Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société, XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Khartala, 2006, 536 p. (édition revue et augmentée).

[07/01/2007]

Texte intégral

1Si l’adage veut que les écrits restent, confirmation en serait donnée si besoin était dans cette réédition d’un classique devenu introuvable, si ce n’est dans les bibliothèques spécialisées ou encore dans sa traduction mexicaine la plus récente (FCE). Pourvue d’un titre légèrement modifié (le XVIIIe siècle est désormais pris en compte), cette réédition intégrale de l’ouvrage de F. Chevalier , en fait une édition revue et augmentée de la version originale de 1952 —qui avait été publiée par les soins de l’Institut d’ethnologie et de Paul Rivet — témoigne des actualisations successives dont les éditions mexicaines avaient pu bénéficier. Elle témoigne tout aussi bien du prolongement donné à une œuvre pionnière en son temps (une thèse d’Etat soutenue en 1949), et qui a su tirer le meilleur parti de la révolution historiographique initiée par l’Ecole des Annales.

2Avant même que l’histoire socio-économique ne devienne le paradigme historiographique dominant, en France et ailleurs, et que la vogue statistique et les dérives structuralistes ne contribuent à faire l’impasse sur les hommes eux-mêmes, cet ouvrage sut en effet en dépasser les postulats. Il s’inscrivit à cet égard dans la lignée des Caractères originaux de l’histoire rurale française de Marc Bloch, privilégiant une visée comparatiste du latifundium dans le temps et dans l’espace (question de la seigneurerie voire des villas romaines), aussi bien en ce qui concerne le milieu que les “premiers maîtres du sol”. Dans le nord de cette Nouvelle-Espagne aux “frontières” encore incertaines, parcourues par des Indiens nomades, l’entreprise colonisatrice obéit de toute évidence aux règles de la Reconquête. Elle se trouve assurée en permanence par l’existence d’armées privées, malgré le rôle stabilisateur joué à divers moments par des institutions telles que l’encomienda ou les composiciones de tierras, ou encore le système de travail. Bien plus, cette étude des grands domaines mexicains (haciendas) prend en compte la logique particulière qui préside à leur expansion pendant la période “coloniale”. L’accent est mis en particulier sur le rôle joué par l’Eglise (en particulier la Compagnie de Jésus) et l’aristocratie locale, et une définition novatrice de l’hacienda est présentée : il s’agit d’une “nouvelle unité économique et sociale”. Cette étude anticipa par conséquent sur cet autre courant historiographique, profondément novateur, qui allait s’épanouir bien des années plus tard, pour mettre en valeur, après force débats, les “mentalités”, puis les “représentations” sociales influant sur les constructions et autres rationalités de type économique. La prise en compte des acteurs sociaux de la période — ces “hommes riches et puissants” qui concentrèrent en leur personne ressources économiques, fonctions militaires et pouvoirs de justice — permet précisément de dépasser ce “modèle socio-économique” à l’endroit d’un phénomène fréquemment stigmatisé au Mexique (voir la caractérisation sans appel de Molina Enríquez au début du siècle : “la hacienda no es negocio”) et point d’achoppement constant des réformes agraires mises en œuvre dans ce pays, bien au-delà de la Révolution de 1911 et de la création de la propriété communale par le biais des ejidos. D’où le succès persistant de ce que l’on a appelé le “modèle Chevalier” et la vigueur que conserve cette réflexion quelques décennies plus tard.

3A la révision soigneuse des XVIe-XVIIe siècles abordés dans la version originale s’ajoute désormais un prolongement vers le XVIIIe siècle. Ce prolongement est davantage qu’une incursion faisant la part de la production historiographique, certes abondante, sur une période que la “Révolution dans le gouvernement” mise en œuvre par les Bourbons ne contribua pas peu à mettre en valeur. Sous l’apparente “modernité” du XVIIIe siècle se dissimule en effet tout un ensemble de comportements traditionnels, qui contraste avec la modernité pratiquée sur le plan économique par des “entrepreneurs” pourvus de titres nobiliaires, nantis de fueros militaires et nobiliaires, et défenseurs d’inaliénables majorats.

4Les études régionales acquièrent dans cette perspective une importance capitale, et plus encore s’agissant de ce “Mexique du nord”et de ses grands mineurs propriétaires terriens en quête d’honneur et de pouvoir, porteurs certes d’un nouvel imaginaire et de pratiques sociales nouvelles, mais dont les relations sociales et les divers privilèges témoignent tout aussi bien de la prégnance d’un ordre ancien et de l’importance dévolue aux “traditionnelles” parentèles et clientèles, en d‘autres termes aux relations de réciprocité et de protection plus que de dépendance. L‘incompatibilité première relevée par certains auteurs entre une hacienda de type seigneurial et les grandes propriétés modernes, “capitalistes”, n’est en définitive et comme le souligne F. Chevalier, qu’un faux problème. Ce monde “à deux vitesses” de la fin du XVIIIe siècle existe bel et bien, et au-delà de ses apparents paradoxes, tend à conforter une réalité et un statut social sans équivoque : ceux des maîtres de ces grands domaines. En ce sens, la réflexion menée sur le long terme tout au long de cet ouvrage et de ses actualisations contribue d’une manière essentielle à une compréhension renouvelée de l’histoire sociale et politique non seulement du Mexique mais également de l’Amérique latine dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société, XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Khartala, 2006, 536 p. (édition revue et augmentée). », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 janvier 2007, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/3254

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page