol, et présente : l’ « empire » américain) et de ses avatars altermondialistes15. A l’instar du M-19, dont les membres firent le choix en 1990 de se réinsérer pacifiquement dans la vie politique colombienne, d’autres mouvements de guérilla colombiens, ainsi les FARC et l’ELN, appartenaient à la « Coordination guérillera Simón Bolívar » (1985-87). L’un des emblèmes du Mouvement bolivarien pour la nouvelle Colombie, expression politique des FARC, était un drapeau orné du profil du Libertador, celui-ci regardant vers la gauche. Une Coordination continentale bolivarienne existe actuellement, qui regroupe des organisations de gauche, des mouvements de guérilla (dont les FARC) voire indigénistes et altermondialistes.

Personnalisme à la vénézuélienne : l’idée du gouvernant fort

  • 16 Alejandro Gómez, « L’épée du Libertador dans l’idéologie des révolutionnaires bolivariens », Probl (...)
  • 17 Frédérique Langue, “Métissage et rédemption au Venezuela. Des milices coloniales à la révolution b (...)
  • 18 Elías Pino Iturrieta, “Los mitos políticos se gastan”, Tal Cual Digital, 1/10/2007 et Nada más sin (...)

16De telle sorte que se trouve mise en évidence une autre facette du culte à Bolívar tel que l’a analysée Germán Carrera Damas : le « bolivarianisme-militarisme », le culte à Bolívar devenant plus offensif à la suite de la tentative de coup d’Etat contre H. Chávez en avril 200216. Mais le personnage de Bolívar fait aussi l’objet d’une vénération populaire, il se mêle aux croyances diverses et syncrétiques tel le culte à María Lionza, divinité métisse dont le culte est lui aussi célébré avec constance par la plupart des gouvernants vénézuéliens. Sur les autels populaires et familiaux trônent en effet des effigies du Libérateur17. La volonté de Hugo Chávez de reprendre le flambeau, d’être en quelque sorte le Bolívar du XXIe siècle procède certes d’une connaissance exhaustive des textes et de la pensée du Libertador. Elle se fonde par ailleurs sur un consensus notable sur le plan national, Bolivar étant un personnage historique suscitant l’unanimité. Des historiens ont cependant — et récemment — souligné les similitudes beaucoup plus marquées entre H. Chávez et l’un de ses prédécesseurs, José Tadeo Monagas, président dans les années 1847-1858, l’un de ces « hommes en armes » sans blason ni formation intellectuelle qui émergent de temps à autre dans l’histoire nationale. Monagas s’était en effet soucié de réformer la constitution afin d’assurer son maintien au pouvoir. Profondément méfiant à l’égard des partis, Monagas s’était entouré c’un cercle d’amis et de familiers, contrôlant de la sorte l’ensemble de l’appareil d’Etat. Monagas serait ainsi, dans l’histoire du Venezuela, la « première expression véritable du personnalisme vénézuélien », H. Chávez en représentant la version contemporaine. Resterait la question de l’identité « de gauche » du président vénézuélien. Or d’autres historiens se sont eux aussi préoccupés de confronter le Libertador à … Marx, insistant sur l’opinion somme toute peu favorable que celui-ci avait de Bolívar et sur la décontextualisation systématique qui prévaut au Venezuela dans les usages arbitraires qui sont faits des discours du Libertador18.

17L’historien « critique » Germán Carrera Damas, auteur de l’étude la plus précise consacrée au culte à Bolívar, a cependant esquissé un portrait beaucoup plus implacable de ce « culte permanent au Héros national-Père de la Patrie ». De cette dernière appellation il faut souligner qu’elle fut conférée à Bolívar en 1823, en même temps que la qualité de fondateur de la Grande Colombie). Dans la même veine, G. Carrera Damas stigmatise la « soumission récurrente à la figure de l’ « Anti-Héros national-Père de la Patrie » facilitée par l’exercice discrétionnaire voire autoritaire d’un culte héroïque se prêtant à toutes les manipulations. La référence à la « dictature  commissoire» exercée par Bolívar en 1828 et à la République libérale autocratique est ici incontournable. L’exercice de la fonction présidentielle au Venezuela participerait pour cet historien

« d’un archétype du despotisme, obtenu par divers apports, mais procédant d’une même disposition visant à engendrer un successeur, fondée sur la personnalité et l’œuvre des généraux Antonio Guzmán Blanco, Cipriano Castro, Juan Vicente Gómez, Eleazar López Contreras, Isaías Medina Angarita et Marcos Pérez Jiménez, et désormais, le lieutenant colonel auteur d’une tentative de coup d’Etat mais amnistié Hugo Chávez Frías ».

