Navigation – Plan du site
Débats | 2008
Luc Capdevila

Métissage et genre de la nation dans la presse de guerre paraguayenne

(Cabichuí et El Centinela, 1867-1868)
[24/03/2008]

Résumés

Ce texte interroge la construction du genre de la nation paraguayenne dans le discours de mobilisation, à travers les gravures publiées dans la presse de guerre, lors du conflit de la Triple Alliance. Il montre comment, dans cette représentation, le genre de la nation paraguayenne a été progressivement ethnicisé, tandis que l’image de l’ennemi consista dans une représentation stable associant le désordre ethnique à celui des sexes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

Paraguay, genre, nation, guerre, presse

Keywords :

war, gender, press, Paraguai

Palabras claves :

prensa, género, guerra, Imprensa, nación

Palavras Chaves :

nação
Haut de page

Notes de la rédaction

L’argument présenté dans cet article a été présenté une première fois dans : “O gênero da nação nas gravuras da imprensa de guerra paraguaia: Cabichuí e El Centinela, 1867-1868”, ArtCultura: Revista de História, Cultura e Arte (Universidade federal de Uberlândia-MG/Brasil), vol. 9/14, 2007, p. 9-22.

Texte intégral

1La guerre, la guerre totale en particulier, relève d’un type d’événement intensément producteur d’archives du genre. Deux facteurs principaux expliquent ce phénomène. Le premier est technique. La mobilisation des ressources humaines, économiques, symboliques, pour assurer la défense de l’identité d’une population en déployant une violence sans limite, oriente une grande partie de la production matérielle vers l’effort de guerre, ce qui génère des masses d’archives. Le second est d’ordre symbolique. La guerre est une institution majeure qui participe de la mise en ordre de la différence des sexes depuis la préhistoire : face aux femmes culturellement réduites à la maternité, la virilité masculine s’est construite à partir du mythe du guerrier. En ce sens, l’articulation genre/guerre peut apparaître comme une invariance anthropologique ayant traversé la très longue durée. Mais, à l’échelle historique, les dynamiques culturelles impulsées par la guerre totale ont conduit à brouiller la place des hommes et des femmes dans la société, et ont influé sur les identités de genre. Autrement dit, tout en exacerbant la virilité guerrière masculine et en maintenant les femmes dans une relation de subordination les cantonnant au soutien et au réconfort des hommes, les dynamiques du champ de bataille favorisent des transferts, font bouger les lignes, provoquent des traumatismes, qui en transformant les hommes et les femmes impulsent l’ajustement des rapports de sexe. Aussi, si une grande partie du discours de mobilisation émis au cours de l’événement a pour fonction de stimuler les identités de genre, en exerçant sur les individus – sous l’emprise de l’effort de guerre – de fortes contraintes morales, simultanément il convoque un système de représentations structurant sur le genre en guerre dont la finalité consiste, dans l’esprit des mobilisateurs, à préserver la société menacée de se dissoudre dans l’événement.

2La guerre de la Triple Alliance (1864-1870) est exemplaire de ces situations. Grand moment de mobilisation, principalement au Paraguay et au Brésil1, elle a impulsé la production d’une masse d’archives notamment iconographiques (photographies, gravures, peintures, etc.)2. Au Brésil, Peter Beattie a montré à partir de dessins de presse, en quoi ces images véhiculaient un discours complexe sur le genre : l’imagier manichéen de dénigrement de l’ennemi et de valorisation de soi étant doublé par une critique acerbe sur les conditions du recrutement forcé, et son corollaire de brouillage du genre et de déni de virilité3.

3Sur le versant paraguayen la guerre fut totale. L’ensemble des ressources humaines a été mobilisé pour alimenter les besoins du champ de bataille. À l’inverse du postulat de Carl von Clausewitz pour qui la guerre consistait dans le prolongement de la politique avec d’autres moyens4, dans le Cône sud la guerre cessa de servir le politique pour devenir une fin en soi : « vaincre ou mourir » a été la devise appliquée concrètement par le maréchal López, le chef du Paraguay. La quasi-totalité des hommes âgés de plus de dix ans fut recrutée pour le combat, tandis que les femmes étaient mobilisées dans la logistique et le ravitaillement, le gouvernement de López s’opposant à ce qu’elles prissent les armes. Car au Paraguay, comme ailleurs dans des circonstances similaires, les lignes du genre bougeaient : des Paraguayennes étaient militarisées dans la logistique, par la force des choses elles assuraient à l’arrière des activités traditionnellement masculines (dressage des chevaux, abattage du bétail...), certaines demandèrent à combattre. Après cinq ans de guerre le Paraguay de López fut anéanti : il perdit 40 % de son territoire initial et les deux-tiers de sa population totale. Les hommes payèrent un lourd tribu : 80 % de la population masculine âgée de plus dix ans disparut durant le conflit. Dans le Paraguay autocratique des López les phénomènes d’opinion publique étaient limités. La succession des régimes autoritaires depuis l’Indépendance n’avait pas permis le développement de la presse. Mais les besoins de la mobilisation morale au cours de la guerre provoquèrent une véritable révolution journalistique. Des périodiques illustrés avec une grande créativité surgirent dans un contexte de très forte contrainte, le thème du genre de la nation étant prégnant dans les gravures porteuses du discours de mobilisation. Le contexte historique et l’environnement culturel spécifique font de la presse de guerre paraguayenne une source historique de première importance. Mais, il est particulièrement intéressant d’observer au cours de cet épisode, qui conduit à stabiliser la géopolitique régionale du Cône sud, quelles représentations sexuées de la nation structuraient l’imaginaire des populations métis, convaincues qu’elles participaient à une guerre internationale.

