Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2008Récits des origines, variations i...

2008

Récits des origines, variations identitaires et conflits pour la légitimité politique à Milpa Alta, Mexico, DF (XVIIe – XXIe siècles). Ethnographier l’Etat et historiciser l’ethnicité

Thèse soutenue à l’EHESS, Paris, le 06 décembre 2007. Directeur de Thèse : Jonathan Friedman. Membres du Jury : Carmen Bernand, Claudio Lomnitz, Michel Naepels, Monique Nuijten, David Recondo
Paula López-Caballero

Résumés

Cette thèse repose sur un travail historique et ethnographique réalisé à Milpa Alta (Mexico). Ici le territoire, majoritairement rural, est possédé collectivement depuis le 17e siècle et compte encore de nombreux locuteurs Nahuatl. L’enjeu est de proposer une anthropologie de l’État mexicain à partir des pratiques locales et des subjectivités. Ce regard décentré sur l’État est combiné avec un regard qui situe les interactions observées dans une histoire longue et sur des échelles d’observation régionales, nationales et transnationales. Territoire, identité et pratiques politiques constituent les trois observatoires à partir desquels cette approche est mise en œuvre. Ils permettent de mettre en lumière des arrangements politiques, à travers lesquels l’hégémonie de l’État se reproduit. Le contrôle du territoire, l’appropriation du récit national, la définition de la citoyenneté ou la légitimation du gouvernement local montrent que la consolidation de l’hégémonie de l’État n’a pas été contradictoire avec les souverainetés locales, telles que Milpa Alta. Ici, leur particularité a coexisté, voire s’est nourri, des successifs projets de nation promus par l’État mexicain.

Haut de page

Texte intégral

1Venue en France pour commencer des études de 3e cycle en Anthropologie, comme une continuation de mes études en Histoire sur les populations nahuas de la période coloniale, je devais quitter le Mexique le 11 septembre 2001. Un événement a portée mondiale m’a obligé à reporter mon voyage de quelques jours. Quelques mois après mon arrivée à Paris, en janvier 2002, l’euro faisait son apparition. La « réalité » de l’Union Européenne se faisait présente jusque dans la quotidienneté des échanges marchands. Durant ces années, j’ai vécu deux élections présidentielles en France. Des événements qui me parlaient tous de l’État et de ses transformations. Ainsi, malgré ma condition d’observatrice néophyte en ce qui regarde la société française et sa politique, j’ai suivi les débats sur l’identité nationale et la définition du rôle de l’État.

2Ces questions m’interpellent car, avec d’autres termes et d’autres vocabulaires, elles ont été également présentes dans le débat mexicain à la suite des transformations structurelles que l’État a subi à partir des années 1980. Je ne cherche pas à faire une transposition entre les deux phénomènes mais seulement à faire de l’étude de cas développée dans cette thèse, portant sur le Mexique, un exemple, une variante d’un processus mondial : la formation et la continuelle redéfinition de l’État-nation comme processus socio-historique.

3Depuis au moins les années 1980, suite à la crise économique qui frappa le pays, le gouvernement mexicain, comme le reste de l’Amérique latine, mit en place un « paquet » de réformes économiques, connues aussi sous le nom de « Consensus de Washington ». Avec l’adoption d’une orientation néolibérale de l’économie et de l’État, survinrent également des transformations dans la définition du rôle de l’État, du gouvernement et de la nation. Dans ce contexte de redéfinition du champ étatique, ma thèse propose de s’interroger sur l’État-nation contemporain, sa formation, les effets et les mécanismes de sa reproduction, d’un point de vue ethnographique. L’observatoire choisi est la delegación Milpa Alta, un arrondissement de Mexico (Mexique).

4La thèse centrale défendue dans ce travail affirme qu’il est possible d’approcher l’État-nation d’un point de vue anthropologique. Cela implique de considérer l’État comme un fait social, c’est-à-dire, de l’analyser dans son inscription au « social » au lieu de le prendre comme un objet isolé aux frontières clairement délimitées. Il faut alors, sortir des cadres normatifs que celui-ci établit, de l’idéologie qui le légitime, en le « décentrant » de ses institutions et ses lois. Nous montrerons ici que ce « décentrement » est productif pour comprendre la nature et les dynamiques de l’ordre social et politique que donnent forme au régime hégémonique de l’État-nation.

5Dans cet article je procéderai en 4 temps : 1) quelques idées synthétisées sur la spécificité de l’approche anthropologique de l’État ; 2) l’organisation de la thèse ; 3) ses résultats ; 4) la problématique transversale de cette recherche.

I. Pour une approche anthropologique de l’État

  • 1  D’après Jean Bazin, « [dans] l’expérience anthropologique […] le contact avec des populations inco (...)

