Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2008David González Cruz (Ed.) , Vírge...

2008

David González Cruz (Ed.) , Vírgenes, reinas y santas. Modelos de mujer en el mundo hispánico, Huelva, Publicaciones de la Universidad de Huelva, 2007, 415 p., ilustraciones.

Femmes fortes et fortes femmes : contre-modèles féminins d’Eve.
Carmen Bernand

Texte intégral

1Cette étude collective regroupe des articles de chercheurs espagnols et latino-américains, auxquels est joint un texte de David Brading, issu de son livre sur la Vierge de Guadalupe, Mexican Phoenix (Cambridge 2001). Comme tout ouvrage écrit par plusieurs mains, celui-ci est inégal, mais présente un double intérêt : l’utilisation de sources documentaires peu connues et des matériaux de terrain, pour ce qui concerne les contributions anthropologiques. Il s’agit, comme le titre l’indique clairement, d’analyser les trois modèles référentiels féminins, la reine, la Vierge et la sainte, qui sont aussi des exemples de personnalités charismatiques de femmes. Isabelle la Catholique, reine et sainte, constitue un modèle majeur et plusieurs textes portent sur ce personnage historique exceptionnel puisqu’elle est une reine « propriétaire », donc une femme de pouvoir non subordonné à son époux. Elle incarne la « femme forte », expression qui revient à plusieurs reprises, et qui s’inspire des « femmes fortes » de la Bible, comme Ester, mais aussi Sémiramis, femmes qui sont aussi masculinisées ou « varoniles ». En fait, et c’est un des points intéressants du livre, la « femme forte » concilie les deux pôles du féminin et du masculin, montrant ainsi la complexité des catégories de genre. Isabelle la Catholique est également « sensée » (discreta) et, bien entendu, belle, caractéristique idéale de toutes les souveraines. Cette figure de la reine évolue et à la fin du XVIIIe siècle elle perd son aura de sagesse pour devenir l’ombre de son époux, dont les mains tiennent toujours une aiguille, un missel ou une bourse, ou à l’inverse, lorsqu’il s’agit d’une autre reine « propriétaire » comme Isabelle II, une femme de tous les caprices et de tous les débordements. On aurait aimé un texte sur Sofia, la reine actuelle, qui semble avoir repris cette vertu de « discreta », en tout cas dans l’opinion publique.

2Les exemples concernant la Vierge Marie sont intéressants, car il s’agit aussi d’une « femme forte », de grande capacité de travail (filant le lin et la laine constamment) et vouée au sacrifice pour nourrir les siens. Notons en passant la récurrence du thème du tissage et de l’aiguille dans ces prototypes féminins, activités dont il faudrait un jour faire une analyse anthropologique en profondeur. Les articles consacrés à la Vierge nous laissent sur notre faim, tellement est abondante la littérature sur la question dans toute l’Amérique latine. Heureusement le texte très nourri de David Brading comble en partie cette lacune. Brading reprend ici la formation du culte de la Guadalupe, qui fait l’objet du livre cité ci-dessus, depuis l’invention de l’Indien Juan Diego jusqu’aux péripéties du culte à l’époque  républicaine. David Brading montre de façon convaincante à partir de la lecture de Miguel Sánchez (1648), le « promoteur » de Juan Diego, l’inspiration biblique de l’auteur (livre de l’Exode) dans la description de la rencontre entre l’Indien et Zumárraga.

3La sainte ou « beata » fait partie de cet univers charismatique mais je pense que cette partie aurait gagnée à être confrontée à un contre-modèle, celui de la prostituée repentie, si courant en Amérique latine. Signalons un texte intéressant de Gerardo Fernández-Juárez sur « El niño compadrito » de Cuzco, un enfant qui n’est pas vraiment Jésus et qui s’appelle Mario – une contrepartie masculine de Marie – et dont l’image est un mort. L’enfant « compadrito » est à la fois protecteur et vengeur, puisqu’il peut aussi causer le mal, et, bien que rejeté par l’Eglise officielle, son culte est toujours très populaire. Le livre s’achève par un petit corpus de textes concernant la Vierge du Rocío, qui fait aujourd’hui l’objet de pélerinages massifs. Le rapprochement entre la Vierge et la déesse Cybèle est suggestif mais la démonstration tourne court et devrait être reprise en tenant compte, effectivement, de l’importance des déesses mères et des « Dames » dans le bassin méditerranéen. En somme, un ouvrage qui contient de nombreuses références intéressantes pour tous ceux qui étudient les rapports de genre et l’instrumentalisation politique des cultes religieux et qui ouvre des pistes de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « David González Cruz (Ed.) , Vírgenes, reinas y santas. Modelos de mujer en el mundo hispánico, Huelva, Publicaciones de la Universidad de Huelva, 2007, 415 p., ilustraciones. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 mai 2008, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/32052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.32052

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search