4Avant d’analyser la construction du genre paraguayen dans les images supports du discours de mobilisation, il est nécessaire de présenter les caractéristiques de cette nouvelle presse. Il sera ensuite possible d’étudier en quoi ces gravures ont accompagné la dynamique de genre impulsée par l’événement.

La presse de guerre illustrée, une révolution journalistique dans le Paraguay des López

5La presse paraguayenne était récente, à la lecture aride et sous l’emprise totale du pouvoir. Imprimée sur les presses de l’État, elle était rédigée en castillan par le chef du gouvernement et ses proches collaborateurs. Elle n’existait pas sous Francia (1811-1840). Carlos Antonio López, président de 1844 à 1862, la fonda dans le cadre de sa politique de modernisation. Il créa un premier hebdomadaire : El Paraguayo Independiente (1845-1852), suivi en 1853 par El Semanario de Avisos y Conocimientos Útiles. L’organe d’État était à la fois un bulletin officiel et une tribune du pouvoir, tout en offrant aux lecteurs une chronique de la vie asuncène. La politique d’ouverture de don Carlos l’amena à expérimenter une presse autonome. L’intellectuel espagnol Ildefenso Bermejo publia, entre 1855 et 1857, un hebdomadaire dont le ton était parfois critique : Eco del Paraguay5 ; la tentative tourna court dès les premiers numéros. Ce dernier lança également une revue littéraire mensuelle de courte vie : La Aurora (1860-1862). Jusqu’en 1864 l’expérience journalistique paraguayenne demeura limitée.

6La guerre entraîna simultanément un développement et une mutation de la presse. Quatre nouveaux périodiques furent créés entre avril 1867 et février 1869 : deux furent illustrés par des gravures, mêlant la pompe d’État avec l’humour et l’impertinence. Autre nouveauté : la langue guaraní fut employée dans ces feuilles. L’un d’entre eux fut entièrement composé en guaraní vernaculaire : Cacique Lambaré. Cabichuí, titre d’un autre journal, est le nom guaraní d’une petite abeille très agressive. Sous don Carlos, le guaraní était interdit à l’école et dans l’administration : le castillan était censé transmettre la modernité. Le guaraní prit une autre valeur avec la guerre : comme plus tard, au cours de la guerre du Chaco (1932-1935), il cristallisa le sentiment patriotique. Francisco Solano López, lui-même polyglotte, l’employait dans ses discours, pour les communiqués militaires ; la transmission des ordres dans la langue maternelle était d’évidence plus efficace sur le champ de bataille, nombre de soldats étant monolingues6. La presse de guerre fit ainsi passer le guaraní de l’oralité à l’écrit publié et, plus encore, des mots de l’intime à la parole publique.

7Les périodiques guerriers demeurèrent entièrement sous l’emprise du pouvoir7. Ils étaient de l’initiative du maréchal López lui-même qui, selon le colonel Juan Crisóstomo Centurión – l’un des maîtres d’œuvre de cette presse de tranchées –, « employait tous les moyens » pour conserver le moral de ses troupes8. El Centinela9, fut publié d’avril 1867 à févier 1868 dans les ateliers de l’imprimerie nationale. Il en fut de même pour l’édition en guaraní du Cacique Lambaré10 de juillet 1867 à septembre 1868. Cabichuí en 1867-1868 et La Estrella de février à juillet 1869 sortirent directement des presses de l’armée installées auprès du quartier général. En somme, entre 1867 et 1869, cinq périodiques ont été publiés simultanément derrière les lignes paraguayennes, en comptant El Semanario. Solano López les surveillait de près, il se faisait communiquer quotidiennement le contenu des journaux d’Asunción par télégraphe.