6La perspective adoptée dans cette recherche se situe dans un horizon plus large touchant à ce qu’on a appelé l’anthropologie « du contemporain » ou « du proche »1. Au sein de celle-ci, est adoptée une perspective qui reconnaît la fécondité analytique de la variation des échelles (Revel, 1996), notamment en comprenant les expériences au niveau local dans leur articulation au système mondial (Friedman, 1994). Dans ce cadre, les données ethnographiques, la réalité observée, sont toujours analysées dans leurs rapports avec des contextes plus larges, tout particulièrement les interrelations avec l’État national mexicain, mais sans laisser de côté d’autres échelles, telles que la région ou les processus transnationaux. De même, des temporalités différentes sont ici analysées, incluant des processus de longue durée qui peuvent traverser plusieurs siècles (formation politique du territoire), jusqu’à des segments temporels de quelques heures (interactions politiques quotidiennes).

7Historiquement, l’anthropologie ne s’est intéressée à l’État-nation comme objet d’étude qu’assez récemment. Puisque les études classiques en ethnologie se focalisaient sur ces sociétés appelées « pré-étatiques », ces travaux incluaient rarement l’État moderne, ni comme un acteur de la vie politique locale ni comme un objet de recherche ou de réflexion.

8Au Mexique, par contre, à cause d’un certain nombre de conditions sociopolitiques, l’État a toujours eu un rôle central dans les études classiques en anthropologie politique ; comme agent de transformation, de progrès et d’intégration, ou bien comme un appareil au service des classes dominantes. Toutefois, ces travaux ne théorisaient pas les structures et les institutions qui le constituent. Ils ne s’interrogeaient pas non plus sur la nature même de l’État. Celui-ci apparaissait comme une sorte de boîte noire, un donné non analysé.

9Quelles lignes générales peut-on donc esquisser pour une anthropologie de l’État ? Un premier constat signale l’importance de lier dans une même analyse l’État et la société. Puisque l’anthropologie base sa recherche sur l’observation empirique, l’objectif est d’analyser l’État dans les pratiques, fonctions et significations que les individus lui donnent quotidiennement.

10Une analyse ethnographique de l’État doit donc prendre en compte sa dimension construite, autant historiquement que quotidiennement, à travers les pratiques et interactions des individus dans des localités précises. Ce regard minutieux au local doit permettre d’analyser les façons de faire, les valeurs, les représentations et les forces mises en place dans les enjeux de pouvoir. Mais par le même mouvement, cette ethnographie du politique est conçue comme une voie privilégiée pour dégager des dynamiques spécifiques de l’État national, de sa façon de s’implanter et de se reproduire.

11Puisque la réflexion sur l’État est issue des pratiques quotidiennes, des routines officielles et des expériences individuelles liées à un ordre politique, la perspective analytique adoptée ici ne prend pas comme point de départ l’unicité de cette entité politique. En effet, et inversement aux démarches de la science politique ou de la sociologie politique, la réflexion anthropologique n’est pas devancée ni par une idée de ce que l’État « doit être », ni par un modèle normatif qui serait contrasté à une pratique « déviante » de cette norme.

12L’analyse anthropologique proposée ici cherche plutôt à « s’émanciper » du modèle d’État véhiculé par la théorie politique, afin de problématiser précisément les rapports entre norme et pratique, loi et politique, État et société. De ce point de vue, l’écart existant entre le modèle d’État (lois, Constitution, institutions) et sa mise en pratique, au lieu d’être un résultat à démontrer, devient prémisse analytique. Ce changement renverse presque les questionnements plus courants sur l’État, car il ne s’agit plus de voir comment le politique s’insère (imparfaitement par rapport au modèle) dans le social, mais plutôt de faire transparaître les mécanismes qui permettent, dans la pratique, la construction de la légitimité, du ralliement et du consensus sur une idée de l’État comme une entité autonome.

13Cette idée de l’État est ce que d’autres auteurs ont appelé l’« effet mystificateur » de l’État (Abrams, 1988 ; Mitchell, 1991 ; Trouillot, 2001), une idée qui le situerait « au-dessus » de toute contingence, comme une sorte de structure neutre et indépendante des intérêts et volontés individuelles. Or, ces mêmes auteurs insistent tous sur l’importance de dépasser cette image que l’État véhicule de lui-même, notamment en ce qui regarde à une claire définition des frontières entre État et société. Car l’idée d’une limite entre ces deux entités distinctes n’est pas une réalité empirique liée aux processus de modernisation (autonomisation) de l’État. Au contraire, problématiser la définition de cette « frontière » constitue un des objectifs centraux du type de réflexion sur l’État que nous menons ici.

14Il s’agit donc d’interroger la manière dont l’effet structurant de l’État, sa réification, se reproduit dans des multiples pratiques quotidiennes des individus qui traversent le champ institutionnel ; de ce point de vue, l’exploration de l’État doit se faire à partir de ces activités et non pas de l’image qu’il véhicule de lui-même. Cela ne veut pas dire que cette image idéale doit être laissée de côté ; seulement qu’une interrogation plus complexe sur l’État doit tenir compte de cette dimension « mystifiée » qui ne correspond pas à une donnée empirique.