  • 19 Germán Carrera Damas, “Entre el héroe nacional-padre de la Patria y el anti-héroe nacional-padrote (...)

18Cet archétype établi par la « tradition » tel la déesse vengeresse Némesis, ferait obstacle aux « aspirations démocratique de la société vénézuélienne présentes depuis 1863 ». La connexion ainsi établie entre le Héros et l’Anti-Héros aurait fait que le premier a été constamment utilisé comme source de légitimation idéologique avec l’ « aval politique » du second, sans que l’opportunité de la désignation par le Président en titre de son successeur ait été clairement établie. La résultante en serait, toujours selon G . Carrera Damas, une sorte d’ « hybride de monarchie constitutionnelle » avalisée par «  toute une littérature cultivant par ailleurs l’exaltation de l’héroïsme militaire, terreau du caudillisme tout au long de l’histoire nationale, et ce, sous couvert de patriotisme »19. Le registre émotionnel dans lequel se situe Hugo Chávez, qualifié de « mage des émotions » dans les premiers temps de son gouvernement, porte-parole d’un (néo) populisme aux accents révolutionnaires, leader charismatique incontestable accentue le caractère liturgique des célébrations et références bolivariennes. Citations et faits d’armes sont répétés jusqu’à satiété, grâce à l’excellente mémoire du président, et en une sorte d’exaltation messianique du Libertador.

  • 20 Idem. Tal Cual, 1/1/2007: “Inés Quintero desnuda al El Bolívar de Carlos Marx”. Federico Brito Fig (...)

19D’après Elías Pino Iturrieta, ce ne sont pas les références elles-mêmes qui posent problème, mais leur caractère fragmentaire, la décontextualisation qui préside à leur utilisation, et le risque d’anachronisme que comporte cette instrumentalisation de l’histoire. La pensée et l’action de Bolívar ne manquent pas d’actualité, ils sont partie intégrante de l’histoire des idées et d’une lutte pour la justice sociale et la souveraineté des nations latino-américaines en une unité continentale — que Bolívar lui-même avait renoncé à voir de son vivant – mais demeurent datées dans le temps. La « révélation des masses » telle que la caractérise E. Pino à l’endroit du Libertador, ne survint en effet qu’après l’expérience de la Jamaïque, sans que soit modifiée pour autant la conception que Bolívar avait de la suprématie des créoles blancs. La « collectivité » cesse simplement d’être à la merci de ces derniers, à leur service exclusif, pour devenir « protagoniste de son destin » (protagonista de su suerte), suite — cependant— à un « processus de pédagogie civique derrière lequel se dissimule le « père de famille » résigné à troquer son rôle de juge pour celui de professeur. » Les usages du passé et les revirements symboliques imposés par l’instrumentalisation de celui-ci seraient identiques concernant un autre révolutionnaire », Ezequiel Zamora, « général du peuple souverain » pour l’historiographie marxiste, bandit de grand chemin pour les autres20.

20L’histoire récente du Venezuela constitue en ce sens un véritable laboratoire pour l’historien, aussi bien à l’échelle du pays lui-même qu’au-delà (compte tenu des désillusions idéologiques enregistrées par les gauches occidentales). Elle l’est d’autant plus que sont mises en avant une interprétation biaisée voire la manipulation des faits historique dans le cadre d’une nouvelle histoire officielle, l’émergence d’une pseudo-conscience historique (bolivarienne) et une rhétorique unifiée au profit d’un « langage à l’envers » qui fait du président un messie, si l’on en croit l’analyse récente effectuée par des anthropologues. Toutes considérations qui mettent en valeur des mémoires collectives désormais concurrentes, alors même que l’histoire tend à réunir sur des faits concrets, à l’épreuve de la critique des sources effectuée par l’historien professionnel.

  • 21 Jacqueline Clarac de Briceño, El “lenguaje al revés” (Aproximación antropológica y etnopsiquiátric (...)