8Juan Crisóstomo Centurión affirma que les journaux étaient « abondamment » distribués au sein de la troupe et jusque dans les campagnes. Les tirages ne sont pas connus. Il est néanmoins probable qu’ils fussent restés faibles en raison de la pénurie de papier. Ces périodiques étaient d’évidence destinés aux Paraguayens, notamment aux soldats. Le taux d’alphabétisation des hommes dans le Paraguay d’avant-guerre était important. Depuis le docteur Francia, l’école gratuite et obligatoire avait élevé la scolarisation des garçons à des taux comparables à ceux de la Prusse et de la France, c'est-à-dire à des niveaux très supérieurs à ceux des États voisins à la même époque11. La qualité générale, d’une instruction délivrée en espagnol, restait néanmoins médiocre. Les femmes, par contre, étaient massivement analphabètes. La presse de guerre était certes principalement destinée aux hommes placés sous les drapeaux, mais l’utilisation des gravures élargit son rayonnement au-delà même des lignes paraguayennes. En effet, les légendes des gravures de Cabichuí sont souvent en portugais. De ce fait, des militaires brésiliens témoignèrent que Cabichuí était délibérément répandu dans les cantonnements de l’Alliance12.

9Nonobstant, l’information passait par l’oralité et les contextes de groupe. Pendant la guerre, les nouvelles du front étaient en général transmises par El Semanario. Le commandant de la milice, le juge de paix en recevaient un exemplaire, puis ils en transmettaient le contenu à leurs hommes ou à leurs administrés. Julio Chiavenato a affirmé que les soldats paraguayens étaient « mieux informés sur les événements que ne l’étaient les officiers brésiliens » eux-mêmes, notamment par la lecture d’El Semanario, puis de Cabichuí13. La formule est exagérée. Mais, le soin apporté par l’État paraguayen pour communiquer avec sa troupe reste remarquable. Au tout début de la mobilisation, les conscrits étaient rassemblés tous les jours pour écouter des discours sur l’évolution de la crise et sur les buts de guerre paraguayens. Ce lien, entre le pouvoir, la troupe et la population non-combattante n’a jamais été rompu. Le soin apporté par le pouvoir à l’impulsion et au maintien d’une presse de guerre originale sont exemplaires.

10Le développement de la xylogravure dans El Centinela et dans Cabichuí, conjointement à l’usage de la langue vernaculaire ont participé d’une même volonté politique. Le niveau de compréhension de la lecture de textes touffus, en petits caractères et en castillan, demeurait médiocre pour la plupart des soldats. Les caricatures par contre installaient une connivence avec les lecteurs, en leur offrant des images en résonance avec leur univers mental. Josefina Plá et Ticio Escobar ont mis en évidence le caractère inédit et populaire des gravures de Cabichuí et d’El Centinela, qui tranche avec l’académisme européen et la pompe officielle émanant de la culture d’État des López présents dans les écrits de ces journaux14. La finalité des images était d’illustrer les articles. Mais elles interprétèrent à leur manière le discours officiel. Elles se suffirent à elles-mêmes. Très expressives, elles s’épanouirent et projetèrent sur la guerre un langage impertinent, moqueur et jubilatoire, dont les références puisaient dans un imaginaire métis, qui jusqu’alors n’était pas parvenu à imposer dans l’imprimé du Paraguay indépendant un espace de création. Des graveurs on sait peu de choses. Ceux d’El Centinela étaient des soldats évacués du front ; de même, dans l’atelier de Cabichuí travaillaient des « artistes soldats ». D’origine populaire, ils n’avaient reçu, semble-t-il, la moindre formation académique15.

11Le rôle de ces périodiques était évidemment de canaliser l’information. Plus encore, il était de resserrer le tissu patriotique, de créer un contexte de connivence entre les mobilisateurs et les mobilisés.

« Nous et eux », la représentation des nations en guerre selon Cabichuí et El Centinela

12Cette analyse a été réalisée à partir de l’édition en fac-similé des deux journaux illustrés réalisée par le Museo del Barro à Asunción. La collection d’El Centinela publiée en 1998 est complète : elle compte 36 numéros réunissant 49 gravures. Celle de Cabichuí datant de 1984 est lacunaire : il manque 10 numéros16 pour un ensemble qui en compte 87 au total, les 77 conservés en l’état rassemblant 176 gravures. L’analyse porte ainsi sur une série de 225 dessins de presse, les deux journaux présentant des différences d’élaboration et de style bien marquées : Cabichuí était publié sur les presses du front, El Centinela l’était à l’arrière ; les gravures de Cabichuí plus nombreuses, plus drôles et inventives puisent davantage dans l’imaginaire paraguayen, tandis que celles d’El Centinela plus figées et stéréotypées s’inspirent d’une esthétique néo-classique européenne. Mais les deux périodiques présentent un traitement sensiblement comparable de la figure de l’ennemi et de la représentation de soi, à partir desquelles il est possible de décliner le genre de la nation.