  • 2  Pour d’autres auteurs ayant proposé une approche similaire voir : Abelès, 1990 ; Abrams, 1988 ; Da (...)
  • 3  L’ethnographie de l’État et l’analyse des micro-pratiques du pouvoir ne sont pas sans évoquer les (...)

15L’approche anthropologique adoptée ici considère donc, que, plus qu’une réalité empirique, l’État comme structure autonome et close n’est qu’un « effet », une sorte de « mystification » produite quotidiennement à travers une multiplicité de pratiques, d’intérêts et de forces, souvent contradictoires2. C’est cette perspective qui rend pertinent le recours à l’ethnographie3.

16Avec ce regard décentré, l’État peut donc être situé dans une multiplicité d’emplacements ethnographiques, pas nécessairement gouvernementaux ou « politiques ». C’est pourquoi dans cette thèse les récits de fondation, l’élaboration des catégories identitaires, le travail des anthropologues et des linguistes, et jusqu’aux conflits villageois les plus minuscules sont considérés comme des entrées pour analyser l’État.

17Cette approche nous permet donc de s’interroger sur la formation et la reproduction de l’hégémonie du régime politique mexicain, ainsi que sur les modalités de légitimation et réaffirmation de l’autorité de l’État, mais en s’efforçant pour sortir des cadres normatifs définis par ce même ordre (la loi, ses institutions). En somme, il s’agit d’aborder ces processus en dehors de la « propre prose » de l’État.

II. L’organisation de la thèse

18Le plan de cette thèse repose sur un triple paradigme. Premièrement, l’incorporation de l’histoire (à travers des durées différentes) à l’analyse anthropologique. Deuxièmement, l’enchevêtrement des échelles comme un aspect constitutif de la réalité ethnographiée. Troisièmement, opérer un mouvement continu d’aller-retour entre l’analyse de la localité et celle de l’État afin de les comprendre dans une relation dialectique et complémentaire qui, d’une part, permette de désenclaver le local et de l’autre aboutisse à une compréhension de l’État comme une pratique sociale insérée dans les interactions et expériences des individus.

19Le critère pour organiser la thèse en a été un critère analytique, qui privilégie les problématiques sur la chronologie. Ainsi, dans certains cas, les périodes historiques se recoupent entre une thématique et l’autre. De même, le choix de sujets confirme le pari central de cette thèse : montrer que l’analyse de processus sociaux à priori considérés comme « non-étatiques » révèle également certains aspects de la formation et la reproduction de l’État.

20Bien que mes interrogations initiales ne portaient pas explicitement sur l’État, Milpa Alta, (Mexico) où mon terrain s’est déroulé, apparut rapidement comme un terrain fertile pour l’explorer. La continuité des frontières physiques du territoire depuis le 17e siècle ainsi que le contrôle communautaire du territoire, encore majoritairement rural, m’apparaissaient comme les indices d’une certaine autonomie locale. Les milpaltenses revendiquaient aussi une identité particulière, forgée en dialogue avec des anthropologues et des artistes qui visitèrent la région. Cela me semblait une piste pour interroger la rhétorique nationaliste sur l’indianité. Enfin, l’entrée du système électoral et la toute récente apparition d’élus pour le gouvernement local se trouvaient au centre des préoccupations et des discussions de mes interlocuteurs.

21Se sont ainsi ébauchés les trois objets de recherche qui, par la suite, devaient donner forme à cette thèse. J’ai construit ces trois objets en leur donnant le statut d’observatoires. Trois observatoires privilégiés pour une analyse anthropologique de l’État : 1) la formation politique du territoire et son histoire ; 2) les catégories d’identification sociale ; 3) les modalités de représentation politique et les différents répertoires d’autorité.

22Ces trois observatoires constituent des problématiques à partir desquelles l’État est analysé et correspondent donc à chaque une des parties de cette thèse :

1) Titres primordiaux, récits de fondation et conflits fonciers

23S’approprier le nationalisme pour et reproduire l’ethnicité (XVIIe – XXe siècle). Cette partie comprend une analyse en termes de longue durée, en reliant la période coloniale (1620) à la période postrévolutionnaire (1930), à partir des conflits fonciers et des histoires de fondation de Milpa Alta. Méthodologiquement, elle est fondée sur une recherche presque exclusivement documentaire. Existe-t-il un rapport entre la continuité du territoire milpaltense et la variation des histoires de fondation ? Quels facteurs ont déterminés l’élaboration de chacune de ces versions sur les origines des milpaltenses ? Le passé a-t-il une historicité ou en d’autres termes, le passé peut-il changer ? Quels liens établissent ces histoires locales avec les régimes de vérité dominants de chaque époque ?