21L’analyse du leadership de H. Chávez s’impose par conséquent. En termes de fonctionnement du système politique, et malgré le caractère ouvertement anti-politique de ses divers programmes (contre l’ « Ancien Régime » de la « IVe République »), le président Chávez est en effet devenu le chef d’Etat vénézuélien disposant du pouvoir personnel le plus marqué dans l’histoire du pays, depuis le régime de Juan Vicente Gómez (1908-1935). Le Venezuela se caractérise de fait par une forte tradition présidentialiste qui favorise la concentration du pouvoir en faveur de l’exécutif. Charisme et alliances partisanes (élections présidentielles de 1998, 2000 et 2006) se trouvent confortées par les majorités populaires (relation leader/masses populaires) et le soutien indéfectible des Forces armées nationales ou du moins d’une partie de celles-ci, le reste demeurant profondément respectueux de la Constitution et par conséquent, hostile à tout renversement par la force. Comparant les Constitutions de 1961 et 1999, certains auteurs n’hésitent pas à évoquer un exercice autoritaire du pouvoir et les prémices d’un culte centré sur la personnalité d’un leader, voir un « populisme autoritaire »21.

  • 22 Teodoro Petkoff, Dos izquierdas, Caracas, Alfadil, 2005, pp. 37-38.
  • 23 Elena Plaza, « La idea del gobernante fuerte en la historia de Venezuela (1819-1999) », Politeia, (...)

22L’histoire des sensibilités et des idées politiques — et des imaginaires politiques — autorise cependant une interprétation plus nuancée et pragmatique des évolutions subites et virages apparents réalisés par la Révolution bolivarienne, et contribue notamment à relativiser fortement l’interprétation « dictatoriale » voire  « totalitaire » avancée par les détracteurs du régime. Le gouvernement de Chávez n’est pas un gouvernement dictatorial et encore moins un gouvernement totalitaire à la cubaine, indiquait ainsi Teodoro Petkoff, tout en indiquant qu’il se s’agissait pas pour autant d’un régime démocratique, tout au plus d’un gouvernement fomentant un « populisme distributif et munificent »22. Le gouvernant fort est en effet présent dans la plupart des théories politiques issues de la période de l’Indépendance. Ce principe devenu hégémonique dans la réflexion politique vénézuélienne se fonde sur l’idée d’une présidence à vie et d’un « pouvoir moral » dont le dépositaire fut Simón Bolívar après le Congrès d’Angostura (1819) puis aux termes de la Constitution de la République de Bolivie (1826)23.

  • 24 Carlos Rangel, Del buen salvaje al buen revolucionario. Mitos y realidades de América Latina, Madr (...)

23Le mythe du sauveur de la patrie/nation, issu du sérail militaire, dans des conjonctures de crises voire de chaos — circonstances sur lesquelles H. Chávez insistera d’une manière à la fois universelle et pour ainsi dire téléologique en évoquant la figure du « diable » à l’ONU et les méfaits de l’impérialisme américain — s’inscrit dans le cadre de ces positionnements politiques de type personnaliste bien que libéraux qui s’installent de façon durable dans le panorama politique vénézuélien dès la fin du XIXe siècle. Devenu hégémonique au XXe siècle et cohabitant désormais avec les velléités « développementistes » du régime de Pérez Jiménez et son « nouvel idéal national », ce positionnement ambigu, prônant tout à la fois l’exercice d’une démocratie (mais participative) et la reconnaissance d’un leader « anti-partis » (aspect néo-populiste de H. Chávez) connaît la consécration à partir de 1999. C’est l’avènement de la « Ve République », en une mise en exergue du « bon révolutionnaire » et de ce millénarisme devenu « révolutionnarisme séculaire » que dénonça précisément Carlos Rangel dans son ouvrage paru en 1976,  Du bon sauvage au bon révolutionnaire 24.