13De manière habituelle dans les temps de conflit, le discours de mobilisation véhiculé par les gravures repose sur un système d’opposition « Nous/Eux », et sur la mise en évidence des buts de guerre : « pourquoi nous combattons ». En volume, les soldats et les chefs de la Triple Alliance, désignés comme l’agresseur, sont beaucoup plus représentés que la partie paraguayenne : l’ennemi inspire 59 % du total des représentations d’El Centinela, et 76 % de celles de Cabichuí. Autrement dit, il s’agit d’abord pour les mobilisateurs de convaincre les Paraguayens de l’inhumanité de l’Autre, et secondairement de resserrer les rangs à partir d’une représentation complaisante du plaisir d’être entre soi. Mais le procédé discursif consiste aussi à utiliser l’image de l’adversaire en négatif pour révéler en positif l’image de soi, les traits de l’ennemi dessinant le portrait inverse du moi collectif.

14La construction de l’image de l’ennemi emploie des procédés traditionnels de dénigrement : l’usage régulier de la caricature pour se moquer de l’adversaire en grossissant ses traits ethniques ou en l’animalisant, et en le montrant effrayé, en fuite, désuni, là où les soldats paraguayens sont toujours présentés calmes, sereins et solidaires face au danger. Des deux périodiques Cabichuí est le plus évolutif. La caricature du marquis de Caxias par exemple, représenté dès le début sous les apparences du crapaud devient de plus en plus grotesque au fil des numéros. Le ridicule et la déshumanisation ont pour finalité de provoquer la haine et le mépris. Mais l’animalisation à elle seule ne suffit pas à stigmatiser l’adversaire. Les Paraguayens sont représentés eux aussi fréquemment sous des formes animales. Par exemple, le lion est utilisé pour caricaturer Pedro II, mais sous un trait plus réaliste le fauve symbolise la bravoure du peuple paraguayen. Ce sont les expressions et les situations qui permettent l’identification de l’Autre, provoquent son rejet, et favorisent la connivence. Ainsi, les jeux de genre participent du dispositif de dénigrement, mais ce n’est pas la féminité qui est ridicule - au contraire, du côté paraguayen elle est célébrée -, ce sont les écarts de genre. Le travestissement notamment est employé pour ridiculiser l’adversaire. Ainsi, les relations entre l’Empire brésilien et la Confédération argentine sont présentées sous la forme de la domination, au fil du temps la caricature du président Mitre est féminisée, au même titre que celle de son ministre de la guerre : Juan Gelly y Obes dit « le général brebis », tandis que celle des chefs brésiliens conservent leur caractère masculin (figure 1). Plus rares sont les situations d’inversion des rapports de genre. Pour se moquer des forces brésiliennes, que les Paraguayens qualifiaient de « race des hommes efféminés »17 El Centinela publia une caricature représentant l’armée impériale commandée par l’impératrice, les hommes de troupe portant des robes (figure 2). Dans cette caricature, la transgression des relations de sexes va de pair avec l’inversion des rapports ethniques : l’impératrice est noire et les soldats sont blancs. En effet, le grossissement des traits ethniques domine les représentations de l’ennemi, mais de manière plus complexe qu’il a été le plus souvent écrit.

Figure 1 : Le duc de Caxias et le général Gelly y Obes en conférence, Cabichuí, 13 février 1868 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).

Figure 2 : L’impératrice du Brésil passe la troupe en revue, El Centinela, 13 juin 1867 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).

15L’entête de Cabichuí représente un homme noir attaqué par un essaim de guêpes (figure 3). Effectivement, du côté paraguayen la guerre contre la Triple Alliance a été présentée comme une croisade opposant la « patrie de López » injustement agressée par une autre race démoniaque, grotesque, presque animale. Le système d’opposition « Nous / Eux » structurant le discours de mobilisation repose sur une construction binaire mettant en alternance des couples asymétriques : civilisation / barbarie, république de citoyens / empire servile, hommes libres / esclaves, brave / lâche, chrétien / maure, blanc / noir, humain / animal, etc. La complexité échappe généralement à toute pensée manichéenne, ce faisant, dans l’imaginaire de guerre paraguayen la Triple Alliance a été réduite à l’Empire brésilien et aux seuls chefs argentins et uruguayens désignés comme traîtres à leur race. Ainsi, dans les gravures de Cabichuí et d’El Centinela, les soldats de López s’affrontent à la troupe brésilienne réduite à une armée d’esclaves, dite de la race macacuna (macaque, laid, niais) des rabilargos (à longue queue, c’est-à-dire singe) ou des cambá (grillé en guaraní, valant pour noir). Néanmoins, bien que les soldats argentins et uruguayens ne soient que très rarement dessinés dans les caricatures, pour autant la représentation de l’ennemi présente dans les dessins de presse ne repose pas sur la binarité élémentaire qui oriente le racisme du discours de mobilisation.