2) De Héritiers des Aztèques à Pueblos originarios. Variations dans les représentations de soi et définitions de la citoyenneté (1930-2005)

24Cette partie embrasse une moyenne durée qui comprend aussi la période contemporaine. Sont ici utilisés deux types de matériaux : les ethnographies produites par les anthropologues entre 1930 et 1970, examinées comme des sources écrites, puis mon propre matériel ethnographique. Elle est donc une sorte de « transition » entre la partie 1 et la 3, tant par rapport à la durée (puisqu’elle arrive jusqu’à nos jours) que à la méthode. Comment se « crée » une catégorie d’identification ? Comment expliquer ses transformations ? Existe-t-il un lien entre les catégories identitaires utilisées à Milpa Alta et la citoyenneté nationale officielle ?

3) Élections et conflits d’autorité à Milpa Alta (1997-2005). Autochtonisation de la mairie et communautés multipartistes

25Enfin, cette partie présente une approche synchronique et se fonde, presque exclusivement, sur du matériel ethnographique. Dans cette partie, on se concentre sur les cultures politiques de Milpa Alta, afin de montrer que c’est aussi dans l’action politique que les rapports au territoire ou à l’histoire ainsi que les façons de se représenter en tant que collectivité acquièrent un nouveau sens. Qui représente légitimement le bien commun au niveau local ? Quels arguments sont mis en place ? Quelles formes de représentation sont instrumentalisés pour chaque groupe ? Qu’est-ce que ces pratiques politiques nous apprennent sur les formes de reproduction de l’autorité de l’État ?

26Insister sur le caractère processuel de ces observatoires nous a permis de distinguer deux arrangements politiques plus globaux dominant à différentes périodes. Le concept d’arrangement, tel que nous le comprenons, ne renvoie pas à un équilibre fonctionnel qui serait inhérent à tout ordre politique. Il ne se réfère pas, non plus, à une harmonisation orientée ou recherchée entre forces politiques, ni entre « État » et « Société ». L’usage que nous avons fait du terme « arrangement » sert à décrire les manières dont les différents projets d’hégémonie de l’Etat sont reproduits localement, en insistant sur les significations spécifiques que les individus leur attribuent. Nous avons tenté, par ailleurs, de regarder ces deux dimensions – le projet hégémonique et sa mise en pratique – dans leur articulation et non pas comme deux sphères antagoniques ou en relation hiérarchique.

III. La construction de l’hégémonie de l’État vue à travers les pratiques

27À partir des années 1980 et jusqu’à aujourd’hui, le Mexique est dans un processus de transformation au niveau des institutions du système politique ainsi que de l’orientation politique et économique adoptée par l’État. En effet, depuis la décennie 1980, l’État a adopté une politique économique de libre marché. En même temps s’est institué un processus connu sous le nom de « transition à la démocratie ». Celui-ci a impliqué le passage d’un système de parti hégémonique -parti d’État (PRI)-, à l’entrée du multipartisme et d’élections régulées et libres, aboutissant, en 2000 au premier gouvernement fédéral issu d’un parti d’opposition.

28L’approche adoptée dans cette thèse donne la possibilité de comprendre ces changements comme des processus permanents, avec leurs accélérations et leurs stabilisations. L’idée d’une « rupture » entre la période contemporaine (néolibérale) et celle qui la précède (dite nationaliste-postrévolutionnaire) est alors complexifiée.

Partie I de la thèse : Titres primordiaux, récits de fondation et conflits fonciers (XVIIe – XXe siècle). S’approprier le nationalisme pour construire l’ethnicité

29Ce premier observatoire comprend une longue durée qui relie la période coloniale (1620) à la période postrévolutionnaire (1930). Le recours à l’histoire longue cherche à montrer la profondeur historique de certains phénomènes contemporains précédant, souvent, la formation de l’État-nation. Il est ainsi pour la continuelle défense du territoire par les milpaltenses, depuis au moins le 17e siècle. Il est ainsi, également, pour la construction d’une ethnicité, exprimée dans deux récits différents sur les origines, l’un du 17e siècle et l’autre contemporain.

30À partir de ces données, j’ai cherché à nourrir deux réflexions sur l’État. La première s’interroge sur le déploiement territorial de l’État-nation. La deuxième élabore une analyse anthropologique du récit nationaliste postrévolutionnaire.

31Par rapport à la première question, se dégage un arrangement politique qui pourrait être qualifié comme une sorte d’« indirect rule », c'est-à-dire, un arrangement où le pouvoir local était cédé en échange d’allégeance au niveau supérieur. C’est pourquoi la « nationalisation » du territoire n’a pas toujours désarticulé les formes locales et non-officielles d’organisation politique et de contrôle du territoire.

32L’exemple de Milpa Alta confirme donc la thèse suggérée par Rubin (1990) et Knight (1990). Ces acteurs proposent de concevoir la structure du régime postrévolutionnaire comme un « fromage gruyère », où les trous seraient la multiplicité de souverainetés locales intégrées à l’État-nation. La singularité de mon étude de cas est qu’a Milpa Alta cette souveraineté locale n’était pas incarnée par un cacique ou un homme fort mais par « la communauté », perçue comme la principale instance de représentation du bien commun.