24Sensibilités, passions mais aussi rationalités diverses se conjuguent dans ce « personnalisme politique » à la typologie cependant difficile à établir si ce n’est par les usages langagiers (Graciela Soriano) fondé certes sur un exercice personnel du pouvoir mais également sur la conviction que l’Etat se doit de former des citoyens « vertueux » et participer à la transmission de l’histoire au long d’un processus refondateur de la nation. Le Libertador lui-même fait les frais de cette réécriture de l’histoire voire de cette histoire officielle extrêmement prégnante qui tente de faire entrer les faits dans la révision mythique et manichéenne qu’elle sous-tend. En décembre 2007-janvier 2008, une autre étape fut franchie dans la « sanctification » du héros, avec la création de la commission présidentielle censée analyser les circonstances de la mort de Bolívar (celui-ci aurait été assassiné/empoisonné par les oligarques vénézuéliens et colombiens, et ne serait pas mort de maladie, d’après le président Chávez en personne). Quant aux restes du Libertador, actuellement conservés au Panthéon national, des doutes ont également été émis quant à leur authenticité. Un autre mythe, celui du complot, fait se rejoindre les héros du passé et celui du présent : en nombre d’occasions, H. Chávez n’avait pas manqué de dénoncer, au cours des années précédentes, les tentatives d’assassinat ourdies depuis les Etats-Unis, sur le modèle pour ainsi dire cubain (ce thème est fréquent dans les discours de Fidel Castro). Et plus récemment, les tentatives de déstabilisation en provenance de Colombie. La mise en opposition d’une histoire fondée sur le sens critique et résolument « du côté de la science », et d’une mémoire fondée désormais sur des sources contestables, génératrice d’émotions n’a ici que peu de raisons d’être25.

  • 26 Reinaldo Rojas, “El retorno de los héroes: el discurso político de Hugo Chávez y el. proceso const (...)

25La problématisation de la mémoire telle qu’elle apparaît dans ce type de conjoncture, conduit en effet à reconsidérer le concept même de mémoire, les non-dits de l’histoire. En ce sens, la réécriture de l’histoire telle que la dénoncent actuellement certains historiens confrontés à ce nouvel avatar du « réalisme magique » tend à constituer une mémoire distincte des « erreurs du passé » mais aussi de ses « hauts faits », de personnages « sanctifiés » par la prééminence des faits d’armes sur le civisme, au détriment de la lente et silencieuse construction de l’Etat nation. L’histoire du temps présent, par la prise en compte de la « réception » de ces événements et des sensibilités qui y affleurent, des affects fréquemment oubliés de l’histoire académique, tend en ce sens à relativiser l’appréhension du passé tout en la situant dans le long terme26.

26La réécriture en œuvre au Venezuela n’est dans cette perspective qu’une

«  …mutilation de la conscience nationale, dans la mesure où le baptême constitutionnel réduit l’évolution et la société au laps de temps doré de l’Indépendance et à l’action d’un seul maître d’œuvre. Cette désignation rejette dans les oubliettes la période coloniale et les efforts du peuple vénézuélien après 1830, en une scandaleuse négation que, malheureusement, la société n’a pas manqué de consentir».

27Le risque d’instrumentalisation des pratiques historiennes, manifeste dans le cas vénézuélien, les usages abusifs de l’histoire et de la « récupération » historiciste d’un passé héroïque ou, à l’inverse, voué aux gémonies, participe de ces « religions républicaines » fondées sur le ressentiment. Alors même que cette « chavologie », si prisée des thuriféraires d’une gauche autoritaire en voie d’extinction dans sa version européenne, ne devrait être qu’

  • 27 Luc Capdevila, “Les temporalités de l’événement en histoire”, Que se passe-t-il? Evénements, scien (...)

« une science partagée, ou une sorte de sport national, dans la mesure où elle se réfère nécessairement à l’intronisation, de nos jours même, d’un personnalisme»27.

  • 28 « Y además presidente del Psuv », Tal Cual, 23/2/2008. Personalismo o liderazgo democrático. El ca (...)

28Ce phénomène constant dans l’histoire du Venezuela, ce personnalisme que l’action du “père de la démocratie”, Rómulo Betancourt — dont on célèbre actuellement le centenaire de la naissance — n’aurait guère démenti, réapparaît enfin en ce début d’année 2008, avec la nomination de Hugo Chávez comme président du parti socialiste unifié (PSUV) …28 Tomás Lander, porte-parole de la pensée libérale au XIXe siècle, en fustigeait déjà les manifestations les plus tangibles, stigmatisant le « despote » Bolívar tout en soulignant la difficulté d’aller contre le mythe :

  • 29 Cité par Elías Pino Iturrieta, Nada sino un hombre. Los orígenes del personalismo en Venezuela, Ca (...)