Figure 3 : Entête de Cabichuí (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).

16En fait, le système de confrontation ethnique mis en scène dans les gravures oppose l’homogénéité paraguayenne à la multiethnicité censée caractériser la Triple Alliance. À première vue, les armées de l’Alliance sont généralement représentées par des officiers blancs commandant des soldats noirs aux traits négroïdes accentués. Mais, une observation détaillée met en évidence le caractère composite de l’armée alliée, celle-ci réunissant des cavaliers et des fantassins aux apparences physiques variées : noirs, blancs, métis, qui vaut aussi parfois pour des officiers. Plus encore, les journaux paraguayens mettent en relief la coalition nouée entre l’armée brésilienne et les Indiens guaykurú, qualifiée de « Quadruple Alliance ». Autrement dit, l’Alliance est caractérisée par la diversité ethnique. En regard, les graveurs mirent en évidence l’unicité ethnique du peuple paraguayen.

17Ici aussi, la représentation des Paraguayens est complexe. Commençons par rappeler que l’armée de López comptait également des noirs, des indiens, des métis et des blancs. Cet état de fait est totalement ignoré par les gravures. Dans El Centinela, comme dans les premiers numéros de Cabichuí les traits des Paraguayens sont strictement européens. Plus que la blancheur ethnique, le fait marquant consiste dans l’homogénéité des représentations : face à la diversité des soldats caricaturés de l’Alliance, les combattants paraguayens sont représentés sons la forme d’idéaltypes. Construits sur le même modèle, ils se ressemblent tous, voire parfois sont des sosies du maréchal López. Vêtus à l’européenne, ils vont chaussés à la bataille. De fait, ces images, en reprenant la pompe de l’art officiel instauré sous le gouvernement des López, figent le peuple paraguayen en une abstraction très éloignée de la réalité. Mais au fil des numéros, principalement dans Cabichuí, les formes se libèrent, s’humanisent, les personnages s’individualisent, les traits d’un métissage hispano-indien exclusif s’affirment (pommettes saillantes, yeux en amende, cheveux noirs et raides), les personnages parlent le guaraní, les silhouettes se paraguayisent en portant des vêtements légers et en marchant nu-pieds, la représentation du peuple en armes se diversifie : les femmes, les enfants, les vieillards apparaissent conjointement aux soldats virils. Les gravures sont ainsi progressivement dotées d’un pouvoir d’identification fort envers le lectorat paraguayen, favorisant la connivence entre mobilisateurs et mobilisés. Surtout, c’est une représentation du peuple qui se construit pendant la guerre en reposant sur un idéaltype du métissage, certes plus réaliste, mais dont la conséquence est la négation de la diversité ethnique, caractéristique pourtant du Paraguay en armes contre la Triple Alliance.

18Le système d’opposition Nous / Eux, met de ce fait en récit la confrontation entre deux modèles sociaux : celui caricaturé de la Triple Alliance, rassemblant des hommes dénaturés et composites, où le féminin surgit pour renforcer l’impression de chaos social, face à un Paraguay stéréotypé composé d’hommes intègres où les représentations féminines viennent consolider l’idée d’un peuple homogène, solidaire, répondant en ordre de marche à l’agression. En d’autres termes, une nation d’hommes et de femmes lutte contre l’agression d’un conglomérat infrahumain. La définition des relations de genre apparaît ainsi comme l’élément structurant de l’identité collective.

Le genre de la nation en guerre

19Le genre de la nation, c’est-à-dire la place respective occupée par les hommes et les femmes au sein du groupe et le processus par lequel les rôles et les pouvoirs sont établis18, structurent le discours de mobilisation.