33Voyons maintenant la question du récit nationaliste déployé par l’État postrévolutionnaire. L’idéologie nationalise est presque toujours perçue comme une contrainte de l’appareil étatique imposée par le haut. De ce fait, le dernier maillon de ce processus, c'est-à-dire l’adoption de ce discours par la population et leur identification avec celui-ci n’est presque jamais discuté. Comment le nationalisme devient national ? Comment est-il intégré par la population et donc comment se reproduit-il ?

34Ces questions ont été explorées à partir des récits de fondation de Milpa Alta. En effet, tissé avec le conflit agraire, le mythe fondateur de Milpa Alta apparaît sous deux versions différentes, l’une de la période coloniale (Titre primordial de 1625), puis l’autre de la période postrévolutionnaire (1930-40). De la comparaison entre ces deux récits de fondation, il se dégage que, d’une part, les deux reproduisent le régime de vérité dominant de chaque époque (catholicisme pour la période coloniale, nationalisme pour la contemporaine), mais d’autre part, ils transmettent, par le même mouvement, des intérêts exclusifs ainsi qu’une identité propre. L’ethnicité est donc actualisée dans chacune de ces versions.

35Également, deux stratégies narratives ont été repérées. Nous les avons appelées la stratégie du caméléon et celle de la « nativisation » du changement. Ces stratégies montrent que malgré l’apparente « colonisation » ou « cannibalisation » de l’histoire locale par le récit national, c’est précisément en adoptant et en variant ces récits dominants que les intérêts particuliers des milpaltenses, par exemple, la défense du territoire, ont été transmis. C’est ainsi que la grille de lecture plus courante pour lire ce genre de phénomènes, et qui mobilise le binôme « imposition / résistance » comme des forces antagoniques, ne semble pas explicatif dans notre étude de cas.

36Enfin, nous avons proposé qu’à travers ces légères variations s’opère un mécanisme privilégié de validation de régimes de vérité. C’est donc parce qu’elle est interprétable que l’histoire nationaliste peut devenir nationale. Ce n’est pas son caractère rigide et unitaire qui aura donc permis son implantation, comme le suggère une vision trop centrée sur les actions de l’État, mais au contraire, sa reproduction repose sur sa capacité à ne pas être mise en question par les multiples variations faites localement sur le thème général.

Partie II. De Héritiers des Aztèques à Pueblos Originarios. Variations dans les représentations de soi et définitions de la citoyenneté

37Ici, j’ai voulu montrer les variations historiques des catégories identitaires mobilisées par les milpaltenses, puis leurs liens avec les manières, historiques aussi, de définir la citoyenneté, l’appartenance à la nation.

38Tout au long du 20e siècle, les habitants de Milpa Alta furent catalogués par anthropologues et linguistes comme les Héritiers des Aztèques, la source de la nation, en raison du Nahuatl parlé dans cette localité. Par la suite, les milpaltenses eux-mêmes utilisèrent cette catégorie pour se positionner politiquement ou pour s’identifier.

39Puisque historique, cette catégorie identitaire ne peut être étudiée qu’à travers les sources écrites (témoignages des chercheurs qui ont visité la région, presse). Il n’est pas possible de savoir comment les milpaltenses mettaient en pratique cette catégorie, dans quelles situations ni à quelles fins dans leurs vies quotidiennes. Nous sommes conscients des biais que ce regard différé dans le temps peut entraîner. Cependant, des témoignages écrits apparus dans la presse, ainsi que certaines observations directes des formes d’identification ayant cours de nos jours à Milpa Alta soutiennent notre hypothèse sur le rôle qu’elle a jouée.

40« Héritiers des Aztèques » est donc une catégorie exogène, qui fait écho au paradigme de l’État-nation idéalement conçu comme une unité homogène territorialement, démographiquement et culturellement. Ce modèle s’est traduit, au Mexique, par une conception binaire de la société opposant le groupe des « indiens » à celui des métis, idéal type du citoyen mexicain moderne.

41Aujourd’hui, une nouvelle catégorie d’identification est apparue, celle de Pueblo Originario. En contraste avec la première, cette catégorie s’est forgée « au feu » des interactions entre les différents acteurs au niveau local. En effet, originario est la catégorie qui différencie les personnes nées à Milpa Alta des nouveaux arrivés installés dans la localité depuis près d’une décennie. Ce n’est que suite à des conjonctures politiques au niveau local et régional qu’elle devient une catégorie de représentation politique. Puis la catégorie « monte » jusqu’à s’institutionnaliser dans le vocabulaire utilisée par l’administration de la ville de Mexico.

42La catégorie Pueblos Originarios est donc endogène, mais s’inscrit dans un paradigme qui conçoit la pluralité culturelle comme une source de richesse nationale. Cette nouvelle catégorie se positionne en rupture avec le modèle précédent. En même temps, elle institutionnalise l’orthodoxie autochtone en vigueur à Milpa Alta comme une variante de plus dans la « mosaïque nationale ».