« Les cendres des héros, et même les meubles sans valeur qui leur servirent, furent conservés intacts et respectés par des nations entières. De somptueux mausolées se refermèrent sur ceux-ci alors que des urnes dorées recueillaient celles-là, tels des monuments sacrés en leur honneur, tels souvenirs de la gratitude que leur vaut leurs hauts-faits. Et si ainsi il a été fait eu égard à leur mémoire, quelles seraient les considérations dont ils furent comblés pendant leur importante existence sur terre ? Des palais magnifiques, des banquets splendides et des hymnes en leur gloire étaient les manifestations de la reconnaissance de leurs contemporains. Comment mon humble plume osera-elle, comment mon entendement se hasardera-t-il à appliquer la censure à des traits de l’esprit du héros des héros ? De celui qui occupe par sa renommée l’extension des deux mondes, de celui qui décore avec ses images les alcazars des rois, de celui qui dépasse César en courage, Alexandre en triomphes, Caton en prudence et les Decius en patriotisme ? »29

  • 30 Celia Hart, « A propósito del « falso remedio » de Heinz Dieterich », Rebelión, 18/11/2007 http:// (...)

29Plus que dans la déception exprimée par un ancien chaviste (Heinz Dieterich) et la polémique lancée sur ce point par Celia Hart, le « principe d’incertitude » évoqué ici, semble résider dans les destinées de cette “paix violente” qui caractérise l’histoire du continent depuis quelques décennies, et très exactement celle du Venezuela depuis les années 90. Malgré le retour du Venezuela à des modalités de fonctionnement politique plus classiques, en ce sens que le pays rejoint désormais les autres pays (M. Coppedge, thèse de l’exceptionnalisme, fondée entre autres sur la démocratie rétablie en 1958, contrastant avec les régimes autoritaires voisins), la tradition prétorienne continuera-t-elle de faire obstacle aux velléités militaristes, certes favorisées par les pressions extérieures en tout genre? La constante présidentialiste s’inscrira-t-elle dans la ligne des divers personnalismes qui ont marqué la fonction présidentielle, ou s’infléchira-t-elle vers une forme d’autoritarisme plus marqué? Les forces armées ont, pour leur part, fait connaître leur position après le “revers” électoral du président, réaffirmant leur caractère “constitutionnaliste”. Et après le référendum-plébiscite perdu, des rumeurs attribuaient au haut commandement la « reconnaissance » par Hugo Chávez de son « revers » 30.

Haut de page

Notes

1 « Moi le suprême », titre d’un ouvrage de l’écrivain paraguayen Augusto Roa Bastos (1974), mettant en scène le dictateur Francia (trad. française Belfond, 1977).

2 Elu en décembre 1998, Hugo Chávez est réelu lors des “méga-élections” de 2000, puis en décembre 2006. Sur l’élection présidentielle de 2006, voir  Carlos Romero, « Le Venezuela : une société en mutation », Problèmes d’Amérique latine , n° 65, 2007 (« Venezuela, révolution dans les institutions », coord. David Recondo et Frédérique Langue), pp. 11-31. Voir dans ce même numéro l’article de Teodoro Petkoff.

3 Le referendum de 1999 avait consacré l’adoption de la nouvelle constitution, dite “bolivarienne”, qui remplace la charte constitutionnelle de 1961.

4 Domingo Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, Centauro, 2000. Nous renvoyons au site de la Fondation Rómulo Betancourt http://www.fundacionromulobetancourt.org/

5 Frédérique Langue, Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan,1999, p. 310 ss., Hugo Chávez . Une action politique au pays de Bolívar, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 94 ss. (« Le « chavisme », avatar ou négation du 18 octobre ? ») et “ Pétrole et révolution dans les Amériques. Le Venezuela de Hugo Chávez “, Hérodote, n° 123, 4e trimestre 2006, pp. 41-61. http://www.herodote.org Manuel Caballero, Gómez, el tirano liberal, Caracas, Monte Avila Editores, 1994.

6 Expression que nous empruntons à Elizabeth Burgos, « Petropopulismo telegénico o mesiasnismo pretoriano » : el caso de Venezuela », inédit.