20La représentation de la guerre passe traditionnellement par la mise en valeur des hommes et l’exaltation des vertus militaires. Les gravures de Cabichuí et d’El Centinela n’échappent pas à la règle. Quelque soit le camp, elles mettent en scène principalement des chefs et des soldats : les Paraguayens étant présentés à leur avantage (braves et victorieux), tandis que l’ennemi ridiculisé est systématiquement mis en déroute. Rien d’original pour l’instant, ennemis et patriotes sont principalement des hommes du peuple et/ou d’État représentés avec les attributs de la virilité qui prolongent leurs corps : des armes, des uniformes, des symboles d’autorité, des chevaux. Le masculin en gloire se définit par le pouvoir et l’exercice de la violence légitime ou de la brutalité.

21Les représentations féminines sont moins nombreuses. Elles se regroupent en trois grands types : le travestissement de l’ennemi qui conduit à le railler dans ses fonctions d’autorité (politique et militaire), les allégories féminines représentant les institutions (la République, la Justice, etc.), les Paraguayennes dans la guerre enfin. L’ennemi est donc réduit à un masculin dénaturé, ce qui participe du dispositif symbolique de sa déshumanisation : qu’il soit civil ou militaire, aucune silhouette féminine ordinaire n’apparaît pour complexifier son portrait. En contrepartie les « vraies » femmes viennent équilibrer le tableau du moi collectif paraguayen. La République, les institutions émanant du droit sont généralement représentées sous les formes d’une statuaire féminine néoclassique, tandis que le peuple en armes et l’État sont symbolisés par les figures masculines du lion et du maréchal López. Cette présence féminine dans la construction symbolique obéit certes à des codes esthétiques, mais elle correspond également à un imaginaire du partage des valeurs politiques : le féminin est du côté du droit, incarne la nation civique, tandis que le masculin représente la force, la violence légitime et le pouvoir. Ainsi, la présence du féminin par le partage des valeurs, induit que la « fraternité républicaine » célébrée au Paraguay n’entraîne pas de manière systématique l’exclusion des femmes, comme ce pouvait être le cas en Europe occidentale à la même époque19. En effet, dans le Paraguay de López les « citoyens » se définissaient par le lien qui les unissait au chef suprême, karai guasú en guaraní. Plus qu’une communauté d’individus, ils formaient le « peuple de López ». Aussi leur appartenance de sexe pouvait-elle apparaître comme secondaire pour définir la place qu’ils occupaient dans le corps politique. Il est ainsi remarquable d’observer que le processus de totalisation du conflit a conduit à mobiliser les femmes et à les louer en tant que « concitoyennes ». Pour ce qui était de la jouissance des libertés publiques cela ne signifiait pas grand-chose, pas plus pour les hommes que pour les femmes. Par contre, d’un point de vue symbolique, le phénomène vérifiait le processus de « nationalisation » des femmes du Paraguay, qui participa des dynamiques sociales et culturelles impulsées par la guerre. Ce processus consista dans un mouvement oscillatoire entre le pouvoir qui inséra les femmes dans son dispositif de mobilisation, et les Paraguayennes elles-mêmes qui revendiquèrent de participer, et participèrent, à la défense de la patrie.

22Les gravures mirent en récit ce mouvement de nationalisation des femmes. Sans parvenir à atteindre la même connivence qu’avec les soldats, les graveurs combattants n’oublièrent pas de présenter leurs compagnes compatriotes. Les personnages féminins, représentés principalement par les formes du corps et non par les outils, sont en effet plus abstraits que leurs équivalents masculins. Qu’il s’agisse de patriciennes en robes de bal ou de paysannes nu-pieds, les traits du métissage ne sont pas marqués à la différence des hommes et des enfants mâles. Certaines gravures comprenant des femmes représentent des événements emblématiques de la mobilisation des Paraguayennes, par exemple lors de la collecte des bijoux pour financer l’effort de guerre, ou lorsque certaines d’entre elles réclamèrent de porter les armes et de monter au front (figure 4). D’autres, plus générales, montrent la réalité sociologique des armées en campagne, en mettant en évidence la présence féminine, toutes classes confondues, au côté de la troupe ; ce même phénomène étant dénié aux armées de la Triple Alliance. Enfin un dernier type d’images témoigne sur le devenir de la société paraguayenne au cours du conflit, en rapportant des faits divers. La conscription générale avait vidé les hommes des campagnes. Dès lors, derrière les lignes il ne restait plus que les femmes, les enfants en bas âge, les vieillards, les hommes impotents et quelques rares fonctionnaires. Dans un premier, dessin Francisca Cabrera se prépare à se défendre seule avec ses enfants contre la soldatesque brésilienne qui se rapproche (figure 5). Ailleurs, Bárbara Alen et Dolores Caballero affrontent un jaguar (figure 6). Par conséquent, en dépit de l’absence des hommes les Paraguayennes firent face au danger. Tout en informant les citoyens et les « concitoyennes », et en honorant le « beau sexe national », pour reprendre la formule consacrée par la presse de guerre, ces gravures avaient également pour finalité de rappeler aux hommes, auxquels elles étaient principalement destinées, quelle était leur fonction première : combattre. Le maréchal López et le vice-président Sánchez avaient décliné l’offre, qui leur avait été soumise par des assemblées de femmes, de former des bataillons féminins pour soutenir les combattants. Ces dessins participaient ainsi pleinement du discours de mobilisation, dont l’un des effets consistait à exercer des contraintes morales en stimulant l’identité de genre. Ils rappelaient aux combattants leur devoir de protéger leurs compagnes, tout en laissant entendre que celles-ci, volontaires et courageuses, seraient en mesure de les remplacer, si tant est qu’eux-mêmes ne fussent pas dignes des exigences de leur virilité.