43L’étude de la variabilité historique des catégories d’identification nous a permis de proposer trois résultats : 1) Montrer la dimension sociale et la variabilité historique de l’identité, ainsi que les dialogues qu’elle établit avec des paradigmes nationaux et transnationaux. 2) Sous des formes historiquement variables, la particularité de l’ethnicité milpaltense s’est faufilée dans ces deux catégories. 3) Les catégories identitaires sont un accès ethnographique pour s’interroger sur l’adoption et la reproduction de la citoyenneté nationale, elle aussi variable historiquement.

  • 4  Pour une version condensée de cette partie de la thèse voir López, à paraître.

44Les deux revendications identitaires affichées par les milpaltenses, loin de rentrer en conflit avec l’appartenance nationale, confirment, à chaque fois, le lien à celle-ci : auparavant en faisant écho à l’idéologie nationaliste postrévolutionnaire, aujourd’hui en reprenant le discours multiculturaliste du Mexique contemporain. Milpa Alta est certainement un exemple particulièrement clair – mais sans doute pas unique – de ce rapport entre une appartenance locale très marquée et la citoyenneté nationale, à deux moments historiques. Ici donc, l’identité affichée par les milpaltenses, bien qu’elle souligne une certaine différenciation, est utilisée pour négocier une meilleure place dans le contexte plus large de la nation. Elle est en fait un autre moyen d’incorporation au projet national. En effet, l’intégration à la nation s’est opérée par la « particularisation », toujours implicite, et pas seulement par l’obligation d’adhérer à un ensemble de valeurs et de pratiques. Ainsi, l’exceptionnalité de Milpa Alta apparaît clairement : une région où ses habitants ont été mexicains sans pour autant être métis, et où aujourd’hui ils sont autochtones sans être Indiens4.

Partie III. « Autochtonisation » de la mairie et communautés multipartiste (1997-2005). Elections et conflits d’autorité à Milpa Alta

45Mon troisième et dernier observatoire se caractérise par sa courte durée, (2000-2005). Ici, je m’interroge sur comment l’ethnicité, et son orthodoxie localiste, ont une incidence sur les pratiques politiques liées au gouvernement local. Si les deux premiers observatoires pour analyser l’État ont permis de porter un regard « de côté » en se focalisant sur des institutions et des pratiques pas nécessairement gouvernementales, dans celui-ci les instances et les arrangements gouvernementaux au niveau local sont cernés directement. Il s’agit donc de déceler la manière dont se construisent et se reproduisent différents registres d’autorité, dont celui de l’État, coexistant à Milpa Alta.

  • 5  Une première analyse des enjeux entraînés par l’arrivée du système électoral à Milpa Alta peut se (...)

46Ces observations se passent, par ailleurs, dans un contexte de profonds changements dans l’organisation même de l’État. Le réaménagement institutionnel qu’a impliqué l’entrée du système électoral pour le gouvernement régional (1997) puis le local (2000) a entraîné une déstabilisation des arrangements politiques en cours : un premier « conflit fondateur » qui sera suivi d’une infinité de micro conflits quotidiens pour la légitimité et la représentation du bien commun. Ces conflits ont par ailleurs fait affleurer l’orthodoxie d’autochtonie comme une valeur politique, annonçant aussi son institutionnalisation. Conflits que j’ai proposé de penser comme l’expression d’une concurrence pour la légitimité politique entre deux « répertoires d’autorité » : 1) les représentants communautaires des villages de Milpa Alta ; 2) les représentants du gouvernement local, élus au suffrage universel pour la première fois en 20005.

47Du fait de l’absence d’élections locales entre 1929 et 2000, ces deux « répertoires d’autorité » ne se sont pas croisés durant cette longue période. En effet, les élites locales n’avaient pas accès aux postes du gouvernement ; ensuite, le parti d’État n’avait pas l’importance qu’il a acquis ailleurs ; enfin, les représentants du gouvernement ne s’établissaient pas longtemps ni se constituaient en des élites politiques locales.

48Au Mexique l’ouverture au multipartisme et la création de mécanismes de participation électorale plus autonomes s’insèrent dans le sillage des réformes macrostructurelles de l’État : d’abord celles économiques établies par le Consensus de Washington, au cours des années 1980, et ensuite celles politiques durant les années 1990 (Guilhot, 2001). La critique que le modèle néolibéral (tel qu’il a été dessiné par Milton Friedman, par exemple), adressait à l’État protectionniste soulignait son manque de compétitivité dû à l’association entre optimisation de la vie économique et sociale et l’augmentation des pouvoirs de l’État.

49Dans le contexte mexicain, cette reformulation des rapports entre État et société met l’accent sur la fin nécessaire des attitudes clientélistes et corporatistes afin de fomenter, chez les citoyens, leur sens des responsabilités (Calderon, et.al., 2002 :2). Le projet du nouvel ordre politique consiste, principalement, à éliminer des formes « privées » de pouvoir et de privilège ; de ce point de vue, le caciquisme et le corporatisme seraient dépassés avec la modernisation de l’État, qui n’aurait plus besoin d’intermédiaires puissants, du fait d’un rapport plus direct entre citoyens et État administrateur.