7 Une excellente synthèse de ces années de « démocratie représentative » dans Jennifer McCoy, David J . Myers (editors), The Unraveling of Representative Democracy in Venezuela, Baltimore-London, The Johns Hopkins University Press, 2004.

8 Rickard Lalander, Suicide of the Elephants ? Venezuelan Decentralization between Partyarchy and Chavismo, Renvall Institute Publication, University of Helsinki/Institute of Latin American Studies, Stockolm University, Helsinki-Stockolm, 2004.

9 Domingo Irwin, Frédérique Langue, "Révolution bolivarienne et "paix violente". Les relations civils-militaires au Venezuela", Problèmes des Amériques Latines, n°49, 2003, pp. 7-38.

10 Norberto Ceresole, sociologue argentin auteur de Caudillo Ejército Pueblo, La Venezuela del Comandante Chávez (Madrid , 2000) fut conseiller des dictatures du cône sud. Cf. Frédérique Langue, Hugo Chávez et le Venezuela, pp. 52, 59, 74, 159, 163. Sur l’évolution récente des relations civils-militaires, voir la synthèse de Domingo Irwin, « Les relations civils-militaires au Venezuela. Hugo Chávez Frías et les Forces armées nationales, 1999-2007 », Problèmes d’Amérique latine , n° 65, 2007, pp. 63-92.

11 Elías Pino Iturrrieta, Nada sino un hombre. Los orígenes del personalismo en Venezuela, Caracas, Editorial Alfa, 2007, pp. 87-88, 93 (doutes émis par Bolívar lui-même en 1814)

12 E. Pino Iturrieta, Idem, pp. 94 -105. ; du même auteur : « Necesidad y despotismo de los héroes », revue Imagen, Caracas: Consejo Nacional de la Cultura (Conac) de Venezuela, abril-mayo de 1998, http://www.simon-bolivar.org/bolivar/despotismo_de_los_heroes.html repris dans Venezuela analítica http://www.analitica.com/ ; El Ucabista, mayo de 2000, http://www.ucab.edu.ve/p La Carta de Jamaica est disponible sur le site de la Academia Nacional de la Historia http://www.anhvenezuela.org/ Le commentaire d’E. Pino : Nueva lectura de la Carta de Jamaica, Caracas, Monte Avila Editores Latinoamericana, 1999, Colección Breve.

13 Pedro Enrique Calzadilla, « Las ceremonias bolivarianas y la determinación de los objetos de la memoria nacional en Venezuela », Tierra Firme, 2004, vol. 22 n.86 . disponible sur le portail Scielo : http://www2.scielo.org.ve/ G ; Carrera Damas, El culto a Bolívar, pp. 126-127.

14 Marc Ferro, Les tabous de l’histoire, Paris, Nil Editions, 2002, pp. 33-34. Elías Pino Iturrieta, "La historia oficial", El Universal, lunes 27 de octubre, 2003. El Universal et El Nuevo Herald, 8/3/2006. El Universal 28/11/2005. Germán Carrera Damas, El culto a Bolívar, Caracas, Grijalbo, 1989 ; y Alternativas ideológicas en América Latina contemporánea (El caso de Venezuela: el bolivarianismo-militarismo), Gainesville, University of Florida-Universidad Central de Venezuela, 2001. Gerardo Blyde, “Batalla de símbolos”, El Universal, 23/6/2004 et “Bolívar, mantuano Libertador”, El Universal, 10/3/2006. F. Langue, Hugo Chávez …, op. cit, cap. IV : “Symboles et imaginaire du Chavisme”, . Academia Nacional de la Historia, comunicados de prensa de los 23/2/2006 y 3/3/2006 : http://www.anhvenezuela.org/doctrina.php?id=11 Nelly Arenas y Luis Gómez Calcaño, “Los círculos bolivarianos; el mito de la unidad del pueblo”, América Latina Hoy (Universidad de Salamanca), 39, 2005, pp. 167-193. Elías Pino Iturrieta, “La Revolución de San Simón”, Letras Libres (México), julio de 2005 http://www.letraslibres.com Sur l’instrumentalisation des usages du passé dans le cas latino-américain, cf ; Frédérique Langue, « L’histoire des sensibilités. Non-dit, mal dire ou envers de l’histoire? Regards croisés France-Amérique latine », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Número 6 - 2006, mis en ligne le 17 mars 2006, référence du 11 mars 2008, disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/document2031.html