Figure 4 : Les filles de la Patrie demandant à porter les armes sont reçues par le vice-président Sánchez, Cabichuí, 9 décembre 1867 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).

Figure 5 : Francisca Cabrera se prépare à se défense avec ses enfants contre les envahisseurs, Cabichuí, 10 octobre 1867 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).

23Figure 6 : Bárbara Alen et Dolores Caballero se battent contre un jaguar, Cabichuí, 22 juin 1868 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).

24À l’image des mécanismes complexes impulsés par l’événement, la presse paraguayenne tout en prenant en compte le mouvement que la guerre totale était en train d’impulser tint un discours conservateur sur les rapports de genre. En célébrant dans les femmes d’authentiques patriotes, elle leur déniait une citoyenneté complète, jusque dans le contexte culturel paraguayen, en leur refusant de participer directement à la défense de la République ; comme on peut l’observer avec Francisca Cabrera qui confie concrètement l’acte ultime de défense à ses enfants mâles (figure 5). Ainsi, face aux risques de brouillage que pouvait engendrer le processus de totalisation, le discours de mobilisation s’efforçait de présenter le genre de la nation non affecté par l’événement : aux hommes l’action, la gloire et le pouvoir ; aux femmes le soutien des héros, le labeur dans la discrétion et le maintien de leur vulnérabilité.

25Le gouvernement López a mobilisé une société tout entière pour alimenter le champ de bataille. Mais il préféra distribuer des lances aux garçonnets à peine pubères et les mener à la mort, plutôt que de risquer de remettre en cause l’institution du genre en armant les femmes, et ce faisant à les élever au seuil de l’excellence masculine. Même à la fin de la guerre, alors que les femmes suivaient l’armée en déroute, les armes ne leur furent pas confiées. L’ambassadeur états-unien Martin McMahon, resté au côté de Solano López jusqu’en juillet 1869, le précisa devant la commission d’enquête du Congrès, à son retour du théâtre des opérations : « J’affirme catégoriquement que durant ma résidence au Paraguay il n’y avait pas de femmes dans son armée, exceptées celles qui suivaient. Je sais qu’elles furent nombreuses à mourir lors d’une bataille20, mais elles ne portaient pas les armes »21.

26Cabichuí et El Centinela furent les porte-voix fidèles de cette conception de la nation en guerre, qui consista à mobiliser tout un peuple pour le combat, et à réorganiser la société pour les besoins de la cause en évitant le plus possible d’altérer les relations de sexe. Conjurant le chaos social engendré par la conflagration, les graveurs combattants représentèrent une nation unie face aux agresseurs, dont l’ordre du genre inchangé témoignait de la solidité de ses fondements. Le processus de totalisation de la guerre entraîna également un puissant mouvement d’intégration constitutif du sentiment national. Au Paraguay, la conscience d’appartenir à une communauté de destin reposa sur une identité métisse, où les femmes occupaient une place essentielle. La presse de guerre participa à la mise en miroir de cette image de soi, qui à l’aune du processus de totalisation du conflit se fit en associant les femmes, tout en les maintenant dans un rôle de soutien aux « héros ». In fine, cette représentation du genre de la nation, prégnante dans la mémoire collective, structura jusque tard au XXe siècle les identités sociales (nationale, politiques, de genre) paraguayennes22.