50Alors, comment comprendre les disputes et les confrontations qui, dans la durée, marquent les relations entre le gouvernement local et les autres formes de légitimité existantes à Milpa Alta ? Au-delà de l’apparition d’un système électoral relativement indépendant et du multipartisme, quelles formes adopte localement cette « transition » ? Comment les transformations au niveau de l’État s’opèrent quotidiennement à travers les pratiques et les interactions des individus ? Et au niveau discursif, où l’on constate des usages différenciés mais récurrents de la « démocratie » comme argument de légitimité, peut-on parler d’une « fétichisation » de la démocratie comme nouveau moyen d’accès à la modernité et à la nation ?

51Aujourd’hui, avec l’entrée du système électoral, trois phénomènes sont à l’œuvre dans le réaménagement conflictuel de la sphère politique locale : Premièrement, ce que j’ai appelé « l’autochtonisation » de la mairie. En effet, dans les rapports sociaux intenses qui se tissent autour de la mairie d’arrondissement une distinction plus importante que celle d’employé / usager s’y opère : celle entre autochtones et étrangers. Cette logique d’autochtonisation qui se décèle dans les origines du personnel de la mairie est également perceptible dans les élections locales : à la logique des partis s’est donc imposée une logique d’autochtonie et d’appartenance.

52Le deuxième phénomène est ce que j’ai appelé la Communauté Multipartiste Institutionnelle, en référence à la présence encore discrète, mais chaque fois plus intime des partis politiques : d’abord dans les formes d’élection des représentants villageois, puis dans l’exercice même de leur autorité, par les nouvelles alliances et rivalités créées sur des critères partisans.

53Ces deux processus amorcent la circulation entre les deux systèmes d’autorité existants : les représentants villageois peuvent désormais rentrer au gouvernement local, voire se placer en dehors de Milpa Alta. Les partis politiques peuvent maintenant intervenir à tous les niveaux de la vie politique.

54Enfin, ces deux processus d’imbrication des pratiques du gouvernement et des représentants villageois s’accompagne d’une polarisation des discours de légitimité qu’ils mobilisent. La mairie construit sa légitimité comme une autorité démocratique, sur la base de la modernité, la rationalité et la neutralité de ses techniques électorales. Les représentants villageois se légitiment comme démocratiques du fait de la « moralisation » de leur autorité, au plus proche de leur communauté, auxquelles les unissent des liens traditionnels et ancestraux. Tous les deux se définissent comme radicalement différents, antagoniques.

55J’ai enfin signalé qu’au lieu de seulement noter l’écart existant entre ces rhétoriques polarisées et les pratiques imbriquées, il convient de les penser ensemble, de réfléchir à leur articulation. Car cette polarisation des discours crée, de mon point de vue, une sorte de « point aveugle », où l’imbrication chaque fois plus palpable des pratiques exercées par les deux répertoires d’autorité est dissimulée. En effet, c’est parce que ces pratiques ambivalentes ne sont ni reconnues ni nommées qu’elles sont porteuses de pouvoir.

IV. Ethnicité et formation de l’État-nation

56Enfin, ces résultats ont donné forme à une réflexion transversale portant sur les rapports entre l’État et l’ethnicité. Pour le cas de Milpa Alta, j’ai essayé de montrer que la reproduction de l’hégémonie s’est faite en intégrant et en alimentant les différentes souverainetés locales. L’homogénéité et l’unité de la nation se sont donc construites en articulant, voire en nourrissant des espaces ou des pratiques considérées comme « non-étatiques ». Il en est ainsi de l’ethnicité que les milpaltenses exhibent dans leur histoire des origines, leurs manières de s’identifier ou dans le contrôle du territoire. Or, au Mexique, c’est précisément dans ces pratiques qui sembleraient « dissoudre » l’État ou exister « en dehors » de l’ordre politique dominant que l’hégémonie se reproduit.

57Enfin, comme tout projet hégémonique, l’État nation propose une modernité qui laisse nécessairement des secteurs « dehors ». Des « sans-état », pour reprendre les termes de Hannah Arendt. Au Mexique, un des groupes que l’on peut considérer comme des « sans Etat » à l’intérieur de l’État est, en effet, celui des population indiennes. Or, dans la rhétorique nationaliste postrévolutionnaire, les Indiens, ces « sans-état » ont été situés au « cœur » même de la Nation en les plaçant à sa source, à son origine.

58Peut-on proposer que cette ambivalence « donne du jeu », tant à l’ordre hégémonique qu’aux groupes ethniques ? Peut-on aussi proposer que l’ethnicité, apparemment aux marges de l’État, est un site privilégié de reproduction de ce même ordre hégémonique ? Enfin, peut-on proposer que s’il est ainsi c’est en raison de l’ambivalence dont on vient de faire mention ?