15 Frédérique Langue, “ Pétrole et revolution dans les Amériques. Le Venezuela de Hugo Chávez “, Hérodote, n° 123, 4e trimestre, pp. 41-61. http://www.herodote.org

16 Alejandro Gómez, « L’épée du Libertador dans l’idéologie des révolutionnaires bolivariens », Problèmes d’Amérique latine, n°60, printemps 2006, pp. 95-114. María Elena González Deluca, “Historia, usos, mitos, demonios y magia revolucionaria”, Revista Venezolana de Economía y Ciencias Sociales, 2005, vol. 11, n°2 (mayo-agosto), pp. 159-186. http://revele.com.ve//pdf/revista_venezolana_de_economia_y_ciencias_sociales/vol11-n2/pag159.pdf

17 Frédérique Langue, “Métissage et rédemption au Venezuela. Des milices coloniales à la révolution bolivarienne", D'esclave à soldat. Miliciens et soldats d'origine servile XIIIe-XXe siècles, coord. Carmen Bernand, Alessandro Stella, Paris, L’Harmattan, pp. 301-326

18 Elías Pino Iturrieta, “Los mitos políticos se gastan”, Tal Cual Digital, 1/10/2007 et Nada más sino un hombre …, pp. 135 ss. Uno de los primeros acercamientos al tema del personalismo venezolano en Lourdes Molero de Cabeza, “El personalismo en el discurso político venezolano. Un enfoque semántico y pragmático”, Espacio Abierto, v. 11 n.2, Maracaibo 2002 (disponible en Scielo Venezuela). Inés Quintero, Vladimir Acosta, El Bolívar de Marx, Caracas, Editorial Alfa, 2007. Une analyse extrêmement critique du langage du populisme dans Luis Ricardo Dávila, « The Language of a Populist Revolution » (2004) http://www.saber.ula.ve/db/ssaber/Edocs/papers/derecho/luis-davila/languaje-populist.pdf

19 Germán Carrera Damas, “Entre el héroe nacional-padre de la Patria y el anti-héroe nacional-padrote de la patria”, Arbor Ciencia-Pensamiento y cultura, CLXXXIII-724, marzo-abril 2007, pp. 203-210 Reproducidos en : http://www.saber.ula.ve/db/ssaber/Edocs/pubelectronicas/procesoshistoricos/vol5num10/documento1.pdfhttp://www.aladecuervo.net/logogrifo/0502/sem4/conciencia_nacional.htm. Clément Thibaud, Les armées de Bolivar dans les guerres d'indépendance du Venezuela et de la Colombie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006. Une très complète et récente biographie de Bolívar : John Lynch, Simón Bolívar. A Life, New Haen-London, Yale University Press, 2007.

20 Idem. Tal Cual, 1/1/2007: “Inés Quintero desnuda al El Bolívar de Carlos Marx”. Federico Brito Figueroa, Tiempo de Ezequiel Zamora, Caracas, UCV/EBUC, 1981. E. Pino, Nada más sino un hombre …, pp. 156, 171. Sur les origines coloniales de la « suprématie mantuana », voir E. Pino Iturrieta, Contra lujuria, castidad, Caracas, Alfadil Ediciones, 1992, pp. 28 ss. , F. Langue, Aristócratas, honor y subversión en la Venezuela del siglo XVIII, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 2000, passim, y « Silencio, honor y desgarramiento. Familias mantuanas del siglo XVIIII », en Dora Dávila Mendoza (coord.), Historia, género y familia en Iberoamérica (siglos XVI al XX), Caracas, Fundación Konrad Adenauer-UCAB/IIH, 2004, pp. 103-126.

21 Jacqueline Clarac de Briceño, El “lenguaje al revés” (Aproximación antropológica y etnopsiquiátrico al tema), Mérida (Venezuela), ULA/GRIAL-CIET/ed. Dabanata, 2005. Elías Pino Iturrieta, El divino Bolívar. Ensayo sobre una religión republicana, Madrid, Catarata, 2003 et "La historia oficial" (aquí citado), El Universal, lunes 27 de octubre, 2003. Frédérique Langue, « Petróleo y revolución en las Américas. Las estrategias bolivarianas de Hugo Chávez », Revista Venezolana de Ciencia Política, n°29, enero-junio 2006, pp. 127-152. Nelly Arenas, Luis Gómez Calcaño, Populismo autoritario: Venezuela 1999-2005, Caracas, CENDES, 2006.