Haut de page

Notes

1 Francisco Doratioto, Maldita Guerra. Nova história da Guerra do Paraguai, São Paulo, Companhia Das Letras, 2002 ; Hendrik Kraay and Thomas L. Whigham, (dir.), I Die with My Country. Perspectives on the Paraguayan War, 1864-1870, Lincoln & London, University of Nebraska Press, 2004.
2 André Toral, Imagens en desorden. A iconografia da guerra do Paraguai (1864-1870), São Paulo, USP, 2001 ; Miguel Angel Cuarterolo, Soldados de la memoria. Imágenes y hombres de la Guerra del Paraguay, Buenos Aires, Planeta, 2002.
3 Peter M. Beattie, The Tribute of Blood. Army, Honor, Race, and Nation in Brazil, 1864-1945, Durham, Duke University Press, 2001, p. 39-59.  
4 Carl von Clausewitz, De la guerre, Paris, éd. de Minuit, 1955.
5 Édition en fac-similé, Asunción, Fondec, 2000.
6 Hérib Caballero Campos et Cayetano Ferreira Segovia, « El periodismo de Guerra en el Paraguay », in colloque international, Le Paraguay à l’ombre de ses guerres : acteurs, pouvoirs, représentations, 1864-2005, Paris, 2005 (actes à paraître aux éditions Colibris/L’Harmattan). Pré-actes mis en ligne, site de la revue Nuevo Mundo – mundos nuevos : http://nuevomundo.revues.org/document1654.html.
7 Carlos R. Centurión, Historia de las letras paraguayas, tome 1, Buenos Aires, 1947, p. 291-293.
8 Juan Crisóstomo Centurión, Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, o sea reminiscencias históricas sobre la Guerra del Paraguay, Buenos Aires, Imp. Obras de J. A. Berra, 1894, tome 2, p 320.
9 Édition en fac-similé, Asunción, Museo del Barro, 1998.
10 Compilation et traduction réalisée par Wolf Lustig, séminaire de Románicas, université de Mainz, 2000, http://www.univ-mainz.de/-lustig/guarani/cacique/facs/cacique_1.gif. Collection originale complète conservée dans la bibliothèque de Carlos Pusineri Scala (Asunción).
11 Heinz Peters, El sistema educativo paraguayo desde 1811 hasta 1865, op. cit., p. 69.
12 André Toral, Imagens en desorden. A iconografia da guerra do Paraguai (1864-1870), op. cit., p. 69.
13 Julio José Chiavenato, A guerra contra o Paraguai, São Paulo, Brasiliense, 1970 (1984 pour la traduction paraguayenne utilisée ici), p. 129.
14 Josefin Plá, « El grabado. Instrumento de defensa », in édition en fac-similé de Cabichuí, Asunción, Museo del Barro, 1984, p. 8-12 ; Ticio Escobar, Una interpretación de las artes visuales en el Paraguay, tome 1, Asunción, Centro cultural paraguayo-americano, 1982, p. 276-298.
15 Osvaldo Salerno et Ticio Escobar, catalogue de l’exposition Cabichuí, l’art de la guerre du Paraguay, Asunción, Museo del Barro, 1997.
16  Il s’agit des numéros : 24, 33, 40, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55.
17 Cf. Luc Capdevila, Une guerre totale : Paraguay 1864-1870. Essai d’histoire du temps présent, Rennes, PUR, 2007, p. 84 (à paraître).
18 Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel, « Le genre de la nation et le genre de l’État », in CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 12, 2000, p. 5-13.
19 Carole Pateman, The sexual contract, Cambridge, Polity, 1988.
20 Il s’agit de la bataille de Piribebuy du 12 août 1869.
21 Témoignage de Martín T. McMahon devant le Congrès, Washington D. C., 15 novembre 1869, in Arthur H. Davis, Martín T. McMahon, Diplomático en el estridor de las armas, Asunción, Imp. Militar, 1985, p. 304.
22 Luc Capdevila, « No país das mulheres ou crônica da morte anunciada do homen paraguaio: 1864-1870 e depois », in Luzinete Simões Minilla et Susana Bornéo Funck, Saberes e Fazeres de Gênero entre o local e o global, Florianópolis, Ed. da UFSC, 2006, p. 65-87.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Le duc de Caxias et le général Gelly y Obes en conférence, Cabichuí, 13 février 1868 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/29453/img-1.png
Fichier image/png, 80k
Légende Figure 2 : L’impératrice du Brésil passe la troupe en revue, El Centinela, 13 juin 1867 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/29453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 3 : Entête de Cabichuí (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/29453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 4 : Les filles de la Patrie demandant à porter les armes sont reçues par le vice-président Sánchez, Cabichuí, 9 décembre 1867 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/29453/img-4.png
Fichier image/png, 93k
Légende Figure 5 : Francisca Cabrera se prépare à se défense avec ses enfants contre les envahisseurs, Cabichuí, 10 octobre 1867 (reproduit avec l’aimable autorisation du Museo del Barro à Asunción).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/29453/img-5.png
Fichier image/png, 118k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/29453/img-6.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Métissage et genre de la nation dans la presse de guerre paraguayenne », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 24 mars 2008, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/29453 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.29453

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Université de Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page