59Une société comme la milpaltense, revendiquant une ethnicité particulière mais fortement nourrie des outils proposés par l’État nation est peut-être une illustration de ce mouvement, qu’il faudra continuer d’explorer par la suite.

60Pour finir, dans cette recherche j’ai, en quelque sorte, opéré une permutation des prismes d’observation. En effet, une première opération méthodologique a consisté à « enclaver » l’État dans la localité où l’enquête s’est déroulée. L’État n’est donc pas analysé comme une structure qui dépasse ou survole la société, indépendamment des individus, mais comme un phénomène social subjectif, pratiqué dans un temps et un espace précis. J’ai ensuite fait un effort pour « désenclaver » la localité, autant d’un point de vue spatial, en jouant sur différentes échelles d’observation, que d’un point de vue temporel, en adoptant des durées historiques variées.

61Une image peut servir à illustrer la formalisation de ces choix paradigmatiques et de leurs incidences méthodologiques. J’ai choisi de regarder l’État non seulement à travers l’orthodoxie qui le fonde (sa prose, ses effets), mais à travers les pratiques quotidiennes des individus qui, telles un « cristal de diffraction », le décomposeraient en différents éléments, invisibles à simple vue. De cette façon, comme la lumière se diffracte en une variété de couleurs, certaines propriétés ou dynamiques – constitutives mais invisibles sans la diffraction – peuvent être saisies et analysées. C’est donc cette « lumière diffractée » qui constitue ici l’objet ultime de notre analyse : l’État incarné dans les pratiques et les perceptions des individus.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

Abelès, Marc, Anthropologie de l'État, Paris, Armand Colin, 1990.

Abrams, Philip, « Notes on the Difficulty of Studying the State », Journal of Historical Sociology, 1 (1), 1988 (1 ed. 1977), p. 58-89.

Calderón, Marco A., Will Assies et Ton Salman (eds.), Ciudadanía, cultura política y reforma del Estado en América Latina, Zamora, MICH/El Colegio de Michoacán, s/f.

Das, Veena et Deborah Poole, (eds.), Anthropology in the Margins of the State, Santa Fe et Oxford, School of American Research Press, 2004.

Guilhot, Nicolas, « Les professionnels de la démocratie », Actes de la recherche en sciences sociales, 139 (1), 2001, p. 53-65.

Hansen, Thomas Bloom et Finn Stepputat (eds.), States of Imagination. Ethnographic Explorations of the Postcolonial State, Durham and London, Duke University Press, 2001.

Hansen, Thomas Blom et Finn Stepputat (eds.), Sovereingn Bodies. Citizens, Migrands and States in the Postcolonial World, Princeton y Oxford, Princeton University Press, 2005.

Mitchell, Timothy, « The limits of the state: beyond statist approaches and their critics », American Political Science Review, 85(1), 1991, p. 77-96.

Nuijten, Monique, Power, community and the State. The political anthropology of organisation in Mexico, London, Sterling, Virginia, Pluto Press, 2003.

Trouillot, Michel-Rolph, « The Anthropology of the State in the Age of Globalisation », Current Anthropology, 42(1), 2001, p. 125-138.

Haut de page

Notes

1  D’après Jean Bazin, « [dans] l’expérience anthropologique […] le contact avec des populations inconnues n’est jamais qu’une condition extrême. […] La distinction de deux ethnologies, l’une « du proche » et l’autre « du lointain » […] appartient certes à l’histoire de la discipline, mais elle est épistémologiquement sans fondement » (Bazin, 1996 : 410, 411).

2  Pour d’autres auteurs ayant proposé une approche similaire voir : Abelès, 1990 ; Abrams, 1988 ; Das et Poole, 2005 ; Hansen et Stepputat, 2001 et 2005 ; Mitchell, 1990 ; Nuijten, 2003 ; Trouillot, 2001.

3  L’ethnographie de l’État et l’analyse des micro-pratiques du pouvoir ne sont pas sans évoquer les « méthodes disciplinaires » de M. Foucault. Or, affirmer que l’État peut être « retrouvé » en dehors des institutions gouvernementales et au niveau des pratiques individuelles pourrait renvoyer à l’idée d’un État totalisant. Mais justement cette approche montre également que cette apparente omniprésence n’est pas synonyme de maîtrise. En effet, cette recherche montre que l’État peut être un acteur central et déterminant du social, mais sans nécessairement posséder la maîtrise de la mise en pratique de son hégémonie.

4  Pour une version condensée de cette partie de la thèse voir López, à paraître.

5  Une première analyse des enjeux entraînés par l’arrivée du système électoral à Milpa Alta peut se trouver dans López, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula López-Caballero, « Récits des origines, variations identitaires et conflits pour la légitimité politique à Milpa Alta, Mexico, DF (XVIIe – XXIe siècles). Ethnographier l’Etat et historiciser l’ethnicité »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 21 mai 2008, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/30523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.30523

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search