22 Teodoro Petkoff, Dos izquierdas, Caracas, Alfadil, 2005, pp. 37-38.

23 Elena Plaza, « La idea del gobernante fuerte en la historia de Venezuela (1819-1999) », Politeia, 2001, vol. 24, no.27, p.7-24.

24 Carlos Rangel, Del buen salvaje al buen revolucionario. Mitos y realidades de América Latina, Madrid, Gota/Fundación Faes, 2007 (1976).

25 El Universal, 29 & 30/1/2008 : http://politica.eluniversal.com/2008/01/30/pol_art_comision-sustanciara_693257.shtml

26 Reinaldo Rojas, “El retorno de los héroes: el discurso político de Hugo Chávez y el. proceso constituyente en Venezuela de 1999” (2000), inédit. Elías Pino Iturrieta, "La historia oficial", El Universal, lunes 27 de octubre, 2003. Graciela Soriano de García Pelayo, El personalismo político hispanoamericano del siglo XIX, Caracas, Monte Avila, 1996, et : "Aproximaciones al personalismo político hispanoamericano del siglo XIX.", in Revista del Centro de Estudios Constitucionales, n° 7, Madrid, septiembre-diciembre 1990, pp. 203-218 (disponible sur Dialnet : http://dialnet.unirioja.es/ )

27 Luc Capdevila, “Les temporalités de l’événement en histoire”, Que se passe-t-il? Evénements, sciences humaines et littérature (sous la direction de D. Alexcandre, M. Frédéric, Sabrina Parent et alt.), Rennes, PUR, 2004, pp. 79-89. E. Pino, « Los mitos políticos … », Idem. Marc Ferro, Le ressentiment dans l’histoire, Paris, Odile Jacob, 2007. Luis Castro Leiva, De la patria boba a la teología bolivariana , Caracas, Monte Avila, 1987.

28 « Y además presidente del Psuv », Tal Cual, 23/2/2008. Personalismo o liderazgo democrático. El caso de Rómulo Betancourt. Estudio preliminar de Juan Carlos Rey, Caracas, Fundación Rómulo Betancourt, 2007, Serie Cuadernos de Ideas Políticas Nº 5

29 Cité par Elías Pino Iturrieta, Nada sino un hombre. Los orígenes del personalismo en Venezuela, Caracas, Editorial Alfa, 2007, p. 302. Sur cette période et les origines du libéralisme criollo, voir du même auteur, Las ideas de los primeros Venezolanos, Caracas, Monte Avila Editores Latinoamericana, 1992. Diego Bautista Urbaneja, La idea política de Venezuela 1830-1870, Caracas, Cuadernos Lagoven, 1988, serie Cuatro Repúblicas. Pour une sélection des écrits de T. Lander, voir Pensamiento liberal del siglo XIX (antología), selección y estudio preliminar Inés Quintero, Caracas, Monte Avila Editores, 1992, Biblioteca del pensamiento venezolano José Antonio Páez,

30 Celia Hart, « A propósito del « falso remedio » de Heinz Dieterich », Rebelión, 18/11/2007 http://www.rebelion.org/noticia.php?id=59185 et un résumé de la polémique en Piensa Chile http://www.piensachile.com/content/vi 20/11/2007 « Debate de ideas entre Celia Hart y Heinz Dieterich: el SI o NO en Venezuela » (sur les positionnements des uns et des autres à la veille du référendum et suite à la prise de position de l’ancien ministre de la défense le général R. Baduel à l’encontre de H. Chávez David R. Mares, Violent Peace: Militarized Interstate Bargaining in Latin America, New York, Columbia University Press, 2001. Michael Coppedge, “Explaining Democratic Deterioration in Venezuela Through Nested Inference,” in Frances Hagopian and Scott Mainwaring, eds., The Third Wave of Democratization in Latin America ? Cambridge University Press, 2005. El Nacional, 4/12/2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Document sans titre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 25 mars 2008, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/29012 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.29012

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page